Navigazione – Piano del sito

HomeNuméros33Comptes rendusAstrid Möller (éd.), Historiograp...

Comptes rendus

Astrid Möller (éd.), Historiographie und Vergangenheitsvorstellungen in der Antike

Louis Autin
p. 292-293
Riferimento/i:

Astrid Möller (éd.), Historiographie und Vergangenheitsvorstellungen in der Antike, Stuttgart, Franz Steiner, 2019, 183 p., 44 € / ISBN 9783515122696

Testo integrale

1Rassemblant les communications d’un colloque donné en 2015 en l’honneur du 70e anniversaire de Hans-Joachim Gehrke, l’ouvrage place en son cœur le concept d’« histoire intentionnelle » (intentionale Geschichte) forgé par le savant allemand, entendu comme une forme de représentation sociale du passé participant à la constitution de l’identité collective, comme le rappelle A. Möller dans son introduction.

2Dans sa conférence inaugurale, K. A. Raaflaub développe une approche com­paratiste de l’écriture de l’histoire dans plusieurs sociétés antiques (Grèce, Mésopotamie, Égypte, Chine et Anatolie hittite). À l’heure de l’histoire globale, cette méthode est particulièrement bienvenue dans le champ de l’historiographie ancienne. L’auteur s’interroge sur l’existence d’une histoire critique au-delà du seul monde grec. Face au modèle monarchique traditionnel, dans lequel l’autorité de l’historien s’efface derrière la vision politique du souverain, deux traditions parallèles, en Grèce et en Chine, font émerger un rapport différent à l’histoire, marqué par l’extrême indépendance de l’historien, la perspective personnelle et la discussion méthodique des sources. Comparable en cela à Hérodote et Thucydide (même si la question de la circulation des modèles n’est pas directement abordée), l’œuvre de l’annaliste chinois Sima Qian, le Shi Ji, est ainsi présentée et discutée. Selon l’auteur, cette histoire critique naît, en Grèce, de l’émulation entre les historiens et les autres experts du savoir (sophistes, philosophes, médecins), tandis qu’en Chine, elle est le produit d’un rapport dialectique à l’histoire monarchique traditionnelle.

3La première section est consacrée aux récits héroïques, et travaille de façon remarquable la notion d’histoire intentionnelle. M. Węcowski aborde les récits fictifs inventés par Ulysse ou Athéna dans l’Odyssée et montre qu’ils peuvent se lire comme des projections de la société contemporaine d’Homère à l’intérieur du monde héroïque. Dans cette forme de « distanciation de l’effet de distanciation » épique (p. 29), l’auteur décèle un « présent intentionnel » inséré dans le passé mythique et participant de la reconnaissance d’une identité partagée par le public d’Homère. M. Nafissi étudie ensuite les scènes représentées sur le trône d’Apollon à Amyclées, dont l’iconographie témoigne de l’ancienneté de l’austérité spartiate, fondamentale dans l’identité lacédémonienne, et forme bien un exemple « d’histoire picturale intentionnelle ». Toutefois, la façon dont l’auteur justifie la présence de personnages a priori peu pertinents pour l’histoire et la culture laconiennes au centre de la frise (Thésée ou Démodocos), dont la représentation suggèrerait un contraste critique avec les valeurs spartiates, paraît peut-être un peu trop systématique.

