Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

L’inspiration et l’imprudence : poésie de l'anticomanie dans la critique d'art du second xixe siècle

Yannick Le Pape
p. 157-174

Résumés

Quand il s’agissait de commenter la peinture qui, du milieu à la fin du xixe siècle, prenait l’Antiquité comme thème, il n’était pas rare que les journalistes ou les historiens d’art convoquent l’autorité de la poésie. On réclamait alors des peintres une habileté comparable à celle d’Eschyle ou de Théocrite et on les félicitait lorsqu’ils parvenaient à atteindre une profonde « distinction poétique » (Paul de Saint-Victor). Les critiques ne furent cependant pas univoques sur cette exigence : indispensable pour les uns, elle restait pour les autres à manier avec parcimonie tant elle pouvait être le signe d’une sensiblerie inadaptée à la peinture d’histoire. La question était aussi de savoir si l’Antiquité pouvait conserver ce monopole de la grâce en plein essor du naturalisme et de cette poésie du réel que l’opinion découvrait. On comprend alors combien la peinture anticomane, loin d’être anachronique, s’inscrivait bel et bien dans une réflexion générale sur l’évolution des arts et la modernité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Au défi de l’art poétique
« Ce calme poétique de l’Antiquité »
L’exigence de sensibilité
Le risque de l’afféterie
Entre science et grâce : un équilibre à trouver
Antiquité vs réalité : bataille pour le monopole poétique

Aperçu du texte

A la vue de l’œuvre envoyée au Salon de 1848 par Jean-Léon Gérôme, un artiste prometteur véritablement pincé d’Antiquité classique, Paul de Saint-Victor jugea adéquat de présenter le peintre comme « l’André Chénier de la peinture ». De prime abord, la comparaison peut paraître surprenante, sauf si l’on constate que cette référence à la poésie, loin d’être isolée, nourrissait de façon récurrente la critique portant sur ces tableaux qui, à l’époque, faisaient de l’Egypte, de la Grèce ou de la Rome antiques leurs sujets favoris. Ainsi Louis de Geoffroy voyait-il dans une des reconstitutions antiquisantes du même Gérôme, en 1850, « une composition gracieuse, poétique, parfumée au souffle embaumé des lauriers roses ». Georges Lafenestre, trente ans plus tard, évoquera encore « les poétiques tableaux de M. Puvis de Chavanne » au sujet de Massilia, colonie grecque (musée des beaux-arts de Marseille). Pour les peintres épris de l’Antique, cette exigence avait tous les traits d’une gageure, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Le Pape, « L’inspiration et l’imprudence : poésie de l'anticomanie dans la critique d'art du second xixe siècle », Anabases, 26 | 2017, 157-174.

Référence électronique

Yannick Le Pape, « L’inspiration et l’imprudence : poésie de l'anticomanie dans la critique d'art du second xixe siècle », Anabases [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anabases/6351 ; DOI : 10.4000/anabases.6351

Haut de page

Auteur

Yannick Le Pape

Docteur de l'EHESS
Ingénieur des services culturels du patrimoine – Musée d’Orsay
Administration générale
62 rue de Lille, 75343 Paris cedex 07
yannick.lepape@musee-orsay.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page