Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Le langage des époux grecs : lecture de quelques inscriptions1

Michela Costanzi
p. 125-138

Résumés

Le langage du couple grec, dont quelques échos demeurent dans les sources littéraires, se fait entendre aussi dans les inscriptions où l’on croit parfois même pouvoir reconnaître une certaine spontanéité. Cela est évident surtout dans les inscriptions privées, sur les objets de la vie quotidienne. Dans les inscriptions funéraires dédiées à un conjoint mort, les mots et les images sont souvent stéréotypés mais malgré cela, les sentiments ne semblent pas moins sincères vis-à-vis de l’époux ou de l’épouse disparus (aujourd’hui aussi, les situations de douleur donnent lieu à des expressions qui semblent banales et convenues). Et tout comme on reconnaît dans les épitaphes une forme de modernité, dans les inscriptions publiques d’époque impériale la vie privée du couple est mise en scène pour donner une image positive de certains personnages politiques, notamment au sein d’une institution comme le Conseil Amphictionique, alors réduit à un rôle honorifique. Finalement, ces couples grecs, où les femmes jouent un rôle non négligeable aux côtés de leurs maris, semblent étonnamment actuels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Hugues Berthelot d’avoir accepté de relire cet article.
  • 2 Sur le concept de couple dans l’Antiquité, voir J.-C. Bologne, Histoire du couple, Paris 2016, en (...)
  • 3 A.-M. Verilhac, Cl. Vial, « Les sources », in A.-M. Verilhac, Cl. Vial, Le mariage grec du VIe si (...)
  • 4 Verilhac, Vial, Le mariage grec du VIe siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste cit. ; Cl. Calame, « (...)
  • 5 Pour en citer quelques uns : Cl. Vatin, Recherches sur le mariage et la condition de la femme mar (...)

1Le langage du couple grec2 a laissé des échos dans les sources littéraires des Ve et IVe s. av. J.-C., surtout dans les drames, les tragédies et les comédies, et dans les plaidoyers, amplement étudiés3, sur lesquels je ne vais donc pas revenir. Mais de ce langage, il reste aussi des traces dans les inscriptions, sur lesquelles j’ai choisi de me concentrer pour différentes raisons. La première est que, dans la bibliographie moderne sur la question, une étude systématique sur ce sujet n’a jamais été réalisée. Certes, une abondante littérature existe sur le mariage grec4, ainsi que sur le rôle de la femme5 ; mais aucune de ces études n’aborde la question du langage du couple. J’ai pensé par ailleurs que c’était peut-être là que j’allais pouvoir trouver une forme d’expression plus directe, et pouvoir reconnaître une certaine spontanéité, en dépit des codes sociaux et stylistiques dont l’écriture pétrifiée est souvent empreinte.

  • 6 A. Conze, Die attischen Grabreliefs, Berlin-Leipzig, 1880-1922 (abr. Conze); W.Peek, Griechisch (...)
  • 7 En particulier, j’ai utilisé IG, SEG, BE ; W. Froehner, Les inscriptions grecques inter­prétées, (...)

2Les sources les plus importantes utilisées dans ce travail, accompli sans aucune réelle compétence dans les gender studies, mais avec le seul intérêt que j’ai pour l’épigraphie, sont donc les recueils d’inscriptions funéraires6 auxquels s’ajoutent d’autres d’un autre genre7.

  • 8 A.-M. Vérilhac, « L’image de la femme dans les épigrammes funéraires », in La femme dans le monde (...)
  • 9 G. Raepsaet, « Sentiments conjugaux à Athènes au Ve et IVe s. avant notre ère », Antiquité Classi (...)

3À partir de tels corpora, une étude sur l’image des femmes dans les épigrammes funéraires grecques avait été publiée, il y a quelques années8, mais qui se limitait aux inscriptions dédiées à celles-ci. Or, il existe aussi des inscriptions dédiées par les femmes à leurs maris, dont je souhaite présenter quelques exemples, qui ne relèvent pas uniquement du genre de l’épitaphe. Un article intéressant pour les idées qu’il offre est celui de G. Raepsaet9, mais cet auteur se borne aussi à faire référence aux inscriptions funéraires, alors qu’il existe des inscriptions d’une autre fonction, dont je vais donner un échantillon.

4Loin d’être une étude exhaustive sur le langage du couple, cet article a donc la modeste intention de présenter un choix d’inscriptions de types différents  : surtout des épigrammes funéraires, bien sûr, mais également des inscriptions privées et des inscriptions publiques, d’autant plus que ces textes semblent parler de couples bien vivants.

5Ces textes datent de l’époque classique à l’époque impériale, et proviennent de différentes parties du monde grec  : de la Grèce propre (l’Attique, la Béotie, et Delphes), de Rhodes et de la Libye, et de Rome.

6Si, à l’époque archaïque, les couples ne semblent pas exprimer leurs sentiments au travers des inscriptions, l’époque classique nous livre ce que nous appellerons des «  textes de couple  ». Il s’agit généralement d’inscriptions funéraires, gravées sur des stèles et qui, de ce fait, sont arrivées plus facilement jusqu’à nous. Cependant, un vase du Louvre offre un exemple qui montre que les couples grecs pouvaient s’adresser des phrases inscrites sur des objets de la vie quotidienne, dont on peut penser que leur fragilité a empêché qu’ils arrivent plus nombreux jusqu’à nous.

