Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Comptes rendusMaxwell T. Paule, Canidia, Rome’s...

Comptes rendus

Maxwell T. Paule, Canidia, Rome’s First Witch

Cyrielle Landrea
p. 391-392
Référence(s) :

Maxwell T. Paule, Canidia, Rome’s First Witch, Londres – New York, Bloomsbury Academic, 2017, 218 p., 114 dollars / isbn 9781350003880.

Texte intégral

1L’évocation des sorcières ne fait pas d’emblée penser à l’Antiquité. Pourtant le monde gréco-romain a conservé le souvenir de figures incontournables et exceptionnelles telles Médée ou Erichto. D’autres personnages sont réputés secondaires, comme Canidia, même si c’est un personnage récurrent des poèmes d’Horace, une « dark anti-muse » selon l’auteur (p. 1). La complexité de Canidia apparaît dans les Épodes et les Satires. Figure tantôt inquiétante tantôt risible, elle tue, empoisonne, pratique des rituels magiques… Cependant l’historiographie a longtemps négligé une étude exhaustive du personnage, c’est pourquoi l’auteur propose ici une analyse systématique en cinq chapitres des occurrences de Canidia dans l’œuvre d’Horace.

2Le premier chapitre (Canidia, or what is a witch ?) fait d’abord office d’introduction et permet de justifier les choix de M. T. Paule. L’identification à Gratidia, une parfumeuse originaire de Naples, est ainsi d’emblée réfutée. Canidia serait donc bien un personnage fictif. Ensuite, contrairement aux idées reçues, les sorcières romaines ne formaient pas une catégorie uniforme et l’auteur veut démontrer que chaque apparition de Canidia dans les poèmes d’Horace offre une facette différente de la précédente. Cette « demonic figure » (p. 2) sait s’adapter à toutes les situations. M. T. Paule compare alors les sorcières antiques à des figures démoniaques. Ce chapitre est d’ailleurs plus largement l’occasion de faire le point sur les sorcières dans la littérature latine. Le terme générique de « witch » est trop vague par rapport à la terminologie latine qui décrit plus précisément des détentrices de pouvoirs spécifiques (anus, lamia, maga, saga, uenefica…). Le vocabulaire latin est étudié afin de dégager la complexité de la figure de la sorcière. 

3Dans le deuxième chapitre (Satire 1.8 : Canidia in the gardens of Maecenas), Canidia est dépeinte comme une intruse et une magicienne peu crédible, avant d’être chassée des Jardins de Mécène par une statue de Priape. Plusieurs niveaux de lecture sont possibles. D’abord en utilisant les horti comme un cimetière pour ses rites magiques, elle remettait en cause l’espace même des jardins alors en quête de pureté. En effet le terrain acquis récemment par Mécène souffrait de son passé de cimetière. Puis l’expulsion de l’intruse doit être vue comme une « metanarrative of Horace’s own poetic struggles with the composition of the Satires » (p. 20). C’est effectivement une métaphore du travail poétique avec les défis à relever par le poète pour créer une nouvelle forme de satire. 

4Le chapitre suivant (Hag and snatcher: Canidia as child-killing demon in Epode 5) étudie sa facette la plus épouvantable, celle rappelant les anciennes entités démo­niaques tueuses d’enfants (Lilith dans l’Orient ancien, Lamia dans le monde grec et la strix à Rome). Canidia prévoit l’enlèvement et le meurtre d’un enfant. L’auteur établit alors des liens entre la Cinquième épode et la Quatrième églogue de Virgile mettant en scène la naissance à venir d’un enfant et l’arrivée de l’âge d’or. L’auteur analyse de manière claire et précise les comparaisons (p. 79-87), car le poème d’Horace pourrait être perçu comme une réponse aux attentes d’une paix à venir prédite par Virgile dans son églogue. 

5Le dernier poème des Épodes laisse encore apparaître une autre Canidia, une sorte de séductrice tueuse et torturant Horace. La figure de l’empusa est donc analysée dans le quatrième chapitre (Routing the empusa: the iambic Canidia of Epode 17). La sorcière serait en fait selon l’auteur la personnification féminine des Épodes d’Horace. Enfin le dernier chapitre s’intéresse aux autres mentions mineures de Canidia mettant en lumière ses capacités d’empoisonneuse : la préparation des poisons dans la Troisième épode, l’utilisation de l’Albuci uenenum dans la Satire, 2, 1 et la réputation d’un souffle mortel dans la Satire, 2, 8.

6Pour conclure, le simple terme de « witch » semble trop réducteur pour décrire la complexité du personnage. C’est pourquoi Canidia occupe une place à part parmi les grandes figures de la sorcellerie dans l’Antiquité et l’ouvrage a bien montré le caractère pluriel et mouvant du personnage. Même si le public visé est d’emblée celui des spécialistes d’Horace, l’ouvrage se veut très accessible, y compris pour des étudiants. L’accessibilité est notamment facilitée par des propos clairs et résumés à chaque fin de chapitre. Pour faciliter l’immersion dans le texte poétique, les vers latins sont toujours assortis d’une traduction anglaise. L’ensemble est aussi accompagné de notes regroupées à la fin de l’ouvrage (p. 151-198), ce qui rend hélas leur consultation malaisée. Le lecteur trouvera également une bibliographie en grande majorité en langue anglaise (p. 199-213) et un index général (p. 215-218).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrielle Landrea, « Maxwell T. Paule, Canidia, Rome’s First Witch »Anabases, 29 | 2019, 391-392.

Référence électronique

Cyrielle Landrea, « Maxwell T. Paule, Canidia, Rome’s First Witch »Anabases [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 14 avril 2019, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9488 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9488

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search