Navigation – Plan du site
Partie 3 - Émancipation des États-­Nations et développement économique

Héritage économique ottoman dans les Balkans

Valentina Dimitrova-­Grajzl
Traduction de Deniz Akagül
p. 171-197

Texte intégral

« Un coup d’œil sur l’histoire économique de la région au cours de cette période permettra de découvrir les héritages qui configureront son avenir économique. Le repérage des modèles à long-terme de l’arriération relative fournirait des indices au sujet du potentiel de la région pour rattraper son retard. L’analyse des tendances lourdes de continuité et de changement dans les institutions et les relations économiques internationales fournira une perspective sur leur évolution probable. » (Good 1994, p. 4)

Introduction

  • 1Pistor et al., (2000).
  • 2Zukowski (2004), p. 958.

1L’effondrement du socialisme en Europe de l’Est a ravivé les débats sur les facteurs qui contribuent à un développement économique réussi. La transposition simple des institutions étrangères s’est avérée une démarche insuffisante1. Une évaluation minutieuse des conditions domestiques, tels que les aspects culturels de la persistance des institutions et le rôle des spécificités historiques dans le cadre de la dépendance au sentier (path-­dependent), paraît indispensable. Ainsi, le dépistage des origines historiques de la persistance et de l’évolution des cadres institutionnels est fondamental, pour une meilleure compréhension de la façon dont les institutions fonctionnent. En outre, « puisque les institutions sont un produit de l’histoire, il en est de même de la rationalité ou plutôt des différentes rationalités2. » Par conséquent, il n’y a pas de comportement rationnel universellement contraignant ; il s’agirait plutôt de la rationalité définie dans un cadre institutionnel donné par des spécificités historiques.

  • 3Ericson (1991), De Melo et al. (2001), Beck & Laeven (2005), Todorova (1996).

2En discutant de l’Europe du Sud-­Est, l’Empire ottoman se démarque dans l’histoire comme un candidat de choix pour une telle enquête sur l’historique de la dépendance au sentier des institutions dans la région. Dès lors la question qui se pose est la suivante : dans quelle mesure l’héritage ottoman a persisté jusqu’à nos jours ? L’opinion la plus répandue est que l’héritage ottoman a été totalement remplacé par l’évolution du xxe siècle, telle que le socialisme. Ainsi, lors de l’examen des questions contemporaines, les historiens et les économistes ont largement ignoré l’héritage ottoman3.

  • 4Blumenthal (1936).
  • 5Roland (2004).

3Il est vrai qu’en règle générale l’impact de l’héritage d’une période plus récente est plus fort que celui d’une époque lointaine. Cependant, lorsqu’on observe les modèles de comportement, c’est-­à-­dire les mentalités et les croyances culturelles – qui ont été façonnées au fil des siècles –, on s’attend à une évolution de dépendance au sentier sur de longues périodes. Si l’on considère la culture comme une série d’idées renforcées par un certain nombre d’événements, alors inévitablement la culture n’existe pas dans le court terme4, mais elle apparaît plutôt comme un phénomène de long terme. Par conséquent, compte tenu de la nature de la culture, on s’attend à une évolution lente et une forte persistance des vieilles perceptions et des traditions vieilles de plusieurs siècles5.

4Cet article vise à identifier les héritages de l’Empire ottoman et leurs origines historiques. À l’instar des travaux de Pamuk (2004), de Kuran (2005, 2001) et de Brown (1996), il fournit un compte rendu détaillé de l’évolution historique, qui a conduit à la montée et au déclin de l’Empire ottoman. Le travail mené ici vise à contribuer au débat de deux manières. Tout d’abord, en s’appuyant sur les études existantes, il identifie et discute les origines d’un vaste ensemble de caractéristiques de l’Empire ottoman qui ont façonné la structure institutionnelle des États successeurs. Deuxièmement, du point de vue économique, l’analyse effectuée vise à saisir l’impact de ces caractéristiques sur les comportements et les incitations des individus. La réflexion distingue l’héritage concernant les valeurs sociales et les croyances qui a exercé des effets persistants et profonds sur les trajectoires de développement économique des États successeurs de l’Empire ottoman.

5La progression de la réflexion se déroule de la manière suivante. Le premier point fournit un aperçu de la structure sociale ottomane, pour établir le cadre de la discussion sur les origines historiques de l’héritage ottoman. Le deuxième examine brièvement les principaux facteurs, autres que les dynamiques sociales identifiées dans le premier, qui ont joué un rôle dans le déclin de l’Empire ottoman. Les points trois à sept analysent les événements historiques en matière de droits de propriété, la fiscalité, le gouvernement, les systèmes judiciaires et légaux, la société civile et la culture. Dans chaque section, à partir de l’analyse historique présentée, nous établissons un ­certain nombre d’hypothèses concernant l’héritage ottoman pour les États successeurs. Le tableau qui figure en fin de texte présente un résumé de tous les héritages ottomans et leurs origines historiques, dans le domaine éco­nomique.

I. État ottoman, religion et structures sociales

  • 6Cameron & Neal (2003), Sugar (1977).
  • 7Inalcik (1994), p. 44.
  • 8Issawi (1996), p. 236‑238.
  • 9Landes (1999).

6L’Empire ottoman était centré sur le sultan et sur la mission de celui-­ci d’élargir le domaine de l’Islam6. Son objectif principal était l’expansion militaire et le renforcement de la puissance du souverain7. Les Ottomans envisageaient l’expansion territoriale comme un moyen d’augmenter les revenus de l’État, en taxant les zones nouvellement conquises, plutôt que d’augmenter les recettes à l’intérieur grâce à l’industrie ou le commerce8. L’économie de l’Empire était fondée principalement sur l’agriculture, les paysans étant ses principaux producteurs9.

  • 10  La dichotomie dans la structure étatique ottomane entre le religieux et le séculier, observée dans (...)
  • 11  Ce point de vue est avancé dans les recherches historiques plus anciennes. Une partie de la littér (...)
  • 12Inalcik (1994).
  • 13Sugar (1977), p. 32.

7L’Empire était un État fortement centralisé qui avait deux ordres bureaucratiques étroitement liés : l’institution gouvernante et l’institution religieuse10. Il y avait un ordre social strict au sein de l’Empire, qui garantissait que les responsabilités et les privilèges particuliers ou les droits des sujets étaient déterminés et appliqués par les administrations centrale et locale11. Les Ottomans se servaient des registres du recensement, comme un instrument de régulation et de contrôle de l’Empire12. Selon Peter Sugar13, l’État était structuré de telle sorte que tous les individus de l’Empire avaient un pouvoir limité. La structure initiale supposait que le sultan lui-­même disposait d’un pouvoir limité, car il était soumis à la loi sacrée.

  • 14Inalcik (1978), p. 112.
  • 15Sugar (1977), p. 31.

8Le pouvoir séculier appartenait au sultan, secondé par le grand vizir (principal conseiller du sultan) et la Porte (la cour du sultan). En dessous, figurait le groupe d’askeri, composé de militaires (sipahi) et de bureaucrates. Les askeri travaillaient pour l’État, en collectant les impôts et en servant dans l’armée du Sultan. Il s’agissait de sujets à prédominance musulmane. « Les askeri n’étaient pas une classe aristocratique avec des droits historiquement établies… l’adhésion à celle-­ci était subordonnée à la volonté du sultan14. » Au bas de l’échelle on trouvait les groupes de reaya, qui étaient les producteurs et les contribuables de l’Empire. Il y avait quatre groupes distincts au sein des reaya : les agriculteurs, les commerçants, les éleveurs et les artisans urbains. Les reaya non musulmans avaient certaines obligations fiscales qui n’étaient pas imposées aux reaya musulmans. Dans l’ensemble, cependant, la classe des reaya avait une structure horizontale, en termes de droits et de responsabilités de ses membres15.

9En matière de fiscalité, la population était divisée en trois groupes. Les askeri qui fournissaient un service public pour le sultan, étaient exonérés d’impôts. La classe des reaya était imposée sur toute activité de production. Le troisième groupe qui occupe une position intermédiaire entre les deux premiers groupes, constitué de muaf ve müsellem, fournissait certains types de services au sultan, comme la fourniture de certains produits spéciaux au palais du sultan. Par conséquent, ils étaient exonérés d’impôts, mais en temps de guerre, ils devaient payer des impôts.

  • 16Pavlowitch, (1999).
  • 17Rustow, (1996).

10La classe des reaya était formellement organisée au sein des communautés, appelées millets. Ces millets étaient formés sur la base de l’appartenance religieuse – musulmane, orthodoxe, juive, arménienne – ainsi que de la langue commune, de la culture et de l’ethnicité. Le système était une conséquence de la reconnaissance ottomane des chrétiens et des juifs comme des « gens du livre16 », ainsi que d’une tentative d’intégrer de nombreux groupes ethniques et religieux différents en un seul empire. Les millets avaient une certaine autonomie de décision. Toutefois, cette autonomie était dissociée du pouvoir politique et, par conséquent, elle n’était accordée que tant que les millets étaient obéissants et ne défiaient pas l’autorité17.

