Navigation – Plan du site
Partie 4 - Production de biens publics internationaux dans l’espace post-­ottoman

Gestion des ressources naturelles et performances économiques au Moyen-­Orient post-­ottoman : malédiction « des ressources » ou de « l’histoire » ?

Deniz Akagül, Fatma Doğruel et Suut Doğruel
p. 283-307

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier Madame Sevil Acar, Maître de conférences à l’Université de Kemerburgaz (Istanbul), pour ses remarques et ses judicieux conseils.

Texte intégral

  • 1  Par Moyen-­Orient nous entendons une région incluant le Moyen-­Orient classique avec la Turquie, l (...)

1Les pays du Moyen-­Orient sont connus pour leurs richesses en hydrocarbures. Les conséquences de leur répartition, plus ou moins inégale, sur les performances en matière de croissance économique constituent l’un des sujets de controverses entre les économistes, alimentant une riche littérature1. Mais, une autre caractéristique importante de la région, moins étudiée, est la pénurie des ressources en eau qui a pourtant une influence décisive sur la croissance économique. La répartition des populations – qui détermine non seulement le potentiel des territoires en ressources humaines comme facteur de croissance, mais aussi les abondances et les raretés relatives des ressources en hydrocarbures et en eau – vient se greffer aux dimensions précédentes. Quelles sont les conséquences de la répartition des ressources naturelles, sur les performances économiques et la coopération économique au Moyen-­Orient ?

2Cette manière d’aborder le Moyen-­Orient sous l’angle exclusif des ressources naturelles peut, au premier abord, sembler éluder la problématique de l’impact de l’héritage ottoman sur les performances économiques observées dans la région, en réduisant la question de la croissance à des considérations relevant de la géographie physique, apparemment neutre du point de vue historique. La démarche peut paraître d’autant plus surprenante que les grilles de lecture développées par les approches institutionnalistes offrent des liens plus directs et facilement perceptibles entre l’héritage ottoman et les performances économiques des pays du Moyen-­Orient.

  • 2  Voir Kindleberger Charles P., « International Public Goods without International Government », The (...)
  • 3  Voir Gleick, P.H., « Water and conflict : Fresh water resources and international security. » Inte (...)

3Cependant, ce choix présente plusieurs intérêts, non seulement dans le cadre de la compréhension des performances économiques, mais aussi dans celui de la problématique de la production de biens publics internationaux dans l’espace post-­ottoman. Tout d’abord, dans la mesure où la paix est un bien public international, il est possible d’affirmer que la spécialisation des économies de la région selon leurs dotations signifie l’existence d’un jeu ­coopératif entre les entités politiques qui se sont formées au lendemain de la Première Guerre mondiale2. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des ressources en eau. Dans le cas contraire, il est question d’un jeu non ­coopératif qui menacerait la paix, notamment à travers les différends concernant le partage des eaux internationales3. Ensuite, par leur influence sur les structures productives et les performances de croissance économique, les dotations en ressources naturelles apparaissent comme un facteur important des conditions de vie, dont les disparités pourraient constituer un élément de frictions entre les pays concernés, susceptibles de menacer la paix régionale. Enfin, puisqu’il est question de la répartition des ressources, les interrogations sur les déterminants historiques de celle-­ci ne peuvent être évitées. Il est difficile de se contenter, en effet, des indicateurs de richesse en ressources naturelles en tant que données absolues, sans prendre en considération les déterminants historiques de la formation des États définissant les espaces économiques en question.

4Sur ce dernier registre, il est possible de formuler plusieurs interrogations. Premièrement, parce que cette répartition est le résultat des frontières établies à la fin de l’Empire ottoman. La question étant de savoir si cette répartition est optimale du point de vue de l’ensemble des populations de la région. Deuxièmement, en corollaire à l’optimalité de cette répartition, il est question de s’interroger sur l’influence de la répartition d’autres ressources susceptibles de modifier la donne. Ici, on ne peut faire l’économie de la prise en compte de l’ensemble des ressources, comme celles des hydrocarbures et des ressources en main-­d’œuvre, à côté des ressources en eau, en tant que déterminants des dynamiques de croissance dans la région. Dans la mesure où la région fait l’objet de convoitise sur le plan des hydrocarbures, qui a incontestablement joué un rôle dans la détermination des frontières actuelles et donc de la répartition des ressources, il est possible de se demander si cette répartition est conforme avec celle des ressources en eau et en main-­d’œuvre. Troisièmement, parce que le schéma de répartition mis en place au lendemain de la Première Guerre mondiale sur les décombres de l’Empire ottoman, conduit à s’interroger sur leurs conséquences en matière de croissance économique. Le bien-­être des populations étant l’un des déterminants de la paix à l’échelle régionale, cette question trouve dès lors son sens.

5Ces problématiques peuvent être résumées par une série de questions. Les structures productives des pays de la région sont-­elles conformes avec leurs dotations en eau, pour alimenter un jeu coopératif régional en vue de préserver la paix ? Ces structures sont-­elles en harmonie avec les perspectives de croissance espérées par les populations pour éviter les différends et maintenir la paix régionale ? Quel est l’impact des autres ressources naturelles (hydrocarbures et main-­d’œuvre) sur la croissance ? Et, en filigrane, quel est l’impact de l’héritage historique, y compris celui de l’héritage ottoman et celui des enjeux géopolitiques au moment de la disparition de l’Empire ottoman ?

6La prise en compte des considérations théoriques avancées dans la littérature, à travers leurs articulations avec la problématique de l’héritage ottoman, permettent d’apporter un premier éclairage. Une fois le cadre théorique balisé, il s’agira ensuite de dresser un panorama de la région suivant les dotations en ressources naturelles. Les observations effectuées nous conduisent tout d’abord à examiner dans un premier temps, à l’aide du concept de l’« eau virtuelle », la conformité des structures productives mises en place avec les dotations des ressources hydriques. Elles permettront ensuite d’examiner la relation entre les dotations en ressources naturelles (eau, hydrocarbures et main-­d’œuvre) et les performances en matière de croissance, observée dans la région.

1. Bref aperçu des considérations théoriques : entre la « malédiction des ressources » et l’« héritage institutionnel »

7La problématique de la croissance et du développement économique fait l’objet d’une riche littérature qui peut être plus ou moins articulée avec celle de l’héritage ottoman. Une partie de cette littérature insiste sur l’impact des dotations en ressources naturelles et relègue, de ce fait, au second plan l’impact de l’héritage historique sur le développement économique. Tandis qu’une autre partie de celle-­ci privilégie le rôle joué par les institutions, en faisant apparaître l’héritage ottoman à côté des autres déterminants de la croissance économique.

  • 4  Après le premier choc pétrolier en 1973, les gisements de pétrole de la mer du Nord sont devenus r (...)
  • 5  » Pour les pays qui sont aux premiers stades de leur développement industriel, cela comporte l’inc (...)

