Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Archéologie des savoirs2000 ans déjà… Aspects de la réce...

Archéologie des savoirs

2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide

Cristina Noacco et Jean-Luc Lévrier
p. 195-197

Texte intégral

Introduction

117-2017... Deux mille ans déjà que le poète Ovide a disparu. Mais, comme il le prophétise lui-même dans l’épilogue des Métamorphoses avec une assurance qui n’a pas été démentie, son œuvre lui a survécu et a inspiré de nombreux artistes, qui ont perpétué sa mémoire. C’est à cet aspect de la réception d’Ovide qu’a été consacrée la journée d’étude du 10 octobre 2017. Cette manifestation s’est déroulée à l’université Toulouse - Jean Jaurès, dans le cadre des activités du laboratoire PLH, en collaboration avec le lycée Saint-Sernin de Toulouse. Le présent dossier regroupe les contributions de cette journée, qui a réuni des spécialistes français, portugais, espagnols et américains autour de la réception de l’œuvre du poète latin.

2Qu’est-elle devenue lorsque de nouveaux auteurs mais aussi des peintres, des sculpteurs, des graveurs, des musiciens, des réalisateurs s’en sont emparés pour en faire la matière première de leur création artistique ? Tel est le questionnement auquel la journée d’étude s’est efforcée d’apporter des éléments de réponse.

3En effet, si tel ou tel aspect de l’œuvre et de la fortune d’Ovide a suscité de nombreuses études dans les domaines de la littérature latine (voir par exemple : Lectures d’Ovide, publiées à la mémoire de Jean-Pierre Néraudau, études réunies par E. Bury, avec la collaboration de M. Néraudau, préface de P. Laurens, Paris, Les Belles Lettres, 2003) ou médiévale (comme : Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux dOvide, études réunies par L. Harf-Lancner, L. Mathey-Maille et M. Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2009), des thèses (celle, par exemple, d’Hélène Vial, La métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide. Étude sur l’art de la variation, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Études anciennes », 2010) et des colloques (comme Présence d’Ovide, éd. par Raymond Chevallier, Paris, Les Belles Lettres, 1982), la journée d’étude toulousaine a envisagé de présenter quelques aspects de la réception de l’œuvre d’Ovide dans les différentes disciplines qui s’en sont enrichies.

4Notre préoccupation a été d’ailleurs de rendre hommage non seulement à l’Ouidius maior, l’auteur des Métamorphoses, mais aussi à l’Ovide « mineur », poète de l’amour dans ses premières productions (Les Amours, les Héroïdes, l’Art d’aimer et les Remèdes à l’amour), ainsi qu’au poète de l’exil, l’auteur des Tristes et des Pontiques, rédigés sur le territoire de l’actuelle Roumanie, où l’avait relégué l’empereur Auguste.

5Le présent dossier, formé de sept contributions, a été structuré autour de deux axes chronologiques, le Moyen Âge et la Modernité.

6Les œuvres littéraires et artistiques du Moyen Âge portent l’empreinte de l’auctor latin, dont l’œuvre poétique est exploitée comme matière d’enseignement dans les écoles, comme source d’inspiration et d’imitation chez les poètes et comme support de commentaire, dans l’intention de dévoiler les finalités d’écriture, explicites et implicites, d’Ovide. Jean-Marie Fritz et Cristina Noacco se sont penchés sur le commentaire d’Arnoul aux Métamorphoses d’Ovide. Son accessus et, surtout, les Allegorie super Ovidii Metamorphosin, ouvrent la voie à une vaste palette d’interprétations à caractère didactique, suivant un code tantôt courtois, tantôt religieux, mais où le point de vue essentiel est la lecture morale de la fable mythologique. Dans un esprit comparable, le commentaire d’origine française dit « La Vulgate », au sujet notamment de l’épisode du discours de Pythagore (livre XV des Métamorphoses), permet à Frank Coulson d’explorer les intérêts de son auteur anonyme pour les caractéristiques pédagogiques, littéraires et mythologiques des Métamorphoses, ainsi que pour des questions historiques et scientifiques. L’œuvre de l’Ouidius maior devient le support d’un déploiement de savoir qui n’aura de cesse de s’accroître, jusqu’à sa vaste traduction en langue romane, qui représente la plus vaste tentative d’interprétation du poème mythologique au début du xive siècle, l’Ovide moralisé. Marylène Possamaï, à l’issue du travail d’édition du premier livre de l’Ovide moralisé entrepris par l’équipe « Ovide en français », aborde la question délicate des critères de mise en page du texte que doit adopter l’éditeur moderne (découpage, insertion des enluminures, des lettrines, etc.). L’engouement pour la traduction-interprétation des textes ovidiens est également au cœur de l’article d’Anneliese Pollock-Renck, qui prend en considération la tradition manuscrite et enluminée des Héroïdes à la fin du Moyen Âge. Les XXI Epistres d’Ovide, la traduction des Héroïdes faite par Octovien de Saint-Gelais au xve siècle, montre les évolutions qu’a subies le texte latin par l’adaptation à la mentalité artistique et culturelle de l’époque. Le travail de « traduction » implique alors bien plus qu’une transformation textuelle de l’œuvre d’Ovide : il la soumet à un nouveau contexte et entraîne dès lors une nouvelle compréhension du texte source.

7Plusieurs domaines artistiques, liés notamment à l’iconographie, constituent le fonds d’enquête de la réception d’Ovide à l’époque moderne. Ils montrent à quel point l’image du poète et celle de ses personnages mythologiques circulent en traversant les âges, les frontières et les supports, et en ressortent à chaque fois renouvelées et actualisées.

8Fátima Díez Platas et Patricia Meilán Jácome étudient les représentations du poète dans les manuscrits des Fastes et des Tristes aux xve et xvie siècles. Il en ressort une image d’Ovide en maître, une sorte de projection de la voix du poète qui invite et guide le public dans la lecture du texte. Ana Paula Rebelo Correia analyse en revanche les scènes mythologiques peintes sur les panneaux en azulejos des palais portugais et démontre l’influence qu’a exercée l’estampe française dans la circulation au Portugal des fables des Métamorphoses, alors que l’Inquisition avait censuré le poème dans ce pays. Des petits carreaux d’azulejos au grand écran, il n’y a qu’un pas, mais un pas de taille. Il s’agit de rendre les potentialités illimitées des mythes ovidiens par le mouvement de la caméra et des personnages. Sarah Rey a exploré les résurgences d’Orphée au cinéma et en conclut que les aventures orphiques offrent aux réalisateurs le prétexte à des retours sur soi, ainsi qu’à une réflexion sur le pouvoir de la création et de son épanouissement.

9C’est donc dans une perspective résolument transdisciplinaire et diachronique que les spécialistes de littérature (latine, française, etc.), de langue, de cinéma, tout comme les historiens de l’art ont été invités à participer à ce projet, pour rendre hommage à Ovide et témoigner de ce qui, deux mille ans après sa mort, assure encore sa présence au sein de nos disciplines et dans notre environnement culturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Noacco et Jean-Luc Lévrier, « 2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide »Anabases, 29 | 2019, 195-197.

Référence électronique

Cristina Noacco et Jean-Luc Lévrier, « 2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/8981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.8981

Haut de page

Auteurs

Cristina Noacco

Maître de conférences en littérature médiévale
Université Toulouse - Jean Jaurès
cnoacco@yahoo.fr

Articles du même auteur

Jean-Luc Lévrier

Professeur de lettres classiques en classes préparatoires aux grandes écoles
Lycée Saint-Sernin, Toulouse
jeanluclevrier@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search