Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Seth L. Schein, Homeric Epic and Its Reception. Interpretative Essays

Sandya Sistac
p. 236-238
Référence(s) :

Seth L. Schein, Homeric Epic and Its Reception. Interpretative Essays, Oxford, Oxford University Press, 2016, 227 p., 52 livres / isbn 9780199589418

Texte intégral

1Seth L. Schein propose un recueil d’essais, disponibles jusqu’alors unique­ment aux États-Unis. L’auteur, qui a consacré une grande partie de sa carrière à l’interprétation des textes homériques, cherche également à dépasser la querelle divisant les spécialistes de la question homérique, entre Analystes et Unitaristes. L’auteur se place ainsi dans la lignée de H. Fränkel et M. Parry, mais sollicite aussi les théories de I. Kakridis. Les douze chapitres de l’ouvrage sont pour la plupart des transcriptions d’interventions orales, dont le style a parfois été préservé, et tous ont déjà été publiés sous des formes abrégées, à part les chapitres 7, 9 et 11.

2Le chapitre 1 propose une analogie entre la mort du jeune Troyen Simoeisios au chant IV de l’Iliade et les destins d’Hector et de Troie, mettant en scène un thème fondamental du poème : le coût humain de l’action héroïque. Le chapitre 2 analyse en sections la scène du combat autour du corps de Patrocle au chant XVII et montre comment le point focal du passage est déplacé vers les chevaux « humanisés » d’Achille. Le chapitre 3 est une prise de position de l’auteur par rapport à l’analyse donnée par D. Page en 1955 de la scène entre Ulysse et Polyphème au chant IX de l’Odyssée. Alors que Page proposait d’y voir les étapes d’une sorte de « thème légendaire », Schein le réfute en plaçant au centre la question de l’identité. Le chapitre 4 analyse les différents usages de l’allusion mythologique dans les deux poèmes. D’après Schein, les allusions mythologiques de l’Iliade permettent d’évacuer des thèmes autres que celui porté principalement par le poème; au contraire, celles de lOdyssée servent à intégrer des alternatives. Le chapitre 5 se concentre sur « l’humanité » et la « divinité » en tant que thèmes poétiques dans l’Hymne homérique à Aphrodite et celui consacré à Déméter. L’auteur pense que la puissance des déesses y est « réajustée » en fonction de la relation qu’elles entretiennent avec Zeus. Le chapitre 6 s’intéresse à deux exemples d’intertextualité entre l’Iliade et l’Odyssée. Le premier exemple – le duel entre Iros et Ulysse pour une panse de brebis dans l’Odyssée est comparé au duel entre Ménélas et Pâris pour Hélène dans l’Iliade – permet à l’auteur de montrer comment un événement est mentionné de manière quasi-indépendante dans l’Iliade alors qu’un élément du même type est traité différemment dans l’Odyssée qui préfère l’intégrer complètement à sa propre structure narrative. Quant au second exemple – le rejet « achilléen » par Ulysse de la supplique d’Eurymaque au chant XXII de l’Odyssée – il questionne le contraste habituellement remarqué entre l’héroïsme d’Achille et celui d’Ulysse. Dans le chapitre 7, Schein prend le parti de l’approche neurolinguistique cognitive, aux dépens de la traditionnelle approche esthétique, pour l’analyse des poèmes homériques pris à la fois en tant que per­formances et textes littéraires. L’auteur affirme l’importance du defamiliarization principle, qui consiste à contrarier les attentes psychologiques du public et dont les limites en matière d’objectivité peuvent être dépassées par la neurolinguistique. Les chapitres 8 et 9 permettent d’y voir plus clair dans les travaux des deux grands théoriciens dont se réclame Schein : l’interprétation littéraire de Milman Parry et la Neoanalysis d’Ioannis Kakridis. Le chapitre 8 se veut une critique de l’approche présentée par le premier dans sa leçon de 1943 (The Historical Method in Literary Criticism). Le chapitre 9 aborde quant à lui la Neoanalysis de Kakridis qui émet l’hypothèse d’un vivier de récits folkloriques pré-homériques dans lequel le poète serait venu puiser. Le chapitre 10 propose une analyse du poème « Priam’s Night-Journey » du poète grec Constantin Cavafis (1863-1933). Schein s’attache à identifier des procédés « callimachéens » dans le travail du poète et rapproche ainsi le travail de Cavafis d’un exercice d’interprétation. Pour son avant-dernier chapitre, Schein s’intéresse aux conceptions de la guerre dans l’Iliade et à travers quatre œuvres de réception : L’Iliade ou le Poème de la Force de Simone Weil, On the Iliad de Rachel Bespaloff, Memorial : An Excavation of the Iliad d’Alice Oswald et WAR MUSIC de Christopher Logue. L’auteur s’interroge également sur les apports de ces réceptions de la guerre « iliadique » pour penser la guerre de nos jours. Enfin, le dernier chapitre apporte un éclairage particulièrement intéressant sur un phénomène inconnu en Europe, les great books courses américains. Schein propose d’abord un historique de ces cours, puis il s’intéresse aux traductions produites par ces enseignements, pour enfin montrer comment la lecture d’Homère qui y est faite, mue par une montée des « valeurs nationales », a pu influencer l’interprétation des poèmes homériques par le lectorat américain du xxe siècle.

3L’auteur précise que les bibliographies fournies à la fin de chaque chapitre déjà publié ont été mises à jour, mais on regrette l’absence d’un certain nombre d’ouvrages francophones – bien qu’Hélène Monsacré et Pierre Vidal-Naquet soient cités ainsi qu’un article de cinq pages de Jean-Pierre Vernant – qui auraient apporté aux réflexions déjà très riches de l’auteur (J.-P. Vernant pour le chapitre 4, V. Pirenne-Delforge et Pironti pour le chapitre 5, ou P. Payen pour le chapitre 11). Enfin, on aurait apprécié un mot de conclusion, même si une véritable conclusion générale aurait été un exercice probablement artificiel, l’ouvrage se voulant un rassemblement d’essais variés autour du thème homérique et de sa réception. Même si on peut regretter l’arrivée tardive des outils théoriques de Parry et Kakridis, le lecteur observateur comprendra que l’organisation des essais, portant d’abord sur l’interprétation des textes homériques eux-mêmes – majoritairement de l’Iliade néanmoins – puis sur les approches et réceptions modernes de ces poèmes, permet d’ouvrir un peu le champ des études homériques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandya Sistac, « Seth L. Schein, Homeric Epic and Its Reception. Interpretative Essays », Anabases, 27 | 2018, 236-238.

Référence électronique

Sandya Sistac, « Seth L. Schein, Homeric Epic and Its Reception. Interpretative Essays », Anabases [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anabases/7308

Haut de page

Auteur

Sandya Sistac

Université de Toulouse (ut2j)
sandya.sistac@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page