Navigation – Sitemap

StartseiteNuméros33Comptes rendusAlexandra Eckert et Alexander The...

Comptes rendus

Alexandra Eckert et Alexander Thein (éds.), Sulla. Politics and Reception

Cyrielle Landrea
p. 286-287
Version(en):

Alexandra Eckert et Alexander Thein (éds.), Sulla. Politics and Reception, Berlin et Boston, De Gruyter, 2019, 207 p., 79,95 € / ISBN 9783110618099.

Volltext

1Tyran sanguinaire, fossoyeur de la République, réformateur… Sylla fait partie de ces personnages ambivalents à la postérité contrastée. L’ouvrage propose de revenir sur l’homme et ses actes dans une perspective diachronique. Ainsi une place est-elle faite à l’époque de Sylla, mais aussi à l’héritage du dictateur dans la vie politique, puisque son ombre continue de planer pendant des décennies, et plus largement à la construction mémorielle dans les sources gréco-latines. Sulla. Politics and Reception est la publication des actes d’une rencontre scientifique ayant eu lieu du 22 au 25 juin 2016 à l’University College de Dublin. Neuf études de cas sont réparties dans deux parties, l’une plutôt consacrée à l’approche politique et contemporaine, tandis que l’autre s’intéresse à la réception. L’introduction d’A. Eckert et A. Thein s’attache d’abord à retracer les grandes caractéristiques de la vie et de la carrière de Sylla avant de s’intéresser à sa réception ancienne et moderne, en la replaçant dans une perspective historiographique. Quelques aspects sont privilégiés, comme la felicitas et l’exemplum négatif.

2La première partie « Politics » débute avec la contribution de C. Steel (« Sulla the Orator ») qui analyse chronologiquement l’éloquence du patricien. Son art oratoire s’inscrit d’abord dans un contexte militaire (la guerre contre Jugurtha) avant de valoriser ses réformes et montrer comment la res publica devait fonctionner. Absent du Brutus de Cicéron, Sylla n’aurait pas utilisé l’éloquence comme un atout de persuasion dans un contexte électoral. Si les sources littéraires étaient au cœur du premier article, celui de S. Zoumbaki (« Sulla’s Relations with the Poleis of Central and Southern Greece in a Period of Transitions ») met plutôt l’accent sur l’épi­graphie et la numismatique pour illustrer les conséquences de la première guerre mithridatique considérées comme un revitalising shock (p. 52). C’est une rupture pour les poleis qui doivent s’adapter à des formes plus dures de l’impérialisme romain, économiquement et socialement (pillages des métaux, confiscations de terres…). Pourtant, l’épisode syllanien semble avoir mis fin à une période de stagnation, en ouvrant une phase de transition.

3Les trois contributions suivantes abordent les limites des pouvoirs syllaniens. C. Rosillo-López (« Can a Dictator reform an Electoral System ? A Reassessment of Sulla’s Power over Institutions ») s’intéresse aux relations entretenues par Sylla avec le peuple et aux conséquences des réformes sur les mécanismes et pratiques électorales, comme le choix de ne pas abolir le vote secret. L’influence syllanienne est aussi minimisée, puisque ses partisans n’étaient pas forcément élus. La mise en lumière des difficultés syllaniennes permet de conclure qu’il ne fut pas a new Servius Tullius (p. 67). Ensuite, A. Thein (« Dolabella’s Naval Command ») s’intéresse à la volonté de Sylla d’ôter un commandement à Cn. Cornelius Dolabella, soit le consul ou le préteur homonyme de 81 (Plut., Comp. Lys. Sull., 2, 4). Au-delà de l’incertitude prosopographique, l’étude de cas montre l’hétérogénéité des syllaniens et les limites des pouvoirs dictatoriaux, puisque Sylla échoua dans son entreprise. Enfin, en dépit de la rapidité de la colonisation syllanienne et du respect des procédures, A. Keaveney (« Paludes et Silvae : the Ruin of the Veteran ») en pointe les problèmes : confusion, fraude, octroi de terres ingrates pour certains vétérans et réservation des meilleures terres à d’autres. La portée et la réussite de cette colonisation sont relativisées.

4F. Santangelo (« Sulla in the Bellum Jugurthinum ») inaugure la deuxième partie consacrée à la réception avec une holistic and discursive exploration (p. 107) du portrait dressé par Salluste. Plusieurs thèmes sont privilégiés comme l’éloquence, ses capacités de commandement, tout en mettant l’accent sur les techniques narratives utilisées par l’auteur pour mettre en scène le jeune Sylla au cœur du conflit. Cette approche littéraire est poursuivie dans une perspective intertextuelle et comparatiste par J. A. Rosenblitt (« Sulla’s Long Shadow : Sallust in Tacitus and Tacitus in Sallust »). Les Histoires de Salluste explorent les conséquences de l’action syllanienne sur la res publica comme les Annales de Tacite montrent celles du pouvoir augustéen sur le Principat. Les deux dernières contributions soulignent l’image négative de Sylla. Le patricien est considéré comme un exemplum de la cruauté, de la violence et de la tyrannie. L’historiographie grecque est au cœur de l’article de I. N. I. Kuin (« Sulla and the Philosophers : the Cultural History of the Sack of Athens »). Les relations de Sylla avec la paideia, la littérature, la philosophie et le monde grecs constituent une part conséquente de la construction mémorielle du personnage. Le philhellénisme romain est présenté comme une stratégie culturelle et la destruction du patrimoine culturel perdure à travers les siècles comme une marque de barbarie. Enfin, A. Eckert (« Reconsidering the Sulla Myth ») revient sur l’affirmation considérant que la vision d’un Sylla cruel et tyrannique ne serait apparue que dans les années 40 pour U. Laffi ou sous Auguste pour F. Hinard. Or l’image négative existait déjà dès son vivant et elle ne saurait être un mythe. A. Eckert reprend le dossier, en s’appuyant surtout sur le corpus cicéronien, sur le topos contemporain de la crudelitas, puis sur le large consensus populaire existant pour abroger les réformes syllaniennes.

5Pour conclure, ces études de cas apportent des éclairages précis contribuant au renouveau des études syllaniennes à l’œuvre depuis plusieurs années. D’ailleurs, la bibliographie à jour intègre des travaux collectifs récents sur le dictateur.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Cyrielle Landrea, „Alexandra Eckert et Alexander Thein (éds.), Sulla. Politics and ReceptionAnabases, 33 | 2021, 286-287.

Online-Version

Cyrielle Landrea, „Alexandra Eckert et Alexander Thein (éds.), Sulla. Politics and ReceptionAnabases [Online], 33 | 2021, Online erschienen am: 10 April 2021, besucht am 06 Dezember 2021. URL: http://journals.openedition.org/anabases/12262; DOI: https://doi.org/10.4000/anabases.12262

Seitenanfang

Urheberrechte

© Anabases

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search