Navigation – Plan du site
Partie 1 - Dynamiques de la périphérisation de l’économie ottomane

L’Empire ottoman et l’économie-monde capitaliste : quelques questionnements pour la recherche

Immanuel Wallerstein
Traduction de Ali Kazancıgil et Deniz Akagül
p. 25-33

Notes de la rédaction

Texte préparé pour le Premier congrès international de l’histoire économique et sociale de la Turquie (1071‑1920), Ankara, 11 et 14 juillet 1977. Initialement publié dans Review, vol. 2, n° 3, hiver 1979, p. 389‑98 (Fernand Braudel Center, Binghampton, N.Y., États-Unis).

Texte intégral

1Ma problématique est simple. À un certain moment de l’histoire, l’Empire ottoman se situait en dehors de l’économie-monde capitaliste. Plus tard, il a été intégré à l’économie-monde capitaliste. Comment pouvons-nous comprendre cette évolution, et les processus à travers lesquels cette transition de T1 à T2 s’est déroulée ? Je déclare d’emblée que je ne connais pas les réponses à ces questions. Je souhaite seulement suggérer des façons de procéder qui nous permettraient d’y répondre.

  • 1  J’ai longuement développé ce paradigme dans The Modern World-System, New York, Academic Press, 197 (...)

2Toute réponse à une série de questions historiquement spécifiées présuppose un paradigme des structures sociales et du changement social. Permettez-moi d’expliciter, très brièvement, le mien1 :

  1. Un empire-monde et une économie-monde sont deux types de systèmes, très différents du point de vue de leurs économies, de leurs politiques et de leurs expressions culturelles. Un empire-monde est défini comme une économie sociale unique (division de travail), avec une structure politique globale. Une économie-monde est définie comme une seule économie, contenant de multiples structures étatiques. Ces deux systèmes ont divers modes de production. Un empire-monde utilise un mode redistributif/tributaire, dans lequel l’accumulation du capital n’est pas prioritaire, la redistribution dépendant des décisions politiques. Une économie-monde fait référence au mode capitaliste, dans lequel l’accumulation de capital en soi est le critère principal pour le contrôle de l’action sociale ; cet objectif est poursuivi à travers le marché, lequel est au mieux partiellement « libre » des contraintes politiques et sociales.

  2. Les dynamiques de ces deux systèmes sont très différentes. Un empire-monde s’étend jusqu’aux limites socio-techniques du contrôle politique du processus de redistribution, pour ensuite se réduire et se désintégrer. Son histoire tend à être un long cycle d’expansions et de contractions. L’économie-monde capitaliste fonctionne à travers les rythmes cycliques répétés d’expansions et de contractions, mais elle a aussi des tendances linéaires de « développement » séculaires. L’une de ces tendances, celle de l’expansion géographique illimitée du marché mondial, est cruciale pour la suite du raisonnement. Ces différents cas n’épuisent certainement pas la liste.

  3. Les systèmes-monde ont une existence économique et politique interne qui détermine la plus grande part de la réalité sociale. Mais extérieurement ils entrent aussi en contact les uns avec les autres. Les empires-monde se rencontrent dans leurs expansions et fixent ainsi en général les limites de leurs expansions mutuelles. Toutefois, lorsqu’un empire-monde et une économie-monde se « rencontrent », l’un tend à absorber l’autre. Histo­riquement, presque dans tous les cas, ce fut l’empire-monde qui absorba l’économie-monde. Ce n’est qu’avec l’émergence de l’économie-monde européenne, au xvie siècle, que nous voyons le cas contraire : l’intégration des empires-monde au sein l’économie-monde capitaliste.

  4. Le commerce entre les systèmes-monde est fondamentalement différent du commerce à l’intérieur des systèmes-monde : du point de vue de la nature du commerce, de celui de son impact sur les structures politiques et de sa pérennité sur le long terme. Spécifiquement, le commerce entre les systèmes est un commerce de biens de luxe, non indispensable. En termes de valeur, il tend à être un commerce égal, mais il convient de rappeler toutefois que les parties engagées dans les échanges ont souvent des perceptions culturellement différentes de la valeur (tandis que, le commerce à l’intérieur des systèmes tend à être un échange inégal). Le commerce entre les systèmes tend à utiliser les systèmes de production existants, plutôt que de les transformer. Si les caractéristiques du commerce paraissent changer, cela résulte d’une évolution en cours des limites systémiques elles-mêmes, et en corollaire du mode de production.

3Comment tout cela s’applique-t‑il à l’Empire ottoman et à l’économie-monde européenne ? Selon mes termes, l’Empire ottoman, au moins dans sa période initiale, était un cas classique d’empire-monde. Il est « entré en contact » avec l’économie-monde capitaliste : celle de l’Europe. Il existait des échanges commerciaux entre les deux systèmes. Il y avait aussi des guerres. À un certain moment l’économie-monde européenne a absorbé l’Empire ottoman. À ce moment-là, l’Empire ottoman n’était plus un empire-monde, mais simplement un État de plus, situé à l’intérieur des frontières de l’économie-monde capitaliste. La production dans l’Empire ottoman était devenue « périphérique ». Ce qui signifie qu’elle était réduite à jouer un rôle particulier à l’intérieur du mode de production capitaliste et à être régie par les pressions favorisant l’accumulation du capital en soi, à travers l’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché mondial et les relations capital-travail inscrites dans les compromis politiques de l’État ottoman. Les liens économiques (y compris le commerce) entre les régions de l’Empire ottoman et les différentes parties de l’Europe en sont arrivés à être fondamentalement différents des liens qui existaient antérieurement.

4Si je possède quelques connaissances sur l’histoire de l’économie-monde européenne, j’en dispose en revanche bien moins à propos de l’histoire économique et sociale de l’Empire ottoman. Par conséquent, je peux décrire la première histoire, mais au sujet de la seconde, je ne peux que poser des questions.

5Lorsque l’économie-monde européenne a établi ses frontières au xvie siècle, sa division de travail capitaliste singulière s’est étendue à travers l’Europe : à l’est, à la Pologne et à la Hongrie ; au sud, à la Méditerranée ; et à l’ouest vers l’Amérique ibérienne. L’Europe orientale – pour être plus précis, l’Europe du Nord-Est –, les Amériques et l’Italie méridionale étaient ses premières zones périphériques, spécialisées dans les productions de produits de base à bas coût de main-d’œuvre destinés au marché mondial, fondées sur une organisation coercitive du travail. À cette époque, les Empires russe et ottoman étaient économiquement situés à l’extérieur de ce système, comme l’étaient l’économie-monde de l’Océan indien et les zones côtières de l’Afrique. Ces dernières avaient des relations avec l’économie-monde européenne, mais il s’agissait essentiellement de ce qu’on appelait alors des « commerces de riches ». Chacune de ces zones avait sa propre division de travail, de même qu’une activité économique importante et complexe qui leur était spécifique.

  • 2  Il y avait cependant une expansion de l’économie-monde européenne, dans la période 1600‑1750, qui (...)

6L’économie-monde européenne a connu une longue phase d’expansion, approximativement entre 1450 et 1650, suivie d’une longue période de contraction relative ou de stagnation (ayant commencé avant la fin de la précédente phase) entre 1600 et 1750. Je soupçonne que les relations de l’économie-monde européenne avec les systèmes qui lui étaient extérieurs n’avaient pas changé fondamentalement pendant cette phase de contraction, bien qu’il y ait eu une évolution ininterrompue des structures socio-économiques pendant cette période2. À partir de 1750, l’économie-monde européenne a de nouveau développé son activité économique et élargi ses frontières. En ce qui me concerne, il est clair qu’au cours de la période 1750‑1873, l’économie-monde capitaliste a intégré la Russie, l’Empire ottoman, l’Inde, l’Afrique de l’Ouest et, peut-être, d’autres aires, en tant que zones périphériques (ou semi-périphérique dans le cas de la Russie).

  • 3  Halil Inalcik, The Ottoman Empire : The Classical Age, 1300‑1600, New York, Praeger, 1973, p. 4.
  • 4  M.A. Cook (éd.), « Introduction », in A History of the Ottoman Empire to 1730, Cambridge, Cambridg (...)

7Au sujet de l’Empire ottoman, ma plus grande incertitude est de savoir si sa périphérisation date du xixe (ou de la fin du xviiie), ou bien du début du xviie siècle ? La littérature standard suggère deux périodisations : d’un côté, Halil Inalcık soutient que « les années 1590 marquent la principale rupture dans l’histoire ottomane3 » ; de l’autre, M.A. Cook indique qu’« il n’y a pas de discontinuité radicale dans l’histoire de l’État ottoman entre le début du xve siècle… et le début du xixe siècle…4 »

8Je crois que le choix doit être fait, tout d’abord en fonction de la situation économique réelle et, seulement à titre secondaire, au regard de la continuité des formes politiques ou des systèmes de croyance idéologique. Par conséquent, je voudrais soumettre les questions suivantes pour la recherche :

  1. S’il est possible de démontrer que l’Empire ottoman n’était pas une zone périphérique de l’économie-monde européenne au xvie siècle, pourquoi n’avait-il pas été intégré, dès le début, dans la division du travail qui émergeait, à l’instar de la Pologne ou de la Sicile ? Une telle interrogation est loin d’être invraisemblable, au vu des précédents liens économiques de l’Empire ottoman avec l’Europe – en tout cas avec Venise.

  2. Quand l’Empire ottoman a-t‑il été intégré dans l’économie-monde ? Cette question contient trois sous-questions :

    1. Quels sont les processus, tant dans l’Empire ottoman que dans l’économie-monde européenne, qui expliquent cette intégration ?

    2. L’« intégration » s’est-elle réalisée en une seule fois, ou peut-on envisager que les différentes régions de l’Empire – Roumélie, Anatolie, Syrie, Égypte, etc. – ont été intégrées à des moments différents ?

    3. Quelles furent les conséquences politiques de l’intégration ?

  3. Une fois l’intégration de l’Empire ottoman réalisée, pourquoi ce dernier a-t‑il été intégré en tant que zone périphérique, plutôt que zone semi-périphérique ? Une fois de plus, ceci n’est pas une question invraisemblable, car on peut soutenir que la Russie, et peut-être aussi le Japon, ont été intégrés en tant que régions semi-périphériques.

  • 5  Halil Inalcik, op. cit., p. 125 ; voir aussi p. 162 : « Les produits de luxe, tels que les bijoux, (...)

9La façon dont je m’y prendrais pour répondre à ces interrogations, si j’avais suffisamment de connaissances, serait d’examiner les processus de production réels et la structure des échanges commerciaux. Jusqu’à la fin du xvie siècle, il semble que le commerce à longues distances de l’Empire ottoman concernait les produits de luxe. Une description du commerce au xve siècle, de l’Orient vers Bursa, confirme cela : « Les marchandises transportées sur cette route des caravanes étaient habituellement des produits légers et chers, tels que les épices, les teintures, les produits pharmaceutiques et les textiles5. » Cette citation est à comparer avec la description du commerce intrasystémique de l’Empire (au xvie siècle) :

  • 6Ibid., p. 128‑29.

« L’Égypte et la Syrie étaient d’une importance vitale pour l’économie d’Istanbul et celle de l’Empire. Les provisions pour le Palais du Sultan, comme le riz, le blé, l’orge, les épices ou le sucre, venaient d’Égypte, transportés avec des galions, et au xvie siècle la Syrie fournissait au Palais 50 000 kg de savon par an. L’or du Soudan atteignait Istanbul, à travers l’Égypte…
Comme les Ottomans contrôlaient les Dardanelles, ils pouvaient facilement exclure les Italiens de la mer Noire (blé, poissons, huile, sel, mâts de bateau) et développer cette région comme une partie intégrante de l’économie de l’Empire, à l’instar de l’Égypte et de la Syrie6. »

  • 7Ibid., p. 145 : « Le besoin de fournir des produits alimentaires pour Istanbul relia les différent (...)

10La nature du commerce avec Venise au xvie siècle était plus ambiguë. Il semble que dans une certaine mesure ce commerce consistait à échanger les matières premières ottomanes contre les produits manufacturés vénitiens. Mais comment comparer ce commerce en termes de valeurs et de volumes au commerce généré par le rôle de la ville d’Istanbul – en tant qu’importatrice de produits alimentaires provenant du reste de l’Empire, en même temps que centre de production et de réexportation de biens manufacturés provenant de toutes les régions de l’Empire7 ? De plus, comme nous le savons, Venise était alors un pôle européen déclinant, car les lieux d’activité se déplaçaient vers l’Atlantique.

  • 8  Les calculs de Donald Edgar Pitcher indiquent que la superficie des territoires placés sous l’auto (...)

11Pourquoi l’Empire ottoman n’a-t‑il pas été intégré – complètement – au xvie siècle dans l’économie-monde capitaliste qui émergeait ? L’explication la plus simple ne serait-elle pas la combinaison des besoins européens, de la distance et de la résistance ottomane ? L’Europe occidentale aurait-elle pu absorber la production potentielle ottomane de biens périphériques, en plus de celles de l’Europe orientale et des Amériques ? L’Empire ottoman n’était-il pas encore plus éloigné des zones industrielles émergentes de l’Europe du Nord-Ouest ? L’État ottoman n’était-il pas suffisamment puissant pour empêcher un processus de périphérisation ? Après tout, le xvie siècle est généralement considéré comme le point culminant de la cohésion politique ottomane ; l’Empire avait atteint son extension maximale8.

