Skip to navigation – Site map

HomeNuméros33Comptes rendusCharlayn von Solms, A Homeric Cat...

Comptes rendus

Charlayn von Solms, A Homeric Catalogue of Shapes. The Iliad and Odyssey Seen Differently

Clarisse Evrard
p. 295-297
Bibliographical reference

Charlayn von Solms, A Homeric Catalogue of Shapes. The Iliad and Odyssey Seen Differently, Londres, Bloomsbury Academic, 2019, 306 p., £ 85 (hardback), £ 28,99 (paperback) / ISBN 9781350039582 (hardback), 9781350194571 (paperback)

Full text

1Ce quatrième opus de la collection Imagines - Classical Receptions in the Visual and Performing Arts, qui aborde le monde antique au prisme d’approches contemporaines, est consacré à la démarche réflexive de Charlayn von Solms, artiste sud-africaine, qui a réalisé une série d’assemblages dédiée à l’Iliade et l’Odyssée, A Catalogue of Shapes. La plasticienne se définit comme constructiviste dans la « Préface ». Elle y présente sa méthode : l’assemblage d’objets du quotidien pour composer des artefacts signifiants, soit une démarche imbriquant une dimension conceptuelle et une approche technique. Elle l’utilise pour appréhender l’oralité de la poésie homérique et son style formulaire, tels qu’analysés par G. Nagy et L. Muellner notamment. En effet, les aèdes s’appuient sur des techniques et formules préétablies pour créer une œuvre nouvelle, comme l’artiste choisit des objets selon des caractéristiques matérielles et visuelles, équivalents plastiques de l’épithète homérique ou de la composition poétique. Cette comparaison justifie ce projet éditorial original, qui comprend une réflexion esthétique sur l’art homérique, le catalogue des douze sculptures et une invitation à lire ces assemblages à la manière d’un rhapsode. L’introduction approfondit ce parallèle entre la méthode de composition de l’épopée, à partir de la combinaison de personnages récurrents, de formules et de motifs types et celle de la plasticienne, à partir de l’assemblage de formes, de matières et de couleurs. L’articulation entre la technique utilisée et la signification finale est fondamentale : la réception de l’épopée homérique évolue dans le temps, selon des critères anthropologiques, socio-culturels et géo­graphiques, ce qui amène à la nécessité d’une traduction rendant compte en même temps de sa compréhension.

2C’est le projet de von Solms qui en élabore une traduction dans un autre medium, la sculpture, par la composition d’une galerie de portraits de personnages de l’épopée. C’est pourquoi elle invite son lecteur à « voir différemment » et à considérer A Catalogue of Shapes comme une étude homérique à part entière. L’analyse des descriptions poétiques amène à celle du régime de visualité du monde épique et conduit à une réflexion plus globale sur l’évolution du rapport des artistes à la représentation et sur la diversité spatio-temporelle des modes de figuration et des traditions. L’artiste revient sur l’appréhension de l’objet homérique, en évoquant la référence à l’antique dans l’art contemporain médiatisée par une vision moderne de l’esthétique grecque qui valorise généralement les sujets figuratifs des ve et ive s. avant J.-C. plutôt que les motifs géométriques archaïques. Cela conduit à questionner ce que l’objet d’art peut dire de l’epos, ce qui introduit l’idée de correspondances entre formes visuelles abstraites et personnages homériques au cœur du projet de la plasticienne et à la notion de composite object portrait comme traduction visuelle de la description homérique. Von Solms rappelle l’histoire artistique de cette notion depuis les célèbres portraits symboliques d’Arcimboldo à ceux de Picabia et s’inscrit dans la tradition de l’assemblage, tel que pratiqué par Picasso, Man Ray ou Damian Ortega. Cela lui permet d’expliciter son usage d’objets pour signifier un trait de caractère. Les œuvres d’art ainsi créées impliquent des interactions entre forme et fond, artefact et spectateur, afin d’en décrypter le sujet, la composition et l’iconographie. Ces prolégomènes contextuels et méthodologiques abou­tissent à la définition du Catalogue of Shapes comme this understanding of sculptural assemblage was combined with the notion of the ‘composite object portrait’ to create a series of sculptures based on twelve dramatic personae whose attributes and functions in the plot to elucidate Homer’s principal heroes and their epics (p. 54). La série est alors replacée dans la tradition iconographique homérique : un panorama est dressé distinguant les représentations paradigmatiques d’Homère, depuis la période hellénistique à l’Apothéose d’Homère de Paolini, de celles des épisodes et personnages, de la période archaïque à Twombly, comme autant de transpositions visuelles des spécificités narratives et des modes de composition de l’épopée. La série d’assemblages relève dès lors de cette tradition tout en rendant compte de l’esthétique et de la composition du texte. La mise en abîme du travail poétique dans le « catalogue of Ships » du chant II de l’Iliade devient le modèle du « catalogue of Shapes » : les comparaisons, parataxes, allusions et énumérations caractéristiques du texte homérique deviennent des associations de formes, de positions, de couleurs et de matières dans les sculptures. La série se fait ainsi un catalogue épique en deux catégories, figures de l’Odyssée et celles de l’Iliade, et quatre sous-catégories, les guerriers (Ulysse et Télémaque, Achille et Hector), les épouses (Pénélope et Hélène), les divinités (Calypso et Circé, Éris et Até) et les rois (Nestor et Ménélas), dans un réseau d’interrelations créant des effets de complémentarité et de contraste. Cette démarche réflexive de l’artiste sur son œuvre et sur son rapport à la tradition permet au lecteur d’apprécier pleinement le catalogue des douze sculptures (disponible en ligne : https://charlaynvonsolms.com/​the-layout-of-a-catalogue-of-shapes). Ainsi, le jaune prédomine le groupe iliadique en référence aux cheveux d’or d’Achille et l’orange celle d’Ulysse par allusion à la peau tannée par les voyages, tandis qu’un même mode de composition en deux registres est utilisé pour traduire la métrique poétique. L’assemblage Odysseus ΜΗΤΙΣ, par exemple, est composé d’objets évoquant son nostos (bouée, glissière de parapluie, gouvernail, arc) et sa ruse par leur imbrication : les attributs plastiques choisis génèrent l’image du marin expérimenté et épuisé qui rentre chez lui. Ce catalogue conduit à une synthèse sur ces « portraits-objets », dont la matérialité structurelle, formelle et chromatique équivaut aux procédés poétiques. Ce n’est pas seulement une traduction, mais aussi une interprétation sélectionnant les attributs pour susciter les images mentales liées à ces personnages et à leurs aventures : comme dans l’Iliade et l’Odyssée, le spectateur doit reconstruire le réseau de significations, narratif, relationnel et thématique, de chaque élément du catalogue, les uns par rapport aux autres et dans leur ensemble. Enfin, la conclusion résume la démarche de l’artiste et insiste sur l’expressivité et la dimension herméneutique de toute traduction.

3C’est donc un ouvrage qui expose une démarche originale, entre essai et catalogue, et passionnante par la transposition de l’art homérique en langage plastique contemporain et la réflexivité de l’artiste sur le processus de création de ses sculptures, replacées dans leur contexte épistémologique, culturel et artistique et dans leur ancrage à la tradition homérique, renouant in fine avec l’étymologie polysémique de la ποίησις.

Top of page

References

Bibliographical reference

Clarisse Evrard, Charlayn von Solms, A Homeric Catalogue of Shapes. The Iliad and Odyssey Seen DifferentlyAnabases, 33 | 2021, 295-297.

Electronic reference

Clarisse Evrard, Charlayn von Solms, A Homeric Catalogue of Shapes. The Iliad and Odyssey Seen DifferentlyAnabases [Online], 33 | 2021, Online since 10 April 2021, connection on 08 December 2021. URL: http://journals.openedition.org/anabases/12337; DOI: https://doi.org/10.4000/anabases.12337

Top of page

Copyright

© Anabases

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search