Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Comptes rendusDavid Graeber et David Wengrow, A...

Comptes rendus

David Graeber et David Wengrow, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité

Clément Bur
p. 329-331
Référence(s) :

David Graeber et David Wengrow, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2021, 744 p. / ISBN 9791020910301, 29,90 € (traduction par Élise Roy de The Dawn of Everything : A New History of Humanity, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2021).

Texte intégral

1David Graeber, décédé en 2020, était un anthropologue américain connu pour ses prises de position radicales comme l’illustrent deux de ses ouvrages ayant rencontré un certain succès médiatique : Debt : The First 5,000 Years (2011) et surtout Bullshit Jobs : A Theory (2018). Il cosigne avec David Wengrow, archéologue britannique spécialiste des débuts de l’Égypte phara­onique, un livre qui s’inscrit dans la mouvance anarchiste de l’anthropologie, courant qui a le vent en poupe ces dernières années puisque Against the Grain. A Deep History of the Earliest States (2018) de James C. Scott avait déjà suscité un réel engoue­ment. D. Graeber et D. Wengrow proposent à leur tour une « deep history » dans The Dawn of Everything : A New History of Humanity, un best-seller auréolé de récompenses traduit quasi immédiatement en français, en italien et en allemand.

2Cette somme est une attaque en règle contre la théorie évolutionniste structurant encore trop souvent notre conception de l’histoire de l’humanité. Les auteurs visent ici les recherches sur les origines des inégalités et de l’État qui subiraient encore l’influence plus ou moins inconsciente du mythe d’Adam et Ève, mais aussi des théories hobbesiennes et surtout rousseauistes. Ils dénoncent en particulier le postulat qui lie complexité sociale découlant d’un accroissement de la communauté et hiérarchisation selon un processus engagé depuis le néolithique. Il s’agit de démontrer comment l’humanité s’est retrouvée piégée, selon eux, dans un système monolithique de domination étatique légitimée par ces récits et théories. Ils ne prétendent cependant pas faire des chasseurs-cueilleurs un exemple de société idéale puisqu’ils réfutent tout autant leur supposé caractère égalitaire. Contre ce qu’ils considèrent comme un mythe des origines, les auteurs entendent montrer au contraire l’extrême diversité des modes d’organisation des sociétés humaines depuis des millénaires et souligner que l’État fut plus l’exception que la règle jusqu’à tout récemment. Ils s’appuient pour cela sur de nombreux exemples issus de la recherche récente en archéologie et en anthropologie sur tous les continents (même si l’Amérique prédomine). L’antiquisant ne peut que saluer cette entreprise qui vise à sortir le public du présentisme dénoncé par François Hartog, de l’obsession pour l’histoire contemporaine (voire très contemporaine), rejetant les expériences plus anciennes comme des états révolus – et souvent regardés avec condescendance – dont le seul mérite serait d’avoir conduit à notre société actuelle.

3Comme il est malheureusement impos­sible de résumer en quelques lignes un livre aussi dense et foisonnant, je me contenterai de signaler les points les plus stimulants pour le lecteur d’Anabases. Tout d’abord, les auteurs ont à cœur de réhabiliter la pensée et les institutions des sociétés extra-européennes encore trop souvent considérées comme se situant à une étape antérieure aux sociétés occidentales sur l’échelle du progrès. Cette idée serait due aux philosophes des Lumières qui reléguèrent au stade de primitifs les indi­gènes pour répondre à leurs critiques sur le manque de liberté dans les sociétés occidentales. En effet, la liberté de partir, de désobéir et de « reconfigurer sa réalité sociale », constitua longtemps le pilier de la majorité des sociétés humaines selon les auteurs qui déplorent sa disparition. Ils soulignent ainsi que, si des européens choisirent de vivre avec les indigènes, l’inverse n’arriva jamais et que les Occi­dentaux durent recourir à la force pour convertir les colonisés à leur modèle social et politique. Cette réflexion s’accompagne d’une analyse particulièrement intéressante de l’influence de la pensée « sauvage » sur la pensée occidentale, avec notamment l’exemple du chef wendat Kondiaronk.

