Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mario Liverani, Imagining Babylon: The Modern Story of an Ancient City

Corinne Bonnet
p. 386-387
Référence(s) :

Mario Liverani, Imagining Babylon: The Modern Story of an Ancient City, Berlin – Boston, De Gruyter, Studies in Ancient Near Eastern Records 11, 2016, xviii + 488 p. 182 dollars / isbn 9781614516026.

Texte intégral

1Le livre de Mario Liverani est un tour de force et il embrasse une matière infiniment plus large que ce que le titre suggère. Certes, il est bien question de l’histoire moderne de la cité antique de Babylone – l’histoire de sa découverte et de ses multiples interprétations – mais plus globalement, ce que Mario Liverani offre, dans ce livre remarquable, c’est un parcours historiographique dense et passionnant sur l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient. En six parties, il dégage les lignes de force du travail d’exhumation et de lecture des traces du passé, en combinant les enjeux thématiques, méthodologiques et les évolutions de la discipline sur une durée de deux siècles environ.

2Paru initialement en italien, en 2013, ce livre est une somme, comme en témoigne la bibliographie finale qui ne compte pas moins de 78 pages. Les sujets abordés sont innombrables afin de décoder les Babylone que l’imagination et le travail critique des historiens ont fait naître ou ont restituées : l’empreinte du témoignage biblique (Babylone, Babel…) dans la reconstruction d’un passé marqué par un imaginaire foncièrement négatif ; le poids des lectures colonialistes ou, plus récemment, globalisées, dans la manière de mettre en scène l’Orient dans ses rapports avec l’Occident ; le recours problématique à des notions grecques pour appréhender la Mésopotamie, comme l’oikos ou la polis ; l’impact de plusieurs formes de déterminismes, géo­graphique, environnemental, économique ou idéologique… Babylone, par son impor­tance, son rayonnement, est le carrefour de nombreux questionnements sur ce qu’est une ville et un processus d’urbanisation, ce qu’est un empire et ses mécanismes de gestion, ce qu’est une révolution et ce que sont les cycles de l’histoire, etc.

3Liverani se meut avec la même aisance, la même érudition, avec un regard toujours aiguisé et lucide, de l’Anatolie aux frontières de l’Indus, en passant par Babylone, point focal de l’enquête, dont l’incroyable fortune est responsable de cristallisations historiographiques ici passées au crible fin. Elles engagent essentiellement une science « occidentale » : allemande, britannique, française, américaine, mais aussi italienne, russe, etc. L’analyse est structurée autour de six moments, six étapes du chemine­ment de la science. De la découverte de Babylone à la post-modernité, dans chaque chapitre, Liverani met en avant les figures marquantes, les idées et les débats, les méthodes nouvelles, les propositions et les procédures, les paradigmes et contre-paradigmes. On voit comment l’éventail des méthodes et des concepts s’ouvre, se diversifie par le biais d’une plus grande osmose entre les sciences humaines et sociales, voire au-delà. Avec équilibre et clairvoyance, Liverani montre les avantages et les limites de méthodologies récentes, comme la modélisation spatiale ou la 3D. Il souligne la complexité grandissante de l’herméneutique historienne, mais aussi les écueils inhérents à l’illusion du continuisme. Babylone est-elle une ville ou une non-ville ? Babylone est-elle structurée autour de households ? Que faut-il entendre par « palais » ou par « temple » ? Comment Babylone interagit-elle avec les périphéries ? Sur chacun de ces thèmes, Liverani trace le chemin de la recherche, restitue et analyse les apports des courants, des écoles, des personnes.

4On suit ainsi les traces de Frankfort, Weber, Childe, Andrae, Jacobsen, Polanyi, Adams, Margueron, Aurenche, McCormick Adams, etc. Une passionnante galerie de portraits, mais aussi et surtout de manières de faire de l’histoire et de l’archéologie, de lire les traces du passé, dans un va-et-vient tantôt fécond, tantôt risqué avec le présent. À partir du cas de « Babylone », on traverse deux siècles d’histoire intellectuelle dans laquelle le passé est sans cesse réactualisé, dans un mouvement qui pourrait être lu comme un progrès des connaissances, mais qui suggère à Mario Liverani d’autres considérations dans son trop bref « Épilogue ». Il y met en avant la notion de « parabole » comme clé de lecture de tout l’arc parcouru (p. 384-387), en assumant ce qu’une telle lecture peut avoir d’ego-centré. On termine le livre avec la sensation d’une conclusion escamotée, mais renouer, au terme d’un parcours si foisonnant, tous les fils de l’enquête eût été impossible et sans doute inutile.

5Ce livre est destiné à intéresser et enrichir un public bien plus large que celui des spécialistes du Proche-Orient ancien. C’est un modèle d’archéologie des savoirs, servi par une fouille minutieuse, attentive aux courants de pensée, aux effets de mode scientifique, aux avancées comme aux impasses. Les apports de l’histoire, de l’archéologie, de l’anthropologie, de la sociologie, des digital humanities même sont combinés et articulés, donnant à voir un paysage intellectuel savamment mis en ordre, mais suffisamment complexe pour éviter tout réductionnisme. Sur le plan épistémologique, les réflexions importantes de Liverani touchent aux conditions de production, de circulation et de reformu­lation des savoirs, autant de sujets que les lecteurs d’Anabases apprécieront.

6On peut regretter que la qualité de l’illustration ne soit pas toujours satisfaisante et que la cartographie trouve si peu de place dans un volume qui, depuis Babylone, se déploie sur de très amples territoires. En revanche, on sort de cette longue et exigeante lecture, enrichi et admiratif, convaincu de l’extrême intérêt de ce type d’analyses. Elles requièrent, il faut l’avouer, une expérience et une acuité hors du commun. Imaginer Babylone et se pencher sur les façons dont on l’a pensée, c’est en définitive réfléchir sur les manières d’écrire l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonnet, « Mario Liverani, Imagining Babylon: The Modern Story of an Ancient City », Anabases, 29 | 2019, 386-387.

Référence électronique

Corinne Bonnet, « Mario Liverani, Imagining Babylon: The Modern Story of an Ancient City », Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9465 ; DOI : 10.4000/anabases.9465

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
  • Logo Université Toulouse Jean-Jaurès
  • Logo Patrimoine, Littérature, Histoire
  • OpenEdition Journals