8En ce qui concerne la littérature qui met l’accent sur l’impact des dotations en ressources naturelles sur la croissance et le développement économique, la relation est relativement simple et s’explique par des facteurs physiques. Dans la mesure où la région est caractérisée par l’existence de pays riches en hydrocarbures, les hypothèses du « syndrome hollandais » et de la « malédiction des ressources » se trouvent mises en avant4. Le « syndrome hollandais » décrit comment l’apparition d’une rente issue du pétrole, en réduisant la compétitivité des activités non pétrolières, décourage la diversification de la structure productive, en particulier le maintien de l’industrie manufacturière et par voie de conséquence le développement économique5. En ce sens, il est question de la « malédiction des ressources ». La faiblesse de l’industrialisation dans les pays riches en hydrocarbures pourrait ainsi trouver une explication. Mais cette façon de raisonner relègue au second plan l’impact de l’héritage ottoman, dans la mesure où les performances en matière de développement s’expliqueraient par un facteur de la géographie physique, a priori indépendant de l’histoire.

  • 6Acemŏglu, Daron, Simon Johnson and James A. Robinson, « Reversal of Fortune : Geography and Insti (...)
  • 7  Acemoğlu, Daron, Simon Johnson and James A. Robinson, op. cit., 1244, note 8.
  • 8  Issawi, Charles, An Economic History of the Middle East and North Africa, New York, Columbia Unive (...)
  • 9  À l’exception des produits comme le vin produit en Afrique du Nord, les oranges en Palestine et le (...)

9En revanche, les approches institutionnalistes, en privilégiant le rôle des institutions dans les performances économiques, font apparaître l’impact de l’héritage ottoman de façon plus directe, à travers les institutions mises en place dans ces pays. Les auteurs qui ont développé cette littérature s’appuient sur une double hypothèse6. La première hypothèse souligne la nécessité d’une garantie des droits de propriété pour stimuler l’investissement et par voie de conséquence pour encourager le développement. Il s’agit de ce que les auteurs qualifient d’« institutions de la propriété privée. » Quant à la seconde hypothèse qui se place dans une configuration où la première n’est pas réalisée, elle établit une relation de cause à effet négative entre l’existence d’« institutions extractives » et la croissance économique. Le pouvoir étant concentré aux mains d’une élite réduite, il s’avère difficile de créer un environnement encourageant l’accumulation du capital et d’éviter les comportements de recherche de rentes. Bien que les pays comme l’Arabie Saoudite ou les Émirats du Golfe ne soient pas pris en compte dans la vérification empirique, les auteurs indiquent que leur intégration ne changera pas les conclusions7. Il n’en demeure pas moins qu’il convient de souligner les spécificités des pays du Moyen-­Orient. À ce propos Charles Issawi fournit certaines observations qui permettent d’avancer dans la réflexion8. Dans la région, la production des produits exportés (comme le coton, le tabac, la soie, le vin, les fruits secs et le blé) était assurée par les propriétaires fonciers autochtones qui employaient les paysans locaux9. Alors que la production des biens exportés dans les colonies d’Amérique latine, d’Asie du Sud-­est et d’Afrique était assurée dans les plantations détenues et gérées par les colons. Il est possible d’ajouter à ces observations le statut du droit de propriété dans l’Empire ottoman, qui a évolué tout au long du xixe siècle.

10Bien que cette revue des considérations théoriques plaide en faveur des approches institutionnalistes, pour établir un lien entre l’héritage ottoman et les performances économiques dans la région, l’approche en termes de dotations en ressources naturelles offre des perspectives, certes moins immédiates, mais tout aussi instructives dans les domaines moins explorés jusqu’alors. Tout d’abord, elle permet d’apporter des éclairages sur la production des biens publics internationaux dans l’espace post-­ottoman structuré en fonction des rapports de forces au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les pouvoirs publics des espaces économiques constitués à la suite de la disparition de l’Empire ottoman se positionnent-­ils dans le cadre d’un jeu coopératif régional ou bien au contraire dans le cadre d’un jeu non coopératif, dont les motivations pourraient faire l’objet d’autres investigations de la part des politologues, dans le cadre d’un paradigme de puissance ? Ensuite, cette approche conduit à s’interroger sur les conditions historiques de la répartition des ressources naturelles dans la région. Compte tenu des disparités importantes qui caractérisent la région et, par voie de conséquence, du caractère discutable de cette répartition du point de vue de la rationalité économique, il est question ici de s’interroger si celle-­ci résulte du découpage administratif ottoman auquel cas l’héritage ottoman serait le seul responsable de la situation actuelle ou bien d’un découpage obéissant aux intérêts des puissances mondiales de l’époque, auquel cas les dynamiques de l’économie mondiale deviendraient déterminantes. Ainsi, l’hypothèse de la « malédiction des ressources », au-­delà de son cadre apparemment restreint aux seuls déterminants de la géographie physique, trouve un éclairage historique, pour se transformer en « malédiction de l’histoire ».

2. Panorama des économies de la région selon leurs dotations en ressources naturelles : inégalités et questionnements sur d’éventuelles compensations

11Les économies de la région peuvent être décrites suivant trois dotations en ressources naturelles :

  1. en eau ;

  2. en hydrocarbures ;

  3. en main-­d’œuvre.

12Leur point commun est la rareté des ressources en eau. Du point de vue des autres ressources, la région est marquée par de fortes disparités. Certains pays disposent d’abondantes ressources en hydrocarbures, au point de provoquer des conflits faisant intervenir des acteurs extérieurs à la région. Tandis que d’autres pays sont pauvres. Enfin, on observe des pays pauvres et abondants en main-­d’œuvre, en liaison avec la taille de leurs populations.

13Pour ce qui est des ressources hydriques, la rareté ne cesse de se renforcer sous l’effet de la pression démographique, comme en témoigne l’évolution des ressources en eau renouvelable par habitant depuis un demi-­siècle. Les pays du Golfe persique apparaissent comme les principales victimes de cette pénurie en ressources hydriques (voir annexe no 1). Pénurie d’autant plus dramatique qu’il convient de ne pas perdre de vue dans l’interprétation des tableaux croisés des dotations, qu’il s’agit d’abondances ou de raretés relatives dans le cadre d’une région pauvre en ressources hydriques, bien en dessous de la moyenne mondiale. Trois pays seulement, la Turquie, l’Iran et la Syrie, arrivent à se situer dans la moyenne mondiale de l’autosuffisance en eau, alors que les autres pays sont fortement dépendants. Par rapport à la moyenne mondiale, la région ne dispose d’aucun pays richement doté en ressources hydriques (voir graphique no 1). Pour ainsi dire, il s’agit d’« abondances relatives » dans la pauvreté générale, qui peut s’interpréter comme « moins pauvres » que les autres pour certains pays de la région. Ce qui attire l’attention sur l’importance de la gestion rationnelle des ressources en eau dans la région.

  • 10  Le total de la rente provenant des ressources naturelles correspond à celles issues du pétrole, du (...)

14En revanche, en ce qui concerne les dotations en hydrocarbures, il est question d’une abondance absolue pour certains pays, comme l’indique la part relative de la rente liée aux industries extractives dans le PIB10. Sur la période 1970‑2011, cette part est supérieure à 50 % pour le Koweït et l’Irak, supérieure à 40 % pour le Qatar, l’Arabie Saoudite et l’Oman, et supérieure à 30 % dans le cas de la Lybie et le Bahreïn. Cinq pays de la région (Irak, Koweït, Qatar, Arabie Saoudite et Oman) figurent dans le palmarès des dix premiers pays au monde pour lesquels la rente provenant des ressources naturelles constitue une source de revenu important au sein de leurs activités économiques. Même si la prise en compte des différentes périodes depuis les chocs pétroliers modifie le classement, la composition du peloton de tête demeure identique (voir annexe no 2). Le cas de l’Irak, propulsé au premier rang sur la période 1991‑2011 s’interprète aisément par la désorganisation de ses structures productives, en conséquence aux destructions liées aux guerres.

  • 11  L’analyse s’appuie sur les données de la Banque mondiale, 2009, tableau 1 Population et indicateur (...)
  • 12  Gardezi, H.N., The Political Economy of International Labour Migration, Québec, Black Rose Books, (...)

15Enfin, pour ce qui est des dotations en main-­d’œuvre, les ressources sont, là aussi, inégalement réparties. D’une part, les pays peu peuplés qui font l’objet d’une pénurie de main-­d’œuvre et d’autre part des pays qui disposent d’une démographie dynamique ayant un excédent de main-­d’œuvre. Les petits pays du Golfe persique (Bahreïn, Oman, Qatar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unies, Yémen) entrent dans la première catégorie et sont par conséquent importateurs de main-­d’œuvre. Tandis que d’autres (Algérie, Djibouti, Égypte, Iran, Irak, Lybie, Maroc, Syrie et Tunisie) qui disposent d’une réserve de main-­d’œuvre en excédent, sont exportateurs. Dans ce domaine également, il s’agit d’abondances et de raretés en termes absolus, à l’échelle mondiale11. Les pays excédentaires en main-­d’œuvre sont exportateurs de ce facteur de production en toutes directions, tandis que les pays déficitaires sont également importateurs de main-­d’œuvre en provenance d’autres régions12. Il convient toutefois de ne pas réduire les déterminants des flux migratoires aux seuls facteurs économiques et de tenir compte des facteurs politiques, comme en témoignent les cas jordaniens et libanais qui apparaissent comme des pays importateurs de main-­d’œuvre, essentiellement en raison des flux de réfugiés palestiniens.

  • 13  Ici, il convient toutefois de rappeler le traitement asymétrique des ressources naturelles dans ce (...)

16Le croisement des abondances et des raretés relatives en dotations des trois ressources considérées, offre un panorama qui permet de tirer un certain nombre de conclusions (voir tableau no 1). Tout d’abord, seuls trois pays (Algérie, Iran et Irak) réunissent les conditions de l’abondance dans le domaine des trois ressources. Cinq pays (Oman, Lybie, Maroc, Syrie et Tunisie) disposent de l’abondance dans au moins des deux ressources sur trois. Ces pays sont suivis par huit autres (Arabie saoudite, Bahreïn, Koweït, Qatar, Yémen, Égypte, Djibouti et Liban) qui jouissent d’une abondance pour seulement l’une des trois ressources. Enfin, deux pays pauvres en toutes les ressources (les Émirats Arabes Unis et la Jordanie) ferment la marche13.

Tableau no 1 : Abondances et raretés relatives des ressources au Moyen-­Orient*

Ressources en eau

Ressources en hydrocarbures

Ressources en main-d’œuvre

Abondantes

Rares

Abondantes

Oman

Liban

Rares

Algérie, Iran, Irak

Maroc, Syrie, Tunisie

Abondantes

Rares

Lybie

Égypte, Djibouti

Arabie Saoudite, Bahreïn, Koweït, Qatar, Yémen

Émirats Arabes Unis, Jordanie

Rares

* Pour les ressources en eau et les ressources en hydrocarbures, le classement est effectué par rapport à la médiane observée dans la région. Valeur observée > Médiane : ressources abondantes et Valeur observée < Médiane : ressources rares. Les variables retenues sont les ressources en eau renouvelable (moyenne de la période 1992‑2011) avec pour médiane 349 m3/habitant/an et les rentes en ressources naturelles en % du PIB (moyenne de la période 1992‑2011) avec pour médiane = 26 %. En ce qui concerne les ressources en main-d’œuvre, le tableau distingue les pays selon les flux migratoires nets (départs – arrivées) en proportion de la population (moyenne de la période 1992‑2012) ; ce qui donne pour les pays importateurs nets (solde migratoire négatif) des ressources en main-­d’œuvre rares et pour les pays exportateurs nets (solde migratoire positif) des ressources en main-­d’œuvre abondantes.

Source : Nos calculs à partir des données de la Banque Mondiale.

17Au regard de ce panorama de la répartition inégalitaire des ressources naturelles au Moyen-­Orient, on pourrait s’interroger si la rareté relative dans le domaine de certaines ressources pourrait être compensée par l’abondance dans le domaine d’autres ressources. Cette configuration retient l’hypothèse d’une fonction de production à facteurs substituables. En revanche, l’hypothèse d’une fonction de production à facteurs complémentaires, renforce les conséquences de la répartition inégalitaire des ressources dans la région. Sur ce registre, un examen par couple de dotations offre des perspectives originales pour avancer dans la réflexion.

  • 14  Par exemple, dans le cas de l’Irak faiblement doté en eau, l’eau mobilisée pour la production d’én (...)

18Tout d’abord, l’examen du couple ressources en hydrocarbures et en eau, fait apparaître une relation inversement proportionnelle, dans la mesure où dix pays sur dix-­sept disposent de dotations relativement abondantes dans l’une des deux ressources et subissent la rareté de l’autre ressource. La prise en compte du couple eau hydrocarbures dans l’analyse de la répartition des ressources naturelles prend son sens lorsqu’on considère l’existence d’une certaine substituabilité entre les deux ressources, en raison des interactions entre les processus de production respectifs. La production d’énergie peut-­être réalisée à partir des ressources en eau (centrales hydrauliques) et pallier ainsi à la rareté des ressources en hydrocarbures dans la production de l’énergie et inversement les ressources en hydrocarbures peuvent être mobilisées dans la production de l’eau (extraction des eaux souterrains, désalinisation etc.) pour remédier à la rareté des ressources hydriques. Dans un cas comme dans l’autre, il apparaît que l’abondance dans l’une des ressources peut partiellement compenser la rareté observée dans l’autre ressource. Les pays abondamment dotés en ressources hydriques peuvent remédier à leur faible dotation en hydrocarbures, en mobilisant leurs ressources en eau pour produire de l’énergie et inversement14. Toutefois, cette interprétation atteint ses limites lorsqu’on se rappelle qu’il s’agit d’abondances et de raretés relatives et que les pays de la région dans leur ensemble sont faiblement dotés en ressources hydriques, contrairement aux richesses en hydrocarbures qui se manifestent en termes absolus, comme il a été précisé plus haut. Ce qui revient à confirmer que la répartition actuelle avantage les pays abondants en hydrocarbures.

19En ce qui concerne le couple ressources en hydrocarbures et en main-­d’œuvre, on constate comme dans le cas précédent une relation inversement proportionnelle. Les pays peuplés qui disposent d’un excédent de main-­d’œuvre sont pauvres en hydrocarbures (Djibouti, Égypte, Liban, Maroc, Syrie, Tunisie) et qu’en revanche les pays riches en hydrocarbures faiblement peuplés (Arabie saoudite, Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar et Yémen) ont un déficit en main-­d’œuvre. Ici, l’hypothèse de la substitution des ­facteurs paraît moins évidente, dans la mesure où les techniques de pro­duction sont déterminées non seulement par les abondances et les raretés relatives des facteurs de production, mais aussi par les rapports sociaux, eux-­mêmes dépendant du contexte historique. Le progrès technique réduisant sans cesse l’emploi de la main-­d’œuvre, affaiblit substantiellement ­l’hypothèse d’une substituabilité sans limites qui plongerait la région dans un schéma de rapports sociaux d’un autre âge. Il s’agirait donc plutôt d’une complémentarité des facteurs de production que d’une substitution. Ceci est ­d’autant plus vrai que les abondances et les raretés en hydrocarbures sont déterminées en grande partie par référence à la population. Ce qui ne manque pas de rappeler l’importance des facteurs déterminant les espaces économiques nationaux. Ces mêmes remarques sont également valables en ce qui concerne le couple ressources en eau et en main-­­d’œuvre.

3. Adéquation entre structures productives et dotations en eau : facteur de paix ou de dissensions ?

  • 15  Selon Gleick les causes des conflits en liaison avec les ressources en eau peuvent être multiples. (...)
  • 16  D’autant plus que bon nombre de différends internationaux liés au partage des ressources hydriques (...)

20Dans la mesure où le point commun des pays de la région est la rareté des ressources en eau, la gestion rationnelle de celles-­ci requiert une importance vitale pour la préservation de la paix régionale. Bien que la question du partage des ressources hydriques ne puisse être réduite à sa seule dimension économique au sein d’un paradigme de richesse et qu’il puisse exister d’autres motifs d’ordre géopolitique qui s’inscrivent dans le cadre d’un paradigme de puissance15, l’impact positif d’une gestion rationnelle sur la paix régionale peut être retenu comme une hypothèse vraisemblable16. De ce point de vue, l’adéquation des structures productives avec les dotations en eau constitue un indicateur important pour confirmer l’existence ou non d’un jeu coopératif entre les pays de la région. Si cette adéquation est vérifiée, cela confirme un comportement coopératif dans le sens du maintien de la paix régionale. Dans le cas contraire, l’inadéquation signifiant un refus de coopération, pourrait être retenue parmi les facteurs alimentant une configuration conflictuelle.

  • 17  Hoekstra, A.Y., Chapagain, A.K., Aldaya, M.M. & Mekonnen, M.M., The water footprint assessment man (...)
  • 18  Hoekstra A.Y., Proceedings of the international expert meeting on virtual water trade, 2003.

21Des indicateurs comme la « dépendance en eau virtuelle » et l’« autosuffisance en eau virtuelle » conçues à partir de la notion de l’« empreinte en eau » des biens permettent d’apprécier la conformité des structures productives mises en place par les pays de la région avec les ressources hydriques17. Dans le raisonnement, l’eau est considérée comme un input et intégrée dans les fonctions de production. En effet, « produire des biens et des services requiert généralement de l’eau. L’eau utilisée lors du processus de production d’un produit agricole ou industriel est appelée “eau virtuelle” contenue dans ce produit18. » Tous les biens produits, consommés et faisant l’objet du commerce international ayant un contenu en eau, ont une « empreinte en eau. » Une gestion rationnelle des ressources hydriques suggère donc que les pays abondamment dotés en eau se spécialisent dans les productions ayant une « empreinte en eau » relativement élevée et inversement les pays pauvres en ressources hydriques devraient développer des productions ayant une « empreinte en eau » faible, pour économiser la ressource rare. Pour ainsi dire, il serait question d’un « commerce de l’eau virtuelle », à travers les spécialisations des économies en question. En d’autres termes, à travers le commerce de biens, les pays échangeraient de l’eau, en se spécialisant selon leurs dotations en ressources hydriques. Les pays disposant d’abondantes ressources hydriques seraient exportateurs nets d’« eau virtuelle », tandis que les pays faiblement dotés en eau seraient importateurs nets d’« eau virtuelle ». Ainsi, ce commerce assurerait la meilleure allocation des ressources qui témoignerait de l’adéquation des structures productives avec les ressources hydriques.

22L’observation de l’adéquation des structures productives avec les ressources hydriques peut se résumer à l’existence d’une relation inverse entre deux indicateurs, la « dépendance hydrique » et l’« autosuffisance en eau ». Une gestion rationnelle de ces ressources implique que la « dépendance hydrique » diminue au fur et à mesure que l’« autosuffisance en eau » augmente. Quelle est la configuration au Moyen-­Orient ? L’observation des données tend à confirmer l’hypothèse de la conformité de la structure du commerce extérieur avec les dotations hydriques comme en témoigne le graphique no 1.

Graphique no 1 : Dépendance et autosuffisance en « eau virtuelle » (1996‑2005)

Image 100000000000058C000002F338F56699.jpg

Source : Nos calculs à partir de Hoekstra A.Y., Chapagain, A.K., Aldaya, M.M. and Mekonnen, The water footprint assessment manual : Setting the global standard, Earthscan, London, UK. Pour la méthode de calcul, voir l’annexe 3.

Graphique no 2 : Lien entre la dépendance en eau virtuelle et les dotations en ressources hydriques

Image 100000000000058C0000035E2DBB0FF5.jpg

Source : Classements effectués à partir des données de l’annexe no 1 et du graphique no 1.

  • 19  Doğruel A. Suut, Akagül Deniz et Doğruel Fatma, « Resource Scarcity and Allocation of Resources  (...)

23Une présentation plus détaillée révèle cependant certaines exceptions, comme l’illustre le graphique no 2. Ce dernier, tout en confirmant la relation inverse entre les ressources hydriques et la dépendance en eau virtuelle pour la plupart des pays de la région, indique toutefois quelques exceptions. Les pays situés autour de la droite confirment l’hypothèse de l’adéquation des structures productives et les dotations en ressources hydriques. Quant aux exceptions, on observe d’une part l’Égypte et la Syrie et d’autre part Malte, la Jordanie et le Liban. Le cas des deux premiers pays, caractérisé par la faible dépendance en eau comparée à la faiblesse de leurs dotations en ressources hydriques s’explique en toutes vraisemblances par leur faible degré d’ouverture de leurs économies aux échanges extérieurs. La faiblesse de l’ouverture à l’extérieur expliquant ici une allocation moins rationnelle des ressources, en liaison avec la déformation des prix relatifs déconnectés des prix mondiaux. Tandis que le cas des trois autres (Malte, Jordanie et Liban) qui illustre la configuration inverse, pourrait s’interpréter comme la manifestation d’une plus grande ouverture à l’extérieur, caractéristique des économies de taille réduite19. Il convient néanmoins de signaler le cas plus spécifique du Liban, dans la mesure où il se différencie des cas maltais et jordanien, avec un taux d’ouverture plus faible. Ceci est lié, en toutes vraisemblances, à la désorganisation des structures productives, en corollaire à la guerre civile dont ce pays a été victime. À part ces exceptions, pour la majorité des pays de la région, on peut affirmer que les structures productives mises en place sont conformes aux dotations en ressources hydriques. Par voie de conséquence, on peut en conclure que le comportement des acteurs régionaux vont dans le sens du maintien de la paix, même s’il existe, de façon marginale, des différends dans le partage des eaux internationaux. Mais cela n’épuise pas la problématique des interactions entre l’utilisation rationnelle des ressources naturelles et la paix dans la région, dans la mesure où leur impact sur la croissance économique exerce une influence certaine sur la préservation de la paix, en tant qu’indicateur de bien-­être des populations.

4. Ressources naturelles et croissance économique : « malédiction des ressources » ou « malédiction de l’histoire » ?

  • 20  À la différence de l’examen de l’adéquation entre structures productives et dotations en eau, Isra (...)

24Quel est l’impact de chacune des ressources naturelles sur les performances en matière de croissance ? Étant donné leur répartition très inégale dans la région, la question mérite le détour. Le classement des pays par rapport à la moyenne régionale dans le domaine des dotations en ressources naturelles et leurs performances en matière de croissance économique permet de tirer un certain nombre de conclusions20. Tout d’abord, il apparaît que les dotations hydriques, ainsi que les ressources en main-­d’œuvre exercent une influence positive sur la croissance (voir graphiques n° 3 et n° 5). En revanche, la relation entre les dotations en hydrocarbures et la croissance paraît incertaine (voir graphique n° 4).

Graphique no 3 : Croissance et dotations en ressources hydriques (1992‑2011)

Image 100000000000058C0000036EF302F9DA.jpg

Source : Nos calculs à partir des données de la Banque mondiale, World Development Indicators.

Graphique no 4 : Croissance et dotations en hydrocarbures (1992‑2011)

Image 100000000000058C000003650BF1E22C.jpg

Source : Nos calculs à partir des données de la Banque mondiale, World Development Indicators.

Graphique no 5 : Croissance et dotations en main-­d’œuvre* (1992‑2012)

Image 100000000000058C00000377145F6595.jpg

* Le classement selon les ressources en main-­d’œuvre est établi suivant les flux migratoires nets (départs – arrivées) en proportion de la population dans l’ordre croissant.

Source : Nos calculs à partir des données de la Banque mondiale, World Development Indicators.

25L’examen des liens entre les différentes ressources naturelles et la croissance économique dans la région souligne l’importance des dotations en eau et en main-­d’œuvre, contrairement à l’impact des ressources en hydrocarbures. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, c’est la ressource rare (eau) qui exerce une influence positive sur la croissance, alors que la ressource abondante (hydrocarbures) semble être inopérante. Le résultat tend à confirmer les hypothèses théoriques du « syndrome hollandais » et de la « malédiction des ressources. »

  • 21  L’analyse de l’historien Stéphane Yerasimos confirme cette constatation. Selon lui ; « Une premièr (...)

26Mais au-­delà du fait que ce résultat confirme ces hypothèses théoriques, l’observateur averti est amené à se poser d’autres questions qui renvoient à l’histoire de la formation des entités politiques définissant les espaces économiques, avec leurs abondances et leurs raretés relatives. Si l’on retient l’hypothèse de l’héritage ottoman dans la région, la question est de savoir dans quelle mesure cette répartition des ressources est conforme au découpage administratif ottoman. Si cette hypothèse se trouve vérifiée, cela revient à dire que l’héritage ottoman continue d’influencer les performances économiques au Moyen-­Orient. Sinon, il serait question d’un découpage façonné en fonction des intérêts des puissances extrarégionales de l’époque. Il s’agit de questionnements légitimes qui méritent le détour si l’on désire comprendre le contexte actuel (voir annexe n° 4). Aussi est-­il permis de s’interroger sur les conséquences économiques d’une répartition plus équilibrée des ressources en hydrocarbures et en main-­d’œuvre sur les performances en matière de croissance ? Cette répartition aurait-­elle permis à une partie de la région d’échapper au « syndrome hollandais » et de leur éviter d’être victime de la « malédiction des ressources » ? En ce sens, on est en droit de se demander s’il s’agit d’une « malédiction des ressources » ou d’une « malédiction de l’histoire » à l’origine de la répartition des ressources. Sur ce plan, si le découpage de l’Afrique du Nord semble être plus ou moins en conformité avec l’héritage ottoman (Algérie, Lybie, Égypte et Tunisie), celui de la partie asiatique en revanche tend à confirmer l’hypothèse des enjeux géopolitiques à l’époque de la dislocation de l’Empire ottoman, comme en témoignent les observations des historiens qui soulignent d’une part le décalage entre la tracée des frontières et les populations en question et d’autre part les enjeux liés au partage des ressources en hydrocarbures par les puissances mondiales extérieures à la région21.

Conclusion

27Les observations effectuées permettent d’apporter certains éclairages au sujet de la gestion des ressources naturelles et de leurs impacts au Moyen-­Orient post-­ottoman. Tout d’abord, concernant la question de savoir si les structures productives des pays de la région sont conformes avec leurs dotations en eau, la réponse est positive. La spécialisation des économies qui tient compte des contenues en eau des différents produits, indique l’existence d’un jeu coopératif à l’échelle régionale dans la gestion de la pénurie de cette ressource. Il s’agit ici d’une donnée qui pourrait éclairer également la faiblesse du commerce régional qui s’expliquerait par la pénurie d’eau qui contraint les pays de la région à échanger avec des partenaires lointains abondants en ressources hydriques. Quant à l’impact des dotations sur les performances en matière de développement économique, si les dotations en eau et en main-­d’œuvre semblent exercer une influence positive sur la croissance économique, la relation entre les ressources en hydrocarbures et la croissance économique paraît beaucoup moins évidente, pour ne pas dire inexistante. Les pays richement dotés en hydrocarbures seraient-­ils victimes de la « malédiction des ressources » ? Au-­delà de cette question qui réduit la problématique à sa seule dimension de la géographie physique, il serait plus pertinent de s’interroger sur les déterminants historiques et géopolitiques des territoires, par rapport auxquels apparaissent les abondances et les raretés relatives des ressources prises en compte ici. En effet, l’une des particularités de la région est la relation inverse entre les abondances et les raretés relatives en hydrocarbures et en main-­d’œuvre ; la taille des populations est inversement proportionnelle à celle des ressources en hydrocarbures. Autrement dit, sur ces espaces économiques constitués au lendemain de la dislocation de l’Empire ottoman plus il y a d’hydrocarbures, moins il y a de population et inversement. En ce sens, il ne serait pas excessif d’affirmer que, s’il est question d’héritage, il concernerait plutôt celui des découpages territoriaux effectués au lendemain de la Première Guerre mondiale, selon une logique de partage des ressources en hydrocarbures reflétant les intérêts des grandes puissances mondiales de l’époque. Dès lors, on découvre que l’argument de la « malédiction des ressources » se transforme en celui de la « malédiction de l’histoire ».

Haut de page

Bibliographie

Acemoğlu Daron, Johnson Simon & Robinson James A., « Reversal of Fortune : Geography and Institutions in the Making of the Modern World Income Distribution », The Quarterly Journal of Economics, vol. 117, no 4, novembre 2002, p. 1231‑1294.

Akagül Deniz et Ayong-­le-­Kama Alain, « Disparités et interactions des dotations en eau et en pétrole en Méditerranée orientale », communication présentée au Colloque international Inégalités et développement dans les pays méditerranéens, organisé par GDRI du CNRS Développement des Recherches Économiques Euro-­Méditerranéennes (Paris Dauphine – Galatasaray), Istanbul, 21‑23 mai 2009.

Doğruel A. Suut, Akagül Deniz & Doğruel Fatma, « Resource Scarcity and Allocation of Resources : MENA Case », communication présentée au 34th Annual Meeting of the Middle East Economic Association, Philadelphia, 3‑6 janvier 2014.

FAO, http://www.fao.org/NR/WATER/AQUASTAT/common/pdf.pngFAO. 2013. Base de données d’AQUASTAT, Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Site web consulté le [10/02/2014 4 :46].

FAO, 2013. AQUASTAT database, Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [10/02/2014 4 :50] http://www.fao.org/nr/water/aquastat/data/query/index.html?lang=en.

Gardezi H.N., The Political Economy of International Labour Migration, Québec, Black Rose Books, 1995.

Girgis Maurice, « Development and trade patterns in the Arab world », Welt­wirtschaftliches Archiv, vol. 109, Issue 1, mars 1973, p. 121‑160.

Gleick P.H. « Water and conflict : Fresh water resources and international security. » International Security, no 18, vol. 1, 1993, p. 79‑112.

Gleick P.H., « Water and conflict », in The World’s Water 1998‑1999, Washington, Island Press, 1998.

Hoekstra, A.Y., Proceedings of the international expert meeting on virtual water trade, 2003.

Hoekstra A.Y. & Chapagain, A.K., Globalization of water : Sharing the planet’s freshwater resources, Oxford, Blackwell Publishing, 2008.

Hoekstra A.Y., Chapagain, A.K., Aldaya, M.M. & Mekonnen, M.M., The water footprint assessment manual : Setting the global standard, Londres, Earthscan, 2011.

Hoekstra AY., http://www.waterfootprint.org/?page=files/Glossary (consulté le 14 février 2014).

İnalcik Halil, Osmanlı Imparatorluğu’nun ekonomik ve sosyal tarihi, t. 1, Istanbul, Eren Yayıncılık, 2000, [An Economic and Social History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, 1994].

İnalcik Halil & Quataert Donald (éds.), Osmanlı Imparatorluğu’nun ekonomik ve sosyal tarihi, t. 2, Istanbul, Eren Yayıncılık, 2004, [An Economic and Social History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, 1994].

Issawi Charles, An Economic History of the Middle East and North Africa, New York, Columbia University Press, 1982.

Kindleberger Charles P., « International Public Goods without International Government », The American Economic Review, vol. 76, no 1, mars 1986, p. 1‑13.

Margat Jean, Frenken Karen, Faurès Jean-­Marc, Key Water Resources Statistics in Aquastat : FAO’s Global Information System on Water and Agriculture, IWG-­Env, International Work Session on Water Statistics, Vienne, 20‑22 juin 2005. ftp://ftp.fao.org/agl/aglw/docs/PaperVienna2005.pdf (consulté le 10 février 2014)

Stiglitz, Joseph, « Knowledge As a Global Public Good », in Inge Kaul, Isabelle Grunberg & Marc Stern, Global Public Goods, Oxford University Press, 1999.

Wolf A. T., « Water wars’ and water reality : Conflict and cooperation along international waterways », NATO Advanced Research Workshop on Environmental Change, Adaptation, and Human Security, Budapest, 9‑12 octobre 1997.

World Bank, The World Bank, MENA Little Data Book, 2009, Washington D.C., The World Bank, 2009.

World Bank, World Development Indicators, Washington DC, 2014.

Van Wijnbergen Sweder, « The “Dutch Disease” : A Disease After All ? », The Economic Journal, vol. 94, no 373, mars 1984, p. 41‑55.

Yerasimos Stéphane, Questions d’Orient, Frontières et minorités des Balkans au Caucase, La Découverte/Livres Hérodote, Paris, 1993.

Haut de page

Annexe

Annexe no 1

Ressources en eaux renouvelables (m3/habitant/an)*

1962

1967

1972

1977

1982

1987

1992

1997

2002

2007

2011

Koweït

59

34

23

17

13

10

10

12

10

8

7

Émirats Arabes Unis

1376

898

464

207

130

99

74

57

46

28

19

Qatar

1036

674

450

320

211

138

119

110

93

49

30

Yémen

395

359

332

296

244

199

159

129

112

96

82

Arabie Saoudite

557

467

380

293

216

166

140

126

112

94

84

Bahreïn

674

595

509

384

302

260

223

196

181

125

85

Libye

482

398

323

261

207

172

155

141

129

116

108

Malte

163

166

167

161

150

142

134

129

126

122

121

Jordanie

965

704

513

444

378

311

246

203

188

165

145

Israël

786

671

587

507

458

422

370

316

285

257

231

Algérie

1041

928

799

684

581

499

439

399

371

344

320

Djibouti

3125

2256

1648

1111

824

647

505

451

392

358

325

Tunisie

1050

953

863

771

676

597

539

502

477

454

429

Oman

2397

2102

1779

1403

1059

839

689

618

608

547

482

Égypte

1948

1715

1525

1366

1216

1078

971

893

817

745

683

Syrie

3448

2921

2464

2084

1760

1491

1286

1131

990

870

796

Maroc

2363

2057

1801

1597

1406

1243

1129

1047

985

935

890

Liban

2220

1952

1733

1611

1592

1561

1438

1252

1164

1089

1049

Iran

5914

5180

4537

3931

3299

2737

2401

2211

2038

1918

1812

Irak

11561

9924

8398

7149

6215

5559

4879

4143

3561

3103

2666

* Classement suivant l’ordre croissant de 2011.

Source : FAO. 2013. AQUASTAT database, Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [10/02/2014 4 :50]

Annexe no 2

Évolution des rentes en ressources naturelles 1970‑2011 (moyennes en % du PIB)

Avant chocs pétroliers

Chocs et contrechocs pétroliers

Accélération
de la mondialisation

1970‑1973

1974‑1990

1991‑2011

Qatar

60.3

Koweït

57.3

Irak

87.9

Oman

51.8

Qatar

55.6

Koweït

45.5

Koweït

49.0

Oman

50.8

Arabie Saoudite

43.4

Arabie Saoudite

41.5

Arabie Saoudite

50.6

Oman

40.5

Irak

22.1

Bahreïn

46.4

Libye

40.0

Iran

20.1

Irak

41.8

Qatar

37.9

Algérie

10.1

Libye

33.6

Iran

35.1

Tunisie

3.1

Émirats Arabes Unis

32.1

Yémen

29.2

Syrie

2.5

Iran

24.3

Bahreïn

26.6

Égypte

2.3

Yémen

23.1

Algérie

25.6

Israël

1.2

Algérie

20.0

Syrie

24.1

Maroc

1.0

Égypte

19.3

Émirats Arabes Unis

21.7

Turquie

0.9

Syrie

13.0

Égypte

12.5

Jordanie

0.1

Tunisie

10.8

Tunisie

4.7

Bahreïn

ND

Maroc

3.0

Maroc

1.3

Djibouti

ND

Turquie

1.1

Jordanie

1.0

Liban

ND

Jordanie

0.8

Turquie

0.5

Libye

ND

Israël

0.5

Djibouti

0.4

Émirats Arabes Unis

ND

Djibouti

0.3

Israël

0.2

Yémen

ND

Liban

0.0

Liban

0.0

ND : Données non disponibles.

Source : Nos calculs à partir des données de la Banque mondiale, World Development Indicators.

Annexe no 3

Les indicateurs de « dépendance en eau virtuelle » et d’« autosuffisance en eau virtuelle » sont conçus à partir de la notion de l’« empreinte en eau » des différents biens. La production de tous les biens nécessite une consommation d’eau. Cette dernière est appelée l’« empreinte en eau » qui détermine le contenu en eau pour chacun des biens. Il est dès lors possible d’évaluer le contenu en eau des principaux agrégats comme la production, la consommation, les exportations et les importations. Dans cette perspective, les principaux agrégats de l’économie nationale comme la production, la consommation et les échanges extérieurs (exportations et importations) sont évalués selon leur « empreinte en eau » (ou encore selon la quantité d’eau nécessaire à leur production). (Hoekstra, Chapagain, Aldaya ve Mekonnen (2011)) L’empreinte en eau de la consommation domestique (WFc) est égale à la somme de l’empreinte en eau de la production domestique (WFy) et des importations de l’eau virtuelle (WFm), diminuée des exportations de l’eau virtuelle (WFx).

WFc = WFy + WFm - WFx

Ces agrégats permettent de calculer les indicateurs de « dépendance en eau virtuelle » (WD) et d’« autosuffisance en eau virtuelle » (WSS), qui mettent en rapport les empreintes en eau des importations et de la production domestique avec la consommation domestique.

Image 10000000000000D300000037E963A6F7.jpg

Image 10000000000000920000003778F16270.jpg

Annexe no 4

Provinces ottomanes et découpage actuel au Proche-­Orient

Provinces ottomanes

Pays actuels

Bassorah

Iraq, Koweït, Arabie Saoudite, Qatar

Bagdad

Iraq

Mossoul

Iraq

Syrie

Syrie, Jordanie

Alep

Syrie, Turquie

Deir ez-­Zor

Syrie

Beyrouth

Liban, Syrie, Israël, Palestine,

Jérusalem

Israël, Palestine, Jordanie, Égypte

Hedjaz

Arabie Saoudite, Yémen

Source : İnalcik Halil, Osmanlı İmparatorluğu’nun ekonomik ve sosyal tarihi, Eren Yayıncılık, Istanbul, 2000, (carte no 6, les provinces de l’Empire ottoman au début de 1900) [An Economic and Social History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, 1994] et carte disponible sur le site du Ministère des Affaires étrangères turc.

Carte n° 6, les provinces de l’Empire ottoman au début de 1900

Image 10000000000009E800000772A014F003.jpg

Ministère des Affaires étrangères turc

Haut de page

Notes

1  Par Moyen-­Orient nous entendons une région incluant le Moyen-­Orient classique avec la Turquie, l’Iran, l’Irak, la Syrie, le Liban, l’Israël, le Koweït, le Malte, le Djibouti, le Qatar, l’Oman, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Yémen, l’Égypte, ainsi que l’Afrique du Nord avec la Lybie, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.

2  Voir Kindleberger Charles P., « International Public Goods without International Government », The American Economic Review, vol. 76 no 1, march, 1986, p. 1 –13 et Stiglitz, Joseph, « Knowledge As a Global Public Good », in Inge Kaul, Isabelle Grunberg & Marc Stern, Global Public Goods, Oxford University Press, 1999.

3  Voir Gleick, P.H., « Water and conflict : Fresh water resources and international security. » International Security 18, vol. 1, 1993, p. 79‑112 et Gleick, P.H., « Water and conflict », in The World’s Water 1998‑1999, Island Press, Washington, 1998.

4  Après le premier choc pétrolier en 1973, les gisements de pétrole de la mer du Nord sont devenus rentables. Les entrées massives de capitaux destinées aux investissements pétroliers, ainsi que l’apparition d’une nouvelle source de revenu liée à l’exploitation des gisements se sont traduites par une appréciation du florin hollandais. Cette appréciation a détérioré la compétitivité de certaines industries manufacturières qui ont dû arrêter leurs activités. Finalement l’apparition de l’activité pétrolière a été à l’origine d’un phénomène de désindustrialisation. Il s’agit d’un phénomène connu de longue date par les économistes du développement. Mais comme parmi les pays développés il est apparu en premier dans le cas hollandais, on l’a baptisé de « syndrome hollandais ». Il est question de « malédiction des ressources » dans le sens où l’apparition d’une richesse naturelle décourage l’effort productif dans les activités industrielles fondé sur la qualité des ressources en main-­d’œuvre.

5  » Pour les pays qui sont aux premiers stades de leur développement industriel, cela comporte l’inconvénient de retarder le phénomène d’apprentissage (learning by doing) dans la production des biens hors pétrole qui aurait permis d’améliorer leurs avantages comparatifs (ou de réduire leurs désavantages) dans la production des produits manufacturés ». Van Wijnbergen, Sweder, « The “Dutch Disease” : A Disease After All ? », The Economic Journal, vol. 94, No. 373, Mar., 1984, p. 41‑55.

6Acemŏglu, Daron, Simon Johnson and James A. Robinson, « Reversal of Fortune : Geography and Institutions in the Making of the Modern World Income Distribution », The Quarterly Journal of Economics, vol. 117, No. 4, Nov., 2002, p. 1234‑1235.

7  Acemoğlu, Daron, Simon Johnson and James A. Robinson, op. cit., 1244, note 8.

8  Issawi, Charles, An Economic History of the Middle East and North Africa, New York, Columbia University Press, 1982.

9  À l’exception des produits comme le vin produit en Afrique du Nord, les oranges en Palestine et le coton après la 1re Guerre mondiale au Soudan. Voir Issawi, Charles, op. cit., p. 2.

10  Le total de la rente provenant des ressources naturelles correspond à celles issues du pétrole, du gaz naturel, du charbon, des minerais et des produits forestiers.

11  L’analyse s’appuie sur les données de la Banque mondiale, 2009, tableau 1 Population et indicateurs macro-­économiques sélectionnés, 2007‑2008.

12  Gardezi, H.N., The Political Economy of International Labour Migration, Québec, Black Rose Books, 1995.

13  Ici, il convient toutefois de rappeler le traitement asymétrique des ressources naturelles dans ce tableau, dans la mesure où la région est marquée par la rareté des ressources hydriques dans son ensemble et par une abondance absolue des ressources en hydrocarbures pour certains pays. Par exemple, le cas des Émirats Arabes Unis s’approche de celui du groupe de l’Arabie Saoudite, Bahreïn, Koweït, Qatar et Yémen riches en hydrocarbures, lorsqu’on tient compte du fait que plus d’un cinquième de son revenu national provient de la rente liée aux hydrocarbures. (Voir Annexe n° 2)

14  Par exemple, dans le cas de l’Irak faiblement doté en eau, l’eau mobilisée pour la production d’énergie correspond à un faible % des prélèvements. Inversement, dans le cas de la Turquie relativement abondant en eau, une partie importante des prélèvements est mobilisée pour la production d’énergie. Et symétriquement, en Irak abondant en énergies fossiles et pauvres en eau, une partie relativement plus importante de l’énergie est mobilisée pour la production de l’eau. Inversement, la Turquie pauvre en énergies fossiles et plus riche en eau, la proportion d’énergie mobilisée pour l’eau est plus faible. Voir Akagül Deniz et Ayong-­le-­Kama Alain, « Disparités et interactions des dotations en eau et en pétrole en Méditerranée orientale », communication présentée au Colloque international Inégalités et développement dans les pays méditerranéens, organisé par GDRI du CNRS Développement des Recherches Économiques Euro-­Méditerranéennes (Paris Dauphine – Galatasaray), Istanbul, 21‑23 mai 2009.

15  Selon Gleick les causes des conflits en liaison avec les ressources en eau peuvent être multiples. Tout d’abord, ces conflits peuvent provenir de la volonté de posséder ou de contrôler d’autres ressources en eau que les ressources nationales, faisant ainsi des réseaux hydrographiques et des ressources en eau un objectif politique ou militaire. Ensuite, la répartition inégale des ressources en eau peut mener aux conflits de développement et accentuer l’importance de l’eau comme but stratégique. Enfin, les conflits peuvent aussi surgir lorsque les réseaux hydrographiques sont perçus comme des cibles ou des instruments de guerre (comme la destruction d’un barrage hydraulique de la partie adverse ou la rétention d’eau des adversaires situés en aval d’un cours d’eau). Voir Gleick P.H., op. cit. 1998. Sur ce dernier registre, on peut citer les propos tenus par les stratèges américains lors de la première guerre du Golfe. Dans son article intitulé « Il suffirait pour Ankara de fermer le robinet pour couper l’eau aux Irakiens », Joachim Hoelzgen cite à l’appui le stratège américain Peter Schweizer pour qui « avec l’aide de la Turquie, on pourrait mettre Saddam à genoux en quelques semaines sans avoir à tirer un seul coup de feu ». Voir article paru dans Der Spiegel et traduit par le Courrier International, 7‑13 février 1991, Paris.

16  D’autant plus que bon nombre de différends internationaux liés au partage des ressources hydriques sont localisés au Moyen-­Orient (base de données de Gleick 1998) et que la seule véritable guerre liée à l’eau a eu lieu il y a 4 500 ans entre deux cités sumériennes en Mésopotamie, Lagash et Umma, à cause du partage des eaux du Tigre et de l’Euphrate. Voir Wolf, A. T., « Water wars’ and water reality : Conflict and cooperation along international waterways », NATO Advanced Research Workshop on Environmental Change, Adaptation, and Human Security, Budapest, 9‑12 octobre 1997.

17  Hoekstra, A.Y., Chapagain, A.K., Aldaya, M.M. & Mekonnen, M.M., The water footprint assessment manual : Setting the global standard, Londres, Earthscan, 2011.

18  Hoekstra A.Y., Proceedings of the international expert meeting on virtual water trade, 2003.

19  Doğruel A. Suut, Akagül Deniz et Doğruel Fatma, « Resource Scarcity and Allocation of Resources : MENA Case », communication présentée au 34th Annual Meeting of the Middle East Economic Association, Philadelphia, 3‑6 janvier 2014.

20  À la différence de l’examen de l’adéquation entre structures productives et dotations en eau, Israël, Malte et Turquie sont exclus de l’analyse, en raison des caractéristiques qui différencient leurs dynamiques de croissance, par rapport aux autres pays de la région.

21  L’analyse de l’historien Stéphane Yerasimos confirme cette constatation. Selon lui ; « Une première constante qui se dégage de cet enchevêtrement extrême d’intérêts, […] est l’absence de toute consultation des habitants de cette terre dans l’établissement des frontières et même la création des nouveaux États. Il y a l’exception majeure de la Turquie. […] Une deuxième constante est celle du pétrole. Mise à part une volonté générale de puissance, qu’on pourrait qualifier d’impérialisme à l’état pur, cristallisé par Kitchener et son équipe au début, puis Lloyd George et son entourage mais qui a dû faire rapidement marche arrière devant les réalités, ce fut le pétrole qui mena de bout en bout la politique de l’Angleterre et celle de la France au Moyen-­Orient. Même des implications qui pouvaient paraître lointaines, comme l’expédition grecque en Asie Mineure occidentale ou l’implantation sioniste en Palestine, vues de Londres n’étaient que des éléments dans le grand échiquier du jeu pétrolier. La poussée de l’Arabie Saoudite (Ibn Séoud prend la Mecque en 1924), ruinant le projet anglais d’un grand royaume arabe hachémite, doit beaucoup au soutien des compagnies pétrolières américaines qui devaient fonder Arabian Oil Company en 1933, devenue ARAMCO en 1946. Si les frontières actuelles ont résulté d’une politique étrangère aux dynamiques internes de ces pays, cette même politique continue toujours à peser sur le Moyen-­Orient. » Voir Yerasimos Stéphane, Questions d’Orient, Frontières et minorités des Balkans au Caucase, La Découverte/Livres Hérodote, Paris, 1993, p. 123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Akagül, Fatma Doğruel et Suut Doğruel, « Gestion des ressources naturelles et performances économiques au Moyen-­Orient post-­ottoman : malédiction « des ressources » ou de « l’histoire » ? », Anatoli, 5 | 2014, 283-307.

Référence électronique

Deniz Akagül, Fatma Doğruel et Suut Doğruel, « Gestion des ressources naturelles et performances économiques au Moyen-­Orient post-­ottoman : malédiction « des ressources » ou de « l’histoire » ? », Anatoli [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/350 ; DOI : 10.4000/anatoli.350

Haut de page

Auteurs

Deniz Akagül

Deniz Akagül, Maître de Conférences à la Faculté des Sciences économiques et sociales de l’Université Lille 1, est spécialiste en économie du développement et des relations économiques internationales. Il enseigne actuellement les cours d’« économie du développement » et de « Mondialisation et institutions internationales ». Ses recherches portent sur le processus de développement de l’économie turque, en particulier sur les relations de la Turquie avec l’Union européenne et sur les interactions entre le régime politique et le développement économique dans le cas turc. Il est co-­auteur d’ouvrages La Turquie en mouvement (1995) et L’Europe avec ou sans la Turquie (2005) (avec Semih Vaner), ainsi que co-­éditeur de La Turquie, d’une révolution à une autre (2013) (avec Ali Kazancıgil et Faruk Bilici).

Articles du même auteur

Fatma Doğruel

Fatma Doğruel, est professeure au Department of Economics de l’Université de Marmara (Istanbul). Elle est membre du conseil d’administration de Middle East Economic Association. Ses travaux de recherches qui portent sur les théories de la croissance et du développement économiques, l’économie régionale, l’intégration économique régionale et l’histoire économique de Turquie, ont donné lieu à de nombreuses publications. Les ouvrages (en collaboration avec Suut Doğruel) comme Turkish Industry : A Sectoral Overview (2008), Central Bank of the Republic of Turkey and the Economic and Social History Foundation of Turkey (2005), From Ottoman to Present TEKEL (2000) apparaissent parmi les plus importants, auxquels s’ajoutent de nombreux articles sur les économies du Moyen-­Orient et de l’Afrique du Nord.

Suut Doğruel

Suut Doğruel, est le doyen du Department of Economics de l’Université de Marmara (Istanbul) où il enseigne comme professeur depuis 1988. Ses recherches s’inscrivent dans les domaines des théories de la croissance économique et du développement, la macro-­économie des pays en voie de développement, l’économie régionale et l’histoire économique de la ­Turquie. Il est co-­auteur (avec Fatma Doğruel) des ouvrages comme Turkish Industry : A Sectoral Overview (2008), Central Bank of the Republic of Turkey and the Economic and Social History Foundation of Turkey (2005), From Ottoman to Present TEKEL (2000).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals