Navigation – Plan du site

Retour en arrière

Le facteur turc dans l’organisation du Sud-Est de l’Europe
Deniz Akagül et Semih Vaner
p. 13-35

Notes de la rédaction

Dans un numéro publié plus de quinze ans après sa rédaction, le texte qui suit peut paraître comme un anachronisme. Nous avons décidé de l’inclure dans le premier numéro d’Anatoli, pour souligner la continuité avec les Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (CEMOTI).
Outre le souci d’une continuité éditoriale, l’inclusion de l’article dans cette livraison initiale de la nouvelle série des CEMOTI a une autre raison d’être : son sujet se trouve au centre de la thématique de ce volume. L’intégration régionale du Sud-Est européen s’appuie sur un tissu fait de différents réseaux, dont beaucoup sont animés par « le facteur turc ». D’autres « facteurs », internes, comme son alter ego, « le facteur grec », ou externes comme les fils qui lient les acteurs du Sud-Est européen avec « les Puissances », créent leurs propres réseaux, parfois pour contribuer, parfois au contraire pour entraver l’intégration régionale. Les avancées et les reculs dépendent de ce jeu complexe, de ce tissu de Pénélope. Depuis la fin de la centralité ottomane, recompositions, intégrations, fragmentations créent un paysage géopolitique fluide et instable.
L’article de Semih Vaner et de Deniz Akagül constitue un instantané dans ce paysage en mouvement. Cet arrêt sur image, en 1994, nous permet de mesurer la distance parcourue, de se rappeler des projets avortés, des déceptions ; mais aussi de prendre conscience de l’évolution, des progrès, des réussites.
Les principales préoccupations balkaniques, la question bosniaque et celle du Kosovo, n’ont pas disparu ; mais leur importance pour les politiques des États du Sud-Est européen est bien moindre. Les relations gréco-turques constituent un exemple frappant de « péripétie », de changement de fortune. Qui aurait pu imaginer, à l’époque de la rédaction de cet article, que la Grèce soutiendrait la candidature européenne turque contre la politique de la France et de l’Allemagne ?
Derrière les changements, l’aspiration à l’intégration régionale reste stable, même avec ses incertitudes et ses hésitations. À l’époque, le projet de la mer Noire focalisait cette aspiration. La faiblesse de la Russie permettait une coopération sans trop de déséquilibre entre les partenaires. L’échec relatif de ce projet est certes lié à la géopolitique tumultueuse russo-occidentale. Il s’explique surtout par l’attractivité européenne. Aux pays issus du bloc communiste, l’intégration régionale paraissait contradictoire à la perspective européenne. Toutes les élites nationales aspiraient à « s’européaniser ». L’intégration régionale paraissait comme un retour en arrière, décalée par rapport aux vents dominants de l’Histoire.
Et aujourd’hui ? Les doutes se multiplient sur la capacité du projet européen à résoudre simultanément les problèmes d’élargissement et ceux de l’approfondissement, sur fond de crise globale. Devant un avenir incertain, où crise se conjugue avec opportunité, l’idée de l’intégration régionale peut renaître. Face aux doutes et aux hésitations, il n’est pas inutile de revenir en arrière pour replacer le présent dans les rythmes discontinus de l’Histoire, afin d’imaginer les perspectives d’avenir.
Ce texte fut rédigé vers la fin de l’année 1993 dans le cadre du contrat de recherche réalisé par l’AFEMOTI (Association française pour l’étude de la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien) pour la DATAR. Le rapport final (janvier 1994) a donné lieu à des publications parues dans des revues nationales ou internationales (Documentation française, Europäische Rundschau….).

Texte intégral

1Le nom « Balkan », est un mot turc qui signifie « montagne couverte de forêt touffue ». La longue domination ottomane qui se perpétra dans les Balkans du XIVe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle, et qui connut son apogée à l’époque de Soliman « le Législateur » – dit « Le Magnifique » – se caractérisa par une islamisation notamment en Bosnie-Herzégovine, en Macédoine et en Albanie, mais aussi pour les populations qui avaient conservé leur religion, par un système reconnaissant l’auto-organisation des communautés. C’est de là aussi que surgirent les premiers mouvements d’indépendance nationale, inspirés des idées européennes d’État-nation, changeant profondément la structure impériale ottomane et entraînant la chute de « l’homme malade » de l’Europe.

2Et pourtant, quelles que soient les incompatibilités d’ordres politique voire « culturel » entre certains États balkaniques et celui de la Turquie, la manière de vivre des sociétés balkaniques se rapproche bien plus de celle de la Turquie, tout au moins dans la composante égéenne de cette dernière que de celle de l’Europe occidentale. Par ailleurs, si l’on tient compte de la fraction européenne – délimitation forcément arbitraire et contestable – de la métropole stambouliote, la Turquie détenant la Thrace orientale, a une population balkanique, au sens géographique du terme, qui équivaut à celle de la Grèce ou de la Bulgarie. Les Balkans se situent sur ses routes de commerce avec l’Europe occidentale et centrale, et des centaines de milliers de travailleurs migrants turcs d’Allemagne fédérale, de France, d’Autriche etc., traversent d’habitude ces routes pour se rendre dans leur pays d’origine. Enfin, sur le plan politique la Turquie est traditionnellement et légitimement considérée comme partie contractante à tout acte international concernant l’avenir politique de cette région qualifiée de « poudrière de l’Europe ». Last but not least, l’association d’Ankara – déjà membre de l’OTAN et du Conseil de l’Europe – à l’UEO et à la Communauté Européenne, qui fait de lui, un membre virtuel, lui confère un droit de regard à l’organisation du Sud-Est de l’Europe.

La Turquie dans les Balkans : attachement à un héritage historique et culturel

  • 1 Balivet Michel, « Aux origines de l’islamisation des Balkans ottomans », Revue du monde musulman et (...)

3Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Ottomans contrôlaient une grande partie de ce que fut, ces dernières décennies, la Yougoslavie, mais aussi la Hongrie, la Transylvanie, la Valachie, la Moldavie et la Podolie, au Nord du Dniestr. Cette extension territoriale a immanquablement laissé des traces démographiques, au moins de trois ordres. Les premières concernent des populations d’origine ethnique turque, que l’on retrouve en Macédoine et, surtout, en Bulgarie où leur nombre est estimé à environ un million. Les deuxièmes sont des traces religieuses, avec l’existence d’un ensemble de populations autochtones islamisées, en particulier les Albanais et les Bosniaques. L’islamisation « à l’ottomane » aboutit à un islam syncrétiste et peu orthodoxe mêlant inextricablement « dogmes islamiques, croyances populaires locales, perspective mystique des confréries et, même, éléments culturels d’origine centre-asiatique jamais vraiment oubliés par les Turcs1 ». Les troisièmes, enfin, tiennent aux héritages venant du contact le long des routes avec les administrateurs, les recruteurs, les gendarmes ottomans et se font sentir dans la vie quotidienne : façon de dire, façon de faire, statut des femmes, etc.

4Les Ottomans n’ont quitté la Bosnie-Herzégovine qu’en 1878 sous les coups de butoir de l’Autriche-Hongrie, et leur recul d’une partie de la Serbie et du Monténégro actuels ne date que de la Première guerre balkanique de 1912-1913. La sensibilité turque vis-à-vis de l’évolution balkanique est d’autant plus vive que l’Empire ottoman d’abord, la Turquie républicaine ensuite, ont été profondément marqués par les élites d’origine balkanique. Il suffit de rappeler quelques-uns des dirigeants politiques nés à Salonique ou à Skopje : le grand vizir Sokollu, Mustafa Kemal Atatürk et, ... le général Evren, etc. Ce fait est étayé par la présence d’une communauté balkanique, essentiellement bosniaque, installée dans le pays par vagues successives et qui, outre qu’elle constitue un poids électoral, a souvent une place non négligeable dans l’appareil étatique, la classe politique et les affaires. Toutes ces raisons font que beaucoup de gens estiment en Turquie que le pays a une « responsabilité historique » envers les Balkans.

