Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusSylvain Piron, Généalogie de la m...

Comptes rendus

Sylvain Piron, Généalogie de la morale économique (L’occupation du monde, t. 2)

Corinne Bonnet et Sarah Rey
p. 354-356
Référence(s) :

Sylvain Piron, Généalogie de la morale économique (L’occupation du monde, t.2), Bruxelles, Zones sensibles, 2020, 448 p. / ISBN 9782930601441, 23 €

Texte intégral

1La valeur accordée au travail quelles qu’en soient la qualité et la finalité, la croissance à tout prix, la suractivité comme gage de vertu, la « préservation » de l’économie au détriment de la biosphère et le primat du masculin au nom d’une certaine idée de la souveraineté, voilà ce qui caractérise encore le monde occidental (et occidentalisé). Or ces causes de souffrances infinies pour les individus et pour la planète trouvent une partie de leur explication dans un passé lointain, ou plutôt dans des passés lointains : biblique et gréco-romain d’abord, mais aussi médiéval. Il n’est pas question de désigner des coupables, mais de comprendre les mécanismes par lesquels l’histoire de l’Occident s’est infléchie jusqu’à notre modernité et les chemins périlleux qu’elle a empruntés sans y prendre garde. Ainsi, Sylvain Piron, historien médiéviste (EHESS), révèle-t-il à son lecteur les racines profondes de nos obsessions contemporaines. On le devine : si le titre de cet ouvrage emprunte à Nietzsche sa formulation, c’est pour en retrouver l’inspiration libératrice.

2Seule sera discutée ici la part que réserve à l’Antiquité ce livre qui foisonne d’idées, en commençant par son chapitre IV intitulé « Adam jardinier ». Il s’agit d’une relecture patiente d’un verset de la Genèse « le Seigneur Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden, pour le cultiver et le garder » (Gn 2,15). S’attarder sur cette « simple » phrase permet de prolonger les intuitions de l’étude que Lynn White consacra en 1967 aux origines de la crise environnementale (« The Historical Roots of Our Ecologic Crisis », in Id., Machina ex Deo : Essays in the Dynamism of Western Culture, Cambridge-London, The MIT Press, 1968, 75-94). Alors que White cherchait à mesurer les conséquences de Gn, 1, 28 : « Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la », S. Piron envisage les difficultés posées par Gn 2, 15, verset plus étrange qu’il n’y paraît. Pourquoi un travail est-il imposé à Adam avant même que la malédiction divine ne soit prononcée (« C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain », Gn 3, 19) ? Il fallait bien sonder la longue stratification exégétique que suscita ce passage de la Genèse : « en observant de près l’ensemble de la réception d’un même verset au cours d’une vingtaine de siècles, sans en sauter un seul, la démarche choisie revient à promener un miroir de poche le long de l’histoire, dans lequel se reflèteront les préoccupations changeantes des interprètes et du monde social qui s’agite derrière leur épaule » (p. 104), écrit l’auteur qui ne suit pas une chronologie linéaire, mais progresse par volutes successives pour mieux percevoir les liens généalogiques qui se tissent d’un interprète à l’autre (Luther permet par exemple de remonter à Augustin, qui conduit à Philon d’Alexandrie, qui à son tour mène à Origène). Dans ce chapitre, Ambroise de Milan côtoie Jean Chrysostome, Pélage, Julien d’Éclane, Épiphane de Salamine et les Alexandrins. Animé d’un souci d’exhaustivité, S. Piron fait également un détour par ce que le Talmud contient de considérations sur le travail. Il ressort de ce vaste parcours que c’est la voix tourmentée d’Augustin qui a le plus compté dans le christianisme occidental, par son traité De la Genèse au sens littéral, rédigé entre 402 et 415. Selon Augustin, cette injonction à cultiver le jardin d’Éden n’était autre qu’une annonce du péché : sans les sages précautions divines, l’oisiveté aurait déjà menacé Adam. Tout le pessimisme d’Augustin, si évident dans les Confessions dès les récits qu’il fait de sa jeunesse, éclate encore une fois au grand jour, à mille lieues de l’interprétation allégorique et lumineuse qu’Origène pro­posait du texte biblique. Le Moyen Âge et la Réforme ont trouvé là tous les éléments d’une « éthique de l’occupation ».

3Demeurant au voisinage de l’Éden, S. Piron s’arrête ensuite sur une figure féminine du judaïsme ancien qui fut finalement délaissée et même effacée de la Bible : Ashérah. L’auteur affronte, par ce biais, les problèmes posés par la composition de la Genèse. Si la plupart des biblistes s’accordent sur une mise en forme définitive du Pentateuque entre la seconde moitié du ve siècle et le ive siècle av. n. è., les textes juifs doivent être replacés dans leurs contextes d’élaboration antérieurs pour permettre, chapitre par chapitre, livre par livre, de plus fines tentatives de datation. Comme on le sait, ces textes se sont inspirés des épopées mésopotamiennes qui fournissent d’utiles points de comparaison avec la Bible. Diverses déesses en lien avec la souveraineté y jouent un rôle déterminant. Or le premier judaïsme n’a pas ignoré cette souveraineté féminine. Ainsi, les fouilles d’Ougarit, cité cananéenne des xive et xiiie siècles av. n. è., ont-elles fait apparaître des textes où Ashérah est la compagne du dieu El et la mère de soixante-dix dieux mineurs (l’auteur aurait pu mentionner de même le site de Kuntillet Ajrud, dans le Sinaï, où des formules de bénédiction associent Yahvé et « son Ashérah »). Le culte de cette déesse s’est longtemps maintenu avant qu’Asa (1 R 15,12), Gédéon (Jg 6,25, 36), Ezéchias (2 R 18,4) ne le répriment. S. Piron suggère alors de relire attentivement le quatrième chapitre du livre d’Osée où Ashérah apparaît entre les lignes. Selon toute vraisemblance, Gomer, l’épouse inconstante du prophète, serait restée attachée à la déesse contre laquelle son époux est parti en guerre. On finit par voir comment s’estompe le culte d’Ashérah, lié notamment au monde animal et végétal. Une large part du sensible lui revenait. Les souvenirs de ce pendant féminin de Yahvé pourraient encore imprégner la Genèse : Ève, au pied de l’arbre, est la seule à parler au serpent. Aussi comprend-t-on mieux la progressive mise à l’écart du féminin dans la Bible, ce qui ne va pas sans conséquence : si l’on voulait paraphraser Baudelaire, on pourrait dire que d’après Gn 2-3, « la femme est naturelle, c’est-à-dire abominable », elle serait trop proche de ce monde vivant que la Genèse, dans sa version définitive, recommande pourtant de dominer, sous la houlette exclusive du dieu unique.

4Au chapitre suivant (« VI. L’occupation du temps »), l’Antiquité refait surface. L’auteur cherche cette fois à saisir d’où vient la promotion chrétienne du travail, que rien ne laissait présager dans les évangiles. Jésus est certes fils de charpentier, mais jamais il ne vante les mérites des travaux artisanaux ou agricoles. Au fond, ses préoccupations sont ailleurs. Paul vient cependant combler les silences du Christ. Son intransigeance se lit dans la seconde épître aux Thessaloniciens : « Celui qui ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus ». Il se montre fidèle aux conceptions juives du travail et, dans leur majorité, les chrétiens sont conduits à lui emboîter le pas. Au ive siècle, une lettre de Jérôme à Rusticus dit sans ironie : « Active-toi à quelque ouvrage, que le diable te trouve toujours occupé ». Dans le même temps, les Pères du désert égyptien vont modeler le futur monachisme : avec eux, l’activité manuelle devient un trait essentiel de la vie ascétique. Ils tressent des paniers et les détressent ensuite, ils s’absorbent tout entiers dans leur tâche : « Chérémon l’ascète termina sa vie assis et fut trouvé mort sur sa chaise, tenant son ouvrage dans les mains » (Histoire lausiaque, 47). Cette conception du travail charrie avec elle son lot d’ambi­guïtés : s’agit-il de trouver une forme de sagesse dans la répétition des mêmes gestes ? Où commencent la mortification et la culpabilité de ne jamais en faire assez ? Ces questions méritent d’être pensées depuis leur émergence, complétant plutôt qu’invalidant les analyses wébériennes sur l’ascétisme intramondain.

5D’autres chapitres de ce livre ménagent une place intéressante aux prodromes antiques de nos modes d’organisation économique. Une partie du chapitre VIII, qui a pour titre « Généalogie de la valeur », revient sur Aristote et ses réflexions sur la justice dans l’échange, telles qu’elles sont exprimées dans l’Éthique à Nicomaque. Lu dans la traduction latine élaborée par Robert Grosseteste au xiiie siècle, le texte aristotélicien provoque des erreurs d’interprétation qui contribuent à obscurcir le sens du terme ualor, déjà polysémique depuis le Haut Moyen Âge. Les méprises sur la notion de valeur courent jusqu’à Marx et jusqu’aux économistes de notre temps. Elles s’accompagnent de difficultés à justifier les échanges monétaires : les antiquisants trouveront encore, justement, de la matière à penser dans le chapitre X précisément dévolu à la monnaie, dont l’un des points de départ est l’Asie Mineure du vie siècle. Ici, les travaux de Clarisse Herrenschmidt sur les globules d’électron du sanctuaire d’Artémis à Éphèse et leurs caractères d’offrande sont mis à profit (Les Trois Écritures. Langue, nombre, code, Paris, Gallimard, 2007, p. 229-262), tout en insistant sur les symboliques attachées à l’institution monétaire, étroitement liée à la constitution d’un trésor et à l’affirmation territoriale des souverains.

6Cet ouvrage prouve donc la nécessité de retours périodiques à toutes les Antiquités dont l’Occident s’est fait l’héritier. Par la multiplicité d’analyses transversales que propose S. Piron, cette étrange construction sociale qu’est « l’économie » n’apparaît plus nimbée d’une aura sacrée : toutes ses strates sont mises à nu, ses formes changeantes révélées ; l’agitation des hommes, jusqu’à la fébrilité parfois, s’y dévoile dans ses causes les plus lointaines (même si elles ne sont pas exclusives). L’auteur fait voir la nature des violences qui se jouent entre hommes et femmes aussi bien qu’entre l’humanité et le reste du vivant. Parce qu’elle éclaire les raisons de certains grands malheurs contemporains, cette Généalogie de la morale économique est un beau livre qui aide à comprendre le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet et Sarah Rey, « Sylvain Piron, Généalogie de la morale économique (L’occupation du monde, t. 2) »Anabases, 35 | 2022, 354-356.

Référence électronique

Corinne Bonnet et Sarah Rey, « Sylvain Piron, Généalogie de la morale économique (L’occupation du monde, t. 2) »Anabases [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 10 avril 2022, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/anabases/14225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.14225

Haut de page

Auteurs

Corinne Bonnet

Université Toulouse Jean-Jaurès
Corinne.bonnet@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Sarah Rey

Université Polytechnique Hauts-de-France
sarah.rey@uphf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search