Navigation – Plan du site

AccueilLa revueNormes à destination des auteurs

Normes à destination des auteurs

Ces normes sont à appliquer pour toute soumission d’article à la revue.

1. — Envoi et présentation d’une contribution

Anabases ne publie que des contributions inédites et originales. Les articles destinés à la revue peuvent être indifféremment rédigés dans une des cinq langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français ou italien. Tout manuscrit doit être accompagné d’un résumé en français et en anglais, ainsi que de six à huit mots-clés. L’auteur fera figurer à la fin de son texte une signature contenant les indications suivantes : prénom et nom, titre qu’il souhaite voir figurer, adresses postale et électronique.

Les articles ne dépasseront pas, dans la mesure du possible, 35 000 signes, notes et espaces compris. Les textes destinés aux différents « Ateliers » ne dépasseront pas 15 000 signes, notes et espaces compris. Les comptes rendus comprendront entre 4 000 et 6 000 signes, notes et espaces compris.

Les illustrations sont autorisées mais seront privilégiés les dessins au trait et les gravures. On pourra intégrer des photographies N/B de bonne qualité. La revue ne publie qu’exceptionnellement des images en couleur et une contribution financière pourra éventuellement être alors demandée à l’auteur. Dans tous les cas, l’auteur prendra soin de fournir, à part, les fichiers natifs des illustrations lors de l’envoi de sa contribution, avec une résolution suffisante, en indiquant leur emplacement précis dans le texte. Les renvois à l’intérieur du texte seront indiqués sous la forme (fig. 0). On ajoutera alors à la fin de l’article, après la bibliographie, la liste détaillée des figures, comportant à chaque fois la légende complète, l’indication de provenance et, le cas échéant, la mention du copyright. Il revient à l’auteur de l’article de s’assurer lui-même du respect des droits d’auteurs concernant les images qu’il souhaite voir publiées.

Les contributions soumises à la revue doivent être communiquées par courrier électronique, en format de type Word ou Open Office, accompagnées d’une version en format .pdf si le manuscrit contient des caractères spéciaux ou des tableaux, schémas, diagrammes, etc. Les manuscrits sont à envoyer aux adresses suivantes :

clement.bur@univ-jfc.fr et catherine.valenti@univ-tlse2.fr

2. — Processus d’évaluation, épreuves, tirages à part

Les articles qui parviennent à la rédaction sont soumis, de manière anonyme, à une double évaluation (double-blind peer-review). La synthèse de cette double évaluation anonymisée est transmise à l’auteur. En cas de manuscrit accepté avec des modifications substantielles, la nouvelle version fait l’objet d’une seconde expertise.

Si le manuscrit est accepté, les auteurs reçoivent un seul jeu d’épreuves. Les corrections d’auteurs sont à éviter et il convient de se limiter, dans la mesure du possible, aux corrections formelles. Une fois l’article publié, les auteurs reçoivent un exemplaire de la revue ainsi qu’un TAP électronique de leur contribution en version .pdf. Sa diffusion en ligne doit respecter la barrière-mobile de la revue, étant entendu que valent par ailleurs les règles européennes et nationales en matière de diffusion de la version-auteur.

L’auteur cède à la revue l’intégralité des droits sur la contribution qui est acceptée pour publication.

3. — Normes rédactionnelles

Le texte soumis doit être présenté en Garamond, interligne simple, corps 12. Si le manuscrit comporte des passages en grec ancien (ou moderne), seules les polices Unicode sont acceptées (par exemple, la fonte IfaoGrecUnicode, disponible pour PC et Mac et téléchargeable sur le site de l'IFAO). De façon générale, pour toute police spéciale, on veillera à utiliser une police Unicode et à la fournir à la rédaction le cas échéant.

Pour les notes de bas de pages, on appliquera une numérotation automatique. Elles doivent être en Garamond, interligne simple, corps 10.

Le texte est à fournir sans mise en forme : les macros, puces, tabulations, mises en forme automatiques sont à désactiver. Les titres et intertitres sont possibles, mais on veillera à ne pas multiplier les sous-titres et à ne pas appliquer de mise en forme automatique.

Les citations en français sont accompagnées des guillemets français (« »), dans le texte comme dans les notes ; les citations en langue étrangère sont en italique sans guillemets. Une longue citation peut être insérée sous la forme d’un bloc avec retrait et ne nécessite alors pas de guillemets. Lorsqu’une citation étrangère est suivie de sa traduction (ou inversement), celle-ci figure entre parenthèses. Les termes en langue étrangère sont en italique. Il n’est obligatoire de fournir une traduction que si la citation n’est pas dans une des langues acceptées par la revue.

Exemple :
Comme le dit la citation : Tempus enim ridendi et tempus flendi. (« Il y a un temps pour rire et un temps pour pleurer. »)

Comme le dit la citation : « Il y a un temps pour rire et un temps pour pleurer. » (Tempus enim ridendi et tempus flendi.)

La ponctuation finale se situe à l’intérieur des guillemets si la fin de la citation est aussi celle de l’ensemble de la phrase. L’appel de note se référant à une citation figure à la fin de celle-ci, avant le guillemet fermant et avant la ponctuation finale éventuelle.

Exemple :
Cette affirmation : « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger1 », Térence la fit sienne deux siècles avant notre ère.

Deux siècles avant notre ère, Térence s’exclamait : « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger! »

Pour une citation dans une citation, on utilisera des guillemets doubles (“ ”) et non des guillemets simples (‘ ’).

On veillera à vérifier les noms propres cités (au besoin en se servant des notices du catalogue de la BnF). Les noms propres sont donnés dans le texte en abrégés, avec une abréviation limitée à la première lettre du prénom (T. Mommsen et non Th. Mommsen).

Dans un manuscrit rédigé en français, on veillera à accentuer les capitales.

Les notes sont là pour fournir des éléments informatifs accompagnant le texte ; on évitera donc les longues discussions en note et on veillera à maintenir les notes dans des limites raisonnables. Elles doivent principalement servir aux références bibliographiques. Les références bibliographiques sont à indiquer sous forme abrégées dans les notes (cf. section suivante).

4. — Références bibliographiques

Auteurs antiques

Pour ce qui concerne les auteurs anciens, on suivra les abréviations de l’index du Thesaurus Linguae Latinae pour les auteurs latins, et celles du Greek-English Lexicon de Liddell-Scott pour les auteurs grecs (à l’exception de Plutarque, pour lequel on conservera l’abréviation Plut.). Le titre abrégé de l’œuvre sera mis en italique. On évitera les virgules au profit des points pour séparer les livres, chapitre, paragraphes.

Exemple :
Liv. 3.4.7 ou Plut. Cam. 4.1.

Pour indiquer les références à deux livres ou chapitres (quand il n’y a pas de subdivisions supérieures de l’œuvre), on utilisera le point-virgule.

Exemple :
Liv. 3 ; 6 pour des références aux livres 3 et 6 de Tite-Live.

Inversement, on utilisera la virgule pour une référence à plusieurs versets ou chapitre à l’intérieur d’une œuvre lorsqu’il y a une subdivision supérieure du texte ; et le tiret pour renvoyer à plusieurs paragraphes d’une même subdivision.

Exemple :
Liv. 2.14.1, 3-5, 7 pour indiquer la référence aux paragraphes 1, 3 à 5 et 7 du chapitre 14 du livre 2 de Tite-Live.

Pour les documents épigraphiques, on suivra les normes classiques des différents corpus en mettant le numéro du volume en chiffre romains et le numéro de l’inscription en chiffres arabes. Pour une liste des abréviations : https://www.aiegl.org/grepiabbr.html

Exemple :
IG. III 215.

Pour les citations d’éditions de textes anciens, ces éditions de textes seront classées, dans la bibliographie finale, au nom de l’éditeur du volume, en reprenant les normes présentées infra pour les livres.

Exemple :
Marcotte Didier, Géographes grecs, I, Introduction générale. Ps.-Scymnos : Circuit de la Terre, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

Bibliographie

Pour les références modernes, on mettra en note uniquement une version abrégée de la référence, comportant le nom (en petite majuscule), l’année, et la pagination (non précédée de l’abréviation p.).

Exemples :
Irigoin 1997, 77-78 pour Irigoin Jean, Tradition et critique des textes grecs, Paris, Les Belles Lettres, 1997.

Gascó 1998, 1149-1150 pour Gascó Fernando, « Vita della polis di età romana e memoria della polis classica », in S. Settis (a cura di), I Greci. Storia Cultura Arte Società, 2. Una storia greca, III, Trasformazioni, Turin, Einaudi, 1998, p. 1147-1164.

Une bibliographie finale sera jointe à l’article dans laquelle seront présentées les références bibliographiques de façon développée. On veillera à y suivre les normes suivantes :

Pour les livres :

Nom année : Nom Prénom, Titre, Lieu d’édition, Éditeur.

Exemple :
Briant 2012 : Briant Pierre, Alexandre des Lumières. Fragments d’histoire européenne, Paris, Gallimard.

NB : les lieux d’édition sont à donner dans la langue d’écriture de la contribution soumise à Anabases. Ainsi, Londres si l’article est en français mais London s’il est en anglais. Les collections ne sont pas à mentionner.

Pour les livres qui sont des traductions :

On suivra les consignes précédentes en ajoutant la mention du traducteur et la date de première édition, suivant le modèle : Nom Prénom, Titre, Lieu d’édition, Éditeur, année (= Titre, traducteurs, Lieu d’édition, Éditeur, année).

Exemple :
Schiavone 2009 : Schiavone Aldo, Ius. L’invention du droit en Occident, Paris, Belin, 2009 (= Ius. L’invenzione del diritto in Occidente, trad. Geneviève et Jean Bouffartigue, Turin, Einaudi 2005).

Pour les rééditions de livres :

Si une réédition correspond à une réimpression anastatique ou à une réimpression sans modification de pagination, on indiquera en bibliographie la première édition.

Exemple :
Mommsen Theodor, Le droit public romain, 7 vol., Paris 1889-1896 (trad. fr. de Mommsen Theodor, Römisches Staatsrecht, Leipzig 1887-1888, par Paul-Frédéric Girard).

Si une réédition (2e, 3e édition ou plus) correspond à une édition modifiée, on mettra en bibliographie la réédition utilisée qui sera explicitement indiquée comme sur l’exemple. On fera alors suivre entre crochets l’année de première publication.

Exemple :
Sherwin-White 1973 : Sherwin-White Adrian N., The Roman Citizenship, Oxford, Clarendon Press, 2e éd. 1973 [1939].

Pour les articles :

Nom Prénom, « Titre », Titre de la revue Numéro (Année), Pages.

Exemples :
Dardenay 2018 : Dardenay Alexandra, « Restituer l’espace domestique à Herculanum grâce aux outils informatiques de reconstruction virtuelle : enjeux et problèmes », Anabases 27 (2018), 41-51.

Pasquier 2009 : Pasquier Alain, « Pourquoi les korai de l’Acropole d’Athènes sourient-elles ? », CRAI 153/4 (2009), 1585-1608.

Si l’article est publié dans un numéro spécial de revue, la référence sera donnée comme suit : Nom Prénom, « Titre », n° spécial « Titre du numéro », Titre de la revue Numéro (Année), Pages.

Exemple :
Vincent 2015 : Vincent Alexandre, « Les silences de Sénèque », n° spécial « Sons et audition dans l’Antiquité », Pallas 98 (2015), 131-143.

Une référence à un numéro spécial en son ensemble sera donnée de la façon suivante : Nom Prénom (dir.), Titre, Lieu d’édition, Éditeur, Date (numéro spécial, Titre de la revue Numéro).

Exemple :
Courtil et Courtray 2015 : Courtil Jean-Christophe et Courtray Régis (éd.), Sons et audition dans l’Antiquité, Toulouse, PUM, 2015 (numéro spécial, Pallas 98).

Les noms des revues sont à abréger en suivant les abréviations de l’Année Philologique. Si une revue n’est pas référencée dans l’Année philologique, on laissera le nom en forme non abrégée.

Pour les articles de la Realencyclopädie (ou de dictionnaire) :

On suivra à peu près ce qui est valable pour les articles ordinaires, avec les modifications suivantes : Nom Prénom, s.v. « Titre », RE Numéros (Année), Colonnes.

Exemple :
Herzog-Hauser Gertrud, s.v. « Tyche », RE VII A 2 (1948), 1643-1689.

Pour les contributions à un ouvrage collectif :

La référence à ce type de contribution prend la forme : Nom Prénom, « Titre », in Prénom Nom (éd.), Titre, Lieu d’édition, Éditeur, Année, Pages.

Pour les éditeurs du volume, on mettra éd., dir., cur., ed. en fonction de l’indication figurant sur le volume. Si le volume a été dirigé par plus de trois personnes, on indiquera le nom du premier curateur, suivi de et alii.

Exemples :
Prescendi Francesca, « Sacrifier en Grèce et à Rome », in Philippe Borgeaud et Francesca Prescendi (dir.), Religions antiques. Une introduction comparée, Genève, Labor et Fides, 20122 [2008], 31-52.

Zecchini Giuseppe, « Polibio e la “costituzione” romana: storia di un fraintendimento », in Silvana Cagnazzi et alii (cur.), Scritti di storia per Mario Pani, Bari, Edipuglia, 2011, 525-535.

Pour les publications en ligne :

On citera la publication en respectant les normes ci-dessus selon qu’il s’agit d’un livre ou d’un article. On y ajoutera simplement l’URL et la date de consultation.

Document annexe

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search