  • 18Stavrianos (2000), p. 88.
  • 19Kinross (1977), p. 211.
  • 20Sugar (1977), p. 34.

11L’institution religieuse de l’Empire ottoman comprend les oulémas (clergé islamique), qui interprétaient et exécutaient la loi sacrée de l’Islam, la charia18, qui devait réglementer tous les aspects de la vie – à la fois séculier et religieux. Les oulémas recevaient à l’origine une éducation particulièrement diversifiée, incluant les mathématiques, la médecine et la philosophie en plus des livres religieux19. Cependant, vers la fin du xvie siècle, les oulémas sont devenus de plus en plus rigides dans les normes d’enseignement, ce qui a abouti à l’exclusion des idées innovantes. En outre, ils étaient désormais plus fanatiques et hostiles à l’adoption des technologies occidentales20. Ce qui s’est soldé par le repli de l’Empire qui a créé un décalage important par rapport à l’Europe dans le domaine des nouvelles pratiques et des idées.

  • 21Inalcik (1973), p. 171.
  • 22Lewis (2002, p. 97.
  • 23Clark (1951).

12L’institution religieuse, en un sens, définissait le domaine dans lequel l’exécutif pouvait fonctionner. « Le pouvoir politique, fondé sur la force physique, était dans la pratique, l’élément dominant de l’État, mais d’après la théorie musulmane le pouvoir politique n’était qu’un moyen pour l’application de la charia21. » La subordination de l’État à la religion dans l’Empire ottoman était en contraste avec la tendance à la séparation de l’Église et de l’État dans les États chrétiens, représentée par la fameuse maxime : « Rendez à César ce qui est à César ; et à Dieu ce qui est à Dieu22. » Toutefois, bien que l’absence de séparation de l’Église et de l’État dans l’Empire ottoman ait pu finalement conduire à la stagnation économique, il n’est pas évident que la subordination de l’État à la religion aurait conduit inévitablement à ce résultat. Clark23 souligne que la religion en elle-­même n’est pas une source de retard économique. Dans le cas de l’Empire ottoman à la veille du xviie siècle, il apparaît manifestement que la combinaison de sultans forts et du respect de la loi sacrée avait constitué un compromis qui permettait une croissance économique tout en accordant à la religion d’être le facteur dominant de la vie politique et économique.

  • 24Findley (1996), p. 160.
  • 25  Les lois religieuses et laïques seront analysées plus en détails dans le cinquième point.

13En pratique, les sultans forts suivaient la charia, mais en cas de nécessité, ils avaient la capacité de la dominer. En ce qui concerne les affaires temporelles, il y avait une seconde loi, appelée kanun, décrétée par les sultans et souvent utilisée comme complément aux questions qui n’étaient pas clairement précisées dans la charia24. Contrairement à la charia, la continuité de la kanun n’était pas assurée. Elle n’était valable que sous le règne du sultan qui l’avait édicté25.

  • 26Imber (2002), p. 98‑100.
  • 27Sugar (1977), p. 188‑189.

14À partir du xviie siècle, les sultans ottomans sont devenus faibles et moins compétents pour gouverner. Cela était en partie dû au changement dans le système de succession et de l’éducation des sultans. En ce qui concerne la succession, initialement tous les enfants mâles du sultan, quel que soit le statut de leur mère dans le palais et quel que soit leur âge, étaient candidats légitimes au trône. Par conséquent, ils étaient en concurrence directe. Pour faire face à cette concurrence directe, fratricide, l’exécution des parents masculins susceptibles de revendiquer le trône était devenue une pratique largement répandue26. Le principe de succession a été modifié au xvie siècle. Dans un effort pour passer à des pratiques plus humaines, la règle de succession par ancienneté est devenue prédominante. Cette pratique assurait le trône au mâle le plus âgé de la dynastie27. Cette évolution – qui éliminait dans une certaine mesure les guerres civiles entre les princes, mais en même temps qui permettait aux héritiers incapables d’accéder au trône et de rester au pouvoir – est avancée parmi les facteurs qui ont contribué à la chute de l’Empire.

  • 28Sugar (1977), p. 188.
  • 29Faroqhi et al. (1994).

15En matière d’éducation, comme les luttes fratricides avaient cessé d’exister, la formation des princes se dégradait. Le nouveau système, kafes, aussi connu comme « la cage d’or », maintenait les princes dans un cadre protégé, avec une existence luxueuse à l’intérieur du palais, loin du monde réel. Et au moment de l’accession au trône, les sultans ne disposaient plus des qualités requises pour la politique ou la stratégie militaire28. Bien que l’impact de ces changements dans les modalités de succession et l’éducation des princes héritiers ne soit pas établi avec certitude29, il semble qu’ils aient joué un rôle, puisqu’il est établi qu’après Soliman le Magnifique, les sultans étaient moins aptes à gouverner.

  • 30Faroqhi et al. (1994), p. 544.
  • 31Sugar (1977), p. 189.

16L’affaiblissement des sultans s’est accompagné de la montée en puissance de la cour du sultan et la prolifération de la corruption au sein des fonctionnaires du palais30. On observait une recrudescence des querelles entre les factions rivales au sein du palais, ainsi que des rebellions au sein de l’armée. La montée de la corruption des fonctionnaires du palais était en partie due à l’insécurité statutaire des fonctionnaires dans l’administration31. Pour compenser cette augmentation de l’insécurité, les fonctionnaires du palais visaient à accumuler le plus de richesses possibles, aussi rapidement que possible, avant d’être expédié par le sultan.

II. Graines du déclin

17L’Empire ottoman a connu des problèmes importants à partir de la fin du xvie siècle. Ce n’est cependant pas le début d’un déclin irréversible et absolu, car il y avait des moments de redressement et de prospérité au xviie siècle et au début du xviiie siècle. Au fil du temps, plusieurs facteurs externes et internes ont contribué au déclin relatif de l’Empire ottoman, en particulier par rapport à l’Europe, après le xvie siècle.

  • 32Cameron & Neal (2003).

18Tout d’abord, la montée en puissance économique de l’Europe ainsi que le changement dans les techniques de guerre européennes, tels que l’utilisation des canons et des armées professionnelles, exercèrent des pressions croissantes sur l’Empire ottoman32. En outre, la découverte d’une voie maritime vers l’Asie au xviie siècle a détourné une partie du commerce de l’Empire ottoman qui s’est soldé par une diminution des recettes fiscales provenant des échanges. Ces facteurs externes auraient pu ne pas avoir d’effets importants, si l’Empire ottoman n’avait pas largement ignoré les réalisations de l’Occident et ne s’était pas isolé des changements dans les pratiques économiques et politiques de ses États voisins contemporains.

  • 33Issawi (1996), p. 238.
  • 34Faroqhi et al., (1994), pp. 433-434.

19Deuxièmement, les bouleversements des prix au cours du xvie siècle, provoqués par l’afflux d’or et d’argent du Nouveau Monde ainsi que par la découverte des mines d’argent en Europe, ont affecté l’Empire ottoman comme la plupart des pays européens. Par la suite, la monnaie ottomane s’est dépréciée. Selon Charles Issawi33, il n’existe aucune preuve pour affirmer que le gouvernement ottoman s’était efforcé de stabiliser la monnaie. Ainsi, à partir du xvie siècle, la dépréciation continue de la monnaie a suscité un mécontentement général, avec des mutineries des militaires qui refusaient que leur salaire soit réglé avec des pièces altérées34.

  • 35Inalcik (1994), pp. 22‑24.

20Troisièmement, au cours du xviie siècle, l’Empire ottoman a connu une extension de sa bureaucratie de l’administration centrale et une augmentation de ses dépenses militaires, avec en supplément les règlements des traitements des officiers de l’armée, à la suite de l’abandon du dispositif de tımar35. Toutes ces tendances ont mis une pression énorme sur le ministère des Finances à chercher de nouvelles ressources. Malgré les tentatives de réforme, l’Empire ne pouvait pas surmonter ses problèmes budgétaires et le processus de décentralisation chaotique.

21Au début du xixe siècle, l’Empire s’effondrait sous les coups des pressions internes et externes. La plupart des provinces balkaniques ont accédé à l’indépendance au xixe siècle, mais se sont retrouvées avec un héritage ottoman qui a constitué un défi important pour leur développement post-­ottoman. Cette mise en perspective rapide des structures et de l’histoire de l’Empire qui vient d’être effectuée, permet de réfléchir sur les héritages ottomans et leurs origines historiques.

III. Droits de propriété et fiscalité

  • 36Stavrianos (2000), p. 144.

22Les premiers siècles de domination ottomane sont caractérisés par un système relativement sûr et juste, qui accordait des droits héréditaires, mais pas de droits de propriété privée aux paysans36. Les prélèvements exceptionnels sont rares et la fiscalité était plus ou moins déterminée par les capacités des familles paysannes.

  • 37Tımar (1) tout type de soins ; (2) une prébende acquis par un acte du sultan, consistant à l’usage (...)
  • 38  Cavalier.
  • 39Sugar (1977), Brown (1996).
  • 40Inalcık (1994), p. 73.

23L’Empire ottoman était principalement agraire, la majorité de sa population était employée dans l’agriculture ou avait un revenu provenant de l’imposition de la production agricole. La principale organisation économique dans les zones rurales a été le système appelé tımar37. Dans le système de tımar, les sipâhis38 vivaient dans des villages, assuraient le prélèvement des impôts en temps de paix, et rejoignait l’armée du sultan en temps de guerre39. Le système de tımar servait à plusieurs fins : en premier lieu, à fournir des troupes au sultan ; puis, en deuxième lieu, à assurer l’ordre dans l’Empire ; et enfin en troisième lieu, à contourner la pénurie d’argent et des pièces d’or dans l’Empire40. Ce dernier objectif a été obtenu, en accordant aux sipâhis le droit de prélever des impôts d’une succession, en contrepartie du paiement de leurs services militaires. Le produit d’impôt des domaines remplaçait ainsi le paiement en espèces du trésor du sultan.

  • 41Inalcık (1994), Kinross (1977), p. 33.
  • 42kadi – juge à la fois pour administrer la charia (code sacré islamique) et kanun (lois laïques émi (...)
  • 43Inalcık (1973), p. 110.

24La différence fondamentale du système de tımar qui la distingue du féodalisme occidental était que toutes les relations entre les sipâhis et les reaya étaient régies par les lois du sultan, sous la supervision d’une bureaucratie étatique centralisée41, par opposition à la décentralisation générale du système féodal. Les tribunaux locaux des kadis42 ont été mis en place pour faire respecter les règlements du sultan dans la médiation des conflits entre les sipâhis et les reaya. Toutes les terres appartenaient au sultan et l’obtention de la propriété était conditionnelle. Les paysans ne pouvaient travailler la terre et la transmettre à leurs héritiers qu’à condition de remplir certaines obligations, telles que le paiement des impôts et l’engagement de travailler constamment la terre. Les sipâhis disposaient du droit de prélever des impôts, tant qu’ils s’acquittaient de leur principale obligation qui consistait à fournir des effectifs au corps d’armée du sultan et tant qu’ils ne violaient pas le kanun. Ainsi, le système de tımar « était l’une des possessions fragmentée où l’État, le sipâhi et le paysan ont des droits simultanées de contrôle de la terre43. »

  • 44Brenner (1989), p. 45.

25Le côté positif du système de tımar ottoman est qu’il accordait une grande liberté aux paysans comparée au servage en Occident, et qui, selon Brenner, aurait dû devenir le moteur de la croissance dans l’Empire ottoman. Cependant, à côté de cet aspect dynamique de l’économie rurale, l’État ottoman restreignait les possibilités d’accumulation de la terre, du travail ou du capital, en imposant un contrôle strict sur la production par l’administration centrale et, par conséquent, le système se présentait comme un obstacle à la croissance44.

26Du côté négatif, l’absence de droits de propriété clairement définis dans le système de tımar figure parmi les facteurs de l’inefficacité de l’économie ottomane, qui a finalement mené à la chute de l’Empire. Les paysans n’étaient incités à augmenter ni leur productivité, ni leur richesse, par crainte de confiscation sous formes d’imposition ou de prédation. L’armée non plus ne se sentait pas investie d’une responsabilité destinée à fournir les conditions favorables pour une productivité accrue, car les militaires n’avaient pas de droits héréditaires et par conséquent avaient peu d’intérêts directs dans la terre. En outre, l’absence de droits de propriété bien définis présupposait l’absence de mécanismes d’incitation qui limitait l’action des sujets de l’Empire et par conséquent l’absence d’un niveau de sécurité nécessaire pour inciter les individus à s’engager dans l’activité économique. Les extractions coercitives fréquentes de la rente des paysans opérées par les militaires dans la période qui a suivi le xviie siècle, confirment ces observations. Au bout du compte, la nature fragmentée de la terre travaillée conjuguée à la probabilité d’une confiscation arbitraire par le sultan, a renforcé les éléments d’incertitude et d’incohérence, ce qui a engendré une mauvaise incitation pour le progrès technique ou les gains de productivité dans le secteur agricole.

  • 45  En plus de l’imposition de l’agriculture (le système de tımar), il y avait un impôt de capitation (...)
  • 46Faroqhi et al. (1994), p. 533.

27Les paysans étaient autorisés à travailler sur une terre suffisamment grande pour nourrir leur famille. Tout excès de production était soumis à l’impôt. Les paysans ont été imposés d’une taxe familiale, çift-­resmi, qui a été basée sur une formule combinant la capacité de travail et la possession des terres45. « En principe, mais pas toujours dans la pratique, les contribuables étaient imposés en fonction de leur capacité à payer, et donc officiellement considérés comme “riches”, “moyens” ou “pauvres”46. »

  • 47Pamuk (2004), p. 240.

28La structure fiscale initiale imposait rarement des prélèvements extraordinaires sur les paysans. Toutefois, comme l’Empire connaissait une stagnation de sa technologie militaire et de son ordre bureaucratique, il devenait de plus en plus difficile d’étendre ses territoires, voire dans certains cas, de les préserver. La croissance des dépenses militaires ottomanes entrainait de lourdes exigences sur l’économie rurale pour soutenir les campagnes militaires infructueuses de l’Empire47. Les taux d’imposition ont augmenté régulièrement. Mais plus important encore étaient les prélèvements extraordinaires qui ­devenaient de plus en plus fréquents. L’imprévisibilité des prélèvements arbitraires introduisait une distorsion encore plus importante que celle générée par la hausse de la fiscalité ordinaire. En outre, l’incohérence temporelle de l’État avec les prélèvements arbitraires, a détruit la confiance des paysans dans l’État et les a poussés à réduire la production et à s’engager dans un comportement de fuite devant l’impôt. Parallèlement à l’augmentation des impôts prélevés, on assistait à un accroissement du recours aux services des seigneurs militaires locaux, pour la confiscation des terres et l’exploitation des paysans.

29La fiscalité est un élément essentiel d’une société pré-­moderne en termes d’incitations économiques. Après le xvie siècle l’Empire ottoman avait un mauvais système d’incitation, qui a non seulement découragé la production avec une fiscalité lourde, mais aussi n’a pas réussi à fournir suffisamment de biens publics. En dehors des dépenses militaires, les Ottomans n’ont pas réussi à mettre les recettes fiscales à d’autres usages tels que l’amélioration de l’éducation ou le développement des infrastructures. Par conséquent, le taux d’alphabétisation de l’Empire était extrêmement faible et l’infrastructure existante était en déliquescence en raison du manque d’entretien. Le manque de capital humain inhibait la croissance économique et le progrès technologique. De même que le manque d’infrastructures de transport, décourageait la production et le commerce.

30La précarité de l’existence dans l’Empire après le xviie siècle a été ressentie à la fois dans les villes et les villages.

  • 48Stavrianos (2000), p. 145.

« L’insécurité de la vie et de la propriété emportait sur l’incitation à établir des usines. Même les boyards dans les principautés danubiennes considéraient ceci dangereux […] Il n’y a pas longtemps un riche seigneur […] qui avait commencé à construire une usine de laine, mais pour des raisons de sécurité, il la construisit dans son village et pas dans la ville48. »

  • 49Inalcik (1994), p. 123‑125
  • 50Brown (1996), p. 233, 289
  • 51Kuran (2005), p. 13‑15.
  • 52Kuran (2004), p. 15.
  • 53Kuran (2001).

31Un établissement qui a permis d’éviter l’insécurité des droits de propriété privée était ce qu’on appelle waqf – une fondation pieuse. Le gouvernement accordait la terre « morte » (généralement à partir de friches, inutilisées ou abandonnées) à l’élite dirigeante, qui pouvait utiliser ses finances pour améliorer la terre et ensuite en faire don à des fins de bienfaisance sous la forme d’un waqf49. Un waqf était une fiducie en vue de fournir ou de soutenir certains services sociaux tels que les écoles, les mosquées ou les travaux publics50. Selon Kuran51, le système de waqf représentait un contrat implicite entre les dirigeants et les propriétaires de waqf, selon lequel les dirigeants s’engageaient à fournir des droits de propriété sûrs, et en retour, les waqfs s’engageaient à fournir des biens publics (en conformité avec les préférences des gouvernements suivants). Pour éliminer les problèmes d’information incomplète, les contrats de waqf ont été ensuite « conclus à perpétuité52. » Par conséquent, les contrats originaux décrivaient quels types de services pourraient être fournis, comment ils seraient fournis, quels types de travail et de capital seraient utilisés. Dans le court terme, si le contrat fixe réduit les coûts de transaction dans une perspective de court terme, la structure inflexible de waqf est devenue un obstacle important à la croissance économique à long terme, dans la mesure où les héritiers des propriétaires du waqf devaient respecter le contrat initial, sans en avoir la possibilité de modifications. Il ne pouvait pas s’ajuster aux signaux du marché et donc exploiter de manière efficace les opportunités offertes par le marché. Par ailleurs, puisque le système de waqf contrôlait de vastes ressources et à la condition de rendre des services publics dans la majorité des cas, il a eu pour effet d’approfondir la stagnation économique dans l’Empire ottoman53.

