Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusHelmut Pfeiffer, Irene Fantappiè,...

Comptes rendus

Helmut Pfeiffer, Irene Fantappiè, Tobias Roth (éds.), Renaissance Rewritings

Séverine Tarantino
p. 294-295
Référence(s) :

Helmut Pfeiffer, Irene Fantappiè, Tobias Roth (éds.), Renaissance Rewritings, Berlin et Boston, De Gruyter, 2017, 79,95 € / ISBN 9783110522303

Texte intégral

1Cet ouvrage réunissant quatorze contri­butions en anglais a eu pour base trois événements scientifiques organisés entre 2014 et 2015 dans le cadre d’un projet collaboratif soutenu par le Centre de recherche 644 « Transformations de l’Antiquité » de l’Université Humboldt de Berlin. Le projet avait pour titre complet : « Transformations of Antiquity in Italian and French Early Modern Literature (1450-1590) ». Irene Fantappiè, qui signe l’introduction du livre, assigne à celui-ci deux buts : une réévaluation de la notion de « réécriture » (rewriting), dont l’éditrice remarque qu’elle est vague et qu’elle n’est plus problématisée ; proposer de nouvelles interprétations de quelques textes (et contextes) cruciaux de la littérature de la Renaissance française et italienne. Ce deuxième objectif assure à l’ouvrage une unité de principe. Mais comme la réflexion sur la réécriture domine, cette unité est un peu affaiblie par des articles qui l’affrontent moins directement. La division en deux parties, une qui serait plus théorique et intitulée seulement Rewriting et l’autre, faite de cas d’étude, Rewritings in Early Modern Literature ne paraît pas absolument indispensable, ne serait-ce que parce que des textes à teneur assez théorique se trouvent dans la deuxième partie. L’ensemble de l’ouvrage ne fournit pas moins une lecture de grand intérêt, et une autre sorte d’unité est acquise d’un point de vue formel par la structuration explicite et, peut-être, la limitation en longueur des articles ; cela assure à une grande majorité d’entre eux une clarté et une efficacité remarquables. Le deuxième objectif défini par Irene Fantappiè est ainsi d’autant mieux atteint que des présentations et des mises au point précises sont fournies pour chacune des œuvres abordées par les différents auteurs (ne pouvant les citer tous ici, je renvoie à la table des matières de l’ouvrage que l’on trouve sur le site de l’éditeur : https://www.degruyter.com/​view/​title/​524805) : par-delà leur diver­sité, l’ouvrage pourra ainsi profiter égale­ment à de jeunes chercheurs·ses ou à des chercheurs·ses qui se seraient récemment orienté·es vers la littérature de la Renaissance.

2Mais venons-en à la notion centrale – la réécriture – et aux apports importants de l’ouvrage en matière d’intertextualité. Dans son ensemble, et en particulier grâce à des textes qui alimentent directement ce questionnement, l’ouvrage propose plusieurs sortes d’avancées : la première, sur laquelle Irene Fantappiè ouvre son Introduction et qu’elle associe à la notion de « transformation » qui était au cœur du projet, consiste dans la bi-directionnalité à apprécier dans les phénomènes de réécriture. L’œuvre « cible » réécrivant une œuvre « source » est évidemment modifiée (enrichie, complexifiée…) par elle mais elle la modifie également : la contribution de Nina Mindt dédiée à l’Eroticon de Tito Vespasiano Strozzi et à sa relecture – sinon réécriture – de toute l’histoire de la tradition de l’élégie latine (en particulier de l’élégie antique) se situe le plus explicitement dans cette perspective. Et c’est une perspective vraiment stimulante ; en tant qu’étude de l’« histoire littéraire immanente » ou réflexion sur la façon que les textes (sinon les auteurs) ont de constituer leur tradition « pertinente », elle n’est pas exactement nouvelle, et on peut peut-être regretter que la dimension proprement bi-directionnelle des rapports entre les textes n’ait pas été davantage illustrée ou re-discutée. L’article qu’Irene Fantappiè consacre à Pietro Aretino et où elle étudie en particulier, sous l’angle de la réécriture, l’ouverture de la seconde journée du dialogue érotique Dialogo (1536) pose quant à lui les bases d’un type d’approche que rejoignent quelques autres contributeurs et qui ouvre des pistes vraiment intéressantes ; elles pourraient être transférées à d’autres auteurs, d’autres époques (à commencer par les Anciens eux-mêmes), même si l’on comprend aussi que la spécificité de la Renaissance soit ici considérable – en l’occurrence et en définitive, cela a à voir avec la façon dont Pietro Aretino se constitue en auteur, et en auteur d’un nouveau genre. Ce que propose Irene Fantappiè est de se placer au-delà ou à côté des phénomènes d’intertextualité pour observer plutôt des dynamiques d’inter-auctorialité. En ce qui concerne Aretino et son Dialogo, elle s’emploie à démontrer comment dans cette œuvre « Aretino », dont la propre figure auctoriale même apparaît comme une création au second degré, s’approprie en l’adaptant la figure auctoriale d’un auteur de l’Antiquité dont il ne reprend pas les mots et qu’il ne mentionne même que rarement : Lucien, et le Lucien de l’édition de N. Zoppino de 1525 (c’est-à-dire apte à devenir un représentant du serio ludere) et, plus spécifiquement encore, le Lucien de l’Histoire Vraie. Au cours de son étude, Irene Fantappiè a des observations très stimulantes et son invitation 1) à creuser ces dynamiques inter-auctoriales 2) à analyser les phénomènes de ce qu’elle appelle refiguring demande sans doute à être suivie. La contribution de Clément Godbarge sur Ippolito de Medici et son appropriation de la figure d’Hippocrate témoigne ainsi, à sa manière, de l’intérêt de ce type d’enquête. Enfin, parmi les différentes formes de réécriture illustrées dans les contributions, une autre qui donne lieu à des analyses particulièrement saisissantes concerne la réécriture de ses propres écrits (favorisée par l’époque, est-il souligné à plusieurs reprises) : la réflexion menée par Manuele Gragnolati sur le cas particulier de la reprise par Dante de ses poèmes lyriques dans le recueil de la Vita Nuova en est, de mon point de vue, le plus bel exemple, étant donné les outils conceptuels que le chercheur reprend et s’approprie lui-même dans cette étude et le renouvellement de l’approche de la relation entre les œuvres que cela permet visiblement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Tarantino, « Helmut Pfeiffer, Irene Fantappiè, Tobias Roth (éds.), Renaissance Rewritings »Anabases, 33 | 2021, 294-295.

Référence électronique

Séverine Tarantino, « Helmut Pfeiffer, Irene Fantappiè, Tobias Roth (éds.), Renaissance Rewritings »Anabases [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 10 avril 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/12319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.12319

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search