Inscription sur vase

Inscription de Mogéa à Eukharis (milieu du Ve s.)

7IG, VII, 3467

8Guarducci 1987, p. 362-363

9L’inscription est un graffito sur un canthare en argile, à vernis noir, retrouvé à Thespies, en Béotie, et datant du milieu du Ve s., conservé au Musée du Louvre.

10Μογέα δίδοτι τᾶι γυναι|κὶ δο͂ρον Εὐχάρι|τ’ Εὐτρετιφάντο κό|τυλον ὅς χ’ ἅδαν πίε.

  • 10 Les traductions, sauf indication différente, sont de l’auteur.

11«  Mogéa donne comme cadeau à sa femme Eukharis, fille d’Eutrétiphantos ce cotyle afin qu’elle boive à satiété10  ».

12Cette inscription a probablement été gravée directement par le mari, sur un objet de la maison, que le couple pouvait utiliser tous les jours, ou exposer pour faire rire les invités, et montre en effet le sens de l’humour du mari, qui peut-être trouvait sa femme un peu trop sage. Elle montre un échange plutôt affable entre mari et femme, dans le cours de la vie quotidienne  : les époux se moquent, s’amusent.

13Mais si cette inscription révèle un aspect de la vie quotidienne que mènent les deux époux, les sentiments du couple s’expriment surtout dans les inscriptions funéraires qui sont arrivées en nombre jusqu’à nous, grâce à la résistance de leur support, et parce que le moment de la mort était apparemment très favorable aux manifestations affectives adressées au conjoint.

14Comme Alain Pasquier l’a rappelé dans le présent recueil, les stèles funéraires étaient souvent fabriquées à l’avance. Elles étaient ensuite achetées au moment où on en avait besoin, sans que la représentation ait une relation nécessaire avec la personne défunte. Donc, il ne s’impose pas de chercher des rapports entre la représentation figurée et le texte gravé. Les inscriptions, en revanche, sont réalisées pour la personne morte, et expriment des sentiments et des sensations liés à cette personne. En présentant un petit choix de ces inscriptions funéraires, choix dicté surtout par l’exigence de proposer un échantillon de mots exprimant les sentiments du couple, je voudrais simplement faire remarquer que si, aux Ve et IVe s., ce sont surtout des maris qui rendent hommage à leur femme disparue (ce qui peut paraître normal, car on imagine pour les femmes quelque difficulté à disposer de l’argent nécessaire à l’achat d’une stèle et au paiement des services d’un lapicide), il convient cependant de ne pas oublier qu’à la même période on rencontre aussi des inscriptions où ce sont les femmes qui honorent le souvenir de leur mari.

Inscriptions dédiées à des femmes par leurs maris

Inscription de Ménékratès à sa femme Khairestratè (milieu du IVe s.)

15Conze 95, pl. 37

16IG, II/III2, 6288

17Peek GV, 421

18Clairmont 26, pl. 13

19La stèle, au Musée Archéologique National d’Athènes est fragmentaire  : la partie haute et la base sont perdues. L’inscription se compose de 4 hexamètres sur 5 lignes.

20[Χαιρεστράτη | Μεν]εκρ[άτους Ἰ]καριέως Μητρὸς παντοτέκνου πρόπολος | σεμνή τε γεραιρὰ τῶιδε τάφωι κείται | Χαιρεστράτη, ἣν ὁ σύνευνος ἔστρεξεν | μὲν ζῶσαν, ἐπένθησεν δὲ θανοῦσαν · | φῶς δ’ ἔλιπ’ εὐδαίμων παῖδας παίδων ἐπιδοῦσα.

21«  Khairéstratè (femme  ? fille  ?) de Ménékratès du dème d’Ikaria, servante de la Mère de tous les Dieux et vénérable vieillarde, c’est dans cette tombe qu’elle gît, Khairéstratè, que son mari concubin chérissait quand elle était en vie et qu’il pleure à présent qu’elle est morte  ; la lumière du jour, elle l’a quittée, bienheureuse, elle qui a contemplé les enfants de ses enfants  ».

22L’épiclèse utilisée pour Khairéstratè est normalement attribuée aux prêtresses du culte de Cybèle. Il s’agit ici d’une Athénienne prêtresse de ce culte, qui est mère et grand-mère et donc vieille et vénérable. Il faut remarquer qu’en général les épigrammes funéraires s’adressent à des jeunes femmes qui n’ont même pas pu avoir des enfants, ou alors à des femmes qui ont pu donner vie à une grande famille.

23Le mari ici est «  celui qui partage le lit  », qu’on dit aussi alochos, ou akoitès, et non pas le posis, mot à consonance poétique. Le verbe pour indiquer le sentiment qui unissait cette femme à son mari quand elle était en vie, est stergein (chérir)  : il est utilisé pour parler des sentiments conjugaux par exemple chez Euripide (Andromaque 214), mais surtout il indique le sentiment que manifestent les parents à l’égard de leurs enfants et réciproquement  ; il conviendrait très bien au statut de mère et grand-mère. L’autre verbe très fréquent est philein, tandis qu’eran (aimer avec passion) n’est jamais présent sur ces stèles  ; les sentiments conformes à la bienséance, sont modérés et sans excès. Le mari ne peut que pleurer sa femme maintenant qu’elle est morte (penthein, porter le deuil).

