Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Archéologie des savoirsDossier – Perpétuer Ovide : aspe...Ovide en classe, ou un auteur en ...

Archéologie des savoirs
Dossier – Perpétuer Ovide : aspects moraux, éditoriaux, linguistiques et culturels (IVe-VIIIe s.)

Ovide en classe, ou un auteur en éclats

Martine Furno
p. 127-142

Résumés

Du xvie siècle à nos jours, Ovide a toujours été un auteur paradoxal dans les cursus scolaires, nécessaire à la culture générale mais embarrassant dans les collèges. Certains de ses textes doivent être lus, mais beaucoup d’autres ne sont connus que par extraits et dans des versions expurgées de tout passage licencieux ou jugé immoral. Il n’y avait pas de différence entre les enseignements protestants et catholiques, et les livres d’écoles usaient à peu près des mêmes expédients pour expurger le texte. Cet article passe d’abord en revue les textes programmatiques des Académies protestantes et des collèges jésuites du xvie au xviiie siècle en considérant la place qu’ils réservent à Ovide, puis les moyens par lesquels les éditions scolaires ont rendu ces consignes efficientes et la lecture d’Ovide acceptable dans une classe.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

De Sturm à Rollin : un auteur inévitable mais embarrassant
De Hermann Torrentinus à Daniel Crespin : une impossible lecture suivie

Aperçu du texte

Ovide est un auteur paradoxal dans l’histoire de la transmission de la culture latine. Sa lecture a fasciné le Moyen Âge dès le xiie siècle, au point d’en faire après Virgile l’auteur le plus lu à cette époque par les lettrés, en latin comme en langue vernaculaire ; mais il reste un auteur connu par certaines de ses œuvres, non par l’ensemble de celles-ci.

Cette caractéristique tient sans doute à la place donnée à cet auteur dans le cursus scolaire. Poète léger voire immoral dans certaines élégies, classique un peu moralisateur dans les textes de l’exil et certains passages des Métamorphoses, historien utile pour documenter l’histoire de Rome dans les Fastes : autant de facettes difficiles à présenter en classe. Les écoles ont souvent préféré à Ovide les contours nets de l’Énéide par exemple, que l’on peut placer entre toutes les mains à différents moments de l’apprentissage avec un minimum de préparation. Cette difficulté, visible dès la lecture ovidienne du Moyen Âge, ne s’est pas ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Furno, « Ovide en classe, ou un auteur en éclats »Anabases, 30 | 2019, 127-142.

Référence électronique

Martine Furno, « Ovide en classe, ou un auteur en éclats »Anabases [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 21 octobre 2021, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anabases/9957 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anabases.9957

Haut de page

Auteur

Martine Furno

IHRIM, UMR 5317, Ens Lyon
Université Grenoble Alpes
87 avenue de Romans
26000 Valence
martine.furno@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Anabases

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search