  • 2 Depuis la crise en Bosnie, la Turquie aurait accueilli quinze à vingt mille Bosniaques. Cf. Soysal (...)

5Dans la crise yougoslave, l’attitude et la démarche diplomatique d’Ankara qui cherche à apporter non pas un soutien actif (qui se limite, dans le cas bosniaque à l’aide humanitaire et au domaine politique), mais une protection morale à des populations souvent minoritaires, jugées ethniquement proches et de surcroît menacées, singulièrement en Bosnie-Herzégovine2, peuvent être résumées autour de trois axes à la fois contradictoires et complémentaires : la perception des Balkans, partagée par une partie de la classe politique et de l’opinion publique, comme une ligne de fracture entre la chrétienté et l’islam (entretenue, selon elles, plus par la première que par la seconde) ; la certitude de l’impossibilité d’une action unilatérale de la Turquie, et enfin la recherche par Ankara de nouvelles zones d’influence dans cette région marquée surtout par la déliquescence de la Yougoslavie post-titiste.

6La perception des Balkans, comme une ligne de fracture que viennent corroborer « l’immobilisme » voire « l’indifférence » des Occidentaux, dans l’affaire bosniaque, implique la solidarité de la Turquie avec les populations musulmanes des Balkans. Cette solidarité s’exprime aussi par la présence, en l’occurrence plus affirmée que d’habitude, de la Turquie au sein de l’Organisation de conférence islamique (OCI). Cette présence est quasiment forcée, entre autres pour deux raisons : la mobilisation particulière mais pas exclusive, de la frange islamique de la société turque autour de ce thème (que révèle la place accordée à la question bosniaque dans les quotidiens Zaman et Milli Gazete) et la crainte d’accusations par les pays musulmans de l’OCI de la « trahison » de la Turquie, pays musulman le plus proche des Balkans. L’action de la Turquie dans le cadre de cette organisation, connaîtra cependant vite ses limites, le centre de gravité de la diplomatie turque, se situant, de toute évidence, en Occident et vu la volonté des dirigeants d’Ankara d’éviter de faire quoi que ce soit qui irait dans le sens de la transformation du conflit en un affrontement religieux. Le soupçon est toutefois présent, chez certains Turcs, pas nécessairement islamistes, que la Turquie soit « utilisée » dans cette affaire, uniquement dans le cadre de l’OTAN.

  • 3 Les forces armées turques se tiennent toutefois à la disposition de l’ONU pour une éventuelle opéra (...)

7L’action militaire unilatérale de la Turquie en Bosnie, évoquée par certaines voix, il est vrai rares, et crainte notamment en Grèce, n’est possible ni politiquement, ni militairement, ni même financièrement. En effet, une telle action unilatérale se heurtera à coup sûr, à l’opposition politique des Occidentaux et de la Russie, sans parler de la Serbie et de la Grèce. En second lieu, les difficultés techniques évoquées par les autorités militaires occidentales, au sujet d’une intervention, sont a fortiori valables pour une « puissance régionale » dont les capacités militaires sont limitées. Enfin, le coût financier d’une telle opération (mobilisant 15 000 soldats dont 20 % risqueraient d’être tués) est estimé à environ 1 milliard de dollars3. C’est aussi la raison pour laquelle l’action diplomatique turque traditionnellement légaliste et respectueuse du droit international, se limitera certainement à une présence et éventuellement à des pressions auprès des instances internationales, en particulier de l’ONU et de la CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe).

8L’accession à la présidence de la République de Süleyman Demirel et à la fonction de Premier ministre de Mme Tansu Çiller ne modifieront pas cette politique. S. Demirel a réitéré qu’une intervention militaire de la Turquie est absolument inconcevable. Quelques déclarations, forcément rares, des commandants de l’état-major, laissent entendre que l’armée partage, dans l’ensemble, cette analyse. L’attitude officielle, exprimée à maintes reprises, par Hikmet Çetin, ministre des Affaires étrangères, est que la question ne pourrait être réglée sans qu’il y ait une intervention militaire conjointe (comprendre : des Occidentaux auxquels se joindraient les Turcs) même limitée en Bosnie-Herzégovine. Aussi bien pour les hommes politiques que pour les militaires, la crainte est surtout la propagation de la guerre au Kosovo et à la Macédoine et l’implication dans le conflit de l’Albanie. Aujourd’hui la politique onusienne de la Turquie est encore plus affirmée dans l’ex-Yougoslavie ; on peut même ajouter qu’une certaine inertie domine les relations de la Turquie avec les autres pays balkaniques depuis la mort de Turgut Özal.

Le syndrome de Kosovo

  • 4 Sur la démographie en Bulgarie, sur les implantations musulmanes « identifiables par leur accroisse (...)

9La méfiance a toujours régné dans la région : le Pacte balkanique conclu en 1954 entre la Turquie, la Grèce et la Yougoslavie est devenu obsolète dès 1955 ! La période de Guerre froide a été marquée pour la Turquie par un isolement dans les Balkans, isolement qui a connu son paroxysme au moment de la constitution, dans la deuxième moitié de la décennie 1980, de l’axe gréco-bulgare et la répression meurtrière par l’administration Jivkov de la communauté turque de Bulgarie4. Stéphane Yerasimos résume bien les rapports triangulaires entre la Bulgarie, la Grèce et la Turquie :

  • 5 « L’autre Alexandrie », Politique étrangère, 1992/2, p. 303.

« En ce qui concerne la Bulgarie, la résurgence de la question macédonienne nécessitait l’apaisement de ses relations avec la Turquie. L’absence de revendications turques sur la Bulgarie facilitait cette tâche, mais surtout l’évolution des événements montrait la fragilité d’un axe Athènes-Sofia fondé sur la menace turque. Tandis que la Grèce avait fondé sa politique intérieure et extérieure sur cette menace, l’importance que revêtait pour la Bulgarie la question macédonienne ne pouvait que l’opposer à terme aux intérêts grecs et rendait pour cela nécessaire une alliance avec la Turquie »5.

  • 6 Voir à ce propos le n° 15 (janvier-juillet 1993) des Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale (...)
  • 7 Après la partition de fait de l’île, les négociations intercommunautaires butent sur plusieurs poin (...)

10La chute du communisme et la dislocation yougoslave – que la Turquie s’est gardée d’encourager – entraînent une redistribution des cartes. Les alliés d’Ankara dans cette région seront, vraisemblablement, Tirana avec laquelle Ankara a signé un traité de coopération militaire –, Skopje et si la question de la minorité turque de Bulgarie est gérée avec sagesse et modération des deux côtés, Sofia, sans aller jusqu’à évoquer un « axe », rejeté aussi bien à Sofia qu’à Ankara. La Turquie a inclu la Grèce dans la Zone de Coopération Économique de la mer Noire (ZCEMN)6, à la suite des souhaits de la Bulgarie et de la Roumanie et en dépit du rejet systématique dont elle fait l’objet de la part d’Athènes. Les différends entre Ankara et Athènes restent en effet entiers : la délimitation du plateau continental et des eaux territoriales, le contrôle de l’espace aérien, la remilitarisation de certaines îles grecques, etc. La question chypriote s’ajoute à un contentieux historique, politique et juridique déjà lourd7. Le retour au pouvoir d’Andréas Papandréou à Athènes ainsi que la remise en service du vieux leitmotiv, « le danger venant de l’Est », même s’ils sont de nature verbale et essentiellement destinés à l’opinion publique interne, ne rendront que plus difficile le règlement des questions égéenne et chypriote. La condition posée par Bruxelles du règlement de l’affaire chypriote pour une éventuelle adhésion de l’île à la Communauté européenne démontre, si besoin est, les obstacles auxquels se heurte l’intégration européenne dans cette région du vieux continent.

