Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Traditions du patrimoine antiqueRestituer Herculanum au XXIe sièc...

Traditions du patrimoine antique

Restituer Herculanum au XXIe siècle. L’apport des archives

Alexandra Dardenay et Adeline Grand-Clément
p. 55-66

Texte intégral

1Découverte au début du xviiie siècle, la cité romaine d’Herculanum a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles et de restauration successives : c’est donc un site « pluristratifié », dont les structures bâties et les décors architecturaux visibles aujourd’hui résultent d’une lente hybridation entre Antique et Moderne (Fig. 1). Dès lors, si l’on souhaite retrouver l’état d’origine, celui d’avant l’éruption de 79 de notre ère, il est impératif d’identifier les étapes d’une telle histoire – et pour cela de confronter les documents d’archive à l’analyse des murs, des sols et des surfaces décorées, tels qu’ils se présentent actuellement.

Fig. 1. Cartographie des différentes phases de fouilles sur le site d’Herculanum

Fig. 1. Cartographie des différentes phases de fouilles sur le site d’Herculanum

(DAO Marie-Laure Maraval/ANR VESUVIA)

2Deux programmes de recherche complémentaires, menés en étroite colla­boration scientifique avec le Parco Archeologico di Ercolano, ont été entrepris récemment pour œuvrer dans ce sens. Le DHER (Domus Herculanensis Rationes, Université de Bologne, porté par A. Coralini), initié en 20051, vise à établir un inventaire systématique des parois d’Herculanum, à travers la réalisation de relevés photogrammétriques et d’orthophotographies. Parties de l’insula III, les équipes de l’Université de Bologne ont déployé leurs travaux à travers le site, permettant ainsi d’enrichir d’année en année l’indispensable enregistrement de tous les décors in situ d’Herculanum. Le second programme, nommé VESUVIA (ANR-CNRS-Université de Toulouse 2, porté par A. Dardenay)2, vise à enregistrer dans une base informatisée créée en 2011, Domus©, toute la documentation disponible sur l’habitat d’Herculanum. L’objectif est de replacer peintures, sculptures, mosaïque et mobilier dans leur contexte architectural d’origine, grâce à une étude exhaustive portant sur les décors in situ, les collections des Musées (œuvres et artefacts décontextualisés) et les archives photographiques et documentaires. Les articles publiés à l’occasion de ce dossier et du suivant (à paraître dans le numéro 27 d'Anabases) mettent en lumière les dernières réalisations des équipes et des chercheurs impliqués dans ces deux programmes. Les efforts sont déployés dans deux directions. D’une part, la réalisation d’infographies de restitution de l’architecture et des décors permettra de produire des modèles 3D de maisons, à destination d’un public assez large. D’autre part, la collecte des données doit concourir à l’élaboration d’une synthèse historique, iconographique et stylistique sur les édifices d’Herculanum. Une telle entreprise est nouvelle : cette cité romaine, au potentiel archéologique pourtant extraordinaire, souffre en effet d’un retard historiographique par rapport à sa « rivale », Pompéi3.

  • 4 N. Monteix, Les lieux de métiers : boutiques et ateliers d’Herculanum, Rome, 2010.
  • 5 Voir son article infra.
  • 6 R.E.L.B. de Kind, Houses in Herculaneum: A new view on the town planning and the building of Insu (...)
  • 7 J. N. Andrews, The use and development of upper floors in houses at Herculaneum, Ph.D. thesis, Un (...)
  • 8 D. Esposito, La pittura di Ercolano, Rome, 2014.
  • 9 F. Guidobaldi (dir.), Mosaici antichi in Italia, Regione Prima, Ercolano, Rome, 2014.
  • 10 E. Sorbo, Tra materia e memoria, Rimini, 2014.

3Signalons que la voie a été ouverte par quelques publications récentes, qui contribuent à une meilleure connaissance des édifices domestiques d’Hercu­lanum. L’ouvrage de Nicolas Monteix intitulé Les lieux de métiers : boutiques et ateliers d’Herculanum4 a permis de définir l’articulation entre sphère domestique et espaces dédiés au travail. Devenue incontournable pour qui travaille sur Herculanum, l’étude s’appuie sur une solide analyse des archives des fouilles menées au xxe siècle sous la tutelle du Surintendant Amedeo Maiuri5, et du point de vue archéologique, sur une révision et une mise à jour des études de bâti déjà menées auparavant sur le site6. La thèse de James Andrews, soutenue en 2006, offre quant à elle une analyse systématique et presque exhaustive de l’étage des maisons d’Herculanum. L’étude contient des photographies de ces espaces difficilement accessibles, ainsi qu’un inventaire de données indispensables à toute réflexion sur l’aménagement et le découpage des espaces de vie, ainsi que sur l’organisation de la maisonnée à Herculanum7. Pour ce qui concerne plus spécifiquement les décors, deux ouvrages récents s’avèrent extrêmement utiles. En premier lieu, la thèse de Domenico Esposito, sur les peintures d’Herculanum8, se présente comme une réflexion sur l’évolution stylistique des décors peints, et la recherche de compositions ayant pu être réalisées par un même atelier. En second lieu, la publication du corpus des mosaïques, sous la direction de Federico Guidobaldi9, vient combler une importante lacune documentaire. Enfin, concernant l’histoire de la conservation du site, signalons la monographie d’Emanuela Sorbo10, qui propose une histoire des fouilles et des restaurations menées à Herculanum entre 1711 et 1961. L’auteur envisage ainsi une étude de l’évolution des techniques de restauration des vestiges antiques, parallèlement à une réflexion sur l’esthétique des ruines et leur mise en scène dans les projets de valorisation du site.

Un site « pluristratifié » au riche potentiel archéologique

  • 11 Voir Ch. Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français, Naples, 1982, planch (...)

4Les premières découvertes effectuées sur le site d’Herculanum remontent à 1709, mais les fouilles archéologiques commencent officiellement le 22 octobre 1738, sous l’autorité du roi de Naples, Charles de Bourbon – c’est-à-dire dix ans avant celles de Pompéi. Elles sont confiées à des ingénieurs, qui doivent composer avec la dureté de la boue solidifiée et mettent en place un réseau de galeries souterraines (cunicoli), dont le tracé n’est pas toujours aisé à suivre pour nous aujourd’hui. Au cours du xviiie siècle, le site est fouillé par Rocco Gioaccino de Alcubierre, officier du Génie, puis par l’architecte Karl Weber et enfin Francisco La Vega, à partir de 1763. Ce dernier, qui a œuvré en collaboration avec le régent du royaume, Bernardo Tanucci, « ministre-archéologue » et président de l’Académie d’Herculanum fondée en 1755, a tenté de produire un plan du site, sans toutefois pouvoir y faire figurer le tracé aléatoire et sinueux des tunnels creusés au gré des découvertes11. Il est difficile alors de se faire une idée de l’étendue de la ville antique ; les galeries traversent des demeures et des rues, perçant les murs, ce qui ne permet pas d’avoir une vue claire de l’organisation de la trame urbaine. Charles de Brosse, qui visita le site en 1739, nous livre un témoignage fort intéressant sur les conditions de fouilles de l’époque :

  • 12 Charles de Brosse, Lettres sur l’état actuel de la ville souterraine d’Herculée et sur les causes (...)

« Arrivé au fonds du puits, je trouvais qu’on avait poussé d’un côté et d’autre des conduits souterrains assez mal percés et mal dégagés ; les terres étant souvent rejetées dans un des conduits, à mesure qu’on en perçait un autre. L’aspect de ceci est presque entièrement semblable aux caves de l’Observatoire. On n’en peut discerner les objets qu’à la lueur des torches, qui remplissant de fumée ces souterrains dénués d’air, me contraignaient à tout moment d’interrompre mon examen pour aller vers l’ouverture extérieure respirer avec plus de facilité12. »

  • 13 Le processus de dépose commence très vite : à peine un an après le début de l’exploration du site (...)

5Le président de Brosses nous a laissé l’une des descriptions les plus détaillées de la cité ensevelie, avant que nombre d’éléments de décor et de mobilier n’en soient extraits. Le xviiie siècle correspond en effet globalement à une période de « prédation » dans l’histoire des fouilles d’Herculanum : le roi de Naples utilise la richesse archéologique du site à des fins politiques. Les fouilleurs prélèvent les décors pour le compte du souverain, sans porter attention à leur contexte de découverte et à leur emplacement d’origine. Les trouvailles (sculptures, artefacts, éléments de décor peint et mosaïques) viennent ainsi peu à peu alimenter le musée créé en 1750 dans le palais royal de Portici : le Museum Herculanense. Les plus belles peintures murales sont détachées des parois, pour être exposées à la manière de tableaux13. Les pièces archéologiques deviennent ainsi œuvres d’art, ce qui oblige aujourd’hui les chercheurs à tenter de reconstituer patiemment, à la manière d’enquêteurs, les étapes d’une telle métamorphose, dont les archives ne permettent malheureusement pas toujours de suivre la trace.

  • 14 Le premier inventaire, non illustré, renferme la description de 738 fresques et 1647 objets : Cat (...)

6Il existait en effet un climat de mystère soigneusement entretenu autour d’Herculanum. Dès les premières découvertes, Charles de Bourbon souhaitait conserver le monopole exclusif de la diffusion des images des pièces et peintures mises au jour. Pour cela, il avait confié à un érudit, Antonio Baiardi, le soin de cataloguer, reproduire et commenter toutes les découvertes, afin d’éditer à ses frais un ouvrage monumental destiné à impressionner les milieux antiquaires européens14. De fait, tout croquis, toute note, tout arrêt prolongé devant les pièces présentées au Musée étaient rigoureusement interdits aux visiteurs. L’abbé Barthélemy, en 1756, prie donc le comte de Caylus de ne pas lui reprocher l’inexactitude de ses dessins et descriptions qu’il a réalisés de mémoire :

  • 15 Voyage en Italie de l’abbé Barthélemy, Paris, 1802, p. 268

« Au reste, n’oubliez jamais que ces eaux fortes viennent d’après des dessins faits de mémoire, en sortant d’admirer le nombre prodigieux de peintures antiques conservées dans le palais du roi des Deux-Siciles, et que l’on fait voir avec une si grande rapidité, qu’il semble que les Napolitains soient persuadés que les regards trop répétés pourroient les détruire, ou leur porter quelque dommage15. »

  • 16 Burlot, Fabriquer l’antique (supra n. 13).

7L’une des conséquences de la politique d’exclusivité suivie par les Bourbons a été le développement du travail des faussaires, qui ont mis en circulation de nombreuses contrefaçons, dont Delphine Burlot a retracé l’histoire16.

8L’entreprise systématique de dépose prend fin au début du xixe siècle, au moment où, sous la direction de Michele Ruggiero, les excavations sont désormais conduites à ciel ouvert (Fig. 1). Il devient alors possible de dessiner les premiers plans fiables du site et de dégager des maisons de façon méthodique et dans leur intégralité, les unes après les autres. La Casa di Argo est de celles-là : elle est fouillée entre 1828-1830, et sa taille exceptionnelle, ainsi que la bonne conservation des étages au moment de son dégagement, en font un cas d’étude particulièrement intéressant. Malheureusement, comme l’explique James Andrews dans ce dossier, l’état de l’édifice s’est rapidement dégradé par la suite. L’effondrement de l’étage a entraîné la perte d’une bonne partie de la demeure, dont on ne peut donc avoir désormais connaissance qu’en se reportant à la documentation archivistique.

  • 17 Voir infra, dans le dossier.
  • 18 B. Robert-Boissier, Pompéi : les doubles vies de la cité du Vésuve, Paris, 2016.

9On assiste au cours du xixe siècle au développement des méthodes archéo­logiques et à l’émergence d’une volonté de contextualiser les décors qui ont été déposés. La période est également marquée par une diffusion plus large des découvertes : le site est visité par de nombreux voyageurs, notamment le peintre et architecte Wilhelm Zahn (1800-1871), évoqué par James Andrews à propos de l’étage de la Casa di Argo17. De plus, les premières photographies livrent des informations intéressantes sur l’état des édifices mis au jour, avant qu’ils ne se dégradent ou soient restaurés. Les objets découverts sont transférés dans le nouveau musée inauguré en 1816 par Ferdinand IV dans le Palazzo degli Studi : le Real Museo Borbonico. Il reçoit l’ensemble du matériel archéologique issu des fouilles de Campanie et de toute l’Italie du Sud, et devient en 1860, au moment de l’unité italienne, propriété de l’État – c’est l’actuel Museo Archeologico Nazionale di Napoli (MANN)18.

10Les archives deviennent donc plus riches et prolixes pour ce qui concerne l’histoire des fouilles d’Herculanum et de son patrimoine archéologique au xixe siècle. L’évolution se poursuit au cours du xxe siècle, avec l’adoption par Amedeo Maiuri de méthodes archéologiques plus rigoureuses. De 1924 à 1963, il orchestre le chantier et contribue à la mise au jour d’environ un quart de la cité antique.

11Il s’emploie aussi à consolider les murs, n’hésitant pas à intervenir sur la structure du bâti et à marquer durablement de son empreinte la physionomie du site. L’article de Nicolas Monteix dans ce dossier met en lumière l’éventail des archives générées au cours de ces fouilles. En croisant les informations consignées dans les journaux de fouilles avec d’autres types de documents administratifs, il devient possible de retracer les étapes de l’exploration archéologique du site et de sa mise en valeur par Amedeo Maiuri et les équipes qui ont œuvré sous sa direction.

  • 19 La bibliographie est très abondante sur les restrictions posées par les Bourbons à l’exportation (...)

12Entre le xviiie et le xxe siècle, au fur et à mesure de la progression des fouilles, les maisons d’Herculanum ont donc été peu à peu vidées de leur contenu. L’intégralité du mobilier de bois et de la sculpture, de nombreux décors peints et mosaïqués, ainsi que tout le petit mobilier ont été prélevés. La plupart des pièces se trouve aujourd’hui au Musée de Naples (fouilles des xviiie et XIXe siècles) ou dans le dépôt du site d’Herculanum (fouilles du XXe siècle). Quelques éléments de décors et de sculpture sont conservés dans d’autres musées européens (par exemple au Louvre), mais leur nombre est peu élevé, conformément à la politique des Bourbons qui interdisait l’expatriation des vestiges des cités campaniennes19.

De riches fonds d’archives à exploiter

  • 20 Voir infra, dans ce dossier.
  • 21 Voir infra, l’étude de N. Monteix.

13Les trois siècles de fouilles à Herculanum ont généré de multiples documents écrits, graphiques ou photographiques, dont le dossier présenté ici offre un bon aperçu. La majeure partie des informations utiles est constituée par les journaux de fouilles (rédigés en espagnol, en français ou en italien, en fonction de la date et de la situation politique de la région). Soulignons que, pour le xviiie siècle, on ne sait pas identifier les lieux de découverte des objets ou des peintures, en raison des excavations menées dans les cunicoli, aux tracés incertains : il faut travailler patiemment, par recoupement, selon la méthode mise au point par Agnès Allroggen-Bedel20. Le début des fouilles à ciel ouvert au xixe siècle facilite la tâche. Au xxe siècle, la quantité de documents liés aux fouilles se multiplie, avec l’apparition de procédures de contrôle et d’enregistrement plus complexes21.

  • 22 Citons, parmi les premiers visiteurs, un illustre magistrat toulousain, Anne-Marie d’Aignan d’Orb (...)
  • 23 L’un des plus célèbres, l’historien de l’art allemand J.J. Winckelmann, y est allé quatre fois – (...)
  • 24 Sur ces questions, voir A. Antoni, « Voyageurs français à la découverte d’Herculanum aux XVIIIe e (...)

14On peut aussi avoir recours à la correspondance administrative, entre les autorités politiques et les responsables des chantiers de fouille, ainsi qu’aux registres de visite des xviiie et xixe siècles. On sait par exemple qu’au cours du xviiie siècle environ une centaine d’autorisations furent délivrées chaque année22. Nous avons en outre conservé le registre de visites tenu entre 1806 et 1856 : le document est consultable aux archives de la Surintendance archéologique à Naples. Une recension des visiteurs du site, surtout pour les périodes les plus anciennes, permet ensuite de rechercher des données concernant le site d’Herculanum, ses maisons et leur décor, dans les mémoires, journaux de voyage, carnets de dessins ou pièces de correspondance qu’ils ont pu produire par la suite23. Les informations recueillies peuvent en effet être de bonne qualité : ainsi les « relevés » publiés au début des années 1750 par Charles-Nicolas Cochin et Jérôme Bellicard, deux célèbres illustrateurs, sous le titre Observations sur les antiquités de la ville d’Herculanum24.

  • 25 A. Niccolini, Real Museo Borbonico, Naples, 1824-1857.
  • 26 Voir aussi Fr. Verde, J. Pagano et Ch. Bonucci, Guide pour le musée royal Bourbon : contenant les (...)

15L’histoire des décors peints et des objets, depuis leur mise au jour jusqu’à leur entrée dans les différents musées, peut aussi être suivie grâce aux listes d’inventaires et aux catalogues. Signalons les volumes du Real Museo Borbonico, qui commencent à être publiés en 182425. On trouve dans les catalogues des descriptions plus détaillées que dans les journaux de fouilles ou les inventaires, avec parfois mention des couleurs. Le problème, en revanche, reste celui de la contextualisation : l’attention se porte sur le style, du point de vue de l’histoire de l’art, et non sur l’habitation à laquelle l’œuvre se rattachait26.

  • 27 Signalons toutefois le caractère relativement fiable des Antichità d’Ercolano Esposte (1757-1792)(...)
  • 28 Les publications en couleurs ne sont pas antérieures aux années 1820 (W. Zahn) et se généralisent (...)
  • 29 Cependant il faut noter que, la finalité des recueils de Zahn comme de Niccolini étant de donner (...)

16Les archives graphiques, iconographiques et photographiques fournissent en outre des informations précieuses, en palliant le caractère souvent imparfait ou vague des descriptions que l’on trouve dans les textes. Les relevés graphiques effectués lors des fouilles, par les responsables du chantier, permettent de connaître l’état d’origine de ce qui est resté sur place et qui a subi par la suite des dégradations. Les gravures publiées au xviiie siècle, quant à elles, présentent un intérêt inégal, car passées par le filtre d’un dessinateur puis d’un graveur27. De plus, les provenances exactes manquent presque toujours, et les œuvres sont reproduites en noir et blanc28. En revanche, à partir du xixe siècle, les dessins originaux effectués par les visiteurs sont de bonne qualité lorsqu’il s’agit d’artistes et qu’ils utilisent la couleur. James Andrews montre ainsi que la publication de Wilhelm Zahn, Les plus beaux ornements et les tableaux les plus remarquables de Pompéi, d’Herculanum et de Stabiae (Berlin, 1828-1859), recèle des informations décisives, qui n’ont pas été conservées dans les journaux de fouilles de Carlo Bonucci29. Pour les périodes les plus récentes, bien entendu, les photographies prises par les fouilleurs ou par les visiteurs, ou même les cartes postales (pour la Casa d’Argo par exemple), constituent de précieux témoignages.

17Les principaux fonds concernés par cette documentation riche et diversifiée sont répartis entre différents lieux : la Surintendance archéologique de Campanie à Naples (qui a une section à part pour les dessins et photographies : Archivio disegni, Archivio fotografico et Archivio storico), l’Archivio di Stato di Napoli (on y trouve notamment le fonds Casa Reale antica qui contient les journaux de fouilles de La Vega et d’Alcubierre), l’Archivio di Stato di Roma, la Biblioteca della società napoletana di storia patria, le Bureau des fouilles d’Herculanum, la Surintendance archéologique de Pompéi (une bonne partie des archives graphiques y a été transférée). Il faudrait en outre mentionner les autres fonds qui se trouvent hors d’Italie : l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) et l’ENSBA (École Normale Supérieure des Beaux-Arts) à Paris, le Fonds Getty à Malibu…

  • 30 Citons, parmi les publications les plus importantes : M. Ruggiero, Storia degli scavi di Ercolano(...)

18Ces fonds ont été compilés en partie, mais une partie de la documentation n’a pas été entièrement dépouillée, ce qui oblige parfois à reprendre l’enquête archivistique30.

Archives et restitution des décors : méthodologie mise en œuvre par le DHER et VESUVIA

  • 31 En dépit de ces difficultés de contextualisation, on dénombre environ 2850 objets inventoriés lor (...)

19Pour qui veut entreprendre une analyse socio-historique de l’habitat romain, Herculanum présente des atouts réels, mais également des faiblesses, avec lesquelles il faut composer. Nous l’avons vu, les failles documentaires sont la conséquence de fouilles déjà anciennes et qui se sont poursuivies pendant près de trois siècles. Cet état de fait interdit par exemple de conduire des analyses paléo-scientifiques (carpologie, palynologie, anthracologie) sur les niveaux d’occupation, car ces derniers sont aujourd’hui très contaminés. De la même manière, l’étude du petit mobilier en contexte (céramique commune, verre...) souffre d’un défaut de recensement systématique de ce type de matériel dans les journaux de fouilles31.

  • 32 Voir l’article de Carla Marotta à paraître dans le prochain numéro d’Anabases.
  • 33 HCP en collaboration avec la Surintendance et le Parco Archeologico di Ercolano.

20Depuis le dégagement des structures de l’ancienne cité, les parties des édifices ayant le plus pâti de l’exposition aux aléas climatiques et de mauvaises conditions de conservation sont sans doute les décors peints. En regardant les rares dessins du xixe siècles réalisés dans la casa d’Argo32 et les quelques photographies montrant les peintures remises in situ, après restauration, sur les murs des maisons fouillées au xxe siècle, on ne peut que regretter la disparition progressive mais systématique des peintures murales. Parallèlement à un indispensable travail de stabilisation et de protection des structures menées sur le site depuis le début du xxie siècle grâce au mécénat de Hewllett-Packard33, la direction du site d’Herculanum a bien voulu autoriser les équipes des programmes DHER et VESUVIA à procéder à une étude systématique des décors peints. Leur mode opératoire comporte deux volets : une phase d’acquisition des données, par relevés, photographie et inventaire des peintures in situ, suivie d’une phase analytique.

21Le relevé par photogrammétrie est la technique idéale pour l’enregistrement des décors. Mais elle n’est pas opérable dans tous les édifices d’Herculanum. En effet, certains sont d’accès très difficile et, bien souvent, la présence d’écha­faudages rend impossible l’installation des dispositifs photographiques nécessaires. Dans ce cas, l’enregistrement de la paroi n’est possible que par la réalisation d’un relevé ou d’une restitution infographique. La technique des relevés par contact direct avec le support sur un film polyuréthane transparent n’est plus en usage aujourd’hui, en raison de son approche jugée trop invasive. Elle est remplacée par le relevé informatique à partir de photographies. Mais dans le cas de pièces rendues quasi inaccessibles par la présence d’échafaudages, les travaux photographiques ne peuvent être envisagés sur une échelle d’ensemble. Dans ce cas, seule l’observation directe par un spécialiste de peinture, avec prise de mesures et clichés ponctuels, peut permettre de réaliser une restitution infographique.

22Parallèlement, les recherches sont complétées au MANN (Musée Archéo­logique National de Naples), où la plupart des décors détachés au xviiie siècle sont enregistrés sans indication précise de leur provenance. Une partie de la tâche consiste donc à tenter de rattacher les peintures et mosaïques à l’espace qu’ils ornaient à l’origine, à l’aide des documents d’archives, et de divers types de recoupement des informations, comme la recherche de coïncidences entre les dimensions de tableaux et les traces de déposes attestées dans les parois. Il faut accorder une attention particulière aux éléments qui ont été mis au jour puis déplacés, ont disparu ou ont subi des détériorations : quel était leur aspect d’origine ? Dans quel contexte ont-ils été trouvés ? Comment ont-ils été traités, perçus, appréciés ? Ont-ils fait l’objet de publication, ont-ils été dessinés, inventoriés, publiés, exposés, copiés, étudiés ?

23Pour l’identification du contexte originel d’un élément de décor, l’analyse commence par une enquête effectuée sur les rapports de fouilles, afin de trouver des indices et éléments qui, avec d’autres outils de recherches, permettent de localiser précisément la maison, la pièce, voire le mur d’où ont été extraites les peintures ; c’est ensuite la présence de « pendants », l’analyse des vestiges (et d’éventuelles traces de découpe) qui confirment ces localisations, affinées enfin par la comparaison stylistique des décors en et hors contexte. Si la confrontation entre les vestiges de la paroi et les peintures conservées au MANN amène à rendre aux picturae excisae leur contexte d’origine, une approche archivistique et muséographique entre également en ligne de compte. Les rapports de fouilles mentionnent parfois de brèves descriptions, ainsi que le nombre de picturae excisae détachées des parois lors des journées d’excavation. Ainsi, si l’on peut retrouver l’emplacement in situ d’un tableau conservé au MANN grâce, entre autres, à ces rapports de fouilles, il est possible d’émettre l’hypothèse que les autres tableaux décrits pour la même journée, ou la même période, ont été prélevés de la même pièce, ou plus généralement des édifices fouillés alors. De plus, les anciens numéros d’inventaire du MANN (numeri romani), lorsqu’ils ont été conservés, suivent généralement l’ordre d’entrée des œuvres dans les collections du Musée. Ainsi, des peintures dont les numéros se suivent ont de grandes chances d’appartenir à la même maison, ou au moins au même secteur du site.

24Les données d’archives ont donc abouti au rattachement d'un certain nombre de décors prélevés à leur contexte d’origine, ce qui permet de proposer une restitution graphique de l’apparence originelle des parois pour certaines maisons. Le dossier à venir dans le prochain numéro d’Anabases insistera sur ce travail de modélisation 3D, en vue d’une restitution au public.

Haut de page

Notes

1 Voir la présentation en ligne : http://www.disci.unibo.it/it/ricerca/archeologia/i-progetti-di-ricerca/missioni-archeologiche-in-italia/pompei-ed-ercolano-na/index.html.

2 Voir le carnet de recherche en ligne : http://vesuvia.hypotheses.org.

3 Il n’existe en effet aucune étude d’ensemble proposant une approche globale de l’habitat et du mode de vie de la société herculanéenne. Aucun des édifices n’a fait l’objet de publications de synthèse, à l’exception de trois grandes demeures (la Casa dei Cervi, la Casa dell’ Atrio a mosaico et la Casa del Colonnato Tuscanico), mais les publications sont déjà anciennes : T.T. Tinh, La Casa dei Cervi à Herculanum, Rome, 1988 ; M. Manni, La Casa « del colonnato tuscanico » ad Ercolano, Naples, 1974 ; V. Cerulli Irelli, E. Pozzi Paolini, Le pitture della Casa dell’atrio a mosaico, Rome, 1971.

4 N. Monteix, Les lieux de métiers : boutiques et ateliers d’Herculanum, Rome, 2010.

5 Voir son article infra.

6 R.E.L.B. de Kind, Houses in Herculaneum: A new view on the town planning and the building of Insulae III and IV, Amsterdam, 1998 ; T. Ganschow, Untersuchungen zur Baugeschichte in Herculaneum, Bonn, 1989).

7 J. N. Andrews, The use and development of upper floors in houses at Herculaneum, Ph.D. thesis, University of Reading, 2006. Une autre thèse menée sur les étages d’Herculanum a été publiée plus rapidement mais se révèle inférieure en matière de documentation et de synthèse : G. Losansky, Die Obergeschossareale der Stadthauser in Herculaneum : architektonische Anlage, raumkontextuelle Einordnung und häusliches Leben, Wiesbaden, 2015. Pour un compte-rendu de cet ouvrage par A. Dardenay : http://bmcr.brynmawr.edu/2016/2016-12-11.html.

8 D. Esposito, La pittura di Ercolano, Rome, 2014.

9 F. Guidobaldi (dir.), Mosaici antichi in Italia, Regione Prima, Ercolano, Rome, 2014.

10 E. Sorbo, Tra materia e memoria, Rimini, 2014.

11 Voir Ch. Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français, Naples, 1982, planche II.

12 Charles de Brosse, Lettres sur l’état actuel de la ville souterraine d’Herculée et sur les causes de son ensevelissement sous les ruines du Vésuve, Dijon, 1750, p. 6-7.

13 Le processus de dépose commence très vite : à peine un an après le début de l’exploration du site, Joseph Canart, un restaurateur engagé pour restaurer les sculptures de marbre et de bronze, propose au roi Charles de Bourbon de détacher des fragments de peinture murale pour compléter sa collection, à la suite de la découverte d’une peinture spectaculaire le 23 juin 1739. Il argue que ces peintures antiques plaisent beaucoup à Rome et en Angleterre et qu’il a inventé une technique pour les déposer. Charles de Bourbon le laisse mettre en œuvre sa technique et les déposes se multiplient, atteignant 400 fragments dès 1748. À ce sujet, nous renvoyons à D. Burlot, Fabriquer l’antique : les contrefaçons de peinture murale antique au xviiie siècle, Naples, 2012.

14 Le premier inventaire, non illustré, renferme la description de 738 fresques et 1647 objets : Catalogo degli antichi monumenti di Ercolano, Naples, 1750. Suivent 9 volumes de planches gravées sous la responsabilité de l’Accademia Ercolanese : Le Antichità di Ercolano Esposte, 1757-1792.

15 Voyage en Italie de l’abbé Barthélemy, Paris, 1802, p. 268

16 Burlot, Fabriquer l’antique (supra n. 13).

17 Voir infra, dans le dossier.

18 B. Robert-Boissier, Pompéi : les doubles vies de la cité du Vésuve, Paris, 2016.

19 La bibliographie est très abondante sur les restrictions posées par les Bourbons à l’exportation des vestiges. Pour une récente synthèse en français, voir Robert-Boissier, Pompéi (supra n. 17), p. 45-64.

20 Voir infra, dans ce dossier.

21 Voir infra, l’étude de N. Monteix.

22 Citons, parmi les premiers visiteurs, un illustre magistrat toulousain, Anne-Marie d’Aignan d’Orbessan, né en 1709 au sein d’une famille de robins. Membre de l’Académie des jeux floraux et de l’Académie des sciences et belles-lettres, il s’est décidé, à la fin de l’année 1749, à partir en Italie, pour satisfaire son engouement pour l’Antiquité. C’est en 1750 qu’il visite Herculanum.

23 L’un des plus célèbres, l’historien de l’art allemand J.J. Winckelmann, y est allé quatre fois – alors même qu’il n’est jamais allé en Grèce ! – : voir ses Lettre sur les découvertes d’Herculanum (Dresde, 1762) et ses Nouvelles sur les découvertes les plus récentes d’Herculanum (Dresde, 1764).

24 Sur ces questions, voir A. Antoni, « Voyageurs français à la découverte d’Herculanum aux XVIIIe et XIXe siècles », Cronache Ercolanesi 39, 2009, p. 313-330.

25 A. Niccolini, Real Museo Borbonico, Naples, 1824-1857.

26 Voir aussi Fr. Verde, J. Pagano et Ch. Bonucci, Guide pour le musée royal Bourbon : contenant les peintures anciennes, les monuments égyptiens, les sculptures en marbre, les sarcophages, les ornemens d’architecture, les bas-reliefs et les mosaïques, les statues en bronze et la collection épigraphique, traduit par C. J. J., Naples, 1831.

27 Signalons toutefois le caractère relativement fiable des Antichità d’Ercolano Esposte (1757-1792), car les dessins ont été exécutés au fur et à mesure de l’entrée des peintures au musée.

28 Les publications en couleurs ne sont pas antérieures aux années 1820 (W. Zahn) et se généralisent au milieu du siècle (F. et F. Niccolini). Dans certains cas (D. Raoul-Rochette, 1828 et 1843) les dessins étaient aquarellés à la main, sans véritable souci d’exactitude.

29 Cependant il faut noter que, la finalité des recueils de Zahn comme de Niccolini étant de donner des modèles aux décorateurs contemporains, les interpolations de motifs ou de tableaux et les « améliorations » telles que suppression des portes, fenêtres, niches, sont fréquentes, ce qui limite leur fiabilité.

30 Citons, parmi les publications les plus importantes : M. Ruggiero, Storia degli scavi di Ercolano, Naples, 1885 ; A. Maiuri, Gli scavi di Ercolano, Rome, 1958 ; U. Pannuti, Il “Giornale degli scavi” di Ercolano, 1738-1756, Rome, 1983 ; M. Pagano, I diari di scavo di Pompei, Ercolano e Stabia di Francesco e Pietro de la Vega, Rome, 1997 ; M. Pagano, I primi anni degli scavi di Ercolano. Raccolta e studio di documenti e disegni inediti, Rome, 2005 ; M. Pagano et R. Prisciandaro, Studio sulle provenienze degli oggetti rinvenuti negli scavi borbonici del Regno di Napoli : una lettura integrata, coordinata e commentata della documentazione, Castellammare di Stabia, 2006 ; A. Allroggen-Bedel, « Ercolano. Dal sito agli archivi, dal museo al sito », in Vesuviana: Archeologie a confronto. Atti del convegno internazionale (Bologna, 14-16 gennaio 2008), Bologne, 2009, p. 167-179, avec bibliographie ; Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs, op. cit. (supra, n. 11).

31 En dépit de ces difficultés de contextualisation, on dénombre environ 2850 objets inventoriés lors des fouilles de Maiuri.

32 Voir l’article de Carla Marotta à paraître dans le prochain numéro d’Anabases.

33 HCP en collaboration avec la Surintendance et le Parco Archeologico di Ercolano.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Cartographie des différentes phases de fouilles sur le site d’Herculanum
Crédits (DAO Marie-Laure Maraval/ANR VESUVIA)
URL http://journals.openedition.org/anabases/docannexe/image/6232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Dardenay et Adeline Grand-Clément, « Restituer Herculanum au XXIe siècle. L’apport des archives »Anabases, 26 | 2017, 55-66.

Référence électronique

Alexandra Dardenay et Adeline Grand-Clément, « Restituer Herculanum au XXIe siècle. L’apport des archives »Anabases [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/6232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.6232

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search