Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Actualités et débatsAntiquités parallèles (8)Le syndr...

Actualités et débats

Antiquités parallèles (8)
Le syndrome du sein droit

Claude Aziza
p. 161-165

Texte intégral

1Selon la mythologie grecque, les Amazones seraient issues des amours d’Arès, dieu de la guerre, et de la Naïade Harmonie. Mais selon d’autres, leur mère serait Aphrodite. Leur nom, admet-on généralement, signifie « celles qui n’ont pas de sein » (du grec a-mazôn), car, pour tirer plus facilement à l’arc, elles se coupaient – ou se brûlaient – le sein droit. Mais certains avancent une autre étymologie à partir du mot maza (orge). Les Amazones vivant uniquement de leur chasse seraient « celles qui ne mangent pas de pain ». Pour le poète et mythologue Robert Graves, leur nom signifierait « femmes-lunes ». Voilà pour la légende antique, agrémentée de maints festons, dont l’expédition de Thésée, puis celle d’Héraclès, qui semble postérieure.

2Expéditions qui constituent, par les combats militaires et amoureux entre nos héros et les reines Antiope et Hippolyte – sans oublier celui d’Achille et de Penthésilée, chanté par H. Von Kleist, 1808 – l’une des principales sources des scénaristes italiens frottés de mythologie. Les autres n’ont retenu, au mieux, que la vague notion de matriarcat guerrier ; au pis, qu’un prétexte hypocritement érudit pour présenter de jolies filles, en négligé, la lance en avant et le(s)sein(s) pointé(s). Bref, l’Amazone pour la Grèce des mythes, c’est l’as sans sein. Pour celle des (cinéastes) miteux, elle illustrerait plutôt la Grèce du sein doux. Dans des histoires où l’homme compte pour du beurre.

3Déjà Balzac, dans Le Lys dans la vallée, avait remarqué que « la plupart des femmes qui montent bien à cheval ont peu de tendresse. Comme aux Amazones, il leur manque une mamelle, et leurs cœurs sont endurcis en un certain, endroit, je ne sais lequel. » Au cinéma, elles apparaissent dès 1908, dans une production Pathé : Les Amazones à travers le temps. Trois ans plus tard, dans une production Éclair : Les Amazones, armée grecque.

4Au temps du parlant, l’Amazone canonique, on va la retrouver dans quelques films qui évoquent les exploits de Thésée ou d’Héraclès. Les Travaux d’Hercule (Pietro Francisci, 1957, DVD), qui relancèrent la vogue du péplum, nous montre les Argonautes – véritables héros du film – tombés entre les mains des guerrières de Lemnos, assimilées hâtivement – déjà chez Hérodote – aux Amazones. En revanche, dans Les Amazones (Terence Young, 1973), les amours tragiques de Thésée et d’Antiope sont fidèlement racontées, agrémentées de quelques images salaces et saphiques.

5Mais, il faut bien l’avouer, les nombreux films qui opposent Grecs et Amazones font l’objet d’un traitement ironique et – trop souvent – misogyne. Le modèle du genre étant La Reine des Amazones (Vittorio Sala, 1960, DVD), où quelques anatomies fort plaisantes et quelques fantaisies musicales (les hommes dansent au son d’un langoureux mambo !) compensent difficilement un humour parfois lourdingue : les hommes lavent le linge, font la cuisine, le ménage et la vaisselle, tandis que les dames font la guerre. Mais, bizarrement, les Grecs, ainsi réduits en esclavage domestique, le prennent à la rigolade, en se disant qu’ils auront un beau jour – ou une belle nuit – leur revanche. Machos, va !

6Surtout quand c’est Maciste qui les combat, comme dans Maciste contre la Reine des Amazones, qu’on trouve aussi sous le titre plus explicite : Les Amazones de la luxure, un film X de Jess Franco (1973). Car il faut des Supermen pour leur tenir tête, comme dans Supermen contre Amazones, un erratique film d’Alfonso Brescia (1973). Qui récidive, la même année, avec Les Amazones font l’amour et la guerre. Tout un programme.

7Car, au fond, ce que nous racontent ces films, c’est qu’on a beau vivre – et s’aimer – entre femmes, on a beau lutter comme des guerriers (bon prétexte à montrer au voyeur qui sommeille dans chaque spectateur de péplum des démonstrations de ce catch féminin si à la mode dans les années 60), on a beau réduire les hommes aux basses besognes ménagères, il arrive toujours un moment où l’on vire sa cuti.

8Le mythe – on s’en doute – va être accommodé à toutes les sauces. La plus vinaigrée baigne ces curieuses Gladiatrices qu’Antonio Leonviola tourne en 1962, quasiment sur le même plateau et en même temps que Taur roi de la force brutale. Les deux films forment en fait un dyptique qui tient à la fois du film de jungle et de l’heroic fantasy. L’action, dans les deux cas, étant censée se passer il y a dix mille ans. Seuls quelques termes (le royaume de Babylos, les Hyksos) rappellent l’Antiquité. Le héros des deux films, Taur, le taureau (du latin Taurus), est accompagné de son ami le noir Ubaratutu : signe – en période de décolonisation – que le produit pourra aussi se vendre en Afrique… Le nom de l’héroïne, la reine Nera (la Noire), qui renvoie aux forces de la nuit, montre bien qu’il s’agit d’une société féminine souterraine et lunaire qui s’oppose au monde des hommes, lumineux et solaire. Comme il se doit.

9Cette tendance est inversée dans la dernière déclinaison du mythe, en 2017, Wonder Woman. Inspirée par une BD de DC Comics, créée en décembre 1941, immédiatement lors de l’entrée des États-Unis en guerre, après Pearl Harbour, Wonder Woman donc, apparaît pour la première fois sur le grand écran. Elle avait déjà eu les honneurs d’une série télévisée (1971, trois saisons et soixante épisodes), sous les traits de Lynn Carter, dont le short moulant aux couleurs américaines avait étoilé quelques images cultes.

10Avec, comme réalisatrice, Patty Jenkins et, comme productrice, Deborah Snyder (mariée au réalisateur de 300, Zack Snyder) le film – qui a triomphé en juin 2017 dans toutes les salles – se veut à la fois un retour à la mythologie, avec une superbe première partie et, en même temps, la découverte par l’héroïne, Diana, fille de la reine des Amazones Hyppolite et nièce d’Antiope, d’un des aspects les plus sinistres de l’humanité : la guerre, création du dieu Arès. Le scénario – qui prend des libertés avec la BD – plonge l’héroïne au cœur de la Première Guerre mondiale.

11Le conflit devient quasi œdipien quand il lui faut lutter contre son aïeul Arès. L’actrice israélienne (ce qui a suffi pour censurer le film dans de nombreux pays musulmans), Gal Gadot – qui fait penser parfois à Xena – incarne admirablement l’héroïne qui, sortie de son cocon, l’île de Themyscira (filmée sur la côte Amalfitaine), doit affronter le monde des hommes. De l’humour – un peu plus féminin –, quelques plaisanteries – légèrement salaces –, des comparses pittoresques, et Arès réincarné, ce qui est normal en période de guerre.

12Mais il est d’autres femmes, que l’histoire nous montre se conduisant en hommes. Prenons l’exemple de Judith, l’héroïne biblique qui décapita le brutal général Holopherne assiégeant la ville de Béthulée. Son histoire a fait l’objet de cinq adaptations cinématographiques, la première, anonyme, en 1906 (Giudetta e Oloferne), la troisième, la plus intéressante, fut filmée en 1913 par David Wark Griffith (Judith of Bethulia, DVD). L’héroïne, jouée par Blanche Sweet, la star de l’époque, ne montre, pour séduire Holopherne, pas la moindre parcelle de peau. Le corps biblique serait-il sacré ?

13Prenons un autre exemple, purement imaginaire celui-là. Dans Jules César conquérant de la Gaule, film italien d’Amerigo Anton (1963, DVD) où, on s’en doute, ce lourdaud de Vercingétorix n’a pas le beau rôle, le Gaulois reçoit le renfort improbable de la reine Astrid des Belges (mais oui !). Cette blonde Amazone au corps délié est jouée par Dominique Wilms, célèbre par le rôle de la Môme vert-de-gris, dans le film homonyme de Bernard Borderie (1952, DVD), où elle affrontait Lemmy Caution, le héros de Peter Cheyney. Ce choix n’est pas innocent, vamp dans le polar, guerrière dans le péplum, elle affichait, toutes voiles dehors, les mêmes atouts que ce butor de Gaulois aura le tort de négliger. Occupé qu’il est – thématique banale du péplum – à désirer lubriquement une tendre captive romaine, parente de César, ce qui ne gâte rien.

14Avant de quitter – à regret – toutes ces femmes guerrières, penchons-nous sur le cas troublant de Xena. Cette héroïne d’une célèbre série télévisée homonyme (disponible dans sa totalité en DVD) est la rivale d’Hercule (série télévisée, disponible dans sa totalité en DVD), avec qui elle a eu, quand même, une brûlante idylle. Ce qui est amusant, c’est que, devant le succès de l’épisode, Xena, personnage épisodique jusqu’ici, a eu droit à une série autonome. Elle combat les méchants un peu partout dans le monde, voire dans le temps (elle affrontera Caligula, par exemple). Athlétique, en minijupe, l’épée à la main, cabriolant et virevoltant, elle est d’une plastique irréprochable. Mais inutile de fantasmer : elle vit quasiment en couple avec sa copine Gabrielle, une petite blonde mutine qu’elle lutine. Elle est devenue ainsi l’icône de la communauté gay américaine.

  • 1 Je rappelle, pour lecteurs et lectrices non avertis, qu’on nomme « Amazones » les Dames du bois d (...)

15Après les reines guerrières et viriloïdes, les impératrices de la luxure, les Amazones du sexe1. Leur corps n’est qu’un instrument érotique dont le héros – et le spectateur – tirent de longs lamentos, le plus souvent en voix off, le genre pratiquant, lui aussi, « le blanc stendhalien ». Le péplum la préfère brune : il n’est de bonne séductrice que couleur de nuit, elle n’est jamais blonde, rarement rousse, comme Susan Hayward, la Messaline des Gladiateurs (Delmer Daves, 1954, DVD).

16Déesse de la nuit, la reine promet au héros des voluptés inconnues dont il fait d’ailleurs fi avec une rare insouciance. C’est Omphale, reine de Lydie, aux pieds – menus – de qui le héros thébain subit passivement le supplice du rouet, en attendant avec une angoisse – que l’on devine masochiste mais /et délicieuse – de plus perverses voluptés (Hercule et la reine de Lydie, Pietro Francisci, 1958, DVD).

17C’est Antinéa, la cruelle souveraine de l’Atlantide, dont la main aux ongles aigus s’attarde langoureusement sur les pectoraux d’un Hercule impavide (Hercule à la conquête de l’Atlantide, Vittorio Cottafavi, 1961, DVD). Signe codé dans le péplum, semblable un peu au petit déjeuner de la comédie américaine des années 1930 qui indique que ceux qui le prennent ont passé la nuit ensemble.

18D’ailleurs, à propos de comédie américaine des années 1930, on a la surprise de retrouver notre amazone dans un film de Walter Lang, réalisateur de comédies, musicales ou non (L’Amazone et son mari,1933). Dont le titre original, The Warrior’s Husband, est plus clair. On aura deviné que, sous les noms des personnages du film, Hippolyte, Thésée, Antiope, Hercule, se cachent les variations héroïco-érotico-conjugales du mâle américain des années 30, forcé – quoiqu’il en ait – de subir la dure loi de la ménagère-mégère, qui souvent lui tient lieu d’épouse. Comédie grinçante, humour noir. Le réalisateur était en avance sur son siècle, mais il annonçait déjà d’autres amazones. Celles du cinéma d’aujourd’hui. Dans le genre musclé, western, policier, espionnage, la Jane Hammond de Gavin O’Connor (Jane Got a Gun, 2015, DVD), la Kill Bill de Quentin Tarantino (2002, DVD) ou, surtout, l’Atomic Blonde de David Leitch (2017, DVD), dont les plaisirs saphiques sont montrés à l’image. Sans oublier les séries télévisées, policières ou d’espionnage, comme Mentaliste ou Homeland (disponibles en DVD).

19Les Amazones ont donc de beaux jours devant elles. Aujourd’hui que le machisme est vigoureusement cloué au pilori, leur succès est assuré. Wonderful. Ça ne mange pas de pain…

Haut de page

Notes

1 Je rappelle, pour lecteurs et lectrices non avertis, qu’on nomme « Amazones » les Dames du bois de Boulogne (pauvres Diderot et Bresson !) qui, nonchalamment, proposent la passe en voiture (souvent décapotable) au chaland qui passe…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Aziza, « Antiquités parallèles (8)
Le syndrome du sein droit
 »
Anabases, 27 | 2018, 161-165.

Référence électronique

Claude Aziza, « Antiquités parallèles (8)
Le syndrome du sein droit
 »
Anabases [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/7127 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.7127

Haut de page

Auteur

Claude Aziza

Université de la Sorbonne Nouvelle
Paris III
Claude.aziza@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search