Navigation – Plan du site
Traditions du patrimoine antique

Trois interpretationes de l’«  Antigone  » de Sophocle. Gentien Hervet (1541), Georges Rataller (1550) et Jean Lalemant (1557)

Michele Mastroianni
p. 61-77

Résumés

Dans ce travail on étudie trois interpretationes latines de l’Antigone de Sophocle  : celle de Gentien Hervet (1541), celle de Georges Rataller (1550) et celle de Jehan Lalemant (1557). Il s’agit de traductions ayant pour objectif de venir en aide à ceux qui désiraient accéder au texte original sans avoir une parfaite connaissance de la langue grecque. Dans cette perspective, les traducteurs se reconnaissent dans une filière qui remonte au moins à Érasme. Ces trois interpretationes accentuent le caractère sentencieux du texte original, transformant la tragédie de Sophocle en un véritable florilège de maximes morales, ce qui influence au niveau du langage la lecture chrétienne de la tragédie ancienne. La présente étude analyse les lettres-dédicaces et préfaces, qui soulignent certains problèmes posés aux traducteurs, surtout en ce qui concerne les parties chorales. Afin d’éclaircir les difficultés d’interprétation, on discute la traduction de l’incipit du célèbre chœur consacré à une réflexion sur la dignité de l’homme (Sophocle, Antigone, 332-333).

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1 Cf. A. Mussato, Écérinide. Épîtres métriques sur la poésie. Songe, éd. et trad. J.-F. Chevalier, (...)
  • 2 Trois tragédies latines humanistes  : «  Achilles  » d’Antonio Loschi, «  Progne  » de Gregorio C (...)
  • 3 Cf. M. Pastore-Stocchi, «  Un chapitre d’histoire littéraire aux xive et xve siècles  : «  Seneca (...)
  • 4 Cf. E. Borza, Sophocles redivivus  : la survie de Sophocle en Italie au début du xvie siècle  : é (...)
  • 5 Cf. H. Hauvette, Un exilé florentin à la cour de France au xvie siècle. Luigi Alamanni, 1495-1556 (...)
  • 6 Opere Toscane di Luigi Alamanni […], Lugduni, Sebast. Gryphius excudebat, 1533, p. 134-195.
  • 7 L. de Baïf, Tragedie de Sophoclés intitulee Electra […], Paris, Estienne Roffet, 1537  ; Id., Tra (...)
  • 8 Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, a cura di M. Mastroianni, Alessandria, Edizioni de (...)

1Parmi les genres littéraires classiques que le xvie siècle entend faire renaître en France (comme en Italie), la tragédie est sans doute considérée comme le genre le plus prestigieux (probablement à cause des jugements d’Horace et Aristote). Toutefois, en même temps, c’est le dernier genre à être reconstitué selon les modèles anciens. En effet, si l’on excepte quelques tentatives au xive siècle (telles que l’Ecerinis d’Albertino Mussato1), ou encore quelques essais érudits au xve siècle2, dans le sillon de l’imitation de Sénèque3, il faut attendre la quatrième décennie du xvie siècle pour avoir, en Italie comme en France, des tragédies reproduisant fidèlement la structure classique4. C’est le cas de la Tragedia di Antigone de Luigi Alamanni, probablement composée en Italie avant 15225, mais imprimée en France, à Lyon6, en 1533. C’est aussi le cas, pour ce qui concerne la France, de la Tragedie de Sophoclés intitulee Electra7, de Lazare de Baïf, publiée en 1537, ou de l’Antigone de Sophoclés, de Calvy de La Fontaine, datée de 1542, restée inédite jusqu’à nos jours8. Il s’agit de traductions/réélaborations des textes grecs, qui marquent le commencement d’une production qui deviendra de plus en plus fertile.

2Le retard relatif de cette production, par rapport aux autres genres classiques repris à la Renaissance, est dû surtout à la difficulté présentée par les textes d’origine. Nous en avons un témoignage dans la floraison de traductions en latin et en vernaculaires, surtout dans la première moitié du xvie siècle, une floraison qui caractérise la culture de la Renaissance, mais dans une perspective très différente par rapport à la tradition des traductions médiévales. En effet, au xvie siècle, ce sont en particulier la traduction et la réélaboration des tragédies que nous devons considérer comme étant à la base du phénomène de la «  renaissance  » humaniste. Ce phénomène a comme justification la volonté de fournir une aide à la lecture de l’original, dont tous les traducteurs dénoncent l’obscurité.

  • 9 Il s’agit de l’épître d’Érasme Guilielmo archiepiscopo Cantuariensi primati Britanniae, «  Cum in (...)
  • 10 Ibid., p. 217.
  • 11 Ibid.

3C’est à cause de cette obscuritas que les réélaborateurs en italien et en français se sont souvent servis d’intermédiaires, c’est-à-dire de traductions latines des textes grecs. Le but de ces versions en latin est déclaré par tous les traducteurs. Or, le premier de ces traducteurs en latin est Érasme  : quoique néerlandais, il peut être considéré comme un personnage étroitement lié au milieu culturel français par l’influence que ses interpretationes d’Euripide ont exercée en France à l’époque de l’Humanisme. Lorsqu’il traduit, entre 1504 et 1506, l’Hécube et l’Iphigénie en Aulide d’Euripide, dans une lettre-dédicace à William Warham, archevêque de Canterbury, il affirme que son propos en tant que traducteur est celui d’offrir une version fidèle et littérale du texte grec («  Graecanici poematis figuras quasique filum representare, […] verbum pene verbo reddere, […] ubique sententiae vim ac pondus summa cum fide Latinis auribus appendere9  »). En même temps, Érasme souligne la difficulté qu’il y a à traduire les chœurs, qu’il considère si obscurs qu’ils nécessiteraient un interprète, tel qu’Œdipe ou encore Apollon («  Adde nunc choros nescio quanam affectione adeo obscuros, ut Oedipo quopiam aut Delio sit opus magis quam interprete10  »). Par la suite, Érasme énumère encore les obstacles qui rendent difficile la traduction  : il s’agit de difficultés métriques, stylistiques et rhétoriques. Mais il faut considérer, comme le souligne Érasme, la corruption des manuscrits, la rareté des exemplaires et le fait qu’à l’époque il n’y avait pas de traductions précédentes pouvant être imitées («  Accedit ad haec codicum depravatio, exemplarium inopia, nulli interpretes ad quos confugiamus11  »).

  • 12 Cf. B. Garnier, Pour une poétique de la traduction. L’«  Hécube  » d’Euripide en France de la tra (...)

4En 1507, le premier traducteur français, François Tissard, nous offre la version latine de trois autres tragédies d’Euripide  : Médée, Hippolyte et Alceste. Comme Bruno Garnier l’a justement remarqué, «  dans l’intéressante préface en latin on trouve déjà les principes qui dessinent le traducteur humaniste de tragédies, attaché religieusement à la lettre de son original, voué à un labeur sans gloire pour l’utilité de ses lecteurs, sensible aux figures du discours et à la valeur philosophique et morale attribuée à la tragédie et à Euripide12  »  :

  • 13 Cf. F. Tissard, Euripidis tragoediae Medea, Hippolytus et Alcestis, cité par B. Garnier (p. 39-40 (...)

Primum (tamen) illorum post votis morem gerendo ut verbo verbum fideliter unumquodque redderem, nec constructionibus quibuspiam rudibus nimis ac nimis asperis terrerer, quae non multum eleganter nec sine figura dicendi in latinum possunt ad verbum verti. […] Prodest tamen hac tempestate talis tamque severa translatio his qui Graecis insudare decernunt, quandoquidem magis illorum utilitatis esse quibus traducitur quam eorum qui traducunt censeo, quippe qui traducendo nulla prorsus nec voluptate nec delectatione fruuntur, sed labore et molestia  ; […] tamen amicis obtemperare et publicae scholasticorum neotericorum quidem utilitati consulere quam mihi ipse malebam. […] Namque originem istarum rerum hisce in tragoediis ab Euripide tam claro nobilique tragico et scientia et doctrina et antiquitate (fuit enim sub Socrate philosophiae moralis inventore Platonis et Aristotelis condiscipulus) in praesentiarum habes13.

5En 1534, un humaniste allemand, recteur de l’université de Leipzig, Joachim Camerarius, publie une interpretatio latina ad verbum d’une sélection de tragédies d’Eschyle, Sophocle et Euripide, plusieurs fois réimprimée en France au xvie siècle (et dont l’édition d’Henri Estienne de 1567 fut très répandue) qui a comme but, elle aussi, de faciliter la lecture du texte grec.

6La perspective change dans les années trente-quarante avec la parution des premières traductions/réélaborations en vernaculaires. Pour ce qui concerne la France il s’agit de l’Electra de Lazare de Baïf et de l’Antigone de Calvy de La Fontaine, que nous venons de citer. En effet, dans ces cas, il ne s’agit plus de fournir une simple interpretatio ad litteram pour accompagner la lecture du texte grec, mais plutôt de faire une œuvre littéraire qui puisse transposer dans l’heureuse langue française la beauté de l’original classique. Tel est en effet le programme annoncé par Calvy dans la lettre-préface Au lecteur  :

  • 14 Cf. Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 15.

En la lecture duquel si cler et eloquent œuvre je me suis plusieurs foys esbahy mais encores plus esmerveillé comment il nous demouroit en tenebres et silence, de sorte que à mon petit jugement, saulve la grandeur et preference d’aultruy, telle taciturnité m’a semblé faire tort et à nous et à ce prince des poetes tragiques digne certes et bien meritant en nostre heureuse langue et avecques nous renommee perpetuelle, luy non moins fameux poetique illustrateur de la Grece que le facond orateur Demosthenés. A cette cause j’ay esté induict et quasi contraint d’employer ma hardiesse et ma force, si temerité et foyblesse doibvent estre ainsi appellees, pour te le traduire en vers françoys. A quoy avec le temps et non sans travail finallement suys parvenu, ne ignorant point qu’il ne meritast meilleure traduction, et que je ne me soys pris trop hault  : confessant tres bien sa Minerve tres haultaine, ma Muse tres basse, sa Melpomene tres clere, ma vaine tres obscure14.

7Dans la même adresse au lecteur Calvy rappelle l’existence d’une traduction en prose de l’Antigone précédant sa réélaboration en vers  :

  • 15 Ibid.

Ces jours passés, lecteur est tombee entre mes mains la quatriesme tragedie de Sophoclés traduicte de grec en prose françoyse par ung noble docte et saige personnaige de ce reigne non encores mise en plaine lumiere ne divulguee15.

  • 16 Cf. notre commentaire (Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 103-221).
  • 17 1542  : J. Amyot, Les Troades (in Euripide, Les Troades – Iphigenie en Aulis, traductions inédite (...)

8Nous ne connaissons pas ce texte en prose ni l’influence qu’il a pu exercer sur l’ouvrage de Calvy. Il faut bien dire tout de même que Calvy, en suivant fidèlement le texte de Sophocle, amplifie et interprète souvent l’original grec dans une perspective de christianisation16. La traduction en vers français de l’Electra que nous venons de citer, ainsi que d’autres traductions en vers parues avant 155017, sont plus fidèles à l’original que l’interpretatio de Calvy, même si les exigences métriques et de rime contraignent les auteurs à des variations et amplifications.

9En ce qui concerne, par contre, les traductions latines de tragédies grecques continuant à paraître au fil du xvie siècle, il n’en va pas ainsi. Il s’agit toujours de fournir des supports à la lecture du texte grec, bien plus que dans le cas des versions françaises. Néanmoins, par rapport aux premières interpretationes (d’Érasme, de Tissard, ou de Camerarius), on remarque toujours davantage un exercice rhétorique et des prétentions stylistiques dans l’utilisation du latin. Toutefois, ces versions latines peuvent aider à la compréhension de certains glissements sémantiques par rapport à l’originel grec.

II

  • 18 Sophoclis Antigone, tragoedia a Gentiano Herveto Aurelio traducta e Graeco in Latinum, Lugduni, a (...)
  • 19 Sophoclis Antigone  : une impression de 1550 est une édition non recognita par l’auteur, qui publ (...)
  • 20 Sophoclis Antigone, in Sophoclis Tragicorum veterum facile principis Tragoediae, quotquot extant, (...)

10Nous nous bornerons ici à trois exemples de traduction de la même tragédie grecque, l’Antigone de Sophocle  : la traduction de Gentien Hervet (1541)18, celle de Georges Rataller (1550)19 et celle de Jehan Lalemant (1557)20.

  • 21 Cf. pour un profil bio-bibliographique, La France des Humanistes. Hellénistes I, par J.-Fr. Maill (...)

11Parmi les trois, Gentien Hervet (1499-1584)21 est le personnage qui a la plus grande envergure. Dans sa longue vie il fréquenta les milieux intellectuels les plus importants, en France et en Angleterre, où il fut au service d’illustres personnalités de la vie politique et religieuse. À la suite du cardinal Pole, qui, à Londres, lui avait confié l’éducation de l’un de ses frères, Hervet alla à Rome, où il devint secrétaire du cardinal Cervini (le futur pape Marcel II) qu’il accompagna à l’ouverture du Concile de Trente, en 1545. Rentré en France en 1553, Hervet participa activement à la vie (et à la politique) religieuse du royaume. En 1561 il suivit comme vicaire général l’évêque d’Orléans (ville et université auxquelles il resta toujours attaché) au colloque de Poissy, où Hervet fut remarqué par le cardinal Charles de Lorraine, qui le fit chanoine de Reims. Ce même Charles de Lorraine l’employa pour la réforme du diocèse, l’emmenant aussi aux dernières sessions du concile de Trente, en 1563. Ainsi, Hervet devint l’un des grands promoteurs en France des délibérations du concile et fut polémiste et prédicateur contre les protestants pendant les guerres de religion. D’ailleurs, même son activité de philologue, en tant que traducteur du grec, fut souvent orientée vers des buts apologétiques  : c’est le cas de ses traductions en latin des Pères grecs (Basile de Césarée, Jean Chrysostome, Maxime le Confesseur, etc.) qui avaient traité de la présence réelle dans l’Eucharistie – traductions qui devaient fournir des textes à l’appui de la polémique antiprotestante.

