Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Archéologie des savoirsI. La réception d’Ovide au Moyen ÂgeLes Héroïdes à la fin du Moyen Âg...

Archéologie des savoirs
I. La réception d’Ovide au Moyen Âge

Les Héroïdes à la fin du Moyen Âge : pour une définition élargie de l’acte traducteur

Anneliese Pollock-Renck
p. 239-253

Résumés

Cet article a pour objectif d’exposer certaines lacunes dans le vocabulaire discursif concernant la translatio studii et imperii à la fin du Moyen Âge. L’étude de cas, en l’occurrence Les XXI Epistres d’Ovide, traduction des Héroïdes faite par Octovien de Saint-Gelais au xve siècle, montre comment un texte classique s’est transformé en s’inscrivant dans certaines formulations artistiques et culturelles de l’époque. En d’autres termes, grâce à mon analyse, se révèlera comment le mot « traduction » délimite non seulement une transformation textuelle de l’œuvre d’Ovide, mais également une ré-contextualisation, un ré-encadrement, et, enfin, une réception distincte du texte source.

Haut de page

Texte intégral

1Pendant la dernière décennie du xve siècle, Octovien de Saint-Gelais achève sa traduction des Héroïdes d’Ovide, intitulée Les XXI Epistres d’Ovide. En plus d’être une traduction textuelle, celle-ci est devenue le témoin visuel et matériel d’une métamorphose : la tradition classique a été adaptée aux valeurs et données culturelles de la fin du Moyen Âge. Par une traduction dédiée au roi de France, Saint-Gelais déclencha une tradition manuscrite qui, en se basant sur ce texte même, l’interpréta de diverses manières au cours des deux décennies qui suivirent. Plusieurs artistes, géographes et mécènes prendront en main cette version d’une histoire de femmes abandonnées et y insèreront leurs propres perspectives. Ainsi, une simple traduction textuelle deviendra toute autre chose.

  • 1 Cf. R. Copeland, Rhetoric, Hermeneutics, and Translation in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge (...)

2Cet article expose les différentes formes que Les XXI Epistres d’Ovide ont prises dans leurs multiples exemplaires manuscrits. En utilisant cet exemple, je voudrais également signaler certaines lacunes dans le vocabulaire discursif des translationes studii et imperii. En ce qui concerne ces adaptations de savoir et de pouvoir, il ne s’agit jamais de simples transferts, mais plutôt d’interprétations, d’adaptations, voire de prises de possession des textes d'origine1. Cependant, que dire quand il n’est question ni de savoir ni de pouvoir politique, mais d’autre chose ? Que dire quand il s’agit, comme dans le cas des XXI Epistres d’Ovide, d’une prise de contrôle servant des objectifs qui ne sont ni éducatifs ni politiques, mais culturels ?

3En d’autres termes, j’exposerai ici la métamorphose et l’interprétation d’un texte classique, les Héroïdes d’Ovide. Bien qu’une application des points de vue des translationes studii et imperii soit possible, je montrerai ici comment Les XXI Epistres d’Ovide ont été mises au service d’un objectif culturel – une valorisation de la prouesse de la noblesse en France à la fin du Moyen Âge – qui visait à faire circuler des manuscrits – compilations de textes, enluminures et matériaux divers – au sein de la cour française.

  • 2 Avec quelques exceptions, notamment, R. Emmerson, « Visual Translation in Fifteenth-Century Engli (...)

4Cet exposé se fondera sur une analyse précise de la totalité des manuscrits qui contiennent la traduction textuelle, et démontrera l’importance de l’objet-cible au delà du texte seul. Bien que de nombreux chercheurs insistent sur une étude textuelle en ce qui concerne le domaine de la traduction2, je m’appuie ici sur une tradition manuscrite médiévale pour soumettre l’importance égale de l’encadrement du texte. En d’autres termes, je soutiens que le format, les images accompagnant le texte et le paratexte qui l’introduit ou l’explique figurent parmi les composantes clés de l’acte de la traduction.

5Dans un premier temps, je présenterai un survol du corpus dédié à la traduction médiévale et à la translatio. Dans un deuxième temps, je me servirai de deux exemplaires manuscrits des XXI Epistres afin de montrer comment ces modèles de translatio studii et imperii ne s’appliquent pas forcément aux traductions typiques de la production manuscrite française à la fin du Moyen Âge.

Translatio humanitatis

  • 3 E. Jeaneau, Translatio Studii : the Transmission of Learning. A Gilsonian Theme, Toronto, Canada, (...)

6Édouard Jeaneau examine le développement de la translatio studii et de la translatio imperii de l’Antiquité au Moyen Âge3 et explore comment ce concept de transfert – à la fois de savoir et de pouvoir – s’est appliqué en premier lieu entre la Grèce et Rome, et plus tard entre Rome et Paris.

  • 4 Horace, Epistulae II, 1, 156-167, traduction E. Taillefert, Paris, Hachette et cie, 1875, p. 152.

7Pour Horace, écrivant en latin à Rome, c’est une conquête militaire, ou un transfert de pouvoir (translatio imperii) qui s’est opéré entre la Grèce ancienne et l’Empire romain. Mais Horace reconnaît également une autre conquête ; celle du savoir grec mis au-dessus de celui des Romains (la translatio studii) : Graecia capta ferum victorem cepit, et artes / Intulit agresti Latio La Grèce subjuguée subjugua son farouche vainqueur, et porta les arts au sein du Latium sauvage4 »).

  • 5 E. Jeaneau affirme que le mythe « parisien » de la translatio studii « is universally accepted in (...)
  • 6 Jeaneau, Translatio Studii, p. 21-22.
  • 7 J’analyse la figure du traducteur médiéval comme interprète et adaptateur in A. Renck, « Chapter (...)

8L’idée de transfert continue au Moyen Âge par un élargissement de son étendue de la Grèce à Rome à Paris5. Dans son Historia de duabus ciuitatibus, Otto Frisingensis, évêque allemand de la première moitié du xiie siècle, affirme que les deux translationes s’opèrent d’est en ouest, et trace leur trajectoire géographique. Mais, comme le remarque Jeaneau, l’aspect le plus intéressant de son analyse est une exposition non seulement du mouvement terrestre de la translatio studii, mais aussi de sa contribution au développement du texte même. Comme l’écrit Jeaneau, Otto comprend que « Moderns not only inherited from the Ancients, but also improved what they received from them »6. C’est cette dernière composante de la translatio studii, telle qu’elle était comprise par les écrivains médiévaux, qui s’avère fondamentale quand on parle de la traduction au Moyen Âge. Cela signifie que toute traduction est non seulement un transfert linguistique et un transfert de savoir d’un pays à un autre, mais également une adaptation, voire une réécriture du texte source7.

  • 8 Rainier Grutman analyse de près le changement qui s’opère entre le Moyen Âge et la Renaissance en (...)

9Mais à la fin du Moyen Âge, la traduction revet d'autres fonctions8. J’en délimite ici deux : tout en affirmant que le traducteur s’avère être, en fin de compte, l’adaptateur du texte source, il peut être soit un adaptateur politique – c’est-à-dire qu’il changerait son texte-source afin de créer un texte qui met en avant un agenda politique précis, souvent lié à son mécène –, soit un adaptateur social.

  • 9 L. Dugaz, « Pour en finir avec la Renaissance ? L’exemple d’Octovien de Saint-Gelais et de sa tra (...)

10Dans le champ de l’adaptation politique, Octovien de Saint-Gelais a traduit l’Énéide pour Louis XII en 1500. Comme l’écrit Lucien Dugaz, « Saint-Gelais entreprend une Énéide politique : sa traduction actualise un texte ‘assez conforme au temps moderne, voire, et aux choses qui ores sont’, c’est-à-dire aux guerres d’Italie, où Louis XII serait un nouvel Énée9. » Mais si l’adaptateur politique suit un parcours plutôt connu selon les normes de la translatio studii et de la translatio imperii, je m’intéresse dans cet article au traducteur créant un texte-cible qui reformule les idées ou idéaux du texte-source sous un nouvel angle plus culturel ou social que politique.

  • 10 G. Spinosa, « Translatio Studiorum through Philosophical Terminology », in M. Sgarbi (éd.), Trans (...)

11Dans ce sens, une autre définition de la translatio studii s’approche plus nettement de ce que je propose : selon Giacinta Spinosa, il s’agit de « a cultural translation and transmission that involves grafting a patrimony of knowledge onto a different cultural context »10. Cependant, comme je le démontrerai avec l’étude de cas extraits des XXI Epistres d’Ovide, cette traduction ne se préoccupe pas d’un corpus de savoir (knowledge), mais plutôt de valeurs culturelles et sociales.

Les XXI Épîtres : Une traduction pour un roi

  • 11 Il écrit à souveraine magesté (BnF, fr. 25397, folio 3v) ; le prologue se trouve également dans l (...)
  • 12 Molinier cite l’année 1492 pour le début du travail du traducteur, suggérant que celle-ci corresp (...)
  • 13 A. Renck, « The Prologue as Site of Translatio Auctoritatis in Three Works by Octovien de Saint-G (...)
  • 14 Renck, « The Prologue », p. 96.
  • 15 En sommaire : « the Heroides were translated not only from one language to another (Latin to Fren (...)
  • 16 Renck, « The Prologue ».

12Mais commençons par le début : par qui et pour qui la traduction a-t-elle été faite ? Octovien de Saint-Gelais a traduit les Héroïdes, qu’il a dédiées dans son prologue au roi Charles VIII11, entre 1492 et 149712. J’ai examiné ailleurs13 comment le traducteur reorients his text14 vers une tradition du commentaire moral, où les personnages féminins des Héroïdes apparaissent en tant qu’exempla, vers une œuvre qui vise à divertir le roi et à l’aider à guider le royaume15. Je montre également que le traducteur, tout en servant son roi, utilise cette opportunité pour promouvoir ses propres contributions littéraires et politiques et pour construire sa propre image à transmettre à ses lecteurs16.

  • 17 Il s’agit de La Complaincte et Epitaphe du feu roy Charles dernier trespassé. Cf. G. Golletet, Vi (...)
  • 18 Il s’agit d’une traduction de l’œuvre écrite par son frère, Jacques, L’estrif de Science, Nature (...)
  • 19 Il lui dédie sa traduction de L’Énéide en 1500. Cf. Scollen, « Octovien de Saint-Gelais’ Translat (...)
  • 20 Cf. R. Maulde-La-Clavière, Louise de Savoie et François Ier : trente ans de jeunesse (1485-1515), (...)
  • 21 Il s’agit de BnF, fr. 875. Voir Renck, « Traduction et adaptation ».
  • 22 BnF, fr. 873.

13Un dernier point à ajouter à cette discussion au sujet du contexte de l’œuvre : il est essentiel d’examiner celle-ci et sa dédicace sous l’angle du milieu élargi du traducteur. En particulier, outre de nombreuses dédicaces à Charles VIII17, Octovien de Saint-Gelais a également dédié ses œuvres à Charles d’Angoulême18, et, plus tard, à Louis XII19. Le traducteur était également en relation avec Charles et sa femme, Louise de Savoie20 ; cette dernière a joué un rôle clé dans la production d’une copie manuscrite des XXI Epistres21 et en a possédé une autre22. Ainsi, un examen élargi du milieu personnel du traducteur – c’est-à-dire pour qui il a écrit ou traduit ses œuvres, à qui il les a dédiées – fournit un aperçu d’individus différents du roi qui ont joué un rôle clé dans la rédaction des XXI Epistres.

Études de cas : BnF, fr. 873 (la possession) et 874 (l’adaptation)

14Je fonderai mon étude des exemplaires des XXI Epistres sur un examen de deux copies particulières.

15En premier lieu, en m'appuyant sur le manuscrit BnF, fr. 873, je démontrerai comment certains matériaux non-textuels – dans ce cas, les marques des possesseurs – peuvent informer le lecteur sur l’interprétation et la réception globale du récit. Cependant, en ce qui concerne la structure de cet article, le ms. fr. 873 servira en fin de compte de faire-valoir auprès du manuscrit suivant, le BnF, fr. 874.

16Car si le ms. fr. 873 ne possède pas autant de particularités qui réorientent ou ré-encadrent sa traduction textuelle, ceci n’est certainement pas le cas pour le ms. BnF, fr. 874.

17BnF, fr. 874 a été conçu pour un mécène spécifique, mais inconnu. À la différence de BnF, fr. 873, cet exemplaire ôte à la traduction de Saint-Gelais les motifs éducatifs visant au divertissement du roi et lui donne une utilisation purement amoureuse – grâce à la substitution de l’ancien avec un nouveau prologue ouvrant le volume par l’ajout de petites préfaces au début de chaque épître ovidienne. Ensuite, le codex opère une ré-orientation des miniatures pour plaire au mécène grâce à une adaptation géographique de leurs incipits et de leurs détails. Ces ajouts textuels et les enluminures du volume aident à situer le texte d’Ovide non seulement dans une nouvelle langue, le français, mais également dans un nouveau contexte culturel qui place l’amour au-dessus de l’exemplum moral et qui situe les récits dans une architecture contemporaine afin de les lier aux vies actuelles de leurs lecteurs.

  • 23 Caroline Zöhl, « Ovide », p. 126. Pichore a également enluminé Paris, BnF, fr. 874, Assemblée nat (...)
  • 24 Voir note 16.
  • 25 P. Durrieu et J.-J. Vasselot, Les manuscrits à miniatures des Héroïdes d’Ovide traduites par Sain (...)
  • 26 C. Brown, The Queen’s Library : Image-Making at the Court of Anne of Brittany, 1477-1514, Philade (...)
  • 27 M. Hermant, « Ovide, Héroïdes », in G. Bresc-Bautier, T. Crépin-Leblond, E. Taburet-Delahaye, M. (...)

18BnF, fr. 873 a été enluminé par Jean Pichore23 après 149724. À part ce détail, cependant, il existe un certain nombre d’incertitudes autour de la création de ce volume. Selon Paul Durrieu, celui-ci aurait été fait pour Louis XII25, mais Cynthia Brown identifie les symboles comme étant non pas ceux du roi mais ceux de Louise de Savoie sur ses folios26. Finalement, Maxence Hermant souligne que ces symboles ont été ajoutés au manuscrit « après coup » et suggère que le premier possesseur du manuscrit serait Louis27, tandis que Louise l’aurait obtenu plus tard.

19En effet, mon examen du volume confirme cette dernière hypothèse, car les bordures du livre sont clairement retouchées : les moulins à vent et les ailes, emblèmes de Louise de Savoie, apparaissent sur la dernière couche de peinture, tandis que la lettre « L », qui apparaît sur de multiples folios et qui aurait marqué dans un premier temps la possession de Louis, est parfois en partie offusquée par d’autres couches de peinture.

  • 28 Vers 1501, la bibliothèque du feu Charles VIII à Amboise est transférée à Blois et ainsi réunie a (...)

20Je résume : une traduction faite pour un roi, Charles VIII, se trouve première­ment dans la bibliothèque du roi suivant, Louis XII. Mais ce volume ne s’arrête pas là, mais il passe dans les mains de la mère de son successeur, Louise de Savoie. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce transfert : Claude, femme de François Ier, aurait-elle partagé le volume de son père Louis XII avec sa belle-mère, Louise ? Louise aurait-elle pris le manuscrit quand son fils a hérité du trône, et ainsi de la bibliothèque du roi28 ? En somme, en ce qui concerne la réception et l’interprétation de ce manuscrit, de multiples indications - son dédicataire (Charles VIII), son premier possesseur (Louis XII), et celle qui a fait modifier celui-ci avec ses propres emblèmes « après coup » (Louise de Savoie) - s’avèrent primordiales. Et en parlant de son statut en tant que traduction, il est essentiel d’examiner non seulement le texte, mais aussi le paratexte, les images et les autres traces matérielles qui encadrent et constituent son interprétation de la source antique.

  • 29 En collaboration avec d’autres peintres parisiens, selon C. Zöhl, « Ovide, Les Héroïdes », in Fra (...)
  • 30 Zöhl, « Ovide », p. 126.
  • 31 Au folio 1r de ce manuscrit, un prologue unique à celui-ci écrit : Cy commence les epistres dovid (...)

21BnF, fr. 874, également enluminé par Jean Pichore29, présente d’autres caracté­ristiques dans la traduction. Si Caroline Zöhl considère BnF, fr. 873 comme le premier exemplaire des XXI Epistres enluminé par Pichore30, celui-ci est clairement l’un des plus tardifs, puisqu’il date d’après 150231. Deux points sont à remarquer : premièrement, le texte réoriente le message de la traduction par le remplacement du prologue du traducteur par un autre et par la présentation de chaque lettre avec une préface individuelle ; deuxièmement, les enluminures ont été aussi réorganisées afin de situer les scènes peintes en Normandie.

  • 32 Kathleen Wilson-Chevalier écrit que ce manuscrit contain[s] the initial dedication to Charles VII (...)

22Celui qui a conçu le manuscrit BnF, fr. 874 a intégré dans ses folios un prologue général (remplaçant ainsi le prologue de Saint-Gelais)32 et un texte court qui introduit chacune des vingt-et-une lettres. De la sorte, l’objectif primitif, plaire au roi, est remplacé par des objectifs plutôt littéraires et didactico-amoureux.

  • 33 Comme Saint-Gelais fait pour Charles VIII. Voir Renck, « The Prologue ».
  • 34 Voir Renck, « The Prologue ».

23Dans le prologue inséré au début du codex, l’auteur indique que l’œuvre met en avant l’importance de l’amour. Affirmant qu’Ovide recueillit (folio 1r) les lettres qui suivent, l’auteur du prologue avance qu’il ne l’a pas fait pour la récréation royale33, ni avec des visées éducatives34, mais pour la grant singularite et amour quil [Ovide] congneut qui estoit entre ceulx qui se escripvoyent les dictes lettres et epistres (folio 1r). L’auteur continue en affirmant que non seulement ces gens s’aimaient, mais que ce furent les hommes et femmes pour qui croyent estre qui sentraymerent le mieux (folio 1r).

24En soulignant l’importance de l’amour comme principe organisateur et justificateur du recueil, l’auteur anonyme du prologue atteint deux objectifs. Premièrement, il sépare cette tradition textuelle de son milieu royal et également de son objectif éducatif. De la sorte, l’auteur situe le texte qui suit comme une série de lettres ayant leur propre valeur en tant qu’histoires sans objectif politique ou pratique. En second lieu, dans son langage (recuillit ; ce furent ; cogneut et estoit), l’auteur du prologue souligne la véracité des lettres : en d’autres termes, ces épîtres ne sont pas des œuvres de fiction ; elles ont été écrites par des personnes qui ont réellement existé et qui se sont réellement aimées.

25L’auteur clôt son prologue en discutant la valeur plus générale de l’amour, et en liant celle-ci aux objectifs religieux : Car en ce monde ny a chose qui vaille tant que amour. Car dieu mesire mourut par amour (folio 1r). Ainsi, l’auteur du prologue peut justifier le texte tout en créant une opposition avec d’autres versions des Héroïdes, celles qui mettent en avant la recréation du prince, et celles qui visent l’édification morale du lecteur.

26Outre son prologue général, ce même auteur ajoute une courte présentation au début de chaque lettre. Ces textes servent à introduire l’épître, et surtout à souligner sa véracité et sa position dans cette promotion de l’amour accomplie par le prologue général. Il serait alors intéressant de comparer les descriptions – autrement dit, la glose – faites par celui qui contextualise chaque lettre et par les utilisateurs de celles-ci dans l’école médiévale. Pour ce faire, j’insisterai sur les lettres de Pénélope, Canacé, et Phyllis.

  • 35 Cette tradition commence dès le xie siècle. Cf. Y. leblanc, « Queen Anne in the Lonely, Tear-Soak (...)

27La tradition du commentaire médiéval du xie au xve siècle situe les Héroïdes dans un contexte pédagogique : chaque lettre, chaque héroïne donne aux étudiants et aux lecteurs un modèle de comportement à imiter ou à blâmer35. Ainsi, dans un manuscrit du xiie siècle l’auteur anonyme des Accessus ad auctores écrit qu’Ovide aurait inventé les Héroïdes afin de démontrer trois types d’amour, le légitime, l’illicite et le fou :

4. Intentio sua est legitimum commendare conubium uel amorem, et secundum hoc triplici modo tractat de ipso amore, scilicet de legitimo, de illicito et stulto : de legitimo per Penolopen, de illicito per Canacen, de stulto per Phillidem.

 4. Son objectif est de louer le mariage ou l’amour légal, et il traite de l’amour selon une typologie triple, c’est-à-dire l’amour légitime, illicite et fou : légal avec Pénélope, illicite avec Canacé et fou avec Phyllis. »)

28Ainsi, pour cet auctor, Pénélope représente l’amour légitime, Canacé l’amour illicite et Phyllis l’amour fou.

29Dans le manuscrit BnF, fr. 874, le texte qui introduit l’épître de Pénélope résume le contexte de sa lettre, rappelant que la Guerre de Troie fut un vrai événement historique et que Pénélope et Ulysse ont été des figures historiques. Pénélope est décrite avec une suite d’adjectifs et d’adverbes positifs : elle aimait Ulysse si loyaulment (folio 2r) ; elle fut si vertueuse (folio 2r). Au final, Pénélope représente, tout comme la version médiévale des Accessus, un exemplum de l’amour vertueux et loyal :

Mais quelque longueur de temps quil [Ulysse] fust dehors on ne la [Pénélope] sceut onques tourner a aymer aultre que luy. Ovide dit que une femme de cueur et de honneur ne change jamais son mary ou son amy pour longueur de temps ne pour fortune quil luy puisse arriver. Penelope fut si vertueuse que entre les aultres femmes qui ont este elle est et a este appellee femme de bonne amour. (folio 2r)

30La formule femme de bonne amour souligne l’amour légitime dont parlent les commentateurs des Accessus. Cependant, dans les deux autres cas – ceux de Canacé et de Phyllis –, les personnages féminins sont présentés non pas pour instruire le lecteur sur les bons et les mauvais côtés de l’amour, comme l’ont fait leurs prédécesseurs médiévaux, mais plutôt pour souligner la valeur fondamentale de l’amour.

31Le manuscrit présente Canacé comme une incarnation de l’amour maternel et de l’amour d’une femme pour un homme. L’auteur écrit qu’elle avoit aussi grant regret de son petit enfant […] car naturellement toutes meres ont grande amour a leurs enfants (folio 151r-v). Ainsi, l’héroïne devient une image de toute mère aimant son enfant. Cependant, l’auteur explique que l’amour de Canacé pour son amant, comme le décrit Aristote, a été plus grand : Mais Aristote dit qu’il est des femmes qui ayment des hommes par amours qu’elle ayment plus que enfans que parens ne biens du monde et qu’elles seroyent contentes de quitter tout pour les veoir (folio 151v). Au lieu de mettre en avant l’inceste de Canacé et de son frère ou l’horreur de la mort de son enfant, le préfacier évoque une héroïne qui incarne les qualités positives de l’amour.

  • 36 La royne philis vit demophon qui estoit honneste et bien parlant et lescouta par tant de foys que (...)
  • 37 Ledict demophon luy promist de venir dedens quatre moys. Et elle cuidoit quil luy tint promesse m (...)
  • 38 Et quant philis ouyt dire quil amoyt une aultre femme quelle : elle fut si marrie que avec lamour (...)

32Tout comme Pénélope et Canacé, Phyllis est présentée comme un personnage historique véritable. Le texte explique comment Phyllis tomba amoureuse de Démophon36, comment celui-ci l’a ensuite abandonnée pour une autre37 et comment, de ce fait, Phyllis s’est pendue38. Nulle part, cependant, le texte ne présente cette femme comme un exemple d’amour fou. Au contraire, l’auteur écrit que, d’après Ovide, Phyllis fut une des femmes du monde qui pour avoir veu ung homme si peu de temps ayma de la meilleure amour (folio 10r).

33En somme, BnF, fr. 874 remplace les exempla moraux par des récits qui citent les héroïnes comme preuves de l’importance et des vertus de l’amour. En présentant ces héroïnes comme des figures historiques, le traducteur souligne également que son œuvre n’est pas seulement illustrative, mais aussi véritable, et ainsi que son message s’avère encore plus important.

34BnF, fr. 874 présente deux points sur la traduction à la fin du Moyen Âge. Dans un premier temps, l’encadrement du texte-cible – c’est-à-dire ici, le paratexte –montre qu’il est important d’étudier le manuscrit dans sa totalité, et en prenant en considération la fonction d’autres influences dans l’interprétation globale du manuscrit.

35Dans un deuxième temps, celui qui a tant modifié le sens de ces lettres par ses ajouts l’aurait fait pour deux raisons : plaire à son mécène, commanditaire ou destinataire, ou répondre aux attentes morales ou sociales de son époque. Bien qu’il soit impossible de déterminer avec précision laquelle de ces deux propositions l’aurait motivé, je constate néanmoins qu’aucune de celles-ci ne s’insère franchement dans le schéma des translationes studii et imperii.

  • 39 Folio 118r.

36Ne connaissant point les circonstances de la production de ce manuscrit, je ne peux dire ni qui a écrit ni qui a inséré ces ajouts textuels. Mais si celui-ci a clairement modifié le texte-source, d’autres modifications distinguent encore plus le volume d’autres manuscrits des XXI Epistres. En particulier, les enluminures et certains ajouts textuels du manuscrit BnF, fr. 874 incitent à situer le codex en Normandie. En présentant l’échange épistolaire entre Léandre et Héro, l’auteur anonyme précise que leur récit se passe entre Fécamp et Honfleur (folio 118r)39. Pour les enluminures, deux types de scènes insèrent le récit dans une ville normande : une image figurant des bâtiments dans le style architectural de Rouen, ou un panorama de la ville.

37Pour le premier type d’enluminure, caractérisé par les bâtiments typiques de Rouen, il s’agit de deux folios en particulier : le 47v et le 175v40. Le folio 47v représente au premier plan le suicide de Didon. À l’arrière-plan, quatre structures architecturales dans le style rouennais situent l’action dans un cadre spécifique. Les toits, les poutres et les angles des fenêtres aident à proposer cette identification, ainsi que certaines images contemporaines ; par exemple, le folio 149v du manuscrit BnF, Arsenal Res. 5062, montre les marchands de Rouen dans un exemplaire du Gouvernement des Princes de Gilles de Rome, enluminé pour Robert Stuart entre 1515 et 154341.

  • 42 Comme dans les cas des folios 15v, 119v, 123r, et 130v.
  • 43 Ces manuscrits étant disponibles en ligne sur Gallica, j’ai choisi de ne pas reproduire leurs min (...)

38En ce qui concerne le deuxième type,42 le manuscrit contient des scènes qui se rapprochent des panoramas rouennais peints pendant la première décennie du xve siècle. Dans un manuscrit appartenant à Georges d’Amboise, un exemplaire des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet (BnF, fr. 2679) montre la prise de Rouen (folio 317v) et le siège d’Harfleur (folio 326v). Une comparaison du folio 326v du BnF, fr. 2679 avec le folio 123r du BnF, fr. 874 révèle les mêmes sortes de toits, d’arches et de décoration des bâtiments43.

  • 44 « À la commande du cardinal, Pichore enlumina entre autres les Chroniques de Froissart, les Chron (...)

39En effet, comme le rappelle Gennaro Toscano, ce dernier manuscrit a été enluminé par Jean Pichore pour honorer la commande du cardinal Georges d’Amboise44. Toscano ajoute que

  • 45 G. Toscano, « Le cardinal Georges d’Amboise », paragraphe 68.

[ce] fut sans doute le cardinal qui lui commanda vers 1503 de somptueux manuscrits contenant les traductions françaises d’œuvres de Pétrarque : les Remèdes de l’une et l’autre Fortune (BnF, fr. 225) et les Triomphes (BnF, fr. 594), tous deux destinés à Louis XII. Si les deux volumes furent transcrits et décorés à Rouen, pour les enluminures le cardinal fit appel à l’atelier parisien de Jean Pichore45.

  • 46 Il s’agit de Paris, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, ms. 1466.
  • 47 Zöhl, « Ovide », p. 125.

40Caroline Zöhl souligne la connexion entre Pichore et le cardinal d’Amboise, notant aussi que ses enluminures dans un autre exemplaire des XXI Epistres46 « portent résolument l’empreinte des modèles italiens » que Pichore a pu imiter en voyant les manuscrits de Frédéric III d’Aragon acquis par Georges d’Amboise en 150147.

  • 48 Voir note 31.
  • 49 K. Wilson-Chevalier, « Proliferating Narratives », p. 177, suggère que ce manuscrit aurait été pr (...)

41Je suggère ici qu’en même temps – après 1502, comme établi dans le prologue du BnF, fr. 87448 – le cardinal aurait commandé cet exemplaire des XXI Epistres d’Ovide49. Et ceci pour deux raisons : premièrement, les deux premiers manuscrits étant des traductions, le troisième entrerait bien dans le même cadre, et deuxième­ment, le caractère du manuscrit même montre une transcription et une décoration rouennaises qui entrent également dans le même moule que les deux autres codices enluminés par Pichore pour le cardinal. En particulier, au folio 151r des Remèdes, Pichore inclut un panorama rouennais à l’arrière-plan et, au premier plan, un bâtiment de style normand.

42En fin de compte, le ms. fr. 874 en tant qu’exemple illustre les deux arguments clés de cet article. Dans un premier temps, s’avérant une adaptation significative du texte originel, la traduction en tant que translatio humanitatis peut être proposée comme modèle utile. Ni transfert du pouvoir politique (translatio imperii), ni transfert de savoir (translatio studii), les paratextes ajoutés par l’auteur anonyme et les enluminures normandes encadrent le récit dans un contexte culturel. Dans un deuxième temps, ce manuscrit renforce l’idée qu’il est indispensable d’analyser le manuscrit sous de multiples angles et incite à élargir la notion de « traduction » à la fin du Moyen Âge.

43En guise de conclusion, cet article démontre les moyens par lesquels on peut affirmer qu’à la fin du Moyen Âge la traduction, et en particulier la traduction liée à la production manuscrite, s’éloigne du modèle antique des translationes studii et imperii. Deux exemplaires des XXI Epistres d’Ovide montrent l’importance qu’il y a à aborder ces codices en tant que totalités, et les indications qu’on peut tirer des paratextes, marques des propriétaires et enluminures, pour l’interprétation et la réception de la traduction.

  • 50 Pour une discussion de ce sujet en ce qui concerne Louise de Savoie, voir Renck, « Chapter III, » (...)
  • 51 Sur la bibliothèque de Louise, voir M. Orth, « Louise de Savoie et le pouvoir du livre », in K. W (...)

44En premier lieu, avec l’exemple du BnF, fr. 873, j’ai examiné un manuscrit dans lequel un manque de paratexte ou d’autres modifications fournit un texte-cible relativement fidèle au texte-source, à une exception près : l’ajout d’une série de marques de propriétaires – de Louis XII à Louise de Savoie – indique une histoire importante de la réception du codex, une réception dont ce programme précis de délimination des possesseurs sert à rappeler l’importance des livres en tant que symboles de statut durant la période médiévale tardive50 et le rôle de ce livre-objet-traduction en particulier dans la construction des identités socio-culturelles respectives de Louis et Louise51.

45Tandis que BnF, fr. 873 reste dans l’ensemble fidèle à l’interprétation de la traduction de Saint-Gelais comme outil de divertissement royal et symbole de statut, BnF, fr. 874 donne un exemple d’un codex dont le contenu traduit et recrée les Héroïdes dans ses folios d’une manière entièrement distincte de la copie précédemment étudiée. En ajoutant un nouveau prologue, et en présentant chaque lettre avec une courte préface, les producteurs de ce manuscrit déplacent effectivement les interprétations médiévales précédentes des Héroïdes – que ce soit la tradition au début du Moyen Âge proposant les protagonistes féminins comme autant d’exempla, ou la tradition établie par le prologue du traducteur encadrant les récits comme occasions de recréation royale : ils substituent à ces autres interprétations du texte une présentation des héroïnes en tant qu’incarnations de l’importance de l’amour en soi. Cette valorisation de l’amour charnel est ensuite subtilement orientée vers l’amour du Christ ; ainsi le récit porte des valeurs importantes pendant la période médiévale tardive. Enfin, les enluminures, qui situent les lettres en Normandie, associent les histoires désormais antiques au cadre géographique entourant le mécène inconnu, et renforcent ainsi la capacité du lecteur de s’imaginer concrètement au sein des récits adaptés.

46De l’exemple de ces deux codices, je conclus que la traduction n’est pas une simple entreprise textuelle et qu’elle peut se réaliser à la fin du Moyen Âge grâce aux images, au paratexte et à d’autres ornements du codex. Ces pratiques s’intègrent dans les conceptions et compréhensions médiévales de la création littéraire, textuelle et artistique, et se fondent sur les valeurs culturelles de l’époque.

Haut de page

Notes

1 Cf. R. Copeland, Rhetoric, Hermeneutics, and Translation in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, et A. Minnis, Medieval Theory of Authorship : Scholastic literary attitudes in the later Middle Ages, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1988.

2 Avec quelques exceptions, notamment, R. Emmerson, « Visual Translation in Fifteenth-Century English Manuscripts », in Medieval Poetics and Social Practice : Responding to the Work of Penn R. Szittya, Seeta Chaganti (ed.), New York, Fordham University Press, 2012, p. 11-32.

3 E. Jeaneau, Translatio Studii : the Transmission of Learning. A Gilsonian Theme, Toronto, Canada, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1995. Cf. également A. Jongkess, « Translatio studii : les avatars d’un thème médiéval », in Miscellanea mediaevalia in memoriam Jan Frederik Niermeyer, Groningen, J. Wolters, 1967, p. 41- 51 et S. Lusignan, « La topique de la translatio studii et les traductions françaises des textes savants au xive siècle », in Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Actes du Colloque international du CNRS organisé à Paris, IRHT, les 26-28 mai 1986, G. Containe (éd.), Paris, CNRS, 1989, p. 303-315.

4 Horace, Epistulae II, 1, 156-167, traduction E. Taillefert, Paris, Hachette et cie, 1875, p. 152.

5 E. Jeaneau affirme que le mythe « parisien » de la translatio studii « is universally accepted in the thirteenth century » (29) et « was held generally in the fourteenth and in the fifteenth centuries » (36). E. Jeaneau, Translatio Studii.

6 Jeaneau, Translatio Studii, p. 21-22.

7 J’analyse la figure du traducteur médiéval comme interprète et adaptateur in A. Renck, « Chapter I », in Renck, Female Authorship, Patronage, and Translation in Late Medieval France : From Christine de Pizan to Marguerite de Navarre, Turnhout, Brepols, 2018. Voir aussi A. Berman, « De la translation à la traduction », TTR : Traduction, terminologie, rédaction 1 (1988), p. 23-40.

8 Rainier Grutman analyse de près le changement qui s’opère entre le Moyen Âge et la Renaissance en ce qui concerne la traduction. La période sur laquelle porte mon analyse, la fin du Moyen Âge, représente un moment distinct de ceux qu’a examinés R. Grutman, « Frontières et négociations linguistiques à la Renaissance »,
Le Français préclassique 14 (2012), p. 213-229. Voir aussi Berman, « De la translation ».

9 L. Dugaz, « Pour en finir avec la Renaissance ? L’exemple d’Octovien de Saint-Gelais et de sa traduction de l’Énéide de Virgile (1500) », Questes 33 (2016). URL : http://journals.openedition.org/questes/4301, paragraphe 9 (consulté le 9 mars 2018). À ce sujet, voir également C. Scollen, « Octovien de Saint-Gelais’ Translation of the Aeneid : Poetry or Propaganda ? », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 39.2 (1977), p. 253-261 et J.-C. Muhlethaler, « L’Eneydes d’Octovien de Saint-Gelais, une ‘translation’ à la gloire du roi de France ? », Camaren 2 (2007), p. 85-100. Voir aussi M. Huchon, « La langue du roi », in N. Bianchi Bensimon, B. Darbord et M.-C. Gomez-Géraud (éd.), Le Choix du vulgaire : Espagne, France, Italie (xiiie-xvie siècle), Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 285-300, où l’auteur propose un projet national pour la traduction sous François Ier et Henri II. Thomas Brückner offre une édition du sixième livre de la traduction dans Die Erste Französiche Aeneis. Untersuchungen zu Octovien de Saint-Gelais’ Übersetzung mit einer kritischen Edition des VI. Buches, Düsseldorf, Droste, Studia humanoria 9, 1987.

10 G. Spinosa, « Translatio Studiorum through Philosophical Terminology », in M. Sgarbi (éd.), Translatio Studiorum : Ancient, Medieval and Modern Bearers of Intellectual History, Leiden et Boston, Brill, 2012, p. 73-90, notamment p. 74.

11 Il écrit à souveraine magesté (BnF, fr. 25397, folio 3v) ; le prologue se trouve également dans les manuscrits Paris, BnF, fr. 876-877, BnF, fr. 1641, BnF, Arsenal Rés 5108, Chambre des Députés, ms. 1466, et Oxford, Balliol 383. BnF, fr. 874 note tout au début de son récit : Cy commence les epistres d’Ovide lesquelles ont esté translatees par feu monsieur l’evesque d’Angoulesme, nommé Octovien de Saint-Gelais. Par le commandement du feu roy Charles septiesme (folio 1r ; j’ai ajouté les lettres majuscules des noms, des apostrophes et l’accent aigu). Dans la miniature accompagnant le prologue de BnF, Arsenal Rés. 5108, le canapé qui encadre le souverain illustré porte une inscription : Charles Huitisme de ce nom.

12 Molinier cite l’année 1492 pour le début du travail du traducteur, suggérant que celle-ci correspondrait à l’époque où Saint-Gelais était en train de finir d’écrire son livre Le séjour d’Honneur. H.-J. Molinier, Essai biographique et littéraire sur Octovien de Saint-Gelays, Évêque d’Angoulême 1468-1502, Genève, Slatkine Reprints, 1972, p. 67. Pour 1497, trois manuscrits distincts se réfèrent à cette année-là comme l’année de la traduction (il s’agit de BnF, fr. 873, folio 1r, BnF, fr. 25397, folio 1r et folio 209v, et Vienne, Österreischische Nationalbibl. codex 2624, folio 138r). L’existence d’un manuscrit contenant cinq des vingt-et-une lettres contenues dans la traduction de Saint-Gelais dès 1492 indique également les limites de certitude entourant cette datation. Ce manuscrit, dont le(s) possesseur(s) préfère(nt) rester anonyme(s), s’appelle Christie’s 42 ou « le manuscrit Breslauer » d’après le lot de vente chez Christie’s, ou d’après son ancien possesseur, Martin Breslauer, et contient, outre les cinq lettres des Héroïdes, des œuvres liées à la cour d’Anne de Bretagne, pour qui le volume a été fait. Cf.
C.
Brown, « Celebration and Controversy at a Late Medieval French Court: A Poetic Anthology For and About Anne of Brittany and Her Female Entourage », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 72.3 (2010), p. 541-573.

13 A. Renck, « The Prologue as Site of Translatio Auctoritatis in Three Works by Octovien de Saint-Gelais », Le Moyen Français 73 (2014), p. 89-110.

14 Renck, « The Prologue », p. 96.

15 En sommaire : « the Heroides were translated not only from one language to another (Latin to French) but from one audience (medieval scholars) to another (King Charles VIII, and, more broadly, contemporary French nobility) and, from one purpose (moral education) to another (pleasure and recreation in the service of political mental conditioning) » (Renck, « The Prologue », p. 98).

16 Renck, « The Prologue ».

17 Il s’agit de La Complaincte et Epitaphe du feu roy Charles dernier trespassé. Cf. G. Golletet, Vies d’Octovien De Sainct Gelais, Mellin de Sainct Gelais, Marguerite d’Angoulesme,
Jean de la Perruse, Poêtes Angoumoisins
, Paris, Auguste Aubry, 1862, p. 2-33 ; Molinier, Essai biographique, p. 182-190 ; C. Thiry, Recherches sur la déploration funèbre à la Prérenaissance, Liège, Université de Liège, 1973.

18 Il s’agit d’une traduction de l’œuvre écrite par son frère, Jacques, L’estrif de Science, Nature et de Fortune (traduit et dédié à Charles c. 1488). Cf. F. Duval, « L’estrif de Science, Nature et de Fortune de Jacques et Octovien de Saint-Gelais », Bibliothèque de l’École des Chartes 160.1 (2002) et F. Buttay-Jutier, « Octovien de Saint-Gelais, L’estrif de Science, Nature et Fortune (vers 1488) », in Fortuna : Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, p. 497-498.

19 Il lui dédie sa traduction de L’Énéide en 1500. Cf. Scollen, « Octovien de Saint-Gelais’ Translation », p. 253.

20 Cf. R. Maulde-La-Clavière, Louise de Savoie et François Ier : trente ans de jeunesse (1485-1515), Paris, Librairie Académique Didier, 1895, p. 38-39 et 48-53. Maulde-La-Clavière suggère que c’est grâce au soutien de ces deux mécènes qu’Octovien fut nommé évêque d’Angoulême (p. 48), et aussi que c’est pour Louise et non pour Charles VIII que Saint-Gelais a traduit les Héroïdes (p. 50).

21 Il s’agit de BnF, fr. 875. Voir Renck, « Traduction et adaptation ».

22 BnF, fr. 873.

23 Caroline Zöhl, « Ovide », p. 126. Pichore a également enluminé Paris, BnF, fr. 874, Assemblée nationale, ms 1466 et Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, ms 2624 selon F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France 1440-1520, Paris, Flammarion, 1993, p. 408. Récemment, François Avril identifie sa participation dans la confection de Oxford, Balliol ms. 383 en collaboration avec d’autres artistes : Renck, « Traduction et adaptation », p. 222, n. 4.

24 Voir note 16.

25 P. Durrieu et J.-J. Vasselot, Les manuscrits à miniatures des Héroïdes d’Ovide traduites par Saint-Gelais et un grand miniaturiste français du xvie siècle. Extrait de L’Artiste, May and June 1894, Paris, Beaux-Arts, Belles Lettres, 1894, p. 8.

26 C. Brown, The Queen’s Library : Image-Making at the Court of Anne of Brittany, 1477-1514, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 200.

27 M. Hermant, « Ovide, Héroïdes », in G. Bresc-Bautier, T. Crépin-Leblond, E. Taburet-Delahaye, M. Wolff (éd.), France 1500 : entre Moyen Âge et Renaissance, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2010, p. 202. Kathleen Wilson-Chevalier avance l'hypothèse d'après laquelle Louise aurait acquis le codex lors de la confiscation de la bibliothèque des Bourbons (K. Wilson-Chevalier, « Proliferating Narratives : Texts, Images, and (Mostly Female) Dedicatees in a Few Héroïdes Productions », in R. Brown-Grant, R. Dixon (éd.), Text-Image Relations in Late Medieval French and Burgundian Culture (Fourteenth-Sixteenth Centuries), Turnhout, Brepols, 2015, p. 165-86, notamment p. 173). Cependant, je ne vois pas de raison particulière pour étayer cette hypothèse.

28 Vers 1501, la bibliothèque du feu Charles VIII à Amboise est transférée à Blois et ainsi réunie avec la bibliothèque de Louis XII. G. Toscano et M. Hermant, « Les manuscrits de la Renaissance italienne : modèles et sources d’inspiration pour les enlumineurs français », in G. Bresc-Bautier, T. Crépin-Leblond, E. Taburet-Delahaye, M. Wolff (éd.), La France et l’Europe autour de 1500, p. 107-128 et p. 115.

29 En collaboration avec d’autres peintres parisiens, selon C. Zöhl, « Ovide, Les Héroïdes », in France 1500, p. 125.

30 Zöhl, « Ovide », p. 126.

31 Au folio 1r de ce manuscrit, un prologue unique à celui-ci écrit : Cy commence les epistres dovide lesquelles ont este translatees : par feu monsieur levesque dangoulesme nomme octovien de saint gelais. Cela montre que le manuscrit a été produit après 1502, année de la mort du traducteur.

32 Kathleen Wilson-Chevalier écrit que ce manuscrit contain[s] the initial dedication to Charles VIII (K. Wilson-Chevalier, « Proliferating Narratives », p. 174). Il est vrai que ce prologue anonyme commence par expliquer que Saint-Gelais a traduit les épîtres « par le commandement du feu roy charles septiesme » (folio 1r). Cependant, il est également important de souligner que cette mention n’est pas la dédicace écrite par le traducteur et figurant dans d’autres manuscrits des XXI Epistres.

33 Comme Saint-Gelais fait pour Charles VIII. Voir Renck, « The Prologue ».

34 Voir Renck, « The Prologue ».

35 Cette tradition commence dès le xie siècle. Cf. Y. leblanc, « Queen Anne in the Lonely, Tear-Soaked Bed of Penelope: Rewriting the Heroides in Sixteenth-Century France », in Disputatio Volume I : The Late Medieval Epistle, Evanston, Northwestern University Press, 1996, p. 71-72. De nombreuses sources témoignent de l’existence de cette tradition jusqu’au xve siècle : P. White, Responding to Ovid’s Heroides in Sixteenth-Century France, Columbus, Ohio State University Press, 2009, p. 71-85 ; F. Ghisalberti, « Medieval Biographies of Ovid », Journal of the Warburg and Courtald Institutes 9 (1946), p. 12, 40, 44 ; Copeland, Rhetoric, Hermeneutics, and Translation, p. 77 ; Minnis, Medieval Theory of Authorship, p. 56.

36 La royne philis vit demophon qui estoit honneste et bien parlant et lescouta par tant de foys quelle en fut amoureuse en telle sorte quilz coucherent ensemble (folio 10r).

37 Ledict demophon luy promist de venir dedens quatre moys. Et elle cuidoit quil luy tint promesse mais si tost quil fut en espaigne il fut amoureux dune aultre dame et oublia philis qui lavoit secouru a son grant besoing et qui tant de bien luy avoit fait (folio. 10r).

38 Et quant philis ouyt dire quil amoyt une aultre femme quelle : elle fut si marrie que avec lamour et regret quelle avoit en luy elle se pendit (folio 10r).

39 Folio 118r.

40 Le manuscrit est consultable en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10532597d?rk=42918;4 (consulté le 9 mars 2018).

41 H. Martin et P. Lauer, Les Principaux manuscrits à peintures de la bibliothèque de l’Arsenal à Paris, Paris, Société française de reproduction de manuscrits à peintures, 1929, pl. LXXXV et notice p. 61-62.

42 Comme dans les cas des folios 15v, 119v, 123r, et 130v.

43 Ces manuscrits étant disponibles en ligne sur Gallica, j’ai choisi de ne pas reproduire leurs miniatures ici. Pour BnF, fr. 2679 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10544597d?rk=42918;4 (consulté le 9 mars 2018). Voir note 40 pour le lien de BnF, fr. 874.

44 « À la commande du cardinal, Pichore enlumina entre autres les Chroniques de Froissart, les Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet (BnF, fr. 2678-2679), la Fleur des Histoires de Jean Mansel (BnF, fr. 54, fig. 4), les Divinae Institutiones de Lactance (BnF, lat. 1617) » (G. Toscano, « Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510) collectionneur et bibliophile », in F. Lemerle, Y. Pauwels et G. Toscano (éd.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d’Ascq, Institut de Recherches Historiques du Septentrion, 2009, paragraphe 67).

45 G. Toscano, « Le cardinal Georges d’Amboise », paragraphe 68.

46 Il s’agit de Paris, Bibliothèque de l’Assemblée nationale, ms. 1466.

47 Zöhl, « Ovide », p. 125.

48 Voir note 31.

49 K. Wilson-Chevalier, « Proliferating Narratives », p. 177, suggère que ce manuscrit aurait été produit pour Claude de France, citant sa mise en avant de la femme, la lettre « F » dans certaines miniatures, et son caractère orné et luxueux. Cependant, pourquoi, dans ce cas, situer le récit en Normandie ?

50 Pour une discussion de ce sujet en ce qui concerne Louise de Savoie, voir Renck, « Chapter III, » in Female Authorship, Patronage, and Translation.

51 Sur la bibliothèque de Louise, voir M. Orth, « Louise de Savoie et le pouvoir du livre », in K. Wilson-Chevalier et É. Viennot (éd.), Royaume de Fémynie : Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes, de la Renaissance à la Fronde, Paris, Champion, 1999, p. 71-90, et M. B. Winn et K. Wilson-Chevalier, « Louise de Savoie, ses livres, sa bibliothèque », in P. Briost, L. Fagnard et C. Michon (éd.), Louise de Savoie (1476-1531), Bordeaux-Rennes, Presses Universitaires François-Rabelais - Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 235-252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anneliese Pollock-Renck, « Les Héroïdes à la fin du Moyen Âge : pour une définition élargie de l’acte traducteur »Anabases, 29 | 2019, 239-253.

Référence électronique

Anneliese Pollock-Renck, « Les Héroïdes à la fin du Moyen Âge : pour une définition élargie de l’acte traducteur »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9120

Haut de page

Auteur

Anneliese Pollock-Renck

Assistant Professor
French & Francophone Studies
Carroll College
1601 N. Benton Ave
Helena, Montana 59625
États-Unis

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search