Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Comptes rendusChristian Jacob, Faut-il prendre ...

Comptes rendus

Christian Jacob, Faut-il prendre les Deipnosophistes au sérieux?

Clarisse Evrard
p. 285-287
Référence(s) :

Christian Jacob, Faut-il prendre les Deipnosophistes au sérieux?, Paris, Les Belles Lettres, 2020, 304 p. / ISBN 9782251451206, 21 €

Texte intégral

1En ces temps confinés, Christian Jacob nous invite à la table des Deipnosophistes, symposium roboratif pour bibliophiles, philologues, archéologues et historiens. Si l’on dispose d’une abondante bibliographie pour les quinze livres d’Athénée de Naucratis, reflet de l’incroyable richesse documentaire de l’œuvre, l’historien propose une enquête originale, « quasi ethnographique », construite à partir de l’hypothèse que le cercle d’érudits, mis en scène par l’auteur autour du chevalier romain Larensis, fait référence à un cercle réel. Il présente aussi ce double intérêt de donner des clés pour naviguer dans cet hypertexte et d’apporter un éclairage sur la culture, les rôles des bibliothèques, compilations et citations dans la con­struction et la transmission des savoirs livresques à l’époque impériale.

2L’enquête s’ouvre sur la mise en exergue de ce qui fait la spécificité générique des Deipnosophistes et leur étrangeté absolue pour un lecteur d’aujourd’hui : la logique taxinomique de la compilation ancrée dans la forme discursive du dialogue qui permet de déployer un réseau complexe de propos et de citations se prolongeant en différentes ramifications thématiques. Il est donc nécessaire de comprendre le projet général d’Athénée pour pleinement saisir la composition de cette œuvre, « bibliothèque mise en livre » (p. 33). Par conséquent, après avoir rappelé la structure des livres, dont le découpage suit le rythme des conversations entre les convives du festin, Christian Jacob les replace dans la tradition de la littérature symposiaque pour en souligner la dimension réflexive, l’œuvre reconstituant la pratique sociale du banquet tout en offrant une réflexion polysémique sur les savoirs et sources sur le banquet, comprenant pas moins de 800 auteurs et 2500 œuvres. Si nous ignorons quasiment tout d’Athénée et que les incertitudes persistent sur le cercle d’intellectuels évoluant autour de Larensis, se dessine néanmoins un espace culturel triangulaire, reliant Athènes, Alexandrie et Rome par l’onomastique, l’origine et le milieu de l’auteur. De Platon à Plutarque, les récits rapportés par Athénée à Timocrate s’inscrivent dans cette tradition du banquet comme rite de sociabilité et espace de convivialité : comme le vin et les plats, la culture et les savoirs circulent et se partagent à ces tables de fiction.

3Ces prémices posées, l’historien s’attache à analyser le cercle d’érudits ainsi rassemblé. Larensis est l’hôte raffiné d’un « cénacle cosmopolite » (p. 47), reflet des élites évoluant dans la Rome impériale du iie siècle et foyer intellectuel dans la tradition alexandrine. Parmi eux, se trouvent d’ailleurs Philadelphe de Ptolémaïs, Plutarque d’Alexandrie, Ulpien de Tyr et l’illustre Galien. L’historien souligne le problème de l’identification des convives, d’où deux hypothèses : celle d’un cercle réel sous Septime Sévère ou celle d’un cercle fictif associant des figures passées et présentes, sans pouvoir définitivement trancher. Les noms des vingt-deux convives mis en scène permettent toutefois de condenser un microcosme représentatif de la paideia, de la culture et des savoirs contemporains, tel un nouveau Museion. La structure de l’œuvre est ensuite précisée : le banquet chez Larensis est raconté par Athénée à Timocrate qui n’a pu y assister, procédé narratif réactualisant le festin et faisant de l’interlocuteur, et donc du lecteur, un deipnosophiste. L’auteur en analyse les principes ordonnateurs : le découpage en quinze livres et en dialogues, un séquençage suivant les tempi du festin, une organisation thématique, autant d’éléments construisant une architecture complexe au-delà du flot des propos. Le système énonciatif et sa mise en scène théâtrale permettent de faire dialoguer convives et livres, suivant un « processus de réactivation de la mémoire culturelle » (p. 71). Un autre intérêt de l’essai est alors de replacer la bibliothèque de Larensis dans le contexte des grandes collections de livres antiques. Ce cercle de bibliophiles témoigne de leur quête incessante de livres, de leur connaissance fine des sources citées, de la précision de leurs références bibliographiques, d’un état des savoirs et de la transmission des textes à l’époque impériale. Ce savoir bibliographique dessine une carte de l’érudition lettrée héritée de la tradition hellénistique : les convives philologues et lexicographes déploient un ensemble de techniques permettant d’y circuler, telles que la lecture experte par la prise de notes, la mémorisation de citations impliquant des jeux mnémotechniques et le système agonistique de questionnement entre les interlocuteurs.

4Un dernier temps de l’ouvrage apporte un éclairage décisif sur le projet auctorial, la forme et les significations de l’œuvre. Au-delà de la compilation, il s’agit bien de proposer une structure thématique régulée par l’orientation donnée aux échanges par les convives, ce qui permet à l’auteur de donner une cohérence à l’ensemble des informations que recèle le texte et à son destinataire de construire un parcours de lecture et de naviguer dans l’œuvre. C’est un lectorat restreint auquel s’adresse Athénée en un « texte-miroir » (p. 176) à la bibliothèque de Larensis. Les Deipnosophistes se font, sur le mode ludique des interactions entre les convives, un hypertexte permettant de naviguer dans un réseau d’hypotextes suivant un fil conducteur qui peut être thématique, lexical ou narratif. Christian Jacob en souligne la double logique, centripète et centrifuge, transformant le texte en épitomé qui condense un monde de livres, dans lequel le lecteur est invité à circuler en une véritable périégèse des savoirs. Cela conduit l’historien à matérialiser le projet par la comparaison avec l’architecture du Gugenheim Museum de F. Lloyd Wright, ce qui lui permet de distinguer quatre niveaux de lecture en un dispositif hélicoïdal : la bibliothèque comme espace de navigation, la structuration bibliographique, la métalittérature des périodes hellénistique et impériale, un niveau à l’échelle de la culture et des savoirs circulant à Rome à la fin du iie siècle et un ultime comme anamnèse culturelle, faisant de l’œuvre d’Athénée le miroir des préoccupations d’une civilisation s’interrogeant sur son identité et ses valeurs. Ces niveaux de lecture conduisent in fine à réinterroger le statut de l’auteur et du lecteur. Athénée, en compilateur, bibliophile érudit et « père du livre », est à la fois narrateur interne et lecteur mettant en abyme la poikilia des textes, qu’il a lus et cite, et en scène la bibliothèque qu’il côtoie, la figure auctoriale se faisant dès lors l’ordonnateur des références citées et glosées. Lecteur du texte, interlocuteur d’Athénée et auditeurs du banquet constituent trois figures de lecteur d’un texte qui compile et organise des notes et citations et sollicite leur remémoration et leur oralisation à la façon d’une recitatio, et suivant un mode réflexif puisqu’il prend pour objet le banquet lui-même. Cette mise en abyme est renforcée par la polysémie de termes comme pinakes, plateaux pour le banquet et tables lexicales, ou paratithesthai signifiant servir et citer, si bien que « les extraits du texte participent du même geste d’ostentation, et peut-être du même processus de préparation et de présentation, entre l’art et la technique, par découpage, conditionnement, assemblage et assaisonnement de matières premières, naturelles ou linguistiques » (p. 267). Ces considérations amènent l’historien à conclure sur la séduisante hypothèse que les Deipnosophistes constitueraient le récit d’un jeu de société reposant sur un parcours transversal dans la bibliothèque, à travers un échange de questions et de citations entre les participants, jeu auquel nous fait indirectement participer Christian Jacob au terme de cette passionnante exploration de la carte et du territoire de l’œuvre d’Athénée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Evrard, « Christian Jacob, Faut-il prendre les Deipnosophistes au sérieux? »Anabases, 34 | 2021, 285-287.

Référence électronique

Clarisse Evrard, « Christian Jacob, Faut-il prendre les Deipnosophistes au sérieux? »Anabases [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 29 octobre 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/anabases/13173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.13173

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search