Inscription d’Antiphilos à sa femme Dionysia (vers 350 a.C.)

24Conze 858, pl. 166

25IG, II/III2, 11162

26Peek GV, 1810, GG, 92

27Clairmont 20, pl. 10

28Deux fragments retrouvés au Pirée et actuellement au Musée Archéologique National d’Athènes composent la stèle.

29Οὐχὶ πέπλους, οὐ χρυσὸν ἐθαύμασεν ἐμ βίωι ἥδε, | ἀλλὰ πόσιν τε αὐτῆς σωφροσύ[νην τ’ ἐφίλει]. | Ἀντὶ δὲ σῆς ἤβης, Διονυσία, ἡ<λ>ικίας τε | τόνδε τάφον κοσμεῖ σὸς πόσις Ἀντίφ[ιλος].

30«  Ni les robes, ni l’or, elle n’admira au cours de sa vie, mais son mari et la modération, elle les aimait. À la place de ta jeunesse, Dionysia, de ta maturité, c’est ce tombeau qu’orne ton époux, Antiphilos  ».

31Cette épigramme, malgré l’emploi du mot σωφροσύνη, qui est assez banal parmi les qualités attribuées aux femmes mortes, semble assez personnelle  ; la phrase qu’Antiphilos fait graver pour sa femme est originale  : elle n’aimait pas les choses frivoles, mais elle aimait la modération, et surtout son mari. Nous pouvons remarquer qu’ici l’inscription utilise deux mots qui indiquent deux phases de la vie d’une personne, ἣβη et ἡ<λ>ικία  : l’hébé indique l’adolescence, qui se conclut à 16 ans à Athènes, à 18 ans à Sparte, à 14 ans ailleurs ; quant à l’hélikia, c’est l’âge mûr, celui auquel la femme a normalement des enfants. On doit donc en déduire que cette fille est morte très jeune, avant même le terme de son hébé, peut-être avec un soupçon d’exagération poétique, et qu’elle n’a pas pu atteindre l’âge d’avoir des enfants. Le mari est le posis, et l’amour est indiqué avec le verbe philein (aimer avec affection).

Inscription de Damoclès à sa femme Kalliarista (premier quart du IVe s.)

32Peek GV, 893

33Clara Rhodos IX (1938), 81 ff., pl. 7, fig. 49-50

34REG 59-60 (1946-1947), 338, n. 158

35Clairmont 32, pl. 16

36La stèle, trouvée à Rhodes, où elle est conservée, est presque intacte. Elle est en marbre de Paros et de style attique  ; mais les stèles attiques n’ont presque jamais été retrouvées en dehors de l’Attique. Il est possible qu’on ait fait ériger à Rhodes ce monument par un artiste athénien ou formé à Athènes. L’inscription court sur deux lignes, et comporte 3 hexamètres suivis de 2 pentamètres.

37Ὅστις ἄριστος ἔπαινος ἐν ἀνθρώποισι γυναικός, | Καλλίαριστα Φιληράτο τοῦτον ἔχουσα ἔθανεν, σωφροσύνας ἀρετᾶς τε · ἀλόχωι πόσις ὅν<ε>κα τόνδε | Δαμοκλῆς στᾶσεν, μνημόσυνον φιλίας ; | ἀνθ᾽ὧν οἱ δαίμων ἐσθλὸς ἔποιτο βίωι.

38«  Le meilleur éloge du monde pour une femme, Kalliarista fille de Philératos l’a eu à sa mort, pour sa modération et sa vertu ; pour son épouse, pour ces raisons, son époux Damoklès l’a fait dresser en souvenir de son amour ; en échange puisse son esprit fidèle (de la défunte) le suivre dans sa vie  ».

39La dernière phrase montre un certain intérêt du mari, qui demande en échange de la stèle un destin favorable, auquel l’âme de la morte, ainsi satisfaite, peut contribuer. L’échange entre les époux peut ainsi continuer par-delà la tombe.

Inscription de Mélitè, femme d’Onèsimos (ca 350 a.C.)

40Conze 162, pl. 51

41IG, II/III2, 12067

42Peek GV, 1387, GG, 101

43Clairmont 39, pl. 19

44Inscription retrouvée au Pirée.

45Χαῖρε, τάφος Μελίτης · χρηστὴ γυνὴ ἐνθάδε κεῖται. Φιλοῦντα | ἀντιφιλοῦσα τὸν ἄνδρα Ὀνήσιμ|ον ἦσθα κρατίστη · τοιγαροῦν ποθεῖ | θανοῦσάν σε, ἦσθα γὰρ χρηστὴ γυνή. | Καὶ σὺ χαῖρε, φίλτατ’ ἀνδρῶν, ἀλλὰ | τοὺς ἐμοὺς φίλει.

46«  Salut, tombeau de Mélitè  ! C’est une femme de qualité qui gît ici. Aimant en retour un mari qui t’aimait, Onèsimos, tu étais la meilleure (des femmes) ; voilà pourquoi il te regrette, à présent que tu es morte, car tu étais une femme de qualité. Et toi, salut, le plus aimé des hommes, et aime les miens  !  ».

47L’inscription compte 6 lignes et demi  ; entre chaque vers l’espace d’une lettre est laissé comme pour marquer le début du vers suivant. Onèsimos dédie la stèle à sa femme Mélitè. Les trois premiers vers sont des mots d’Onèsimos, mais au vers 4 Mélitè elle-même répond à son mari, en le rassurant sur son amour et en lui rappelant d’aimer ceux qu’elle aime.

48Cette épigramme est alors un petit dialogue, et comme dans le cas précédent, la mort ne met pas un terme à la relation. La formule philein antiphilein est utilisée par deux auteurs, Platon (Phèdre 255d) et Aristote (Ethique à Nicomaque 1155b28, 1157b30, 1159a30).

Inscription de Moskhos à sa femme Myrtis (milieu du IVe s. environ)

49IG, II/III2, 12210a

50Peek GV 343

51Clairmont 40, pl. 20

52L’inscription, de provenance inconnue, est conservée à l’Institut Archéologique de Leipzig. Elle est en marbre pentélique.

53Ἱεροκλεία. Μυρτίς. Μυρτὶς Ἱεροκλείας θυγάτηρ, Μόσχου | γύνη, ἐνθάδε κεῖται, πλε͂στα τρόποις | ἀρέσασα ἀνδρὶ τε τοῖς τε ἔτεκε.

54«  Hiérocléia. Myrtis. Myrtis, fille de Hiérokléia, femme de Moskhos, ici gît, qui par son caractère plaisait énormément tant à son mari qu’à ceux qu’elle a enfantés  ».

55Les qualités de la défunte sont ici exprimées par un terme (τρόπος) qui va au-delà des notions traditionnelles de modestie et de retenue : c’est l’ensemble de sa personnalité et de son comportement qui est regretté.

Un exemple d’inscription dédiée par une femme à son mari

Inscription d’Erxis à son mari Démétrios (vers le milieu du IVe s.)

56Conze 191, pl. 54

57IG II/III2, 11103

58Peek GV, 1963

59Clairmont 42, pl. 21

60Cette inscription, de provenance inconnue, est conservée au Musée National d’Athènes.

61Δημήτριος. Θεοδότος. | Ψυχὴ μὲν προλιποῦσα τὸ σόν, [Δημήτριε, σῶμα] | οἴχεται εἰς Ἔρεβος · σωφροσύν[η δὲ τρόπων] | θάλλει ἀγήρατος · τύμβωι σε [θῆκε θανόντα] | Ἔρξις, ἴσον στέρξασ’ οἷσι τεκ[έεσσιν ἀεί]. | Ἄφθονον εὐλογίας πηγήν, Δημ[ήτριε, καλὸν] | ἀσκήσας κόσμον σωφροσύνη[ς, ἔλαβες] · | ὧν σὲ χάριν στέρξας Ἔρξις τεκ[έεσσιν ὁμοίως] | μνημεῖον φιλίας τεῦξε τάφ[ον φθιμένωι].

62«  Dèmètrios. Théodotos. Ton âme, quittant ton corps, Dèmètrios, part pour l’Erèbe  ; la modération de ton caractère fleurit, elle qui est sans âge  ; c’est au tombeau que t’a placé, à ta mort, Erxis, qui t’a toujours chéri autant que ses enfants. C’est une source abondante d’éloge que tu as gagnée, Dèmètrios, pour avoir adopté une bonne attitude de modération  ; t’ayant pour ces raisons chéri comme ses enfants, Erxis a fait faire, souvenir de votre amour, un tombeau pour toi qui es mort  ».

63Si les dédicaces des maris pour leurs femmes semblent plus fréquentes, cette épigramme est adressée par une épouse à son mari, dont on apprécie la sophrosuné, la modération, qualité qui n’est donc pas exclusivement féminine (cf. supra les inscriptions de Dionysia et Kalliarista). Le verbe qui exprime l’amour est encore stergein.

64On reviendra sur les inscriptions que les femmes dédient à leurs époux, lorsqu’on abordera les textes amphictioniques. Pour l’instant, il est intéressant de se pencher sur quelques exemples provenant de régions en dehors de la Grèce continentale.

Quelques inscriptions de Libye

  • 11 Les inscriptions libyennes sont en cours d’études par Mme Catherine Dobias-Lalou, qui les a tradu (...)

65Pour le IVe s., une inscription de Barca, en Libye, montre le même langage, les mêmes mots, mais aussi la même intention, toujours renouvelée, d’exprimer la douleur de la perte d’une personne aimée11.

Inscription d’Arata (Barca, milieu du IVe s.)

66SEG, 9, 362

67Peek GV 1912, GG 444

68SEG, 37, 1714

69Ἀράτα  : Καλλικράτε[υς | Ἐσπερῖτις | [Π]ορθμίδος εὐσέλμου μεδέων γέρον, ὃς διὰ πάν[τα] | νυκτὸς ὑπὸ σκιερᾶς πείρατα πλεῖς ποταμοῦ, | ἆρά τινα Ἀρατάς ἄλλαν ἀρετὰν ἴδες, εἴ γε | τάνδ’ ὑπὸ λυγαίαν ἄγαγες ἀϊόνα ; | [Ο]ὐκέτι τὰν ἁβρόπαιδα πάτραν σὰν Ἐσπερ[ίδ’ ὄψ]ηι | οὐδὲ τὸν ἔστεργες σὸν πόσιν, οὐδὲ τέκνωι | στρώσεις νυμφιδίαν εὐνὰν τεῷ. Ἦ μάλα δαίμων, | [Ἀ]ράτα, κρυερὰν σοί τιν’ ἔδειξεν ἀρὰν.

