Skip to navigation – Site map

HomeNuméros29Comptes rendusFrançoise-Hélène Massa-Pairault, ...

Comptes rendus

Françoise-Hélène Massa-Pairault, Claude Pouzadoux (dir.), Géants et Gigantomachie entre Orient et Occident

Carine Giovénal
p. 387-389
Bibliographical reference

Françoise-Hélène Massa-Pairault, Claude Pouzadoux (dir.), Géants et Gigantomachie entre Orient et Occident, Naples, Collection du Centre Jean Bérard n°47, 2017, 278 p., 48 euros / isbn 978-2-918887-74-4.

Full text

1Cet ouvrage constitue la publication collective des actes du colloque organisé par le Centre Jean Bérard (cnrs/efr) à Naples les 14 et 15 novembre 2013, sous la direction de Françoise-Hélène Massa-Pairault et de Claude Pouzadoux. Il s’agit de dix-huit articles répartis en quatre axes thématiques : « Les gigantomachies aux époques archaïques et classiques », « Les Géants en Apulie », « L’époque hellé­nistique » et « Avatars », qui présentent les diverses interprétations sur le thème iconographique de la Gigantomachie en Grèce, en Italie et en Asie Mineure de l’époque archaïque à l’époque romaine et jusqu’à nos jours. Dans l’introduction, Françoise-Hélène Massa-Pairault présente l’évolution des figures des Géants dans le temps et dans l’espace – Grèce, Italie, Asie Mineure – tout en soulignant le message allégorique inhérent à la Gigantomachie en tant que contestation de l’ordre établi, ainsi que le symbolisme politique dont les Géants ont été porteurs en Grèce et principalement à Athènes, comme le démontrent la fête des Panathénées, le théâtre et les œuvres d’art public. 

2Dans la première partie, Mario Torelli se concentre sur la perception de la Gigantomachie en Étrurie à travers l’étude des appliques en bronze de chars archaïques. Il attribue l’apparition de ce thème figuratif en Étrurie à la diffusion de la poésie grecque de la seconde moitié du viie et du début du vie siècle av. J.-C. dans la région. Dans leur intervention, Mauro Menichetti et Luca Cerchiai s’appliquent à fournir un cadre de référence sur le rapport entre Gigantomachie et rapports agonistiques dans le monde étrusque, en complément de l’intervention de M. Torelli. Ils soulignent l’importante contribution de la céramique du vie siècle à l’évolution sémantique du thème pictural vers une signification davantage agonistique. Valentini Nizzo s’intéresse, quant à lui, à une série de représentations vasculaires à figures noires et rouges inspirées de la gigantomachie et découvertes à Spina par P.E. Arias dans les années 1950. Enfin, Federica Giacobello se consacre à l’étude du cratère 81521 du Musée Archéologique National (MAN) de Naples représentant la Gigantomachie, daté de la fin du ve siècle av. J.-C. et attribué au Peintre de Talos.

3Dans la seconde partie, Frank Hildebrandt présente deux vases apuliens fragmentaires du Museum für Kunst und Gewerbe à Hambourg décorés de scènes de la Gigantomachie, notamment un cratère à volutes fragmentaire attribué au Peintre de Darius et daté de 340 av. J.-C. L’article suivant de Luca Giuliani présente une étude axée sur l’évolution du motif iconographique de la Gigantomachie en Apulie et sur les innovations apportées par les artistes locaux. On y soulignera la division de l’espace vasculaire en deux parties symbolisant la terre et le ciel et la mise en valeur des combats individuels entre un dieu et un géant. Eliana Mugione revient sur le symbolisme de la Gigantomachie à Athènes, constituant une allégorie des Guerres Médiques, de la lutte de la civilisation contre la barbarie. Elle évoque l’introduction de la figure de Dionysos dans les représentations de la scène dès l’époque archaïque, soulignant le rôle important que le dieu a progressivement assumé, en tant que figure de l’altérité. Claude Pouzadoux étudie le passage au ive siècle de ce thème figuratif de la Grèce aux cités-états de l’Italie du Sud qui ont adopté le symbolisme de l’altérité, afin d’exprimer leurs rapports avec les peuples autochtones de leur région.

4La partie 3, « L’époque hellénistique », commence avec Évelyne Prioux qui analyse le rôle de la Gigantomachie dans la poésie hellénistique. Son texte met l’accent sur deux questions : les poètes hellénistiques ont-ils en effet composé des œuvres inspirées de la Gigantomachie ? Si tel était le cas, sous quelle lumière ont-ils présenté les Géants ? Enfin, l’auteur aborde les réflexions esthétiques dont les Géants ont fait l’objet par des poètes de diverses époques, tels Aristophane, Théocrite et Ovide. L’article de Françoise-Hélène Massa-Pairault se propose d’examiner le camée d’Athénion (MAN Naples 25848), alors que dans le même contexte, Filippo Coarelli oriente le débat sur une datation plus basse de l’Autel de Pergame. François Queyrel, pour sa part, présente la transposition de la Gigantomachie dans le contexte des guerres entre les Grecs et les Galates. Les figures des Géants vaincus symbolisent désormais les défaites des Galates qui ont ainsi remplacé les Perses dans l’allégorie politique que le thème a assumée depuis l’époque archaïque. L’article de Pascale Linant de Bellefonds s’intéresse à la figure du géant ailé et anguipède, hybride de nature céleste et chtonienne, qui n’a pas survécu très longtemps dans la sphère artistique en raison de la transformation du thème de la Gigantomachie à l’époque romaine en motif générique symbolisant le combat entre l’ordre établi et le chaos et où les Géants se sont transformés en un groupe menaçant anonyme. Enfin, Pierre Leriche présente au lecteur un emblêma mis au jour en 2009 dans l’Ancienne Termez en Bactriane – Ouzbékistan actuel –, qui est décoré de la Gigantomachie. Il procède à la description et à l’analyse de la scène afin d’identifier les personnages représentés par le biais aussi bien des postures et des habits des combattants que de l’étude parallèle d’abord de récits antiques (L’Odyssée d’Homère, la Théogonie d’Hésiode), puis de monuments célèbres (Autel de Pergame).

5Dans la conclusion, « Avatars », on souli­gnera la remarquable contribution de Claude Frontisi qui explore l’émergence de la Gigantomachie à partir des cosmogonies antiques fondées sur le conflit entre les forces primaires — Bien/Mal, Ordre/Chaos. Il évoque la transposition du motif antique dans l’art de la Renaissance à travers la revivification de l’intérêt émanant des érudits de l’époque — auteurs, philosophes et artistes — envers les textes et les vestiges antiques qui se focalisent sur les célèbres Géants, autres que ceux ayant participé au combat contre les Olympiens, comme Polyphème et Goliath, et surtout Orion.

6Les actes du colloque sont accompagnés d’un court catalogue de l’exposition « Géants et gigantomachies entre Orient et Occident » présentée au Musée National Archéologique de Naples entre novembre 2013 et mars 2014 sous l’égide de nombre d’institutions italiennes et françaises. L’ouvrage comprend les quinze panneaux et notices didactiques présentés lors de l’exposition, accompagnés d’un riche matériel iconographique (œuvres d’art, inscriptions, cartes) qui aidaient le visiteur à suivre l’évolution du mythe des Géants et son symbolisme dans le temps (du vie siècle av. J.-C. au ve siècle ap. J.-C.) et l’espace (Grèce, Italie, Asie Mineure), à travers des exemples caractéristiques de la littérature et des arts antiques associés à divers aspects de la vie (symposion, politique, culte, sépulture).

7Cette publication du Centre Bérard offre un remarquable panel d’un motif icono­graphique qui a marqué auteurs et artistes de l’Antiquité à nos jours. D’une très haute qualité visuelle, l’ouvrage propose des études approfondies accessibles à un large public et touche des domaines aussi variés que la littérature, l’art, la cosmographie, la religion. Une lecture passionnante qui séduira aussi bien les amateurs d’art que les spécialistes du sujet de la Gigantomachie.

Top of page

References

Bibliographical reference

Carine Giovénal, Françoise-Hélène Massa-Pairault, Claude Pouzadoux (dir.), Géants et Gigantomachie entre Orient et OccidentAnabases, 29 | 2019, 387-389.

Electronic reference

Carine Giovénal, Françoise-Hélène Massa-Pairault, Claude Pouzadoux (dir.), Géants et Gigantomachie entre Orient et OccidentAnabases [Online], 29 | 2019, Online since 14 April 2019, connection on 01 March 2021. URL: http://journals.openedition.org/anabases/9473; DOI: https://doi.org/10.4000/anabases.9473

Top of page

Copyright

© Anabases

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search