  • 8 Voir son article sur « Strates historiques des relations bulgaro-turques », CEMOTI, n° 15, janvier- (...)

11L’attitude des acteurs balkaniques envers la Turquie, reste dans l’ensemble négative, du fait surtout que cette dernière est la principale héritière de l’ancienne puissance dominante dans la région. À ce propos, la notion que développe Bernard Lory8sur « l’inimitié constitutive », en parlant notamment de la Bulgarie, et qui pourrait être étendue à d’autres « anciennes provinces » qui ont subi la domination ottomane, a une dimension explicative à condition de tenir compte de la dynamique créée dans le nouveau contexte d’après la Guerre froide, et de la vision kaléidoscopique qu’ont les Balkaniques du « Turc ». B. Lory signale qu’en Bulgarie ce terme peut désigner tout musulman, ou le pouvoir ottoman, ou les autorités d’Ankara, ou les habitants de l’Anatolie et de la Thrace orientale, ou la minorité turcophone de Bulgarie, de différentes acceptions interférant fréquemment entre elles.

12Le rôle de la Turquie dans la région est souvent perçu en termes de « retour du Turc », voire, de « retour de l’Ottoman ». Ce retour est aussi appelé « transversale verte » ou « corridor turc », allusion aux populations turco-musulmanes disposées en forme de croissant (de la Thrace occidentale à la Bosnie, en passant par le Nord-Est et le Centre-Sud de la Bulgarie, la Macédoine, l’Albanie et le Sandjak) et, cela va sans dire, susceptible d’être « manipulées » par Ankara. L’évocation par l’actuel Président de la République Süleyman Demirel, alors Premier ministre, « d’un monde turc s’étendant de l’Adriatique à la Grande Muraille de Chine », à l’issue d’un voyage en Asie centrale, constatation somme toute banale, semble avoir suscité de nouvelles craintes auprès de certains acteurs balkaniques.

  • 9 Cf. Izvestia, 11/08/1993, cité par Roberte Berton-Hogge, « Chronologie » dans Problèmes politiques (...)
  • 10 Cf. Gürkan Ihsan, « Türkiye açısından Balkan konusunun çes¸ itli boyutları » (Les différentes dimen (...)

13Ce sont les Serbes et les Grecs qui parlent le plus de ce retour en le diabolisant grâce aux références historiques. L’alliance tacite voire parfois explicite entre Belgrade et Athènes n’est pas sans trouver un écho favorable sur les plans moral et politique en Russie, et ceci pas nécessairement auprès des seuls nationalistes. Les critiques sont nombreuses à Moscou contre la diplomatie russe qui aurait commis des erreurs en s’associant aux sanctions contre la Serbie et le Monténégro, en reconnaissant la Bosnie trop rapidement et la Macédoine au mauvais moment, et en ne prêtant pas assez d’attention aux positions de la Grèce qui jouerait un rôle important « contre le revanchisme islamique qui menace la région s’étendant de l’Adriatique à la mer Noire et à la Caspienne9 ». Autre revanchisme, vraisemblablement plus réel, qu’illustre dramatiquement l’écrasement de la Bosnie (et de l’Azerbaïdjan pour revenir à la Caspienne), clairement exprimé par la bouche de certains dirigeants serbes, conforté par l’attitude qu’il faut bien appeler quasi-raciste de l’État, voire d’une large fraction de la société grecque envers leur environnement humain, consiste à regagner, avec quelques siècles de retard, la « bataille de Kosovo » (1389) et chasser les musulmans des Balkans10. Les Macédoniens et les Bulgares, slaves comme les Serbes et orthodoxes comme les Serbes et les Grecs, ont une vision plus modérée de ce « retour ». Les Albanais, en majorité musulmans, n’y voient pas vraiment un danger. Enfin, les musulmans du Sandjak et de Bosnie ne seraient pas hostiles à une plus grande implication de la Turquie dans les affaires balkaniques.

  • 11 Voir à ce propos l’article de Smolenov Christo et Karaslanov Andrey in Reporter 7 (Sofia) traduit p (...)
  • 12 Voir Planche Anne, « La Roumanie et la coopération autour de la mer Noire », CEMOTI, n° 15, jan­vie (...)

14En bref, les rapports des Balkaniques avec la Turquie et l’avenir de la coopération politique autour de la mer Noire, sont liés à l’usage que les premiers sauront faire de cette « puissance régionale » ou alors du « danger » que représente pour certains d’entre eux, sa « montée en puissance ». Les rapports sont souvent perçus comme un conflit civilisationnel. Les Bulgares appréhendent un certain dérapage vers le Moyen-Orient et plus redoutablement vers l’Asie11. Or, dans les Balkans, en Bulgarie et plus manifestement en Grèce, tout ce qui est « asiatique » évoque souvent, et étrangement, l’obscurantisme. Des réserves comparables sont exprimées en Roumanie envers ce partenaire dont le régime est considéré, à tort ou à raison, comme une « sous-démocratie »12. La critique venant d’un pays qui sort d’une longue période d’autoritarisme, et qui a un long apprentissage à faire en matière de démocratie, ne manque pas de surprendre.

La Turquie : pôle économique régional ?

  • 13 À ce propos voir en particulier Blejer Mario I. et al., Albania : from isolation toward reform, IMF (...)
  • 14 Cf. OCDE, Perspectives économiques de l’OCDE. Voir également CEPII, Économie mondiale 1990-2000 : l (...)

15Sur le plan économique, la Turquie dispose incontestablement de l’économie la plus dynamique de la région. Qui plus est, ce dynamisme conjugué à la récession de ses principaux partenaires qui subissent les effets de la transition à l’économie de marché et de l’effondrement des échanges dans le cadre de l’ex-CAEM (Conseil d’Aide Économique Mutuelle), se trouve amplifié. La situation économique en Albanie où le PIB a chuté de 60 % entre 1990 et 1992, prend des allures catastrophiques. Avec un PIB par habitant estimé à 623 dollars, elle fait partie du groupe des pays les moins avancés. L’état des économies des provinces de l’ex-Yougoslavie désorganisées par la guerre qui sévit, se passe de commentaires. La Bulgarie et la Roumanie où l’évolution est moins catastrophique, n’échappent pas pour autant aux conséquences d’une récession aiguë. À l’exception de l’ex-Yougoslavie, ces pays suivent des politiques de stabilisation sous l’égide du FMI13. En revanche la Turquie et dans une moindre mesure la Grèce, connaissent une expansion économique soutenue. Selon les projections de l’OCDE, à la fin de 1994, les PIB de la Bulgarie et de la Roumanie seront amputés respectivement de 28,4 % et 36,8 % par rapport à 1989, tandis que celui de la Turquie aura augmenté de 36,4 % et celui de la Grèce de 6,9 %14.

  • 15 En Grèce, la loi sur les investissements privés amendée en février 1992, facilite le financement d’ (...)

16Sans que l’on puisse parler d’une compétition antagonique déclarée, la Grèce et la Turquie nourrissent des visées économiques dans la région. Dans l’aide bilatérale accordée aux pays d’Europe centrale et orientale dans le cadre du G-24, la Turquie et la Grèce avec respectivement 6,8 % et 5,8 % de l’aide totale du G-24 à l’Albanie, occupaient le troisième et le quatrième rang derrière l’Italie (37 %) et les États-Unis (7 %). Elles sont également parmi les principaux investisseurs étrangers en Bulgarie et en Roumanie15. La Grèce qui connaît une croissance modérée, dispose des transferts budgétaires de la CE qui s’élevaient en 1992 à plus de 4 milliards de dollars, soit l’équivalent de 5,2 % de son PNB, pour développer ses relations commerciales et ses investissements dans la région. La Turquie semble tabler sur son dynamisme économique pour jouer le rôle de pôle économique régional, en attirant les capitaux étrangers.

  • 16 En 1992, les flux d’investissements directs et d’investissements de portefeuille s’élevaient à 42 m (...)
  • 17 L’indice IMKB (Bourse des valeurs d’Istanbul) (base 100 en 1986) 4 000 au début de 1993, dépassait (...)

17Dans un contexte où les investissements étrangers ont tendance à se localiser dans des marchés importants et en particulier lorsque ceux-ci apparaissent comme des voies d’accès à des marchés régionaux, la Turquie qui dispose d’infrastructures de communications développées, d’instruments financiers, d’un cadre institutionnel souple et incitatif, constitue un pôle d’attraction, comme en témoigne l’évolution des flux d’investissements directs ainsi que celui des investissements de portefeuille16. La vitalité de la Bourse d’Istanbul (IMKB -Istanbul Menkul Kıymetler Borsası-) réouverte en décembre 1986 et qui a rejoint en novembre 1993 les 21 Bourses bénéficiant du statut de « marché de titres offshore » accordé par la US Securities and Exchange Commission, témoigne également de l’attrait de l’économie turque. La capitalisation boursière qui s’élevait à 2,2 milliards de dollars en juin 1993 devait, selon les estimations, dépasser le seuil des 3 milliards de dollars à la fin de l’année17.

  • 18 Selon Georgi Petrov, le Président de l’Union bulgare des Producteurs de Tabac, la production passan (...)

18Le dynamisme de l’économie turque qui fait d’elle un pôle économique régional, apparaît également à travers les mouvements migratoires vers la Turquie en particulier en provenance de la Roumanie et de la Bulgarie, ainsi qu’à travers les délocalisations d’entreprises turques vers ces deux pays. Les migrations de main-d’œuvre liées aux écarts de revenu qu’on observe entre l’Albanie (623 dollars par habitant) et la Grèce (7 700 dollars par habitant), touchent également la Turquie. En 1993 le PIB par habitant qui était de 2 340 dollars en Turquie, s’élevait à 1687 dollars en Bulgarie et à 915 dollars en Roumanie. L’écart de revenu est encore plus marqué lorsqu’on se réfère au salaire horaire moyen qui en Turquie, représentait la même année quatre fois celui de la Bulgarie et six fois celui de la Roumanie. Aussi, à côté des touristes des pays de l’Europe centrale et orientale qui se rendent à Istanbul pour effectuer des achats, se trouvent également ceux qui s’y rendent pour travailler. Il s’agit d’un mouvement de main-d’œuvre clandestin que les statistiques officielles ignorent totalement. Ainsi, la Turquie, qui est traditionnellement un pays exportateur de main-d’œuvre, se voit dans le statut de pays importateur de main-d’œuvre. Les Roumains qui sont présents dans les secteurs de commerce et de bâtiment, acceptent, selon les déclarations de leurs employeurs, environ la moitié des rémunérations exigées par les autochtones. Quant au phénomène migratoire en provenance de la Bulgarie qui concerne en particulier la minorité turque, à l’inverse du cas roumain qui est de nature saisonnière, il présente un caractère permanent. D’ampleur comparable à l’exode forcé provoqué par la crise turco-bulgare de l’été 1989, ce mouvement migratoire qui s’est amorcé à partir de l’été 1992, est lié aux difficultés économiques en Bulgarie. Selon Ahmet Dogan, Président du Mouvement Droits et Libertés, « 75 à 85 % des flux migratoires sont liés à des raisons économiques » et en particulier à la réforme agraire qui a contraint les agriculteurs en majorité turcs de la région de Rhodope à verser des sommes importantes aux propriétaires fonciers18. Afin d’arrêter ce mouvement migratoire clandestin qui inquiète à la fois les pouvoirs publics bulgares et turcs, Ankara a mis en place un régime de visa restrictif.

19Bien que le développement récent des investissements turcs à l’étranger concerne en particulier les pays d’Europe occidentale, la Bulgarie et la Roumanie avec des montants certes modestes, figurent parmi les pays destinataires. Les nouvelles facilités d’accès au marché offertes par la Communauté européenne aux pays d’Europe centrale et orientale, ainsi que le différentiel de coûts de la main-d’œuvre, sont les motivations principales d’un mouvement de délocalisation qui semble se dessiner. Selon les autorités bulgares et roumaines, les investissements directs turcs, qui atteignaient en 1993 28,6 millions de dollars, correspondaient respectivement à 0,3 % et à 3,8 % des investissements directs étrangers dans ces deux pays. Dans le classement des investissements directs étrangers effectué selon le montant des capitaux engagés, la Turquie occupait en 1993 respectivement la 9e et la 10e positions en Bulgarie et en Roumanie. Les investisseurs turcs semblent être attirés surtout par la Roumanie où le nombre d’entreprises turques dépasse les 2 000. Mais après une période d’euphorie qui a concerné en grande partie l’installation de petites entreprises éphémères, favorisée par le bas niveau du capital social minimum exigé par les autorités roumaines qui était de 1 000 dollars, le jeu semble se calmer. Néanmoins, les autorités roumaines, en dépit de la mauvaise image de marque qu’ont laissée les petites entreprises qui ont très vite sombré dans la faillite, continuent d’appeler les grandes sociétés turques en relation étroite avec les milieux d’affaires occidentaux.

20Toutes ces observations qui confirment la montée en puissance de l’économie turque, doivent être cependant relativisées. Car en effet, à côté de son dynamisme, l’économie turque témoigne de certaines faiblesses. Bien qu’elle ait atteint un taux de croissance annuel moyen de 5,3 % durant la décennie 1980 et que ses exportations aient cru à un rythme annuel de 16,2 %, grâce au dynamisme de l’industrie manufacturière (leur part dans les exportations passait de 36 % en 1980 à 78 % en 1991), sa balance commerciale reste déficitaire. Même si l’on peut relativiser la persistance de ce déficit avec l’évolution favorable du taux de couverture qui est passé de 38,7 % en 1980 à 65,2 % en 1992, le déficit commercial demeure préoccupant. L’amélioration observée au niveau de la balance courante vers la fin des années quatre-vingt est en particulier liée à la progression rapide des recettes relativement fragiles comme les envois de fonds des travailleurs à l’étranger et les recettes touristiques qui ont compensé largement les versements d’intérêt. Cette fragilité s’est d’ailleurs manifestée en janvier 1994, avec les bouleversements qui ont secoué le marché des changes, où la Banque centrale, après être intervenue pour soutenir la livre turque, a du céder devant les pressions exercées sur le taux de change. Ces faiblesses dessinent les limites des visées commerciales de la Turquie.

Les Balkans et la stratégie commerciale de la Turquie

  • 19 Les propos tenus par le Président turc Turgut Özal pendant la crise du Golfe, illustrent ce changem (...)
  • 20 Alors que pendant la période 1980-90, la part des PVD dans les exportations mondiales passait de 33 (...)
  • 21 Cf. Direction générale des Affaires économiques et financières de la Commission des Communautés eur (...)

21Dans leur dimension commerciale, les relations de la Turquie avec ses partenaires balkaniques, s’inscrivent dans le cadre de sa stratégie d’ouverture à l’extérieur et de diversification géographique, menée depuis la fin des années soixante-dix. En effet, avec l’adoption de la stratégie de développement entraîné par les exportations, la recherche de débouchés à l’extérieur est devenue l’une des préoccupations majeures des pouvoirs publics turcs et elle a relégué au second plan la re­cherche d’aides financières dont le tarissement avait conduit à l’abandon du modèle de remplacement des importations par les productions locales19. Le doublement du taux d’ouverture qui est passé de 10 à 19 % entre 1980 et 1990, ainsi que la croissance spectaculaire des exportations multipliées par cinq, témoignent de cette priorité accordée à la dimension commerciale dans les relations économiques extérieures. Dans un contexte où la majorité des Pays en voie de développement (PVD) voyaient diminuer leur part dans le commerce international, la Turquie réalisait une percée20. Comme l’indique la Direction générale des Affaires économiques et financières de la Commission des Communautés européennes, « si l’on exclut la Communauté, et compte tenu des bouleversements en ex-Yougoslavie, la Turquie est désormais la principale puissance commerciale du bassin méditerranéen21».

  • 22 Les Turcs insistent sur l’intégration européenne, en reprenant coûte que coûte le calendrier de la (...)
  • 23 Ainsi, dans son allocution, le 5 novembre 1991 le Président de la République Turgut Özal déclarait (...)
  • 24 À ce propos, l’avis préliminaire du groupe de travail du ministère turc des Affaires étrangères sur (...)

22Mais le caractère ambigu du « non provisoire » de la Commission de Bruxelles à la demande d’adhésion turque, les nouvelles difficultés d’accès au marché communautaire22, ainsi que le contre-choc pétrolier qui a réduit considérablement les perspectives sur les marchés du Moyen-Orient qui ont constitué le premier champ d’expérience des politiques mercantiles menées par Ankara, rendent fragile la poursuite des politiques d’expansion commerciale et mettent en cause l’acquis des années quatre-vingt. Face à l’attitude réticente de la CE qui occupe une place importante dans le commerce extérieur turc (43 % dans les importations et 48 % dans les exportations), les responsables turcs, tout en maintenant la perspective de l’intégration européenne qui demeure pour eux le principal objectif, ont commencé à réfléchir aux solutions alternatives23. Les ouvertures récentes vers les républiques turcophones de la Transcaucasie et de l’Asie centrale, la tentative de signer un accord de libre-échange avec les États-Unis en automne 1990 et enfin, l’initiation d’une zone de coopération économique de la mer Noire en juin 1992, s’inscrivent dans une logique de diversification qui vise à atténuer les effets négatifs des obstacles auxquels la Turquie risque de se heurter sur les marchés de l’Europe communautaire. Dans cette quête de « relations alternatives » ou de « relations complémentaires » selon l’expression consacrée des responsables turcs24, la disparition du bloc soviétique est perçue comme une opportunité pour réaliser cet objectif qui se heurtait auparavant aux obstacles dressés par la confrontation idéologique Est-Ouest.

23Cependant, si la Turquie qui a développé des pôles de compétitivité en résistant jusqu’au début des années quatre-vingt, aux critiques libérales, dispose de certains atouts pour développer ses exportations vers la région, la récession de ses partenaires balkaniques et la faiblesse de ses moyens financiers pour pallier l’insuffisance de pouvoir d’achat sur ces nouveaux marchés, handicapent sérieusement ses visées commerciales.

  • 25 En effet, si la part de ces derniers dans ses importations reste stable autour de 3 %, la part de l (...)
  • 26 Entre 1990 et 1992, la part des importations en provenance de la Turquie dans le total, passait res (...)

24Bien que ses échanges avec les pays de la région qui atteignaient en 1992 1,1 milliards de dollars, aient connu une croissance rapide, la Turquie enregistre des déficits commerciaux vis-à-vis de la Bulgarie, de la Roumanie et de l’ex-Yougoslavie. À l’origine de ces déficits réside le différentiel de croissance entre l’économie turque et les économies de ses partenaires balkaniques en transition à l’économie de marché ; tandis que son rythme de croissance stimule ses importations, la récession économique en Bulgarie et en Roumanie et la guerre en ex-Yougoslavie limitent l’expansion de ses exportations vers ses partenaires balkaniques25. Dans un contexte où la Bulgarie et la Roumanie subissent de plein fouet les effets négatifs de l’effondrement du CAEM sans pour autant pouvoir augmenter de façon substantielle leurs exportations vers les marchés occidentaux, la Turquie semble jouer certes de façon modeste, le rôle d’amortisseur pour ces deux pays. Quant à ses exportations vers ses partenaires balkaniques, même si leur croissance est modérée, la Turquie réalise des gains de parts de marché depuis 1990 surtout en Bulgarie et en Roumanie26. Sur ces deux marchés la Turquie est moins touchée que les autres pays par la chute des importations, liée à la contraction de la demande provoquée par les chocs de la transition à l’économie de marché.

25En dépit des gains de parts de marché qui laissent croire à une perspective plutôt prometteuse pour la Turquie, ses faibles moyens pour financer ses débouchés constituent un handicap de taille. Cette faiblesse qu’on a déjà pu observer dans le cas de ses exportations vers les pays du Moyen-Orient qui stagnent depuis le contre-choc pétrolier, réapparaît dans le cas des exportations vers les Balkans. En effet, si les politiques d’expansion commerciale en direction des pays du Moyen-Orient menées au début des années quatre-vingt ont été couronnées de succès, c’est parce que le second choc pétrolier faisait émerger à proximité de la Turquie une demande solvable en pleine croissance. Avec la diminution de cette dernière suite au contre-choc pétrolier ses exportations vers cette zone connaissent une stagnation, faute de moyens financiers.

26Or, pour la Turquie qui est au stade d’emprunteur évolué, ces moyens font cruellement défaut et ses atouts pour procéder à des opérations triangulaires en utilisant l’appui financier d’un pays tiers, sont restreints. Tout d’abord, parce que la solvabilité de ses clients comme la Bulgarie et la Roumanie étant limitée, les prêteurs seront réticents. Ensuite, même si l’on suppose que le problème de solvabilité soit résolu, encore faut-il que le partenaire financier n’ait pas la volonté d’exporter vers ces marchés. Les pays occidentaux sont également intéressés par ces marchés et le financement est dans certains cas le facteur déterminant. Enfin, ses atouts comme la connaissance des marchés et des techniques adaptées, les affinités culturelles, les relations privilégiées qu’elle a réussies à utiliser dans le cas des républiques turcophones, pour s’imposer en tant qu’intermédiaire entre les bailleurs de fonds et les clients, paraissent moins évidents dans le cas des Balkans.

Zone de coopération économique de la mer Noire

27Malgré les incertitudes et les difficultés, la Turquie continue de nourrir un intérêt économique et prend des initiatives pour renforcer la coopération régionale. Parmi ces initiatives, la ZCEMN qui réunit onze pays (Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Bulgarie, Géorgie, Grèce, Moldavie, Roumanie, Russie, Turquie, Ukraine), est sans aucun doute la plus importante. L’esprit de la Déclaration d’Istanbul, signée le 25 juin 1992 ainsi que le contexte économique qui l’a déterminée, vont dans le sens d’une coopération économique régionale graduelle qui s’inscrit dans le cadre d’une démarche prudente. Cette déclaration qui comporte en tout et pour tout 18 articles, envisage un modèle de coopération qui se veut pragmatique ; il est caractérisé par la souplesse quant aux actions à prendre et aux mécanismes institutionnels. Le Secrétariat permanent siégeant à Istanbul et présidé par un russe, Evgueni Kotovoï, est la seule institution bureaucratique de la ZCEMN, chargée de préparer les réunions semestrielles du Conseil des ministres des Affaires étrangères.

28Des progrès significatifs réalisés depuis la signature de la déclaration d’Istanbul, indiquent qu’en dépit des tensions politiques, les parties prenantes témoignent d’une certaine volonté de coopération dans le domaine économique. Parmi les projets qui ont pour vocation de stimuler les échanges commerciaux, la constitution de la Banque de Commerce et de Développement de la mer Noire dont le président sera un Turc et le vice-président un Bulgare et qui siégera à Salonique, fut entérinée lors du Conseil des ministres des Affaires étrangères du 9 décembre 1993 qui s’est tenu à Sofia ; tandis que le projet de l’Union des Paiements, destiné à surmonter les effets négatifs de la pénurie de devises sur le bon fonctionnement d’un système commercial multilatéral, est confronté à la résistance des milieux d’affaires de certains pays membres soucieux de ne pas revenir à un cadre réglementaire qu’ils ont connu dans le cadre de l’ex-CAEM. Des coopérations dans d’autres domaines tels que le secteur bancaire, l’industrie et le commerce, la collecte et la transmission des informations statistiques, la protection de l’environnement, l’agriculture et la communication, font l’objet de travaux des groupes réunissant régulièrement les experts des pays participants. Les projets de coopération dans les transports, les télécommunications et l’énergie sont en cours d’études.

29Dans le cadre plus spécifique des projets qui engagent les pays membres balkaniques, les parties prenantes semblent miser sur la coopération économique comme facteur d’apaisement des tensions politiques, mais en gardant présent à l’esprit une éventuelle aggravation de ces dernières. Le projet routier Durrës-Tirana-Skopje-Sofia-Istanbul étudié par la Banque mondiale et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et qui intéresse de près l’Italie, l’Albanie, la Bulgarie, la Turquie, d’un intérêt vital surtout pour la Macédoine, est en concurrence directe avec les deux projets grecs ; le premier reliant Durrës et Tirana avec Ioannina et le second Durrës-Korcë-Florina-Salonique qui rejoindrait la voie Egnatia-Igoumenitsa-Salonique-frontière turque. On retrouve le même état d’esprit dans le cas des voies de communication qui relieront la Bulgarie vers le Sud où la Grèce et la Turquie se présentent en tant qu’alternatives. Tandis que dans les projets de voies de communication sur un axe Nord-Sud et qui impliquent la Turquie, la Bulgarie et la Grèce au Sud, les déterminants du choix sont plus complexes. L’un des projets qui favorise la Grèce et qui envisage la construction d’un chemin de fer sur un axe Grèce-Bulgarie-Roumanie-Ukraine-Biélorussie, reliant ainsi la mer Égée à la mer Baltique, est jugé trop coûteux. L’alternative suggérée qui privilégie la Turquie et qui prévoit la modernisation du Port de Burgas et de la ligne ferroviaire Istanbul-Burgas-Varna-Ruse coûterait, selon les experts, moins cher. Si au premier abord les rapports de la Bulgarie avec la Turquie et la Grèce apparaissent comme les seuls facteurs importants, les rapports de force intra-régionaux en Bulgarie entrent également en ligne de compte ; tandis que le premier projet favorise le développement des régions occidentales, le second donne un avantage aux régions orientales. L’attitude des partenaires vis-à-vis de ces projets illustre la complexité d’une coopération balkanique où s’entremêlent les considérations d’ordre géopolitique, économique et régional.

30Quant aux projets partiellement mis en œuvre, ils s’inscrivent dans le cadre d’une logique qui vise à stimuler l’initiative privée, en limitant l’action des pouvoirs publics au seul domaine des travaux d’infrastructures (article 14). Le secteur privé semble réagir positivement à cette volonté des pouvoirs publics, comme en témoignent les réunions semestrielles des conseils d’affaires organisées sous la houlette du DEIK (Dış Ekonomik İlişkiler Kurulu - Conseil des relations économiques extérieures). Un secrétariat permanent destiné à faciliter les contacts entre les entreprises et à favoriser les projets d’investissements en commun, est installé en avril 1993 à Istanbul.

  • 27 Aussi, au lendemain de la signature de la Déclaration Süleyman Demirel, déclarait-il que le dévelop (...)

31Cependant, si les milieux d’affaires manifestent un certain dynamisme, force est de constater que les objectifs fixés se limitent essentiellement à la coopération et se conten­tent de souligner la nécessité de libéraliser les échanges commerciaux sans pour autant préciser des échéances. La Déclaration d’Istanbul apparaît à cet égard comme un cadre destiné à être rempli27.

32Cette démarche incontestablement prudente s’explique tout d’abord par l’instabilité politique qui incite les pays balkaniques à ne pas trop s’engager dans une construction régionale dont l’existence risque d’être éphémère. Ensuite, la complémentarité des structures productives ainsi que les chocs de la transition à l’économie de marché en Bulgarie et en Roumanie qui risque de se solder par un jeu à somme nulle où les gagnants seront les partenaires les mieux dotés, rendent peu crédible l’idée d’une intégration avancée comme l’union douanière. Il ne s’agit donc pas d’une « intégration par les marchés » de type CE, mais plutôt d’une « intégration par la production » ou d’une « intégration fonctionnelle », comme en témoigne la substitution du terme de Coopération économique de la mer Noire à ceux du « Marché commun de la mer Noire » ou de « Communauté économique de la mer Noire » utilisés lors du lancement du projet en décembre 1990. Enfin, la force d’attraction qu’exerce la CE fait de la ZCEMN une construction plutôt transitoire. Selon l’article 7 de la Déclaration, les parties prenantes « conviennent que leur coopération sera développée de façon à ne pas contrecarrer leurs obligations et ne pas empêcher le développement de leurs relations avec les pays tiers, y compris les organisations internationales ainsi que la CE et la coopération au sein des initiatives régionales ». En effet, comme pour la Turquie, pour la Roumanie et la Bulgarie, qui ont signé respectivement en février et en mars 1993, des accords européens d’association avec la CE, l’intégration européenne est l’objectif prioritaire. Finalement, la constitution d’une Assemblée de parlementaires des pays de la ZCEMN ainsi que les progrès certes modestes mais effectifs réalisés dans le domaine économique, semblent indiquer pour l’instant que les parties prenantes jouent la carte de la coopération économique comme facteur d’apaisement des tensions politiques, tout en préservant une certaine méfiance quant à une éventuelle aggravation de ces dernières.

Conclusion

33L’effondrement soviétique, qui libère un espace turcophone en Transcaucasie et en Asie centrale ouvrant un nouveau champ d’action à la Turquie, n’a pas profondément modifié ses options en matière de politique extérieure, d’autant que la « montée en puissance » de cet important acteur régional est contrecarrée par la montée du nationalisme kurde à l’intérieur de ses frontières, et par la manipulation de celle-ci par certains États de la région qui ont avec Ankara, des contentieux historiques et des conflits d’intérêt. Les élites dirigeantes turques sont toujours décidées à frapper à la porte de l’Union européenne, même si la désillusion est claire, même si l’attente dans l’antichambre est longue et humiliante. Mais la Turquie n’est-elle pas déjà un peu membre de cette « union », vu sa force de travail qui contribue, depuis trente ans, à l’édification de l’industrie allemande, ses investissements économiques, certes modestes, en Allemagne, en France et ailleurs, ses déchirements politiques qui se transposent dans les rues de Bruxelles et de Marseille. « Impossible forteresse » ou « forteresse impossible », l’Europe ?

34La Turquie assiste avec impuissance et amertume au drame bosniaque, sans pouvoir entraîner dans une intervention le grand allié que sont les États-Unis, insuffisamment motivés, et en craignant que ce ne soit qu’un épisode avant l’embrasement éventuel du Kosovo et de la Macédoine. Le rôle stabilisateur qu’elle s’assigne dans le nouvel environnement balkanique, d’autant plus vital que ses autres frontières sont sources de conflits réels ou virtuels, s’appuie sur les réalités, les proximités historiques et culturelles, mais aussi sur la volonté de compter sur des relais que peuvent constituer les populations balkaniques qui lui sont proches, dans son dialogue avec l’Europe occidentale. La stabilité balkanique n’est pas jugée nécessaire sur le seul plan politique ; elle est aussi essentielle pour ses échanges commerciaux dont une majeure partie s’effectue avec la Communauté européenne. Sans aller jusqu’à évoquer la réhabilitation de la « route de la soie », on peut souligner l’importance que revêt cette région dans l’axe qui relie l’Europe à la presqu’île eurasienne et sur lequel Istanbul réémerge comme une plaque tournante régionale.

35Sur le plan économique, avec la disparition de la confrontation idéologique Est-Ouest, les Balkans entrent désormais dans le champ d’intérêt des politiques mercantiles menées par Ankara depuis la fin des années soixante-dix. Le dynamisme de son économie, en dépit de ses faiblesses, propulse la Turquie au rang de pôle économique régional, comme en témoigne l’afflux de touristes commerçants et de travailleurs clandestins qui rétablit les apports balkaniques que la métropole stambouliote avait traditionnellement l’habitude d’accueillir. Les investissements directs des Turcs en Roumanie et en Bulgarie, certes modestes, viennent confirmer l’intérêt qu’elle nourrit pour la région. Cependant, si son dynamisme économique conjugué à la récession de ses partenaires fait de la Turquie un pôle économique régional, ses faiblesses sur le plan financier constituent un obstacle important devant ses visées commerciales. Le rôle d’intermédiation qu’elle revendique pour les pays d’Asie Centrale, en mettant en avant ses affinités culturelles et ses connaissances des marchés, est moins crédible dans le cas des pays balkaniques avec lesquels elle entretient des rapports politiques fragiles et parfois tendus.

36L’avenir de ses initiatives de coopération économique régionale, qui trouvent pour l’instant un écho favorable auprès de ses partenaires misant sur les intérêts économiques conjoints comme facteur de stabilité politique, est extrêmement sensible à l’état des rapports politiques régionaux. Dès lors, toute perspective économique est conditionnée tout d’abord et avant tout, par la dimension politique des rapports dans les Balkans.

Haut de page

Notes

1 Balivet Michel, « Aux origines de l’islamisation des Balkans ottomans », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° 66, 1992/4, p. 14-18. L’auteur conclut : « À un moment où l’Europe occidentale se pose la question de l’adaptabilité de ses propres minorités musulmanes, un “euro-islam” modelé dans l’espace balkanique depuis des siècles, et qui a longtemps su maintenir des rapports de bon voisinage avec les autres communautés de la région, est en train de sombrer sous les coups des exclusivismes ethniques et des extrémistes nationalistes. C’est ce modèle de l’islam qui sut être, jusqu’aux conflits récents, authen­tiquement euro-balkanique, qu’il faut sauver, en Bosnie, en Albanie, au Kosovo ou ailleurs, au risque de rendre tout autre projet euro-musulman, fût-ce en Europe occidentale, peu crédible et peu réalisable, pour le plus grand bénéfice des partisans du séparatisme ethnique et du fondamentalisme confessionnel », p. 18.

2 Depuis la crise en Bosnie, la Turquie aurait accueilli quinze à vingt mille Bosniaques. Cf. Soysal Ismail, « Günümüzde Balkanlar ve Türkiye’nin tutumu (1989-1992) » (Les Balkans et l’attitude de la Turquie de nos jours), Ismail Soysal et al., Balkanlar (Les Balkans) Istanbul, Eren, 1993, p. 190.

3 Les forces armées turques se tiennent toutefois à la disposition de l’ONU pour une éventuelle opération militaire (aérienne et terrestre) en Bosnie. Dans un tel scénario, la Turquie pourrait envisager d’expédier une unité militaire de la dimension d’un bataillon ou d’une brigade. Depuis la fin 1992, le « bataillon de Bosnie », constitué au sein du commandement de la 28e brigade à Ankara, poursuit son entraînement. Dans ce bataillon, 800 soldats sélectionnés et parlant parfois le serbe, suivent les instructions. Par ailleurs, les F-16 turcs participent (avec les Américains, les Français, les Anglais et les Néerlandais), à la surveillance de l’espace aérien bosniaque, à partir de la base aérienne de Ghedi (Italie).

4 Sur la démographie en Bulgarie, sur les implantations musulmanes « identifiables par leur accroissement naturel fortement supérieur à la moyenne » et sur la crise de l’été 1989, voir Billaux Micheline, « Pro­blèmes de population en Bulgarie », Historiens et géographes, n° 337, septembre 1992, p. 109-124. L’auteur signale que le recensement de 1965 (le dernier à fournir ce genre de données) dénombrait 746 800 Turcs, soit 9,1 % de la population, p. 121.

5 « L’autre Alexandrie », Politique étrangère, 1992/2, p. 303.

6 Voir à ce propos le n° 15 (janvier-juillet 1993) des Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (CEMOTI) qui y est consacré et qui comporte des articles entre autres sur la Turquie, la Bulgarie et la Roumanie.

7 Après la partition de fait de l’île, les négociations intercommunautaires butent sur plusieurs points essen­tiels : le retrait des troupes turques ; le problème des garanties internationales ; la délimitation du territoire à accorder à chacune des deux communautés ; les prérogatives du pouvoir central ; et enfin la délimitation des libertés de circulation, d’établissement et de propriété.

8 Voir son article sur « Strates historiques des relations bulgaro-turques », CEMOTI, n° 15, janvier-juin 1993, p. 149-167.

9 Cf. Izvestia, 11/08/1993, cité par Roberte Berton-Hogge, « Chronologie » dans Problèmes politiques et sociaux, n° 694, série Russie n° 113, décembre 1992.

10 Cf. Gürkan Ihsan, « Türkiye açısından Balkan konusunun çes¸ itli boyutları » (Les différentes dimen­sions des Balkans du point de vue de la Turquie), in Soysal Ismail, Balkanlar, Istanbul, Eren, 1993, p. 266 qui cite William Pfaff, « Europe can’t afford to appease Serbia », New York Herald Tribune, 3 août 1992.

11 Voir à ce propos l’article de Smolenov Christo et Karaslanov Andrey in Reporter 7 (Sofia) traduit par Courrier international, n° 75, 9 avril 1992. Ils écrivent : « Il faut nous rendre à l’évidence : la Bulgarie est poussée à participer à une zone d’intégration dont le centre serait probablement situé loin en Asie ou au Moyen-Orient. Le caractère ouvert de la zone crée les conditions de son élargissement précisément dans cette direction ».

12 Voir Planche Anne, « La Roumanie et la coopération autour de la mer Noire », CEMOTI, n° 15, jan­vier-juin 1993, p. 121-147.

13 À ce propos voir en particulier Blejer Mario I. et al., Albania : from isolation toward reform, IMF occasional paper, n° 98, Washington DC, september 1992 et OCDE, Évaluation de la situation économique de l’OCDE sur la Bulgarie (1992) et sur la Roumanie (1993) et les Bulletins du FMI.

14 Cf. OCDE, Perspectives économiques de l’OCDE. Voir également CEPII, Économie mondiale 1990-2000 : l’impératif de croissance, Paris, Economica, 1992, p. 261.

15 En Grèce, la loi sur les investissements privés amendée en février 1992, facilite le financement d’inves­tissements à l’étranger, en particulier dans les pays limitrophes, dans le but de contribuer à « l’expansion des activités productives dans les régions frontalières » et au « maintien des populations de ces régions dans leurs lieux de résidence ». Cf. Wallden Axel-Sotiris, « Les relations gréco-albanaises : politique et économie », le Courrier des pays de l’Est, n° 382, septembre 1993, p. 45-63. Fin décembre 1993, le vice-ministre grec de l’économie, Yannos Papantoniou déclarait à la presse que l’année 1994 sera celle du lan­cement de l’investissement grec dans les Balkans. Cf. « Greece to launch 1994 Balkans investment drive », hebdomadaire grec Balkan News, n° 31, 26 décembre 1993, Athènes. Voir également Politakis G., The significance of intra-Balkan trade and investment, septembre 1993, (Ronéo.).

16 En 1992, les flux d’investissements directs et d’investissements de portefeuille s’élevaient à 42 mil­lions de dollars pour la Bulgarie, à 73 millions pour la Roumanie, à 1,1 milliards pour la Grèce et à 3,2 mil­liards pour la Turquie. Une centaine en 1979, le nombre d’entreprises étrangères installées en Turquie dépassait le cap des 2000 en 1991, tandis que le stock des capitaux investis d’une valeur de 225 millions de dollars en 1979, s’établissait à 6 milliards de dollars en 1992.

17 L’indice IMKB (Bourse des valeurs d’Istanbul) (base 100 en 1986) 4 000 au début de 1993, dépassait le seuil des 20 000 fin décembre, tandis que l’indice calculé en dollars atteignait à la même date 815,79 par rapport à 1986. Le volume des 120 000 titres échangés quotidiennement s’établissait à 75 millions de dollars. Cf. « The Stock Exchange : The market moves ahead, Turkish Finance and Industry », Financial Times Survey, 25 novembre 1993.

18 Selon Georgi Petrov, le Président de l’Union bulgare des Producteurs de Tabac, la production passant de 120 000 à 80 000 tonnes a chuté d’un tiers et 55 000 familles ont perdu leur emploi. « Il y a trois ans dit- il, une famille à Kardzali (Kırcaali) pouvait vivre en cultivant du tabac sur 5-6 hectares. Aujourd’hui, c’est impossible, même si elle réalise des gains de productivité importants ». Cf. Radio Free Europe, Bulgarian Service, 1er octobre 1992.

19 Les propos tenus par le Président turc Turgut Özal pendant la crise du Golfe, illustrent ce changement d’attitude, mettant l’accent sur la dimension commerciale. Dans ses lettres adressées aux ministres des Affaires étrangères britannique, allemand, français et italien ainsi qu’au Président de la Commission de la CE, il faisait part aux pays occidentaux que « la Turquie souhaitait plus de commerce » et plaidait pour « l’augmentation du commerce de ces pays avec la Turquie ». Selon lui, « la Turquie risquait de perdre le commerce avec l’Irak pendant longtemps. Aussi, l’Occident devait-il remplacer l’Irak dans le commerce extérieur de la Turquie ». Dans le même état d’esprit, lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision américaine CNN pendant sa visite aux États-Unis en septembre 1990, il déclarait que « la Turquie ne sou­haite pas d’aides (financières), mais du commerce » pour compenser les pertes dues à sa participation aux sanctions imposées par les Nations Unies contre l’Irak. Cf. New-Spot, 27/09/1990 et 04/10/1990, Ankara.

20 Alors que pendant la période 1980-90, la part des PVD dans les exportations mondiales passait de 33,57 % à 26,08 %, celle de la Turquie passant de 0,15 % à 0,37 %, faisait plus que doubler.

21 Cf. Direction générale des Affaires économiques et financières de la Commission des Communautés européennes, Économie européenne, n° 52, 1993, intitulé « La communauté européenne comme partenaire dans le commerce mondial », p. 103.

22 Les Turcs insistent sur l’intégration européenne, en reprenant coûte que coûte le calendrier de la réa­lisation des objectifs de l’Accord d’association (1964). Cela fait de la Turquie le premier pays de l’Europe méditerranéenne à réaliser l’union douanière avec la CE, sans devenir membre à part entière, alors même que cette dernière continue d’ajourner ses engagements relatifs à la libre circulation des personnes et aux limitations quantitatives qui frappent les exportations turques. Entre 1980 et 1992 celles-ci ont fait l’objet de vingt-deux procédures d’antidumping, alors que les exportations de Taiwan qui, souvent accusé de pra­tiquer une concurrence déloyale ou de dumping social, avaient déclenché 12 procédures durant la même période. Cf. « Türkiye, Avrupa Birligi’nin gözünde hâlâ “üvey evlat” » (La Turquie est encore « parent éloigné » aux yeux de l’Union européenne), quotidien turc Dünya, 14 décembre 1993.

23 Ainsi, dans son allocution, le 5 novembre 1991 le Président de la République Turgut Özal déclarait qu’« ...Au point où nous sommes, nous ne devons pas perdre de vue d’autres alternatives. La Turquie ne peut pas mettre toutes ses possibilités dans le même panier. Je ne le dis pas pour défier la CE ou l’Eu­rope. Ce n’est pas du tout cela. Mais, nous devons prendre en considération toutes les alternatives ». Cf. Özal Turgut, Türkiye’nin stratejik öncelikleri (Les priorités stratégiques de la Turquie), allocution du 5 novembre 1991 (Ronéo), Ankara, p. 17-18.

24 À ce propos, l’avis préliminaire du groupe de travail du ministère turc des Affaires étrangères sur la coopération de la mer Noire indiquait en janvier 1990 qu’« il est naturel que les dimensions de notre coopération soient façonnées par l’évolution à long terme (dans la région de le mer Noire). Il convient de préciser que, si dès maintenant nous renforçons notre position dans ce processus, les avantages que nous obtiendrons se renforceront progressivement. De ce point de vue le contexte actuel constitue une épreuve. Notre but dans cette épreuve est non pas de chercher des alternatives à nos relations existantes, mais d’y ajouter une nouvelle dimension.... » Cf. TC Dıs¸ is¸ leri Bakanlıgˇ ı (Ministère des Affaires étrangères de Turquie), SSCB ile Dogˇ u Avrupa’daki Gelis¸ meler ve Türkiye (Les événements en URSS et en Europe orientale et la Turquie), Ankara, janvier 1990 (Ronéo.) p. 98.

25 En effet, si la part de ces derniers dans ses importations reste stable autour de 3 %, la part de la Tur­quie dans les exportations de ses partenaires a connu une augmentation substantielle. En 1992, la Turquie absorbait respectivement 6,6 % et 5,7 % des exportations bulgares et roumaines, alors que sa part n’était que 1,3 % et 2,8 % en 1990. À ce propos, l’avis préliminaire du groupe de travail du ministère turc des Affaires étrangères sur la coopération de la mer Noire indiquait en janvier 1990 qu’« il est naturel que les dimensions de notre coopération soient façonnées par l’évolution à long terme (dans la région de le mer Noire). Il convient de préciser que, si dès maintenant nous renforçons notre position dans ce processus, les avantages que nous obtiendrons se renforceront progressivement. De ce point de vue le contexte actuel constitue une épreuve. Notre but dans cette épreuve est non pas de chercher des alternatives à nos relations existantes, mais d’y ajouter une nouvelle dimension.... » Cf. TC Dıs¸ is¸ leri Bakanlıgˇ ı (Ministère des Affaires étrangères de Turquie), SSCB ile Dogˇ u Avrupa’daki Gelis¸ meler ve Türkiye (Les événements en URSS et en Europe orientale et la Turquie), Ankara, janvier 1990 (Ronéo.) p. 98.

26 Entre 1990 et 1992, la part des importations en provenance de la Turquie dans le total, passait respectivement de 0,3 % à 1,6 % en Bulgarie et de 0,9 % à 3 % en Roumanie.

27 Aussi, au lendemain de la signature de la Déclaration Süleyman Demirel, déclarait-il que le développement de la coopération serait possible grâce à l’action. Selon lui, « chaque réussite, chaque action positive pour la région, seront les fondements de l’approfondissement et de la diversification de cette coopération». Propos parus dans le quotidien turc Dünya, le 26 juin 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Akagül et Semih Vaner, « Retour en arrière », Anatoli, 1 | 2010, 13-35.

Référence électronique

Deniz Akagül et Semih Vaner, « Retour en arrière », Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.364

Haut de page

Auteurs

Deniz Akagül

Maître de conférences à la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université Lille-I.

Articles du même auteur

Semih Vaner

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals