Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Traditions du patrimoine antiqueLe pindarisme et l’archéologie mu...

Traditions du patrimoine antique

Le pindarisme et l’archéologie musicale : style, valeur et authenticité de la première Pythique à l’époque moderne

Christophe Corbier
p. 33-51

Résumés

Le fragment de la première Pythique de Pindare avec notation musicale a été publié par Athanasius Kircher dans la Musurgia Universalis en 1650. Ce fragment, aujourd’hui rejeté comme faux ou pastiche, a été considéré néanmoins comme un document important concernant la musique grecque antique jusqu’au xxe siècle. Bien que quelques érudits aient fait preuve de scepticisme depuis la fin du xviiie siècle, la première Pythique a été étudiée régulièrement par de nombreux historiens, notamment August Böckh. Dans son traité De Metris Pindari (1811), Böckh considérait ces quelques vers comme un specimen véritable de « musique dorienne ». D’autres historiens de la musique grecque antique (Jean-Jacques Rousseau, Fétis, Gevaert, Maurice Emmanuel) se sont servis de ce fragment pour souligner la différence entre les Grecs et les Modernes. Dans notre article, nous montrerons donc comment ces savants ont construit une théorie de la « musique grecque » à partir de documents philologiques qui ont été tenus pour « authentiques » pendant trois siècles, ce qui leur a permis d’évaluer les pratiques musicales des Grecs et des Modernes dans une perspective critique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Impressions morales et authenticité : dialogue de Jean-Jacques Rousseau avec Charles Burney
Du « style pindarique » au « style dorien » 
Philologie et musicologie : une histoire plurielle de la Pythique

Aperçu du texte

En 1943, André Jolivet compose une musique de scène pour Iphigénie à Delphes de Gerhard Hauptmann, traduite en français et représentée le 27 mai de cette même année à la Comédie-Française, aux heures sombres de l’Occupation. Afin de donner à sa partition un air antiquisant, Jolivet utilise un certain nombre de « modes » grecs et cite les deux hymnes delphiques dans le Prélude (« Aurore magique »), ainsi que le fragment musical de la première Pythique de Pindare dans la séquence finale « Joie dionysiaque ». Comme Camille Saint-Saëns (Antigone, 1893), Camille Erlanger (Le fils de l’étoile, 1904), Maurice Emmanuel (Salamine, 1929), Jacques Chailley (Les Perses, 1936), Jolivet se sert des informations livrées par l’archéologie musicale afin d’écrire une partition évoquant l’Antiquité grecque dans sa dimension sonore et musicale. Ce qui est étonnant, c’est qu’il utilise la Pythique de Pindare, un morceau douteux presque unanimement considéré à cette époque comme un faux, comme le notait ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Corbier, « Le pindarisme et l’archéologie musicale : style, valeur et authenticité de la première Pythique à l’époque moderne »Anabases, 30 | 2019, 33-51.

Référence électronique

Christophe Corbier, « Le pindarisme et l’archéologie musicale : style, valeur et authenticité de la première Pythique à l’époque moderne »Anabases [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 21 octobre 2021, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9728 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9728

Haut de page

Auteur

Christophe Corbier

CNRS - IReMus - UMR 8223
2 rue de Louvois 75002 Paris
christophecorbier@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search