  • 22 «  Gentianus Hervetus Ioanni Turnoni decano Nozerensi s. d.  », lettre citée in La France des Hum (...)

12En effet, à l’intérieur d’une production très vaste (controverses théologiques, interventions sur la discipline ecclésiastique, un catéchisme, etc.), les traductions du grec en latin sont les œuvres qui valurent à Hervet sa grande renommée. La traduction de l’Antigone de Sophocle est sans doute son chef-d’œuvre. Dans la lettre-dédicace22, qui se veut une exaltation de la poésie classique selon les schémas traditionnels («  Quid enim iucundius iis esse potest, qui musarum mysteriis sunt initiati, quam in varia cum Latinorum, tum Graecorum, qui elegantissime scripserunt, autorum lectione versari  ?  »), Hervet considère le genre tragique comme le plus convenable à une époque pleine d’événements dramatiques  :

  • 23 Ibid., p. 194.

Tragoediae autem, quae est humanarum calamitatum quoddam veluti speculum, est hoc tempore iucundior lectio, quod his iam viginti annis tot tumultus sunt excitati, ut perpetua quaedam tragoedia iure videri possit23.

13Hervet est fortement conscient du fait que son travail trouve sa raison d’être dans l’aide offerte à ceux qui veulent accéder au texte original sans avoir une parfaite connaissance de la langue grecque. Dans cette perspective, il s’inscrit dans une tradition qui remonte au moins à Érasme. De même que son illustre prédécesseur, Hervet souligne la difficulté de rendre la métrique complexe des chœurs. Il déclare ne vouloir rendre que la pensée (sententia) de l’original, tout en négligeant la variété des mètres, et il demeure fidèle au propos d’exprimere sententiam. Mais c’est là qu’on retrouve une nouveauté foncière par rapport aux traductions littérales précédentes. L’interpretatio d’Hervet accentue le caractère sentencieux du texte original, transformant la tragédie de Sophocle en un véritable florilège de maximes morales  : ce qui influence, au niveau du langage, la lecture chrétienne de la tragédie ancienne.

  • 24 Pour des renseignements au sujet de Rataller, cf. les articles «  Rataller  » in Nouvelle biograp (...)
  • 25 Ces tragédies sont publiées in Tragoediae selectae a Aeschyli, Sophoclis, Euripidis. Cum duplici (...)
  • 26 Tragoediae Sophoclis quotquot extant carmine Latino redditae Georgio Ratallero, in supremo apud B (...)

14Georges Rataller (1528-1581)24, philologue et poète néolatin, est d’origine flamande  : néanmoins ses traductions latines des tragédies de Sophocle, de même que les traductions de Camerarius, ont circulé surtout en France, où elles furent largement consultées et utilisées. Né en 1528 à Leuwarden, en Hollande, et mort à Utrecht en 1581, Rattaler suivit des études de littérature et de philologie à l’école de Macropedius. Il étudia aussi le droit à Louvain, à Bourges, à Dôle et à Padoue. De retour d’Italie, il poursuivit une carrière politique prestigieuse. Référendaire au Conseil d’Artois et, par la suite, au Conseil de Malines entre 1550 et 1566, il fut envoyé entre 1566 et 1569 à la cour du Danemark, en tant que représentant de Marguerite de Parme, la régente des Pays-Bas. Le long de toute sa carrière politique, Rataller s’adonna à une intense activité humaniste, surtout comme traducteur du grec en latin. Tout jeune, en 1546, il publia une traduction en vers latins du poème d’Hésiode, Les Travaux et les Jours. À Louvain il commença à traduire Sophocle, dont il diffusa les tragédies, dans son cercle d’amis, au fur et à mesure qu’il les achevait. À son insu furent publiées à Lyon en 1550 trois tragédies (Ajax, Antigone, Électre)25, qui ont joui d’une large fortune en France, servant aussi de modèle aux interpretationes de Jehan Lalemant qui pilla le texte de Rataller. En 1570, Rataller, ayant achevé la version des sept tragédies de Sophocle, publia le corpus complet de ces tragédies, révisant et réécrivant ses premières traductions26. Il s’agit de la seule édition reconnue par l’auteur. Lorsque Rataller mourut, il était en train de travailler à la traduction en vers latins des tragédies d’Euripide  : en 1581, les textes déjà achevés (Phoenissae, Hippolytus coronatus, Andromacha) furent publiés à Anvers.

15Dans sa lettre-dédicace à Frédéric Perrenot, frère du cardinal du Granvelle, lettre liminaire à l’édition officielle de 1570, Rataller commence par évoquer le problème de l’édition pirate de 1550, qui avait diffusé les rédactions non recognitae. La protestation de Rataller est significative, par le fait qu’elle met en évidence le long travail de révision auquel les versions finales ont été soumises, et, par conséquent, le désir de l’auteur de parvenir à une élégance formelle et à une précision philologique particulièrement soignées. En même temps, Rataller met l’accent, comme ses prédécesseurs, sur les difficultés textuelles que pose l’original grec. Lui aussi, comme l’avait déjà fait Hervet, compose un éloge de la tragédie classique, genre littéraire dont il souligne à la fois le but moral et pédagogique et dont il célèbre la supériorité par rapport aux écrits des philosophes  :

  • 27 Édition d’Anvers citée, ff. *3v – *4r.

Quae omnia etsi ex philosophorum libris, ubi latius ista uberiusque disputantur, peti possunt, fit tamen ut eadem in tragoediis varietate exemplorum, καὶ δεικτικῶς illustrata magis afficiant, animisque hominum inhaereant tenacius, quae quasi coram geri videntur. Quam egregia passim exempla obvia sunt, quibus princeps vitam meliorem reddere, quibus alteram sortem adversis sperare, secundis discat metuere  ? Quis adeo est ferreo vel obstinato ad scelera pectore qui Oedipi aerumnas, aerumnarumque caussas legens, non moveatur, non mutetur  ? Cui non meridiana luce clarius appareat, divinitus sic comparatum, ut atrocia flagitia poenae etiam consequantur consimiles  ? Quid de Atreo, et Thyeste, quid de miserrima Priami fortuna, quid de aliis dicam  ? Quorum etsi veterum alii libri meminere, cum tamen in aures, cum in oculos incurrunt, magis feriunt animos27.

16Cet éloge de la tragédie devient un éloge de la vie intellectuelle en général, de l’otium, que l’on exerce principalement dans cette activité littéraire, qui a passionné plusieurs grands hommes de l’antiquité  :

  • 28 Ibid., f. *4r.

In eiusmodi sane, ut insulsi isti rerum aestimatores putant, ludicris non piguit olim summos viros ocium consumere, uti Sophoclem, quem M. Tullius alicubi inter philosophos recenset, ac doctissimum hominem, poetamque divinum nominat ad extremam pene senectutem, Dionem, Dionysium Siculorum tyrannum, C. Caesarem, Octavium Augustum, et alios, quos longum esset enumerare28.

17Parmi les trois traducteurs dont il est question ici, Rataller est sûrement le plus «  philologue  », c’est-à-dire le plus attentif aux aspects techniques du langage tragique grec. En effet, le traducteur met en évidence les problèmes posés par la traduction des parties chorales, dans un petit paragraphe (De ratione versuum ad lectorem) – une espèce d’avertissement au lecteur, conçu comme un avant-propos au texte traduit  :

  • 29 Ibid., f. *5v.

De ratione carminum, quibus usus est Sophocles, non puto abs re fore, si paucis admoneam, extra choros vix alio genere, quam iambicis trimetris acatalecticis usum fuisse. Sub finem Oedipi Tyranni aliquot sunt versus trochaici tetrametri, ut etiam in Oedipo Colonaeo, et aliquot exametri in Philoctete, quos ubique etiam nos reddidimus. In choris ob varia, et Latinis inusitata, et multa incognita genera, id praestare non liquit, sed ubi in iis notare atque animadvertere potuimus anapaestica, trochaica, et alia id genus Latinis usitata, ea, pro eo atque in nobis fuit, expressimus. Qui autem περὶ μέτρων, quae usurpat in choris Sophocles, plenius erudiri desiderat, is, quae huc pertinebunt, ex Demetrio Triclinio Graeco grammatico petat, qui opusculum ea de re editum reliquit29.

  • 30 Cf. article «  Lalemant  » in C. Muteau, J. Garnier, Galerie bourguignonne, Dijon, J. Picard, 185 (...)
  • 31 Cf. Sophoclis Tragicorum veterum facile principis Tragoediae.

18Le troisième traducteur latin, Jehan Lalemant, est presque un inconnu. On a sur lui fort peu de renseignements30. Médecin et érudit, il naquit et vécut à Autun, où il mourut dans la deuxième moitié du xvie siècle. Il acquit une certaine renommée par ses travaux de médecine et d’érudition historique, et notamment Anni Hebraei et omnium fere exterarum et praecipuarum gentium ratio et cum Romano collatio, Genevae, 1571. Ayant fait, comme la plupart des médecins humanistes de son époque, des études classiques solides, il acquit une bonne connaissance du grec et du latin, ce qui lui permit d’accomplir toute une série de traductions du grec en latin et du grec en français. Nous pouvons citer la traduction en français des Philippiques de Démosthène, la traduction en latin de quelques-unes des œuvres de Galien et d’Hippocrate et, surtout, la traduction latine des tragédies de Sophocle, publiée en 155731.

19Lalemant, on l’a dit, utilise la traduction non recognita de Rataller et dans sa préface souligne lui aussi l’importance du genre littéraire tragique, qu’il considère vitae humanae speculum, tout comme la comédie. En outre, il attribue à son œuvre de traducteur une fonction d’explication du sens «  mystérieux  » du texte poétique  :

  • 32 Ibid., ff. 8v-9r (In Sophoclis tragoedias praefatiuncula per Ioannem Lalamantium).

Quoniam poetae solent involucris, et ambagibus veritati tenebras offundere, et veluti suo velum poemati praetendere, ut inde quasi a mysteriis sacrorum ignarum vulgus et indoctum (cuius tamen instruendi praecipua cura esset habenda) arceant, nihil me alienum a meo instituto facturum existimavi, si velum, quod singulis Sophoclis tragoediis praetensum est, contraherem, et veritatem, quae figmento poetico subest, patefacerem. Sic enim existimavi, fore uti noster hic labor inanis, et frustra susceptus permultis videretur, nisi quae sub aenigmate dicta sunt a Sophocle, ob oculos eorum ponerem, qui vel Oedipum domi non habent, vel Delio egent natatore. […] Et vero cum tragoedia non minus quam comoedia vitae humanae speculum sit, hominumque mores, dicta, facta, fortunae varios incertosque eventus, et vitae calamitates, haec in humilibus, illa in heroum personis repraesentet, non video, quomodo quis sese veluti in speculo possit contemplari, ni apud se perpendat et consideret, quid sib ires velit, et quo tendat operis argumentum  : quod et ipsum cum tectum sit et velatum, ab his qui interpretationem poetarum suscipiunt, siquidem docere volunt, est retegendum32.

20En effet, dans la perspective de Lalemant, la version doit aider non seulement à traduire fidèlement d’une langue à l’autre, mais aussi à éclaircir un texte qui, comme tout ouvrage poétique, cache mysteria sacrorum et voile la vérité figmento poetico.

III

21Pour qu’on puisse se rendre compte de la portée des trois interpretationes latines et de leurs caractères spécifiques, nous allons analyser brièvement la version d’un des passages les plus célèbres – et en même temps problématiques – de l’Antigone de Sophocle.

  • 33 Cf. Mastroianni, Le Antigoni sofoclee, p. 203-221 (chap. VI  : «  Miseria o dignità dell’uomo  ?  (...)
  • 34 Cf. Sophocle, Les Trachiniennes – Antigone, texte établi par A. Dain et traduit par P. Mazon, Par (...)

22Il s’agit du premier stasimon de l’Antigone (vv. 332-383) considéré, en général, comme un hymne à la dignitas hominis. Dans le contexte d’une tragédie qui développe une réflexion sur le comportement de l’homme par rapport aux lois divines et aux lois humaines, le chœur évoque les conquêtes de ce même homme, capable de soumettre à son propre pouvoir les forces de la nature, mais capable aussi de créer les institutions sociales33. Nous allons citer la traduction de Paul Mazon34, l’une des versions françaises qui font le plus autorité, tout en considérant qu’à cause de la difficulté du texte grec, on est ici face à une hypothèse interprétative plus qu’en présence d’une traduction ad litteram  :

Il est bien des merveilles en ce monde, il n’en est pas de plus grande que l’homme. Il est l’être qui sait traverser la mer grise, à l’heure où soufflent le vent du Sud et ses orages, et qui va son chemin au milieu des abîmes que lui ouvrent les flots soulevés. Il est l’être qui tourmente la déesse auguste entre toutes, la Terre, la Terre éternelle et infatigable, avec ses charrues qui vont chaque année la sillonnant sans répit, celui qui la fait labourer par les produits de ses cavales. Les oiseaux étourdis, il les enserre et il les prend, tout comme le gibier des champs et les poissons peuplant les mers, dans les mailles de ses filets, l’homme à l’esprit ingénieux (περιφραδὴς ἀνήρ, v. 347  : Hervet, ingeniosus homo  ; Rataller, plenus industria homo  ; Lalemant, solers homo et industrius). Par ses engins il se rend maître de l’animal sauvage qui va courant les monts, et, le moment venu, il mettra sous le joug et le cheval à l’épaisse crinière et l’infatigable taureau des montagnes. Parole, pensée vite comme le vent, aspirations d’où naissent les cités, tout cela, il se l’est enseigné à lui-même, aussi bien qu’il a su, en se faisant un gîte, se dérober aux traits du gel ou de la pluie, cruels à ceux qui n’ont d’autre toit que le ciel. Bien armé contre tout, il ne se voit désarmé contre rien de ce que lui peut offrir l’avenir. Contre la mort seule, il n’aura jamais de charme permettant de lui échapper, bien qu’il ait déjà su contre les maladies les plus opiniâtres imaginer plus d’un remède. Mais, ainsi maître d’un savoir dont les ingénieuses ressources dépassent toute espérance, il peut prendre ensuite la route du mal tout comme du bien. Qu’il fasse donc dans ce savoir une part aux lois de sa ville et à la justice des dieux, à laquelle il a juré foi  ! Il montera alors très haut dans sa cité, tandis qu’il s’exclut de cette cité le jour où il laisse le crime le contaminer par bravade. Ah  ! qu’il n’ait plus de part alors à mon foyer ni parmi mes amis, si c’est là comme il se comporte  !

23Ce stasimon pose plusieurs problèmes d’interprétation. D’abord en raison de la signification problématique des vers 332-333 (Πολλὰ τὰ δεινὰ κοὐδὲν ἀν- / θρώπου δεινότερον πέλει), ensuite à cause de l’ambiguïté et de l’incertitude concernant le sens de certains passages. Il est donc nécessaire de faire quelques sondages dans cette direction.

  • 35 Cf. le commentaire à l’Antigone, in Sofocle, Tragedie e frammenti, vol. I, a cura di G. Paduano, (...)

24Avant tout, il nous semble important de relever que l’interprétation de ce stasimon, en tant que célébration de la grandeur humaine, est en contradiction avec le contexte de la tragédie. Un contexte qui est, finalement, le moins indiqué pour une exaltation de la dignitas hominis. Lorsque le chœur entonne son chant, des événements terribles ont été évoqués  : le sort maudit d’Œdipe, la lutte fratricide entre Étéocle et Polynice, la profanation du cadavre de Polynice, la rage furieuse (l’ὀργή) de Créon. Guido Paduano a souligné que ce stasimon «  a posé à la critique l’un des problèmes les plus compliqués de tout le théâtre sophocléen, à cause justement des difficultés à résoudre, si l’on essaie de comprendre le sens de l’action dramatique qui est en train de se dérouler et son rapport avec la réflexion du chœur35  ». En effet, ce stasimon semble être davantage une méditation sur l’ambiguïté de l’homme qu’une exaltation de sa grandeur. Son interprétation dépend de la signification des termes δεινά, δεινότερον.

25Voici comment sont employés ces termes dans le texte de Sophocle et leur traduction dans les interpretationes latines qui nous intéressent  :

Sophocle, Antigone, vv. 332-333  :
Πολλὰ τὰ δεινὰ κοὐδὲν ἀν- / θρώπου δεινότερον πέλει.
(«  Bien des choses au monde sont merveilleuses (étonnantes, terribles, effrayantes), mais aucune n’est plus merveilleuse (étonnante, terrible, effrayante) que l’homme  »).

Gentien Hervet, Sophoclis Antigone, vv. 354-355 (in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, édition par M. Mastroianni, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2000, p. 245)  :
Ingeniosa multa  : sed / nihil acutius viro.

Georges Rataller, Sophoclis Antigone, vv. 364-366 (in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 301)  :
Plurima ubique stupenda videmus  : / sed nihil aeque stupendum, ac hominem / Natura parens protulit unquam.

Jehan Lalemant, Sophoclis Antigone, vv. 527-532 (in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 363-364)  :
Multa passim miracula, / multam ubique solertiam / ostentat natura. At nihil / producit haec ipsa tamen / quicquam aut admirabilius / aut solertius homine.

26En grec, l’adjectif δεινός se charge de deux significations opposées. En général il est employé pour signifier ce qui suscite la terreur ou l’émerveillement. Dans certains contextes, il exprime la splendeur éblouissante de l’intelligence humaine, dans d’autres la monstruosité du mal ou encore le pouvoir terrible de la Destinée. Τὸ δεινόν signifie ce qui est excessif et nous étonne, en bien comme en mal. C’est pour cette raison que les traductions modernes de Sophocle rendent δεινός tantôt par «  admirable, merveilleux  », tantôt par «  terrible  » (et par leurs synonymes). Toutefois, le choix de «  terrible  » semble plus convaincant.

  • 36 Cf. Longoni, «  L’Antigone di Luigi Alamanni  », in Antigone, volti di un enigma, p. 79-107  ; M. (...)

27En effet l’interprétation de δεινός comme adjectif qui qualifie positivement remonte aux interpretes du xvie siècle français. Avant eux, Luigi Alamanni, publiant en 1533 à Lyon sa Tragedia di Antigone, qui devait jouir en France d’une fortune exceptionnelle36, avait traduit δεινός par «  noioso e rio  », c’est-à-dire «  nuisible et méchant  »  :

  • 37 Cf. L. Alamanni, Tragedia di Antigone, vv. 456-459, a cura di F. Spera, Torino, Edizioni Res, 199 (...)

Tra quanti altri animali
Creò natura mai sott’alcun clima,
Nessun (se ben s’estima)
Si truova più dell’uom noioso e rio37.

  • 38 Ibid., vv. 512-515, p. 28.

28Il est clair que, pour Alamanni, le texte de Sophocle n’était pas ambigu, et le stasimon proposait une réflexion sur la négativité des pouvoirs de l’homme, sûrement pas une exaltation de la dignitas hominis. D’ailleurs, après cette définition solennelle («  il n’y a personne de plus nuisible ni de plus méchant que l’homme  »), Alamanni amplifie le texte grec, en accentuant la violence exercée par l’homme sur la nature. En outre, Alamanni renforce son interprétation pessimiste par une variante introduite dans un passage crucial de ce stasimon. Là où Sophocle se borne à dire que l’homme «  peut prendre la route du mal tout comme du bien  » (v. 366), Alamanni ajoute que celui qui, tout en commettant le mal, croit être un homme, est en réalité une bête féroce («  chi prezzando poco / il bene, in cure vil gli anni comparte, / […] / deh com’è fera ch’esser uom si crede38  !  »).

29Par contre, les premières traductions latines en France établissent cette version qu’on pourrait définir comme optimiste, qui va transformer le chœur de Sophocle en une célébration de la dignitas hominis. Ce qui advient à partir de la traduction du πολλὰ τὰ δεινά. Chez Hervet δεινός est traduit par ingeniosus et acutus  ; chez Rataller δεινός devient stupendus  ; chez Lalemant τὸ δεινόν et δεινός sont rendus par miraculum, solertia, admirabilis, solers. Les deux premières versions-réélaborations en langue française – celle de Calvy de La Fontaine (1542) et celle de Jean-Antoine de Baïf (1573) – sont probablement redevables de la traduction de Hervet. En effet, chez eux aussi, on retrouve l’interprétation positive de δεινός. Calvy, pour sa part, traduit δεινός par excellent  :

  • 39 Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, vv. 585-590, p. 35.

Combien qu’au monde y ayt cent mille choses
Esquelles sont maintes vertuz encloses,
combien qu’au monde y ayt maincte industrie
Tres excellente au parfaict accomplye,
Rien ne se trouve ainsi excellent comme
Est triumphant et plain de gloire l’homme39.

30Baïf laisse tomber δεινός, escamotant ainsi les difficultés posées par l’interprétation de πολλὰ τὰ δεινά. Toutefois, lorsqu’il exalte l’esprit humain «  inventeur  », Baïf pourrait être influencé par l’adjectif ingeniosus dont Hervet se sert en traduisant δεινός   :

  • 40 J.-A. de Baïf, Antigone, vv. 395-398, in La tragédie à l’époque d’Henri II et de Charles IX. vol. (...)

Qu’est-ce que l’esprit humain
Pour s’aider n’a inventé  ?
Et qu’y a-t-il que sa main
N’ait hardiment attenté40  ?

  • 41 Nous pouvons citer quelques-unes de ces traductions «  optimistes  », réimprimées jusqu’à présent (...)
  • 42 Cf. Antigone di Sofocle nella traduzione di Friedrich Hölderlin, con un saggio di G. Steiner, Tor (...)

31Il faudra attendre l’époque romantique pour redécouvrir l’interprétation «  pessimiste  », sans doute la plus correcte, même si parmi les critiques modernes certains préfèrent l’option «  optimiste41  ». En effet, en 1804, Hölderlin, dans une traduction d’Antigone qui fera date, pour rendre δεινός42 choisit l’adjectif ungeheuer. Ungeheuer évoque la monstruosité et s’adapte fort bien à la situation d’horreur de la pièce.

  • 43 Cf. Tragoediae selectae Aeschyli, Sophoclis, Euripidis, cum duplici interpretatione Latina, una a (...)

32Ce qu’il y a de sûr, c’est que la version que nous qualifions d’«  optimiste  » remonte aux interpretes français de la Renaissance, et d’abord aux traducteurs néo-latins, qui ont eux-mêmes été influencés par une traduction latine ad verbum de l’érudit allemand Joachim Camerarius [Kammermeister] (1500-1574), transmetteur de nombreux textes classiques, dont les versions latines littérales d’auteurs grecs avaient été utilisées dans les écoles en Europe, et surtout en France. Camerarius avait traduit δεινός par sagax («  Multa sagacia  : at nihil homine sagacius est43  ») et dans un commentaire qui, en 1534, accompagnait sa traduction, il avait noté  :

  • 44 Cf. Commentarii interpretationum Argumenti Thebaidos Fabularum Sophoclis, authore Ioachimo Camera (...)

Chori carmen ingenium humanum praedicat, neque quicquam homine dicit esse callidius, nec item audacius, perque fas et nephas ruere in omnia. Talis fere est sententia Horatianae Odae, cuius initium, Sic te diva potens44.

  • 45 Cf. Hor., Carm., I, 3, 25-26  : «  Audax omnia perpeti / gens humana ruit per uetitum nefas  » (é (...)

33En réalité, l’adjectif sagax de la traduction de Camerarius, à la lumière de cette note, se charge d’une signification ambiguë, sinon négative, puisqu’il est rapproché des adjectifs callidus et audax. Un rapprochement qui renvoie à la perspective horatienne de la troisième Ode du premier livre, où la race humaine est décriée en tant que capable «  de s’élancer, dans son audace à tout endurer, sur la voie interdite de l’impiété45  ». On voit donc comment ces traductions peuvent fonder une interprétation conceptuelle du texte grec qui, parfois, altère le sens de l’original, à cause d’un glissement sémantique, même si à la base de la version il y a, comme dans ce cas, un jeu d’intertextualité avec la poésie latine classique.

34Dans la partie finale du stasimon les variantes des trois traductions latines attestent la difficulté du texte  :

Sophocle, Antigone, vv. 365-375 (trad. de P. Mazon, revue par nous)  :
Σοφόν τι τὸ μηχανόεν / τέχνας ὑπὲρ ἐλπίδ' ἔχων, / τοτὲ μὲν κακόν, ἄλλοτ' ἐπ' ἐσθλὸν ἕρπει, /νόμους παρείρων χθονὸς / θεῶν τ' ἔνορκον δίκαν / ὑψίπολις ἄπολις· ὅτῳ τὸ μὴ καλὸν / ξύνεστι τόλμας χάριν· / μήτ' ἐμοι παρέστιος γέ- / νοιτο μήτ' ἴσον φρονῶν / ὅς τάδ' ἔρδοι.
(«  Mais, ainsi maître d’un savoir dont les ingénieuses ressources dépassent toute espérance, [l’homme] peut tantôt prendre la route du mal tantôt la route du bien. S’il veut accueillir les lois de son pays et la justice des dieux à laquelle il a juré foi, il sera très haut dans sa cité (ὑψίπολις)  : il sera exclu de cette cité (ἄπολις), si par orgueil il accueille le mal. Ah  ! celui qui se comporte de cette façon, qu’il n’ait plus de part à mon foyer qu’il ne puisse partager mes pensées  »).

Gentien Hervet, Sophoclis Antigone, vv. 382-392 (in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 245-246)  :
Vafer is, atque callidus / arteis praeter spem habens, / nunc ad malum, sed nunc ad bonum vergit, / revellens leges patriae, / Deumque iustitiam, nunc patria / superbus, nunc inimicus patriae  : / et honestum qui nihili / facit ob audaciam. / Sed mihi nec familiaris, / iure nec aequalis siet, / haec qui facit.

Georges Rataller, Sophoclis Antigone, vv. 404-418 (in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 245-246)  :
[…] artibus, et sapientia, / quam credi posset, maiore / est preditus. Aliquando / ad virtutis studium fertur, / aliquando ad vitium. Cum patrias / servat leges et iustitiam, / tota colitur in urbe. / At quando nullo temerarius / studio movetur honesti / vilior est, quam ut civeis inter / numeretur aut locum habeat. / O utinam neque eodem mecum / tecto unquam contingat vivere, / nec amicus fiat, qui talia / patrare facinora audet.

Jehan Lalemant, Sophoclis Antigone, vv. 600-625 (in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 365-366)  :
Solers inventum est illius, / maioreque, ac credi queat, / excogitandis artibus / praeditus est prudentia. / Et modo in vitium ruit, / modo fertur ad studium / virtutis. Cumque patrias / servat leges, tunc civium / habetur praestantissimus, / et tota in urbe colitur. / At cuicunque studium / nullum honesti est, sed dedecus / sustinet et opprobria, / vivitque in ignominia, / nae ille dignus est qui suae / stultae poenas audaciae / det, et extorris patria / civitateque careat. / Ne mihi sit ille utinam / unquam vicinus, aut vero / sub iisdem sit trabibus / mecum, sed nec unanimis / eadem mecum sentiat, / aut vivat amicus mihi, / haec quicunque facinora / patrare improbus sustinet.

  • 46 Cf. Alamanni, Tragedia di Antigone, vv. 505-515, p. 28  : «  Questo intelletto sprona / talora al m (...)

35L’introduction d’une donnée qui n’existe pas dans le texte grec (Hervet  : «  honestum qui nihili facit  »  ; Rataller  : «  quando nullo […] studio movetur honesti  »  ; Lalemant  : «  cuicunque studium nullum honesti est  »), mais qui correspond à une addition/variante de la traduction italienne de Luigi Alamanni («  ma chi prezzando poco il bene46  »), démontre l’influence de la réélaboration italienne sur les versions composées en France (latines et en langue vulgaire). Le renvoi à Alamanni est dû au fait que le stasimon (comme d’habitude toutes les parties chorales des tragédies grecques) est obscur et que la traduction relève d’une tentative d’éclaircissement du texte original, sinon d’une véritable lecture exégétique du texte grec.

36En guise de conclusion, on peut dire que les traductions signalées ne sont certainement pas des chefs-d’œuvre poétiques. Toutefois, les versions mentionnées nous offrent le témoignage d’un travail inlassable sur les ouvrages grecs pour y découvrir les secrets de la langue et, surtout, pour pénétrer le sens des textes poétiques d’origine. Ainsi, par leur entreprise, les traducteurs s’engagent dans un dialogue intertextuel – se lisant mutuellement – et ils donnent une contribution d’une indéniable valeur pour l’édification du grand laboratoire humaniste.

Haut de page

Notes

1 Cf. A. Mussato, Écérinide. Épîtres métriques sur la poésie. Songe, éd. et trad. J.-F. Chevalier, Paris, Les Belles Lettres, 2000  ; S. Locati, La rinascita del genere tragico nel Medioevo  : l’«  Ecerinis  » di Albertino Mussato, Zurich, University of Zurich, Faculty of Arts, 2006.

2 Trois tragédies latines humanistes  : «  Achilles  » d’Antonio Loschi, «  Progne  » de Gregorio Correr et «  Hiensal  » de Leonardo Dati, éd. et trad. J.-F. Chevalier, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

3 Cf. M. Pastore-Stocchi, «  Un chapitre d’histoire littéraire aux xive et xve siècles  : «  Seneca poeta tragicus  », in Les tragédies de Sénéque et le théâtre de la Renaissance, études réunies par J. Jacquot, Paris, cnrs, 1964, p. 11-36  ; Humanist Tragedies, translated by Gary R. Grund, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2011. Cf. aussi W. Cloetta, Die Anfänge der Renaissancetragödie, Halle, Niemeyer, 1892.

4 Cf. E. Borza, Sophocles redivivus  : la survie de Sophocle en Italie au début du xvie siècle  : éditions grecques, traductions latines et vernaculaires, Bari, Levante, 2007.

5 Cf. H. Hauvette, Un exilé florentin à la cour de France au xvie siècle. Luigi Alamanni, 1495-1556. Sa vie et son œuvre, Paris, Hachette, 1903, p. 120 et 239-250  ; F. Longoni, «  L’Antigone di Luigi Alamanni  », in Antigone, volti di un enigma. Da Sofocle alle Brigate Rosse, a cura di R. Alonge, Bari, Edizioni di Pagina, 2008, p. 79-107.

6 Opere Toscane di Luigi Alamanni […], Lugduni, Sebast. Gryphius excudebat, 1533, p. 134-195.

7 L. de Baïf, Tragedie de Sophoclés intitulee Electra […], Paris, Estienne Roffet, 1537  ; Id., Tragedie de Sophoclés intitulee Electra, a cura di F. Fassina, Vercelli, Edizioni Mercurio, 2012.

8 Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, a cura di M. Mastroianni, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2000.

9 Il s’agit de l’épître d’Érasme Guilielmo archiepiscopo Cantuariensi primati Britanniae, «  Cum in animo  » (188, éd. Allen). Ici nous citons de Euripidis Hecuba et Iphigenia latinae factae Erasmo interprete, éd. J. H. Waszink, in Desiderii Erasmi Roterodami, Opera omnia (I-1), Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1969, p. 193-359, ici p. 218.

10 Ibid., p. 217.

11 Ibid.

12 Cf. B. Garnier, Pour une poétique de la traduction. L’«  Hécube  » d’Euripide en France de la traduction humaniste à la tragédie classique, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 39.

13 Cf. F. Tissard, Euripidis tragoediae Medea, Hippolytus et Alcestis, cité par B. Garnier (p. 39-40) qui traduit  : «  […] c’est d’abord en me conformant à leurs recommandations que je rendis fidèlement chaque mot séparément par un mot sans craindre l’excès de rudesse et d’âpreté de certaines constructions qui ne peuvent être rendues en latin que privées d’élégance et de figures oratoires. […] Cependant, à l’époque où nous vivons, des traductions semblables, et ô combien sévères, sont utiles à qui destine sa sueur à l’étude des grecs, puisqu’à mon sens elles servent mieux l’intérêt de ceux pour qui la traduction est faite que l’intérêt de ceux qui traduisent, lesquels, en effet, ne retirent aucun plaisir ni délectation, mais labeur et désagrément […]  ; pourtant ce n’est pas à moi-même que je préférais obéir, mais aux amis et assurément à l’intérêt public des savants modernes. […] Et l’origine de ces valeurs, la voici sans plus tarder  : elle réside dans les tragédies ci-après d’Euripide, qui doit sa célébrité et sa noblesse à son tragique, à son savoir, à sa formation, et à son âge antique  : il fut en effet sous l’autorité de Socrate – inventeur de la philosophie morale – le condisciple de Platon et d’Aristote  ».

14 Cf. Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 15.

15 Ibid.

16 Cf. notre commentaire (Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 103-221).

17 1542  : J. Amyot, Les Troades (in Euripide, Les Troades – Iphigenie en Aulis, traductions inédites de Jacques Amyot, textes établis par L. de Nardis, Napoli Bibliopolis, 1996)  ; 1544  : G. Bochetel, Hécube (La Tragedie d’Euripide nommee Hecuba, Paris, Robert Estienne, 1544)  ; 1545-1547  : J. Amyot, Iphigénie en Aulis (dans Euripide, Les Troades – Iphigenie en Aulis)  ; 1549  : Th. Sébillet, L’Iphigénie en Aulide (L’Iphigéne d’Euripide, Paris, Gilles Corrozet, 1549).

18 Sophoclis Antigone, tragoedia a Gentiano Herveto Aurelio traducta e Graeco in Latinum, Lugduni, apud Steph. Doletum, 1541.

19 Sophoclis Antigone  : une impression de 1550 est une édition non recognita par l’auteur, qui publia en 1570 une édition définitive profondément corrigée dans Tragoediae Sophoclis quotquot extant, carmine Latino redditae Georgio Ratallero […], Antverpiae, ex officina Gulielmi Silvii, 1570.

20 Sophoclis Antigone, in Sophoclis Tragicorum veterum facile principis Tragoediae, quotquot extant, septem […]. Nunc primum Latinae factae, et in lucem emissae per Ioannem Lalamantium […], Lutetiae, apud Michaelem Vascosanum, via Iacobaea, ad insigne fontis, 1557.

21 Cf. pour un profil bio-bibliographique, La France des Humanistes. Hellénistes I, par J.-Fr. Maillard, J. Kecskeméti, C. Magnien, M. Portalier, Turnhout, Brepols, 1999, p. 185-276  ; C. Magnien, article «  Hervet (Gentien)  » in Centuriae Latinae II. Cent une figures humanistes de la Renaissance aux Lumières, réunies par C. Nativel, avec la collaboration de C. Magnien, M. Magnien, P. Maréchaux et I. Pantin, Genève, Droz, 2006, p. 371-379.

22 «  Gentianus Hervetus Ioanni Turnoni decano Nozerensi s. d.  », lettre citée in La France des Humanistes, p. 193.

23 Ibid., p. 194.

24 Pour des renseignements au sujet de Rataller, cf. les articles «  Rataller  » in Nouvelle biographie générale, t. XLI, sous la direction de M. le Dr. Hoefer, Paris, Didot, 1862, p. 686-687, et in Biographie universelle ancienne et moderne. Supplément, t. LXXVIII, Paris, Michaud Éditeur, 1846, p. 344-345. Cf. aussi M. Mastroianni, avant-propos à G. Rataller, Sophoclis Antigone, in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 283-286.

25 Ces tragédies sont publiées in Tragoediae selectae a Aeschyli, Sophoclis, Euripidis. Cum duplici interpretatione Latina, una ad verbum, altera carmine. Ennianae interpretationes locorum aliquot Euripidis. […]. (Lugduni) excudebat Henr. Stephanus, illustris viri Huldrichi Fuggeri, 1557.

26 Tragoediae Sophoclis quotquot extant carmine Latino redditae Georgio Ratallero, in supremo apud Belgas regio Senatu Mechliniæ Consiliario, et libellorum supplicum Magistro, interprete, Antverpiae, ex officina Gulielmi Silvii, typographi regii, 1570.

27 Édition d’Anvers citée, ff. *3v – *4r.

28 Ibid., f. *4r.

29 Ibid., f. *5v.

30 Cf. article «  Lalemant  » in C. Muteau, J. Garnier, Galerie bourguignonne, Dijon, J. Picard, 1858-1860. Cf. aussi M. Mastroianni, avant-propos à J. Lalemant, Sophoclis Antigone, in Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, p. 341-343.

31 Cf. Sophoclis Tragicorum veterum facile principis Tragoediae.

32 Ibid., ff. 8v-9r (In Sophoclis tragoedias praefatiuncula per Ioannem Lalamantium).

33 Cf. Mastroianni, Le Antigoni sofoclee, p. 203-221 (chap. VI  : «  Miseria o dignità dell’uomo  ?  »).

34 Cf. Sophocle, Les Trachiniennes – Antigone, texte établi par A. Dain et traduit par P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 19622, p. 84-86 et J.C. Kamerbeek, The Plays of Sophocles. Commentaries. Part III. The Antigone, Leiden, E.J. Brill, 1978, p. 13-15 et 82-86.

35 Cf. le commentaire à l’Antigone, in Sofocle, Tragedie e frammenti, vol. I, a cura di G. Paduano, Torino, utet, 1982, p. 274-275.

36 Cf. Longoni, «  L’Antigone di Luigi Alamanni  », in Antigone, volti di un enigma, p. 79-107  ; M. Mastroianni, «  La Tragedia di Antigone di Luigi Alamanni e L’Antigone de Sophoclés di Calvy de La Fontaine. Un caso di intertestualità  ?  », Le Moyen Français, 66 (2010), p. 69-86. Cf. aussi Hauvette, Un exilé florentin à la cour de France au xvie siècle, p. 120 et 239-250.

37 Cf. L. Alamanni, Tragedia di Antigone, vv. 456-459, a cura di F. Spera, Torino, Edizioni Res, 1997, p. 26.

38 Ibid., vv. 512-515, p. 28.

39 Calvy de La Fontaine, L’Antigone de Sophoclés, vv. 585-590, p. 35.

40 J.-A. de Baïf, Antigone, vv. 395-398, in La tragédie à l’époque d’Henri II et de Charles IX. vol. V  : 1573-1575, dir. par E. Balmas et M. Dassonville, Paris-Firenze, puf-Olschki, 1993, p. 32.

41 Nous pouvons citer quelques-unes de ces traductions «  optimistes  », réimprimées jusqu’à présent  : «  Many wonders there be, but naught more wondrous that man  » (de F. Storr, London, The Loeb Classical Library, 1912)  ; «  Il est bien des merveilles en ce monde, il n’en est pas de plus grande que l’homme  » (de P. Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1955)  ; «  Molti sono i prodigi, e nulla è più prodigioso dell’uomo  » (de F. Ferrari, Milano, Rizzoli, 1982).

42 Cf. Antigone di Sofocle nella traduzione di Friedrich Hölderlin, con un saggio di G. Steiner, Torino, Einaudi, 1996, p. 45  : «  Ungeheuer ist viel. Doch nichts / ungeheurer, als der Mensch  ».

43 Cf. Tragoediae selectae Aeschyli, Sophoclis, Euripidis, cum duplici interpretatione Latina, una ad verbum, altera carmine […], [Genevae,] excudebat Henricus Stephanus, 1567, p. 767  : il s’agit d’un recueil où les traductions de Rataller sont accompagnées de la traduction ad verbum de Camerarius de 1534.

44 Cf. Commentarii interpretationum Argumenti Thebaidos Fabularum Sophoclis, authore Ioachimo Camerario […], Haganoae, ex Officina Seceriana, 1534, p. 72.

45 Cf. Hor., Carm., I, 3, 25-26  : «  Audax omnia perpeti / gens humana ruit per uetitum nefas  » (éd. F. Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 19596, p. 11).

46 Cf. Alamanni, Tragedia di Antigone, vv. 505-515, p. 28  : «  Questo intelletto sprona / talora al male, al ben talora altrui, / ma sol saggio è colui / ch’ama gli Dei, la patria, e l’alma fede, / e quanto altro possiede / come fral possession da sé diparte, / e gir lo lassa alla Fortuna in gioco  ; / ma chi prezzando poco / il bene, in cure vil gli anni comparte, / deh come giugne a notte innanzi sera  ! / deh com’è fera ch’esser uom si crede  !  ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Mastroianni, « Trois interpretationes de l’«  Antigone  » de Sophocle. Gentien Hervet (1541), Georges Rataller (1550) et Jean Lalemant (1557) », Anabases, 21 | 2015, 61-77.

Référence électronique

Michele Mastroianni, « Trois interpretationes de l’«  Antigone  » de Sophocle. Gentien Hervet (1541), Georges Rataller (1550) et Jean Lalemant (1557) », Anabases [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5229 ; DOI : 10.4000/anabases.5229

Haut de page

Auteur

Michele Mastroianni

Professeur de littérature française à l’université du Piémont Oriental.
Dipartimento di Studi Umanistici
michele.mastroianni@unipmn.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals