Navigation – Plan du site

Texte intégral

Différentes étapes de l’expansion ottomane

Différentes étapes de l’expansion ottomane

1Bien qu’il ne soit pas évident de dater le début de la fin de l’Empire ottoman, la Première Guerre mondiale peut être considérée comme l’achèvement de la longue agonie de ce qu’il était convenu d’appeler « l’homme malade de l’Europe ». En ce sens, 2014 marque le centenaire du début de cet événement qui met fin à l’existence d’un espace unifié plus que millénaire, en continuité avec les empires romain, puis byzantin et enfin ottoman en Méditerranée orientale. Un siècle après, qu’en est-il ? La thèse d’une région intermédiaire en Méditerranée orientale avancée par Dimitri Kitsikis et reprise par Stéphane Yerasimos serait-elle définitivement enterrée ou existerait-il encore des éléments de continuités ? Les livraisons précédentes d’ANATOLI, les numéros 1 et 4 en particulier, ont traité les dimensions géopolitiques et culturelles de cette problématique. La présente livraison se focalise sur les déterminants économiques de celle-ci, et plus particulièrement sur la problématique des influences de l’héritage ottoman sur le développement économique et la co­opération économique régionale.

  • 1  Le PNB/habitant en parité de pouvoir d’achat varie de 76 330 dollars au Qatar à 2 470 dollars au Y (...)
  • 2  Dans son analyse de la crise grecque, Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe déclarait : « (...)
  • 3  Le point 12 souhaite que « aux autres nations qui se trouvent présentement sous la domination turq (...)
  • 4  Dans un entretien accordé au quotidien turc Milliyet, le vice-premier ministre Ali Babacan en char (...)

2Cet espace, s’il avait continué d’exister, aurait représenté de nos jours environ 6 % du PNB mondial, et aurait été classé au sein de la catégorie de pays en développement avec un PNB/habitant moyen de 12 000 dollars (en parité de pouvoir d’achat). Il convient de noter toutefois qu’il ne s’agit plus d’un espace économique homogène. Celui-ci est en effet caractérisé par des disparités importantes tant sur le plan de niveau de vie que des structures productives1. Qui plus est, cet espace est fragmenté par les frontières des États-nations qui se sont constitués à la suite de la Première Guerre mondiale. Par conséquent, parler d’un espace économique post-ottoman un siècle après la dislocation de l’Empire peut paraître dénué de sens. Force est de constater cependant que cet héritage continue d’être avancé parmi les déterminants du retard de développement dans cet espace. L’héritage ottoman est d’autant plus d’actualité que celui-ci est tenu pour responsable de la crise économique que traversent certains pays membres de l’Union européenne2. Les propos tenus rappellent en effet ceux du président Wilson au lendemain de la Première Guerre mondiale mettant l’accent sur l’influence « négative » de l’Empire sur le développement économique3. À l’opposé, d’autres acteurs, qualifiés de « néo-ottomanistes », convaincus qu’il s’agit encore de nos jours d’« une aire économique unifiée », suggèrent la mise en œuvre par les États de la région de politiques volontaristes pour se réapproprier les avantages découlant de l’intégration économique régionale4. Dans un cas comme dans l’autre, ces considérations mettent en avant l’héritage ottoman. Quel est l’impact de cet héritage sur les configurations économiques en Méditerranée orientale ?

3La réflexion sur l’existence d’un lien de cause à effet entre l’héritage ottoman et les configurations économiques actuelles en Méditerranée orientale, passe inéluctablement par une approche historique des faits et de la pensée économiques au moment de la dislocation de l’Empire ottoman. Cette approche a le mérite de faire apparaître non seulement les ruptures, mais aussi les continuités qui déterminent les contours de cet héritage. Les éléments constitutifs de ce dernier une fois identifiés, il est alors possible de réfléchir sur les conséquences de celui-ci sur les configurations économiques actuelles. Quel est l’impact de cet héritage sur les comportements économiques des agents privés et publics ? Cet héritage conditionne-t‑il encore les perspectives de coopération économique dans cette région ? Telles sont les interrogations qui motivent les questionnements de la cinquième livraison d’ANATOLI dont les prémices remontent aux différentes réflexions menées dans les différents numéros des CEMOTI, comme celui du numéro 15 qui s’interrogeait sur les perspectives du projet de coopération autour de la mer Noire, ou celui du numéro 16 intitulé « Istanbul Oulan Bator » qui s’interrogeait sur l’« aire turcophone » en Asie centrale, suivant les intuitions du fondateur et directeur des CEMOTI, Semih Vaner.

  • 5  Voir Halil nalcık, Osmanlı Imparatorluğu’nun ekonomik ve sosyal tarihi (Histoire économique et (...)

4La littérature qui pourrait servir à cerner les éléments constitutifs de l’héritage ottoman5 met en avant deux catégories de déterminants qui renvoient d’une part aux dynamiques externes – caractérisées par la première vague de mondialisation économique (1870‑1914), ainsi que par la montée du colonialisme de la période d’avant-guerre – et d’autre part aux dynamiques internes – qui s’appuient sur l’hypothèse du « mode de production asiatique » auquel cas le sous-développement de l’espace concerné serait dû à la « gestion économique ottomane ».

Dynamiques de la périphérisation de l’économie ottomane

5Sur le registre des dynamiques externes, les modalités d’articulation de l’Empire à l’économie mondiale à la veille de la Première Guerre mondiale offrent un champ d’analyse intéressant pour comprendre l’héritage ottoman. Les différentes observations témoignent d’une intégration avancée d’une partie de l’espace impérial à l’économie mondiale dans un contexte marqué par la fin de la première vague de mondialisation. Comme l’affirme Immanuel Wallerstein, au xixe siècle, « l’Empire ottoman n’était plus un empire-monde, mais simplement un État de plus, situé à l’intérieur des frontières de l’économie-monde capitaliste. La production dans l’Empire ottoman était devenue “périphérique”. » L’histoire de l’Empire ottoman offre selon lui « un champ d’analyse ouvrant des perspectives considérables pour progresser dans la compréhension du processus de périphérisation, avec la disparition d’un mode de production redistributif/tributaire à travers son absorption par un mode capitaliste. » La problématique de l’articulation de l’Empire ottoman à l’économie-monde capitaliste apparaît également dans l’analyse de Çağlar Keyder. Sa réflexion qui décrit l’opposition entre les villes portuaires globalisées avec leurs populations cosmopolites favorables au maintien de l’espace impérial et les hinterlands beaucoup moins intégrés revendiquant la création d’espaces nationaux, permet de comprendre les dynamiques en œuvre dans le processus de dislocation de l’espace impérial, ainsi que les conséquences économiques de la formation des États-nations. Selon lui :

« Avec la désintégration de l’économie globale du xixe siècle après la Première Guerre mondiale, la base matérielle pour la viabilité des villes-port s’est érodée. Les politiques des nouveaux États-nations et la restructuration de l’économie-monde ont fini par éloigner le centre de gravité des villes côtières commerçantes. Les nouveaux États se sont légitimés sur la base d’une suspicion active contre la géographie des vieux empires. »

6Il s’agissait d’une véritable rupture, dans la mesure où « avec les nouvelles frontières, jalousement gardées, les réseaux économiques avaient été rudement perturbés. »

  • 6  Qualifiées de « concessions gracieuses » par Jacques Thobie ou de « mesures ayant pour but d’apais (...)

7La rupture apparaît également avec la disparition des « capitulations », privilèges accordés par les Ottomans aux commerçants européens, qui constituent un exemple d’extraterritorialité dans le domaine juridique6. Souvent étudiées sous l’angle de la domination de l’Empire ottoman par les puissances européennes qui ont laissé des traces dans la mémoire collective turque, les capitulations apparaissent sous un autre angle dans l’analyse de Timur Kuran. En effet :

« Les sultans, qui ont accepté les premières capitulations à cause des gains politiques et économiques immédiats, n’ont pas tenu compte des intérêts des marchands musulmans. Cependant ils n’avaient pas l’intention de les marginaliser vis-à-vis des minorités indigènes ou des étrangers. Le résultat observé dépendit de l’évolution ultérieure des institutions à l’Ouest qu’ils n’avaient pas su prévoir. Si les institutions économiques occidentales avaient stagné après le xvie siècle, les privilèges des marchands étrangers n’auraient pas posé de problème majeur aux marchands indigènes du Moyen-Orient. »

8Il n’en demeure pas moins que les capitulations ont ouvert la voie à l’accord de libre-échange anglo-ottoman (1838) et à l’expérience de l’administration de la Dette publique ottomane (1881). Mais au-delà de cette observation, Timur Kuran tire une autre conclusion de l’expérience des capitulations de par leurs conséquences inattendues même sur la vie économique actuelle dans l’espace post-ottoman. Il observe à juste titre que « les capitulations ont familiarisé la région aux pratiques commerciales, aux formes d’organisation et aux procédures juridiques sans fondement islamique. » Par conséquent « les capitulations ont été donc une étape vers les réformes économiques importantes des xixe et xxe siècles, importantes parce qu’elles ont essentiellement rompu le lien entre la vie économique quotidienne et le droit islamique. » Les initiatives récentes de la bourgeoisie islamique appuyée par le pouvoir politique en place en Turquie décrites par Dilek Yankaya dans la dernière partie de cette livraison confirment cette évolution judicieusement observée par Timur Kuran.

