Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Archéologie des savoirsJournée d’étude organisée par Phi...Introduction

Archéologie des savoirs
Journée d’étude organisée par Philippe Foro et Corinne Bonnet. « Jésus de Nazareth, biographie impossible ? » 9 décembre 2016 Université Toulouse – Jean Jaurès

Introduction

Philippe Foro
p. 129-134

Texte intégral

« Le christianisme est une religion d’historiens »
Marc Bloch,
Apologie pour l’histoire,
dans L’Histoire, la Guerre, la Résistance,
Paris, Quarto Gallimard, 2006, p. 852.

  • 1 Marc, 8, 29.
  • 2 Il convient de remarquer, dès à présent, que la personne de Jésus est régulièrement sur les couvert (...)
  • 3 Dans le cadre de cette introduction, il n’est pas question de faire une historiographie exhaustive (...)

1Et vous, qui dites-vous que je suis ? »1. Cette question est adressée par Jésus à ses disciples. C’est également celle qui rassemble les participants à la Journée d’étude ici publiée et organisée autour du thème Jésus de Nazareth, biographie impossible ?2. Peut-on établir la biographie d’un personnage qui est, pour quelques-uns, imaginaire, pour d’autres un personnage historique qui a eu une influence déterminante dans l’histoire du monde, pour d’autres encore un prophète, enfin pour une dernière catégorie qui regroupe le monde chrétien, le Christ, Fils de Dieu, incarné au milieu des hommes, crucifié et ressuscité ? Pourtant, depuis déjà longtemps, penseurs, philosophes, historiens se sont essayés à la tâche. Ils peuvent être répartis, sommairement, en plusieurs catégories3.

  • 4 M. Onfray, Traité d’athéologie, Paris, 2005, p. 163.
  • 5 M. Onfray, Décadence. De Jésus à Ben Laden, vie et mort de l’Occident, Paris, 2017.

2Tout d’abord, il y a ceux qui nient l’existence historique de Jésus. Successeur de Paul-Louis Couchoud (1879-1959) et de Prosper Alfaric (1876-1955), Michel Onfray est actuellement le principal tenant de la thèse de la fiction mythologique. Dans son ouvrage Traité d’athéologie, il défend le principe du « personnage conceptuel »4. Ce principe est repris dans son dernier ouvrage Décadence5. Ceci a amené Jean-Marie Salamito, professeur d’Histoire du christianisme antique à l’université de Paris-Sorbonne, à publier un ouvrage afin de répondre aux erreurs factuelles, approximations, omissions, manques bibliographiques et autres partis pris de l’auteur.

  • 6 J.-M. Salamito, Monsieur Onfray au pays des mythes. Réponses sur Jésus et le christianisme, Paris, (...)

Je dois rappeler une évidence: à l’échelle mondiale, l’existence de Jésus fait de nos jours l’objet d’un consensus dans le public et, plus encore, chez les spécialistes de l’Antiquité, du Nouveau Testament et des origines chrétiennes. Les négateurs de cette existence forment une infime minorité, active sur la toile mais extérieure aux milieux scientifiques6.

  • 7 Deux ouvrages de Bart D. Ehrman ont été publiés en français : Les christianismes disparus et Jésus (...)

3Et Jean-Marie Salamito de citer l’ouvrage de l’universitaire américain, se présentant lui-même comme agnostique, Bart D. Ehrman, Did Jesus exist ?, publié en 2012 afin de réfuter les thèses mythistes7.

4Ensuite, on compte des spécialistes qui ne nient pas l’existence historique de Jésus mais qui souhaitent en évacuer l’aspect divin, inaugurant ce que l’on s’est habitué à appeler l’exégèse historico-critique. L’un des plus prestigieux est sans aucun doute Ernest Renan (1823-1892) qui publie sa Vie de Jésus en 1863. Alfred Loisy (1857-1940), prêtre en rupture avec l’Église depuis son excommunication de 1908, peut être aussi intégré à ce groupe. Il publie en 1910 Jésus et la tradition évangélique, puis La naissance du christianisme en 1933. Il en va de même pour Charles Guignebert (1867-1939), auteur d’une trilogie Le monde juif vers le temps de Jésus (1935), Jésus (1933) et Le Christ (1943), livre inachevé au moment de sa mort et publié de manière posthume. On doit aussi à Guignebert un ouvrage intitulé Le problème Jésus, édité en 1914:

  • 8 Ch. Guignebert, Le problème de Jésus, Paris, 1914, p. XXXIII.

Le grand problème du problème de la vie de Jésus, au jugement d’un historien indépendant, c’est d’être toujours d’actualité; j’entends que l’idée qu’on se fait de la personne historique du Christ ne dépend pas seulement l’importance qu’on lui attribue dans l’histoire générale de la religion et des mœurs, mais encore celle qu’on lui accorde dans la vie religieuse et morale d’aujourd’hui.8

  • 9 Sur les travaux de G. Mordillat et J. Prieur, voir le compte rendu de J. Schlosser, Cahiers Évangil (...)
  • 10 J.-M.Salamito, Les chevaliers de l’Apocalypse. Réponse à MM. Prieur et Mordillat, Paris, 2009.

5Plus récemment, Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, à la fois par la télévision (séries Corpus Christi et Apocalypse diffusées sur Arte) et l’écriture (Jésus contre Jésus en 1999; Jésus après Jésus. L’origine du christianisme en 2004; Jésus sans Jésus. La christianisation de l’Empire romain en 2008, les trois volumes publiés au Seuil), ont voulu scruter le personnage Jésus et les débuts du christianisme avec pour thèse principale la distorsion entre Jésus et ceux qui ont diffusé son message, thèse qui n’est du reste pas récente9. Jean-Marie Salamito, déjà signalé pour son livre contre les thèses de Michel Onfray sur Jésus et le christianisme antique, a croisé la plume avec nos deux auteurs pour contredire le principe d’une « longue trahison de Jésus par ceux qui se réclamaient de lui »10.

6Enfin, on signalera les biographes de Jésus, clairement de foi chrétienne, qui veulent intégrer cette dimension dans leurs travaux sur Jésus. Ainsi Daniel-Rops (1901-1965), pseudonyme d’Henri Petiot:

  • 11 Daniel-Rops, Jésus en son temps, Paris, 1962, p. 8.

Le mystère de Jésus n’est rien de moins, rien de plus, que le Mystère de l’Incarnation. Qu’importent les petites difficultés sur lesquelles on écrit des volumes de gloses ! Qu’on ne sache pas avec précision ni l’année de sa naissance ni celle de sa mort, qu’on identifie mal sa bourgade originelle, qu’il y ait des difficultés dans sa généalogie, qu’on puisse discuter sans fin de son aspect physique, tout cela, et le reste, n’a d’importance que seconde et dans d’étroites perspectives. L’essentiel tient dans l’énigme que nous pose cet homme semblable à nous, dont les mots et les gestes engagent à tout instant des forces inconnaissables, ce visage crispé par l’agonie où transparaît la face de Dieu11.

7Il en est de même avec Jean-Paul Roux (1925-2009), spécialiste des mondes turc et mongol, directeur de recherches au CNRS et auteur d’une biographie de Jésus chez Fayard:

  • 12 J.-P. Roux, Jésus, Paris, 1989, p. 9.

Ce livre est celui d’un historien de la religion et d’un chrétien, pour être plus précis, d’un catholique romain. D’un chrétien: il croit à l’intervention de Dieu dans la vie de l’humanité. Il accepte le dogme tel qu’il a été défini par le Symbole des Apôtres et que les Évangiles sont des livres inspirés. Il ne fait donc pas un choix dans les textes canoniques. Il ne cherche ni à les mettre en doute, ni à les mutiler, ni à leur donner une explication rationnelle. Il les tient pour authentiques et relatant une histoire vraie. C’est cette histoire, autant qu’on puisse la connaître par eux, qu’il entend raconter12.

Cela a le mérite de la clarté !

  • 13 Ch. Perrot, Jésus et l’histoire, Paris, 1993 (1e éd. 1979), p. 15.
  • 14 J.-C. Petitfils, Jésus, Paris, 2011.

8Récemment, des savants, souvent de tradition chrétienne, ont fourni des travaux qui permettent une réelle approche du Jésus de l’histoire en le replaçant dans sa société et son contexte politique ou, selon les mots de Charles Perrot (1929-2013), « nous dirons ce que nous pouvons dire à son sujet et comment nous pouvons le dire »13. Chrétien affirmé et important historien de la France moderne, Jean-Christian Petitfils a offert au grand public un ouvrage accessible et érudit qui propose une mise au point des connaissances actuelles14. Mais, de ce point de vue, ce sont les ouvrages du Père jésuite John Paul Meier qui représentent la plus importante référence parmi les travaux récents sur Jésus. Il s’explique, en des termes imagés, sur sa conception de la recherche relative à Jésus, dans l’introduction de son premier volume. Il imagine un travail collectif ayant réuni un savant catholique, un protestant, un juif et un agnostique:

  • 15 J.-P. Meier, Un certain juif Jésus. Les données de l’histoire. I. Les sources, les origines, les da (...)

Ce document devrait être fondé strictement sur des sources et des arguments purement historiques. Il en sortirait une « formule de concorde » laïque. (…) Il est probable que ce livre blanc sur Jésus ne serait le fidèle reflet des opinions d’aucun des membres affamés de ce conclave. On n’y trouverait certainement pas les affirmations auxquelles le catholique ou le protestant, membres de ce conclave, adhèrent fermement dans la foi. (…) Néanmoins, on y gagnerait quelque chose. On obtiendrait une première ébauche de ce que « les gens raisonnables », notion très fluctuante, pourraient dire du Jésus historique. Le document pourrait jouer le rôle de lieu de ralliement, de point de départ pour un dialogue entre chrétiens et juifs, entre différentes confessions chrétiennes, et entre croyants et incroyants, tout en incitant aussi bien les historiens que les théologiens à pousser plus loin leur recherche15.

9Armand Puig i Tarrech, dont le travail sur Jésus vient d’être récemment traduit en français, s’explique également sur sa double position de chrétien et d’historien.

  • 16 A. Puig i Tarrech, Jésus. Une biographie historique, Paris, 2016, p. 11.

Reprenons les mots de H.-I. Marrou: « L’histoire est une aventure spirituelle dans laquelle la personnalité de l’historien s’engage tout entière ». Dans mon cas, l’engagement du croyant en Jésus, le Christ, Dieu et homme, du prêtre de l’Église catholique que je suis ne diminue en rien l’esprit critique ni n’affecte les méthodes et les procédés propres à la recherche historique16.

  • 17 Parmi l’importante production scientifique de Daniel Marguerat, je souhaite tout particulièrement s (...)
  • 18 La thèse de doctorat de Daniel Barbu vient d’être publiée : Naissance de l’idolâtrie. Image, identi (...)
  • 19 Parmi les travaux d’Hélène Michon, signalons les importants ouvrages suivants : L’ordre du cœur. Ph (...)
  • 20 Philippe Dazet-Brun a édité une biographie du démocrate chrétien et résistant Auguste Champetier de (...)

10Au regard de l’immensité du sujet, le présent dossier n’a que l’ambition de mettre l’accent que sur quelques aspects que soulève la question de la biographie de Jésus de Nazareth. Daniel Marguerat (université de Lausanne), grande figure de l’exégèse contemporaine, fait un point précis sur les sources concernant le Jésus de l’histoire17. Daniel Barbu (université de Berne et CNRS), fin spécialiste du monde juif antique, présente les documents biographiques issus des milieux juifs antiques18. Hélène Michon, enseignante à l’université de Tours-François Rabelais et spécialiste de la littérature du xviie siècle et tout spécialement de Pascal, expose L’abrégé de la vie de Jésus de ce dernier19. Robert D. Priest, qui enseigne au Royal Holloway, University of London, aborde la réception populaire de la Vie de Jésus de Renan dans la France du xixe siècle, par le biais de correspondances privées.Philippe Dazet-Brun, professeur d’histoire contemporaine à l’Institut catholique de Toulouse et fin connaisseur de la vie et de l’œuvre de François Mauriac, précise le regard du maître de Malagar sur Jésus dans sa Vie de Jésus20. Enfin, je souhaite présenter quelques réflexions sur le Jésus de Nazareth de Joseph Ratzinger, élu pape sous le nom de Benoît XVI en 2005.

  • 21 La citation en question est la suivante : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni (...)

11Je tiens à remercier de tout cœur les divers participants à la Journée d’études qui s’est tenue à Toulouse, le 9 décembre 2016, à l’initiative de l’équipe PLH-ERASME, ainsi que mes amis Pascal Payen et Corinne Bonnet qui ont fait bon accueil aux contributions au sein de la revue Anabases. S’inspirant d’une exhortation de Paul dans sa lettre aux Galates, souhaitons qu’il n’y ait ni juifs, ni chrétiens, ni agnostiques, ni athées mais des femmes et des hommes soucieux de réfléchir et de débattre sur une des personnalités qui a changé le monde21.

Haut de page

Notes

1 Marc, 8, 29.

2 Il convient de remarquer, dès à présent, que la personne de Jésus est régulièrement sur les couvertures d’hebdomadaires et de mensuels sérieux, tournés vers le grand public : « La vie méconnue de Jésus », L’Express 9-15 avril 2014 ; « Jésus vu par les Juifs, les musulmans, les athées, les francs-maçons… » ; L’Express 20-26 décembre 2017 ; « Le dossier Jésus », Histoire magazine 44 (octobre 1983) ; « Jésus au regard de l’Histoire », Dossiers d’archéologie 249 (décembre 1999-janvier 2000) ; « La vie de Jésus », L’Histoire 186 (mars 1995) ; « Le mystère Jésus », L’Histoire 227 (décembre 1998). Et la liste est loin d’être complète…

3 Dans le cadre de cette introduction, il n’est pas question de faire une historiographie exhaustive des travaux sur Jésus de Nazareth mais de simplement placer quelques jalons.

4 M. Onfray, Traité d’athéologie, Paris, 2005, p. 163.

5 M. Onfray, Décadence. De Jésus à Ben Laden, vie et mort de l’Occident, Paris, 2017.

6 J.-M. Salamito, Monsieur Onfray au pays des mythes. Réponses sur Jésus et le christianisme, Paris, 2017, p. 15.

7 Deux ouvrages de Bart D. Ehrman ont été publiés en français : Les christianismes disparus et Jésus avant les évangiles, tous deux publiés chez Bayard, respectivement en 2007 et 2016.

8 Ch. Guignebert, Le problème de Jésus, Paris, 1914, p. XXXIII.

9 Sur les travaux de G. Mordillat et J. Prieur, voir le compte rendu de J. Schlosser, Cahiers Évangile 112 (juin 2000), p. 57-63.

10 J.-M.Salamito, Les chevaliers de l’Apocalypse. Réponse à MM. Prieur et Mordillat, Paris, 2009.

11 Daniel-Rops, Jésus en son temps, Paris, 1962, p. 8.

12 J.-P. Roux, Jésus, Paris, 1989, p. 9.

13 Ch. Perrot, Jésus et l’histoire, Paris, 1993 (1e éd. 1979), p. 15.

14 J.-C. Petitfils, Jésus, Paris, 2011.

15 J.-P. Meier, Un certain juif Jésus. Les données de l’histoire. I. Les sources, les origines, les dates, Paris, 2004, p. 11-12. Voir l’article consacré à l’œuvre du Père Meier par C. Theobald, « Un certain juif Jésus de John P. Meier. Le bilan d’une recherche trois fois séculaire qui interroge la théologie », Recherches de Science religieuse, 96, 2008, p. 173-200.

16 A. Puig i Tarrech, Jésus. Une biographie historique, Paris, 2016, p. 11.

17 Parmi l’importante production scientifique de Daniel Marguerat, je souhaite tout particulièrement signaler la publication, en 2015, des deux volumes de commentaires des Actes des Apôtres chez Labor et Fides, Genève. Un modèle d’exégèse !

18 La thèse de doctorat de Daniel Barbu vient d’être publiée : Naissance de l’idolâtrie. Image, identité, religion, Liège, 2016.

19 Parmi les travaux d’Hélène Michon, signalons les importants ouvrages suivants : L’ordre du cœur. Philosophie, théologie et mystique dans les Pensées de Pascal, Paris, 2007 et Saint François de Sales. Une nouvelle mystique, Paris, 2008.

20 Philippe Dazet-Brun a édité une biographie du démocrate chrétien et résistant Auguste Champetier de Ribes aux éditions Gascogne en 2015.

21 La citation en question est la suivante : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni libre, ni homme ni femme, car tous vous êtes un en Jésus-Christ », dans Galates, 3, 28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Foro, « Introduction »Anabases, 28 | 2018, 129-134.

Référence électronique

Philippe Foro, « Introduction »Anabases [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 09 novembre 2020, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/anabases/7690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.7690

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search