Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Archéologie des savoirsII. La réception d’Ovide à l’époq...Figures d’Orphée au cinéma

Archéologie des savoirs
II. La réception d’Ovide à l’époque moderne

Figures d’Orphée au cinéma

Sarah Rey
p. 277-287

Résumés

Les Métamorphoses d’Ovide se sont prêtées à de nombreuses adaptations ciné­matographiques et, de tous les héros ovidiens, c’est Orphée qui s’est retrouvé le plus souvent mis en scène. Qu’on songe à l’Orphée (1950) de Jean Cocteau, à Soudain l’été dernier (1959) de Joseph Mankiewicz, à l’Orfeu Negro (1959) de Marcel Camus, au Parking (1985) de Jacques Demy, à Métamorphoses (2014) de Christophe Honoré. À quoi tient ce succès ? Certainement à la simplicité apparente du mythe, à la présence de l’amour et de la mort, ainsi qu’à la possibilité d’en ôter le fantastique. Sans surprise, les diverses adaptations cinématographiques ont pris des libertés avec les dixième et onzième livres des Métamorphoses. Dans cet exercice de relecture et de mise au goût du jour, on trouve les cinéastes tentés par le genre musical et ceux qui ont proposé des redistributions de rôles (effacement précoce d’Eurydice, figuration de la Mort). La force subversive du héros a été soulignée çà et là. Enfin, le destin du poète thrace a permis de poser le problème du regard au cinéma : sa primauté (convention des scènes d’adieux) comme son impossibilité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2022.

Plan

De l’actualisation à la parodie
Orphée et ses doubles
Réseau mythologique

Aperçu du texte

Parmi tous les héros des Métamorphoses ovidiennes, Orphée est celui qui s’est retrouvé le plus souvent mis en scène au cinéma. Certainement car son mythe est le plus cinématographique qui soit. Depuis Virgile et Ovide, son essence est tragique : l’amour et la mort – de bons ingrédients – s’y rencontrent. Mais aussi le regard et le corps. Or, d’après son étymologie, le cinématographe consiste mot pour mot à décrire le mouvement : le cœur dramatique de la légende d’Orphée – le geste contrarié du héros – se prêtait donc parfaitement à sa mise en image mobile. Partant, les cinéastes qui ont puisé dans la mythologie orphique ont été nombreux. Il y a notamment Jean Cocteau, dont l’Orphée (1950) témoigne d’un long compagnonnage avec le poète de Thrace ; Marcel Camus, réalisateur d’Orfeu negro (1959), transposition à l’écran de la pièce éponyme de Vinicius de Moraes ; Joseph Mankiewicz (Soudain l’été dernier, 1959), adaptant Tennessee Williams, revenu sans cesse à Orphée depuis son Orpheus ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « Figures d’Orphée au cinéma »Anabases, 29 | 2019, 277-287.

Référence électronique

Sarah Rey, « Figures d’Orphée au cinéma »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2022, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9266 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9266

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search