Dynamiques économiques internes de la dislocation de l’espace impérial

9Face aux dynamiques de l’économie mondiale de l’époque, quelle a été la réaction des Ottomans ? À ce propos la contribution de Stefania Ecchia sur la politique économique à la fin de l’Empire ottoman (1876‑1922) offre des clés de lecture pour comprendre le mélange des dynamiques économiques externes et internes à l’origine de la dislocation de l’Empire ottoman. À côté de la grande dépression (1873‑1896) qui souligne l’impact des dynamiques externes, son analyse met l’accent sur les dynamiques internes. La faiblesse de l’État ottoman à collecter les impôts, conjuguée aux suppléments de dépenses générées par les conflits militaires, avait débouché sur le moratoire de l’Empire (1876) et sur la mise en place de l’administration de la Dette publique ottomane (1881) pour collecter directement les recettes destinées au remboursement de la dette. La fin de l’Empire est caractérisée par une prise de conscience de la nécessité des réformes économiques destinées à accroître la productivité. En effet :

« Alors que la période qui avait précédé [le moratoire] les gouvernements ottomans avaient emprunté pour financer les dépenses improductives, Abdülhamit II et les Jeunes Turcs étaient conscients de la nécessité de mettre en œuvre des réformes économiques radicales et d’utiliser les fonds empruntés pour améliorer la capacité productive de l’Empire. »

  • 7  Voir Tevfik Guran, The First statistical yearbook of Ottoman empire, Historical Statistics Series (...)

10L’analyse de Stefania Ecchia ajoute que les réformes ainsi que les enseignements de l’expérience de l’administration de la Dette publique ottomane peuvent être considérées comme des actes fondateurs d’une gestion rationnelle des finances publiques qui s’est manifestée par la suite. Sur ce registre l’évolution de la production des données statistiques illustre les dynamiques en œuvre ; cette production qui remonte à l’âge classique motivée par la collecte des impôts et le maintien de la puissance militaire, a évolué pour adopter les normes occidentales au xixe siècle, avec la publication du premier annuaire statistique ottoman en 18977.

  • 8  Voir Karl A. Wittfogel, Oriental Despotism, A Comparative Study of Total Power, Massachusetts, Yal (...)

11Parmi les éléments constitutifs de l’héritage ottoman en rapport avec les dynamiques internes de l’Empire, l’une des hypothèses avancées, en continuité avec la tradition orientaliste, est celle du « mode de production asiatique », versant économique de la thèse du « despotisme oriental » dans le domaine politique8. Cette hypothèse conduit à s’interroger sur les déterminants des comportements des acteurs de la vie économique. Selon cette ­hypothèse, l’héritage ottoman aurait empêché et continue d’empêcher l’épanouissement de l’homo œconomicus. La vérification de cette hypothèse offre plusieurs champs d’investigation, à commencer par l’analyse des comportements des individus. Quelle est la part de l’héritage historique dans la formation des comportements économiques des individus ? Cet héritage serait-il responsable d’individus irrationnels ? Quelle est la pertinence du concept du « mode de production asiatique » appliqué au cas de l’espace économique ottoman ? Y aurait-il des éléments sui generis qui remettent en question ce concept ?

12Les controverses qui animent les débats vers la fin du xixe siècle chez les élites ottomanes, témoignent de la pluralité des options stratégiques proposées en matière de développement économique. Certes les termes de ces controverses sont loin de confirmer l’existence d’une pensée économique sui generis. La présence d’auteurs libéraux – comme Ohannes Pacha ou Cavit Bey d’une part et d’auteurs interventionnistes comme Ahmet Midhat Efendi ou Musa Bey d’autre part – tout en soulignant le caractère mimétique des réflexions, un peu comme dans les autres domaines de la modernisation ottomane – témoigne du fait que la thèse d’une stratégie volontariste en conformité avec l’hypothèse du « mode de production asiatique » était loin de disposer du monopole intellectuel et que les thèses libérales avaient leur place dans la recherche de solutions pour sortir du sous-développement, comme en témoigne la contribution de Diren Çakmak qui dresse l’état des lieux de la pensée économique ottomane au xixe siècle. Toutefois, « dans la mesure où le but principal des économistes ottomans était de sauver l’Empire ottoman de l’effondrement, ils n’ont pas réussi à échapper aux pièges de l’éclectisme et du pragmatisme. » L’itinéraire de la pensée de Ahmet Midhat décrit par Erdal Kaynar illustre cet état d’esprit des économistes ottomans. Ainsi Ahmet Midhat qui insistait « sur la nécessité de l’engagement économique de l’individu dans le cadre de la pensée économique moderne, considérant les règles de l’économie capitaliste comme des lois naturelles » en arrivait à prôner le protectionnisme pour sauver l’Empire. Car comme le souligne Erdal Kaynar :

« Son appel à l’intervention protectionniste ne fut ni un appel à l’isolement, ni au dirigisme étatique. Il signifiait un refus de la division internationale du travail et une tentative d’appliquer le concept universel de l’économie nationale à la condition de l’Empire ottoman aux prises avec l’impérialisme européen. »

13En ce qui concerne la pertinence du concept de « mode de production asiatique », comme le remarque à juste titre Ragıp Ege, « ces analyses ont plus pour but de faire ressortir les spécificités des modes de productions à l’Europe que de développer une étude approfondie sur les sociétés asiatiques. » En effet, ce concept imprécis aurait pu être conçu avec plus de rigueur pour comprendre les spécificités des sociétés dites « asiatiques. » À ce propos l’analyse de Ragıp Ege indique que « malgré son caractère extrêmement vague et européocentré, le mode de production asiatique offre quelques intuitions correspondant à certains aspects du système de Tımar à l’époque classique de l’Empire ottoman. » Ce qui ouvre un champ d’investigation original qui pourrait stimuler des recherches futures pour mieux comprendre aussi bien le cas ottoman que le concept lui-même.

Émancipation des États-nations et développement économique

  • 9  Ces biens ont la particularité de répondre à deux caractéristiques qui font que leur production ne (...)
  • 10  Les analyses récentes démontrent que les performances économiques de l’administration ottomane son (...)

14L’examen de l’hypothèse du « mode de production asiatique » conduit également à l’analyse du rôle de l’État dans l’économie. En effet, dans le cas où les individus seraient « irrationnels » en raison de cet héritage, la configuration où la mission du développement économique incomberait à l’État devient un champ d’investigation. Dès lors, la question du développement économique renvoie à l’attitude de la puissance publique à l’égard du développement. Quelle est l’influence de l’héritage ottoman dans la gestion économique actuelle des États-nations mis en place à la suite de la dislocation ? Sur ce registre on est amené à prendre en compte la problématique de la production de biens publics dans cet espace9. Dans quelle mesure la dislocation de l’espace économique ottoman est liée à l’incapacité de la puissance impériale à assurer la production de tels biens ? Cette dernière est-elle prise en charge par les États-nations qui se sont constitués à la suite de la dislocation ? Même si les piètres performances économiques réalisées pendant la période qui a suivi les indépendances dans les Balkans sèment le doute sur l’idée de l’inefficacité de la « gestion ottomane », elles n’épuisent pas pour autant la question de l’influence de l’héritage ottoman10. Quel est le rôle de l’héritage ottoman dans la capacité ou l’incapacité des États-nations qui se sont constitués à assurer la production des biens publics ?

  • 11  Voir Paul Pierson, « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », American Po (...)

15Vu des Balkans, cet héritage semble constituer un obstacle au développement qui ne doit pas être pris à la légère, comme l’affirme Valentina Dimitrova-Grajzl qui considère « le manque de confiance à l’égard du gouvernement et des mécanismes du marché, l’attitude relativement docile envers l’autorité, l’absence d’organisations représentatives face au pouvoir politique ainsi que la tendance à adopter un comportement évasif, comme les héritages institutionnels clés qui ont joué un rôle important dans le développement économique des États successeurs de l’Empire ottoman. » Cette analyse s’appuie sur la thèse de dépendance au sentier (path dependency) qui postule que les comportements rationnels à une époque, mais qui ont cessé de l’être dans les conditions actuelles, peuvent se maintenir, en raison des coûts élevés à court terme impliqués par le changement, alors que ce dernier pourrait s’avérer avantageux à long terme11. Cette approche nous interpelle sur la capacité des sociétés en question à réagir par rapport à l’héritage ottoman et par conséquent sur les parts respectives de l’héritage et des dynamiques propres aux sociétés balkaniques. En effet l’approche en termes de dépendance au sentier reste muette sur la pondération entre le poids de l’héritage et les dynamiques en œuvre depuis les indépendances. Comment expliquer le rejet de l’identité ottomane sur le plan politique et culturelle qui s’est traduit par l’émancipation des États balkaniques, et son maintien sur le plan économique ? Serait-il dû tout simplement à un discours tiers-mondiste qui consisterait à externaliser la responsabilité du sous-développement à une puissance dominante extérieure, même à un siècle d’intervalle ? Ou bien y aurait-il vraiment une continuité sur le plan économique, en attente d’une nouvelle puissance hégémonique, comme l’UE par exemple, destinée à accomplir la tâche ?

16Vu du Moyen-Orient en revanche, les avis sont plus nuancés, comme le souligne Georges Corm pour qui « le temps est peut-être venu de jeter un regard plus circonstancié sur l’impact de l’héritage ottoman dans les échecs du développement et de l’industrialisation du monde arabe. » Certes cet héritage exerce encore une certaine influence, mais à ses yeux celui-ci n’est pas le facteur déterminant en dernier ressort. Le procès fait à cet héritage est selon lui superficiel :

« Superficiel, car ces mêmes caractéristiques négatives de l’héritage ottoman auraient dû encore plus peser sur la Turquie moderne issue directement de l’Empire ottoman. Pourtant, cette dernière a réussi à devenir un État respecté dans le système géopolitique régional et à connaître un développement socio-économique autrement plus important et solide que celui des États arabes modernes issus de la décomposition de l’Empire. »

17Son analyse s’appuie sur les performances comparées des économies turque et du monde arabe pour conclure qu’« en fait, sur un plan global, on peut dire que l’économie turque, tout comme les économies arabes ont rompu avec l’héritage ottoman et ont pratiqué diverses formes de politiques de développement, changeantes suivant les orientations internationales en la matière. »

  • 12  Kavalalı Mehmet Ali Pasha (en turc), Mehmet Ali Basha (en albanais) ou Muhammad’ Ali (en arabe) s’ (...)

18À côté de cette rupture avec l’héritage ottoman, il convient de rappeler l’impact des interventions extérieures desquelles la région est familière depuis le processus de la dislocation de l’Empire. Dans son analyse de l’expérience d’industrialisation de l’Égypte avant le canal de Suez, Jean Batou nous fait observer que « sans l’Acte de Pacification du Levant, imposé par les canons de la Royal Navy, rien ne permet d’affirmer, qu’au xixe siècle, l’essor d’une nation arabe moderne, industrielle et indépendante, eût été voué à l’échec. » En effet Mehmet Ali Pasha12 avait réussi à mettre en place une dynamique d’industrialisation. Jean Batou précise :

  • 13  J. G. Williamson & L. Panza, « Did Muhammad Ali Foster Industrialization in Early Nineteenth Centu (...)

« Bien qu’incarnant un modèle de développement industriel radicalement différent de l’idéologie standard du laissez-faire, qui émerge en Europe occidentale et dans les pays neufs au xixe siècle, les efforts d’Ali ont été couronnés de succès d’un point de vue strictement économique. Après que son système de monopoles d’État a été démantelé, et que ses politiques étatiques ont été abolies, l’Égypte a dû attendre encore cent ans avant que des fabriques modernes apparaissent de nouveau sur les rives du Nil13 ».

19Ces observations conduisent à relativiser l’influence de l’héritage ottoman et à le pondérer avec les dynamiques externes à la région dans l’analyse des performances en matière de développement économique.

Production de biens publics internationaux dans l’espace post-ottoman

  • 14  Comme les individus à l’échelle nationale, à l’échelle internationale les États sont susceptibles (...)
  • 15  Selon le courant libéral qui s’inscrit dans le cadre d’une logique de gains absolus, les intérêts (...)

20À la problématique de la production de biens publics à l’échelle nationale qui apparaît à travers les tentatives de développement économique, il est possible d’ajouter celle de la production de biens publics internationaux, comme la paix, la prospérité, la préservation de l’environnement14. En l’absence d’un pouvoir hégémonique, qui prendrait en charge de telles productions ? L’initiative privée à travers les mécanismes du marché peut-elle assumer une telle production ? Ou bien la coopération entre les États-nations peut-elle prendre le relais ? Quel est l’esprit dominant ? Celui-ci sera-t‑il mu par une logique de gains absolus, conformément au raisonnement économique dans le cadre d’un paradigme de bien-être où les conditions de la paix universelle sont réunies ? Ou bien par une logique de gains relatifs dans le cadre d’un paradigme de puissance qui ouvre la voie à des situations conflictuelles ? Les expériences de coopération régionale offrent un champ d’analyse pour trancher la question de savoir si les intérêts économiques peuvent favoriser la paix et la prospérité. Dans ce domaine une nouvelle discipline, l’économie politique internationale – qui n’a pas encore trouvé ses lettres de noblesse en France et qui combine le national et l’international d’une part et le politique et l’économique d’autre part – offre une grille de lecture originale pour comprendre la problématique de développement dans l’espace post-ottoman15. Les États de cet espace seront-ils incités à coopérer pour profiter des bénéfices du « doux commerce » de Montesquieu ? Ou au contraire seront-ils tentés de poursuivre le paradigme de puissance qui débouche sur un jeu non coopératif ? À ce stade, la problématique de coopération fait apparaître les effets contradictoires de l’héritage ottoman sur la configuration économique régionale. Si les coûts liés au renoncement des avantages découlant des économies d’échelle – avec la fragmentation de l’espace économique ottoman – plaident en faveur de la coopération à défaut d’une intégration régionale, les mythes fondateurs des États-nations – au sein desquelles l’émancipation vis-à-vis de la puissance impériale occupe une place centrale – alimentent les motifs d’un jeu non coopératif dans le domaine économique.

21Toutefois, dans la mesure où le jeu non coopératif ne s’explique pas exclusivement par des facteurs identitaires hors du champ économique, et que ce jeu pourrait résulter d’un calcul rationnel qui consisterait à pondérer les avantages de la coopération régionale et ceux d’une intégration à un autre espace économique comme éléments périphériques, il convient d’envisager la problématique au sein des dynamiques de l’économie mondiale. Aussi, la problématique de la coopération économique régionale nécessite-t‑elle la prise en compte des facteurs externes et plus particulièrement les modalités d’articulation des espaces nationaux à l’économie mondiale. Sur ce registre l’intégration européenne apparaît au premier rang de ces facteurs pour la partie occidentale de l’espace économique post-ottoman. En effet une partie de cet espace est constituée d’États membres de l’Union européenne, tandis que les autres situés en Europe, y compris l’héritier principal de l’Empire ottoman, aspirent à en devenir membre. La question étant de savoir la compatibilité de la logique d’une intégration économique et politique conçue en Europe occidentale dans un contexte historique spécifique, avec celle d’un espace qui continue de porter encore un siècle après les caractéristiques de l’héritage ottoman selon certaines analyses. Quel est l’impact de cet héritage dans l’interprétation de l’intégration européenne ? Quelle est la lecture que font de l’intégration européenne les acteurs influencés par cet héritage ? Quelles sont la pertinence et les limites du concept « néo-ottoman » dans l’interprétation de la nouvelle diplomatie turque dans le domaine économique ? S’agirait-il d’une approche idéaliste ou réaliste ?

22Sur ce registre, il est vrai que les responsables turcs qui ont accédé au pouvoir en 2002 nourrissent des ambitions pour raviver l’héritage ottoman, surtout dans le but de mobiliser en particulier la composante musulmane de celui-ci. L’un des exemples de cette volonté se manifeste à travers l’initiative de International Business Forum (IBF) décrit par Dilek Yankaya. Organisation non gouvernementale, néanmoins encouragée par les pouvoirs publics turcs de l’AKP (Parti de la justice et du développement) islamo-conservateurs, l’IBF se présente comme un instrument destiné à réaliser l’unité perdue du monde musulman. Il n’en demeure pas moins que comme le remarque Dilek Yankaya, le but principal « n’est plus l’établissement des États islamiques, mais l’intégration réussie des musulmans dans le capitalisme mondial. » Par conséquent « le nouveau transnationalisme islamique se caractérise alors par l’interpénétration de la doctrine néo-libérale et de la morale islamique. » Ce qui ne manque pas de nous rappeler le processus d’autonomisation de la vie économique des préceptes islamiques décrit par Timur Kuran à travers l’expérience des capitulations. Force est de constater cependant que d’autres interrogations d’ordre éthique restent en suspens, comme le rappelle Dilek Yankaya :

« Comment accorder la solidarité islamique avec les contraintes imposées par la rentabilité économique ? Comment assurer les transferts de fonds des pays producteurs de pétrole vers les pays pauvres, alors que la quête de profit détermine les investissements ? Comment la banque islamique s’articulerait-elle avec la finance mondiale ? »

23Ces questionnements témoignent d’une recherche d’une solidarité islamique sous l’égide de la Turquie, plutôt que d’une volonté de reconstituer l’espace ottoman avec ses diversités. En même temps on s’aperçoit que la référence à ce dernier est mobilisée pour légitimer l’imaginaire d’une partie de l’opinion publique turque qui prend corps dans le « néo-ottomanisme. » Bien que les responsables turcs rejettent cette expression, leurs initiatives prêtent à confusion depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP. L’analyse des orientations de la politique commerciale turque qui décrit le glissement progressif de l’usage de l’argument du partage d’un passé commun au service des intérêts mercantiles dans les années 1980, vers la volonté d’instrumentaliser les échanges commerciaux au service des objectifs d’ordre idéologique, vient confirmer cette confusion. Dans cette constellation, l’attitude des pouvoirs publics turcs actuels traduit leur volonté de jouer le rôle de l’« hégémon bienveillant » qui correspondrait non pas à la puissance d’un pays qui s’exercerait contre les autres fondée sur le pillage ou l’exploitation, mais à une « bonne » hégémonie où l’hégémon assurerait une fonction positive de coordination et de coopération. Toutefois, les données économiques indiquent sans appel que « la capacité de la Turquie à jouer le rôle de l’“hégémon bienveillant” se trouve limitée, de même que la capacité de ses partenaires régionaux à l’affranchir du projet d’intégration européenne. »

24À défaut d’un « hégémon bienveillant », les États de l’espace post-ottoman peuvent-ils coopérer pour assurer la production de biens publics internationaux ? L’analyse de la gestion des ressources naturelles indique que cette option demeure dans le domaine du possible, comme tend à le décrire la réflexion menée dans la dernière contribution de cette livraison. Toutefois, si la gestion des ressources hydriques tend à confirmer la volonté de préserver la paix, les inégalités dans la répartition des ressources en hydrocarbures et de la main-d’œuvre sont sujettes à des réserves. L’abondance des ressources en hydrocarbures considérée par la théorie économique standard comme une « malédiction des ressources » décourageant l’effort productif reçoit une autre interprétation dans le cas de l’espace post-ottoman, dans la mesure où les abondances et les raretés relatives sont déterminées par la définition des espaces économiques nationaux. Or, on s’aperçoit que les frontières des entités nationales qui furent tracées au lendemain de la Première Guerre mondiale, en fonction des ressources en hydrocarbures selon les intérêts des puissances de l’époque, sont différentes des tracés administratifs ottomans. Dès lors on est en droit de se demander s’il ne s’agirait pas de la « malédiction de l’histoire » plutôt que de la « malédiction des ressources ». Il est question ici d’une observation qui porte un éclairage sur l’importance des dynamiques externes en œuvre même actuellement et qui relativise l’impact de l’héritage ottoman en tant que déterminant des configurations économiques actuelles.

*

25Finalement les réflexions qui figurent dans cette livraison d’ANATOLI témoignent de la complexité de l’analyse quant à l’impact de l’héritage historique dans l’espace post-ottoman. Complexe en effet, car il est difficile de démêler et de pondérer l’impact de l’héritage ottoman, celui des dynamiques internes aux États émancipés, ainsi que celui des dynamiques de l’économie mondiale. En tout cas, ces réflexions ont le mérite d’apporter des éclairages utiles pour nous mettre en garde contre les raccourcis idéologiques accommodants et d’avancer dans la compréhension des configurations économiques dans l’espace post-ottoman. En ce sens, il s’agit d’un chantier ouvert qui reste à achever pour comprendre les fondements économiques de la thèse de la région intermédiaire avancée par Dimitri Kitsikis et Stéphane Yerasimos.

Haut de page

Notes

1  Le PNB/habitant en parité de pouvoir d’achat varie de 76 330 dollars au Qatar à 2 470 dollars au Yémen, en passant par 15 680 dollars en Turquie.

2  Dans son analyse de la crise grecque, Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe déclarait : « la Grèce est une grande nation, mais c’est un État très faible. Loin de moi l’idée de vexer nos amis grecs, mais c’est une réalité : l’administration fiscale ne fonctionne pas ; il n’y a pas de cadastre – un lointain héritage de l’occupation ottomane –, pas plus que de véritable registre du commerce. » Voir « Interview Jean-Claude Juncker au sujet des pistes permettant de sortir de la crise financière », Politique internationale, 22 mai 2012.

3  Le point 12 souhaite que « aux autres nations qui se trouvent présentement sous la domination turque, on devra garantir une sécurité absolue de leur existence, et la possibilité pleine et entière de se développer d’une façon autonome, sans aucunement être molestées, devra leur être assurée ». Voir Les quatorze points du Président Woodrow Wilson, discours prononcé devant le Congrès américain le 8 janvier 1918.

4  Dans un entretien accordé au quotidien turc Milliyet, le vice-premier ministre Ali Babacan en charge de l’économie déclarait en décembre 2009 que « nous croyons profondément que cette géographie constitue une aire économique unifiée. Nous avons une vision dans laquelle les individus, les biens et les capitaux pourront circuler librement, où les frontières n’auraient plus de sens. Nous avons une vision, comme dans le cas de l’UE, d’une région où quelqu’un qui partirait d’Albanie aurait la liberté de circuler aisément jusqu’à Koweït, à Bahreïn ou au Maroc. » Propos parus dans le quotidien turc Milliyet du 9 décembre 2009 (notre traduction).

5  Voir Halil nalcık, Osmanlı Imparatorluğu’nun ekonomik ve sosyal tarihi (Histoire économique et sociale de l’Empire ottoman 1300‑1600), tome 1 ; et Halil İnalcık & Donald Quataert (éds.), tome 2 (1600‑1914), Istanbul, Eren Yayıncılık, 2000. [An Economic and Social History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, 1997.]

6  Qualifiées de « concessions gracieuses » par Jacques Thobie ou de « mesures ayant pour but d’apaiser les Barbares d’Occident » d’après Dimitri Kitsikis, les capitulations accordaient des avantages commerciaux unilatéraux aux puissances européennes. Voir Jacques Thobie (1973), Les intérêts économiques financiers et politiques français dans la partie asiatique de l’Empire ottoman de 1895 à 1914, Thèse, Paris 1. Dimitri Kitsikis (1994), L’Empire ottoman, Paris, PUF (Que sais-je ?), no 2222. En ce qui concerne l’origine du mot, il convient de préciser qu’elle ne vient pas du verbe « capituler », mais de caput, capitulum dans la basse latinité, qui veut dire « chapitre ». Les capitulations sont en effet divisées en chapitres ou en articles. Certains mémoires du xviiie siècle emploient comme synonyme de « capitulation » l’expression de « céphaléoses », issu du grec Κεφαλαιωσειε, dans lequel apparaît très clairement l’origine attribuée au mot « capitulation ». Voir Charles Schefer, Journal d’Antoine Galland, secrétaire de l’ambassade de France à Constantinople, Paris, E. Leroux, 1881, p. 141 et 152, cité par G. Pélissié Du Rausas, Le Régime des capitulations dans l’Empire ottoman, Paris, Arthur Rousseau Éditeur, 1902.

7  Voir Tevfik Guran, The First statistical yearbook of Ottoman empire, Historical Statistics Series volume 5, Ankara, State Institute of Statistics Prime Ministery of Turkey, 2011 ; et Halil nalcık & Şevket Pamuk (éds.), Data and statistics in the Ottoman empire, Ankara, State Institute of Statistics Prime Ministery of Turkey, 2011. Pour les analyses quantitatives sur la fin de l’Empire ottoman, cette série initiée par l’Office national des statistiques qui concerne plusieurs domaines allant du commerce extérieur à l’évolution démographique, en passant par l’évolution des prix et des finances publiques, offre des données très utiles. À ce propos on pourrait également conseiller l’ouvrage de Vedat Eldem, Osmanlı İmparatorluğu’nun iktisadi şartları hakkında bir tetkik (Une observation des conditions économiques de l’Empire ottoman), Ankara, Türk Tarih Kurumu, 1994.

8  Voir Karl A. Wittfogel, Oriental Despotism, A Comparative Study of Total Power, Massachusetts, Yale University Press, 1957, trad. française  : Le despotisme oriental, Éditions de Minuit, 1964. Voir également Pierre Vidal-Naquet, « Histoire et idéologie : Karl Wittfogel et le concept de “mode de production asiatique” », in Annales ; Économies, Sociétés, Civilisations, 19e année, no 3, 1964, p. 531‑549 ; et Karl Marx, « La domination britannique en Inde », New ­York Daily Tribune, 1er juillet 1853.

9  Ces biens ont la particularité de répondre à deux caractéristiques qui font que leur production ne peut être assurée par les mécanismes du marché, pour faire appel à une puissance publique hors marché ; à savoir la non-rivalité et la non-exclusion dans l’usage. Selon le principe de non-rivalité, les bénéficiaires ne sont pas en concurrence une fois que le bien est produit, comme dans le cas de la paix ou de la connaissance. Contrairement à un bien privé pour lequel les usagers sont en concurrence, les bénéficiaires profitent du bien en question sans se gêner les uns les autres. Tandis que selon le principe de non-exclusion, il est impossible d’exclure les usagers potentiels une fois le bien produit, comme dans le cas de la paix ou le bien-être économique par exemple. En tout cas, les deux propriétés qui encouragent les comportements de « passager clandestin », conduisent les acteurs à ne pas révéler leurs préférences pour profiter des bénéfices sans supporter les coûts.

10  Les analyses récentes démontrent que les performances économiques de l’administration ottomane sont meilleures que celles des États-nations qui se sont constitués à partir du début du xixe siècle. Voir Michael Palairet, The Balkan économies, c. 1800‑1914, Evolution without development, Cambridge, Cambridge University Press, 1997. Voir également Vedat Eldem, op. cit.

11  Voir Paul Pierson, « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », American Political Science Review, juin 2000.

12  Kavalalı Mehmet Ali Pasha (en turc), Mehmet Ali Basha (en albanais) ou Muhammad’ Ali (en arabe) s’écrit également Méhémet Ali.

13  J. G. Williamson & L. Panza, « Did Muhammad Ali Foster Industrialization in Early Nineteenth Century Egypt ? », Discussion Paper, Londres, Center for Economic Policy Research, no 9363, fevrier 2013, p. 22‑24, cité et traduit par Jean Batou.

14  Comme les individus à l’échelle nationale, à l’échelle internationale les États sont susceptibles de resquiller pour échapper au financement de la production de ces biens publics.

15  Selon le courant libéral qui s’inscrit dans le cadre d’une logique de gains absolus, les intérêts économiques devraient conduire à la coopération des États-nations. Dans ce cas les conditions sont réunies pour la coopération. Il s’agit d’une hypothèse ancienne qui remonte à celle de « doux commerce » de Montesquieu. Tandis que selon le courant réaliste qui s’inscrit dans le cadre d’une logique de puissance entre les États, ces derniers sont motivés par les gains relatifs et la question de la coopération se trouve transformée. Il ne suffit plus de réaliser des gains absolus qui incitent à s’engager dans la coopération, mais de savoir si les gains sont susceptibles de modifier le classement des États dans l’échelle de puissance. Dès lors, il ne s’agit plus d’évaluer « les gains », mais de savoir « qui gagne le plus ». Dans ce dernier cas, contrairement à l’harmonie du « doux commerce », les conditions de relations conflictuelles se trouvent réunies, même si une coopération procure des gains à l’ensemble des participants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Différentes étapes de l’expansion ottomane
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Akagül, « Introduction », Anatoli, 5 | 2014, 9-22.

Référence électronique

Deniz Akagül, « Introduction », Anatoli [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/318

Haut de page

Auteur

Deniz Akagül

Deniz Akagül, Maître de Conférences à la Faculté des Sciences économiques et sociales de l’Université Lille 1, est spécialiste en économie du développement et des relations économiques internationales. Il enseigne actuellement les cours d’« économie du développement » et de « Mondialisation et institutions internationales ». Ses recherches portent sur le processus de développement de l’économie turque, en particulier sur les relations de la Turquie avec l’Union européenne et sur les interactions entre le régime politique et le développement économique dans le cas turc. Il est co-auteur d’ouvrages La Turquie en mouvement (1995) et L’Europe avec ou sans la Turquie (2005) (avec Semih Vaner), ainsi que co-éditeur de La Turquie, d’une révolution à une autre (2013) (avec Ali Kazancıgil et Faruk Bilici).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals