Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29L’atelier de l'histoire  : chanti...L’Antiquité au musée (coordonné p...Les Gaulois au musée

L’atelier de l'histoire  : chantiers historiographiques
L’Antiquité au musée (coordonné par Adeline Grand-Clément) (6)

Les Gaulois au musée1

Aurélie Rodes et Catherine Valenti
p. 355-359

Texte intégral

  • 1 Cet atelier fait le bilan d’une Journée d’étude PLH-ERASME : « Les Gaulois au musée » Musée Saint (...)
  • 2 L. Pechoux (dir.), Les Gaulois et leurs représentations, Paris, éditions Errance, 2011, p. 20.

1Un siècle après Ernest Lavisse, l’expression « Nos ancêtres les Gaulois » est encore souvent utilisée par les Français ; même si elle suscite aujourd’hui la polémique, elle ne fait que reprendre en réalité un mythe fondateur, qui a connu la consécration sous la iiie République. Si les Gaulois sont devenus les ancêtres des Français dès le xvie siècle, c’est en effet assez récemment, au xixe siècle, que l’« entreprise d’identification républicaine2 » s’est cristallisée autour de la filiation gauloise, et que l’imagerie populaire française a fixé l’image du Gaulois qui est encore aujourd’hui largement répandue : un farouche guerrier aux cheveux longs, blond en général, doté d’une imposante moustache qui se confond avec ses favoris. L’historien Amédée Thierry, auteur entre 1828 et 1840 d’une Histoire de la Gaule en trois volumes, a été l’un des premiers à imposer cette vision, confirmée ensuite sous le Second Empire, puis largement diffusée par le régime républicain à partir de la fin du xixe siècle, notamment dans l’enseignement élémentaire français. Dans la seconde moitié du xxe siècle, les manuels scolaires ont tenté de donner une image moins caricaturale des Gaulois, en reproduisant des données archéologiques, sans parvenir cependant à supplanter l’image du Gaulois forgée au xixe siècle.

  • 3 S. Péré-Noguès, « Gaulois d’hier et d’aujourd’hui au miroir de quelques expositions récentes et d (...)

2Depuis une trentaine d’années, l’archéologie a dévoilé de nouveaux pans de connaissance inaccessibles à l’historien, sans remettre fondamentalement en cause le récit de ce dernier. Plusieurs grands chantiers archéologiques ont permis de faire évoluer en profondeur nos connaissances sur ces supposés « ancêtres », qu’il s’agisse de leur vie quotidienne, de leur organisation sociale ou de leur univers culturel3. Les musées intègrent, dans leurs collections permanentes ou lors d’expositions temporaires, les dernières données de la recherche archéologique avec des approches différentes. Le choix des objets présentés, leur mise en scène, les illustrations produites ou reproduites cherchent à transcrire les avancées scientifiques. Plusieurs musées ou sites archéologiques ont récemment proposé des muséographies renouvelées pour présenter les Gaulois : le Musée Saint-Raymond à Toulouse, le Musée d’Archéologie nationale (M.A.N.) à Saint-Germain-en-Laye, le Muséoparc d’Alésia, le musée de Bibracte, ou encore le musée d’histoire de Marseille, pour ne s’en tenir qu’à quelques exemples français, et des projets sont en cours comme dans le cadre du projet de réaménagement du musée d’Ensérune.

  • 4 Pour reprendre l’expression de Patrick Boucheron dans sa leçon inaugurale au Collège de France : (...)

3Quelle image ces structures muséales souhaitent-elles donner des Gaulois ? Leurs propositions sont-elles consciemment établies en opposition aux stéréotypes dix-neuvièmistes ? Quelles sont les sources d’inspiration des muséographes ? Pour les musées déjà établis de longue date, à quel moment une muséographie nécessite-t-elle d’être revue ? Pourquoi décide-t-on à un moment donné de revoir une présentation ancienne, quelles sont les motivations des conservateurs : le renouvellement scientifique, la modernisation des espaces d’accueil, la volonté de présenter une nouvelle image des Gaulois ? Pour étudier « ce que peuvent » les musées4, en matière de représentations des Gaulois, une journée d’étude a été organisée au Musée Saint-Raymond de Toulouse, le 25 mai 2018.

  • 5 O. Hébert et L. Péchoux (dir.), Gaulois. Images, usages et stéréotypes, Paris, éditions Errance, (...)
  • 6 J.-L. Brunaux, Nicoby, L’enquête gauloise. De Massilia à Jules César, Paris, La revue dessinée/ L (...)
  • 7 Dossier de presse de l’exposition « Gaulois. Une exposition renversante », 9 octobre 2011, https: (...)

4Dans sa communication introductive, Aurélie Rodes (Collège Michelet, Toulouse) a rappelé que, si depuis plusieurs années les stéréotypes sur les Gaulois sont régulièrement dénoncés, les mêmes représentations continuent en réalité d’être véhiculées un peu partout, et notamment dans les manuels d’histoire français : faute d’images alternatives, que l’archéologie est impuissante à proposer, les représentations traditionnelles se perpétuent. L’école n’est cependant pas la seule responsable de la persistance du stéréotype : on le retrouve également dans les revues destinées au grand public et la littérature pour la jeunesse, qui s’en tiennent trop souvent à l’image convenue. De même, les travaux récents sur les représentations des Gaulois portent sur les stéréotypes élaborés au xixe siècle et, ce faisant, contribuent eux aussi à entretenir la popularité de ces images vieilles de plus d’un siècle, quand bien même leur objectif est de les critiquer5. Seuls quelques ouvrages font exception à la règle et tentent d’intégrer le renouvellement historiographique, comme la récente entreprise de la Revue dessinée dans L’enquête gauloise6. Les expositions temporaires ne sont guère plus efficaces en termes de remise en cause des stéréotypes : l’exposition « Gaulois : une exposition renversante », proposée entre octobre 2011 et septembre 2012 à la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette, prétendait bousculer « les idées reçues sur les Gaulois, grâce aux découvertes archéologiques des trente dernières années »7. Or, l’exposition a peut-être eu le tort de présenter en introduction les images produites au xixe siècle : alors qu’elle se proposait de les remettre en cause, elle n’a fait que les inscrire davantage dans l’esprit des visiteurs.

  • 8 Un exemple en est donné avec l’affiche qui fut faite lors de la réouverture des salles concernant (...)

5Les musées seraient-ils, plus que l’école et la littérature, mieux à même de déjouer les idées reçues ? Le vaste effort de vulgarisation entrepris par les musées depuis une quinzaine d’années a-t-il trouvé le chemin du grand public ? C’était là le postulat de cette journée d’étude ; or la réponse s’avère contrastée. Dans sa communication intitulée « Du patrimoine à la pédagogie : les Gaulois à l’heure d’un nouveau discours ? », Sandra Péré-Noguès (Université Toulouse-Jean Jaurès, T.R.A.C.E.S.) a souligné le principal problème qui se pose pour faire évoluer la représentation stéréotypée des Gaulois : les traces qui sont clairement lisibles par les archéologues ne le sont pas nécessairement par un public de non-initiés. Ces marques, quasi invisibles pour le profane, sont ainsi impuissantes à concurrencer les images ancrées depuis des décennies dans l’esprit du grand public. Certains musées peinent d’autant plus à renverser les clichés en vigueur qu’ils sont les héritiers d’une historiographie propre qu’ils ont du mal à dépasser. Ainsi, le Musée d’Archéologie nationale (M.A.N.) à Saint-Germain-en-Laye continue-t-il à pérenniser dans sa politique de communication le concept de culture « gauloise8 ». En contre-point de cette muséographie, dans laquelle le musée est lui-même un objet d’histoire, le musée d’histoire de Marseille a ancré depuis 1983 la présentation des Gaulois dans un lieu : le port, autour duquel la ville s’est développée depuis deux mille six cents ans, permettant d’aborder la protohistoire marseillaise à travers sa diversité culturelle.

  • 9 Ch. Goudineau, Ch. Peyre, Bibracte et les Éduens. À la découverte d’un peuple gaulois, Paris, édi (...)

6L’inscription dans un lieu est aussi la démarche qui prévaut aujourd’hui à Bibracte, comme l’a montré Vincent Guichard, directeur de l’établissement public qui chapeaute le musée de site, cherchant « comment construire au début du xxie siècle le discours d’un musée de site attaché à un haut-lieu de la mémoire nationale ». Les fouilles de Bibracte ont redémarré en 1984, à l’instigation du président de la République d’alors, François Mitterrand, et ont permis de mettre au jour la première capitale des Éduens, au ier siècle av. J.-C9. Le musée a été édifié au pied du site archéologique, à la lumière des dernières découvertes scientifiques. Inauguré en 1995, dans un contexte de construction européenne, il associe la ville ancienne au contexte plus large de la « civilisation celtique ». La rénovation de l’exposition conduite entre 2011 et 2013 accorde une place nouvelle au lieu dans lequel s’inscrit le musée. Le mont Beuvray est devenu l’objet du discours, ses habitants étant appréhendés non plus comme des ancêtres mais comme des prédécesseurs qui ont vécu dans les mêmes lieux que nous, contribuant à les modeler et, dans une certaine mesure, à les altérer en les exploitant. De cette façon, on esquive le discours culturaliste et on accroche le visiteur avec un discours qui ne requiert aucun bagage historique préalable, avec l’espoir que cela l’aidera à prendre en compte le temps long de l’exploitation de son environnement. Ce positionnement du musée, comme porte d’entrée d’un territoire dont il explique la construction au travers des siècles, peut être adapté à toutes les échelles d’espace et à des territoires urbains autant que ruraux. Ce n’est d’ailleurs pas autre chose que propose le musée d’Histoire de Marseille, avec succès, dans son exposition rénovée en 2013.

7Plus ancien que le musée de Bibracte, puisqu’il a été construit dans les années 1930, le musée d’Ensérune était tombé en désuétude depuis les années 1950, avant de connaître une nouvelle programmation scientifique depuis trois ans. La fouille de la nécropole de l’oppidum, riche de près de 500 tombes, en fait aujourd’hui l’un des sites les plus précieux pour connaître l’état de la civilisation et de la nature du peuplement en Gaule méridionale. Cette agglomération fortifiée protohistorique est surtout connue du grand public par sa nécropole et les nombreux vases grecs qu’elle a livrés. Il n’échappe pas pour autant à une contradiction soulignée par son conservateur Lionel Izac : « Comment dresser le portrait-robot dune société celtique méditerranéenne métissée ? ». Situé entre Cévennes et Pyrénées, l’oppidum d’Ensérune a sans doute abrité en effet une société métissée, point de confluence entre un peuplement autochtone, des populations originaires du bassin méditerranéen et de l’Europe continentale. Mais si cette complexité est parfois difficile à appréhender pour le grand public, elle n’en permet pas moins une réflexion passionnante sur des questions contemporaines qui trouvent un large écho aujourd’hui, notamment celles du métissage et des migrations. Proposer une image des Gaulois se heurte aussi à la question de la place à accorder aux catégories invisibles, comme les femmes gauloises cantonnées à certaines tâches domestiques, les esclaves, les prêtres, les enfants, au profit des guerriers et des artisans. Les supports de représentation sont aussi le reflet de modes : les mannequins ou « fantômes » habillés laissent place aujourd’hui à des visages exhumés du passé par la technique du portrait-robot. Si les Gaulois n’ont jamais existé en tant que peuple homogène, aucun musée ne peut prétendre en proposer une image cohérente susceptible de concurrencer les représentations traditionnelles, car la réalité historique est nécessairement plus complexe que la légende forgée à travers les âges pour des raisons politiques, et relève davantage de l’histoire des représentations que de l’histoire sociale.

8Évelyne Ugaglia (directrice honoraire du Musée Saint-Raymond, Toulouse), en présentant quatre grandes expositions d’archéologie protohistorique qui ont marqué l’histoire du musée des Antiques de Toulouse jusqu’en 2018, s’est voulu néanmoins plus optimiste, évoquant « Vingt ans de renouvellement de l’image des Gaulois au musée Saint-Raymond », en essayant d’être au plus près des recherches archéologiques. Le but n’était pas de « changer l’image du Gaulois », mais de parler des peuples qui ont occupé certains territoires du Sud-Ouest et de l’apport de l’archéologie à la connaissance de ces peuples, industrieux, ingénieux et commerçants. Et, ce faisant, de changer implicitement le regard de tout un chacun, et donc l’image mentale que le public en avait. Chacune des expositions s’est inscrite dans un cadre scientifique, soit en associant des chercheurs comme Béatrice Cauuet pour « L’or de Tolosa » en 2001, soit en s’inscrivant dans le cadre d’un colloque, comme celui de l’AFAF en 2004 pour « Les Gaulois des pays de Garonne » - explicitant la maîtrise de l’exploitation des gisements aurifères par les peuples occupant le territoire des Lémovices dès le ve siècle avant notre ère -, ou encore en présentant des découvertes archéologiques très récentes, comme « Le trésor de Tintignac » en 2010, ou dernièrement les fouilles de la Caserne Niel à Toulouse, en 2012, qui ont révélé une part importante de l’occupation de l’agglomération toulousaine en bord de Garonne, au pied des coteaux méridionaux, entre la fin du iiie siècle et le tout début du ier siècle avant notre ère. En présentant des objets ou des reconstitutions, l’objectif était de montrer des aspects méconnus de la protohistoire, comme l’exploitation technique de l’or en tant que matière première, attirer l’attention sur des bijoux en or remarquables pour démontrer la technicité et la maîtrise de l’orfèvrerie par les peuples contemporains ou encore offrir au grand public une vision nouvelle de l’espace en scénographiant, à partir des données archéologiques et des images de fouilles, une ferme gauloise ou une tombe à char. Ces résultats de la recherche archéologique ont incité l’équipe du musée à renouveler la présentation muséographique de la collection permanente sur la partie concernant la protohistoire toulousaine, s’en tenant à la présentation d’objets et de maquettes avec un discours minimal, mais sans chercher à figurer les Gaulois. Cependant les termes simplificateurs « Gaulois » ou « Gauloise » restent utilisés. Cette question a donné lieu à de fructueux échanges entre les participants concernant la place à accorder aux reconstitutions d’activités artisanales et domestiques, comme au village gaulois de Saint-Julien, situé dans la région toulousaine, ou aux reconstitutions de batailles comme celles organisées au Muséoparc d’Alésia. L’on ne peut en effet approcher de près un passé aussi ancien que celui de la protohistoire. Le muséographe ou le médiateur doit donc développer des artifices pour exprimer « l’abîme du temps ». Cela est particulièrement important pour les reconstitutions.

  • 10 Merci à Vincent Guichard, Lionel Izac, Sandra Péré-Noguès et Évelyne Ugaglia pour leur relecture (...)

9Deux perspectives ont émergé des propositions présentées au cours de la journée d’étude : s’en tenir à la documentation archéologique, comme au musée Saint-Raymond, ou prendre comme sujet d’étude le lieu lui-même, plutôt que le peuple supposé l’avoir investi à un moment donné de son histoire, comme à Bibracte ou à Marseille. Il est peut-être finalement plus important de rattacher le public à un territoire, de lui donner à voir et à sentir une culture matérielle, sans pour autant rechercher une identification entre les Gaulois et nous, plutôt que de déconstruire un mythe constitutif de l’histoire nationale de la France10.

Haut de page

Notes

1 Cet atelier fait le bilan d’une Journée d’étude PLH-ERASME : « Les Gaulois au musée » Musée Saint-Raymond, Toulouse, 25 mai 2018.

2 L. Pechoux (dir.), Les Gaulois et leurs représentations, Paris, éditions Errance, 2011, p. 20.

3 S. Péré-Noguès, « Gaulois d’hier et d’aujourd’hui au miroir de quelques expositions récentes et des manuels scolaires », dans V. Castagnet-Lars (dir.), De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 210.

4 Pour reprendre l’expression de Patrick Boucheron dans sa leçon inaugurale au Collège de France : P. Boucheron, Ce que peut l’histoire, Paris, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales du Collège de France », n°259, 2016.

5 O. Hébert et L. Péchoux (dir.), Gaulois. Images, usages et stéréotypes, Paris, éditions Errance, 2017.

6 J.-L. Brunaux, Nicoby, L’enquête gauloise. De Massilia à Jules César, Paris, La revue dessinée/ La découverte, 2017.

7 Dossier de presse de l’exposition « Gaulois. Une exposition renversante », 9 octobre 2011, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/347/files/2011/12/DP-expo-La-Vilette-gaulois.pdf, consulté le 4 septembre 2018.

8 Un exemple en est donné avec l’affiche qui fut faite lors de la réouverture des salles concernant l’âge du Fer en 2012, et qui portait comme titre « Les Gaulois reviennent à Saint-Germain-en-Laye ».

9 Ch. Goudineau, Ch. Peyre, Bibracte et les Éduens. À la découverte d’un peuple gaulois, Paris, éditions Errance, 1993.

10 Merci à Vincent Guichard, Lionel Izac, Sandra Péré-Noguès et Évelyne Ugaglia pour leur relecture attentive et leurs suggestions pertinentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Rodes et Catherine Valenti, « Les Gaulois au musée »Anabases, 29 | 2019, 355-359.

Référence électronique

Aurélie Rodes et Catherine Valenti, « Les Gaulois au musée »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9337

Haut de page

Auteurs

Aurélie Rodes

Collège Michelet, Toulouse
aurelie.rodes@ac-toulouse.fr

Articles du même auteur

Catherine Valenti

Université Toulouse-Jean Jaurès

cvalenti@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search