Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Comptes rendusScott McGill, Joseph Pucci (éd.),...

Comptes rendus

Scott McGill, Joseph Pucci (éd.), Classics renewed. Reception and Innovation in the Latin Poetry of Late Antiquity

Séverine Clément-Tarantino
p. 389-391
Référence(s) :

Scott McGill, Joseph Pucci (éd.), Classics renewed. Reception and Innovation in the Latin Poetry of Late Antiquity, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, Bibliothek der klassischen Altertumswissenschaften, hrsg von J. Paul Schwindt, Neue Folge 2. Reihe, Band 152, 2016, 430 p., 48 euros /isbn 9783825364489.

Texte intégral

1Cet ouvrage extrêmement stimulant regroupe une sélection de travaux présentés originellement lors d’un colloque en deux parties qui s’est tenu à Rice University et à Brown University en 2011 : la sélection s’est faite autour de la question de la réception des textes classiques dans l’Antiquité tardive ; les deux derniers articles [voir le sommaire infra] excèdent ces limites, mais ils forment un prolongement intéressant du sujet puisqu’il y est question de l’époque carolingienne et du rapport qu’elle entre­tient elle-même avec les œuvres de l’Antiquité et classique et tardive.

215 contributions au total, sur des auteurs variés (seul Claudien apparaît dans trois chapitres, mais les textes ou les passages considérés, ainsi que les questionnements, diffèrent ; les types de textes étudiés sont également variés : ainsi, la poésie épigraphique est mise à l’honneur dans la contribution de D. Trout), qui permettent au lecteur moins familier de l’Antiquité tardive d’y faire un « bain » de poésie très instructif et enrichissant, surtout si ce lecteur ou cette lectrice s’intéresse aux problématiques de la réception et de l’intertextualité.

3Conformément à ce qu’annoncent son titre et son sous-titre, un des maîtres-mots de l’ouvrage est la nouveauté propre à la poésie latine tardive : la présence des auteurs classiques dans les œuvres est importante, mais celles-ci apparaissent comme dominées par la volonté de créer une esthétique nouvelle, d’exprimer de nouvelles façons de penser, de renouveler profondément des genres poétiques donnés (l’épopée de Juvencus étudiée par S. Mc Gill, par exemple, épopée véridique, qui adopte néanmoins Virgile comme son modèle-code et fait, en tout cas, sien le langage virgilien, se distingue absolument de tout précédent épique parce qu’elle est la première à transformer les Évangiles en poèmes narratifs en hexamètres ; la bucolique dans le Carmen de mortibus boum d’Endelechius au cœur de l’étude de P. Schierl – s’écrit dans le mètre lyrique horatien de manière à être constituée de trente-trois strophes (« christiques »). Le contexte poussait clairement à un tel renouvellement : le christianisme constituait un nouveau cadre culturel, que les auteurs non chrétiens ne pouvaient pas ignorer. Pour autant, l’attitude vis-à-vis des modèles classiques apparaît comme n’étant pas seulement faite d’opposition ou de subversion (un exemple de Kontrastimitation est néanmoins brillamment présenté par E.J. Hutchinson à propos du Carmen Paschale de Sedulius). La variété des cas d’étude et, peut-être aussi, des références intertextuelles propres à chaque contributeur, fait qu’on obtient une vue complexe, en aucun cas schématique : comme l’oppositio in imitando, le fameux « Jeweled style » ne caractérise pas au même degré toutes les œuvres de la période considérée ; ainsi, selon l’analyse de S. Schottenius Cullhed, un trait majeur du rapport que Proba, dans son centon virgilien, entretient à la fois avec Virgile et la Bible est la recherche d’unification ; le modèle virgilien est alors vu comme intégré à une construction qui respecte la nécessité de cohérence du centon selon Ausone.

4Un enjeu majeur du livre consiste à renforcer l’idée d’une spécificité de la poésie latine tardive, en particulier dans la relation qu’elle entretient avec ses modèles et dans les pratiques et procédés intertextuels liés : les notions utilisées par les différents contributeurs ne sont pas toutes nouvelles (on retrouve par exemple souvent les noms de S. Hinds et de R.F. Thomas, dont les travaux ont été et demeurent si importants pour l’analyse et l’appréciation de l’intertextualité dans la poésie augustéenne). Mais en écho à la remarque de M. Formisano rappelée en introduction (p. 16), selon laquelle cette poésie latine tardive si nouvelle exige parfois de nouveaux outils d’analyse, des notions – relativement – moins courantes sont aussi utilisées dans le volume, comme l’idée d’allusions référentielles vs non-référentielles, le concept d’imi­tation itérative (central dans l’article particulièrement stimulant de B. Mulligan, qui reconsidère d’ailleurs utilement le lien étroit entre traduction et imitation).

5Si de rares critiques doivent être faites au volume, l’une tient peut-être au fait qu’on n’est pas toujours absolument convaincu par l’idée d’une spécificité des démarches intertextuelles ou allusives étudiées. À plusieurs reprises, toutefois, cette objection est anticipée et des arguments supplémentaires sont avancés, qui consistent notamment à tenir compte du contexte et d’un cadre de référence qui rendent nécessairement les procédés en question différents. Par ailleurs, les critères de repérage des allusions auraient parfois gagné à être explicités de manière à rendre celles-ci plus sûres et, par là encore, à faire apparaître leur différence par rapport aux allusions que pratiquaient les poètes classiques. Ce manque est cepen­dant tout relatif parce qu’une des très grandes qualités de l’ouvrage consiste dans ses apports méthodologiques : plusieurs auteurs du volume balisent, discutent, nuancent les lectures qu’ils font des allusions et intertextes d’une manière qui est à la fois honnête, lucide, claire et en définitive exemplaire et utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Clément-Tarantino, « Scott McGill, Joseph Pucci (éd.), Classics renewed. Reception and Innovation in the Latin Poetry of Late Antiquity »Anabases, 29 | 2019, 389-391.

Référence électronique

Séverine Clément-Tarantino, « Scott McGill, Joseph Pucci (éd.), Classics renewed. Reception and Innovation in the Latin Poetry of Late Antiquity »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2019, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9480

Haut de page

Auteur

Séverine Clément-Tarantino

Université de Lille shs ; halma, umr 8164
severine.tarantino@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search