4Riche de quatre contributions, la section sur Hérodote et son héritage s’ouvre avec l’article de M. Giangiulio, qui réévalue l’importance des récits oraux traditionnels au sein des Histoires et défend leur historicité générale, par opposition à leur factualité de détail. N. Luraghi étudie ensuite l’arrière-plan historique des révoltes égyptiennes contre les Perses. Les interventions athéniennes en faveur des Égyptiens au milieu du ve siècle expliquent la familiarité d’Hérodote avec ces épisodes, visible dans plusieurs allusions bien relevées par le chercheur. Plusieurs pistes, quoique spéculatives, sont de premier intérêt, à l’instar de l’hypothèse selon laquelle Hérodote aurait eu le projet de poursuivre l’histoire de l’Égypte achéménide jusqu’au milieu du ve siècle, avant d’intégrer ses recherches au sein du logos égyptien. La thèse défendue dans la contribution suivante, due à J. C. Bernhardt, fait d’Hérodote l’une des sources du deuxième livre des Maccabées. Après une remarquable revue de la littérature consacrée à ce livre, J. C. Bernhardt juxtapose plusieurs points de comparaison indiquant la façon dont l’auteur du livre a remodelé le schéma actanciel des Histoires : les héros sont désormais les Juifs, tandis que les Grecs séleucides sont comparés aux barbares perses d’Hérodote. Enfin, l’article d’A. Free paraît un peu plus isolé dans la section ; il y est question des Longues Vies du pseudo-Lucien, utilisées, dans une périodisation chronologique très large allant jusqu’à l’Antiquité tardive, pour dresser une typologie des pratiques de lecture savante et de sociabilité aristocratique à l’époque impériale.

5La dernière section aborde les problé­matiques plus générales de la philosophie de l’histoire et de la mémoire. L’ambitieux article de K. Wojciech réfléchit à l’adap­tation des trois types d’oubli distingués par Ricœur (mémoire obligée, mémoire empêchée, mémoire manipulée) à la société athénienne classique et au corpus des orateurs attiques. La chercheuse montre l’importance de certains événements (la fin de la guerre du Péloponnèse, la révolution oligarchique de 404-403) dans ces formes d’oubli collectif, que les orateurs pouvaient encourager ou, au contraire, remettre en question. Enfin, l’article de V. Schulz, le seul à se pencher sur l’historiographie latine, interroge la façon dont les historiens et biographes du Haut Empire intégrèrent l’oubli à leur projet littéraire. Cette démarche l’amène à distinguer de façon intéressante, mais peut-être un peu attendue, différentes stratégies des auteurs pour « faire oublier », selon qu’ils pratiquent l’histoire annalistique ou la biographie. Cependant, la définition sémiotique très large de l’oubli adoptée ne paraît pas toujours opérante : qu’est-ce qui, en effet, distingue in fine l’effacement, par Tacite ou Suétone, de l’image positive de Néron ou de Domitien des pratiques de manipulation du lecteur ou d’insinuation, aujourd’hui bien connues des philologues, en particulier tacitéens ?

6L’ouvrage se termine par un « épilogue » dans lequel F. K. Maier défend le rôle de la littérature pour aider le lecteur à ressentir la « nature profonde » (Wesenhaftigkeit) de l’histoire, un sentiment que l’histoire académique échouerait à transmettre. La contribution fournit des pistes de réflexion passionnantes, et donne ainsi une excellente conclusion d’ordre général à l’ouvrage. On regrettera peut-être une bibliographie qui ignore les progrès récents de l’histoire contrefactuelle, ou les travaux importants de Ricœur dans Temps et récit. 3. Le temps raconté, sur les liens profonds entre « fictionnalisation de l’histoire » et « historicisation de la fiction ».

7En somme, quoique bref, l’ouvrage édité par A. Möller propose, en trois sections dotées d’une forte cohérence interne, un vaste panorama chronologique et thématique et plusieurs perspectives stimulantes sur le statut de l’histoire et de la mémoire dans les mondes anciens.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Louis Autin, «Astrid Möller (éd.), Historiographie und Vergangenheitsvorstellungen in der Antike»Anabases, 33 | 2021, 292-293.

Riferimento elettronico

Louis Autin, «Astrid Möller (éd.), Historiographie und Vergangenheitsvorstellungen in der Antike»Anabases [Online], 33 | 2021, Messo online il 10 avril 2021, consultato il 06 décembre 2021. URL: http://journals.openedition.org/anabases/12304; DOI: https://doi.org/10.4000/anabases.12304

Inizio pagina

Autore

Louis Autin

Sorbonne-Université
ls.autin@gmail.com

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Anabases

Inizio pagina
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search