Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Federico Santangelo (éd.), Approaching the Roman Revolution. Sir Ronald Syme, Papers on Republican History

Cyrielle Landrea
p. 249-251
Référence(s) :

Federico Santangelo (éd.), Approaching the Roman Revolution. Sir Ronald Syme, Papers on Republican History, Oxford, Oxford University Press, 2016, 428 p., 90 livres / isbn 9780198767060.

Texte intégral

1F. Santangelo s’est adonné à une certaine forme d’« archéologie du savoir » en exhumant des textes inédits du grand historien R. Syme. Des manuscrits dactylographiés, annotés parfois à la main, voire griffonnés au verso d’un document universitaire, ont été ainsi soigneusement sélectionnés pour être diffusés plus d’un quart de siècle après la mort de leur auteur. Certains textes n’ont pas pu être datés, mais ils sont souvent issus des premières décennies de recherche, notamment des années 1940-1950. Ces textes avaient été délibérément écartés et F. Santangelo justifie sa démarche de publication posthume dans l’introduction.

2Cet ouvrage permet d’éclairer la trajectoire intellectuelle et historiographique de R. Syme et l’abandon progressif de la fameuse période de la Roman Revolution pour d’autres thèmes de prédilection. Après le renoncement au huitième volume des Roman Papers, de nombreux textes n’ont alors pas connu la consécration d’une publication posthume. Le projet de rassembler ces écrits consacrés à la période républicaine est parfaitement cohérent. Ce n’est d’ailleurs pas une simple mise en forme d’articles inédits, puisque des addenda bibliographiques conséquents sont proposés pour chaque contribution (p. 339-382). Figurent également une bibliographie (p. 383-395) ou encore un index (p. 397-411) indispensable dans la mesure où les identifications des personnages et des carrières sont souvent au cœur des analyses. Vingt-six textes ont été retenus et la mise en forme choisie est identique à celle des Roman Papers ou de The Augustan Aristocracy. Une exception est notable car la dernière contribution «Rome and Umbria» est un manuscrit d’ouvrage inachevé.

3Le sommaire n’est pas thématique, mais l’ordre des textes est assez chronologique et logique. Les trois premiers articles – The Divorce of Aemilius Paullus (p. 16-25), The Predominance of the Fulvii (p. 26-43), The Politics of the Marcii (p. 44-55) – traitent des grandes familles de l’aristocratie, à travers les fondements de leur pouvoir comme le prestige, les stratégies matrimoniales (même thématique dans : Catilina’s Three Marriages, p. 154-157) et le service de la res publica. La question de la disparition des Fulvii est abordée ultérieurement (The End of the Fulvii, p. 182-185). The Gay Sempronia (p. 173-181) offre également une étude de cas sur les femmes influentes de l’aristocratie tardo-républicaine.

4Plusieurs contributions sont liées à la figure syllanienne et à son entourage (The Unspeakable Fufidius, p. 119-121 ; son neveu : P. Sulla cos. cand. 66 BC, p. 169-172). The Abdication of Sulla (p. 56-78) revêt une importance historiographique particulière, car il a été conçu comme une réponse à Sylla ou la monarchie manquée de J. Carcopino (Paris, 1931). Il réfute notamment la forme monarchique et l’abdication suscitée par l’alliance de ses anciens alliés dont Pompée. Dans The Speech for Roscius of Ameria (p. 79-92), c’est la chronologie de Carcopino qui est remise en cause. De même, les deux articles suivants, M. Aemilius Lepidus (cos. 78, p. 93-110) et Satellites of Sulla (p. 111-118), ne se comprennent qu’à la lumière des lendemains de la dictature, de la difficile question de l’héritage syllanien et des recompositions politiques.

5La vie politique houleuse des années 60 est également abordée à travers ses protagonistes les plus éminents comme Catilina, Cicéron ou César : The Consular Elections 70-66 BC (p. 140-153), Crassus, Catilina, and the Vestal Virgins (p. 158-161) et Caesar as pontifex maximus (p. 186-195). Puis les articles traitent la période de la Révolution romaine avec le positionnement de Cicéron après les ides de Mars 44 (Cicero’s Change of Plan, p. 196-205) et le récit de Nicolas de Damas (Nicolaus of Damascus XXVIII and XXXI, p. 206-211).

6L’attention se porte encore sur plusieurs auteurs antiques et sur leur conception de l’Histoire. Ainsi trois articles sont consacrés à Salluste : Sallust and Bestia (p. 128-136) Sallust on Crassus (p. 162-165) et Sallust’s List of Conspirators (p. 166-168). Rex Leptasta (p. 122-127) aborde un point problématique dans les Histoires de Salluste (II, 20) : celui de l’identification des Paciaeci/Pacciani. Deux études sont aussi consacrées au poète Virgile. La première est liée à la question du mécénat, des cercles littéraires et de la jeunesse de l’auteur (Virgil’s First Patron, p. 212-229) ; tandis que la seconde (Caesar and Augustus in Virgil, p. 230-254) examine les références à ces deux figures dans les compositions poétiques.

7Un article semble marginal dans l’œuvre de R. Syme : How many fasces? (p. 255-271). Il n’est pas question ici de prosopographie ou d’histoire politique, mais l’érudition est mise au service de l’histoire constitutionnelle où la question de l’imperium est centrale.

8Des études régionales viennent enfin enrichir ce volume, afin d’analyser les rapports entre l’Vrbs, les hommes politiques et leur origo, ce que Y. Thomas a nommé plus tard la « petite patrie », notamment dans Rome and Arpinum (p. 137-139). Le second texte (Rome and Umbria, p. 272-338) est une ébauche de monographie et a donc une perspective plus large, puisqu’il traite de l’Ombrie, de la conquête jusqu’à l’époque augustéenne.

9Ce serait une gageure de vouloir résumer en quelques centaines de signes tous les apports de ces articles très denses qui méritaient d’être publiés, même si de nombreuses thématiques se retrouvent ailleurs dans les Roman Papers par exemple.

10Nous regrettons vivement que la sortie de cet ouvrage soit passée si inaperçue en France. Or R. Syme demeure un historien incontournable pour quiconque souhaite comprendre les mécanismes à l’œuvre entre la fin de la République et l’émergence du Principat : cette fameuse « Révolution romaine ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Landrea, « Federico Santangelo (éd.), Approaching the Roman Revolution. Sir Ronald Syme, Papers on Republican History », Anabases, 26 | 2017, 249-251.

Référence électronique

Cyrielle Landrea, « Federico Santangelo (éd.), Approaching the Roman Revolution. Sir Ronald Syme, Papers on Republican History », Anabases [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/anabases/6271

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page