  • 9  Bernard Lewis, The Emergence of Modern Turkey, Londres, Oxford University Press, 2e édition, 1968, (...)
  • 10Ibid., p. 31.

12Alors, que s’est-il passé après le xvie siècle ? D’une part, l’expansion de l’Empire a reçu un coup d’arrêt. Bernard Lewis parle de la « clôture de la frontière » et de « son impact dévastateur9. » Le déclin cyclique s’était installé et comme cela arrive toujours, « l’économie en contraction de l’Empire […] avait dû soutenir une superstructure de plus en plus coûteuse et encombrante10. » Cela a conduit à une augmentation drastique du taux des prélèvements auxquels étaient assujettis les producteurs :

  • 11  William H. McNeil, Europe’s Steppe Frontiers, 1500‑1800, Chicago, Chicago University Press, 1964, (...)

« Ce qui ne pouvait plus être prélevé aux frontières de l’Empire, devait être obtenu à l’intérieur, au moins partiellement, en imposant davantage les populations domestiques. Les propriétaires terriens qui le pouvaient l’ont obtenu, en exigeant des paiements supplémentaires aux paysans qui vivaient sur leurs terres. Les fonctionnaires tributaires du sultan ont demandé des rémunérations supplémentaires, soit pour leurs performances dans le cadre de leur fonction, soit pour être dispensés de leur fonction, en dérogation aux règles. De tels arrangements ont permis aux membres de la cavalerie turque et aux fonctionnaires de la maison du sultan de mener une vie plus luxueuse que celle de leurs prédécesseurs de l’époque de l’expansion territoriale rapide qui jouissaient de revenus confortables générés par les pillages11. »

  • 12  Stanford Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 13Ibid., p. 173.

13Lorsqu’on examine ce qui est advenu en conséquence, au plan interne, Stanford Shaw affirme que l’augmentation des prix en Europe – il parle de la période 1566‑1683 – a suscité une telle demande pour le blé, la laine, le cuivre et les métaux précieux, que ces marchandises furent « arrachés à l’Empire ottoman, où les prix demeuraient relativement bas12. » Tandis que les importations allaient détruire l’industrie artisanale traditionnelle ottomane13. Mais Shaw situe ce dernier point à la fin du xviiie et au début du xixe siècles. Cela ressemble à une intégration et elle a certainement été interprétée comme telle. Ilkay Sunar décrit ainsi les xviie et xviiie siècles :

  • 14  Ilkay Sunar, « The Political Rationality of Ottoman Economics : Formation and Transformation », in (...)

« L’économie ottomane a connu simultanément l’intégration dans le système de marché mondial et la commercialisation de son agriculture… Le commerce ottoman avec l’extérieur […] a cessé d’être un commerce de transit, pour être de moins en moins administré, pour devenir de plus en plus un processus d’échanges de matières premières ottomanes contre des produits européens manufacturés14. »

  • 15Ibid., p. 16.
  • 16Ibid., p. 19.
  • 17Ibid., p. 20.

14Sunar indique que « parmi les domaines d’ingérence dans l’économie nationale, figurait une transition allant d’une production pour les besoins domestiques vers une production marchande sous contrainte15. » Il inclut dans ces grandes propriétés les différents statuts de fermage : iltizam, malikhane, çiftlik et même les terres de waqf, en soutenant que « l’organisation de la vie économique était de plus en plus soumise aux dynamiques du marché mondial…16 » Finalement, selon Sunar, « le réseau émergent des relations fondées sur le marché, et la relative autonomie qu’il a engendrée en faveur des propriétaires terriens […] ont abouti, au début du xixe siècle, à la montée des ayan, à l’encontre du pouvoir étatique17. »

15Huri Islamoğlu et Çağlar Keyder décrivent le processus de la même manière :

  • 18  Huri Islamolu & Çağlar Keyder, « Agenda for ottoman History », Review, vol. I, n° 1, 1977, p. 5 (...)

« La commercialisation de la production et, encore plus important, le changement du statut de la paysannerie, tous les deux induits par le type d’exploitation appelé çiftlik, sont les éléments nécessaires du processus de périphérisation18. »

  • 19Ibid., p. 43

16Mais, ils voient la fin du xvie siècle et le xviie siècle « comme une phase de transition dans l’articulation du système ottoman avec l’économie-monde19. » Pour la suite, ils observent une intégration graduelle :

  • 20Ibid., p. 53

« Les Balkans se sont intégrés dans l’économie européenne, à partir du xviiie siècle. En ce qui concerne l’Égypte et le Levant, le processus s’est accéléré au cours du premier quart du xixe siècle. En Anatolie, le volume du commerce s’est accru de manière significative à partir des années 183020. »

17Finalement, il s’agit peut-être d’une question quantitative. Combien de changements quantitatifs dans le système productif ottoman auraient-ils fallu pour aboutir à un saut qualitatif ? Les transformations politiques et idéologiques, en retard, nous permettent-elles d’affirmer que l’intégration avait eu lieu ? Vu de l’autre côté du processus, celui de l’économie-monde européenne – en stagnation à cette époque –, y avait-il assez d’élan – élan en termes de maximisation de l’accumulation de capital – pour « intégrer » une région éloignée comme l’Empire ottoman, avant la reprise de la phase d’expansion durant la seconde moitié du xviiie siècle ?

18En tout cas, rares sont ceux qui contestent qu’au xixe siècle, l’Empire ottoman avait une économie sociale indépendante. Celui-ci était manifestement devenu une zone périphérique. Pourquoi n’avait-il pas été capable d’avoir au moins un statut semi-périphérique, comme la Russie au xixe siècle ?

19La réponse pourrait être recherchée à travers une comparaison politico-militaire entre les Empires russe et ottoman, au xviie et xviiie siècles. La Russie était alors encore en expansion. Son armée était beaucoup plus forte que celle de l’Empire ottoman. Ses propres régions éloignées étaient beaucoup plus difficiles à pénétrer pour les capitalistes de l’Europe occidentale, pour des raisons à la fois géographiques et politico-sociales. En Russie, il n’y avait pas de phénomène comparable aux Janissaires. Par conséquent, l’Empire ottoman avait été relégué au sort commun des régions politiquement faibles, comme la Chine, l’Asie du Sud-Est et l’Afrique. La métaphore de « l’homme malade de l’Europe » ne reflète-elle pas précisément cette réalité ?

20Nous avons, de nos jours, une connaissance considérable sur ce que signifie le fait d’être une zone périphérique de l’économie-monde capitaliste. Nous avons des lacunes dans la compréhension du processus réel de périphérisation, la disparition d’un mode de production redistributif/tributaire à travers son absorption par un mode capitaliste. Pour l’étude de ce processus, l’histoire économique et sociale de l’Empire ottoman, disons entre 1550 et 1850, offre un champ d’analyse ouvrant des perspectives considérables pour progresser dans la compréhension des modalités de ces transformations.

Haut de page

Notes

1  J’ai longuement développé ce paradigme dans The Modern World-System, New York, Academic Press, 1974 et dans The Capitalist World-System, New York, Cambridge University Press, 1979.

2  Il y avait cependant une expansion de l’économie-monde européenne, dans la période 1600‑1750, qui avait intégré l’Amérique du Nord et les Antilles.

3  Halil Inalcik, The Ottoman Empire : The Classical Age, 1300‑1600, New York, Praeger, 1973, p. 4.

4  M.A. Cook (éd.), « Introduction », in A History of the Ottoman Empire to 1730, Cambridge, Cambridge University Press, 1976, p. 9.

5  Halil Inalcik, op. cit., p. 125 ; voir aussi p. 162 : « Les produits de luxe, tels que les bijoux, les textiles chers, les épices, les teintures et les parfums constituaient la plus grande part du commerce d’outre-mer. »

6Ibid., p. 128‑29.

7Ibid., p. 145 : « Le besoin de fournir des produits alimentaires pour Istanbul relia les différentes aires de production à un centre unique et fut un facteur principal de la création d’une économie intégrée. Le fait qu’au milieu du xviie siècle, les boulangeries de la ville consommaient quotidiennement 250 tonnes de blé est une indication de l’ampleur de ses besoins. Les denrées alimentaires volumineuses, comme les céréales, les huiles, le sel ou la viande étaient facilement acheminées vers Istanbul, par la mer et durant la seconde moitié du xviie siècle, chaque année 2000 bateaux chargés de produits alimentaires, accostaient à Istanbul. Du blé, du riz, du sucre et des épices venant d’Égypte, du bétail, des céréales, du beurre, du vin et d’autres produits méditerranéens de Morée et des îles égéennes, étaient continuellement déversés sur les quais du port d’Istanbul. Des territoires proches de la capitale dépendaient aussi du marché stanbouliote. De Tekirdag provenait le blé de Thrace, de Constanza et de Mangalia le blé de Dobrudja. Le bois de charpente provenait d’Izmit. Dobroudja, une région inhabitée au Moyen ­Âge, est devenue le grenier d’Istanbul, avec la création des centaines de villages et la construction de ports. Le riz de la vallée de Maritsa et de la Thrace occidentale était devenu une denrée essentielle pour l’armée du Palais. Des plaines de Bulgarie, de Macédoine et de Thrace orientale arrivaient les moutons et les bovins, destinés aux abattoirs d’Istanbul.

En tant que centre de transit, de réexportation et d’exportation de produits manufacturés, Istanbul a permis aux régions de s’intégrer économiquement. L’exportation du coton de Merzifon, de Tosya, de Tire, de Bergama, de Denizli, de Darende, de Bor et de Nigde en Anatolie, en échange des produits alimentaires pour Istanbul venant de Roumélie et du nord, semble avoir stimulé la manufacture de textiles dans ces contrés. Simultanément les industries d’habillement, de laine et de la soie qui se sont développées à Istanbul, en stimulant un commerce triangulaire entre la région de la mer Noire au nord, Istanbul et l’Anatolie, ont occasionné des flux financiers avec la capitale. L’État a dépensé la majorité de ses revenus à Istanbul, pour le Palais et l’armée, dont une partie importante allait vers l’Anatolie et les Balkans. »

8  Les calculs de Donald Edgar Pitcher indiquent que la superficie des territoires placés sous l’autorité directe du gouvernement central s’établissait à 974 500 miles-carré, en 1595. En outre, il y avait des États tributaires, dont la superficie s’élevait à 350 000 miles-carré, en 1566 et à 220 000 miles-carré, en 1606. Voir Donald Edgar Pitcher, An Historical Geography of the Ottoman Empire, Leyde, E.J.Brill, 1972, p. 134‑35, et la carte XXIV.

9  Bernard Lewis, The Emergence of Modern Turkey, Londres, Oxford University Press, 2e édition, 1968, p. 26.

10Ibid., p. 31.

11  William H. McNeil, Europe’s Steppe Frontiers, 1500‑1800, Chicago, Chicago University Press, 1964, p. 60.

12  Stanford Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, Cambridge, Cambridge University Press, 1976, I, p. 172.

13Ibid., p. 173.

14  Ilkay Sunar, « The Political Rationality of Ottoman Economics : Formation and Transformation », in Şerif Mardin & I. William Zartman (éds.), Polity, Economy and Society, in Ottoman Turkey and North Africa, Princeton, Princeton University Press, mimeo, p. 14.

15Ibid., p. 16.

16Ibid., p. 19.

17Ibid., p. 20.

18  Huri Islamolu & Çağlar Keyder, « Agenda for ottoman History », Review, vol. I, n° 1, 1977, p. 53.

19Ibid., p. 43

20Ibid., p. 53

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Immanuel Wallerstein, « L’Empire ottoman et l’économie-monde capitaliste : quelques questionnements pour la recherche », Anatoli, 5 | 2014, 25-33.

Référence électronique

Immanuel Wallerstein, « L’Empire ottoman et l’économie-monde capitaliste : quelques questionnements pour la recherche », Anatoli [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/353 ; DOI : 10.4000/anatoli.353

Haut de page

Auteur

Immanuel Wallerstein

Immanuel Wallerstein, Senior Research Scholar à l’Université de Yale, dirige le Centre Fernand Braudel pour l’étude des économies, des systèmes historiques et des civilisations à l’Université de Binghamton (New York). Il est l’initiateur des concepts d’« économie monde » (ou de « système monde ») et d’« empire monde ». Ses travaux ont inspiré des auteurs comme Samir Amin, Arghiri Emmanuel ou André Gunder Frank. The Essential Wallerstein (New Press, New ­York) paru en 2000, réunit ses articles publiés entre 1960 et 1998. Parmi ses ouvrages publiés en français, on peut citer Après le libéralisme, Éditions de l’Aube (1999), Le capitalisme historique, La Découverte (2000), Comprendre le monde, introduction à l’analyse des systèmes-mondes, La Découverte (2006), L’universalisme européen : de la colonisation au droit d’ingérence, Demopolis, (2008).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals