Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Éditorial

Éditorial

Ali Kazancıgil et Georges Prévélakis
p. 9-12

Notes de la rédaction

À la mémoire de Semih Vaner
Cette première livraison d’Anatoli est dédiée à Semih Vaner.
L’hommage rendu, ici, à l’excellent chercheur en science politique, à l’ami fidèle et attentif, qui nous a quittés le 12 février 2008, à l’âge de 62 ans, se justifie par le fait que notre revue s’inscrit directement dans la lignée de celle que Semih avait créée, en 1985, et dirigée pendant 23 ans : Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (CEMOTI), dont Anatoli est « La nouvelle série ». Grâce à son énorme capacité de travail et à ses efforts incessants, il avait élevé les CEMOTI au rang d’un périodique de grande qualité et de réputation internationale. Dans la période qui a suivi son décès, quelques-uns de ses collègues et amis, dont Anne de Tinguy, Catherine de Wenden et Christophe Jaffrelot, du CERI, Deniz Akagül, de l’Université de Lille, Faruk Bilici, de l’Inalco, Samim Akgönül, de l’Université de Strasbourg, Georges Prévélakis, de l’Université de Panthéon-Sorbonne et Ali Kazancigil, du Conseil international des sciences sociales, qui tenaient à ce que l’œuvre éditoriale de Semih ne s’interrompe pas, ont entrepris des démarches qui ont abouti, après bien des péripéties, à la création d’Anatoli.
Après avoir fait des études à l’Université de Lausanne, obtenu un doctorat de science politique à la Sorbonne et enseigné à l’Université de Bursa, en Turquie, il avait rejoint, en 1982, le Centre d’études et de recherches internationales (CERI), de Sciences Po, à Paris, où il était directeur de recherches. Semih Vaner a laissé une production scientifique abondante. Spécialiste des régimes politiques, des processus de démocratisation et des rapports entre le politique et le religieux, il a travaillé sur la Turquie, contribuant fortement à un renouvellement des études turques en France. Parmi ses nombreuses publications sur ce pays, il faut citer en priorité La Turquie, (Fayard / CERI, 2005), véritable somme de 730 pages, réunissant 21 auteurs (cf., ci-dessous, la présentation de cet ouvrage). Au-delà de la Turquie, il s’est intéressé plus largement à la Méditerranée orientale, aux Balkans, au Caucase, au monde turco-iranien et à l’Asie centrale. L’ultime livraison des CEMOTI, s’intitulait « Berlin-Kachgar », indiquant l’étendue des régions que la revue ambitionnait de couvrir.
Le principal apport scientifique de Semih Vaner fut l’institution d’un nouveau champ de recherche dans la science politique française : les études sur le monde turco-iranien. Ce terrain était labouré depuis longtemps par l’anthropologie, mais son émergence en tant qu’objet de recherche en science politique constitua une innovation. Semih s’y révéla comme un remarquable entrepreneur académique et animateur de réseaux de chercheurs. Il entreprit une structuration de ce nouveau domaine, en fondant l’Association française d’études pour la Méditerranée orientale et le monde turco – iranien (AFEMOTI) et les CEMOTI. Il mobilisa des réseaux réunissant des spécialistes confirmés et de jeunes chercheurs de talent. Bien avant la dissolution de l’URSS, en 1991, il avait compris l’importance d’étudier, de manière cohérente et systématique, la région de la mer Noire, le Caucase et l’Asie centrale, une anticipation qui se révéla très féconde.
Nous sommes fiers de continuer son aventure éditoriale, avec une couverture géographique plus restreinte – de l’Adriatique à la Caspienne –, mais avec la rigueur et l’ouverture épistémologique et pluridisciplinaire qui furent les siennes*.

* Nous voudrions attirer l’attention sur deux publications parues en hommage à l’œuvre et à la mémoire de Semih Vaner :
« Hommage à Semih Vaner : Réflexions autour de la Turquie », Mesogeios – Mediterranee, 36 / 2010 (sous la direction de Deniz Vardar).
Cengiz Çağla, Haldun Gülalp (dirs.) Semih Vaner Anısına – Avrupa Birligi, Demokrasi ve Laiklik, Istanbul, Metis, 2010 (À la mémoire de Semih Vaner : LUnion européenne, la démocratie et la laïcité).

Texte intégral

1Anatoli est la nouvelle série des Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (CEMOTI) dont la publication a été interrompue suite à la disparition de Semih Vaner, qui avait fondé la revue et avait assuré sa direction pendant plus de vingt ans. La parution d’Anatoli reprend et continue cette tradition.

2La revue est désormais publiée par CNRS-Editions et bénéficie du soutien de l’Unité mixte de recherche « Géographie-cités » du CNRS (UMR 8504). Les numéros de la revue seront thématiques et paraîtront une fois par an.

3En grec, Ἀνατολή (Anatoli) est un terme riche en significations. Il dénote le temps, le moment de l’apparition du soleil sur l’horizon. Ἀνατολή marque donc le début, le commencement. Ἀνατολή dénote aussi l’espace, la direction d’où arrive la lumière matinale ; elle est le vecteur de l’orientation. Ἀνατολή signifie enfin une des parties du monde. Ἀνατολή n’est ni l’Orient des Orientalistes, c’est-à-dire un monde soumis au pouvoir d’un savoir externe et étranger, ni l’Orient des civilisations asiatiques. Ἡ καθ᾽ἡμᾶς Ἀνατολή (l’Orient selon nous) forme un espace intime, proche, civilisé, accueillant, un espace en étroite communion avec la Méditerranée et son extension pontique.

4L’espace géographique qui intéresse la revue Anatoli ne se limite donc pas à l’Anatolie (l’Asie mineure), même si la Turquie constitue pour elle un thème essentiel. La Méditerranée orientale et le Monde turco-iranien forment un ensemble qui couvre un large espace, s’étendant d’Ouest en Est de l’Adriatique à la Caspienne, et bien au-delà. Ancien territoire impérial, cet espace, aujourd’hui fortement fragmenté, est un énorme carrefour entre l’Europe et l’Asie, entre le monde russe et le monde méditerranéen. Espace intermédiaire, selon l’expression de Dimitri Kitsikis reprise par Stéphane Yerasimos, son devenir est fortement influencé par des forces et par des idées d’origine externe, souvent lointaine.

5Composé de plusieurs foyers d’anciennes civilisations, cet espace-maille, malgré ses déchirures, est résilient. Il continue à préserver ses valeurs, même sous forme latente. En s’associant à l’Europe, il peut contribuer à son évolution, à son adaptation aux grandes mutations mondiales, dont la forme commence à se dessiner déjà à travers les crises militaires et économiques du XXIe siècle. Prophétique, André Siegfried concluait son livre sur la Méditerranée, en 1943 en soulignant les avantages de maintenir « le prestige de certaines valeurs, dont l’humanité occidentale elle-même a besoin et dont la perte la ferait à la longue péricliter ».

6Comme les CEMOTI, Anatoli étudiera la région de l’Adriatique à la Caspienne – ainsi que ses extensions diasporiques – à travers une approche pluridisciplinaire et géographiquement ouverte. Les dossiers d’Anatoli seront aussi fidèles à un esprit d’ouverture sur les plans épistémologique, théorique et méthodologique, ainsi qu’à une exigence comparative et réflexive, croisant la profondeur historique avec les faits politiques, sociaux, culturels et économiques contemporains, le temps avec l’espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Kazancıgil et Georges Prévélakis, « Éditorial »Anatoli, 1 | 2010, 9-12.

Référence électronique

Ali Kazancıgil et Georges Prévélakis, « Éditorial »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.360

Haut de page

Auteurs

Ali Kazancıgil

Articles du même auteur

Georges Prévélakis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search