70«  Arata fille de Kallikratès, d’Euhespérides. Vieillard, maître de la barque aux bons bordages, qui dans ta navigation éternellement franchis le fleuve sous la nuit ombreuse, as-tu jamais vu une vertu surpassant celle d’Arata, s’il est vrai que tu l’as débarquée sur la rive sinistre  ?

71Jamais plus tu ne verras ta patrie aux enfants délicats, l’Hespéride, ni l’époux que tu chérissais, jamais tu ne prépareras pour ton enfant la couche nuptiale. Ah vraiment, Arata, glaçante est la malédiction que la divinité a fixée pour toi  !  ».

72Le mari qui dédie probablement cette inscription est seulement cité, sans son nom.

Inscription de Stlakkiè (région de Cyrène, au Ier s. apr. J.-C)

73SEG, 51, 2212

74BE 2004, 447

75SEG, 53, 2057

76Δεύτερον εἰς λυκάβαντα καὶ ἰκοστόν με περῶσαν | λυγρὸς ἀφ’ ἱμερτῶν εἷλε μόρος θαλάμων, | οὐδ’ ὅλον εἰς πλειῶνα γάμοις ἐπιγηθήσασαν · ǁ ἥματι δ’ ὧι παστόν, καὶ σποδίην ἔλαχον, | Στλακκίη αἰνοδάκρυτος · ἀμαυροτέρηι δ’ ὑπὸ λύπηι | θνήσκω τὴν μούνην σοι, πόσι, παρθεμένη.

77«  Alors que j’entrais dans ma vingt-deuxième année, un destin funeste m’arracha à mon cher foyer, n’ayant pas même joui de mes noces une année entière  : le jour même où m’échut le dais nuptial, m’échut aussi la poussière, lamentable Stlakkiè que je suis  ! Et sous le coup d’un chagrin débilitant, je meurs, ne laissant auprès de toi, mon époux, que cette seule fille  ».

Inscription de Plauta (région de Cyrène, Ier-IIe s. apr. J.-C.)

78D. M. Robinson, «  Inscriptions from the Cyrenaica  », American Journal of Archaeo­logy (AJA) 17, 1913, p. 157-200, 161-162

79BE 1914, p. 477

80SB I, 5873

81Τὴν διτόκον μονόπαιδα θεῆις ἰκέλην ὅδε Πλαύταν | νούσωι καὶ τοκετῶι τύμβος ἔχει φθιμένην · ἀκλέα δἐν σκοτίηι πηνίσματα καὶ λάλος αὔτως | κερκὶς ὁμοῦ πινυτῆι κεῖται ἐπἠλεκάτηι | καὶ τῆς μὲν βιότου κλέος ἄδεται ὅσσον ἐκείνης | τόσσον καὶ μελέου πένθος ἀεὶ πόσιος.

82«  Plauta qui deux fois enfanta, mais ne fut qu’une fois mère, Plauta semblable aux déesses, voici le tertre qui l’enferme, décédée du mal d’enfantement  ; sans éclat, dans l’obscurité, les tissus qu’elle trama reposent, de même que son fuseau bavard, auprès de sa sage quenouille, et l’on chante autant la renommée de sa vie que la douleur éternelle de son malheureux époux  ».

83Il est nécessaire de remarquer que la formule initiale « qui deux fois enfanta, mais qui ne fut qu’une fois mère  », plutôt ambiguë, peut se comprendre de deux manières  : soit Plauta, déjà mère d’un enfant, est morte lors de son second accouchement  ; soit elle est morte lors de son premier accouchement, en mettant au monde des jumeaux.

84Comme annoncé plus haut, j’ai cherché dans les inscriptions une forme d’expression directe et spontanée. Si le langage du couple dans les inscriptions funéraires reste sans doute assez conventionnel et presque monotone, il ne semble pas pour autant manquer de sincérité. Et si les phrases et les mots sont formulaires et figés, les sentiments de la douleur, de la perte, du regret de ne plus pouvoir partager les joies et les devoirs de la vie, et surtout les enfants, sont vrais et font partie intégrante du climat familial.

85Par ailleurs, remarquons que pour exprimer des sentiments comme l’amour, la douleur, la tristesse, le regret, on utilise encore aujourd’hui des mots ou des phrases assez semblables et qui nous paraissent toujours banals et inadéquats. Mais si les mots sont banals, cela ne veut pas dire que les sentiments ne sont pas sincères ou n’existent pas.

86Cependant, on peut avoir parfois le soupçon que, derrière des mots tellement tendres qu’ils en apparaissent presque grandiloquents, d’autres intentions, moins honnêtes, puissent se cacher.