  • 54Issawi (1996), p. 237.
  • 55Inalcik (1994), p. 44.
  • 56Faroqhi et al. (1994), p. 476.
  • 57Özbudun (1996), p. 135‑137.

32La domination de la bureaucratie et de ses intérêts sur les commerçants et les propriétaires fonciers a également façonné de manière significative l’héritage ottoman des droits de propriété54. L’Empire a été structuré de manière à garantir qu’une personne ayant le pouvoir économique ne pouvait pas accéder au pouvoir politique. Pour intégrer la haute bureaucratie, l’intéressé devait être musulman. La plupart des musulmans considéraient comme indigne de s’engager dans le commerce ou l’industrie manufacturière55. Par conséquent, ce sont principalement les non musulmans qui s’engageaient dans le commerce ou la manufacture. Accumuler des richesses grâce à l’activité économique, ne pouvait pas apporter le pouvoir politique aux fabricants ou aux marchands, parce qu’ils étaient des non-­musulmans56. Il en résultait une influence limitée des marchands et des propriétaires fonciers dans l’Empire. Le manque d’influence politique de ces deux classes a abouti à la création de très peu d’établissements qui favorisaient ou protégeaient la propriété des terres ou tout autre type de propriété privée, sous la domination ottomane57.

  • 58Faroqhi et al. (1994), p. 867.

33Dans une perspective positive, l’Empire ottoman a adopté une loi foncière en 1858, pour transformer la propriété des terres de l’État en propriété privée. La loi a été mise en œuvre en partie pour tenter de rétablir le contrôle du pouvoir central sur les producteurs ruraux et de réduire l’influence des seigneurs locaux. Selon Faroqhi, cependant, le rôle du code dans l’établissement de la propriété privée a été surestimé58. En outre, le code foncier a été adopté à la seconde moitié du xixe siècle, au moment où la plupart des provinces ottomanes accédaient à l’indépendance. En conséquence, le nouveau code ne restait pas en vigueur suffisamment longtemps pour modifier l’héritage ottoman en général sur les droits de propriété.

34Par conséquent, l’héritage des droits de propriété de l’Empire est à la base de la méconnaissance de la propriété privée et de tout cadre juridique pour soutenir la propriété privée, ainsi qu’à la base de la méfiance générale à l’égard des structures qui prétendent garantir les droits de propriété. Avec une imposition de plus en plus lourde et l’incohérence temporelle des politiques menées par les gouvernements après le xviie siècle, l’Empire ottoman inspirait un sentiment d’insécurité en matière des droits de propriété et créait peu d’incitations à accroître la production au-­delà du seuil de subsistance.

IV.­ Fiscalisme, approvisionnisme et corruption

  • 59Özbudun (1996), p. 134.
  • 60Kuran (2005), p. 9‑12.

35L’Empire ottoman était un État fortement centralisé et autonome. Selon Özbudun59, l’autonomie de l’État provenait de l’absence de groupes d’intérêts économiques puissants qui auraient pu faire pression sur le gouvernement. C’est pourquoi, à la différence des États occidentaux, l’État ottoman n’était pas tenu de se conformer aux intérêts de classe sociale. Au lieu de cela, il a suivi son propre ordre du jour et adapté le système en cas de besoin, sans prendre en considération les groupes d’intérêt. En outre, l’Empire ottoman avait une structure de société civile faible, en partie à cause de l’interdiction de personnes morales par la loi islamique60. Il y avait des corps de métiers, les groupes d’assistance mutuelle, les organisations religieuses non musulmanes, mais la plupart d’entre eux n’étaient pas très actifs et avaient très peu d’influence. (Une discussion plus détaillée des personnes morales et de la société civile, sera effectuée plus loin dans le septième point).

  • 61Özbudun (1996), p. 135.

36Comme il a été mentionné précédemment, les intérêts de l’Empire étaient principalement axés sur les besoins de la bureaucratie. Le pouvoir politique dans l’Empire ottoman définissait également le pouvoir économique, c’est-à-dire accéder à un rang plus élevé signifiait avoir plus de richesse61. Ceci était contraire aux systèmes contemporains de l’Europe occidentale, où l’on assistait à la montée en puissance des classes marchandes et manufacturières. Alors que les incitations économiques influençaient les comportements de la bourgeoisie occidentale, ceci était totalement différent des objectifs pris en considération par les Ottomans.

  • 62Issawi (1996), p. 237.
  • 63Inalcik (1994), Stavrianos (2000).
  • 64Issawi (1996), p. 237‑239.

37Les Ottomans avaient un manque général d’intérêt pour les affaires économiques, qui s’explique en partie par le fait que l’administration et l’armée étaient confondues62. Ainsi, il y avait une fusion des fonctions administratives et militaires mettant davantage l’accent sur les intérêts militaires63. En matière économique les deux domaines pour lesquels les Ottomans affichaient un intérêt étaient l’imposition et l’approvisionnement64.

  • 65Inalcik (1994), p. 44.
  • 66  Le siège de Vienne en 1683 fut le premier grand échec militaire des Ottomans. Ils furent vaincus p (...)

38L’accent mis sur la fiscalité a également été mentionné dans la littérature de l’histoire ottomane comme fiscalisme : « l’effort pour maximiser les recettes publiques en tout temps à des fins autres qu’économiques65. » Les Ottomans se sont appuyés sur l’imposition des zones nouvellement conquises, comme moyen d’augmenter leurs recettes fiscales. Mais une fois que l’Empire eut cessé de croître, son système financier fit face à une crise dans plusieurs domaines. Tout d’abord, il y avait une augmentation de la demande pour les recettes fiscales pour financer l’effort de guerre d’une part et une diminution de l’assiette fiscale de l’Empire ottoman en raison de la perte des territoires à la suite des campagnes militaires infructueuses d’autre part66.

  • 67Pavlowitch, (1999).

39Deuxièmement, un système fiscal incitatif faisait défaut. Le système de prélèvement ottoman imposait un fardeau fiscal sur l’ensemble des producteurs. Les tentatives de réformes pour réviser le système fiscal et déplacer la charge fiscale vers les consommateurs, ont été contrecarrées par les classes dominantes. En outre, la charge fiscale pesant sur les paysans a augmenté de sorte qu’au-­delà un certain seuil, les paysans ont choisi de ne produire que pour la subsistance et de migrer vers les zones montagneuses reculées pour échapper à l’impôt67. Ceci, à son tour, a conduit à un manque de surplus agricole, qui a été encore aggravée par le détournement de toutes les ressources disponibles vers l’approvisionnement de l’armée. Sans surplus agricole, l’Empire ottoman qui n’avait pas les bases nécessaires pour soutenir les secteurs non agricoles tels que le commerce et la manufacture, faisait face à un obstacle important à la croissance économique.

  • 68Faroqhi et al. (1994), p. 538

40Troisièmement, malgré les tentatives continues de réforme, le gouvernement n’a pas réussi à accroître l’efficacité de la collecte des impôts. Initialement, le gouvernement avait remplacé le système de tımar par l’impôt agricole – où les personnes pouvaient obtenir à Istanbul le droit de collecter l’impôt pour une période allant de un à cinq ans. Par la suite, l’impôt sur l’agriculture a été remplacé par le malikane, un impôt à vie avec possibilité de transmission de droits héréditaires68. Même si le malikane fournissait des droits de propriété et améliorait les incitations dans la collecte de l’impôt, avec l’allongement de l’horizon temporel dans les prises de décision, il est devenu problématique, parce que le gouvernement perdait le contrôle des sources de revenus, à la suite des décès des personnes qui achetaient les droits de collecte des impôts. En fin de compte, l’incapacité de l’administration centrale à assurer le suivi de la collecte d’une taxe décentralisée et aléatoire conduisait à moins de recettes fiscales destinées au Trésor du sultan.

  • 69Pamuk (2004), p 235 et Issawi (1996).
  • 70Inalcik (1994), p. 50.

41Le deuxième domaine d’intérêt pour les Ottomans en économie était l’approvisionnement69. Les Ottomans voulaient assurer un approvisionnement stable de produits en tout temps, afin d’éviter les pénuries et le mécontentement des résidents urbains. Par conséquent, ils se souciaient plus de l’abondance à bas prix, réalisée par la promotion des importations plutôt que celle des exportations. Les Ottomans « préconisaient l’intervention de l’État que dans le commerce de première nécessité70. » Ils n’ont jamais développé une doctrine, similaire au mercantilisme occidental, lequel était préoccupé par la balance des paiements, la promotion des exportations et le soutien des industries nationales. Ceci décourageait doublement les producteurs domestiques, dans la mesure où ils devaient faire face d’une part à la concurrence des biens de consommations étrangers en corollaire à la politique de promotion des importations, et d’autre part aux restrictions imposées sur les exportations de certains produits qui les empêchaient de participer au commerce mondial. Si la politique de promotion des importations fut abandonnée au xviie siècle, cet abandon est dû non pas à une prise en compte des intérêts économiques, mais à la méfiance accrue des oulémas.

  • 71Inalcik (1994), p. 52.
  • 72Stavrianos (2000).

42L’État ottoman donnait la priorité à l’agriculture. L’émergence de grandes villes n’était pas favorisée ; l’État encourageait plutôt le développement des petites villes avec des marchés fortement réglementés et par conséquent relativement statiques71. Les règles strictes de l’État réprimaient les changements axés sur la demande et les nouvelles technologies. Les Ottomans reconnaissaient l’importance du commerce et de la nécessité de maintenir les routes commerciales ; toutefois, leur intérêt principal était motivé par la taxation des échanges (par des péages, des droits de douane, etc.), plutôt que par la promotion du commerce sur les marchés domestiques. En conséquence, les marchés dynamiques ainsi que des secteurs manufacturiers et des services dynamiques n’ont jamais réussi à se développer dans l’Empire ottoman. Avec le déclin de l’Empire, l’État perdait également sa capacité à maintenir l’infrastructure physique existante, qui demeure encore sous-­développée dans les États successeurs72.

  • 73Stavrianos (2000).
  • 74Stavrianos (2000), p. 120
  • 75Sugar (1977), p. 65, 180‑190.
  • 76Lewis (2002), p. 63.

43Les deux derniers siècles d’existence ottomane sont caractérisés par une décentralisation chaotique et une augmentation de la corruption. Un facteur clé qui a contribué à l’augmentation de la corruption a été le passage à des pratiques de la méritocratie vers l’achat d’une fonction ou d’un privilège. Ce changement s’explique en partie par la pénurie de moyens que le trésor du Sultan a connue après le xviie siècle73. « À partir du xviie siècle, le fonctionnaire ottoman typique qui occupait un poste de quelque importance, considérait ce dernier comme un placement privé qui justifiait un retour sur investissement aussi grand que possible74. » La corruption dans la bureaucratie a engendré un comportement similaire chez les agents privés. Les activités sur le marché noir, qui sont également une conséquence directe de l’intervention publique telles que la fiscalité lourde ou les interdictions règlementaires, ont aussi augmenté75. Il est intéressant de noter à ce stade, que la corruption était répandue non seulement dans l’Empire ottoman, mais aussi dans la plupart du monde occidental. La principale différence, cependant, qui a eu des conséquences profondes sur les performances économiques, était le type de corruption qui existait et qui a persisté. Lewis décrit la corruption comme la prise du pouvoir ottoman pour faire de l’argent, alors que la corruption occidentale comme une activité à faire de l’argent pour acheter le pouvoir76. Cette dernière, bien que nuisible, s’est accompagnée par une croissance économique, alors que la configuration ottomane conduisait à la stagnation économique.

44Par conséquent, nous identifions plusieurs héritages qui ont résulté de la structure de l’évolution et des priorités du gouvernement. Tout d’abord, la pratique d’échanges de faveurs et les comportements évasifs deviennent un héritage important de l’Empire ottoman. Ensuite, en raison de l’absence de motivations pour les échanges marchands, il y avait peu d’incitation pour participer à un système de marché. Au contraire, les gens comptaient sur leur propre production agricole dans les zones rurales et sur la politique d’approvisionnement du gouvernement dans les zones urbaines. Face à une structure d’incitations créée par le gouvernement à travers ses politiques d’approvisionnement et de fiscalisme, les paysans, en toute rationalité, étaient rarement intéressés par l’activité économique marchande et l’initiative individuelle. Enfin, l’oppression accrue et le comportement arbitraire de l’État et de l’armée durant les deux derniers siècles, ont créé une méfiance ou du moins un manque de confiance au gouvernement, surtout lorsqu’il s’agissait du maintien de l’ordre et des droits des citoyens.

V.­ Lois divines et séculières

45L’Empire ottoman avait un système judiciaire relativement stagnant. Les facteurs qui ont contribué à la stagnation du système sont l’isolement de l’Europe occidentale, le strict respect de la loi religieuse sacrée, la décentralisation chaotique du pouvoir après le xvie siècle et le manque d’intérêt des Ottomans en matière économique.

  • 77Stavrianos (2000).
  • 78Kuran, 2005, p. 9.
  • 79Imber (2002) et Findley (1996).
  • 80Sugar (1977).

46La loi sacrée islamique, la charia, a servi de constitution de l’Empire ottoman77. La charia était fondée sur le Coran, et comme le Coran « était devenu un livre fermé à partir de 63278 », la charia qui n’était pas susceptible d’être modifiée, avait par conséquent peu d’intérêt pour les précédents et les différends qui surgissaient des interactions quotidiennes. Les difficultés liées à la structure statique de la charia ont été surmontées en partie par le pouvoir du sultan à établir de nouvelles lois séculières, appelée kanun79. La kanun, cependant, devait recevoir l’approbation des oulémas et cessait d’exister après la montée au trône d’un nouveau sultan80. Le manque de continuité et le caractère arbitraire de la législation apparaissent comme un obstacle important pour le développement d’un système juridique efficace. En outre, l’absence d’un code juridique uniforme, pertinent pour les activités quotidiennes, a alimenté un climat d’insécurité et d’imprévisibilité, qui a découragé l’activité économique.

  • 81Imber (2002).
  • 82Stavrianos (2000).
  • 83Imber (2002).

47Le sultan avait le pouvoir de prendre des décisions sur toutes les questions relatives à l’Empire. Il était d’usage, cependant, que les décisions politiques moins importantes étaient déléguées au Conseil Impérial, le Divan81. Le Divan réunissait les instances de décision et les institutions religieuses82 et supervisait toutes les activités dans l’Empire. C’était l’instance décisionnelle de l’Empire et le conseil consultatif du sultan. Dirigé par les grands vizirs, en substance, il servait comme une cour suprême de justice. Même si, en principe, le Divan avait le pouvoir de prendre des décisions, ces décisions pourraient toujours être renversées par le sultan, qui pourraient choisir d’être présents aux réunions du Divan ou pourrait recourir à d’autres moyens d’accéder aux informations concernant ces réunions83. Par conséquent, l’existence du Divan ne prévoit pas la séparation des pouvoirs nécessaires à la réalisation d’un équilibre entre le législatif et l’exécutif. Lorsque l’influence des sultans faiblissait, certains grands vizirs ont pris le pouvoir et pris des décisions presque à eux seuls à travers l’institution du Divan.

  • 84Stavrianos (2000), p. 87.
  • 85Inalcik (1994).

48Les échelons subalternes de la bureaucratie, en particulier les juges dans les tribunaux locaux « étaient les dépositaires et les gardiens de la loi sacrée. Et puisque ce corps rigide de la doctrine était essentiellement hostile au changement et au progrès, l’institution musulmane est devenue l’instrument d’asservissement de l’empire et de son peuple84. » Les tribunaux de kadi accomplissaient la tâche de rendre la justice au niveau local. Les juges, kadi, ont été nommés par le sultan85. Leurs décisions étaient fondées sur l’interprétation de la kanun et la charia. Comme l’Empire a commencé à décentraliser au xviie siècle et le pouvoir du sultan s’est érodé, le système judiciaire est devenu moins efficace dans la résolution des différends, pour faire appliquer la loi. Le niveau de responsabilité de l’armée et les tribunaux était considérablement réduit. Les gens ne pouvaient plus compter sur les tribunaux pour faire respecter la loi, et pour se protéger contre la corruption et les politiques arbitraires de l’armée locale. En raison des politiques d’incohérence temporelle du gouvernement ainsi que du fardeau fiscal, les individus étaient forcés de se soustraire à la loi afin de survivre. Leur confiance dans le système avait diminué et beaucoup quittaient leurs villes et leurs villages, pour se déplacer vers les hauts plateaux.

49Par conséquent, l’héritage ottoman semble apparaître parmi les éléments à l’origine des carences observées dans le système judiciaire actuel, comme le manque de responsabilité et d’efficacité (y compris la prévisibilité de l’évolution, de la qualité et de l’expertise judiciaire des juges ainsi que l’efficacité).

VI.­ Représentations et organisations

  • 86Özbudun (1996).
  • 87  Nous reconnaissons le fait qu’il y a plusieurs facettes de la société civile. Nous utilisons le te (...)
  • 88  Il convient de mentionner ici que l’Empire ottoman après 1830 a vu la montée en puissance des cons (...)

50Özbudun86 identifie l’absence d’institutions représentatives comme une caractéristique de la tradition de l’État ottoman qu’on retrouve actuellement. La société civile – définie comme l’ensemble de communautés auto-­organisées qui autour d’un intérêt commun87 – est un exemple d’institution représentative. L’Empire ottoman manquait d’entités autonomes et d’entreprises, qui auraient fonctionné de façon distincte du gouvernement et qui auraient pu servir à contrôler l’État88.

  • 89Kuran (2005), p. 9.
  • 90  La structure d’héritage égalitaire a été spécifiée par le Coran. Il assure que la richesse ne rest (...)

51La faiblesse de la société civile dans l’Empire ottoman est en partie liée à l’absence de reconnaissance des personnes morales dans le droit musulman. Selon Kuran89, « la source la plus fiable de l’islam n’indique rien d’évident… sur ce qui aurait pu inspirer ou soutenir la forme sociale d’organisation. » Par ailleurs, la structure héréditaire égalitaire adoptée dans l’Empire90, s’est soldée par un manque de demande pour la mise en place de la société civile ou la libre entreprise.

  • 91Issawi (1996), p. 33.
  • 92Kuran (2005), p. 28.

52Bien qu’en principe les corporations ne fussent pas reconnues, plusieurs formes de partenariats ont surgi et ont été officiellement reconnues. Le mudaraba était l’un de ces partenariats91, où les gens pouvaient mettre en commun des capitaux à des fins commerciales. Cependant, le mudaraba était généralement à petite échelle et avait une courte durée de vie. Selon la loi, il devenait nul si l’un des partenaires décédait avant que l’objectif commercial soit atteint92. Les actifs de l’associé décédé étaient répartis entre les héritiers, qui pouvaient alors renégocier les termes du partenariat. L’augmentation du nombre de parties dans les négociations a rendu le processus très coûteux et souvent conduit à la dissolution complète de la société.

  • 93Özbudun (1996).

53La guilde urbaine est un autre exemple d’organisation locale autour d’un intérêt commun, qui a été autorisée dans l’Empire ottoman. Contrairement à son équivalent en Europe occidentale, elle n’a cependant pas joué un rôle important dans la vie politique, parce que non seulement elle ne disposait pas d’un statut d’autonomie, mais elle était en outre strictement contrôlée par l’État dans l’Empire ottoman93.

54À cet égard, l’héritage ottoman serait l’un des facteurs qui expliquerait l’absence de tradition historique pour la formation d’organisations autonomes qui exerceraient une pression politique ou sociale sur le pouvoir politique et contester ses décisions. Autrement dit, les États successeurs de l’Empire ottoman ne disposent pas de traditions à rassembler des groupes d’intérêt rhétorique.

VII.­ Héritage culturel

55Nous pensons que l’héritage principal qui a persisté jusqu’à nos jours, est l’héritage de la culture, visible à travers le prisme des attitudes – vers l’industrie, vers le gouvernement, vers l’Occident. Cet héritage est une conséquence de l’évolution, décrite ci-­dessus, par rapport au gouvernement, le système judiciaire et les droits de propriété.

  • 94Issawi (1996), p. 240.
  • 95Özbudun (1996), p. 138.

56Les deux héritages culturels que nous estimons avoir eu un effet notable sur les États successeurs de l’Empire ottoman, sont « la méfiance profonde vis-­à-­vis de l’activité économique spontanée et des forces du marché », identifiée par Charles Issawi94 et « l’attitude soumise envers l’autorité politique », comme le souligne Özbudun95. Ces attitudes suggèrent en premier lieu, une inclinaison des personnes dans les États successeurs à demander l’intervention de la puissance publique dans l’économie sur une base régulière et, en second lieu, une approche passive vis-­à-­vis des changements et des améliorations. Le premier pourrait avoir contribué à la résignation de l’Europe du Sud-­Est à adopter le socialisme dans les années 1940. Ce ­dernier pourrait expliquer le relatif scepticisme quant à la pertinence des actions individuelles et par conséquent, le manque d’initiative individuelle.

  • 96Todorova (1996), p. 60.
  • 97Todorova, (1996).

57D’autres attitudes sur le registre de l’héritage ottoman, apparaissent à travers le sentiment anti-­industriel et la résistance aux nouvelles technologies, en particulier dans l’agriculture. Pour expliquer l’origine de ces attitudes, nous avançons deux caractéristiques de l’Empire ottoman. Tout d’abord, l’Empire avait une classe effectivement libre de paysans, qui fonctionnait selon le schéma non-­marchand de subsistance plutôt que pour une production marchande destinée au marché96. La paysannerie ottomane, contrairement à la paysannerie de l’Europe occidentale, n’a jamais été asservie. Cependant, la plupart des paysans disposaient de très petites parcelles de terre et de très peu de capital. Ce qui, en renforçant la conviction que posséder un petit lopin de terre constituait une assurance d’autonomie, a encouragé les attitudes d’autosuffisance en denrées alimentaires. Deuxièmement, la paysannerie a joué un rôle central en tant que principale productrice dans un Empire ottoman essentiellement agraire. Combinée à l’absence d’une aristocratie locale puissante dans les territoires ottomans, cela a généré dans la période post-­ottomane, une attitude peu favorable au développement agricole et anti-­industrielle97. L’attitude anti-­industrielle serait en partie le reflet de la résistance de la paysannerie à l’utilisation des nouvelles technologies.

  • 98Stavrianos (2000), p. 840.

58Un autre aspect, un peu trivial, de l’héritage est la dépendance au sentier énoncée par l’échec ottoman pour répondre à l’Occident. « L’échec de l’Empire ottoman, en des termes plus larges, est un échec de l’ajustement, un échec à répondre aux défis de l’Occident dynamique », comme l’affirme Stavrianos98. L’Empire ottoman a mis par inadvertance les États successeurs sur une voie de développement qui, jusqu’ici, a posé des défis importants en matière de rattrapage avec l’Occident. Cela ne veut pas dire que les perspectives futures soient inévitables. Pour autant, les conditions initiales doivent être gardées présentes à l’esprit dans l’examen des facteurs de succès du développement. Par conséquent, les politiques doivent être déterminées par des facteurs spécifiques à la culture et aux conditions initiales exprimées par la demande formulée dans la région. En résumé, les héritages culturels ottomans seraient, la méfiance générale à l’égard du marché et par conséquent le recours à l’intervention de la puissance publique, l’attitude de soumission envers l’autorité et la résistance aux nouvelles technologies.

Conclusions

59Trois faits aident à justifier le type d’analyse entreprise dans le cadre de cet article :

    • 99Greif (1994, 1998, 2002).

    les croyances et les normes culturelles, façonnées par les expériences passées, sont une composante de la structure institutionnelle99.

    • 100North (1990).

    les incitations liées aux structures des institutions100.

  1. les incitations induisent les comportements économiques.

60Les trois faits ci-­dessus suggèrent que lorsqu’on vise à constituer des politiques de développement économique, il convient d’étudier attentivement les déterminants de la structure d’incitation de la société dans laquelle les croyances culturelles sont formées à la fois par la transmission intergénérationnelle de l’information, ainsi que par les observations directes du passé. Les croyances culturelles différentes aboutissent à des structures institutionnelles, qui définissent différents régimes d’incitations. Ceci, à son tour, nécessite une évaluation approfondie des conditions et des politiques initiales, orientées spécifiquement vers les conditions initiales.

  • 101Roland (2004).

61Ensuite, il y a une série d’événements historiques qui contribuent au développement d’une certaine structure institutionnelle. Chaque événement s’appuie sur le précédent en continuité, mais aussi sur le changement. La culture, contrairement à certaines institutions officielles, semble être dans une large mesure d’une évolution très lente et progressive d’auto-­application dans le temps et, par conséquent, sous réserve101.

62Nous stipulons que les Balkans ont été significativement modelés en fonction de leur héritage ottoman. L’Empire ottoman a dominé la région pendant cinq siècles. Il a imposé un système externe à la région, que nous pouvons interpréter comme un choc exogène qui a modelé les croyances culturelles. Nous identifions l’héritage de l’Empire ottoman comme un facteur qui a joué un rôle important dans la structuration des comportements économiques des habitants de la région. Nous considérons que le manque de confiance à l’égard du gouvernement et des mécanismes du marché, l’attitude relativement docile envers l’autorité, l’absence d’organisations représentatives face au pouvoir politique ainsi que la tendance à adopter un comportement évasif, comme les héritages institutionnels clés qui ont joué un rôle important dans le développement économique des États successeurs de l’Empire ottoman.

Sommaire des héritages ottomans et leurs origines historiques

Héritages ottomans

Origines historiques

Héritages des droits de propriété :

Méconnaissance de la propriété privée

Méconnaissance de tout cadre juridique pour appuyer et protéger les droits de propriété

Méfiance générale vis-­à-­vis des structures garantissant les droits de propriété sécurisés

Sentiment d’insécurité en matière des droits de propriété

Peu d’incitations à produire au-­delà des besoins de subsistance

Appartenance de toutes les terres au Sultan

Structure fragmentée des droits dans le système foncier – Tımar

Faible incitation en raison d’une lourde taxation

Manque d’influence politique des marchands et des manufacturiers

Structure rigide des waqfs

Contrôle strict de la production par le gouvernement

Héritages liés au gouvernement

Pratiques d’échanges de faveurs et comportements évasifs

Faible exposition au système de marché.

Manque d’intérêt individuel à s’engager dans une activité économique d’initiative privée.

Méfiance ou manque de confiance dans le gouvernement, surtout lorsqu’il s’agit du maintien de l’ordre et des droits des citoyens

Fiscalisme

Approvisionnisme

Accroissement de la corruption lié à :

l’affaiblissement des sultans et la décentralisation chaotique
l’accroissement de l’insécurité des emplois bureaucratiques
passage de méritocratie à l’achat de postes (dû au manque d’argent du Trésor)

Pouvoir politique utilisé pour obtenir des gains économiques.

Systèmes judiciaires et législatifs :

Déficience dans le système juridique

Manque de responsabilité et d’efficacité dans le système judiciaire

Structure statique des lois sacrées.

Manque d’un code juridique séculier cohérent et cumulatif

Décentralisation et supervision laxiste des tribunaux durant la seconde moitié de l’existence ottomane.


eprésentation et organisation :

Absence de tradition historique favorable à la formation d’organisations autonomes pouvant exercer une pression politique ou sociale sur le gouvernement et remettre en question ses décisions.

Interdiction des personnes morales par la loi islamique

Structure héréditaire égalitaire

Strict contrôle de l’État

Coûts élevés des transactions liés à la négociation et la renégociation des contrats – exemple mudaraba

Héritage culturel :

Méfiance profonde à l’égard des marchés

Soumission à l’autorité

Dépendance envers l’État

Sentiments anti-­industriels et résistance à la technologie

Suppression des facteurs du marché par l’État

Paysans exploités incités à une production de subsistance

Accès des paysans à de petites parcelles avec peu de capitaux

63  

Haut de page

Bibliographie

Beck, Thorsten & Laeven, Luc, « Institution Building and Growth in Transition Economies », Journal of Economic Growth, novembre 2006, p. 157‑186.

Blumenthal, Albert, « The Nature of Culture », American Sociological Review, 1 :6, 1936, p. 875‑893.

Brenner, Robert, « Economic Backwardness in Eastern Europe in Light of Developments in the West », in Daniel Chirot (éd.), The Origins of Backwardness in Eastern Europe : Economics & Politics from the Middle Ages until the Early Twentieth Century, Los Angeles, University of California Press, 1989.

Brown, L. Carl (éd.), Imperial Legacy : The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, New York, Columbia University Press, 1996.

Cameron, Rondo, & Neal, Larry, A Concise Economic History of the World : From Paleolithic Times to the Present, New York, Oxford University Press, 2003.

Clark, S. D, « Religion and Economic Backward Areas », American Economic Review, 41 :2, 1951, p. 258‑265.

De Melo, Martha, et al., « Circumstance and Choice : The Role of Initial Conditions and Policies in Transition Economies », The World Bank Economic Review, 16 :1, 2001.

Ericson, Richard E., « The Classical Soviet-­Type Economy : Nature of the System and Implications for Reform », Journal of Economic Perspectives, 5 :5, 1‑18, 1991.

Faroqhi, Suraiya, et al., An Economic and Social History of the Ottoman Empire : 1600‑1914, New York, Cambridge University Press, 1994.

Findley, Carter V., « The Ottoman Administrative Legacy and the Modern Middle East », in L. Carl Brown (éd.), Imperial Legacy : The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, New York, Columbia University Press, 1996.

Good, David, (éd.), Economic Transformations in East and Central Europe, New York, Routledge, 1994.

Greif, Avner, « Cultural Beliefs and the Organization of Society : A Historical and Theoretical Reflection on Collectivist and Individualist Societies », Journal of Political Economy, 102 :5, 1994, p. 912‑950.

Greif, Avner, « Historical and Comparative Institutional Analysis », The American Economic Review, 88 :2, 1998, p. 80‑84.

Greif, Avner, « Institutions and Impersonal Exchange : From Communal to Individual Responsibility », The Journal of Institutional and Theoretical Economics, 158 :1, 2002, p. 168‑204.

Imber, Colin, The Ottoman Empire, 1300‑1650, New York, Palgrave Macmillan, 2002.

Inalcik, Halil, The Ottoman Empire : The Classic Age 1300‑1600, New York, Praeger Publishers, 1973.

Inalcik, Halil, The Ottoman Empire : Conquest, Organization and Economy (Collected Studies), Londres, Variorum Reprints, 1978.

Inalcik, Halil, An Economic and Social History of the Ottoman Empire, 1300‑1600, New York, Cambridge University Press, 1994.

Issawi, Charles, « The Economic Legacy », in L. Carl Brown (éd.), Imperial Legacy : The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, New York, Columbia University Press, 1996.

Kinross, John Patrick, The Ottoman Centuries : The Rise and the Fall of the Turkish Empire, New York, HarperCollins Publishers, 1977.

Kuran, Timur, « The Provision of Public Goods under Islamic Law : Origins, Impact and Limitations of the Waqf System », Law and Society Review, 35 :4, 2001, p. 841‑897.

Kuran, Timur, « Why the Middle East is Economically Underdeveloped : Historical Mechanisms of Institutional Stagnation », Journal of Economic Perspectives, no 18, 2004, p. 71‑90.

Kuran, Timur, « The Absence of the Corporation in Islamic Law : Origins and Persistence », USC Law and Economics Working Paper Series, no 16, 2005.

Landes, David, The Wealth and Poverty of Nations, New York, W.W. Norton & Company.

Lewis, Bernard, What Went Wrong ? Western Impact and Middle Eastern Response, New York, : Oxford University Press, 1999.

North, Douglass, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Özbudun, Ergun, « The Ottoman Legacy and the Middle East State Tradition », in L. Carl Brown (éd.), Imperial Legacy : The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, New York, Columbia University Press, 1996.

Palairet, Michael, The Balkan Economies c. 1800‑1914, New York, Cambridge University Press, 1997.

Pavlowitch, Stevan, A History of the Balkans : 1804‑1945, Londres, Addison Wesley Longman Limited, 1999.

Pamuk, Sevket, « Institutional Change and the Longevity of the Ottoman Empire, 1500‑1800 », Journal of Interdisciplinary History, XXXV : 2, 2004, p. 225‑247.

Pistor, Katharina et al., “Law and Finance in Transition Economies,” Economics of Transition, no 8, 2000, p. 325‑368.

Roland, Gerard, « Understanding Institutional Change : Fast-­Moving and Slow-­Moving Institutions », Studies in Comparative International Development, 2004.

Rustow, Dankwart, « The Military Legacy », in Imperial Legacy : The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, L. Carl Brown (éd.), New York, Columbia University Press, 1996.

Stavrianos, L.S., The Balkans since 1453, New York, New York University Press, 2000.

Sugar, Peter F., Southeastern Europe under the Ottoman Rule, 1354‑1804, Seattle, University of Washington Press, 1977.

Todorova, Maria, « The Ottoman Legacy in the Balkans » in L. Carl Brown (éd.), Imperial Legacy : The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, New York, Columbia University Press, 1996.

Zukowski, Ryszard, « Historical Path Dependence, Institutional Persistence, and Transition to Market Economy : The Case of Poland », International Journal of Social Economics, 31 :10, 2004, p. 

Haut de page

Notes

1Pistor et al., (2000).

2Zukowski (2004), p. 958.

3Ericson (1991), De Melo et al. (2001), Beck & Laeven (2005), Todorova (1996).

4Blumenthal (1936).

5Roland (2004).

6Cameron & Neal (2003), Sugar (1977).

7Inalcik (1994), p. 44.

8Issawi (1996), p. 236‑238.

9Landes (1999).

10  La dichotomie dans la structure étatique ottomane entre le religieux et le séculier, observée dans la plupart de la littérature traditionnelle du début du xxe siècle, est de nouveau prise en considération dans les travaux récents. Voir Faroqhi et al. (1994), Findley (1980) et Stavrianos (2000).

11  Ce point de vue est avancé dans les recherches historiques plus anciennes. Une partie de la littérature historique récente sur l’Empire ottoman conteste toutefois ce point de vue traditionnel, en affirmant que l’Empire avait une organisation beaucoup plus souple (Voir Faroqhi et al. (1994) pour un bref exposé de cette controverse). La plupart des observations, cependant, tendent à confirmer un système relativement rigide avec peu de mobilité sociale. C’est pourquoi nous retenons ici les points de vue traditionnels.

12Inalcik (1994).

13Sugar (1977), p. 32.

14Inalcik (1978), p. 112.

15Sugar (1977), p. 31.

16Pavlowitch, (1999).

17Rustow, (1996).

18Stavrianos (2000), p. 88.

19Kinross (1977), p. 211.

20Sugar (1977), p. 34.

21Inalcik (1973), p. 171.

22Lewis (2002, p. 97.

23Clark (1951).

24Findley (1996), p. 160.

25  Les lois religieuses et laïques seront analysées plus en détails dans le cinquième point.

26Imber (2002), p. 98‑100.

27Sugar (1977), p. 188‑189.

28Sugar (1977), p. 188.

29Faroqhi et al. (1994).

30Faroqhi et al. (1994), p. 544.

31Sugar (1977), p. 189.

32Cameron & Neal (2003).

33Issawi (1996), p. 238.

34Faroqhi et al., (1994), pp. 433-434.

35Inalcik (1994), pp. 22‑24.

36Stavrianos (2000), p. 144.

37Tımar (1) tout type de soins ; (2) une prébende acquis par un acte du sultan, consistant à l’usage de taxes en contrepartie de services militaires rendus (l’équivalent de tımar sous l’Empire byzantin était le pronoia).

38  Cavalier.

39Sugar (1977), Brown (1996).

40Inalcık (1994), p. 73.

41Inalcık (1994), Kinross (1977), p. 33.

42kadi – juge à la fois pour administrer la charia (code sacré islamique) et kanun (lois laïques émises par le sultan).

43Inalcık (1973), p. 110.

44Brenner (1989), p. 45.

45  En plus de l’imposition de l’agriculture (le système de tımar), il y avait un impôt de capitation et des taxes sur les mines et le sel. La capitation (cizye) concernait les sujets non musulmans. La capitation était collectée par les kuls du sultan, membres de la division de cavalerie de la sipahi. Les kuls avaient des incitations individuelles pour conserver le droit de percevoir des impôts, car ils collectaient non seulement les frais de recouvrement, mais aussi les montants destinés à leur propre usage. (Inalcik [1994]) Les frais de prélèvement fiscal correspondaient à environ un vingt-­cinquième de la capitation ; souvent les collecteurs d’impôts imposaient des prélèvements supplémentaires, ce qui rendait insupportable la charge fiscale pour les paysans. La taxe de capitation fournissait 48 % des ressources fiscales.
Il était de pratique courante pour un village de s’engager pour un paiement forfaitaire prédéterminé, collecté par le prêtre local et remis aux fonctionnaires. L’inconvénient de cette pratique pour les Ottomans était que les taxes sur les nouveaux arrivants leur échappaient. En revanche, les paysans devaient payer collectivement la capitation des fugitifs et des décédés. Par la suite, l’excès du fardeau fiscal a généré un exode. Les fonctionnaires ottomans ont réalisé le caractère contreproductif de cette règle et ont apporté des modifications, en recensant la population tous les trois ans et en ajustant les capitations en conséquence.
Les fermages sur l’agriculture, les concessions des mines et des salines (mukataas) ont constitué 28 % du total des revenus de l’État. « Afin de collecter l’impôt impayé ainsi que les arriérés dus par les agriculteurs ou d’autres personnes, une organisation spéciale disposant de pouvoirs étendus a été créée. Avec ses soixante hommes, le chef des serviteurs du sultan, baskapıkulu, avait le pouvoir de poursuivre ceux qui ne s’étaient pas s’acquitter de leurs obligations fiscales et, si nécessaire, de les mettre en prison. » Inalcik (1994), p. 64.

46Faroqhi et al. (1994), p. 533.

47Pamuk (2004), p. 240.

48Stavrianos (2000), p. 145.

49Inalcik (1994), p. 123‑125

50Brown (1996), p. 233, 289

51Kuran (2005), p. 13‑15.

52Kuran (2004), p. 15.

53Kuran (2001).

54Issawi (1996), p. 237.

55Inalcik (1994), p. 44.

56Faroqhi et al. (1994), p. 476.

57Özbudun (1996), p. 135‑137.

58Faroqhi et al. (1994), p. 867.

59Özbudun (1996), p. 134.

60Kuran (2005), p. 9‑12.

61Özbudun (1996), p. 135.

62Issawi (1996), p. 237.

63Inalcik (1994), Stavrianos (2000).

64Issawi (1996), p. 237‑239.

65Inalcik (1994), p. 44.

66  Le siège de Vienne en 1683 fut le premier grand échec militaire des Ottomans. Ils furent vaincus par les Habsbourg et par conséquent perdu le contrôle de la Hongrie et de la Transylvanie. Par la suite les Ottomans se sont engagés dans une série de conflits armés avec l’Empire russe, les Habsbourg, la Perse et la Pologne.

67Pavlowitch, (1999).

68Faroqhi et al. (1994), p. 538

69Pamuk (2004), p 235 et Issawi (1996).

70Inalcik (1994), p. 50.

71Inalcik (1994), p. 52.

72Stavrianos (2000).

73Stavrianos (2000).

74Stavrianos (2000), p. 120

75Sugar (1977), p. 65, 180‑190.

76Lewis (2002), p. 63.

77Stavrianos (2000).

78Kuran, 2005, p. 9.

79Imber (2002) et Findley (1996).

80Sugar (1977).

81Imber (2002).

82Stavrianos (2000).

83Imber (2002).

84Stavrianos (2000), p. 87.

85Inalcik (1994).

86Özbudun (1996).

87  Nous reconnaissons le fait qu’il y a plusieurs facettes de la société civile. Nous utilisons le terme de société civile pour englober les organisations qui sont indépendantes du gouvernement et sont formées sur la conviction de ses membres qui se sentent avoir une identité commune ou un objectif commun. Ce point de vue de la société civile comprendrait en plus des sociétés, les organisations à but non lucratif.

88  Il convient de mentionner ici que l’Empire ottoman après 1830 a vu la montée en puissance des conseils (par exemple le conseil des Travaux publics en 1838), qui ont tenté d’établir et de promouvoir les fonctions de la société civile. Bien que ces premiers pas vers les institutions représentatives soient importants, ils étaient encore dans leur phase naissante au moment où l’Empire s’effondrait. L’augmentation des centres locaux, par exemple chitalishta en Bulgarie, est également importante. Ces centres étaient souvent organisés par des gens formés à l’étranger. Ainsi, bien que ces aspects soient incontestablement très importants pour le développement de la société civile, ces organisations n’ont pas modifié l’attitude générale insufflée par les institutions représentatives de l’héritage ottoman. L’impulsion de ces organisations était un peu exogène.

89Kuran (2005), p. 9.

90  La structure d’héritage égalitaire a été spécifiée par le Coran. Il assure que la richesse ne resterait pas concentrée dans les mains d’individus, mais serait plutôt divisée parmi une longue liste de parents étendus (hommes et femmes).

91Issawi (1996), p. 33.

92Kuran (2005), p. 28.

93Özbudun (1996).

94Issawi (1996), p. 240.

95Özbudun (1996), p. 138.

96Todorova (1996), p. 60.

97Todorova, (1996).

98Stavrianos (2000), p. 840.

99Greif (1994, 1998, 2002).

100North (1990).

101Roland (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Dimitrova-­Grajzl, « Héritage économique ottoman dans les Balkans », Anatoli, 5 | 2014, 171-197.

Référence électronique

Valentina Dimitrova-­Grajzl, « Héritage économique ottoman dans les Balkans », Anatoli [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/340 ; DOI : 10.4000/anatoli.340

Haut de page

Auteur

Valentina Dimitrova-­Grajzl

Valentina P. Dimitrova-­Grajzl, professeure assistante au Department of Economics and Business de Virginia Military Institute (Lexington), est titulaire d’un doctorat obtenu en 2006 à l’Université de Maryland. Ses activités de recherches s’inscrivent dans les domaines de l’économie des institutions, de l’histoire économique, de droit économique et des économies post-­socialistes. Ses travaux intègrent les approches théoriques et empiriques pour examiner les trajectoires divergentes de développement au cours de la transition post-­socialiste, notamment à travers l’impact des héritages des Habsbourg et des Ottomans. Ses travaux ont donné lieu à des publications d’articles parus dans des revues comme Kyklos « The Great Divide Revisited : Ottoman and Habsburg Legacies on Transition », Review of Law & Economics, East European Politics and Societies, Journal of Socio-­Economics.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals