Navigation – Plan du site
Archéologie des savoirs

Le coracin (κορακνος) du lac de Tibériade (F. Josèphe, B.J. III, 520). Une « veine » du Nil en Palestine

Constantin Raïos
p. 133-158

Résumés

Dans sa description géographique des environs du lac de Tibériade (B.J. III, 506-521), Flavius Josèphe mentionne une πηγή  source ») qui engendre un poisson comparable au κορακῖνος (« coracin ») du lac d’Alexandrie. Nous nous proposons d’examiner si les traducteurs et les commentateurs modernes de l’historien juif ont raison d’identifier, depuis le XIXe siècle, ce poisson avec un poisson-chat ou une anguille, malgré la tendance générale d’associer le coracin égyptien à la famille des Cichlidés. Ensuite, nous essayerons de circonscrire les origines de la tradition utilisée par Josèphe et d’apporter un premier éclairage aux raisons pour lesquelles certains auteurs anciens liaient le Nil à diverses étendues d’eaux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2021.

Plan

Un coracin spécial ?
Dans un capharnaüm avec queue et tête
Vers une Quellenforschung
Bibliographie
Sites électroniques consultés :

Aperçu du texte

Le troisième livre de la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe est consacré à la campagne de Galilée menée par Vespasien et Titus (été – automne 67). Dans la même partie de son ouvrage, Josèphe raconte les événements cruciaux qui sont à l’origine de sa vocation d’historien, à savoir la chute de Jotapata, qu’il protégeait, sa reddition aux Romains et sa rencontre avec Vespasien (B.J. III, 338-408). Le troisième livre comporte, en outre, d’intéressantes digressions géographiques et chorographiques, qui, conformes aux habitudes des historiens anciens, visent principalement à présenter les lieux et les enjeux de la guerre.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Josèphe décrit la Galilée, la Pérée, la Samarie, la Judée ainsi que le royaume d’Agrippa II (B.J. III, 35-58) et, vers la fin du livre, il offre une description du cours du Jourdain, du lac de Tibériade et des terres avoisinantes (B.J. III, 506-521). Cette seconde parenthèse chorographique s’insère entre le récit des opérations milit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constantin Raïos, « Le coracin (κορακνος) du lac de Tibériade (F. Josèphe, B.J. III, 520). Une « veine » du Nil en Palestine », Anabases, 27 | 2018, 133-158.

Référence électronique

Constantin Raïos, « Le coracin (κορακνος) du lac de Tibériade (F. Josèphe, B.J. III, 520). Une « veine » du Nil en Palestine », Anabases [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anabases/7066 ; DOI : 10.4000/anabases.7066

Haut de page

Auteur

Constantin Raïos

Maître de conférences en langue et littérature grecques
Université Toulouse – Jean Jaurès
PLH-CRATA (EA 4601)
5, allées Antonio Machado,
31058 Toulouse, cedex 9
constantinos.raios@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page