4La naissance de l’État – et donc la ques­tion du pouvoir – constitue le cœur de l’ouvrage. C’est pourquoi D. Graeber et D. Wengrow reviennent d’abord sur la révolution agricole considérée géné­ralement comme inéluctable et comme indissociable de l’émergence des premiers États. Ils montrent que de nombreuses sociétés s’efforcèrent au contraire de ne pas y recourir et adoptèrent même des traits culturels opposés à leurs voisins selon un processus de « schismogénèse » qu’ils mobilisent fréquemment. Les auteurs défendent également l’idée que l’adoption de l’agriculture n’entraînait que rarement la clôture des champs et que la propriété privée apparut plutôt dans des contextes sacrés. Ils soulignent enfin l’importance des femmes dans l’émergence des techniques agricoles, parlant de savoir féminin. Ils poursuivent leur réfutation de la vision évolutionniste de l’histoire en s’opposant également à la théorie des quatre stades (bande, tribu, chefferie et État). Ils distinguent à la place trois formes élémentaires de domination (par la violence, le savoir, ou le charisme) pouvant chacune se « cristalliser sous une forme institutionnelle propre – souverai­neté, administration, politique héroïque » (p. 525) mais qui s’associent aussi pour former différents types de régimes.

5Tout au long du livre, l’antiquisant trou­vera ample matière à réflexion et à remise en cause de ses propres préjugés. Un des exemples les plus frappants est ainsi le refus de considérer les mégasites ukrainiens et moldaves (1 000 habitations réparties sur 300 ha à Taljanky au ive millénaire par exemple) comme de véritables villes car on n’y trouve aucune trace d’État. D’autres exemples, comme ceux des logements sociaux dans certaines villes américaines, montrent que la vie en ville n’impliquait pas nécessairement un gouvernement vertical. L’étude des changements saisonniers de l’ordre social chez certains peuples renverse la perspective puisque l’on s’intéresse habituellement au rapport entre pouvoir et espace. Les auteurs s’intéressent enfin au jeu, notamment rituel, et à son rôle comme terrain d’expérimentation sociale. L’étude du caractère spectaculaire du pouvoir les conduit également à s’interroger sur le pouvoir réel de certains chefs (comme le Grand Soleil des Natchez) qui ne dépasse parfois guère leur environnement immédiat.

6L’ouvrage fourmille d’exemples, souvent peu connus des antiquisants, qui sont autant d’invitations au comparatisme et à changer notre regard sur les institutions antiques. Il offre également de nombreuses idées, plus ou moins originales, qui, si elles n’emportent pas toujours l’adhésion, ont le mérite de susciter la réflexion et de suggérer de nouvelles pistes de recherches. On peut toutefois regretter deux choses. L’écriture à quatre mains, le décès de D. Graeber avant la finalisation du manuscrit et sa longue gestation (près de dix ans) donnent le sentiment d’une suite de dossiers juxtaposés faisant parfois perdre le fil de la démonstration. Ensuite les opinions et arguments contraires sont évacués un peu rapidement (comme le reconnaissent les auteurs p. 649). Il n’en demeure pas moins que cette lecture est doublement salutaire. D’abord, comme citoyen, parce que ce livre déborde d’optimisme : en présentant l’incroyable diversité des expériences sociales de l’humanité, les auteurs incitent à poursuivre cette expérimentation pour résoudre les problèmes contemporains. Ensuite, comme historien, parce qu’il nous pousse à l’introspection et à réfléchir aux préjugés qui nous hantent et qui freinent notre compréhension de l’altérité des sociétés antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Bur, « David Graeber et David Wengrow, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité »Anabases, 36 | 2022, 329-331.

Référence électronique

Clément Bur, « David Graeber et David Wengrow, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité »Anabases [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/anabases/15084 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.15084

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search