87Un poème voulu pour sa femme morte, Annia Régilla, par Hérode Atticus, nous fait sortir de l’univers de couples anonymes, pour entrer dans la haute société grecque et romaine du IIe s. apr. J.-C. Hérode Atticus était un riche Athénien, né dans le dème de Marathon. Connu comme orateur et comme mécène, pour avoir fait construire à Athènes et ailleurs en Grèce des édifices grandioses, sous Hadrien et les Antonins, arrivé à Rome sous Antonin le Pieux, il fut adopté par ce dernier et devint le précepteur de ses fils Marc Aurèle et Lucius Verus  ; consul en 143, il épousa la riche et noble Annia Régilla. Il a laissé pour sa femme morte brusquement un nombre important d’inscriptions, où il l’honore et la regrette, en Grèce (Athènes, Corinthe et Delphes, où il obtient des décrets de la cité pour l’honorer publiquement) et à Rome.

Une inscription de Rome

Poème de Marcellus (voulu par Hérode Atticus) pour Annia Régilla12 (deuxième moitié IIe s. apr. J.-C.)

  • 12 Je ne fournis pas le texte grec qui est très long et ne présente aucun mot particulier nécessitan (...)

88Froehner 8

89IG, XIV, 1389

90«  Venez ici, vers ce temple, ô femmes du Tibre, en emmenant les objets sacrés qui servent pour le sacrifice, autour de la statue de Régilla.

91Elle descend des très riches enfants d’Énée, sang illustre d’Anchise et d’Aphrodite du Mont Ida. Elle s’est mariée (pour se rendre) à Marathon, et les déesses célestes, la nouvelle et l’ancienne Déô, l’honorent, et une statue sacrée de (cette) femme à la belle taille est offerte et elle habite parmi les héroïnes dans les îles des Bienheureux, là où Cronos règne.

92En effet, elle a reçu cette récompense pour ses bons sentiments. Ainsi Zeus eut pitié de l’époux qui se lamentait, couché dans la triste vieillesse sur un lit solitaire, parce que les Fileuses (les Parques), rapaces et noires, avaient enlevé du magnifique palais la moitié de ses enfants ; deux enfants avaient encore été laissés très jeunes, qui ne connaissent pas les malheurs, qui ignorent encore totalement quelle (bonne) mère l’impitoyable destin leur a ravi, avant qu’elle eût touché aux fuseaux de la vieillesse.

93À lui (Hérode) qui pleurait sans cesse sa fidèle (épouse), Zeus et l’empereur, qui ressemble au père Zeus pour sa nature et sa sagesse (ont donné cette consolation) : Zeus a envoyé la jeune femme à l’Océan, enlevée par les souffles élyséens de Zéphyr ; et l’empereur semble avoir accordé à l’enfant les sandales brodées d’étoiles autour des chevilles, que, dit-on, Hermès aussi portait, lorsqu’il déroba Enée, une nuit sombre de la guerre des Achéens ; autour de ses pieds, il (Hermès) avait un anneau sauveur brillant comme le croissant de lune ; les fils d’Enée le cousaient autrefois aux sandales et pour qu’il servît d’ornement honorifique pour les descendants de noble origine.

94Cette chaussure, ancienne marque d’honneur des Étrusques, ne l’outragera pas, bien qu’il (Hérode) soit descendant de Cécrops, car il est né d’Hersé et d’Hermès, si c’est vrai que Céryx est l’aïeul d’Hérode le Théséide.

95Pour cela il (Hérode) eut les hautes dignités (de sénateur) et le consulat et, certes, (le droit) de se réunir dans l’assemblée souveraine, là où il y a les premiers sièges ; la Grèce ne possède personne plus royale qu’Hérode, pour sa famille ou pour son éloquence ; et, en effet, on l’appelle la «  langue d’Athènes  ».

96Et elle aussi, la femme aux belles chevilles, descendant d’Enée et Ganymède, était de la famille de Dardanos et de Trôs, fils d’Erichthonios.

97Et toi, si tu le veux bien, offre des sacrifices et immole les victimes (mais il n’est pas nécessaire pour celui qui ne veut pas, d’immoler des victimes)  ; mais il semble bien pour les hommes pieux de s’occuper des héros. Et, en effet, elle n’est plus mortelle, mais elle n’est pas encore devenue une déesse ; et elle n’a donc ni temple sacré, ni tombeau, ni les hommages dus aux mortels, ni les honneurs dus aux dieux. Elle a un monument semblable à un temple, chez le peuple d’Athènes, mais son âme sert le sceptre de Rhadamanthe.

98Cette statue a été agréée par Faustine, dans le pays de Triopas, là où jadis elle possédait des vastes campagnes, une rangée de vignes et des champs d’oliviers.

99L’impératrice, déesse (protectrice) des femmes, ne dédaignera pas d’être la prêtresse de son culte, ni sa nymphe de compagnie.

100En effet, ni la déesse qui aime les flèches (Artémis-Diane), assise sur son beau trône, n’a dédaigné Iphigénie, ni Athéna au regard terrible (n’a dédaigné) Hersé, ni la mère bienveillante du puissant César, protectrice des anciennes héroïnes, ne la négligera, elle qui entrera dans le chœur des anciennes demi-déesses, elle à qui a échu le sort de diriger l’arrangement des danses élyséennes, avec Alcmène et la fille bienheureuse de Cadmos  ».

101Il est permis de se demander si, dans ce cas, ce poème et les autres inscriptions ne sont pas liés à la nécessité pour Hérode Atticus de dissiper les soupçons qui avaient pesé sur lui après la mort de sa femme. En effet, elle était enceinte de leur cinquième enfant. Le frère de Régilla, Annius Appius Atilius Bradua, avait alors accusé son mari souvent enclin à la colère d’avoir provoqué sa mort, en lui donnant des coups de pieds lors d’une violente dispute. Cité en justice et convoqué à Rome, Hérode dut affronter un procès, qui se termina par un non-lieu pour insuffisance de preuves (mais sa richesse et l’amitié que l’empereur lui vouait avaient dû compter). Cependant, le nombre de textes qu’il fait graver pour sa femme et le fait qu’il ait eu recours jusqu’à des institutions publiques pour les faire connaître font penser qu’il ne devait pas avoir la conscience complètement tranquille, ou qu’il eut à cœur de laver sa réputation.

102Si ce document montre que les affaires privées peuvent être étalées publiquement, pour des raisons politiques, je voudrais terminer cette présentation des inscriptions concernant des couples, en évoquant trois brefs documents de Delphes  : ce sont des dédicaces de statues dans le grand sanctuaire panhellénique, approuvées ou peut-être même sollicitées par le koinon des Amphictions, et dans lesquelles vie publique et vie privée se mêlent et se confondent.

103Deux cas peuvent être repérés dans ces inscriptions. Dans le premier texte, le koinon fait la dédicace d’une statue à Caninia Modestina, qui appartient à l’importante famille athénienne des Gellii. Il décide de l’honorer pour ses qualités conjugales, probablement sollicité par son mari, Lucius Gellius Thésée, qui devait être un membre du Conseil amphictionique.

104Dans les deux autres inscriptions, des monuments privés sont élevés, mais sur décret des Amphictions, qui permettent à deux femmes de notables de faire des dédicaces (Valeria Catulla, pour son mari l’helladarque Tiberius Claudius Marcellus  ; Flavia Amphicléia, pour son mari le proconsul Titus Flavius Phileinos). Cela peut signifier que ces personnes ont demandé l’autorisation de célébrer ceux qu’ils chérissent, ou alors qu’il s’agit d’une consigne des Amphictions, qui, ne disposant plus de grands moyens, encouragent la participation à la vie de la Ligue en jouant sur les relations familiales et de couple.

105Ces personnages, dont les femmes sont présentes et jouent un rôle très actif dans ces textes, devaient certainement être des notables qui siégeaient à l’Amphictionie. Ce sont des personnes de qualité, dont les familles sont honorables  ; ils aiment leurs femmes, leurs femmes sont respectées et les aiment  : de telles vertus méritent l’éloge public.

Inscriptions amphictioniques

Inscription des Amphictions pour Caninia Modestina (2e moitié du IIe s. apr. J.-C., ou plus tard)13

  • 13 Les traductions sont celles du CID IV.

106CID, IV, 160

107Τὸ κοινὸν τῶν | Ἀμφικτυόνων Κανεινίαν Μοδεστεῖ|ναν Λ. Γελλίου Θησέως | γυναῖκα, ἐπὶ σωφρωσύνῃ | καὶ ἀρετῇ καὶ φιλανδρίᾳ.

108«  Le koinon des Amphictions (a érigé la statue de) Caninia Modestina, épouse de L. Gellius Thésée, pour sa sagesse, sa vertu et son attachement envers son mari  ».

Inscription de Valeria Catulla pour son mari Tiberius Claudius Marcellus (2e moitié IIe s.)

109CID IV, 161

110Κατὰ τὸ ψήφισμα | τῶν Ἀμφικτυόνων | τὸν Ἑλλαδ[άρ]χην Τ[ι]β. Κλ. | Μάρκε[λ]λον ἡ γυνὴ Ὀαλερία {τ} | τὸν ἑαυτῆς ἄνδρα.

111«  Conformément au décret des Amphictions, (statue de) l’helladarque Tib. Cl. Marcellus, (érigée par) son épouse Valeria Catulla, (en l’honneur de) son mari  ».

Inscription de Flavia Amphicleia pour son mari Titus Flavius Phileinos (1er tiers du IIIe s.)

112CID, IV, 166

113Τίτον Φλάουιον Φιλεῖν[ον] | τὸν κράτιστον ὑπατικό[ν], | Φλαουίων Λυσάνδρου | καὶ Δημοκλεία, | Φλαουία Ἀμφίκλεια, | Φλαουίου Ἀμφικλέους, | καὶ Πλωτίας Ἁγησικρίτας θυγάτηρ, | τὸν γλυκύτατον καὶ σεμνότατον ἄνδρα, | ψηφίσματι Ἀμφικτ[υόνων].

114«  (Statue de) Titus Flavius Phileinos, le distingué proconsul, fils de Flavius Lysandros et de Flavia Démocléia, (érigée par) Flavia Amphicleia, fille de Flavius Amphiclès et de Plotia Hegèsicritia, (en l’honneur de) son très cher et vénérable époux, sur décret des Amphictions  ».

115Les vertus honorées sont les mêmes que celles qu’on rencontre dans les inscriptions funéraires d’époque classique ; mais même si ce phénomène était déjà apparu dans les siècles hellénistiques, à l’époque impériale, la vie privée fait désormais fréquemment irruption dans la vie publique, avec un langage formulaire et stéréotypé. Soulignons qu’il s’agit d’un aspect qui n’est pas absent de la société d’aujourd’hui. Comme la douleur qui inspire les inscriptions d’éloge et de regret, les intentions politiques, depuis toujours, se manifestent à travers l’apparence que le couple veut donner de ses relations, le statut d’époux ou d’épouse étant important et conférant bonne renommée aux personnages politiques.

116Alors, je ne peux m’empêcher de penser qu’à bien des égards, l’époque impériale ressemble à celle que nous vivons. Concluons donc sur une note légère, en suggérant que ces femmes d’Amphictions, qui étaient aussi des gens «  bien  », car ils avaient des femmes «  bien  », font songer aux épouses des Présidents ou autres hommes politiques d’aujourd’hui qui, apparaissant souvent dans la presse, souhaitent ainsi contribuer à donner une image positive de leurs célèbres maris.

117En définitive, l’image des couples grecs, telle que la reflètent les quelques textes inscrits que j’ai cités, ne semble pas différer beaucoup de celle des couples actuels. En tout cas, elle se démarque nettement du jugement négatif que continue de diffuser sur ce point une tradition encore forte dans nos études.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Hugues Berthelot d’avoir accepté de relire cet article.

2 Sur le concept de couple dans l’Antiquité, voir J.-C. Bologne, Histoire du couple, Paris 2016, en particulier p. 42-53, dans le chapitre consacré au couple légal. Aucune référence au monde grec n’est faite dans le chapitre consacré au couple amoureux.

3 A.-M. Verilhac, Cl. Vial, « Les sources », in A.-M. Verilhac, Cl. Vial, Le mariage grec du VIe siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste, BCH Suppl. 32 (1998), p. 15-39.

4 Verilhac, Vial, Le mariage grec du VIe siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste cit. ; Cl. Calame, « Amours de dieux et amour de héros dans la poésie épique grecque : relations de réciprocité », in O. Cavalier (dir.), Silence et fureur. La femme et le mariage en Grèce. Les antiquités grecques du Musée Calvet, Avignon (Fondation Calvet), 1996, p. 215-228.

5 Pour en citer quelques uns : Cl. Vatin, Recherches sur le mariage et la condition de la femme mariée à l’époque hellénistique, Paris (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 216), 1970 ; Cl. Mossé, La femme dans la Grèce antique, Bruxelles, 1990 ; A. Bielman, Femmes en public dans le monde hellénistique: IVe-Ier s. av. J.-C., Paris, 2002 ; N. Bernard, Femmes et société dans la Grèce classique, Paris, 2003 ; P. Brulé, Les femmes grecques à l’époque classique, Paris, 2010 ; S. Boehringer, V. Sebillotte-Cuchet, Hommes et femmes dans l’Antiquité, Paris, 2011 ; Femmes et Actes de mémoire. La temporalité dans les échanges = Pallas 99 (2015).

6 A. Conze, Die attischen Grabreliefs, Berlin-Leipzig, 1880-1922 (abr. Conze); W.Peek, Griechische Vers-Inschriften, Berlin, 1955(abr. Peek GV); Griechische Grabgedichte, Berlin, 1960(abr. Peek GG); Ch.W. Clairmont, Gravestone and Epigram. Greek Memorials from the Archaic and Classical Period, Mainz, 1970 (abr. Clairmont) ; contra G. Daux, « Stèles funéraires et épigrammes », BCH 96, 1 (1972), p. 503-566.

7 En particulier, j’ai utilisé IG, SEG, BE ; W. Froehner, Les inscriptions grecques inter­prétées, Paris, 1880 (abr. Froehner) ; Fr. Preisigke et alii, Sammelbuch griechischer Urkunden aus Ägypten, 1-3, Berlin-Leipzig, 1913-1927 (abr. SB), M. Guarducci, L’epigrafia greca dalle origini al tardo impero, Rome, 1987 (abr. Guarducci 1987) et Fr. Lefèvre, Corpus des Inscriptions de Delphes. IV. Les documents amphictioniques, Athènes-Paris, 2002 (abr. CID IV).

8 A.-M. Vérilhac, « L’image de la femme dans les épigrammes funéraires », in La femme dans le monde méditerranéen I. Antiquité, Lyon (Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux), 1985, p. 85-112.

9 G. Raepsaet, « Sentiments conjugaux à Athènes au Ve et IVe s. avant notre ère », Antiquité Classique, 50, 1-2 (1981), p. 677-684.

10 Les traductions, sauf indication différente, sont de l’auteur.

11 Les inscriptions libyennes sont en cours d’études par Mme Catherine Dobias-Lalou, qui les a traduites et mises aimablement à ma disposition, ce dont je la remercie vivement.

12 Je ne fournis pas le texte grec qui est très long et ne présente aucun mot particulier nécessitant une analyse approfondie. Traduction d’après Froehner, n. 8 (texte grec p. 11-13, traduction p. 15-17).

13 Les traductions sont celles du CID IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michela Costanzi, « Le langage des époux grecs : lecture de quelques inscriptions »Anabases, 24 | 2016, 125-138.

Référence électronique

Michela Costanzi, « Le langage des époux grecs : lecture de quelques inscriptions »Anabases [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/anabases/5931 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.5931

Haut de page

Auteur

Michela Costanzi

Université de Picardie Jules Verne (Amiens)
michela.costanzi@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals