Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Archéologie des savoirsII. La réception d’Ovide à l’époq...Le poète dans son œuvre. Ovide da...

Archéologie des savoirs
II. La réception d’Ovide à l’époque moderne

Le poète dans son œuvre. Ovide dans les images des Fasti et des Tristia aux xve et xvie siècles

Prof. Dr. Fátima Díez Platas et Patricia Meilán Jácome
p. 255-267

Résumés

La poésie ovidienne est souvent une poésie à la première personne ; son effet élégiaque est accru par la présence du poète dans le poème. Cela apparaît notamment dans les dialogues qu’Ovide instaure avec son livre et avec ses interlocuteurs lointains dans les Fastes et dans ses œuvres de l’exil. Dans les manuscrits enluminés du xve siècle et dans les éditions illustrées qui sont publiées en Italie dans la première moitié du xvie siècle, cette présence de l’auteur dans son œuvre devient un exercice visuel métapoétique qui apparaît dans la représentation du poète à l’intérieur des images qui accompagnent les textes.

Haut de page

Texte intégral

1La poésie ovidienne est souvent une poésie à la première personne : elle nomme l’auteur et le montre impliqué dans le poème, comme on peut le remarquer au début et à la fin des Métamorphoses et, d’une manière plus évidente, dans les œuvres de l’exil, par le biais du dialogue qu’Ovide instaure avec son livre et avec ses correspondants lointains. D’une manière un peu différente, l’implication du poète est visible également dans la composition des Fastes, œuvre où le poète reçoit des Muses l’art de composer.

  • 1 Cet article fait partie des résultats du projet de recherche BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA: EDICIONES (...)

2En examinant les illustrations qui accompagnent les textes, à savoir les enluminures des manuscrits et les xylographies des éditions vénitiennes de la première moitié du xvie siècle, nous avons remarqué que la présence de l’auteur s’étend hors des limites du texte et devient une réalité visible, une sorte d’exercice métapoétique, développé grâce à la représentation du poète dans les images qui accompagnent les textes. Dans cette contribution, nous aimerions donc examiner la représentation figurée d’Ovide comme poète dans les manuscrits et les éditions illustrées que nous ont transmis certaines œuvres, notamment les Fastes et les Tristes, dans le but de montrer des relations que l’image du poète entretient avec les mécanismes de représentation et d’illustration de ses œuvres1.

Le poète dans son œuvre. Ovide comme personnage figuratif

  • 2 Sur l’image de l’auteur dans les manuscrits des auteurs classiques des xive et xve siècles, voir (...)
  • 3 Le premier incunable illustré d’une planche gravée reproduisant une xylographie avec les figures (...)

3La présence de l’image du poète, avec ou sans son livre, à côté de son texte constitue un dispositif utilisé depuis le Moyen Âge dans les manuscrits destinés à l’étude des auteurs classiques. Il est donc tout à fait normal de trouver l’auteur présenté comme écrivain ou comme personnage avec un livre qui représente l’œuvre, image qui constitue la création du portrait du poète. Dans le cas des manuscrits d’Ovide et, plus précisément, dans un certain nombre de manuscrits du xive siècle copiés dans le nord de l’Italie, Ovide fait son apparition dès la première page. Il est alors inscrit dans la lettre initiale ou capitale au début des Métamorphoses, et est représenté comme un universitaire, avec ses vêtements doctoraux, caractérisés par la couleur ou l’utilisation de fourrure ; il porte son livre ou montre du doigt le texte situé à côté. Évidemment, cette présence d’Ovide est comparable ou similaire à la présentation d’autres auteurs classiques comme Sénèque, Horace ou Térence2. De la même manière, dans les premiers incunabula, l’attribution de l’œuvre à l’auteur - c’est-à-dire la représentation visuelle de la paternité de l’œuvre - fait partie de la page de titre des incunables, où la même planche gravée ou la même gravure a été utilisée pour représenter plusieurs auteurs et leurs commentateurs. Dans ce cas, l’identification de l’auteur n’est possible que grâce au nom inscrit au-dessus de la figure3.

4L’image attendue ou idéale du poète est très variable dans les illustrations de l’œuvre ovidienne. Cette image n’est pas insérée dans les manuscrits pour montrer une relation d’appartenance (l’auteur et son œuvre), mais elle inclut le poète comme un personnage situé à l’intérieur des épisodes racontés : la réalité du « je » poétique s’articule alors dans le poème, comme une véritable visualisation du poète, avec ses moyens et ses caractéristiques spécifiques.

  • 4 La première enluminure du premier livre.
  • 5 Le texte de William Caxton est conservé dans deux manuscrits du Magdalene College de Cambridge (C (...)

5Tout d’abord, la prière qu’Ovide prononce dans les premiers vers des Métamorphoses trouve son pendant visuel dans la très originale enluminure4 de la traduction en anglais de la version moralisée du poème ovidien réalisée par William Caxton au xve siècle : The booke of Ovyde named Methamorphose5. Dans l’image, le poète est représenté à genoux, habillé à la manière d’un moine et d’un guerrier, couronné de laurier et entouré de ses livres, s’adressant à une image de Dieu le Père ; l’inspiration est montrée sous la forme de rayons émanant de l’image de la divinité. Cette image doit être mise en relation avec les images de prière figurant dans d’autres œuvres religieuses, comme les images des Métamorphoses du xve siècle et du siècle précédent.

Ovide figuré dans deux manuscrits exceptionnels : deux façons de montrer la paternité du texte et le « je » poétique

6Examinons tout d’abord la figure d’Ovide dans un manuscrit de la fin du xve siècle, qui, par sa date tardive, est un prédécesseur voisin des premières éditions illustrées des œuvres du poète. Curieusement, il ne s’agit pas d’un manuscrit des Métamorphoses, mais de l’un des rares manuscrits des Fastes décoré de six miniatures, une au début de chaque livre.

  • 6 Les manuscrits commandés par Raphaël Mercatellis (1437-1508) ont fait l’objet de nombreuses étude (...)
  • 7 Manuscrit numéro 12 de la bibliothèque cathédrale de Saint Bavon à Gand (Belgique).
  • 8 Ce fragment appartient à l’œuvre connue sous le titre Ovidius moralizatus, réalisée par le moine (...)
  • 9 Derolez, The library, p. 167.
  • 10 L’édition est identifiée par ISTC, n° io00172000. Voir à ce sujet A. McLaughlin, The Illuminated (...)
  • 11 Avec Johannes Santritter, Jacobus Sentinus a publié l’Astronomie trois fois, dans les années 1482 (...)
  • 12 Derolez, The library, p. 167.

7Ce manuscrit a été commandé par Raphaël Mercatellis6, évêque du monastère de Saint Bavon et grand collectionneur de manuscrits. Le codex7 est daté des années 1490, et ses miniatures ont été réalisées dans un atelier de Gand ou de Bruges. Il comprend les ouvrages suivants : le texte connu sous le nom De formis figurisque deorum8 ; un poème du Jugement de Pâris qui, d’après Albert Derolez, n’est connu que par ce manuscrit9 ; les Fastes ; l’Astronomie d’Hygin et les Héroïdes. Ces trois derniers textes sont des copies d’éditions imprimées. Concrètement, la version des Fastes est celle d’une édition imprimée à Venise en 1485, avec les commentaires de Paulus Marsius10 ; l’Astronomie d’Hygin a été copiée à partir d’une édition publiée à Venise en 1485 par Jacobus Sentinus11, et les Héroïdes incluent le commentaire d’Antonio Volsco et la lettre de Sappho avec le commentaire de Domizio Calderini12, imprimés ensemble dans de nombreuses éditions entre 1475 et 1503.

  • 13 Il y a peu d’études concernant les miniatures du manuscrit de Gand. Arnould, The Art Historical, (...)
  • 14 Les miniatures représentent des dieux classiques seuls ou dans des scènes évoquant un mythe assoc (...)

8Tous les textes sont richement enluminés13. Le premier texte, De formis figurisque deorum14, est décoré de dix-huit miniatures qui occupent le milieu de la page. Le poème du Jugement de Pâris comprend une miniature en pleine page. Les Fastes comportent six enluminures placées au début de chaque livre ; seule la première enluminure est entourée de texte, tandis que les cinq autres sont indépendantes et apparaissent en pleine page. L’Astronomie d’Hygin comprend quarante-sept enluminures de la largeur de la colonne, et qui représentent les constellations et les planètes. Enfin, les Héroïdes comprennent seulement trois miniatures en pleine page et illustrent trois lettres, celle de Pénélope à Ulysse, celle d’Hypermnestre à Lyncée et celle de Sappho à Phaon.

  • 15 Plus précisément dans les enluminures qui correspondent au deuxième livre des Fastes, consacré au (...)
  • 16 Ce livre est consacré au mois de juillet (f. 184v).

9Dans les Fastes la figure du poète est représentée de deux façons : dans la marge du manuscrit indiquant un texte15 ou comme protagoniste de la miniature du sixième livre16. Les deux figures se ressemblent en ce qui concerne l’habillement du poète : il est représenté comme un docteur, mais avec une robe luxueuse, caractérisée par une peau d’hermine, normalement réservée à la royauté et à l’aristocratie.

  • 17 Ce manuscrit comprend aussi d’autres œuvres mineures d’Ovide, notamment Medicamina faciei et Nux, (...)
  • 18 Ce manuscrit est richement illustré de seize enluminures en pleine page : quatorze d’entre elles (...)

10D’autres images d’Ovide se trouvent dans un manuscrit très proche de celui de Gand, commandé par Mercatellis quelques années plus tard. Ce manuscrit, le Holkham Hall 32417, comprend plusieurs œuvres d’Ovide, les Métamorphoses, l’Art d’aimer et les Remèdes à l’amour, entre autres. L’Art d’aimer et les Remèdes à l’amour comportent chacun une enluminure qui représente Ovide conseillant différents couples sur des questions d’amour18.

11La figure d’Ovide est très semblable à celle que l’on peut observer dans le manuscrit de Gand, tant pour la coupe des vêtements que par l’utilisation de la peau d’hermine. Cependant, l’enluminure du manuscrit de Gand présente certains traits différents de celle qui est contenue dans le manuscrit de Holkham, dont nous allons parler plus loin.

12Nous aimerions d’abord analyser brièvement les deux figures d’Ovide contenues dans les marges des livres II et IV des Fastes. Le poète en figure entière est montré le bras tendu, en train d’indiquer un passage intéressant. Cette fonction était d’habitude réservée à une manicula, une petite main, très fréquente dans les manuscrits du Moyen Âge, qui fonctionnait comme un guide pour le lecteur, car elle indiquait un élément important du texte. Dans le cas du manuscrit de Gand, cette image d’Ovide en manicula va plus loin, car elle ne pointe pas seulement un passage remarquable des Fastes : elle souligne les vers précis qui ont inspiré l’enluminure présente dans la même page.

13Dans le deuxième livre, la figure d’Ovide signale six vers qui contiennent le récit de la fête des Lupercales et le culte du dieu Pan (Fastes II, 267-272) et que le lecteur peut ensuite voir illustrée par l’enluminure (pl. I) :

Tertia post Idus nudos aurora Lupercos
aspicit, et Fauni sacra bicornis eunt.
Dicite, Pierides, sacrorum quae sit origo,
attigerint Latias unde petita domos.
Pana deum pecoris veteres coluisse feruntur
Arcades
 ; Arcadiis plurimus ille iugis.

14Les vers continuent au-dessous de la figure du poète, dans la marge de gauche de la page, jusqu’au vers 278.

15Dans le cas du quatrième livre, les vers que souligne l’Ovide-manicula ont leur corrélation avec l’image qui les suit immédiatement (pl. II.1), et où figurent la scène de Vénus Verticordia et le Temple de Fortuna Virilis (Fastes IV, 145-150) :

Discite nunc, quare Fortunae tura Virili
detis eo, gelida qui locus umet aqua.
Accipit ille locus posito velamine cunctas
et vitium nudi corporis omne videt
 ;
ut tegat hoc celetque viros, Fortuna Virilis
praestat et hoc parvo ture rogata facit.

  • 19 Dans les deux cas, elle est tirée des Odes d’Horace. Pour le temple de Vénus, voir Odes I, 30 et (...)

16Les deux enluminures offrent un certain parallélisme dans leur composition, puisque, dans la partie supérieure droite des deux images, se trouve le temple de la divinité que les fidèles fréquentent, Pan dans le deuxième livre, et Vénus dans le quatrième. En même temps, toujours dans les deux enluminures, une prière est recueillie à l’extérieur de l’image19.

17La relation entre la mise en page, le poète, son texte et les images des Fastes constitue un ensemble unique et remarquable. Ovide devient donc un guide textuel iconographique qui met en relation le texte et l’image, en indiquant un passage spécifique des Fastes, celui dans lequel on raconte l’histoire représentée dans l’image pour aider ainsi le lecteur à identifier et à interpréter les enluminures du manuscrit.

18Nous aimerions maintenant nous concentrer sur une autre représentation d’Ovide, liée elle aussi à la narration, afin d’analyser son fonctionnement et les ressources iconographiques employées, qui font du poète un personnage à l’intérieur de son propre ouvrage. Nous trouvons cette nouvelle image dans l’enluminure contenue dans le sixième livre des Fastes (pl. II.2). Elle représente le début de ce livre, qui relate la discussion entre Junon, Hébé et la Concorde sur l’étymologie du mois de juin. Dans cette enluminure, la figure d’Ovide est habillée avec le vêtement typique de l’époque, en docteur qui écrit son livre, attentif aux paroles des déesses. Cette scène ressemble à celle qu’on trouve dans le manuscrit de Holkham Hall, mais, dans ce manuscrit, Ovide apparaît plutôt comme un maître qui enseigne, et les scènes s’inspirent de l’Art d’aimer et des Remèdes à l’amour. Dans le cas du manuscrit de Gand, en revanche, Ovide est représenté dans une scène provenant d’un passage précis du sixième livre des Fastes : Ovide y envisage le conflit entre Junon, Hébé et Concorde.

19Il ne s’agit pas d’une réinterprétation du livre VI des Fastes, mais d’une scène racontée effectivement au début de ce livre. Comme l’indique le texte (Fastes VI, 9-15), l’action se déroule dans la forêt, et non à l’intérieur, de sorte que l’illustration qu’effectue fidèlement l’enlumineur ne lui permet pas d’installer le poète au pupitre pour le montrer en tant que maître ou copiste.

20Des écriteaux permettent d’identifier les personnages : Ovidius, Junon, Hébé, Concorde, selon un usage iconographique répandu à l’époque et dans la région de production du manuscrit.

  • 20 La déesse Junon récite les vers des Fastes VI, 21-26 : namque ait ‘o vates, Romani conditor anni, (...)

21Mais ce qui est vraiment original dans ce manuscrit est l’introduction de phylactères dans les enluminures. Les cartels, texte et image à la fois, deviennent des bandes longues et sinueuses qui parcourent l’image, qui se tordent et occupent l’espace à l’intérieur comme à l’extérieur du cadre. Par ces phylactères, l’enlumineur donne la parole aux personnages de la scène. Ainsi, chacune des déesses cite exactement les vers des Fastes20, défendant sa propre interprétation du nom du mois de juin avec les mots du texte. Le poète clôt la dispute avec ses propres pensées (Fastes, VI, 97-100) :

Dicta triplex causa est. At vos ignoscite, divae :
res est arbitrio non dirimenda meo.
Ite pares a me. Perierunt iudice formae
Pergama
 : plus laedunt, quam iuvat una, duae.

22Dans ce jeu où les personnages communiquent en citant les vers des Fastes, en même temps qu’ils prononcent les mots que l’auteur leur attribue dans l’œuvre, Ovide interagit avec les déesses. Celles-ci, à leur tour, non contentes de l’inspirer, communiquent avec le poète et lui transmettent leur avis. La lecture de l’image est ainsi transformée : d’une scène d’un auteur inspiré par les Muses l’enlumineur tire un dialogue entre les déesses et Ovide, où ce dernier revêt un statut beaucoup plus élevé.

23En tant que poète, Ovide a la possibilité de voir les dieux, comme il l’affirme lui-même dans les Fastes (VI, 7-8). Ce don et son auctoritas d’auteur latin se manifestent ici par la présence exceptionnelle de sa représentation dans le manuscrit.

24Si le manuscrit 12 de la cathédrale de Gand entretient des liens étroits avec la tradition iconographique d’Ovide, il offre aussi des caractéristiques qui lui sont propres. Il revendique la représentation de l’auteur, et son travail s’exprime directement grâce aux images, par la mise en scène d’Ovide lui-même et par ses choix iconographiques. La relation texte-image se nourrit d’une part des Ovide-manicula et, de l’autre, des phylactères qui permettent aux personnages de parler et de transmettre ainsi les vers des Fastes.

L’illustration des Fastes et des Tristes dans les éditions vénitiennes de la première moitié du xvie siècle : le « je » poétique d’Ovide et sa métaphore figurative

  • 21 P. Ouidii Nasonis Fastorum libri diligenti emendatione / typis impresse aptissimisq[ue] figuris o (...)
  • 22 J. Miller, « Ovids Janus and the start of the year in Renaissance Fasti Sacri », in P. Mack & J. (...)

25Par ailleurs, les éditions des Fastes et des Tristes imprimées à Venise par Giovanni Tacuino en 1508 et en 1511 montrent le début d’une tradition iconographique de ces œuvres d’Ovide qui ne se poursuivra pas. En commençant par les Fastes21, la gravure sur bois conçue pour illustrer le premier livre de cette édition (fol. 1) montre le poète à genoux, devant l’image du dieu Janus, tout comme on l’a vu dans l’enluminure du manuscrit de Caxton (fig. 1) : on retrouve là l’illustration de son accès à l’inspiration divine, car « Ovide imagine le double Janus apparaissant devant lui à la maison pour répondre à ses questions tant de la divinité elle-même que des cérémonies rituelles du premier jour (Fastes I, 63-288) » (Ovid imagines the two-faced Janus appearing before him at home in order to answer his questions about both the deity himself and the first day’s ritual ceremonies : 1.63-288)22.

Fig. 1. Fastes. Fanensis. Tacuino. Venise.1508. Bibliothèque Général de l’Université de Salamanca (BG/11487-1). Premier livre des Fastes, f. I.

26De la même façon, Ovide est imaginé devant Janus qui, cependant, n’apparaît pas à la maison, mais est représenté comme une divinité sous la forme de sa statue de culte.

  • 23 P. Ouidii Nasonis Libri de tristibus cum lucu/lentissimis commentariis Reuerendissimi do/mini Bar (...)
  • 24 Cette image est accessible sur le site de la BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA : http://www.ovidiuspict (...)

27Toutefois, l’illustration des Tristes23 présente une nouvelle conception de l’image du poème et de son auteur. Dans les gravures des livres I et II, le poète est mis au centre de la scène ; il devient le protagoniste de l’image. Comme une incarnation du « je » poétique, dans l’illustration du premier livre et de la première élégie (fig. 2), le poète est représenté en train de parler avec un homme qu’on doit identifier, en lisant le texte, avec la personne qui porte le parve liber petit livre ») à Rome. Le livre est aussi présent. Ovide pose sa main sur ce dernier, en désignant son interlocuteur. À l’arrière-plan est représentée la ville de Rome et, entre le poète et sa cité, un cours d’eau qui représente la mer et la distance qui les sépare. Comme on l’a remarqué dans les manuscrits jusqu’ici présentés, la parole a un rôle décisif pour certifier la relation du figuré avec le texte poétique. Le contenu de l’élégie est résumé en une phrase : Ovidius exul librum alloquit  Ovide exilé s’adresse à son livre »). L’Urbs est aussi désignée par une inscription, qui souligne la pertinence de la représentation d’une cité idéale. Dans la gravure du second livre24, le poète est représenté au centre de la scène, entouré de ses livres et de deux groupes de personnages qui rappellent ses interlocuteurs éloignés. Ovide montre son affliction au moyen du geste de la mélancolie et de l’expression fatiguée de son visage. L’inscription figurant au-dessus semble résumer le sentiment du poète dans l’élégie : Ovidius maestus alloquit sua carmina  Ovide affligé parle avec son poème, avec ses vers ; il s’adresse à ses poèmes »).

Fig. 2. Tristes. Merula. Tacuino ? Venise ? s. d. Bibliothèque Général de l’Université de Santiago de Compostela (Res 20694). Premier livre des Tristes, f. I.

28Les illustrations des livres III, IV et V, cependant, montrent des solutions narratives ou iconographiques différentes. La gravure du livre III ne montre pas la figure du poète, mais représente l’arrivée de l’œuvre d’Ovide à Rome sous forme de livre25. La scène est le récit en images du début de la première élégie du troisième livre : Missus in hanc uenio timide liber exulis urbem. Il semble qu’Ovide a disparu de l’image, parce que, comme dans le poème, il a été remplacé par le livre. C’est le livre qui parle. Le poète est devenu son livre. Il est donc tout à fait présent, métaphoriquement, dans l’image du livre. Il paraît une matérialisation des mots du poète dans la première élégie du premier livre : di facerent, possem nunc meus esse liber ! (I, 58) (« Fassent les dieux que je puisse être mon propre livre ! »).

29Enfin, les gravures des livres IV et V représentent encore Ovide en tant qu’auteur et poète. Habillé d’une robe longue et couronné de lauriers, il veut par son image illustrer le contenu du poème. À ses côtés, dans la gravure du livre IV26, sont représentés deux bergers. La scène semble déployer sous les yeux du spectateur les vers de l’élégie. Dans la gravure du livre V (fig. 3), la représentation d’Ovide reproduit enfin l’image typique du poète, comme on peut le comprendre en lisant l’inscription pendue à l’arbre. Le pupitre et la maison sont ici absents, le poète est représenté au milieu de la nature sauvage du pays d’exil.

Fig. 3. Tristes. Merula. Tacuino ? Venise ? s. d. Bibliothèque Général de l’Université de Santiago de Compostela (Res 20694). Cinquième livre des Tristes, f. LVIII v.

30Dans les illustrations des Fastes et des Tristes vénitiens, le contenu et les allusions du poème prennent vie aux yeux du lecteur. Le « je » poétique devient une figure matérielle, à la fois acteur et protagoniste de l’image, sorte de projection de la voix du poème.

31En conclusion, on peut dire que la représentation d’Ovide en personnage semble montrer la relation intrinsèque qui existe entre le poète et son poème. L’image ne se contente pas d’illustrer le contenu du poème ; elle reflète également la structure poétique, montrant le « je » poétique dans la figure du poète. La véritable représentation mimétique de l’œuvre du poète est une sorte de version iconographique de la structure élégiaque.

Haut de page

Notes

1 Cet article fait partie des résultats du projet de recherche BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA: EDICIONES ILUSTRADAS DE OVIDIO, SIGLOS XV-XIX (IV). Las bibliotecas de la Comunidad de Madrid (HAR2014-55617-P), financé par le Ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité.

2 Sur l’image de l’auteur dans les manuscrits des auteurs classiques des xive et xve siècles, voir les travaux de G. Lazzi, « L’immagine dell’autore aclassico nei manoscritti del Quattrocento », in M. Buonocore (a cura di), Vedere i classici. L’illustrazione libraria dei testi antichi dall’età romana al tardo Medioevo, Roma, Palombi editori,1996, p. 99-110 ; G. Lazzi-P. Vitti (a cura di), Immaginare l’autore: il ritratto del letterato nella cultura umanistica, Firenze, Polistampa, 2000, et G. Lazzi, « Dalla cattedra allo studiolo: per liconografia del dotto nella miniatura del i400 », Rara volumina 8, (2001), p. 5-17.

3 Le premier incunable illustré d’une planche gravée reproduisant une xylographie avec les figures de l’auteur et ses commentateurs est l’édition des Satires de Perse imprimée à Venise par Giovanni Tacuino en 1494. Voir à ce sujet V. Masséna, Prince dEssling, Les livres à figures vénitiens de la fin du xve siècle et du commencement du xvie, 2.1., Florence, 1908, p. 238 n (nº 794) ; M. Sander, Le livre à figures italien depuis 1467 jusquen 1530 : essai de sa bibliographie et de son histoire, New York, Stechert, 1941, nº 5563. Sur les incunables d’Ovide qui sont illustrés par des planches gravées, voir les références publiées dans le site web http://www.ovidiuspictus.es/listadoedicionessiglos.php?clave=15 (consulté le 13/07/2018).

4 La première enluminure du premier livre.

5 Le texte de William Caxton est conservé dans deux manuscrits du Magdalene College de Cambridge (Cambridge, Magdalene College, Old Library F.4.34 and Cambridge, Magdalene College, Pepys Library, 2124). L’ouvrage devait réunir les enluminures placées au début de chaque livre, mais seules ont été rassemblées celles qui sont relatives aux quatre premiers livres. Voir R. J. Moll (ed.), The Booke of Ovyde Named Methamorphose, Toronto-Oxford, The Bodleian Library, 2013.

6 Les manuscrits commandés par Raphaël Mercatellis (1437-1508) ont fait l’objet de nombreuses études. Sur sa bibliothèque et sur les spécimens actuellement identifiés voir : A. Derolez, The library of Raphael de Marcatellis: abbot of St. Bavon’s, Ghent 1437-1508, Gand, E. Story-Scientia,1979 ; A. Derolez, « A survey of the Mercatel Library on the basis of the early catalogues and the surviving manuscripts », in « Als ich can ». Liber Amicorum in Memory of Professor Dr. Maurits Smeyers, (C. Bert, J. Van der Stock et D. Vanwijnsberghe ed.), Corpus of illuminated manuscripts 11-12, Leuven, Peeters Pub & Booksellers, 2002, p. 545-564 et la thèse de doctorat de A. Arnould, The Art Historical Context of the Library of Raphael de Mercatelis, Gand, Univeristé de Gand, 1992.

7 Manuscrit numéro 12 de la bibliothèque cathédrale de Saint Bavon à Gand (Belgique).

8 Ce fragment appartient à l’œuvre connue sous le titre Ovidius moralizatus, réalisée par le moine bénédictin Pierre Bersuire entre les années 1340 et 1360. Bersuire a écrit un commentaire moralisateur des Métamorphoses auquel, sous l’influence de Pétrarque, il a ajouté un chapitre introductif sur les dieux anciens, De formis figurisque deorum. Ce chapitre a eu une vie indépendante du texte, comme cela se vérifie par les différents manuscrits dans lesquels il est conservé sans le commentaire des Métamorphoses. L’identification de ce texte dans le manuscrit de Gand est due à F. Coulson et B. Roy, Incipitarium Ovidianum: a finding guide for texts in Latin related to the study of Ovid in the Middle Ages and Renaissance, Turnhout, Brepols, 2000. Albert Derolez ne l’avait pas identifié, bien qu’il ait soupçonné sa relation avec le texte du Troisième Mythographe du Vatican, mais il a pensé qu’il s’agissait d’un texte rédigé exclusivement pour Mercatellis (Derolez, The library, p. 167).

9 Derolez, The library, p. 167.

10 L’édition est identifiée par ISTC, n° io00172000. Voir à ce sujet A. McLaughlin, The Illuminated Manuscripts of Pierre Bersuire’s Ovidius Moralizatus. A Comparative Study, London, University of London, (thèse de doctorat), 2017, p. 132.

11 Avec Johannes Santritter, Jacobus Sentinus a publié l’Astronomie trois fois, dans les années 1482, 1485 et 1485. Cependant, après avoir comparé les trois éditions avec le manuscrit, A. McLaughlin a constaté que l’édition qui avait été utilisée pour ce manuscrit est celle qui fut imprimée en 1485. McLaughlin, The Illuminated Manuscripts, p. 140.

12 Derolez, The library, p. 167.

13 Il y a peu d’études concernant les miniatures du manuscrit de Gand. Arnould, The Art Historical, a consacré sa thèse à l’étude de l’enluminure dans les codex de Mercatellis. L’ampleur de l’étude l’a amené à choisir certains manuscrits. Pour cette raison, pour notre manuscrit, il énumère simplement les miniatures, mais avec quelques erreurs. La chercheuse Carla Lord ne connaît pas les recherches d’A. Arnould, et elle ne connaît le manuscrit qu’à travers quatre images qui sont conservées dans les archives photographiques de l’Institut Warburg. Voir C. Lord, « Illustrated Manuscripts of Berchorius before the Age of Printing », in H. Walter et H. J. Horn (ed.), Die Rezeption der Metamorphosen des Ovid in der Neuzeit : der antike Mythos in Text und Bild. Internationales Symposion der Werner Reimers-Stiftung, Bad Homburg v.d.H. (22. bis 25. April 1991), Berlin, G. Mann, 1995, p. 1-11, et C. Lord, « Imagery in medieval manuscripts of Ovid’s Metamorphoses and related commentaries », in J. G. Clark, F. Coulson, et K. Mckinley (ed.), Ovid in The Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 257-283. La recherche la plus intéressante est celle d’A. McLaughlin, The Illuminated Manuscripts ; l’auteur y présente une étude comparative d’un choix d’enluminures des manuscrits de l’Ovidius moralizatus.

14 Les miniatures représentent des dieux classiques seuls ou dans des scènes évoquant un mythe associé à ce dieu : Saturne et Ops ; Jupiter et la Gigantomachie ; Mars ; Apollon et les Muses ; Vénus, Cupidon et les trois Grâces ; Mercure et Argos ; Diane chasseresse ; Minerve ; Junon ; Cybèle ; Neptune ; Pan et la nymphe Syrinx ; Bacchus et ses disciples ; Pluton et Proserpine aux Enfers ; Vulcain et les amours de Vénus et de Mars ; Hercule ; Cérès et l’enlèvement de Proserpine ; Esculape, la mort et la résurrection d’Hippolyte.

15 Plus précisément dans les enluminures qui correspondent au deuxième livre des Fastes, consacré au mois de février (f. 54) et au quatrième livre, consacré au mois d’avril (f. 125).

16 Ce livre est consacré au mois de juillet (f. 184v).

17 Ce manuscrit comprend aussi d’autres œuvres mineures d’Ovide, notamment Medicamina faciei et Nux, les chapitres 2 à 16 de l’Ovidius moralizatus (manque le premier chapitre : De formis figurisque deorum) et les Épigrammes d’Ausone. Voir Derolez, The library ; Derolez, « A survey of the Mercatel Library » ; Arnould, The Art Historical ; McLaughlin, The Illuminated Manuscripts.

18 Ce manuscrit est richement illustré de seize enluminures en pleine page : quatorze d’entre elles concernent les Métamorphoses, une l’Art d’aimer et une autre les Remèdes à l’amour. Voir à ce sujet W. O. Hassall, The Holkham Library. Illuminations and illustrations in the manuscript library of the Earl of Leicester, Oxford, Roxburghe Club, 1970, p. 11 ; W. O. Hassall, Ovid, Metamorphoses [microform]. Holkham ms. 324. Details and illuminations, 15th c. Flemish, Wakefield [West] Yorkshire, Microform Academic Publishers, 1984 ; Lord, Imagery in medieval manuscripts ; McLaughlin, The Illuminated Manuscripts, p. 191.

19 Dans les deux cas, elle est tirée des Odes d’Horace. Pour le temple de Vénus, voir Odes I, 30 et pour Pan, voir Odes III, 18.

20 La déesse Junon récite les vers des Fastes VI, 21-26 : namque ait ‘o vates, Romani conditor anni, / ause per exiguos magna referre modos, / ius tibi fecisti numen caeleste videndi, / cum placuit numeris condere festa tuis : / ne tamen ignores volgique errore traharis, / Iunius a nostro nomine nomen habet. Hébé récite les vers 67-76 du livre VI : non ego, si toto mater me cedere caelo / iusserit, invita matre morabor’ ait. / ‘nunc quoque non luctor de nomine temporis huius : / blandior, et partes paene rogantis ago, / remque mei iuris malim tenuisse precando : / et faveas causae forsitan ipse meae. / aurea possedit socio Capitolia templo / mater et, ut debet, cum Iove summa tenet ; / at decus omne mihi contingit origine mensis : / unicus est, de quo sollicitamur, honor. Concorde conclut la dispute. Cependant, il s’agit du seul personnage qui ne cite pas exactement les vers des Fastes, mais une réinterprétation qui a un caractère explicatif du texte ovidien.

21 P. Ouidii Nasonis Fastorum libri diligenti emendatione / typis impresse aptissimisq[ue] figuris ornate co[m]mentatoribus /Antonio Constantio Fanensi; Paulo Marso piscinate/viris clarissimis additis quibusdam versibus qui de-/erant in aliis codicibus: insuper grecis characteri-/bus ubi deerant in aliis impressionibus: apposi-/tis rebus notabilibus quibusdam in margine / una cum Tabula in ordine alphabeti: que / nullo in alio codice impressa reperies. COLOPHON: Impressum Venetiis opera & impensa solertissimi viri Ioannis Tacuini de Tridino: Censore viro eruditissimo Bartholomeo Merula Mantuano: Inclyto ac foelicissimo principe Leonardo Lauretano.Anno. M.cccccviii. Die. iiii.Iunii. Voir http://www.ovidiuspictus.es/listadoejemplares.php?de=edicion&clave=117 (consulté le 13/07/2108).

22 J. Miller, « Ovids Janus and the start of the year in Renaissance Fasti Sacri », in P. Mack & J. North (Eds.), The Afterlife of Ovid, BICS Supplement 130, London, University of London Institute of Classical Studies, 2015, p. 82.

23 P. Ouidii Nasonis Libri de tristibus cum lucu/lentissimis commentariis Reuerendissimi do/mini Bartholomei Merulae apostolici pro/tonotarii [et] aliis additio[n]ibus nouis nuper / in luce[m] emissis, aptissimisq[ue] figuris orna/ti: necnon castigatissima tabula que / omnia vocabula: omnesq[ue] histori/as: [et] queq[ue] scitu dignissima [secundu] m / alphabeti ordinem diligentissime complectitur. COLOPHON: […] Venetiis […] Ioannes de Cereto de Tridino : alias Tacuinus, 1511 die XXV. Iunii […].Cette édition est la première édition vénitienne à figures des Tristes. Les gravures sur bois originales de l’édition 1511 sont à nouveau utilisées, cependant, dans l’édition, également par Giovanni Tacuino, qui paraît en 1524 : Prince d’Essling, Les livres à figures vénitiens de la fin du xve siècle et du commencement du xvie, 2.2., Florence, 1909, p. 221-222. Une copie de cette édition est accessible sur le site de la BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA : http://www.ovidiuspictus.es/listadoejemplares.php?de=edicion&clave=13 (consulté le 13/07/2018). Seules quatre éditions des Tristes ont ce type de gravures, mais elles ne sont pas toutes de la même qualité. Les figures utilisées appartiennent à une édition sans date, dont les gravures ont la même iconographie, mais une qualité inférieure. Plusieurs exemplaires de cette édition sont accessibles sur le site de la BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA : http://www.ovidiuspictus.es/listadoejemplares.php?de=edicion&clave=93 (consulté le 13/07/2108).

24 Cette image est accessible sur le site de la BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA : http://www.ovidiuspictus.es/imagenejemplar.php?clave=227 (consulté le 13/07/2108).

25 Cette image est accessible sur le site de la BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA : http://www.ovidiuspictus.es/imagenejemplar.php?clave=228 (consulté le 13/07/2108).

26 Cette image est accessible sur le site de la BIBLIOTECA DIGITAL OVIDIANA : http://www.ovidiuspictus.es/imagenejemplar.php?clave=229 (consulté le 13/07/2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Prof. Dr. Fátima Díez Platas et Patricia Meilán Jácome, « Le poète dans son œuvre. Ovide dans les images des Fasti et des Tristia aux xve et xvie siècles »Anabases, 29 | 2019, 255-267.

Référence électronique

Prof. Dr. Fátima Díez Platas et Patricia Meilán Jácome, « Le poète dans son œuvre. Ovide dans les images des Fasti et des Tristia aux xve et xvie siècles »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9182

Haut de page

Auteurs

Prof. Dr. Fátima Díez Platas

fatima.diez@usc.es

Patricia Meilán Jácome

Departamento de Historia del Arte
Facultad de Geografía e Historia
Plaza de la Universidad s/n
15703 Santiago de Compostela
patricia.meilan@rai.usc.es

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search