Navigation – Plan du site
Historiographie et identités culturelles

Un lycéen pas comme les autres à l’école des Anciens : le « Parallèle littéraire » inédit entre les Iphigénie d’Euripide et de Racine par Charles Maurras1

Etienne Maignan
p. 11-58

Résumés

Au cours de nos recherches, nous avons eu connaissance d’un cahier d’élève de Seconde écrit en mai 1883 par un certain Charles Maurras. Ce cahier contient une comparaison approfondie entre deux pièces de théâtre, une ancienne et une moderne, l’Iphigénie à Aulis d’Euripide et l’Iphigénie de Racine. Notre article fournit une édition critique de ce texte, une transcription intégrale du manuscrit, des notes appréciatives et bibliographiques, ainsi qu’une introduction qui présente les principaux enjeux de ce texte passionnant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voici les différentes éditions et abréviations auxquelles nous aurons recours (la men­tion de Par (...)
  • 2 Étant donné que nous cherchons régulièrement tout document qui permet d’approfondir la relation d (...)

1La recherche en sciences humaines n’est pas nécessairement condamnée à répéter à l’infini des spéculations sur des objets incertains. Un concours de circonstances2 a mis entre nos mains un document inédit, un cahier de la classe de Seconde de Charles Maurras, qui apporte des réponses décisives à trois questions récurrentes dans la recherche en réception de l’Antiquité dans l’œuvre de cet écrivain  :

  • 3 Chacune de ces affirmations sera justifiée dans le développement des réponses.

2— Quelle connaissance cet acteur de la «  Renaissance classique  » au tournant des xixe et xxe siècles, défenseur régulier de l’étude des langues antiques3, avait-il de la langue grecque  ?
— Quel rapport au romantisme ce classique a-t-il reçu de l’école, lui qui dit maîtriser et mépriser le romantisme  ?
— Dans une période qui remet en cause la classique «  imitation des Anciens  », quelle modalité de retour à l’antique structure ce parallèle entre un Ancien et un Moderne  ?

3Loin de nous cependant la bêtise de vouloir trop tôt et trop vite conclure, parce que ce document soulève à son tour deux questions, auxquelles nous nous proposerons de répondre en formulant de nouvelles hypothèses  :

4— Quelle est l’implication personnelle de Maurras dans cette comparaison entre Euripide et Racine, sachant que le sujet est régulièrement abordé dans la critique, que ce travail est supervisé par un professeur à forte personnalité et que cette réception s’appuie sur une édition d’Euripide abondamment annotée et commentée  ?
— Pourquoi l’élève refuse-t-il de «  décider  » (selon sa propre expression) qui est le meilleur entre Euripide et Racine, alors que l’objectif du parallèle est de déterminer qui a le plus de mérite littéraire  ?

5Ces cinq questions nous permettront de présenter le cahier manuscrit du lycéen contenant le parallèle entre l’Iphigénie à Aulis d’Euripide et l’Iphigénie de Racine, rédigé en mai 1883, son contexte biographique et historique et ses enjeux littéraires et intellectuels.

La langue grecque

  • 4 La bibliographie sur la question étant très abondante, nous ne signalons que deux références sign (...)
  • 5 « Accentuez le latin et le grec », Gazette de France, 15 décembre 1901 ; « Encore le latin », Gaz (...)
  • 6 Le Figaro, 14 septembre 1891, Une, 5e colonne, lettre de Jean Moréas ; développé dans Le Figaro, (...)
  • 7 Jean Moréas (1856-1910), de douze ans aîné de Maurras, a aussi été touché par l’Iphigénie à Aulis (...)
  • 8 Édouard Delebecque, « Maurras et la Grèce », dans Études maurrassiennes, Aix-en-Provence, 1, 1972 (...)
  • 9 Les deux preuves les plus convaincantes étaient les suivantes : la compétence classique reconnue (...)
  • 10 « Je dois estropier le texte, j’oublie les esprits, les accents. » Dieu et le Roi, corres­pondanc (...)
  • 11 « mais Iphigénie ! C’était la troisième fois que je la revoyais, hé bien ! ses chœurs me cassent la (...)

6La réponse que nous avions trouvée jusqu’à maintenant pour la première question nous paraissait trop convenue. Ce partisan des antiques4, de l’enseignement et de l’usage du latin, depuis l’école jusqu’au doctorat5, lui qui participe à revendiquer «  le principe gréco-latin6  » avec Jean Moréas7, comme fondement de la langue et des lettres françaises en 1891,– celui-ci ne devrait-il pas lire le latin et le grec comme sa langue maternelle  ? Édouard Delebecque, ancien professeur de grec à l’Université d’Aix-en-Provence, s’était intéressé à la question du grec en 1972 et avait fourni la réponse la plus précise8. Mais sans accès aux archives, il ne parvient à répondre qu’en multipliant de petits indices tardifs et de seconde main, sans donner de réponse générale9. Nous savons à présent que Maurras, en 1883, a traduit en intégralité l’Iphigénie à Aulis d’Euripide, même s’il a eu besoin d’écrire sa traduction (ce qui signifie qu’improviser une traduction orale n’était pas évident), qu’il ne maîtrise pas l’accentuation10 et reconnaît avoir eu des difficultés pour comprendre les chants du chœur11. Le lycéen est donc capable, non pas de retrouver quelques mots grecs qui correspondent à des mots français, mais de traduire mot à mot un texte grec de 1629 vers. L’exemple le plus révélateur de cette maîtrise du grec est une traduction disloquée qu’il propose, recourant à l’ordre des mots du texte grec pour mettre en valeur un coup de théâtre dans la pièce d’Euripide, la révélation que fait un vieillard à Clytemnestre, qu’Agamemnon a prévu de tuer leur fille  :

  • 12 L’identification et la traduction de référence de ce vers se trouvent en note 118.

παῖδα σὴν πατὴρ ὁ φύσας αὐτόχειρ μέλλει κτανεῖν12.
la fille tienne son père le ayant engendré de sa main veut tuer [sic]

7Maurras commente ensuite le vers  : «  Quelle effrayante gradation  ! le mot terrible, le coup de poignard est le dernier et termine d’une manière lugubre cette phrase dont l’inversion fait toute la beauté. Racine n’a pu l’égaler  ».

8L’ordre des mots grecs, contraint par la versification mais libre du point de vue syntaxique, accentue l’effet de surprise et donne ici l’avantage à Euripide sur Racine.

Le romantisme

  • 13 Maurras développe cette idée dans ses textes à portée autobiographique et le thème est aussi anal (...)
  • 14 Maurras justifie ainsi sa légitimité à écrire Les Amants de Venise, 1902 : « Dans ma province, de (...)
  • 15 Bruno Goyet, Charles Maurras, p. 148.

9Dans la suite de ce que Maurras doit à ses années de formation, se pose régulièrement la question du romantisme défini comme ennemi naturel du classicisme. On trouve régulièrement l’idée que Maurras, dans sa jeunesse, était admirateur du romantisme et qu’il en a toujours gardé le souvenir, ce qui constitue l’image séduisante d’une sorte de bohème défroqué13. Si ses œuvres de maturité révèlent un rejet profond du romantisme, ce rejet ne s’expliquerait donc pas par de l’ignorance14, mais par une supériorité d’analyse et une conscience supérieure des nouveautés du xxe siècle naissant. L’homme aurait continué de promouvoir les «  valeurs d’avant-garde de sa jeunesse15  ». Que nous révèle ce cahier qu’il a écrit à quinze ans  ? Deux arguments se déduisent du texte  : Maurras est effectivement familier de l’œuvre et de la sensibilité de Musset  ; Maurras est partisan d’un retour universel aux sources antiques, non seulement pour les romantiques du xixe siècle mais aussi pour les classiques du xviie siècle.

  • 16 Stéphane Giocanti, Charles Maurras, p. 41.

10Entre les références à Voltaire et divers contemporains, la référence à Musset se détache nettement. Nous savions déjà que Maurras avait dit a posteriori avoir aimé Musset  : il aurait eu, en entendant «  les premiers vers de la Nuit de Mai  », un «  coup de foudre  » envers ce «  chantre divin du Printemps16  ». Au cours du parallèle, Maurras cite deux fois Musset pour profiter de la qualité imagée de son expression. Loin d’opposer les deux inspirations, classiques et romantiques, il se place du côté de Musset pour observer Racine et Euripide  :

  • 17 L’identification de ce vers a lieu en note 212.

Parce qu’Euripide et Racine se sont élevés dans ces sphères éternelles où n’atteint jamais le vulgaire, doivent-ils être condamnés dans ces hauteurs sereines à se chamailler sans fin au gré d’un cuistre ou d’un pédant17  ? s’il nous est permis de nous approprier à notre thèse un vers d’A. de Musset.

11La référence se teinte d’ironie, parce que «  pédant  » remplace «  maçon  » dans le texte de Musset et que la citation est employée justement de manière pédante, ce qui explique probablement la note marginale d’autodérision à cet endroit, au crayon de papier  : «  Que c’est bête  ». La référence distanciée à un Musset lui-même ironique permet d’échapper à une querelle mesquine.

12La complicité qu’entretient Maurras avec Musset protège en outre Musset du reproche de romantisme. Maurras développe une définition du romantisme lors d’une digression, en formulant une pique esthétique qui vise en réalité plutôt Hugo que Musset. Les romantiques se sont efforcés vainement de chercher le laid et ont oublié les Anciens  :

Au lieu d’aller chercher l’étrange, le laid, l’horrible même, il aurait été bien facile à l’école romantique de revenir à ces principes des Anciens [la simplicité et la mesure], de remonter à ces sources pures de l’art qui l’auraient sans doute régénéré comme elles l’avaient créé.

  • 18 Euripide, v. 1218-1219. Sur ce vers et sa place dans la correspondance avec Penon, voir la note 1 (...)
  • 19 « J’ose vous dire ici qu’en l’état où je suis/Peut-être assez d’honneurs environnaient ma vie/Pou (...)
  • 20 Cours de littérature dramatique, p. 27 (référence complète en note 38).
  • 21 Cours de littérature dramatique, p. 29. Le monologue d’Hamlet est cité p. 28 : « Vivre ! supporte (...)
  • 22 Mariane Bury consacre un chapitre de son livre à la nostalgie du simple au théâtre et commente l’ (...)
  • 23 C’est ce que fait Louis Bertrand en 1897 : il qualifie le xviie siècle comme sévère (p. XV), froi (...)

13La formulation fait penser à un conseil d’ami, qui veut rendre une tâche plus «  facile  ». Le conseil s’appuie sur un constat historique  : l’art antique est une «  source  » renouvelable (si l’on nous permet d’employer ce mot écologique pour faire comprendre le langage plus biologique de «  régénérer  » qu’emploie Maurras)  : son contact a renouvelé l’art et le peut encore aujourd’hui, «  sans doute  ». Privilégier le beau pur des Anciens sur le disparate moderne rappelle la vulgate néoclassique qu’est devenue l’analyse de Winckelmann, réactualisée par les manuels de théâtre classique de l’époque. Dans son Cours de littérature dramatique de 1843, régulièrement réédité, que Maurras cite dans l’étude, Saint-Marc Girardin compare différentes formes d’amour de la vie, une discussion que reprend également Maurras. Avant de mourir, l’Iphigénie d’Euripide regrette la lumière du jour18, tandis que l’Iphigénie de Racine regrette les honneurs19. Le critique en conclut  : «  C’est là le trait caractéristique de l’amour de la vie chez les anciens. Ce qui leur plaît de la vie, c’est la nature  ; ce qui plaît aux modernes, c’est la société20.  » Mais tout vaut mieux que le cas d’Hamlet, le héros romantique qui, avant de mourir, fait des satires contre la vie  : «  Voilà comment on meurt différemment dans le Nord et dans le Midi  : au Nord, faisant aux hommes et à la société des adieux pleins de satire et de dédains  ; au Midi, faisant à la nature des adieux pleins d’amour et de regret21  », conclut l’Académicien. Euripide est donc plus simple que Racine qui est lui-même plus simple que Shakespeare, si l’on comprend la simplicité comme une vertu à la fois morale, philosophique, esthétique et rhétorique, idéal perdu du xixe siècle22. On peut donc également opposer la simplicité antique au grand xviie siècle23. Maurras ne déroge pas à cette logique lorsqu’il formule à propos de Racine cet étrange regret  :

Ah  ! s’il avait voulu, ou plutôt s’il avait eu le courage de s’affranchir des vains scrupules de son époque, Racine avec la sensibilité et la délicatesse qui le caractérisent, aurait pu donner une impulsion plus vaste au théâtre français en le retrempant à ses sources.

14Le conseil semblerait impertinent du point de vue d’un lycéen d’aujourd’hui à qui l’on a appris comme une évidence que le théâtre classique du xviie siècle imite le théâtre antique. Mais Maurras saisit l’écart entre les deux conceptions du théâtre et formule le même conseil impossible pour Racine que pour l’école romantique  : Racine «  aurait pu  » aller plus loin en retrouvant les «  sources  » antiques. Pour conclure sur le romantisme, Maurras n’a donc pas encore de discours systématique sur la question, il conçoit le romantisme comme une école esthétique comme une autre, peut-être un moment passager de l’art, qui ne peut se mettre qu’à la seule véritable école, celle des Anciens. Ici encore, Euripide marque un point dans la querelle avec Racine.

Imitation ou ressourcement  ?

  • 24 Le substantif « imitation » qualifie uniquement la « belle imitation d’Homère », expression qui r (...)
  • 25 À la suite de Rousseau qui a estimé que les Anciens n’étaient plus des modèles évidents, pour Cha (...)

15Nous pouvons à présent synthétiser la position du jeune Maurras par rapport à la problématique de l’imitation. Si l’art, à chaque époque, peut se renouveler au contact des Anciens, n’y a-t-il rien qui nous sépare d’eux  ? Comment à l’inverse comprendre que le verbe «  imiter  » ne soit pas utilisé par Maurras quand on l’attend24, au profit de différents verbes métaphoriques  : «  retremper  », «  remonter  » ou «  régénérer  »  ? Les Antiques ne sont donc plus des «  modèles  » à «  imiter  » mais des «  sources  », pour se «  ressourcer  »  ? Il nous semble que Maurras a à l’esprit la métaphore fluviale lorsqu’il emploie le terme de «  source  »  : ce paradigme suppose une distance géographique et historique entre la source et son prolongement, suppose que l’histoire soit une ligne avec un sens et que la source soit plus propre et moins abondante que le fleuve qui reçoit d’autres apports  ; en bref, la «  source  » est lointaine, idéale et derrière soi, alors que le «  modèle  » est proche, incarné et devant soi. Ces considérations sur les remplacements possibles de la doctrine de l’imitation, tombée en discrédit au cours du siècle précédent, dépassent notre étude25 mais sont nécessaires pour comprendre que la règle générale de fidélité à l’Antique peut s’accommoder de distances, principalement au nombre de deux dans notre texte  : une distance rhétorique et une distance religieuse.

16Euripide pèche plus souvent contre la rhétorique que Racine. Dans Racine, lors de la scène d’exposition, «  le serviteur parle comme un avocat  ». Mais ce reproche est plus régulier envers Euripide, qui se montre lourd, par ses digressions trop longues, sur la rhétorique justement, la politique ou la morale. Ménélas se laisse aller à «  moraliser  » les magistrats, Achille est le personnage le plus lourd, il se montre «  déclamatoire  » sur la sagesse, «  déblatère  » sur les devins, manque de «  galanterie  » avec Clytemnestre  ; cette dernière lui réplique avec un «  embarras sophistique  » et se livre à une trop «  longue histoire  ». Le problème d’Euripide est bien de nature rhétorique  : s’écarter de son propos, intervenir soi-même trop ouvertement à la place des personnages, formuler des sentences, oublier qui parle à qui.

  • 26 Cette idée revient dans tout le livre III de la Rhétorique d’Aristote, et est précisée en 1408a-b (...)
  • 27 Aristote, Rhétorique, p. 55.

17Il est tentant de relier cette doctrine rhétorique à l’enseignement des théoriciens antiques, comme Aristote, que Maurras cite aussi. Une des qualités principales du style est la «  convenance  », τὸ πρέπον26  : le style doit convenir «  à l’espèce et à l’habitude27  », c’est-à-dire à la personne et à sa condition sociale. Le serviteur ne peut parler comme un avocat ni le héros Achille comme le philosophe Socrate. Mais sur ce point, après un long discours de Clytemnestre, Maurras formule un jugement bien étonnant, qu’on dirait adressé à la fois à Euripide et à lui-même  :

– rhéteur  ! rhéteur  ! Quelle sotte habitude que de vouloir sans cesse remonter aux sources  : les sentiments de notre âme ont-ils [ajout postérieur  : jamais eu] quelque chose de commun avec la logique d’Aristote  ?

  • 28 Sur cette notion notamment définie par Hugo dans la préface de Cromwell [Garnier-Flammarion, 1968 (...)
  • 29 Ce discours est dû notamment au bouleversement des études littéraires au cours des xviiie et xixe(...)
  • 30 Lettre à Louise Colet, 9 décembre 1852, Correspondance, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Plé (...)
  • 31 Nous retrouvons ce même souci de ne pas exposer de morale dans le texte des contes du Chemin de P (...)

18Le retour aux sources est qualifié ici de «  sotte habitude  » et l’intériorité moderne n’a plus rien à voir avec la théorie antique d’Aristote. La formulation paraît contradictoire avec les déclarations de principes que nous avons citées plus haut, d’autant plus que Maurras reproche ici à Euripide de manquer de «  couleur locale  », principe de la rhétorique romantique par excellence28  ! Il faut donc retirer le domaine de la rhétorique de l’invitation au «  ressourcement  » antique général. Sur le plan rhétorique, la source antique est un repoussoir et toute digression est priée de se faire discrète29. L’auteur de théâtre ne doit pas faire de discours dans sa pièce, tout comme le romancier ne doit pas «  faire des réflexions  » mais plutôt être «  présent partout, et visible nulle part30  » selon le mot de Flaubert. Il peut transmettre un enseignement moral par la conduite de l’action, mais non pas exposer un enseignement moral31. Sur ce point, l’avantage va donc à Racine.

  • 32 Une seule référence pour ce sujet à la bibliographie monumentale : Jacques Prévotat, Les Catholiq (...)

19L’allusion aux «  sentiments de notre âme  » se comprend aussi par la différence de sensibilité religieuse. Cette question est d’une gravité extrême dans la critique maurrassienne, surtout avant la «  Nuit du Tholonet  » de 188532, ce pourquoi nous nous efforcerons d’être prudents. Il semble qu’ici aussi Maurras se montre prudent, son premier lecteur étant probablement l’abbé Penon, son professeur particulier. Maurras fait des concessions au discours traditionnel  : tandis qu’Euripide est «  privé [...] des lumières de la Révélation  », l’Iphigénie de Racine bénéficie d’une plus haute «  élévation du caractère  », son abnégation est «  sublime  ». L’analyse remonte à Chateaubriand qui a montré que les personnages de la littérature chrétienne avaient une vie intérieure plus riche que celle des païens, plus tourmentée et plus touchante, notamment Iphigénie  :

  • 33 Génie du Christianisme, deuxième partie, livre 2, chapitre 8, « La fille – Iphigénie », Gallimard (...)

Racine n’a donné ce courage à son héroïne que par l’impulsion secrète d’une institution religieuse qui a changé le fond des idées et de la morale. Ici le christianisme va plus loin que la nature, et par conséquent est plus d’accord avec la belle poésie, qui agrandit les objets et aime un peu l’exagération33.

  • 34 S’appuyant sur une référence très précise au Génie du Christianisme, édition de 1859, mention du (...)
  • 35 On peut le confirmer a posteriori par les débats sur le classicisme qui auront lieu plus tard ent (...)

20Maurras cite un propos semblable de Chateaubriand sur la Phèdre de Racine plus loin dans le cahier, en dehors de ce travail34. Le lycéen a probablement aussi reçu des échos de cette interprétation par l’intermédiaire de l’abbé Penon35. Mais il semble déjà manifester une distance, non certes sur le christianisme en général, mais sur la christianisation d’Iphigénie  :

[Ses sentiments d’abnégation] ne choqueraient pas dans la bouche d’une martyre, mais peuvent paraître singulièrement déplacés dans celle d’une Grecque. Encore un coup ces sentiments sont surnaturels – chrétiens – c’est-à-dire sublimes, nous ne les condamnons pas en eux-mêmes, mais on peut en blâmer l’application.

21La maladresse de l’expression (contradiction entre modalisation et insistance dans «  peuvent paraître singulièrement  »  ; familiarité du «  encore un coup  », hésitation entre «  surnaturels  », «  chrétiens  » et «  sublimes  »  ; passage à l’impersonnel du «  nous  » au «  on  ») montre tout du moins une gêne. L’attitude défensive par avance de ce passage montre que la foi de Maurras posait déjà question. Que penser de cette conclusion où l’histoire littéraire est renversée et devient contrefactuelle  :

Le poète grec dans les détails efface les plus beaux traits de Racine si on enlève à ce dernier les [rature] pensées empruntées à au dog la religion chrétienne.

  • 36 Nous donnons le fac-similé de cette page en Figure 2 : fac-similé de la p. 39 du cahier, ici p. 3 (...)

22La confusion sur ce sujet est totale, accentuée par les ratures du manuscrit36. Faut-il donc comprendre que Racine aurait dû imiter le paganisme d’Euripide  ? Ne tombe-t-on pas alors dans le travers le plus contesté de l’imitation, celui de la copie conforme  ?

  • 37 Ce calcul que nous résumons dans l’introduction vise à refléter le travail de Maurras. Nous avons (...)

23Sur cette dernière question, l’élévation des sentiments, la victoire de Racine n’est donc qu’apparente, selon un critère que Maurras remet en cause  : en religion, Racine n’est pas meilleur qu’Euripide mais différent – ce qui met en difficulté le calcul du total. Pour récapituler les points, Euripide avait deux avantages, grâce à l’efficacité dramatique de sa langue et grâce à sa plus grande proximité avec la morale naturelle, mais Racine aussi a gagné deux points  : sa plus grande «  convenance  » ou «  couleur locale  », ou pour le dire avec nos mots, discrétion rhétorique et la plus grande élévation des sentiments de son personnage principal. Nous arrivons au début des difficultés  : Maurras ne procède pas explicitement par calcul37 mais, de fait, il n’arrive pas à départager entre les deux auteurs. Pourquoi  ? Il donne deux raisons à cette absence de conclusion, d’abord son humilité face à un sujet qui le dépasse, puis une égale admiration pour deux génies.

24Nous abordons donc à présent nos deux dernières questions, à la réponse plus incertaine, en attente aussi peut-être d’autres preuves. Les placer donc en fin d’introduction est une manière de susciter la lecture du détail du texte de Maurras, pour compléter les pistes proposées.

L’implication personnelle

  • 38 La comparaison des deux Iphigénie est un sujet abordé régulièrement, depuis les débuts de la quer (...)

25Même si les réflexions de Maurras révèlent déjà un questionnement intérieur, il faut rappeler d’une part que le sujet et la méthode de l’étude lui ont été imposés et d’autre part que Maurras s’inscrit dans une discussion qui traverse les siècles, depuis la création de la pièce de Racine en 1674 jusqu’à aujourd’hui38, et qui oriente sa lecture. Peut-on donc départager ce qui vient des attentes de l’exercice et ce qui vient d’une réflexion personnelle  ? La question peut paraître vaine et insoluble mais essayer d’y répondre est instructif. Il ne s’agira pas de savoir quelles idées Maurras aurait inventées, mais de comprendre en quoi son texte est écrit à plusieurs mains et dans quelle mesure le lycéen s’est impliqué dans son travail.

  • 39 Dominique Lejeune, La France des débuts de la IIIe République, 1870-1896, Armand Colin, 2011, p. (...)
  • 40 Voir le texte après la note 196.
  • 41 André Chervel, [et alii], Les Auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement se (...)
  • 42 Martine Jey, La littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Centre d’Études li (...)
  • 43 Stéphane Giocanti, Charles Maurras, le chaos et l’ordre, p. 44.
  • 44 Sur cette figure, voir René Rancœur, « Monseigneur Penon, maître de Charles Maurras et évêque de (...)
  • 45 Le parallèle littéraire a un intérêt pédagogique (il frappe les esprits de la jeunesse par des co (...)
  • 46 Ces parallèles ont aussi été écrits vers Avril-Mai 1883. Voir les Cahiers Charles Maurras, Librai (...)
  • 47 Nous n’avons malheureusement pas réussi à accéder au texte, ignorant où se trouve le document. Un (...)
  • 48 Les cahiers sur La Fontaine ont été publiés dans le « Cahier d’honneur du Collège d’Aix ». C’est (...)

26La comparaison des deux Iphigénie trouve une double actualité en 1882-1883, politique et scolaire. La figure d’Iphigénie peut être interprétée comme une figure de patriote, qui se sacrifie à la fois pour sa patrie et son peuple afin de vaincre les Barbares, thème d’actualité à l’époque du «  patriotisme revanchard  » et des «  bataillons scolaires39  ». Cette lecture est confirmée dans notre texte40 et par les étranges illustrations martiales sur le cahier de vocabulaire (voir la figure 1). Les programmes scolaires font aussi l’actualité  : en 1882-1883, les deux Iphigénie sont au programme de la classe d’humanités, c’est-à-dire la seconde, celle d’Euripide au programme de grec explicitement depuis 1843 et celle de Racine au programme de français depuis 188041. Ce programme permet naturellement que l’on compare les deux œuvres, ce qui est confirmé par l’un des sujets du baccalauréat de 1883  : «  Vous supposerez un dialogue aux enfers entre l’Iphigénie d’Euripide et l’Iphigénie de Racine42  ». Maurras ne passe pas encore le baccalauréat et ne suit pas la classe comme les autres lycéens à cause de sa surdité43, mais son professeur particulier a la présence d’esprit de lui faire travailler le programme en vue de l’année du baccalauréat littéraire en classe de «  rhétorique  », c’est-à-dire en première. Ce programme résonne particulièrement par rapport à la pédagogie de l’abbé Penon44, qui fait par ailleurs l’éloge des «  parallèles littéraires45  », qui a demandé à son élève d’autres parallèles, surtout autour des fables de La Fontaine46, mais aussi entre Lucrèce et Pascal47. Nous ne savons donc pas dans quelle mesure exacte ce travail fut imposé ou non par Penon, si le cahier s’adresse à lui uniquement ou vise un autre public48 ni dans quelle mesure il reflète la transmission orale du professeur.

Fig. 1 : page de vocabulaire de la pièce grecque

Fig. 1 : page de vocabulaire de la pièce grecque
  • 49 L’inventaire de la bibliothèque de Maurras indique avec plusieurs preuves (exemplaire usagé, anno (...)

27Le deuxième contre-argument se trouve dans l’édition où Maurras a trouvé le grec. Nous avons les preuves suffisantes pour déterminer exactement cette édition  : Iphigénie à Aulis, texte grec publié avec des arguments analytiques, des notes sur les plus beaux passages et la traduction des autres, par M. l’abbé Bierre, Librairie Poussielgue frères, 1879, grâce à l’inventaire de la bibliothèque familiale de Martigues49. Cette édition fournit non seulement le texte grec, mais aussi une introduction sur la postérité du texte, la structure des scènes, un recueil des «  Imitations de Racine  » et encore de très nombreuses notes d’analyse, de traduction et de réception. L’abbé Bierre oriente donc la critique du style d’Euripide en le caractérisant ainsi  :

  • 50 Abbé Bierre, 1879, « Notice sur Euripide », p. VI. Nous n’avons pas identifié la citation insérée (...)

Aussi, tout en blâmant chez lui une certaine affectation maniérée, et l’abus de sentences morales, il faut rendre justice à la pureté, à la grâce et à la facilité de son style, ‘doux comme le miel et harmonieux comme le chant des sirènes’50.

  • 51 Le problème du plagiat aujourd’hui est de susciter la paresse et l’aveuglement par le biais du «  (...)

28Le reproche contre la rhétorique d’Euripide n’est donc pas vraiment original. En outre, plusieurs traductions proposées par Maurras sont des copies des traductions de Bierre, ainsi que certains commentaires, identifiés par nous dans les notes. Peut-on donc parler de plagiat, puisque le nom de Bierre n’est jamais cité  ? La question du plagiat ne se pose sans doute pas dans les mêmes termes qu’aujourd’hui, et si plagiat il y a, nous ne voyons là rien que de très honnête51.

29Nous pouvons répondre en partie à ces contre-arguments grâce à ce que nous avons établi plus haut, en associant les pensées de jeunesse aux pensées de la maturité, sur l’intérêt pour le beau et le simple antiques, conscient des écarts des Modernes. Nous pouvons aussi souligner le soin que Maurras a apporté à ce travail, notamment dans son écriture, ses corrections, sa recherche de l’expression la plus précise, sa copie minutieuse du grec. La plupart des traductions du grec sont trouvées par Maurras et améliorent les traductions trop éloignées de l’abbé. Si le devoir s’inscrit donc dans un contexte de programme scolaire, rien n’indique qu’il ait été fait «  par-dessus la jambe  », avec hypocrisie ou efforts pénibles. Les marques de fantaisie montrent au contraire que Maurras s’est probablement engagé de bonne grâce dans ce travail et y a trouvé un plaisir personnel.

«  Bien téméraire celui qui [...] oserait [...] décider entre elles  »

  • 52 Cahiers Charles Maurras, n° 27, p. 49.
  • 53 Ibid.

30Le lycéen Maurras ne se permet pas de facilité au cours de son travail, comme de laisser son lecteur décider (très en vogue aujourd’hui) ou d’estimer que ce débat vieux de deux siècles ne se pose plus. Il conduit le parallèle du début des deux pièces à leur dénouement, en passant par le caractère des personnages, leurs rapports entre eux, l’agencement des scènes, en s’intéressant au détail des deux textes, comme dans un travail littéraire de bonne qualité. Sur chaque détail, il donne raison à Euripide ou à Racine, tout en conservant des nuances. Pour ce que nous pouvons en juger, il nous semble que cela correspond en partie aux attentes de l’exercice du parallèle, qui doit permettre à la fois d’établir les mérites respectifs des deux auteurs et de «  décider  », comme écrit Maurras, de prendre parti, de trancher, d’estimer qui est le meilleur, sans aucune précaution relativiste. Le parallèle entre «  Le Renard et la Cigogne dans Phèdre et La Fontaine  » nous donne un modèle plus canonique. Maurras met en valeur les qualités des deux auteurs, quoique déjà avec une préférence  : «  Le premier, bref et concis jusqu’à l’obscurité et la sécheresse, le second au contraire, vif, gracieux, enjoué, déployant avec un goût parfait toutes les richesses de sa brillante imagination52.  » Les suffrages penchent rapidement en faveur de La Fontaine  : «  Il n’y a pas d’hésitation possible entre Phèdre et La Fontaine  : c’est à ce dernier que revient l’honneur d’avoir créé le véritable apologue53  ». Comment donc comprendre la conclusion de notre parallèle entre Euripide et Racine, où Maurras refuse de donner la supériorité générale à l’un ou à l’autre  ?

  • 54 Oser comparer les deux pièces suppose qu’elles soient comparables : Pierre Perrault dans sa Criti (...)
  • 55 Les éditeurs d’Alceste soulignent le paradoxe de la situation de Racine : « l’adversaire de Charl (...)
  • 56 Dans La Gazette de France du 23 Juillet 1894, Maurras réactualise la Querelle des Anciens et des (...)

31L’inscription de ce débat dans la Querelle des Anciens et des Modernes faisait plutôt attendre une conclusion en faveur de Racine54,– si l’on considère Racine comme Moderne alors qu’il était personnellement partisan des Anciens55– et si l’on essaie de déduire la position de Maurras des victoires régulières qu’il donne à La Fontaine. À l’inverse, la désinvolture de l’élève envers son maître, son goût pour les Anciens56 et sa singularité païenne auraient dû lui faire choisir Euripide. Maurras a-t-il voulu ne pas froisser son lecteur chrétien en exprimant sa sympathie pour un païen  ? Manifeste-t-il malgré tout une lassitude en fin de travail et un abandon à la facilité  ? Ou bien estime-t-il véritablement que la question est indécidable  ?

  • 57 Voir l’article de Marcel Decremps cité en note 47.

32Dans un seul autre parallèle, Maurras a manifesté la même difficulté à décider, celui entre Lucrèce et Pascal, deux auteurs à la doctrine «  extrême  », Lucrèce étant le «  dernier mot du paganisme philosophique et Pascal le dernier mot du christianisme57  ». L’éditeur résume ainsi la conclusion  : «  Maurras de conclure en demandant de fléchir nos genoux et de courber nos fronts à l’apostrophe impérieuse de Pascal  : Écoutez Dieu  !  » Il ne peut s’agir ici d’adorer une divinité à genoux, mais il est tout à fait possible d’admirer deux génies le livre à la main. N’est-ce pas du meilleur goût que de conclure sur l’indicible  ?

Notes sur l’établissement du texte

Note sur l’établissement du texte grec

  • 58 Sur cette édition, voir la note 49.

33Nous nous efforçons de suivre le manuscrit de Maurras le plus exactement possible et d’indiquer en note les cas problématiques. Néanmoins certaines modifications marginales étaient nécessaires  : Maurras ne recopie pas les accents du grec, met des points sur les iotas, ne distingue pas entre les κ et les χ, ce qui pose problème pour la transcription de son texte grec. Fallait-il recopier un texte fautif d’après les critères universitaires actuels  ? Heureusement, ce problème ne concerne que la graphie, étant donné que Maurras ne crée pas de texte grec et que le sens n’est pas modifié par cette copie lacunaire. Nous avons donc pris le parti de nous référer à l’édition qu’il a consultée, celle de l’abbé Bierre parue en 187958, rapportée à l’édition française de référence, celle de François Jouan dans la Collection des Universités de France, pour rétablir les accents corrects.

Note sur l’établissement du texte français

  • 59 Il est possible que conserver les ratures ne soit pas du goût de l’auteur qui a pris soin en géné (...)
  • 60 Maurras ne distingue pas entre les points de suspension et les points de coupure de citation entr (...)
  • 61 Y compris l’accent de « poète », écrit systématiquement « poëte », archaïsme à la mode.

34La question se pose aussi à propos du texte français. La règle générale est de conserver strictement le texte original, en indiquant les ratures et additions par une disposition adaptée du texte informatisé59. Les exceptions à la règle de l’exactitude sont les suivantes  : nous rétablissons les conventions typographiques d’aujourd’hui60, soit que le lycéen ne les maîtrise pas, soit qu’en 1883 les conventions étaient différentes. Nous rétablissons aussi l’orthographe lorsqu’elle est manifestement fautive61. Nous ajoutons aussi quelques virgules de lisibilité qui manquent autour des appositions et des compléments circonstanciels.

Le cahier

Iphigénie à Aulis
et
Iphigénie en Aulide
62 par
Racine et Euripide
Parallèle littéraire

  • 62 Il semble que Maurras mélange « Iphigénie à Aulis » qui est le titre de la pièce d’Euripide et «  (...)

35Nous allons mettre aux prises les deux poètes dont les caractères sont le plus ressemblants  ; Racine et Euripide, ces princes du pathétique qui remuent jusqu’au fond de l’âme par la tendresse et l’émotion dont leurs beaux vers sont empreints. Quel sujet d’ailleurs de plus touchant que celui-ci  : une jeune fille qui voit déjà s’ouvrir devant elle les horizons de la vie, se défendant contre sous l’étreinte du trépas qui la menace  ; son innocence, sa candeur, tout est fait pour nous pénétrer d’une pitié profonde envers cette la malheureuse enfant immolée à l’ambition paternelle  ?

36Certes les deux poètes ont nous ont tracé un tableau émouvant de ce drame horrible  ; mais il est utile de comparer les moyens qu’ils ont mis en œuvre pour arriver à ce but de nous inspirer une [tendre] admiration pour leur talent  ; c’est ce que ce parallèle va essayer de faire ressentir  :

Les scènes d’exposition63

  • 63 Le manuscrit de Maurras ne porte pas de titres intermédiaires. Nous les ajoutons par souci de lis (...)

37Euripide a un début d’une admirable simplicité  :

  • 64 Euripide, p. 59, v. 1-2 (nous ne préciserons pas les titres, parce que nous étudions uniquement I (...)

Ὦ πρέσβυ, δόμων τῶνδε πάροιθεν
στεῖχε64.
Vieillard, de la maison sors  !

38Racine, plus majestueux selon les habitudes de la tragédie française, manque son effet et para ses deux vers paraissent dans d’une grandeur peu convenable au sujet.

  • 65 Racine, I, 1, p. 743, v. 1-2.

Oui, c’est Agamemnon, c’est ton roi qui t’éveille.
Viens, reconnais la voix qui frappe ton oreille65.

39Le poète grec exprime avec bonheur la solitude et le silence de la nature  : on voit qu’il a un sentiment profond de ses beautés, il ne se contente pas de les décrire, il les peint, les inscrit grave dans ses vers  : Quelle harmonie imitative

  • 66 οὔκουν φθόγγος : note de l’abbé Bierre, p. 2 : « Voir les imitations de Racine à la fin de la tra (...)
  • 67 Euripide, p. 59, v. 9-11.

οὔκουν φθόγγος66 γ´ οὔτ´ ὀρνίθων
οὔτε θαλάσσης· σιγαὶ δ´ ἀνέμων
τόνδε κατ´ Εὔριπον ἔχουσιν67.

  • 68 Maurras a mis le verbe au pluriel, peut-être parce que le grec indique « les silences de vents rè (...)

Aucun bruit… ni des oiseaux,
ni de la mer  : les vents sont silencieux sur l’Euripe et le silence des vents
règne
68 sur l’Euripe.

40Racine a s’est rapproché de cette belle harmonie l’harmonie imitative dans ce vers  :

  • 69 Racine, p. 743, v. 9. Vers donné en notes de fin de volume dans l’édition de l’abbé Bierre, p. 12 (...)

Mais tout dort… et l’armée… et les vents… et Neptune69.

  • 70 La correction « tableau » est au crayon à papier, rayé à la plume et « peinture » est réécrit au (...)
  • 71 Arcas : domestique d’Agamemnon chez Racine.

41Mais combien est-il pas inférieur à son modèle dans le tableau la peinture70du trouble d’Agamemnon, tandis qu’Arcas71 le presse de ses questions  :

  • 72 Racine, I, 1, p. 743, v. 10-12. Vers cités par l’abbé Bierre.

Heureux qui, satisfait de son humble fortune,
Libre du joug superbe où je suis attaché,
Vit dans l’état obscur où les dieux l’ont caché72.

42Puis comme son serviteur lui fait un tableau pompeux de sa puissance  :

  • 73 Racine, I, 1, p. 745, v. 40. Vers non cités par l’abbé Bierre.

Non  ! tu ne mourras point  ! je n’y puis consentir73.

43Quelle beauté au contraire dans cette peinture que fait le vieillard, étonné de l’état où il voit son maître  !

  • 74 Euripide, p. 60, v. 34-40. L’abbé Bierre commente « πρὸ χερῶν », « συγχεῖς » et « πεύκην ».

Σὺ δὲ, λαμπτῆρος φάος ἀμπετάσας,
δέλτον τε γράφεις
τήνδ´, ἣν πρὸ χερῶν ἔτι βαστάζεις,
καὶ ταὐτὰ πάλιν γράμματα συγχεῖς
καὶ σφραγίζεις λύεις τ´ ὀπίσω
ῥίπτεις τε πέδῳ πεύκην, θαλερὸν
κατὰ δάκρυ χέων74,
Et toi, ayant approché la lumière d’un flambeau
tu écris cette lettre,
Que tu tiens dans les mains
Puis tu effaces les caractères,
Tu la scelles, tu la rouvres encore,
Tu jettes la tablette à tes pieds,
Versant de grosses larmes.

44Puis quelle violence affectueuse dans les supplications du vieillard  :

  • 75 Euripide, p. 61, v. 41-42. François Jouan traduit : « rien ne manque à ton désarroi qui touche à (...)

Καὶ τῶν ἀπόρων οὐδενὸς ἐνδεῖς
μὴ οὐ μαίνεσθαι75.
Et tu ne manques de rien pour paraître d’aucune chose manquante [sic]
ÊtreNe pas fou Pour ne pas être fou

  • 76 Euripide, p. 61, v. 42-43. Le texte grec de Maurras n’est pas le même que celui de l’abbé Bierre (...)

τί πονεῖς; τί πονεῖς;
τί νέον περί σοι, Ἀγάμεμνον ἄναξ76  ;
De quoi souffres-tu  ? de quoi souffres-tu  ?
Qu’y a-t-il de nouveau en toi, roi Agamemnon  ?

45Ce qui caractérise la différence du théâtre grec et du cothurne français, c’est la simplicité sans bassesse qui règne dans le premier quand les circonstances l’exigent le demandent  ; ainsi dans Racine, le serviteur parle comme un avocat  ; tandis qu’il y a dans Euripide un naturel qui ne manque pas de n’ôte rien au charme de la pièce.

  • 77 Traduction du vers 49 d’Euripide.

46Mais nous ne pouvons pas en dire autant du long récit d’Agamemnon  : «  Léda, fils de Thestis, eut trois filles77, etc.  » Attaché depuis longtemps à la personne du roi, le vieillard doit savoir tout sur le bout du doigt. Aussi Racine n’a-t-il commencé qu’au moment où les vents cessent d’agiter la mer  : le reste n’est dans Euripide qu’un hors-d’œuvre.

47D’ailleurs chez le poète français, quelle beauté harmonie dans ces vers quelques mots  :

  • 78 Racine, I, 1, p. 745, v. 48-50.

Le vent qui nous flattait nous laissa dans le port  :
Il fallut s’arrêter, et la rame immobile inutile
Fatigua vainement une mer immobile78.

48Il caractérise mieux le faible Agamemnon en détaillant les moyens employés par Ulysse pour faire taire son en lui l’amour paternel  :

  • 79 Maurras a inventé « rempli » à la place de « et plein », donné par les éditions Moland (p. 172) e (...)
  • 80 Racine, I, 1, p. 746-747, v. 73-82.

Mais bientôt rappelant sa cruelle industrie,
Il me représenta l’honneur et la patrie,
Tout ce peuple, ces rois, à mes ordres soumis,
Et l’empire d’Asie à la Grèce promis  ;
De quel front immolant tout l’État à ma fille,
Roi sans gloire, j’irais vieillir dans ma famille.
Moi-même, je l’avoue avec quelque pudeur,
Charmé de mon pouvoir, et plein79 de ma grandeur,
Ce nom de roi des rois, et de chef de la Grèce
Chatouillait de mon cœur l’orgueilleuse faiblesse80.

49Enfin, comme la tendresse paternelle a un beau réveil dans la tragédie française  !

  • 81 Racine, I, 1, p. 748, v. 112-120.

Ma fille qui s’approche et court à son trépas,
Qui loin de soupçonner un arrêt si sévère,
Peut-être s’applaudit des bontés de son père,
Ma fille  !... Ce nom seul dont les droits sont si saints,
Sa jeunesse, mon sang, n’est pas ce que je plains.
Je plains mille vertus, une amour mutuelle,
Sa piété pour moi, ma tendresse pour elle,
Un respect qu’en son cœur rien ne peut balancer
Et que j’avais promis de mieux récompenser81.

50Mais ce n’est pas le seul motif qui détermine Agamemnon dans Racine  ; Achille revenant vainqueur au camp des Grecs, Achille qui aime véritablement Iphigénie va la réclamer entraver ses desseins.

51À ce propos se pose d’elle-même une question capitale  : la passion réelle d’Achille est-elle avantageuse ou non à l’ensemble de la pièce  ? Si nous examinons le caractère d’Achille tel qu’Homère nous l’a transmis, évidemment non  ! mais à ne considérer que la pièce en elle-même, nous répondrons par l’affirmative. En effet, le nœud se complique agréablement de la fureur du jeune héros  : dans Euripide, Agamemnon ne doit redouter qu’un certain froissement de sa part pour lui avoir emprunté son nom sans son aveu, tandis que dans Racine, le dévouement d’Iphigénie, la colère de son ami qui [illisible] qui brise ses affections pour obéir à son père, n’en deviendra que plus touchant et plus admirable mais au détriment du naturel. Nous avons donc vu Agamemnon remettre une lettre à pour Clytemnestre lui [illisible] ordonnant de retourner  ; car Achille a changé d’avis  ; ceci est commun [rature] aux deux poètes pièces  ; mais dans chez le poète français, il y a ceci de particulier que le roi ordonne à Arcas d’insinuer un amour prétendu du jeune héros pour la jeune Ériphile  ; ici, cela ne fait que donner plus de vraisemblance à cette fable  ; mais plus loin à propos de ce rôle nous aurons sur ce sujet à faire bien des réserves.

52Dans cette scène, nous venons de le voir, les deux tragiques ont des analogies nombreuses  : Racine a souvent imité et quelquefois traduit son devancier, mais en revêtant tout cela du cachet de grandeur qui le caractérise. Mais le plan change complètement après cette entre ce long entretien.

Les différences de structure

  • 82 Donnent : Maurras a écrit « donne ».

53Chez Euripide, Ménélas arrive et surprend le billet au [sic] vieillard  ; tandis que dans Racine la scène est occupée par Agamemnon, Ulysse et Achille qui vient p à la fois pour presser le départ et réclamer la main d’Iphigénie qu’on lui a promise. Les hésitations du malheureux frère donnent82 lieu à cette belle réponse du fils de Pelée  :

  • 83 Racine, I, 2, p. 753, v. 249-250.

Je puis choisir, dit-on, ou beaucoup d’ans sans gloire,
Ou peu de jours suivis d’une longue mémoire83etc.

  • 84 Note de l’auteur au crayon de papier : Ceci est amené moins naturellement que dans Euripide qui f (...)
  • 85 Domestique d’Agamemnon qui apparaît dans Racine, Acte I, scène IV, p. 756.

54Resté seul avec Agamemnon, Ulysse découvrant la douleur du roi essaie de le rétablir dans sa première résolution  ; Agamemnon, si sa fille arrive, promet de la sacrifier84  ; mais il est frustré de ses espérances par l’apparition d’Eurybate85 qui vient annoncer l’approche des voyageurs un moment égarés de leur route.

55Quelle simplicité dans Euripide  :

  • 86 Euripide, p. 76, v. 420-421 (Abbé Bierre, p. 33, v. 410-411).

ἀλλ´ ὡς μακρὰν ἔτεινον, εὔρυτον παρὰ
κρήνην ἀναψύχουσι θηλύπουν βάσιν86

  • 87 Cette traduction est entièrement donnée par l’abbé Bierre, p. 33.

56Comme elles ont fait une longue route, elles rafraichissent au bord d’une source limpide leurs pieds délicats87.

  • 88 Euripide, p. 78, v. 466 (Abbé Bierre, v. 456). Le texte de la CUF est différent : « οὐ συνετὰ συν (...)

57Sens vrai, plus touchant dans les lamentations d’Agamemnon, il ne se contente pas de fausse moraline sur la condition des rois, il retrace d’une manière la plus explicite le courroux de Clytemnestre, les prières d’Iphigénie, et les vagissements du petit Oreste εὐσύνετ’ἀσυνέτως88.

58D’autre part, Racine a mieux compris les convenances en substituant le rôle d’Ulysse à celui de Ménélas qui est trop intéressé à cette affaire pour ne pas devenir odieux par les menaces proférées avant l’arrivée de la jeune fille.

  • 89 Deux lignes de texte sont superposées sans être rayées. « La bouche » n’a pas de complément du no (...)

59Il ne peut du reste faire entendre la voix de la gloire et de l’ambition puisqu’Hélène est pour lui le seul but de l’expédition  ; aussi attaquant les incertitudes de son frère il ne comprend pas les combats de l’amour paternel et de l’ambition qui déchirent le cœur du roi  ; de plus on peut remarque dans les discours de véritables épigrammes qu’Euripide met dans la bouche de hautes épigrammes [sic]89 contre les magistrats de son temps, qui pourraient aussi bien s’appliquer au nôtre.

  • 90 Euripide, v. 343 : κᾆτ´ ἐπεὶ.
  • 91 Pour le mot « κλῄθρων », le lecteur du manuscrit a bien du mal à voir un κ dans ce qui ressemble (...)
  • 92 Euripide, p. 73, v. 339-345 (abbé Bierre, p. 27, v. 328-334). Maurras recopie scrupu­leusement la (...)
  • 93 Ces points de suspension manifestent, non pas un air entendu, mais une coupure dans la citation d (...)

ὡς ταπεινὸς ἦσθα, πάσης δεξιᾶς προσθιγγάνων
καὶ θύρας ἔχων ἀκλῄστους τῷ θέλοντι δημοτῶν
καὶ διδοὺς πρόσρησιν ἑξῆς πᾶσι, κεἰ μή τις θέλοι,
τοῖς τρόποις ζητῶν πρίασθαι τὸ φιλότιμον ἐκ μέσου,
κᾆτ΄ ἐπεὶ90 κατέσχες ἀρχάς, μεταβαλὼν ἄλλους τρόπους
τοῖς φίλοισιν οὐκέτ´ ἦσθα τοῖς πρὶν ὡς πρόσθεν φίλος,
δυσπρόσιτος ἔσω τε κλῄθρων91 σπάνιος92 ……
Comme tu étais humble  ! Tu touchais la main de tous, ta porte était ouverte au premier citoyen venu, tu donnais à tous, sans exception, accès auprès de ta personne, même à ceux qui ne s’en souciaient pas, cherchant par tes manières affables à obtenir du peuple l’objet de ton ambition. Et puis lorsque tu eus le commandement, tu changeas de conduite et ne fus plus pour tes anciens amis, l’ami d’autrefois  : tu fus presque inabordable et rarement visible au fond de ton palais ……93

  • 94 Note de l’auteur : « Andrieux, Procès du sénat de Capoue ». Note de l’éditeur : D’après la notice (...)

60Français  ! ce trait s’appelle un avis au lecteur94, fort bien  ! mais déplacé dans une tragédie, surtout retraçant une scène des temps héroïques. Ce défaut dépare bien souvent les plus belles pièces d’Euripide  ; il a cela de commun avec Voltaire de moraliser sans cesse, et de ne pas assez observer cette couleur locale.

61La réponse d’Agamemnon est mordante. Il va jusqu’au fond de la pensée de son frère  :

  • 95 Euripide, p. 75, v. 387 (Abbé Bierre, v. 376, p. 31). François Jouan : « À cœur pervers, plaisirs (...)
  • 96 Maurras recopie ici la traduction de l’abbé.

…… πονηροῦ φωτὸς ἡδοναὶ κακαί95.
À l’homme vil les plaisirs honteux96  !

62Enfin les regrets tardifs du roi de Sparte ne parviennent pas à le rendre intéressant  ; dans Racine au contraire c’est avec un art infini qu’Ulysse cherche à apaiser sa douleur, opposant à sa tendresse les horizons dorés de l’ambition  :

  • 97 Nous lisons « pâlir ».

Je suis père, Seigneur, et faible comme un autre,
Mon cœur se met sans peine en la place du vôtre,
Et frémissant du coup qui vous fait soupirer,
Loin de blâmer vos pleurs, je suis prêt de pleurer.
[...]
Nous sommes seuls encor  : hâtez-vous de répandre
Des pleurs que vous arrache un intérêt si tendre.
Pleurez ce sang, pleurez. Ou plutôt sans frémir97,
Considérez l’honneur qui doit en rejaillir.
Voyez tout l’Hellespont, etc.

63Les ménagements habiles triomphent de cet la lutte d’Agamemnon auquel ils arrachent ces mots  : je cède  !

64Il faut observer une nuance de caractère mieux rendue par Euripide. Dans celui-ci, ce qui le détermine à tuer sa fille, c’est la nécessité, la peur  ; dans celui-là, il s’y mêle cette soif de pouvoir qui distingue le chef des Grecs tel que nous le présente Homère.

65Nous arrivons à une des scènes des plus charmantes d’Euripide – des plus grecques, devrions-nous dire. C’est l’arrivée de la reine accompagnée de sa fille et tenant dans ses bras le petit Oreste  ; elle ordonne aux servantes de prendre les corbeilles qui contiennent les présents de noce  :

  • 98 « Σὺ δ’ » : Maurras a ajouté une lettre : « Συ δε ».
  • 99 τέκνον, μοι λεῖπε : hésitation sur la place de la virgule. La Cuf la place après μοι, l’abbé et M (...)
  • 100 Euripide, p. 84, v. 613-616 (Abbé Bierre, p. 46, v. 587-590). François Jouan traduit ainsi : « Et (...)
  • 101 Maurras a écrit « là ».
  • 102 Traduction originale de Maurras.

Σὺ δ´98, ὦ τέκνον, μοι λεῖπε99 πωλικοὺς ὄχους,
ἁβρὸν τιθεῖσα κῶλον ἀσθενές θ´ ἅμα.
ὑμεῖς δὲ, νεάνιδές, νιν ἀγκάλαις ἔπι
δέξασθε [...]100
Et toi, ma fille, laisse le char attelé de poulains, ayant posé à terre ton pied mignon et délicat  ; et vous, jeunes filles, recevez-la101 dans vos bras102 [...].

  • 103 Euripide, p. 84, v. 621-624. François Jouan : « Et voici un enfant, le fils d’Agamemnon, Oreste : (...)
  • 104 Traduction originale de Maurras.

καὶ παῖδα τόνδε, τὸν Ἀγαμέμνονος γόνον,
λάζυσθ´, Ὀρέστην · ἔτι γάρ ἐστι νήπιος.
Τέκνον, καθεύδεις πωλικῷ δαμεὶς ὄχῷ  ;
ἔγειρ´ ἀδελφῆς ἐφ´ ὑμέναιον εὐτυχῶς103·
Et vous, jeunes filles, prenez ce petit enfant, Oreste, le fils d’Agamemnon  ; car il ne parle pas encore. Mon enfant, tu dors, assoupi par les mouvements du char attelé de poulains  ; éveille-toi pour l’heureux hymen de ta sœur104.

  • 105 « κάθίστω » pour Bierre et Maurras ; pour la Cuf : « κάθησω ».
  • 106 Euripide, p. 84, v. 627-629. François Jouan : « Pose-toi ici, tout contre ma jambe, mon enfant ; (...)
  • 107 Traduction originale de Maurras.

ἑξῆς κάθίστω105 δεῦρό μου ποδός, τέκνον·
πρὸς μητέρ´, Ἰφιγένεια, μακαρίαν δέ με
ξέναισι ταῖσδε πλησία σταθεῖσα θές106,
Ma fille, viens près de mon pied, Iphigénie, viens auprès de ta mère, afin et te tenant près de moi, rend moi heureuse devant ces étrangères107.

  • 108 Allusion à un débat d’histoire littéraire mené par Musset dans le poème « Sur la paresse » [Poési (...)

66Le cothurne français au xviie siècle était trop haut pour de pareils détails  : «  la tisane à la glace  » de Despréaux, selon l’expression d’A. de Musset108, avait passé par là. Pourtant qui ne serait pas charmé de la simplicité de ces vers  ? Y trouve-t-on quelques apparences de trivialité  ? Nullement dans ces sages avis d’une maîtresse de maison. Dans cet orgueil naïf d’une mère, on ne trouve découvre qu’une peinture vraie des mœurs grecques aux temps héroïques.

67Au lieu d’aller chercher l’étrange, le laid, l’horrible même, il aurait été bien facile à l’école romantique de revenir à ces principes des Anciens, de remonter à ces sources pures de l’art qui l’auraient sans doute régénéré comme elles l’avaient créé.

Iphigénie et Agamemnon

68Vient ensuite dans Euripide la scène touchante où Iphigénie revoit son père et et cherche à attirer son père et cherche à attirer son attention son aff les moyens de son affection  ; Racine l’a imitée avec bonheur, mais dans la tragédie française se placent quelques scènes intermédiaires que nous allons examiner d’abord.

69Le second acte s’ouvre par le dialogue de Doris et d’Ériphile.

  • 109 Maurras a mis deux « f » à « échafaudée ».
  • 110 Il semble que Maurras ait également mis un article masculin devant « équivoque ».

70C’est pour éviter un dénouement merveilleux et contraire aux habitudes du théâtre français que Racine a inventé imaginé ce rôle qui pris en lui-même n’a pas le relief de Clytemnestre, Agamemnon, Achille et Iphigénie – c’est Ériphile personnifie une jalousie et une haine qui inspire de la répulsion, mais qui dénoue la facilement la pièce. Ainsi néanmoins la tragédie est échafaudée109 tout entière sur une équivoque110 misérable qui lui enlève la véritable grandeur  : il est bien mesquin de sauver l’héroïne principale par un simple changement de nom. Quant à l’amour [rature illisible] d’Ériphile pour Achille son vainqueur, et l’instrument de ses maux, cette passion manque un peu de vraisemblance d’autant plus que dans les rapports qu’elle a eus avec lui, elle ne l’a entrevu que dans des circonstances défavorables et faites plutôt pour inspirer la haine.

71L’entretien Dans le dialogue d’Ériphile et de Doris, la jeune fille déclare à sa confidente cet amour peu raisonnable justifiable. Mais passons sur ces détails secondaires de peu d’importance et arrivons à l’entretien d’Iphigénie et de son père d’Agamemnon.

72Chez les deux poètes, cette rencontre est également touchante  : s’il fallait décider entre eux, la palme serait néanmoins à Euripide  ; car c’est lui qui l’a traitée le premier et de son propre fond  ; il ne faut pas pour cela faire tort à Racine, car il est peut-être aussi difficile d’inventer le beau que de bien le de bien imiter le beau une matière traitée déjà par un grand poète que de l’inventer soi-même.

73La joie expansive d’Iphigénie et l’embarras du roi forment un tableau d’une tendresse déchirante. Elle le presse d’oublier les soucis de la royauté  ; mais le malheureux père se sent pressé par l’idée fatale qu’il ne peut bannir de sa pensée. Par la vivacité de son dialogue, Euripide est plus énergique  ; mais dans quelques endroits le poète français a l’avantage  :

Ag. Ah  ! ma fille !
Iph. Seigneur, poursuivez !
Ag. Je ne puis  !

74Comme Avec quelle délicatesse n’est pas exprimé l’abattement du roi dans ces simples mots  : Je ne puis  !

Clytemnestre et Achille

  • 111 Racine, Acte III, scène 1, p. 777, v. 819.

75Ici, encore une fois le plan est différent dans les deux poètes  : dans Euripide, Clytemnestre s’informe auprès de son époux du jour de l’hymen, puis Agamemnon essaie de lui [sic] persuader de retourner à Argos et de le laisser seul conduire sa fille à l’autel. Clytemnestre s’étonne, puis refuse. Achille Le roi désespéré va consulter Calchas  : il y a dans le poète français une scène analogue  ; mais elle se place beaucoup plus loin  ; le résultat n’en est pas le même  : car Agamemnon a sur sa femme un pouvoir plus étendu et répond à ses instances par cet ordre formel, «  obéissez111  »  !

76Mais dans auparavant dans Racine, lorsque après qu’ lorsqu’Iphigénie a adressé au roi à son père ses touchantes prières, le roi s’éloigne, et laisse sa fille ce n’est pas la jeune fille mais le roi qui s’éloigne et qui la laisse s’entretenir avec Ériphile de ses froideurs  : elle se console cependant en se souvenant de l’amour d’Achille qui pour elle seule a voulu aller à Troie.

77Ce n’est donc plus cet Achille d’Homère insensible à tout autre chose que qu’à la gloire, sanguinaire, parfois brutal, souvent généreux  ; ce n’est pas même non plus ce même héros qui disait au commencement de la pièce  :

  • 112 Racine, Acte I, scène 2, p. 753, v. 267-8.

Et quand moi seul enfin il faudrait l’assiéger,
Patrocle et moi, Seigneur, nous irons vous venger112  !

78C’est plutôt un jeune freluquet du siècle de Louis xiv cherchant la gloire pour ne pas déplaire à sa maîtresse et pour en revenir paré devant sa présence.

  • 113 Racine, Acte II, scène 4, p. 768.

79Clytemnestre arrive113, elle a reçu le billet et les insinuations d’Arcas à propos du refus d’Achille et de sa prétendue passion pour Ériphile  ; elle raconte cette fable à Iphigénie et la quitte proférant quelques paroles menaçantes contre la jeune captive. Avant de s’éloigner, les deux amies [rature illisible] échangent quelques paroles aigres-douces inspirées par la jalousie.

80Ne se doutant de rien Achille accourt au-devant de sa fiancée qui l’accueille avec mépris et dédain  ; surpris, il entre pour éclaircir toute l’affaire tandis qu’Ériphile reste à méditer sa vengeance.

81On le voit, cette différence de plan provient tout entière du nouveau rôle d’Ériphile et de l’amour qu’Achille éprouve réell réellement pour Iphigénie.

  • 114 Racine, Acte III, scène 1, étudiée avant la note 111.

82Il n’a pas de peine à éloigner tout soupçon de l’esprit de Clytemnestre qui, venant de s’entretenir avec son époux, reçoit l’ordre de s’éloigner  ; c’est la scène114 que j’ai tantôt comparée à celle d’Euripide.

83Celui-ci complique resserrecomplique son nœud de plus en plus  : en effet, Achille vient prier Aga le roi de hâter le départ des Grecs  : c’est bien là le caractère du héros homérique tel qu’Homère nous l’a montré et tel que le poète français l’avait représenté au commencement de sa pièce. Écoutez plutôt  :

  • 115 « ποῖον » chez Bierre v. 782 et Maurras ; l’édition CUF indique, au v. 815, « πόσον ».
  • 116 Euripide, p. 92, v. 814-817 (Abbé Bierre, p. 63, v. 781-784). François Jouan traduit ainsi : « Je (...)
  • 117 La traduction de Maurras ressemble à celle proposée ici par l’abbé, avec quelques variantes qui s (...)

Μυρμιδόνας ἴσχων· οἱ δ´ ἀεὶ προσκείμενοι
λέγους´· Ἀχιλλεῦ, τί μένομεν ; ποῖον115 χρόνον
ἔτ´ ἐκμετρῆσαι χρὴ πρὸς Ἰλίου στολόν ;
δρᾶ γ´, εἴ τι δράσεις, ἢ ἄπαγ´ οἴκαδε στρατόν116  !
[...] retenant les Myrmidons, qui me pressent sans relâche en disant  : «  Achille, que tardons-nous  ? Combien de temps faut-il encore attendre avant notre départ pour Ilion  ? Agis tout de suite, si tu dois agir, ou ramène l’armée dans ses foyers  !117

84Clytemnestre sort alors de sa tente et tend la main au guerrier, celui-ci n’y comprenant rien s’étonne de cette familiarité de la part d’une femme inconnue. Bien plus lorsqu’elle prononce le nom d’hymen, il commence à soupçonner qu’ils sont tous deux dupés de quelque machination.

85À ce moment arrive le vieillard confident d’Agamemnon  ; après avoir longtemps hésité, il s’écrie  :

  • 118 Euripide, p. 94, v. 873 (Bierre, p. 68, v. 840). François Juan essaie de rendre l’ordre chaotique (...)
  • 119 Cette traduction très maladroite pour rendre l’ordre des mots grecs est originale à Maurras.

παῖδα σὴν πατὴρ ὁ φύσας αὐτόχειρ μέλλει κτανεῖν118.
la fille tienne son père le ayant engendré de sa main veut tuer [sic]119

86Quelle effrayante gradation  ! le mot terrible, le coup de poignard est le dernier et termine d’une manière lugubre ces mots entrecoupés cette phrase dont l’inversion fait toute la beauté. Racine n’a pu l’égaler  : d’ailleurs dès le commencement Arcas prépare en quelque sorte les assistants  :

  • 120 Racine, Acte III, scène 5, v. 899-900.

Ou plutôt contre lui
Seigneur, je viens pour elle implorer votre appui120.

87Ce n’est qu’après qu’il [rature] laisse tomber ces mots  :

  • 121 Racine, Acte III, scène 5, v. 912.

Il l’attend à l’autel pour la sacrifier121.

88Au point de vue des spectateurs la manière d’Euripide est la meilleure  ; mais en sortant du théâtre pour rentrer dans le vrai, un serviteur, cela est certain, userait de ménagements et préparerait de longue main à cette affreuse révélation.

89Racine dépeint avec plus de vivacité l’étonnement des victimes du roi  :

  • 122 Racine, Acte III, scène 5, v. 913.

Ach. Lui  !
Cl. Sa fille  !
I ph. Mon père122  !

  • 123 Euripide, p. 94, v. 874 (Bierre, p. 68, v. 841). François Jouan : « Tu perds le sens. »

90Dans le poète grec, le premier coup de la douleur rend Clytemnestre comme insensible  ; la grandeur du crime l’effraie d’abord, elle n’y croit pas et prend le vieillard pour un insensé  : οὐ γὰρ εὖ φρονεῖς123.

91Mais lui poursuit toujours  :

  • 124 Maurras avait écrit ταλαιπόρου ce qui est probablement une étourderie.
  • 125 Euripide, p. 94, v. 875 (Bierre, p. 69, 842). François Jouan : « en tranchant de son épée la blan (...)
  • 126 Traduction originale de Maurras, qui améliore la proposition de l’abbé Bierre susmentionnée.

φασγάνῳ λευκὴν φονεύων τῆς ταλαιπώρου124 δέρην125.
avec le couteau perçant de la malheureuse la blanche gorge126.

  • 127 Euripide, p. 95, v. 876 (Bierre, p. 69, v. 843). François Jouan : « Mon mari est-il donc devenu f (...)

92Alors ce n’est plus le vieillard qu’elle regarde comme insensé, c’est son époux  : μεμηνὼς ἆρα τυγχάνει πόσις127 ;

93Et le vieillard avec son terrible laconisme  :

  • 128 Euripide, p. 95, v. 877 (Bierre, p. 69, v. 844). François Jouan : « Il a toute sa raison, sauf en (...)
  • 129 Traduction originale de Maurras.

Ἀρτίφρων, πλὴν εἰς σὲ καὶ σὴν παῖδα128 ·
(Il est) sensé, excepté envers toi et ta fille129.

94Rature illisible Dans cette scène, c’est la colère qui domine la Clytemnestre grecque  ; la Clytemnestre française éprouve surtout de la pitié pour sa fille.

95Toutes deux s’informent des circonstances qui ont amené dans l’esprit du malheureux père cette résolution monstrueuse  ; puis elles tombent aux pieds genoux d’Achille  ; les deux prières ont bien des analogies, mais Racine est plus tendre.

96En effet, le il suffit de comparer leur début, et l’on aura la mesure du reste.

97Euripide  :

  • 130 Euripide, p. 96, v. 900-901 (Bierre, p. 71, v. 867). François Jouan : « Je ne rougirai pas de tom (...)
  • 131 Traduction originale de Maurras.

οὐκ ἐπαιδεσθήσομαι ´γε προσπεσεῖν τὸ σὸν γόνυ
θνητὸς ἐκ θεᾶς γεγῶτα130·
Je ne rougis pas de tomber à vos genoux
Moi, mortelle, devant le fils d’un dieu131

98Racine  :

  • 132 Dans la partie qu’il nomme « Imitations », l’abbé Bierre propose ces vers associés au vers 867, p (...)

Oubliez une gloire importune  ;
Ce triste abaissement convient à ma fortune.
Heureuse si mes pleurs vous peuvent attendrir  !
Une mère à vos pieds peut tomber sans rougir132.

  • 133 Niveau : le sens analogique de « force capable d’égaliser les choses et les hommes » est attesté (...)

99Dans Racine elle Si Clytemnestre oublie toute considération secondaire, déesse ou mortelle, reine ou sujette, qu’importe quand le malheur a promené sur la foule son niveau133 sur la foule  ? Une mère … voilà tout le secret de son abaissement.

100Nous cherchons en vain dans le poète grec cette belle imitation d’Homère  :

  • 134 Racine, Acte III, scène 5, p. 783, v. 939-940.

Elle n’a que vous seul. Vous êtes dans ces lieux
Son père, son époux, son asile, ses dieux134.

101Andromaque avait dit à son époux Hector  :

  • 135 Cette note de l’auteur est exacte : Homère, Iliade, chant VI, v. 429-430. Traduction de l’édition (...)

Ἕκτορ ἀτὰρ σύ μοί ἐσσι πατὴρ καὶ πότνια μήτηρ
ἠδὲ κασίγνητος, σὺ δέ μοι θαλερὸς παρακοίτης·
(Hom. Il. Ch. VI. V. 429-430135)

102Ici le plan change  ; la diffé la marche des scènes est différente de l’intrigue diffère chez les deux poètes différence expliquable et cela s’explique par des plans divers. Tandis que dans Pendant que chez Racine, Clytemnestre va tenter de fléchir son époux laissant Iphigénie seule avec Achille, Euri dans Euripide le dialogue continue entre le héros et la reine.

103La réponse d’Achille est faible  ; quelquefois même déclamatoire  ; n’est-ce pas un Nestor qui parle ici  :

  • 136 Euripide, p. 97, v. 922-923 (Bierre, p. 72, v. 889-890). François Jouan : « La réflexion a appris (...)

λελογισμένοι γὰρ οἱ τοιοίδε´ εἰσὶν βροτῶν
ὀρθῶς διαζῆν τὸν βίον γνώμης μέτα136, etc.

  • 137 Maurras reprend la traduction proposée par l’édition Bierre.

104Car la réflexion enseigne aux hommes de caractère à bien diriger leur vie selon les règles de la sagesse137.

105Il moralise longtemps de la sorte puis, après un long circuit, en vient à débla­térer contre les devins  :

  • 138 Euripide, p. 98, v. 956-958 (Bierre, p. 75, v. 923-925). La ponctuation diffère entre les deux te (...)
  • 139 « il » : Maurras a oublié un mot de Bierre : « et il »
  • 140 Maurras recopie ici la traduction de l’abbé Bierre, qui traduit deux fois « διοίχεται », verbe qu (...)

Τίς δὲ μάντις ἔστ´ ἀνήρ  ;
Ὅς ὀλίγ´ ἀληθῆ, πολλὰ δὲ ψευδῆ λέγει
τυχών · ὅταν δὲ μὴ τύχῃ διοίχεται138.
D’ailleurs qu’est-ce qu’un devin  ? Un homme qui, parmi beaucoup de mensonges, dit parfois la vérité quand la fortune le sert bien  ; si elle le sert mal, la chose passe, il139 n’en est plus question140.

106Vraiment, cet Achille-là ne me paraît plutôt un disciple de Socrate que l’élève de Chiron.

107Mais quel que fût son maître, il n’a jamais appris de lui de son maître quel qu’il soit la galanterie  : écoutez-le plutôt  :

  • 141 « εἰ » : l’édition CUF indique « ἡ », v. 963.
  • 142 L’édition CUF termine la phrase ici.
  • 143 Euripide, p. 98, v. 961-965 (Bierre, p. 75, v. 928-932). Le texte grec étant différent, la traduc (...)

ἀλλ´ ὕβριν ἐς ἡμᾶς ὕβρισ´ Ἀγαμέμνων ἄναξ.
Χρῆν δ´ αὐτὸν αἰτεῖν τοὐμὸν ὄνομ´ ἐμοῦ πάρα,
θήραμα παιδός· εἰ141 Κλυταιμήστρα δ´ ἐμοὶ
μάλιστ´ ἐπείσθη θυγατέρ´ ἐκδοῦναι πόσει,142
ἔδωκά τἂν Ἕλλησιν143·
Mais le roi Agamemnon a commis un outrage envers moi. Ce n’était qu’avec mon assentiment qu’il devait se servir de mon nom pour attirer sa fille. Si j’eusse été celui à qui Clytemnestre eut consenti le plus volontiers à donner sa fille pour épouse, j’aurais prêté mon nom aux Grecs  ;

108J’en demande pardon aux Françaises, mais voilà bien le caractère homérique que l’on aime à voir dans Achille.

109Ce n’est pas la pitié qui domine en lui  ; c’est plutôt l’orgueil blessé, il frémit de l’outrage, sans plaindre le malheur de la principale intéressée  : Iphigénie. Clytemnestre réplique mais avec cet embarras sophistique dont la présence dépare souvent les plus belles scènes d’Euripide.

  • 144 Euripide, p. 99, v. 976-977. François Jouan : « Ah ! comment te louer sans passer la mesure ? »
  • 145 Cet « etc. » un peu cavalier n’indique pas au lecteur d’aller voir lui-même le texte que l’étudia (...)

φεῦ  !
πῶς ἄν σ´ ἐπαινέσαιμι μὴ λίαν λόγοις144, etc145.
Ah  ! comment vous louer sans faire de trop longs discours, etc.

110Bref, Achille conseille d’abord d’essayer les raisonnements pour fléchir Iphigénie sauf à en venir aux grands moyens en cas de nécessité.

Élévation d’Iphigénie

  • 146 Maurras a écrit « retenue ».

111Loin de là, dans Racine, le jeune homme en sa qualité d’amant a besoin d’être retenu146 par la timide Iphigénie.

  • 147 L’édition Louis Moland et l’édition Classiques Garnier indiquent « que comme un assassin ».
  • 148 Racine, p. 785, v. 998-1002.

Songez, quoi qu’il ait fait, songez qu’il est mon père  !
Ach. Lui  ! votre père  ! Après son horrible dessein
Je ne le connais plus que comme un assassin147.
Iph. C’est mon père, Seigneur, je vous le dis encore,
Mais un père que j’aime, un père que j’adore, etc148.

112Le poète français nous montre dans Iphigénie une figure douce rayonnant d’une beauté pure, d’une grâce naïve, alliant au respect d’une fille la passion d’une amante et à la crainte de la mort la résignation du martyre.

  • 149 Il est possible que Maurras pense ici à Atala et au Génie du christianisme, partie II, chapitre 2 (...)

113C’est qu’en la décrivant le poète a eu d en vue un type plus élevé inconnu au paganisme  : la Chrétienne149  ; mais aussi cette élévation du caractère entre peu dans la nature pure, cette ce respect, cette obéissance absolue entreraient plutôt dans une de ces vierges des premiers temps qui achetaient de leur [rature illisible  : sag ou sang  ?] vie la gloire des Bienheureux.

  • 150 Maurras a écrit « éclairée ».

114Le reste de la prière va nous fournir d’ailleurs de grands développements là-dessus  ; à mesure que l’intérêt augmente, le caractère d’Iphigénie se dessine plus clairement et et se montre à nous paraissant éclairé150 d’un rayon surnaturel.

115Mais continuons l’analyse dans Racine. Clytemnestre revient annoncer qu’Agamemnon refuse de [écrit au-dessus d’une rature :] le voir. Hors de lui, Achille veut partir pour tenter le dernier coup  ; Iphigénie le retient et veut attendre l’arrivée de son père pour essayer de l’attendrir.

  • 151 Euripide, p. 101.

116Euripide, immédiatement après le départ d’Achille place la scène déchi place entre la scène de la prière, les chants du chœur qui célèbre les noces de Thétys et de Pélée151  ; à la faveur de cet intervalle, suivons dans Racine la marche de la pièce dans les scènes qui la séparent précèdent l’entrevue du père et de la fille. Nous mettrons ensuite aux prises les deux rivaux.

  • 152 Racine, Acte IV, scène 1, p. 789.

117L’intérêt est [ajout illisible] supérieur par le dialogue d’Ériphile et de sa confidente, où la jeune captive dévoile à Doris toute la haine, toute qu’elle porte à la famille de son amie, et toute la jalousie qu’elle éprouve envers celle-ci152.

118Puis rentrent Étant sorties toutes deux, rentrent surviennent Agamemnon, Clytemnestre et Iphigénie  ; il en est de même dans Euripide.

119Dans ce dernier c’est Clytemnestre qui la première exhale ses fureurs  ; dans Racine c’est Iphigénie. Pour décider Si l’on veut juger lequel des deux moyens est le meilleur, la décision sera diverse que l’on considère l’effet au point de vue du théâtre ou de la nature.

120Indubitablement au point de vue théâtral c’est Euripide qui a raison  : étant plus touchantes, les plaintes de la jeune fille doivent laisser dans l’âme des spectateurs une impression plus durable  ; mais si nous examinons la nature et les caractères, certes, on ne peut hésiter pour donner à Racine le bon droit. Remarquez bien en effet que dans ses incertitudes Agamemnon plaint sa fille, mais craint son épouse  : il la craint réellement, tous ses efforts tendent à l’éloigner de l’autel  ; il ne et dans une âme pareille la crainte l’emporte bien vite sur la pitié.

121Passons aux détails.

  • 153 Note de l’auteur : « Rappel : Léda, fille de Thestis, etc. » Note de l’éditeur : le rappel vise l (...)

122Clytemnestre dans Euripide parle avec moins de feu que dans Racine  ; mais dans ce dernier elle est exaspérée par le refus que le roi vient d’opposer aux plaintes d’Iphigénie  ; tandis que dans la pièce grecque elle a possède encore tout son sang-froid. Si nous trouvons à cela une explication, il n’y en a aucune à fournir pour en faveur de la longue histoire de Clytemnestre153 – rhéteur  ! rhéteur  ! Quelle sotte habitude que de vouloir sans cesse remonter aux sources  : les sentiments de notre âme ont-ils jamais eu quelque chose de commun avec la logique d’Aristote  ? La bonne reine en énumérant les cruautés de son époux ne manque pas cependant de faire l’éloge de ses vertus, comme si elle avait le loisir de penser à tout cela  : sa fille va mourir  ; le meurtrier c’est son époux  ; écoutez Racine, qui va droit au but  :

Vous ne démentez point une race funeste.
Oui, vous êtes le sang d’Atrée et de Thyeste.
Bourreau de votre fille, il ne vous reste enfin
Que d’en faire à sa mère un horrible festin.
Barbare  ! etc.
Et plus loin  :
Pensez-vous par des pleurs prouver votre tendresse ?
Où sont-ils ces combats que vous avez rendus ?
Quels flots de sang pour elle avez-vous répandus ? etc.

123Ce ton indique bien tout le désespoir de l’amour maternel et si elle ne dit pas  :

  • 154 Maurras a écrit « ην ».
  • 155 Maurras a écrit « γενησει ».
  • 156 Euripide, p. 106, v. 1171-1173. François Jouan : « Va, si tu pars pour la guerre en me laissant a (...)

Ἄγ´, εἰ154 στρατεύσῃ καταλιπών μ´ ἐν δώμασιν
κἀκεῖ γενήσῃ155 διὰ μακρᾶς ἀπουσίας,
τίν´ ἐν δόμοις με καρδίαν ἕξειν δοκεῖς156;
Et si tu pars pour la guerre, m’ayant laissé dans mon palais, si tu demeures là-bas durant une longue absence, quel cœur crois-tu que je te garde dans mon palais ta patrie  ?

  • 157 Maurras a écrit : « Egysthe ».

124Si elle ne fait pas voir aussi clairement la Clytemnestre d’Égisthe157, le ton d’invective qui règne dans Racine la pièce de Racine le fait déjà pressentir.

125Euripide est plus touchant lorsqu’il dépeint la solitude de la mère qui voit les jeunes sièges et les appartements des jeunes filles, vides de son Iphigénie  :

  • 158 Ἀπώλεσέν : Maurras a écrit « Απολεσεν »
  • 159 μισθὸν : l’édition CUF choisit 3 « μῖσος ».
  • 160 Euripide, p. 106-107, v. 1174-1179. Le découpage des phrases n’est pas le même dans la CUF, ce qu (...)
  • 161 Il faut probablement voir dans cette traduction au moins un faux-sens, puisqu’il ne s’agit que de (...)
  • 162 Ici aussi la traduction est imprécise : θρηνῳδοῦς´ ne désigne pas seulement le fait de pleurer, m (...)
  • 163 Maurras a écrit : « tué ».
  • 164 Idem : « engendré ».

ὅταν θρόνους τῆσδε´ εἰσίδω πάντας κενούς,
κενοὺς δὲ παρθενῶνας, ἐπὶ δὲ δακρύοις
μόνη κάθωμαι, τήνδε θρηνῳδοῦς´ ἀεί·
«  Ἀπώλεσέν158 σ´, ὦ τέκνον, ὁ φυτεύσας πατήρ,
αὐτὸς κτανών, οὐκ ἄλλος οὐδ´ ἄλλῃ χερί,
τοιόνδε μισθὸν159 καταλιπὼν πρὸς τοὺς δόμους160.
Lorsque je verrai vides tous les sièges de celle-ci, vides, les appartements des vierges161, et quand je m’asseoirai [sic] dans mes larmes, la pleurant162  : «  Il t’a tuée163, ô ma fille, le père qui t’a engendrée164, t’immolant lui-même, non un autre, non par une autre main, laissant ayant laissé cette récompense à ta famille.

126Racine a atteint est parvenu à ce degré d’émotion lorsqu’il met dans la bouche de la mère infortunée ces paroles tristes et mélancoliques  :

Et moi qui l’amenai  ; triomphante, adorée,
Je m’en retournerai seule et désespérée  !
Je verrai les chemins encor tout parfumés
Des fleurs, dont sous ses pas on les avait semés  !

127Mais elle rentre dans ses à cette pensée elle redevient plus emportée que jamais à cette pensée  :

Non  ! je ne l’aurai point amenée au supplice, etc.

128Et Elle pénètre aussi plus profondément dans le cœur de son époux  ; dans Euripide, elle dit seulement  :

  • 165 Euripide, p. 106, v. 1166-1168. François Jouan : « Et si on te demande pourquoi tu veux la tuer, (...)

κἄν τίς σ´ ἔρηται τίνος ἕκατί νιν κτενεῖς,
λέξον, τί φήσεις  ; ἢ ’μὲ χρὴ λέγειν τὰ σά;
Ἑλένην Μενέλεως ἵνα λάβῃ [...]165
Et si quelqu’un te demandait ta raison pour la tuer  ? Parle, que répondrais dirais-tu  ? Faut-il que je réponde à ta place  ? Pour reprendre Hélène l’épouse de Ménélas.

129Mais dans Racine au contraire elle sait le but de son ambition  :

  • 166 Racine, IV, 4, v. 1283-1288.

Mais non, l’amour d’un frère et son honneur blessé
Sont les moindres des soins dont vous êtes pressé  :
Cette soif de régner que rien ne peut éteindre,
L’orgueil de voir vingt rois vous servir et vous craindre,
Tous les droits de l’empire en vos mains confiés,
Cruel, c’est à ces dieux que vous sacrifiez166  !

130Enfin tandis dans le poète grec les derniers mots de Clytemnestre sont aussi plats que les premiers  ; quelle majesté dans cette dernière apostrophe que Racine met dans sa bouche  !

  • 167 Il semble que le manuscrit de Maurras indique « le » alors que le texte de Racine contient bien « (...)
  • 168 Racine, IV, 4, v. 1312-1316.

De mes bras tout sanglants il faudra l’arracher.
Aussi barbare époux qu’impitoyable père,
Venez, si vous l’osez, la167 ravir à sa mère  !
Et vous, rentrez, ma fille, et du moins à mes lois
Obéissez encor pour la dernière fois168  !

131Vient le tour de la prière d’Iphigénie.

  • 169 Euripide, p. 108, v. 1218-1219. François Jouan : « il est doux de contempler la lumière ». Le ver (...)

132Comme nous l’avons dit tantôt il faut remarquer que les sentiments d’Iphigénie dans Racine sont presque chrétiens c’est-à-dire surnaturels  ; dans Euripide au contraire c’est la nature dans toute seule. Ainsi chez ce dernier pourquoi Iphigénie regrette-t-elle l’existence  ? ἡδὺ γὰρ τὸ φῶς βλέπειν169, il est doux de voir la lumière  : ce sont les plaisirs et les jouissances de la vie qui sont l’objet de ses plaintes  ; dans Racine, il y a deux motifs, l’un se rattache aux habitudes de grandeur qui caractérise le théâtre français. Aussi ces vers motif vers  :

  • 170 Il semble que Maurras ait écrit « honneur ».
  • 171 Racine, IV, 4, v. 1189-1190.

Peut-être assez d’honneurs170 environnaient ma vie,
Pour ne point souhaiter qu’elle me fût ravie171.

133Ces vers, dis-je, ne tirent pas leur beauté du motif en lui-même, mais des ménagements respectueux qu’emploie la jeune fille. La seconde cause la cause principale, celle qui détermine Iphigénie à implorer son père est bien plus touchante  :

Mais à mon triste sort, vous le savez, Seigneur,
Une mère, un amant, attachaient leur bonheur [...]

134et plus loin  :

Pardonnez aux efforts que je viens de tenter
Pour prévenir les pleurs que je leur vais coûter.

  • 172 Il semble que Maurras ait écrit « dramatiques ».
  • 173 Sur ce passage, voir l’introduction.

135Sublime abnégation, trop sublime même  ! En effet, ces sentiments en eux-mêmes sont d’un puissant effet dramatique172, mais au point de vue de la nature, il faudrait une foi bien plus puissante vigoureuse que celle de Diane et une soumission bien plus absolue que celle émanant d’une loi divine d’un précepte divin pour les enfanter. De tels sentiments Ils ne choqueraient pas dans la bouche d’une martyre, mais ils paraissent peuvent paraître singulièrement déplacés dans celle d’une Grecque. Encore un coup ces sentiments sont surnaturels – chrétiens – c’est-à-dire sublimes, nous ne les condamnons pas en eux-mêmes, mais on peut en blâmer l’application173.

Figure 2 : fac-similé de la p. 39 du cahier

Figure 2 : fac-similé de la p. 39 du cahier

136Dans Euripide, privé qu’il était des lumières de la Révélation, Iphigénie craint instinctivement le trépas  : bien plus elle devrait le fuir de toute la force de son âme, si elle aimait réellement comme dans la pièce française  ; car c’était une attache nouvelle à la vie qu’elle devait quitter. Le poète grec dans les détails efface les plus beaux traits de Racine si on enlève à ce dernier les [rature] pensées empruntées à au dog la religion chrétienne.

  • 174 Euripide, p. 108, v. 1214-1215. François Jouan évite la confusion de Maurras entre l’adjectif et (...)
  • 175 Cette citation grecque et la traduction se trouvent dans la marge, voir la figure 2.

Νῦν δέ τἀπ´ ἐμοῦ σοφά,
δάκρυα παρέξω174
Je présenterai les larmes qui sont mes sciences175.

  • 176 Euripide, p. 108, v. 1216-1218. François Jouan : « Mon rameau de suppliante, c’est ce corps que je (...)
  • 177 L’abbé Bierre est la source de la traduction que Maurras transforme : « j’attache mon corps à tes (...)

ταῦτα γὰρ δυναίμεθ´ ἄν.
ἱκετηρίαν δὲ γόνασιν ἐξάπτω σέθεν
τὸ σῶμα τοὐμόν, ὅπερ ἔτικτεν ἥδε σοι·
μή μ´ ἀπολέσηις ἄωρον176·
J’attache à tes genoux comme un rameau de suppliant mon corps à tes genoux177 mon corps que ma mère a mis au monde pour toi, ne me tues [sic] pas moi qui ne suis pas encore murie (par les ans).

  • 178 φίλας χάριτας : suivant l’édition Bierre, p. 92, v. 1186, Maurras a inversé les deux mots.
  • 179 Euripide, p. 108, v. 1220-1222. François Jouan : « La première, je t’appelai mon père et tu me no (...)

Πρώτη σ´ ἐκάλεσα πατέρα καὶ σὺ παῖδ´ ἐμέ·
πρώτη δὲ γόνασι σοῖσι σῶμα δοῦσ´ ἐμὸν
φίλας χάριτας178 ἔδωκα κἀντεδεξάμην179.
La première je t’ai appelé mon père  ; la première tu m’as appelé ta fille  ; la première ayant donné mon corps à tes genoux je t’ai donné et j’ai reçu tes caresses tendres.

  • 180 L’édition Bierre renvoie également à Racine pour ce passage, ainsi que l’édition CUF.

137Racine180 a emprunté ces détails et les a revêtus d’une d’une majesté trop imposante pour ne pas refroidir.

  • 181 Racine, IV, 4, , p. 793, v. 1189-1193. Le soulignement est de Maurras. Cet extrait est cité à la (...)

Fille d’Agamemnon, c’est moi qui la première
Seigneur, vous appelai de ce doux nom de père.
C’est moi qui si longtemps le plaisir de vos yeux,
Vous ai fait de ce nom remercier les dieux  !
Et pour qui tant de fois prodiguant les caresses,
Vous n’avez point du sang dédaigné les faiblesses181.

138Qui ne sentirait pas l’attendrissement gagner son cœur lorsqu’elle appelle convie le petit Oreste pour venir à fléchir lui aussi le courroux de son père.

  • 182 Maurras a oublié de recopier cette lettre qui figure bien dans l’édition Bierre.
  • 183 Euripide, p. 109, v. 1241-1243. François Jouan : « Mon frère, tu es bien petit encore pour secour (...)

Ἀδελφέ, μικρὸς μὲν σύ γ182´ ἐπίκουρος φίλοις,
ὅμως δὲ συνδάκρυσον, ἱκέτευσον πατρὸς
τὴν σὴν ἀδελφὴν μὴ θανεῖν183· […]
Et toi mon frère faible allié de ceux qui te sont chers pleure avec nous, et supplie ton père [rature] de ne pas tuer ta sœur.

  • 184 Cette citation est donnée par l’abbé Bierre, toujours p. 92. L’ouvrage cité est le Cours de litté (...)

139Mais comme d’ordinaire ce qui gâte les discours d’Euripide c’est … le commencement et la fin. «  Je n’aime ni le souvenir de l’éloquence d’Orphée qui sert d’exorde à ce discours  » dit Saint-Marc Girardin, «  ni la menace sentencieuse qui la termine  : cela sent les habitudes de l’art oratoire si chères aux Grecs. Mais si vous ôtez cette rhétorique de convention, que cette supplication est touchante. Quel heureux mélange de sentiments naturels et de réflexions douloureuses  ! Comme l’instinct de la jeunesse s’y révolte contre la mort  » (Littérature dramatique184).

140Dans les deux poètes la réponse d’Agamemnon est embarrassée – et cela il en doit être de la sorte ainsi.

141Puis le plan change encore de nouveau.

142Dans Euripide, Agamemnon s’éloigne et laisse au désespoir les deux femmes qui déplore rappellent le jugement de Pâris et déplorent leur destin. Pendant cet intermède allons un peu voir ce qui se passe dans la pièce française.

Péripéties du courroux d’Achille

143Achille vient trouver Agamemnon  : d’abord il modère sa fureur  ; mais peu à peu les réponses violentes et dédaigneuses du roi l’irritent et l’aiguillonnent  ; il lui rappelle alors qu’il n’a entrepris l’expédition que pour plaire à sa fiancée, il termine enfin de la sorte en parlant de Ménélas  :

  • 185 Racine, IV, 6, p. 800-801, v. 1393-1396.

Qu’il poursuive s’il veut son épouse enlevée,
Qu’il cherche une victoire à mon sang réservée  ;
Je ne connais Priam, Hélène, ni Pâris  ;
Je voulais votre fille, et ne pars qu’à ce prix185.

144Dans une belle imitation d’Homère, Agamemnon lui réplique  :

  • 186 Racine, IV, 6, p. 801, v. 1397-1400 puis 1409-1410.

Fuyez donc. Retournez dans notre Thessalie.
Moi-même je vous rends le serment qui vous lie.
Assez d’autres viendront, à mes ordres soumis,
Se couvrir des lauriers qui vous furent promis  ! [...]
Un serment bienfait reproché tient toujours lieu d’offense,
Je veux moins de valeur, et plus d’obéissance.
Fuyez  ! je ne crains point votre impuissant courroux,
Et je romps tous les nœuds qui m’attachent à vous186  !

145Homère  :

  • 187 Maurras a écrit « γὰρ » et le texte de la CUF indique « καὶ ».
  • 188 Iliade, chant 1, v. 172-175 puis 179-181. L’édition CUF, 2009, p. 10, traduit ainsi : « Agamemnon (...)

Τὸν δ᾿ ἠμείϐετ᾿ ἔπειτα ἄναξ ἀνδρῶν Ἀγαμέμνων·
«  Φεῦγε μάλ᾿, εἴ τοι θυμὸς ἐπέσσυται, οὐδέ σ᾿ ἔγωγε
λίσσομαι εἵνεκ᾿ ἐμεῖο μένειν· πάρ᾿ ἔμοιγε γὰρ/καὶ187 ἄλλοι
οἵ κέ με τιμήσουσι, [...]
οἴκαδ᾿ ἰὼν σὺν νηυσί τε σῇς καὶ σοῖς ἑτάροισι
Μυρμιδόνεσσιν ἄνασσε, σέθεν δ᾿ ἐγὼ οὐκ ἀλεγίζω,
οὐδ᾿ ὄθομαι κοτέοντος188.  » ΙΛΙΑΔΟΣ. Α. 172-181.
Alors répondit Agamemnon le roi des hommes  : «  Fuis si ton cœur n’aspire qu’à la fuite  ; pour moi je ne te supplie point de rester à cause de moi  ; car près de moi il y en aura d’autres qui m’honoreront [...]. Fuis en ton pays avec tes vaisseaux et tes compagnons, règne sur les Myrmidons  ; je ne fais aucun cas de toi, je ne me soucie pas de ton courroux. Iliade, ch. 1, v. 172-181.

146Achille est mis hors de lui par ces paroles méprisantes. Il s’éloigne en proférant ces menaces  :

  • 189 Racine, IV, 6, p. 801, v. 1417-1420.

Je ne dis plus qu’un mot  ; c’est à vous de m’entendre,
J’ai votre fille ensemble et ma gloire à défendre
Pour aller jusqu’au cœur que vous voulez percer
Voilà par quels chemins vos coups doivent passer189.

147La colère d’Achille ne fait que rendre Agamemnon plus furieux, il appelle les gardes, il va leur ordonner de traîner sa fille au supplice, mais soudain se réveillent en lui tous les sentiments de l’amour paternel, il va céder  :

  • 190 Racine, IV, 8, p. 803, v. 1449-1450.

Mais quoi  ? peu jaloux de ma gloire,
Dois-je au superbe Achille accorder la victoire190  ?

  • 191 Ce mot difficile à déchiffrer se justifie par son sens particulier de « solution mesurée apportée (...)

148Son orgueil se révolte  : il s’arrête à un tempérament191 et qui sauvera sa gloire à lui, mais fera le tourment de sa fille  :

  • 192 Racine, IV, 8, p. 803, v. 1456.

Il l’aime  : elle vivra pour un autre que lui192.

  • 193 Maurras a écrit « révêle ».
  • 194 Cette formulation est ambiguë. Il faut comprendre que les Grecs sont du côté du prêtre et veulent (...)
  • 195 Maurras a écrit « reçue ».

149Mais tandis qu’il révèle193 ce projet à sa fille et à son épouse, la vindicative Ériphile s’échappe et va dénoncer cette fuite à Calchas. Le prêtre ameute tout le ch camp des Grecs qui empêche le départ194. Alors Iphigénie se décide à mourir, mais le mauvais succès de cette tentative de fuite n’est pas le principal mobile de sa résolution  : c’est l’ordre qu’elle a reçu195 de ne plus adresser la parole à Achille.

  • 196 Racine, V, 1, p. 807, v. 1502 et 1509-1511.

Mon père, en me sauvant, ordonne que j’expire  ! [...]
Ah  ! sentence  ! ah  ! rigueur inouïe  !
Dieux plus doux, vous n’avez demandé que ma vie  !
Mourons  ! obéissons196  !

  • 197 Maurras a écrit « se livre ».

150Euripide arrive à ce même point mais par d’autres moyens  ; pendant que Clytemnestre et sa fille se livrent197 au désespoir, Achille arrive et raconte la révolte des soldats  ; il offre néanmoins son appui à la jeune fille, malgré et contre tout. Mais celle-ci pour éviter un combat inégal, pour obéir aux ordres des dieux et ménager sa propre gloire, déclare qu’elle a résolu de mourir.

  • 198 Euripide, p. 115, v. 1386. François Jouan : « c’est pour l’ensemble de la Grèce que tu m’as enfan (...)

πᾶσι γάρ μ´ Ἕλλησι κοινὸν ἔτεκες, οὐχὶ σοὶ μόνῃ198.
Car tu m’as mise au monde, non pas pour toi seule, mais comme un bien commun à tous les Grecs.

151Quelquefois malheureusement le poète s’égare dans ses épigrammes, ici, par exemple  :

  • 199 Euripide, p. 116, v. 1394. François Jouan : « Qu’un seul homme voit la lumière du jour plutôt que (...)
  • 200 Maurras recopie ici la traduction un peu aplatie de l’abbé Bierre (éd. cit., p. 105), qui ne cons (...)

εἷς γαρ γ´ ἀνὴρ κρείσσων γυναικῶν μυρίων ὁρᾶν φάος199.
La vie d’un homme est plus précieuse que celle de mille femmes200.

152Voilà un exemple que Racine se serait bien gardé de suivre, et que le public qu’un parterre français se serait bien gardé n’aurait eu garde d’applaudir.

153Mais souvent il revient à ces belles sources d’inspiration et d’enthousiasme  : le patriotisme. Quelle Quel superbe dédain dans les paroles que prononce Iphigénie après avoir dit que les Grecs devaient dominer les barbares  :

  • 201 Euripide, p. 116, v. 1401. François Jouan : « ceux-là sont des esclaves, et nous des êtres libres (...)
  • 202 Ce mot à mot inventif est de Maurras.

τὸ μὲν γὰρ δοῦλον, οἱ δ´ ἐλεύθεροι201.
Ça, c’est esclave  ; mais eux, nos guerriers, sont libres202.

154Avec quel respect et quelle admiration, dans le poète grec, Achille n’accueille-t-il pas cette résolution magnanime  ! Cependant il promet d’être à l’autel prêt à la défendre s’il la voit faillir à la vue du supplice.

155Mais dans Racine – [rature illisible] le héros est un amant – ce sont des transports furieux – et ils qui ont aussi leur raison d’être  :

  • 203 « du » : l’édition Moland et Classiques Garnier indiquent « de ».
  • 204 « dignes » : L’édition Moland et Classiques Garnier indiquent « tristes ».
  • 205 Racine, V, 2, p. 810, v. 1598-1608.

Vous allez à l’autel  ! et moi j’y cours, Madame,
Si du203 sang et de morts le ciel est affamé,
Jamais de plus de sang ses autels n’ont fumé.
À mon aveugle amour tout sera légitime  ;
Le prêtre deviendra la première victime.
Le bûcher par mes mains détruit et renversé,
Dans le sang des bourreaux nagera dispersé  !
Et, si dans les horreurs de ce désordre extrême
Votre père frappé tombe et périt lui-même,
Alors de vos respects voyant les dignes204 fruits,
Reconnaissez les coups que vous aurez conduits205.

156Ce n’est pas là le respect religieux de la divinité qui devait régner aux temps héroïques  : c’est l’aveuglement de la passion avec devant laquelle s’efface toute autre considération  : c’est une peinture aussi vraie, aussi exacte que celle qu’Euripide a faite en son contraire.

157La douleur de Clytemnestre est calme et recueillie chez ce dernier  : c’est un deuil triste et lugubre qui attendrit autant que les ne remuent les emportements ne remuent passionnés dans Racine.

158Quelle touchante simplicité dans les adieux de la pièce grecque  : point de tombeau, aucune marque extérieure de deuil, joie la joie pour souvenir à ses sœurs absentes  ; enfin aucun ressentiment de Clytemnestre envers son père époux. Voilà les dernières recommandations qu’Iphigénie fait à sa mère avant de marcher à la mort.

159Racine n’a reproduit que le seul sentiment qui ait de la grandeur dernier de ces sentiments  : il n’a pas vu toute la grandeur naïve, qui résultait de ces nuances d’intérieur domestique  :

  • 206 Racine, V, 3, p. 812, v. 1650.

Ne reprochez jamais mon trépas à mon père206.

  • 207 Maurras avait écrit « caractérise ».

160C’est une belle prière  ; mais pourquoi pourquoi n’avoir pas emprunté en même temps ces autres pensées que nous admirons dans Euripide  ? Seraient-elles incompatibles avec la véritable grandeur  ? non  ! mais peut-être avec cette majesté factice qui a dénaturé les œuvres a trop retenu l’essor dramatique au xviie siècle. Ah  ! s’il avait voulu, ou plutôt s’il avait eu le courage de s’affranchir des vains scrupules de son époque, Racine avec la sensibilité et la délicatesse qui le caractérisent207, aurait pu donner une impulsion plus profo vaste au théâtre français en le renouvelant retrempant à ses sources.

  • 208 ainsi donc : hypothèse probable pour deux mots illisibles.

161Dans Euripide, il y a un chant de mort, chant de triomphe où Iphigénie explique ses sentiments de pieuse résignation et de glorieux dévouement à sa patrie. C’eut été un non-sens dans Racine  ; car dans sa pièce, Iphigénie ne quitte la vie que par suite de la dure nécessité que lui a imposée son père de ne plus voir son amant  ; ainsi donc208 ce chant n’aurait pu devenir en français qu’un chant de désespoir. Quand même Agamemnon se serait borné à la conduire au supplice, elle n’aurait pu ses accents auraient toujours été des accents de douleur  : car elle aimait, et le sacrifice de l’amour ne se peut expliquer que par un amour plus vaste, un amour infini  : l’amour d’un Dieu  !

Le dénouement

  • 209 Un trait oblique se situe entre ces prépositions toutes rayées et le substantif « châtiment », in (...)

162Enfin le dénouement  ! Toute la différence du plan vient de celle-là, la seule capitale  : en effet dans Euripide, Diane substitue une biche à Iphigénie et, au dire d’un du messager, admet la jeune fille au rang de dieux. Mais Ce qui a fait que Racine pour éviter le merveilleux s’est écarté de ce plan c’est qu’il a voulu éviter un dénouement merveilleux contraire à nos habitudes théâtrales  ; Molière a eu plus de courage lorsque dans son Festin de Pierre un véritable drame sous le nom de comédie, il a fait intervenir la statue du commandeur et pour châtier punir Don Juan n’a pas trouvé d’autre aucune peine digne pour de ses crimes que la foudre pour sur209 châtiment digne de ses crimes. Mais nous aurions mauvaise grâce à lui reprocher trop de déférence pour les [rature illisible] usages et les règles de convention, lui qui le premier a osé un chef d’œuvre sans intrigue amoureuse  : Athalie  !

163Quoiqu’il en soit, il suppose qu’Ériphile, fille d’Hélène et de Thésée, a été appelée à sa naissance Iphigénie  ; mais que sous pour prévenir la menace d’un avenir sinistre elle on avait changé son nom dès ses plus jeunes ans. Alors Calchas, au moment du sacrifice, la reconnaît et la désigne pour la mort  : celle-ci s’enfonce le couteau dans la poitrine sur les degrés de l’autel  :

  • 210 étonne : L’édition Moland et Classiques Garnier indiquent « rassure ».
  • 211 Racine, V, 5, p. 817, v. 1773-1780.

À peine son sang coule et fait rougir la terre
Les dieux font sur l’autel entendre le tonnerre,
Les vents agitent l’air d’heureux frémissements,
Et la mer leur répond par ses mugissements  ;
La rive au loin gémit, blanchissante d’écume  ;
La flamme du bûcher d’elle-même s’allume  ;
Le ciel brille d’éclairs, s’entrouvre, et parmi nous,
Jette une sainte horreur qui nous étonne210 tous211  ?

164Concluez  ! Concluez  ! – Une conclusion, et pourquoi ne pouvons-nous pas admirer sans réserve deux génies, deux œuvres immortelles, sans dire  : ceci est mieux que cela  ? Parce que Euripide et Racine se sont élevés dans ces sphères éternelles où n’atteint jamais le vulgaire, seront doivent-ils être condamnés dans ces hauteurs sereines à se chamailler sans fin :

  • 212 « au gré d’un cuistre ou d’un pédant ? » : cette partie de la phrase est mise à la ligne après un (...)

au gré d’un cuistre ou d’un pédant212  ?

165si nous s’il nous est permis de nous approprier à notre thèse un vers d’A. de Musset.

166Non, non  ! qu’Euripide ait le mérite de l’invention, que Racine ait celui de l’expression, qu’ils aient tou plus ou moins de pathétique, eh  ! que nous importe  ? On peut décider de la priorité et de la convenance dans les détails, mais bien téméraire celui qui sans avoir le génie de ces deux poètes oserait porter une main profane sur l’ensemble de leurs œuvres et décider entre elles  !

167C. Maurras
1er mai 1883

Haut de page

Notes

1 Voici les différentes éditions et abréviations auxquelles nous aurons recours (la men­tion de Paris comme lieu d’édition ne sera pas précisée) :

- Euripide et François Jouan désignent cette édition : Euripide, Iphigénie à Aulis, texte établi et traduit par François Jouan, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1983.

- Abbé Bierre : Euripide, Iphigénie à Aulis, texte grec publié avec des arguments analytiques, des notes sur les plus beaux passages et la traduction des autres, par M. l’abbé Bierre, Librairie Poussielgue frères, 1879. Nous sommes sûrs que Maurras s’est servi de cette édition pour faire son travail. Voir la note 49 sur l’inventaire de la bibliothèque et les notes 92 et 137 pour les traductions recopiées.

- Racine désigne le texte français de l’Iphigénie de Racine, vérifié dans l’édition critique la plus récente : Racine, Théâtre complet, édition critique par Alain Viala et Sylvaine Guyot, Classiques Garnier, 2013, p. 727-817.

- Maurras possédait cette édition de Racine : Œuvres complètes, avec une vie de l’auteur et un examen de chacun de ses ouvrages par Louis Moland, Garnier Frères, 1875, t. 4. Quoique l’inventaire de la bibliothèque indique que cette œuvre est en état d’usage, plusieurs différences dans le texte français (notes 203, 204, 210) font penser que Maurras a eu recours à une autre édition que nous ne connaissons pas.

2 Étant donné que nous cherchons régulièrement tout document qui permet d’approfondir la relation de Maurras à l’Antiquité entre sa naissance en 1868 et la parution d’Anthinéa en 1901, nous avons été très enthousiaste en apprenant l’existence de deux cahiers scolaires portant sur l’Iphigénie à Aulis d’Euripide, toujours présents dans le riche fonds du domicile de Nicole Maurras, en attente d’être classés dans les cartons des Archives Nationales. Le premier cahier contient les notes de vocabulaire et de traduction de la pièce d’Euripide (voir la figure 1), le second le parallèle avec Racine dont nous reproduisons le texte à la suite (voir figures 2 et 3), suivi de projets inachevés sur Phèdre. Les cahiers sont signés et datés de la main de l’auteur, ce qui confirme l’authenticité des documents. Nous remercions donc Nicole Maurras de nous avoir transmis l’information et facilité l’accès aux documents.

3 Chacune de ces affirmations sera justifiée dans le développement des réponses.

4 La bibliographie sur la question étant très abondante, nous ne signalons que deux références significatives : l’article de Pierre Lasserre, « Charles Maurras et la Renaissance classique », Mercure de France, n° 150, Juin 1902, p. 589-612. La question a été abordée aussi dans Anabases par Catherine Valenti dans son article « L’Action française et le cercle Fustel de Coulanges à l’école de l’Antiquité », Anabases, Toulouse, n°4, 2006, p. 51-55.

5 « Accentuez le latin et le grec », Gazette de France, 15 décembre 1901 ; « Encore le latin », Gazette de France, 5 janvier 1902 ; « La querelle des Humanités », Action française, 11 et 13 Mai 1911 ; « Les Humanités », article de 1891 [date douteuse] au Salut Social reproduit par les Cahiers Charles Maurras, n° 30 (1969).

6 Le Figaro, 14 septembre 1891, Une, 5e colonne, lettre de Jean Moréas ; développé dans Le Figaro, 23 septembre 1891, 2e page, 2e colonne, « L’École romane », écrit par Jean Moréas.

7 Jean Moréas (1856-1910), de douze ans aîné de Maurras, a aussi été touché par l’Iphigénie à Aulis d’Euripide et a écrit une traduction de la pièce, créée à l’été 1903 à Orange (d’après Le Figaro, 10 Juin 1903, p. 3, 4e colonne et 21 Août 1903, p. 4, colonnes 3 à 6).

8 Édouard Delebecque, « Maurras et la Grèce », dans Études maurrassiennes, Aix-en-Provence, 1, 1972, p. 39-57.

9 Les deux preuves les plus convaincantes étaient les suivantes : la compétence classique reconnue au professeur de Maurras, l’abbé Penon, et la préférence de Maurras pour un « Budé » bilingue plutôt que pour une traduction.

L’enfance est traitée p. 39 de l’article : « Il fut formé à la langue grecque au Collège catholique d’Aix, alors confondu avec le Petit Séminaire, dont le Supérieur, helléniste convaincu, invitait les volontaires à six heures et demie du matin, pour leur faire travailler le grec avant la classe. Maurras ne dit pas s’il fut de ce corps d’élite ; mais l’amour du grec régnait dans la maison, et nous savons qu’il lui fut inculqué par l’abbé Penon son maître qui, écrit-il, ‘passait à juste titre pour le premier latiniste et le premier helléniste du diocèse, pour le plus éloquent et le plus entraînant des initiateurs à la vie de l’esprit’. » [citation interne : Tragi-comédie de ma surdité, Œuvres Capitales, Flammarion, 1954, t. IV, p. 49]

La maturité est abordée p. 41. Maurras « compare les traductions de la Première Philippique et veut une édition bilingue de Sophocle : ‘Je me suis aperçu trop tard que ce n’était qu’une traduction…Tant pis ! retournez chez Budé. Prenez un ‘texte et traduction’.’ (Bernard de Vaulx, Charles Maurras, 1968, p. 76). Il aime ‘conférer la traduction à l’original’, à propos d’Hérodote. ‘Sans y être grand clerc, je n’ai pas encore perdu mon amitié d’enfance pour la vivacité et la fraîcheur extrême des textes grecs.’ » [Citation interne : « Sur le Père de l’Histoire », Action française, 29 Août 1912]

10 « Je dois estropier le texte, j’oublie les esprits, les accents. » Dieu et le Roi, corres­pondance entre Charles Maurras et l’abbé Penon, 1883-1928, présentée par Axel Tisserand, Toulouse, Privat, 2007, p. 418. Voir la note sur l'établissement du texte grec.

11 « mais Iphigénie ! C’était la troisième fois que je la revoyais, hé bien ! ses chœurs me cassent la tête. J’entends qui bourdonnent à mes oreilles un tas de mots baroques, μέν δέ ἀμφί χθές, etc., etc. » Lettre du 18 Août 1884 à l’abbé Penon, Dieu et le Roi, p. 69.

12 L’identification et la traduction de référence de ce vers se trouvent en note 118.

13 Maurras développe cette idée dans ses textes à portée autobiographique et le thème est aussi analysé par Bruno Goyet, Charles Maurras, Presses de Sciences Po, 2000 et Stéphane Giocanti, Charles Maurras, le chaos et l’ordre, Flammarion, 2008.

14 Maurras justifie ainsi sa légitimité à écrire Les Amants de Venise, 1902 : « Dans ma province, de mon temps, c’est-à-dire entre 1875 et 1880, on ne quittait pas son collège sans savoir [les Nuits, la Confession d’un enfant du siècle, les Lettres d’un voyageur] par cœur. De ces textes restés vivants dans la mémoire et qui se composaient, sans que j’y prisse garde, au fur et à mesure que les inédits paraissaient, est né ce petit livre ». Ce témoignage rétrospectif est à prendre avec des précautions : il ne s’agit pas de dire que les romantiques sont dans les programmes scolaires des années 1880, mais que certains professeurs se permettent des libertés et que les élèves ont des lectures personnelles.

15 Bruno Goyet, Charles Maurras, p. 148.

16 Stéphane Giocanti, Charles Maurras, p. 41.

17 L’identification de ce vers a lieu en note 212.

18 Euripide, v. 1218-1219. Sur ce vers et sa place dans la correspondance avec Penon, voir la note 169.

19 « J’ose vous dire ici qu’en l’état où je suis/Peut-être assez d’honneurs environnaient ma vie/Pour ne pas souhaiter qu’elle me fût ravie », Racine, IV, 4, v. 1193-1195, Théâtre complet, Classiques Garnier, 2013, p. 793.

20 Cours de littérature dramatique, p. 27 (référence complète en note 38).

21 Cours de littérature dramatique, p. 29. Le monologue d’Hamlet est cité p. 28 : « Vivre ! supporter les traits et les injures du temps, les injustices de l’oppresseur, les outrages de l’orgueilleux, les tortures de l’amour méprisé, les longs délais de la loi, l’insolence des grands en place et les avilissants rebuts que le mérite patient essuie de l’homme sans âme ! Vivre ! lorsqu’avec un poinçon on pourrait soi-même se procurer le repos ! » (traduction proche de celle de Pierre Letourneur, Hamlet, III, 1).

22 Mariane Bury consacre un chapitre de son livre à la nostalgie du simple au théâtre et commente l’ouvrage de Saint-Marc Girardin : « La supériorité des classiques, qu’il entend démontrer, provient du caractère général des passions simples que le théâtre classique agite, tandis que le théâtre romantique, plus anecdotique, confond passion et exception. » La Nostalgie du simple : Essai sur les représentations de la simplicité dans le discours critique au xixe siècle, Honoré Champion, 2004, p. 153.

23 C’est ce que fait Louis Bertrand en 1897 : il qualifie le xviie siècle comme sévère (p. XV), froid (p. 2) ; Racine n’a pas compris la simplicité grecque (p. 129 de La Fin du classicisme et le retour à l’antique, Hachette, 1897).

24 Le substantif « imitation » qualifie uniquement la « belle imitation d’Homère », expression qui revient deux fois et semble stéréotypée. Le verbe « imiter » vient à l’occasion de détails, mais non dans la réflexion théorique.

25 À la suite de Rousseau qui a estimé que les Anciens n’étaient plus des modèles évidents, pour Chateaubriand, « le danger de l’imitation est terrible ». Cette formule de l’Essai sur les Révolutions (1797, réédité chez Champion en 2009, p. 782) est commentée dans François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil, 1ère éd. 2003, 2012, p. 109.

26 Cette idée revient dans tout le livre III de la Rhétorique d’Aristote, et est précisée en 1408a-b : coll. « CUF », 1980, p. 54-56.

27 Aristote, Rhétorique, p. 55.

28 Sur cette notion notamment définie par Hugo dans la préface de Cromwell [Garnier-Flammarion, 1968, p. 91], voir Vladimir Kapor, « La Couleur anti-locale d’Eugène Fromentin », Nineteenth-Century French Studies, Université du Nebraska, n°34, 1/2, 2005, p. 63-74 et plus récemment Patrick Née, « Sur la couleur locale : l’exemple de Théophile Gautier », Romantisme, Armand Colin, n°157, 2012, 3, p. 23-32. Un comble : c’est à Racine que Mérimée reprochait de manquer de « couleur locale », d’après Patrick Née, p. 24.

29 Ce discours est dû notamment au bouleversement des études littéraires au cours des xviiie et xixe siècles, qui voient une dévalorisation progressive de l’enseignement de la rhétorique au profit de celui des belles-lettres et de l’histoire littéraire. Voir le chapitre d’André Chervel, « Un cours magistral : de la rhétorique à l’histoire littéraire », Histoire de l’enseignement du français du xviie au xxe siècle, Retz, 2006, p. 728-767.

30 Lettre à Louise Colet, 9 décembre 1852, Correspondance, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 204.

31 Nous retrouvons ce même souci de ne pas exposer de morale dans le texte des contes du Chemin de Paradis de 1895 (contredit, mais sous les attaques, par les nombreux paratextes).

32 Une seule référence pour ce sujet à la bibliographie monumentale : Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, histoire d’une condamnation, 1899-1939, préface de René Rémond, Fayard, 2001.

33 Génie du Christianisme, deuxième partie, livre 2, chapitre 8, « La fille – Iphigénie », Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1978, p. 672.

34 S’appuyant sur une référence très précise au Génie du Christianisme, édition de 1859, mention du chapitre et numéro de page (« 2e partie, livre 3, p. 214 », c’est-à-dire p. 692 de notre édition de 1978) très proche du passage que nous avons cité.

35 On peut le confirmer a posteriori par les débats sur le classicisme qui auront lieu plus tard entre les deux hommes : Dieu et le Roi, éd. cit., 2007, vers l’année 1896, notamment p. 421.

36 Nous donnons le fac-similé de cette page en Figure 2 : fac-similé de la p. 39 du cahier, ici p. 32.

37 Ce calcul que nous résumons dans l’introduction vise à refléter le travail de Maurras. Nous avons compté en effet les points que Maurras distribue aux deux auteurs, en relevant toutes les expressions de supériorité (et non pas de qualité), et en distinguant les points positifs d’éloge et les points négatifs de critique. Euripide obtient 19 points, en additionnant 5 critiques contre Racine et 14 marques de supériorité. Racine obtient 18 points, 6 de critiques contre Euripide et 12 de supériorité. Ce calcul confirme le nôtre, à savoir que les deux auteurs ont presque autant de mérites mais que Racine obtient un peu moins d’éloges (pour les manques de naturel) et Euripide un peu plus de critiques (pour la déclamation rhétorique).

38 La comparaison des deux Iphigénie est un sujet abordé régulièrement, depuis les débuts de la querelle des Anciens et des Modernes jusqu’à aujourd’hui, à la fois dans la littérature scolaire et dans la recherche universitaire. Citons les principales références, citées soit par Maurras soit par les éditions des Iphigénie, par ordre chronologique :

- Pierre Perrault, Critique des deux tragédies d’Iphigénie, d’Euripide et de M. Racine, et la comparaison de l’une avec l’autre, [vers 1678], réédité dans l’Alceste de Philippe Quinault, suivi de « La querelle d’Alceste : anciens et modernes avant 1680 », Genève, Droz, 1994 ;

- Pierre Brumoy, Le Théâtre des Grecs, traduction de l’Iphigénie en Aulide [sic] d’Euripide suivie de « réflexions sur l’Iphigénie en Aulide d’Euripide, de Lodovico Dolce, de Rotrou et de Racine », Rollin père, Coignard et Rollin fils, 1730, t. 1 ;

- Saint-Marc Girardin, Littérature dramatique, Charpentier, 1843, t. 1, « De l’amour de la vie » ;

- Paul Mesnard, Œuvres de J. Racine, nouvelle édition revue et augmentée, Hachette, 1865, t. 3, notice d’Iphigénie, p. 118-121 ;

- Louis Séchan, « Le Sacrifice d’Iphigénie », Revue des études grecques, 44 (1931), p 421- 426 ;

- Roy. C. Knight, Racine et la Grèce, Nizet, 1974, p. 298-323.

- Jean-Michel Gliksohn, Iphigénie, de la Grèce antique à l’Europe des Lumières, PUF, 1985 ;

- La notice d’Iphigénie rédigée par Georges Forestier, Œuvres complètes de Racine, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, t. 1, p. 1555-1579.

- La dernière étude sur ce sujet : Claire Nancy, « Iphigénie, d’Euripide à Racine : une réécriture », Poétique, revue de théorie et d’analyse littéraires, 129 (2002) p. 33- 50.

39 Dominique Lejeune, La France des débuts de la IIIe République, 1870-1896, Armand Colin, 2011, p. 84. Paul Bert, ministre de l’Instruction publique, avait déclaré en 1891 : « Nous voulons pour l’école des fusils ». Iphigénie est un modèle antique de patriotisme, elle qui donne sa vie pour la victoire de la Grèce tout entière (Euripide, p. 115 et 122). La pièce montre aussi une crise politique, parce que ni Agamemnon ni Achille ne peuvent réfréner le désir populaire de sacrifier Iphigénie (Euripide, p. 110 et 113). Iphigénie, en plus de donner son nom à des pièces de théâtre, sert à nommer plusieurs bateaux de guerre armés pour des expéditions coloniales (d’autres « barbares » ?), notamment en 1877 (Le Figaro, 2 février 1877, 3e page, 1ère colonne).

40 Voir le texte après la note 196.

41 André Chervel, [et alii], Les Auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement secondaire de 1800 à nos jours, Institut national de recherche pédagogique, Publ. de la Sorbonne, 1986.

42 Martine Jey, La littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Centre d’Études linguistiques des textes et des discours, Metz, 1998, p. 106.

43 Stéphane Giocanti, Charles Maurras, le chaos et l’ordre, p. 44.

44 Sur cette figure, voir René Rancœur, « Monseigneur Penon, maître de Charles Maurras et évêque de Moulins » dans les Études maurrassiennes, Aix-en-Provence, 4, p. 235- 250.

45 Le parallèle littéraire a un intérêt pédagogique (il frappe les esprits de la jeunesse par des comparaisons), religieux (il montre l’articulation entre auteurs païens et chrétiens) et littéraire (il fait remarquer les différences de style et la permanence des sentiments) : « Discours de Mgr. Penon, évêque de Moulins », dans Assemblée générale des évêques et séance solennelle de rentrée du 9 novembre 1921, Facultés catholiques de Lyon, p. 5-28. Cote BnF : MFICHE 8-R-30964. Cet exercice a l’avantage aussi d’exercer à la disposition plus qu’à l’invention et à l’élocution, plus proche de nos commentaires que des anciens discours.

46 Ces parallèles ont aussi été écrits vers Avril-Mai 1883. Voir les Cahiers Charles Maurras, Librairie Diffusion Université Culture, n°22, « Le rat de ville et le rat des champs dans Horace et La Fontaine » et « Le Lion et le Moucheron dans Ésope et chez La Fontaine ». Voir aussi dans les Cahiers Charles Maurras n°27, « Le Loup et le Chien dans Phèdre et dans La Fontaine ».

47 Nous n’avons malheureusement pas réussi à accéder au texte, ignorant où se trouve le document. Un résumé a été fait par Marcel Decremps, « Maurras entre Lucrèce et Pascal », Bulletin Charles Maurras, 15 (2002), p. 24-29.

48 Les cahiers sur La Fontaine ont été publiés dans le « Cahier d’honneur du Collège d’Aix ». C’est peut-être en vue de cette publication que Maurras tient compte d’éventuelles lectrices en leur demandant pardon pour le manque de galanterie d’Achille à la suite de la note 143 ?

49 L’inventaire de la bibliothèque de Maurras indique avec plusieurs preuves (exemplaire usagé, annoté, dessiné et marqué par le lycéen : « C. Maurras / classe d’humanités / 9 oct. 1882 ») que Maurras a étudié cette édition exacte de l’abbé Bierre mentionnée dans la note 1.

50 Abbé Bierre, 1879, « Notice sur Euripide », p. VI. Nous n’avons pas identifié la citation insérée, mise à part l’inspiration homérique.

51 Le problème du plagiat aujourd’hui est de susciter la paresse et l’aveuglement par le biais du « copier-coller » informatique à partir de sources douteuses. La question n’est pas la même si la source est un livre savant et la procédure la copie à la main. La dimension personnelle du travail scolaire était peut-être aussi moins mise en valeur qu’aujourd’hui. Anatole France a même écrit une « Apologie pour le plagiat », La Vie littéraire, 4e série, Calmann-Lévy, sd.

52 Cahiers Charles Maurras, n° 27, p. 49.

53 Ibid.

54 Oser comparer les deux pièces suppose qu’elles soient comparables : Pierre Perrault dans sa Critique des deux tragédies d’Iphigénie se justifie d’oser comparer les deux pièces, avis « qui a choqué tant de gens habiles, que les ouvrages anciens ne sont point non seulement inimitables par les auteurs de ce siècle mais qu’il y en a en ce temps qui non seulement leur peuvent être comparés mais aussi qui l’emportent beaucoup sur ceux des anciens », Alceste, p. 127.

55 Les éditeurs d’Alceste soulignent le paradoxe de la situation de Racine : « l’adversaire de Charles [Perrault] dans le débat [des Anciens et des Modernes], est devenu ironiquement le sujet de louange de Pierre », Alceste, p. xxxviii.

56 Dans La Gazette de France du 23 Juillet 1894, Maurras réactualise la Querelle des Anciens et des Modernes en écrivant une lettre fictive à Mme Dacier, pour lui expliquer la poésie barbare de Leconte de Lisle.

57 Voir l’article de Marcel Decremps cité en note 47.

58 Sur cette édition, voir la note 49.

59 Il est possible que conserver les ratures ne soit pas du goût de l’auteur qui a pris soin en général de présenter proprement son texte. Il ne s’agit pas d’un brouillon pour soi mais bien d’un travail pour un lecteur. Néanmoins, comme il n’y a pas eu de corrections d’épreuves et que les variantes sont significatives, il nous semble légitime de retranscrire les différents mouvements de l’écriture.

60 Maurras ne distingue pas entre les points de suspension et les points de coupure de citation entre crochets, ni entre les points virgule et les deux points ; il n’introduit jamais les citations par deux points, écrit « etc… », ne met pas de majuscule aux noms de nationalité, sépare parfois le sujet et le verbe par une virgule, fautes néanmoins encore régulières chez nos étudiants.

61 Y compris l’accent de « poète », écrit systématiquement « poëte », archaïsme à la mode.

62 Il semble que Maurras mélange « Iphigénie à Aulis » qui est le titre de la pièce d’Euripide et « Iphigénie en Aulide » qui désignerait, à tort, le texte de Racine. Il n’est pas le seul à commettre ces imprécisions : l’édition de Racine établie par Louis Moland qu’il possédait (Œuvres complètes, 1875, t. 4) nomme la pièce d’Euripide Iphigénie en Aulide (p. 140) mais critique ce titre pour la pièce de Racine (p. 168). Le mot « Aulide » figure aussi dans la préface de Racine, mais Georges Forestier (édition citée de 1999) estime que ce nom de région est une invention de Racine, qui confondrait la déclinaison de l’ablatif latin « Aulide » avec le radical du nom de la ville « Aulis ». La pièce de Racine se nomme simplement Iphigénie.

63 Le manuscrit de Maurras ne porte pas de titres intermédiaires. Nous les ajoutons par souci de lisibilité.

64 Euripide, p. 59, v. 1-2 (nous ne préciserons pas les titres, parce que nous étudions uniquement Iphigénie à Aulis d’Euripide et Iphigénie de Racine, dans l’édition citée en introduction).

65 Racine, I, 1, p. 743, v. 1-2.

66 οὔκουν φθόγγος : note de l’abbé Bierre, p. 2 : « Voir les imitations de Racine à la fin de la tragédie. »

67 Euripide, p. 59, v. 9-11.

68 Maurras a mis le verbe au pluriel, peut-être parce que le grec indique « les silences de vents règnent ».

69 Racine, p. 743, v. 9. Vers donné en notes de fin de volume dans l’édition de l’abbé Bierre, p. 121, mais sans les points de suspension.

70 La correction « tableau » est au crayon à papier, rayé à la plume et « peinture » est réécrit au même endroit que rayé précédemment.

71 Arcas : domestique d’Agamemnon chez Racine.

72 Racine, I, 1, p. 743, v. 10-12. Vers cités par l’abbé Bierre.

73 Racine, I, 1, p. 745, v. 40. Vers non cités par l’abbé Bierre.

74 Euripide, p. 60, v. 34-40. L’abbé Bierre commente « πρὸ χερῶν », « συγχεῖς » et « πεύκην ».

75 Euripide, p. 61, v. 41-42. François Jouan traduit : « rien ne manque à ton désarroi qui touche à la folie. » L’abbé Bierre commente : « Cette irrésolution donne à Agamemnon l’apparence d’un homme en démence. »

76 Euripide, p. 61, v. 42-43. Le texte grec de Maurras n’est pas le même que celui de l’abbé Bierre en 1879 ni le même que celui de François Jouan dans l’édition CUF.
Abbé Bierre
τί πονεῖς ; τί πονεῖς ;
τί νέον, τί νέον περί σοι, βασιλεῦ ;
François Jouan
[τί νέον τί πονεῖς ;]
τί
πονεῖς ; τί νέον περί σοι, βασιλεῦ ;
Le texte de Maurras est bien sûr plus proche de celui de l’abbé par les répétitions, mais Maurras semble avoir omis le début du vers 43 et ajouté une fin différente, qui est la clausule d’autres vers, comme le v. 3, 13, 421 ou 828 : « Ἀγάμεμνον ἄναξ ». Aucune note ou autre édition ne justifie une telle leçon.

77 Traduction du vers 49 d’Euripide.

78 Racine, I, 1, p. 745, v. 48-50.

79 Maurras a inventé « rempli » à la place de « et plein », donné par les éditions Moland (p. 172) et Classiques Garnier (p. 746).

80 Racine, I, 1, p. 746-747, v. 73-82.

81 Racine, I, 1, p. 748, v. 112-120.

82 Donnent : Maurras a écrit « donne ».

83 Racine, I, 2, p. 753, v. 249-250.

84 Note de l’auteur au crayon de papier : Ceci est amené moins naturellement que dans Euripide qui fait qu’Agamemnon se résigne en pensant qu’Ulysse sait [de plus en plus illisible : tout ce qu’il recevra [...]]

85 Domestique d’Agamemnon qui apparaît dans Racine, Acte I, scène IV, p. 756.

86 Euripide, p. 76, v. 420-421 (Abbé Bierre, p. 33, v. 410-411).

87 Cette traduction est entièrement donnée par l’abbé Bierre, p. 33.

88 Euripide, p. 78, v. 466 (Abbé Bierre, v. 456). Le texte de la CUF est différent : « οὐ συνετὰ συνετῶς », ce que François Jouan traduit que les cris d’Oreste sont « dépourvus de sens et pourtant très sensés ». Le texte de Maurras est celui de l’abbé, qui ne traduit pas mais explique en note : « Les cris inintelligibles d’Oreste auront un sens pour Agamemnon. » On voit ici que Maurras ne doit rien à cette note.

89 Deux lignes de texte sont superposées sans être rayées. « La bouche » n’a pas de complément du nom, à moins qu’il ne faille lire « sa bouche ».

90 Euripide, v. 343 : κᾆτ´ ἐπεὶ.

91 Pour le mot « κλῄθρων », le lecteur du manuscrit a bien du mal à voir un κ dans ce qui ressemble plus à un χ, voir la note sur l'édition du texte grec. Nous suivons la leçon de l’Abbé et de la CUF.

92 Euripide, p. 73, v. 339-345 (abbé Bierre, p. 27, v. 328-334). Maurras recopie scrupu­leusement la traduction de l’abbé Bierre, plus mot à mot pourtant que celle de François Jouan : « comme tu étais humble alors devant tous ! Tu serrais les mains à la ronde, ta porte était ouverte à tout venant parmi tes compatriotes, tu adressais la parole à tous, l’un après l’autre, qu’ils aient envie ou non. Par tes manières, tu cherchais à acheter du public cette distinction. Et puis, une fois en possession du pouvoir, tu changes de façons : tu n’es plus comme avant l’ami de tes amis de naguère, tu es d’un abord difficile, tu t’enfermes chez toi, tu te fais rare. »

93 Ces points de suspension manifestent, non pas un air entendu, mais une coupure dans la citation du grec, parce que le texte original continue dans la même veine moralisatrice.

94 Note de l’auteur : « Andrieux, Procès du sénat de Capoue ». Note de l’éditeur : D’après la notice de Taillandier « Sur la vie et les ouvrages d’Andrieux » (dans La Liberté de penser, revue philosophique et littéraire, 26e et 27e livraison [1850]), Jean-Stanislas Andrieux (1759-1833), poète, professeur, juriste et académicien, a écrit ce texte en 1796, pour mettre en garde la France de finir comme la Capoue de Tite-Live, tombée aux mains de l’étranger suite à une discorde civile. Ce dernier vers est une allusion ironique à l’actualité de la France, après la description de la situation antique.

95 Euripide, p. 75, v. 387 (Abbé Bierre, v. 376, p. 31). François Jouan : « À cœur pervers, plaisirs coupables. »

96 Maurras recopie ici la traduction de l’abbé.

97 Nous lisons « pâlir ».

98 « Σὺ δ’ » : Maurras a ajouté une lettre : « Συ δε ».

99 τέκνον, μοι λεῖπε : hésitation sur la place de la virgule. La Cuf la place après μοι, l’abbé et Maurras après τέκνον.

100 Euripide, p. 84, v. 613-616 (Abbé Bierre, p. 46, v. 587-590). François Jouan traduit ainsi : « Et toi, mon enfant, abandonne cet équipage, pose à terre ton pied délicat et sans forces. Vous, jeunes femmes, recevez-la dans vos bras ». Bierre commente le « μοι » explétif du premier vers et précise le sens « κῶλον » qui veut dire en général « jambe » ou « bras », mais ici qualifierait mieux le « pied ».

101 Maurras a écrit « là ».

102 Traduction originale de Maurras.

103 Euripide, p. 84, v. 621-624. François Jouan : « Et voici un enfant, le fils d’Agamemnon, Oreste : prenez-le, car il est encore bien jeune. Mon petit, dors-tu, assoupi par le mouvement du char ? Réveille-toi, pour l’hymen de ta sœur, sois heureux ». L’Abbé propose une traduction pour « πωλικῷ δαμεὶς ὄχῷ » : « dompté (assoupi) par le mouvement du char ».

104 Traduction originale de Maurras.

105 « κάθίστω » pour Bierre et Maurras ; pour la Cuf : « κάθησω ».

106 Euripide, p. 84, v. 627-629. François Jouan : « Pose-toi ici, tout contre ma jambe, mon enfant ; toi, Iphigénie, approche de ta mère pour offrir à ces étrangères, debout à mon côté, le spectacle de mon bonheur. »

107 Traduction originale de Maurras.

108 Allusion à un débat d’histoire littéraire mené par Musset dans le poème « Sur la paresse » [Poésies nouvelles, présentation par Jacques Bony, Flammarion, 2000, p. 199]. Cette métaphore culinaire un peu cavalière fait débat parmi les interprètes de Musset [Note 21 p. 818 des Poésies complètes, édition établie et annotée par Maurice Allem, Gallimard, 1957, coll. « Bibliothèque de la Pléiade »]. Musset articule cette boisson légère, symbole de Boileau (nom plus courant de Despréaux), au « vin vieux » de Mathurin Régnier, pour dire que Boileau a adouci les hiatus de Régnier. Pour revenir au parallèle, faut-il comprendre que le théoricien classique aurait introduit de la finesse par rapport à la balourdise antique ?

109 Maurras a mis deux « f » à « échafaudée ».

110 Il semble que Maurras ait également mis un article masculin devant « équivoque ».

111 Racine, Acte III, scène 1, p. 777, v. 819.

112 Racine, Acte I, scène 2, p. 753, v. 267-8.

113 Racine, Acte II, scène 4, p. 768.

114 Racine, Acte III, scène 1, étudiée avant la note 111.

115 « ποῖον » chez Bierre v. 782 et Maurras ; l’édition CUF indique, au v. 815, « πόσον ».

116 Euripide, p. 92, v. 814-817 (Abbé Bierre, p. 63, v. 781-784). François Jouan traduit ainsi : « Je dois contenir les Myrmidons, qui ne cessent de me harceler, et me disent : « Achille, qu’attendons-nous ? Combien de temps devrons-nous encore compter avant de partir pour Ilion ? Agis, si tu dois agir ; sinon ramène l’armée dans ses foyers ».

117 La traduction de Maurras ressemble à celle proposée ici par l’abbé, avec quelques variantes qui s’expliquent par le découpage des vers (la phrase grecque commence avant le premier vers cité et continue au-delà du dernier).

118 Euripide, p. 94, v. 873 (Bierre, p. 68, v. 840). François Juan essaie de rendre l’ordre chaotique de ces mots : « Ton enfant ! Son propre père, de sa main, s’apprête à la tuer… »

119 Cette traduction très maladroite pour rendre l’ordre des mots grecs est originale à Maurras.

120 Racine, Acte III, scène 5, v. 899-900.

121 Racine, Acte III, scène 5, v. 912.

122 Racine, Acte III, scène 5, v. 913.

123 Euripide, p. 94, v. 874 (Bierre, p. 68, v. 841). François Jouan : « Tu perds le sens. »

124 Maurras avait écrit ταλαιπόρου ce qui est probablement une étourderie.

125 Euripide, p. 94, v. 875 (Bierre, p. 69, 842). François Jouan : « en tranchant de son épée la blanche gorge de l’infortunée. » Bierre glose « φονεύων » par « ensanglantant ».

126 Traduction originale de Maurras, qui améliore la proposition de l’abbé Bierre susmentionnée.

127 Euripide, p. 95, v. 876 (Bierre, p. 69, v. 843). François Jouan : « Mon mari est-il donc devenu fou ? »

128 Euripide, p. 95, v. 877 (Bierre, p. 69, v. 844). François Jouan : « Il a toute sa raison, sauf en ce qui vous regarde, ta fille et toi ».

129 Traduction originale de Maurras.

130 Euripide, p. 96, v. 900-901 (Bierre, p. 71, v. 867). François Jouan : « Je ne rougirai pas de tomber à tes genoux, simple mortelle devant le fils d’une déesse ». Bierre suggère en note à la fin du vers 867 : « Clytemnestre dit qu’elle ne doit pas craindre d’abaisser sa majesté devant le fils d’une déesse, surtout lorsqu’il s’agit de sauver ce qu’elle a de plus cher, sa fille. – V. Racine.

131 Traduction originale de Maurras.

132 Dans la partie qu’il nomme « Imitations », l’abbé Bierre propose ces vers associés au vers 867, p. 128. Ces vers correspondent dans l’édition Classiques-Garnier, 2013, à la p. 783, v. 929-932.

133 Niveau : le sens analogique de « force capable d’égaliser les choses et les hommes » est attesté au milieu du xixe siècle. « Promener son niveau sur » signifie « rendre uniforme ». Victor Hugo s’est exclamé dans La Légende des siècles sur une violente inondation, « promenant son niveau sur la foule innocente ».

134 Racine, Acte III, scène 5, p. 783, v. 939-940.

135 Cette note de l’auteur est exacte : Homère, Iliade, chant VI, v. 429-430. Traduction de l’édition Paul Mazon, CUF, 1987, p. 169 : « Hector, tu es pour moi tout ensemble un père, une digne mère ; pour moi, tu es un frère autant qu’un jeune époux. » Cette citation n’est pas donnée par l’abbé Bierre et permet même à Maurras de compléter l’étude par un point de vue impossible si l’on part du texte d’Euripide.

136 Euripide, p. 97, v. 922-923 (Bierre, p. 72, v. 889-890). François Jouan : « La réflexion a appris aux mortels de ma sorte le moyen de vivre leur vie entière selon la droite raison. »

137 Maurras reprend la traduction proposée par l’édition Bierre.

138 Euripide, p. 98, v. 956-958 (Bierre, p. 75, v. 923-925). La ponctuation diffère entre les deux textes. François Jouan : « Qu’est-ce qu’un devin ? Un homme qui dit un peu de vrai et beaucoup de faux – avec de la chance. S’il en manque, il n’est plus rien. »

139 « il » : Maurras a oublié un mot de Bierre : « et il »

140 Maurras recopie ici la traduction de l’abbé Bierre, qui traduit deux fois « διοίχεται », verbe qui pose aussi question à François Jouan, qui lui met une note : « διοίχεται est parfois entendu comme un impersonnel : c’en est fait, tout est perdu. »

141 « εἰ » : l’édition CUF indique « ἡ », v. 963.

142 L’édition CUF termine la phrase ici.

143 Euripide, p. 98, v. 961-965 (Bierre, p. 75, v. 928-932). Le texte grec étant différent, la traduction de François Jouan est différente : « mais c’est l’outrage que m’a infligé le roi Agamemnon [qui me fait parler ainsi]. Il aurait dû lui-même me demander mon nom comme piège pour son enfant. À moi plus qu’à tout autre Clytemnestre eût consenti à donner sa fille pour épouse. Certes j’aurais fait ce don à la Grèce ».

144 Euripide, p. 99, v. 976-977. François Jouan : « Ah ! comment te louer sans passer la mesure ? »

145 Cet « etc. » un peu cavalier n’indique pas au lecteur d’aller voir lui-même le texte que l’étudiant n’a pas envie de recopier entièrement mais est une manière d’indiquer que les huit vers suivants de Clytemnestre se résument à un bavardage autour de la possibilité de prendre la parole.

146 Maurras a écrit « retenue ».

147 L’édition Louis Moland et l’édition Classiques Garnier indiquent « que comme un assassin ».

148 Racine, p. 785, v. 998-1002.

149 Il est possible que Maurras pense ici à Atala et au Génie du christianisme, partie II, chapitre 2, livre 8, consacré à une comparaison des « filles », Zaïre et Iphigénie.

150 Maurras a écrit « éclairée ».

151 Euripide, p. 101.

152 Racine, Acte IV, scène 1, p. 789.

153 Note de l’auteur : « Rappel : Léda, fille de Thestis, etc. » Note de l’éditeur : le rappel vise le discours d’Agamemnon, ici note 77. La « longue histoire » de Clytemnestre se situe entre les v. 1146 et 1208 d’Euripide, p. 105-108.

154 Maurras a écrit « ην ».

155 Maurras a écrit « γενησει ».

156 Euripide, p. 106, v. 1171-1173. François Jouan : « Va, si tu pars pour la guerre en me laissant au logis et si, là-bas, ton absence se prolonge, penses-tu à ce que sera, au palais, l’état de mon cœur ? »

157 Maurras a écrit : « Egysthe ».

158 Ἀπώλεσέν : Maurras a écrit « Απολεσεν »

159 μισθὸν : l’édition CUF choisit 3 « μῖσος ».

160 Euripide, p. 106-107, v. 1174-1179. Le découpage des phrases n’est pas le même dans la CUF, ce qui modifie la traduction de François Jouan : « quand je verrai vide chacun des sièges où elle s’asseyait, vide sa chambre virginale, quand au milieu des larmes, assise toute seule, j’exhalerai sans cesse cette plainte sur elle : « Celui qui t’a perdue, mon enfant, c’est le père auquel tu devais la vie. Il t’a tuée, lui et personne d’autre, aucune autre main. » C’est après avoir laissé derrière toi un tel sujet de haine [suite en dehors de l’extrait :] que tu reviendras ? »

161 Il faut probablement voir dans cette traduction au moins un faux-sens, puisqu’il ne s’agit que des appartements d’Iphigénie et non pas d’autres hypothétiques « vierges ».

162 Ici aussi la traduction est imprécise : θρηνῳδοῦς´ ne désigne pas seulement le fait de pleurer, mais de chanter un chant funèbre.

163 Maurras a écrit : « tué ».

164 Idem : « engendré ».

165 Euripide, p. 106, v. 1166-1168. François Jouan : « Et si on te demande pourquoi tu veux la tuer, dis-moi, que répondras-tu ? Ou dois-je le dire pour toi ? Afin que Ménélas retrouve Hélène ! »

166 Racine, IV, 4, v. 1283-1288.

167 Il semble que le manuscrit de Maurras indique « le » alors que le texte de Racine contient bien « la ».

168 Racine, IV, 4, v. 1312-1316.

169 Euripide, p. 108, v. 1218-1219. François Jouan : « il est doux de contempler la lumière ». Le vers revient régulièrement dans la correspondance avec Penon, Dieu et le Roi, 2007, p. 300, 307 et 418, en souvenir du bonheur un peu païen de ces années d’apprentissage. Pour l’interprétation de cette raison d’aimer la vie, voir l’introduction autour de la note 18. Jean-Marc Joubert voit dans cette citation, reprise aussi dans La Musique intérieure, l’un des deux pôles fondamentaux du rapport de Maurras à la nature, celui de la générosité joyeuse de la nature, L’idée de nature dans l’œuvre de Charles Maurras, thèse soutenue à Paris IV en 1983, p. 7.

170 Il semble que Maurras ait écrit « honneur ».

171 Racine, IV, 4, v. 1189-1190.

172 Il semble que Maurras ait écrit « dramatiques ».

173 Sur ce passage, voir l’introduction.

174 Euripide, p. 108, v. 1214-1215. François Jouan évite la confusion de Maurras entre l’adjectif et le nom : « Mais je n’ai d’autre talent à t’offrir que les larmes ». L’abbé Bierre n’aidait pas dans sa note 5 p. 92 : « τὰ ἀπὸ ἐμοῦ σοφά, ce qui est ma science. Je n’ai d’autre science que mes larmes : voilà ce que je peux. »

175 Cette citation grecque et la traduction se trouvent dans la marge, voir la figure 2.

176 Euripide, p. 108, v. 1216-1218. François Jouan : « Mon rameau de suppliante, c’est ce corps que je presse contre ton genou et que ma mère a mis au monde pour toi. Ne me fais pas périr avant l’heure ».

177 L’abbé Bierre est la source de la traduction que Maurras transforme : « j’attache mon corps à tes genoux comme un rameau de suppliant. »

178 φίλας χάριτας : suivant l’édition Bierre, p. 92, v. 1186, Maurras a inversé les deux mots.

179 Euripide, p. 108, v. 1220-1222. François Jouan : « La première, je t’appelai mon père et tu me nommas ton enfant, la première je m’abandonnai sur tes genoux, je te donnai de tendres caresses que tu me rendais. »

180 L’édition Bierre renvoie également à Racine pour ce passage, ainsi que l’édition CUF.

181 Racine, IV, 4, , p. 793, v. 1189-1193. Le soulignement est de Maurras. Cet extrait est cité à la fin de l’édition Bierre, avec le même découpage de vers, p. 131.

182 Maurras a oublié de recopier cette lettre qui figure bien dans l’édition Bierre.

183 Euripide, p. 109, v. 1241-1243. François Jouan : « Mon frère, tu es bien petit encore pour secourir les tiens. Joins pourtant tes larmes aux miennes, viens supplier ton père de ne pas faire mourir ta sœur. »

184 Cette citation est donnée par l’abbé Bierre, toujours p. 92. L’ouvrage cité est le Cours de littérature dramatique ou de l’usage des passions dans le drame, écrit par Saint-Marc Girardin, régulièrement réédité. La citation se trouve dans le tome premier, chapitre « De l’amour de la vie », 1857, p. 24, accessible ici : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6136331q/f29

185 Racine, IV, 6, p. 800-801, v. 1393-1396.

186 Racine, IV, 6, p. 801, v. 1397-1400 puis 1409-1410.

187 Maurras a écrit « γὰρ » et le texte de la CUF indique « καὶ ».

188 Iliade, chant 1, v. 172-175 puis 179-181. L’édition CUF, 2009, p. 10, traduit ainsi : « Agamemnon, protecteur de son peuple, répond : ‘Eh ! fuis donc, si ton cœur en a telle envie. Ce n’est pas moi qui te supplie de rester ici pour me plaire. J’en ai bien d’autres prêts à me rendre hommage [...]. Va-t’en chez toi, avec tes nefs, tes camarades ; va régner sur tes Myrmidons : de toi je n’ai cure et me moque de ta rancune. »

189 Racine, IV, 6, p. 801, v. 1417-1420.

190 Racine, IV, 8, p. 803, v. 1449-1450.

191 Ce mot difficile à déchiffrer se justifie par son sens particulier de « solution mesurée apportée pour régler un différend » (TLF).

192 Racine, IV, 8, p. 803, v. 1456.

193 Maurras a écrit « révêle ».

194 Cette formulation est ambiguë. Il faut comprendre que les Grecs sont du côté du prêtre et veulent le sacrifice d’Iphigénie, non pas sa fuite. Au v. 1494 de Racine, Iphigénie montre : « Vois comme tout le camp s’oppose à notre fuite ».

195 Maurras a écrit « reçue ».

196 Racine, V, 1, p. 807, v. 1502 et 1509-1511.

197 Maurras a écrit « se livre ».

198 Euripide, p. 115, v. 1386. François Jouan : « c’est pour l’ensemble de la Grèce que tu m’as enfantée, non pour toi seule. »

199 Euripide, p. 116, v. 1394. François Jouan : « Qu’un seul homme voit la lumière du jour plutôt que mille femmes ! ». ὁρᾶν φάος : Maurras a inversé l’ordre de ces deux mots.

200 Maurras recopie ici la traduction un peu aplatie de l’abbé Bierre (éd. cit., p. 105), qui ne conserve pas l’image de la lumière du jour à laquelle Maurras s’est plus haut montré sensible.

201 Euripide, p. 116, v. 1401. François Jouan : « ceux-là sont des esclaves, et nous des êtres libres. »

202 Ce mot à mot inventif est de Maurras.

203 « du » : l’édition Moland et Classiques Garnier indiquent « de ».

204 « dignes » : L’édition Moland et Classiques Garnier indiquent « tristes ».

205 Racine, V, 2, p. 810, v. 1598-1608.

206 Racine, V, 3, p. 812, v. 1650.

207 Maurras avait écrit « caractérise ».

208 ainsi donc : hypothèse probable pour deux mots illisibles.

209 Un trait oblique se situe entre ces prépositions toutes rayées et le substantif « châtiment », indiquant probablement qu’il manque un mot.

210 étonne : L’édition Moland et Classiques Garnier indiquent « rassure ».

211 Racine, V, 5, p. 817, v. 1773-1780.

212 « au gré d’un cuistre ou d’un pédant ? » : cette partie de la phrase est mise à la ligne après un retrait, indiquant une citation de vers. « maçon » est indiqué au crayon de papier au-dessus de « pédant », avec un appel de note. La note, toujours au crayon, indique « Sur trois marches de marbre rose », titre d’un poème de Musset [Musset, Poésies nouvelles, présentation par Jacques Bony, Flammarion, 2000, p. 250]. Toujours dans la marge, mais au-dessus de cette note, sans rattachement précis au texte : « Que c’est bête ». Voir la figure 3. La portée de cette citation de Musset en conclusion du parallèle est abordée dans l’introduction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : page de vocabulaire de la pièce grecque
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/6095/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 2 : fac-similé de la p. 39 du cahier
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/6095/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etienne Maignan, « Un lycéen pas comme les autres à l’école des Anciens : le « Parallèle littéraire » inédit entre les Iphigénie d’Euripide et de Racine par Charles Maurras »Anabases, 25 | 2017, 11-58.

Référence électronique

Etienne Maignan, « Un lycéen pas comme les autres à l’école des Anciens : le « Parallèle littéraire » inédit entre les Iphigénie d’Euripide et de Racine par Charles Maurras »Anabases [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/anabases/6095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.6095

Haut de page

Auteur

Etienne Maignan

Université de Toulouse - Jean Jaurès (UT2J), PLH-ELH
emaignan@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals