Navigation – Plan du site
Partie 1. Les enseignements de l’histoire et de la géographie

Les Balkans ottomans : un monde englouti

Faruk Bilici
p. 57-70

Texte intégral

1Davantage tourné vers l’Europe et les Balkans, bien avant de s’étendre dans le Moyen-Orient au XVIe siècle, l’Empire ottoman resta intimement lié au monde balkanique jusqu’à sa fin. Indépendamment de l’appartenance de la partie européenne de l’agglomération d’Istanbul et de la Thrace orientale à la Péninsule balkanique, les références aux Balkans ou à la Roumélie dans la Turquie contemporaine sont légions. Car l’histoire moderne et contemporaine de la Turquie s’est forgée par et avec les Balkans. Ce que le Président de l’Assemblée ottomane disait en 1914 reste, d’une manière ou d’une autre, d’actualité :

« … De cette sublime chaire, je conseille à mon peuple : n’oubliez pas ! N’oubliez pas ces chères villes, berceaux de la liberté et de la constitution : Salonique, Monastir, Kosovo, Shkodër, Ionia ; je vous conseille de ne pas oublier toute cette belle Roumélie… »

2Malgré l’image traumatisante et nostalgique que les deux derniers siècles ont laissé dans la conscience collective turque, au sujet des liens de la Turquie avec les Balkans, le XXIe siècle s’ouvre dans ce domaine avec un certain optimisme et enthousiasme. Le « réinvestissement diplomatique, économique et culturel des anciens espaces ottomans » est la devise des pouvoirs politiques en place depuis 1999 et surtout depuis 2002. Romantisme ou réalité, ce nouveau concept accompagne en tout cas les activités de la diplomatie turque, comme celles des politiques en général. Si l’on n’envisage pas un nouveau pacte balkanique, en Turquie tout laisse penser que l’intégration régionale dans les Balkans (de la même manière au Moyen-Orient et dans le Caucase) est envisagée comme un pont entre l’Union européenne et la Turquie. Même si le sentiment d’un rejet de la Turquie par l’Union européenne conduit parfois les Turcs à se tourner vers le passé pour y trouver les éléments glorieux de leur identité, les politiques et les milieux économiques préfèrent une optimisation de la période ottomane au service de meilleurs rapports avec les pays balkaniques.

Roumélie, Europe ou Balkans ?

3Alors que le mot « Balkan » est d’origine turque et signifie « montagne », la Péninsule balkanique est entrée dans le vocabulaire turc très tardivement.

  • 1 Mehmed Nasrullah, Mehmed Rüşdi, Mehmed Eşref (Istanbul, 1325/1909, p. 4).

4Plus exactement, les Ottomans rechignaient à utiliser ce terme dans le sens que l’Europe occidentale et la Russie lui ont donné à partir de la Révolution française et surtout à partir des premières revendications serbes et grecques. Car il désignait un territoire spécifique, impliquant une particularité internationale, de même que des tensions à l’intérieur de l’Empire, comme d’ailleurs les concepts de « Macédoine », d’« Arménie » ou plus récemment, en Turquie républicaine, de « Kurdistan ». La définition même et le domaine couvert par ce terme sont restés longtemps assez vagues. Le terme « Balkan » désignait parfois les montagnes entre la Bulgarie et le vilayet de Roumélie orientale constituée après le traité de Berlin de 1878, comme l’indique l’ouvrage de géographie Memalik-i Mahrusa-i S¸ ahaneye Mahsus Mükemmel Mufassal Atlas (Atlas parfaitement détaillé consacré aux domaines impériaux bien gardés)1. Les nombreuses révoltes contre le pouvoir central, puis les guerres balkaniques introduisirent dans le vocabulaire politique des notions dramatiques et extrêmement péjoratives concernant la région. Les Balkans devinrent synonymes d’atrocités commises contre les Turcs et musulmans, dans des ouvrages comme Rumeli Mezalimi ou Balkan Vahs¸ eti. Ils furent étroitement associés au terrorisme, aux crimes politiques, à l’insurrection et à la trahison. Le terme géographique « Balkan » n’est entré véritablement dans le vocabulaire turc qu’après le règne d’Abdülhamid II (1876 - 1909).

  • 2 Boyar, Ebru, Ottomans, Turks and the Balkans. Empire Lost, Relations Altered, Tauris Academic Studi (...)

5Même dans le projet de l’Entente balkanique, en 1930, l’utilisation du terme par les Grecs et le silence des Turcs sont très éloquents : tandis que les Grecs ne cessent de parler des « Hautes Parties contractantes, désireuses d’assurer le maintien de l’ordre territorial actuellement dans la Péninsule balkanique », les Turcs ne parlent que des « Hautes parties contractantes ». De même, le texte grec utilise l’expression « leurs frontières balkaniques », tandis qu’Ankara parle de « leurs frontières communes »2.

  • 3 Kazancigil, Ali, La Turquie, (Idées reçues), le Cavalier Bleu, Paris, 2008, p. 16-17 ; voir égaleme (...)
  • 4 Aşıkpaşazade, Tevârih-i Al-i Osman, dans Çıftçioğlu, N. Atsız (éd.), Osmanlı Tarihleri, Istanbul, T (...)

6Inversement les Ottomans préfèrent parler de Rome ou du pays des Romains (Roumélie), comme l’ont fait avant eux les Arabes, héritiers du système de découpage ptolémaïque de la terre en climat. Ainsi, dans la période classique ottomane, la notion d’Europe n’a aucune signification particulière, alors que celle de Rûm est un critère fondamental. Dans la mesure où cette géographie couvre « la région impériale intermédiaire » qui empiétait sur trois continents bordant la Méditerranée et dont le centre était Constantinople3, les sultans ottomans jouèrent sur le sens de l’appellation de sultan de Rûm, impliquant naturellement la succession des Seldjoukides d’Anatolie (Rûm), mais aussi plus largement celle de l’Empire romain passé et présent (Byzance) bien vivant. Depuis que Süleyman Pacha, fils du sultan Orhan, s’adressa, en 1354, lors de son passage sur la presqu’île de Gallipoli à son père « O fortuné ! Grâce à tes vœux, nous faisons la conquête du pays de Rome ! »4, cette notion de Roumélie n’a pas changé de sens. Aujourd’hui encore à Istanbul, on parle quotidiennement de la « côte de Roumélie » et de la « côte d’Anatolie » (Rumeli Yakası, Anadolu Yakası) pour évoquer les deux continents.

Les lectures balkaniques antinomiques

7À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, des générations entières ressentirent comme une injustice et un aveuglement des élites européennes la défense systématique des Bulgares, Serbes et surtout Grecs, alors qu’elles restaient indifférentes au sort réservé par ces derniers aux populations turco-islamiques balkaniques, massacrées ou déportées.

8Archétype des prises de conscience nationales dans les Balkans, le mouvement national grec constitua la controverse la plus virulente dans les lectures balkaniques turques. Le déni aux Grecs, de la part des élites turques, de leur filiation avec la Grèce antique est un leitmotiv. Ainsi selon ce discours, le Grec est incapable de trouver en lui-même le génie de son identité sans l’aide des intellectuels européens. L’identité grecque moderne est une création de toutes pièces, et ce que l’on appelle le « peuple grec » aujourd’hui est une création tardive avec le mélange de plusieurs ethnies et notamment les Grecs anciens, Macédoniens, Romains, Avares, Slaves et Albanais.

9Dans ce domaine, l’ouvrage intitulé Tarih (Histoire) et préparé par une commission d’historiens pour les classes des lycées peut être considéré comme un véritable manifeste de l’histoire officielle, mais aussi de l’idéologie ambiante. Les thèses de cet ouvrage qui sont pratiquement reprises dans tous les manuels scolaires successifs jusqu’aujourd’hui, méritent que l’on s’y arrête. Selon ses auteurs, depuis toujours, dans les écoles secondaires et supérieures des pays européens comme l’Angleterre, la France et l’Allemagne, on étudiait la langue et la littérature grecque ancienne. Dans cet enseignement, la vie dans la Grèce antique était décrite comme étant beaucoup plus civilisée et brillante qu’elle ne l’était. Les philosophes, poètes, orateurs et historiens de la Grèce antique étaient étudiés et commentés, les guerres antiques présentées de manière exagérément embellies. C’est ainsi que la majorité des intellectuels européens devinrent des philhellènes, admirateurs de la Grèce antique. Or, le seul lien que les Grecs modernes avaient avec la Grèce antique était de vivre dans les mêmes régions ; imbus d’animosité envers les Turcs et les musulmans, ce sont les chrétiens occidentaux qui apprirent aux Grecs révolutionnaires qu’ils étaient des descendants de Platon, Aristote, Homère et Démosthène, tout en décrivant les Ottomans comme les résidus des Barbares. L’ouvrage poursuit :

  • 5 T.T.T, Tarih, III, Yeni ve Yakın Zamanlar, Devlet Matbaası, Istanbul, 1933, p. 202.

« Ainsi, dans toute l’Europe occidentale et centrale de vives manifestations respectueuses et amicales se produisirent en faveur des révolutionnaires. Partout des associations philhellènes furent créées ; de nombreux prêtres, poètes, politiciens, militaires, femmes fondamentalistes, faussement intelligents et aventuriers en furent membres ; ils collectèrent également beaucoup d’argent. Le grand poète anglais Byron, après avoir commis des délits au point de ne plus pouvoir habiter son pays, alla en Grèce pour aider les révolutionnaires grecs. Le célèbre poète français Victor Hugo, rédigea tout un ensemble de poèmes pour vanter les mérites des Grecs et calomnier les Turcs. Certains officiers aventuriers anglais et français se rallièrent même aux révolutionnaires grecs. Dans toute l’Europe, certaines couches sociales devinrent philhellènes. Ces courants de pensée influencèrent plus ou moins les hommes d’État européens. »5

  • 6 Ayverdi, Samiha, Ne Idik ne Olduk, Istanbul, Hülbe Yayınları, 1985, p. 20.

10Ainsi, les revendications identitaires et territoriales dans la région se transformèrent assez rapidement en un complot occidental et russe, en vue de chasser les Turcs du territoire européen, surtout macédonien. Cette thèse du complot débouchera rapidement sur un discours de Pax ottomana, selon lequel les peuples balkaniques auraient vécu sous l’Empire ottoman dans une paix et une prospérité sans précédent. D’ailleurs, l’existence même de ces peuples serait liée à la Pax ottomana. Samiha Ayverdi n’hésite pas à dire que « Sans la conquête de la Roumélie par le Turc ottoman, aujourd’hui aucun peuple balkanique n’existerait, ni le serbe, ni le bulgare, ni le roumain ni le grec. S’ils n’ont pas été avalés par le catholicisme suspendu au-dessus de leur tête comme une épée de Damoclès, c’est uniquement grâce à l’invasion et la conquête ottomane. »6

11Les textes de nombreux auteurs turcs (Yahya Kemal, Ömer Seyfettin, Peyami Safa…), de la période des guerres balkaniques constituent à cet égard des lectures classiques. Chacun des puissants poèmes accusateurs de Mehmet Akif Ersoy, l’auteur d’origine albanaise de l’hymne national turc, est l’expression d’une grande déception face à ce monde englouti. Poèmes accusateurs d’abord contre les Albanais, son propre peuple, de surcroît musulman, qui se sont révoltés en 1911, contre le sultan :

  • 7 Ersoy, Mehmet Akif, Safahat, Istanbul, Yeni Matbaa, 1966. p. 203-204

« Pour trois têtes sans cervelles, trois millions de peuple,
Regarde, comment il est égorgé ? O père lève-toi de ta tombe
Les vivants n’ont pas couru à son secours, au moins toi, cours !
L’Albanie brûle… Et cette fois-ci terriblement.
[…]
Mais on pensait que ta nationalité était « musulmane »… Qu’est-ce que le nationalisme !
Pourquoi n’es-tu pas resté solidement attaché à ta nationalité !
Que veut dire « Albanie » ? Cela existe-il dans la loi islamique (chari’a)7 ? »

  • 8 Les guerres de Yougoslavie entre 1991 et 2001 et surtout le massacre de Srebrenica en juillet 1995 (...)

12Ces événements tragiques du début du XXe siècle et surtout la guerre des alliés balkaniques8 contre l’Empire sont mis en scène :

  • 9 Ibid, 205.

« Le bandit monténégrin, l’âne serbe, le serpent bulgare,
Puis le chien grec assiègent toute entière la patrie,
Qu’ils disloquent toute notre armée,
Qu’ils nous chassent en nous confisquant notre patrie,
Certaines des familles sans protection vont sous le couteau,
Certaines d’autres sont prises dans les bras avec mille et une barbaries.
L’honneur de certaines bradé, le sang d’autres licite9. »

13Pour l’historiographie turque officielle de la période de fondation républicaine, les Balkans sont un monde de violence, de barbarie et de complots. Dans toutes les revendications identitaires et les luttes pour les indépendances, l’illégitimité est une caractéristique qui frappe le « balkanique ». La perte des territoires signifiait la disparition de l’Empire, mais en même temps, l’identité nationale turque naissait en réaction contre les nouvelles identités qui émergeaient dans les Balkans. Or celles-ci se sont forgées dans l’animosité contre l’Empire, contre le Turc et très souvent avec la collaboration et la complicité des forces extérieures (les Grandes puissances).

La Macédoine : « Même si nous ne sommes pas en toi, tu restes en nous »

  • 10 Voir aussi Cumalı, Necati, Macédoine 1900, traduction, introduction, postface et notes par Bilici, (...)

14Naturellement les historiens n’ont pas manqué de remarquer que, de Selim III (1789-1807) aux Jeunes-Turcs, les grandes réformes du XIXe siècle se sont déroulées sur le fond des Balkans. C’étaient les populations balkaniques, essentiellement chrétiennes, minoritaires dans l’empire, mais majoritaires dans leurs propres régions qui étaient visées par ces réformes. Les mouvements intellectuels et politiques essentiels qui ont bouleversé l’Empire ottoman étaient originaires des Balkans. Dans ce domaine, Salonique et la Macédoine ont joué un rôle prépondérant. Dernier territoire abandonné par les Ottomans, lors de la Première guerre balkanique, en 1912, la Macédoine a fait l’objet d’un grand nombre de récits et de travaux nostalgiques dans la littérature et l’historiographie turques10.

15Dans les années 1880 et au début du XXe siècle, la Macédoine réunit tous les ingrédients d’un Empire en mutation. C’est un laboratoire de toutes les idéologies, un creuset des inquiétudes inhérentes à l’éclosion d’identités nationales qui s’affrontent. Ces idéologies secouent en réalité tout le continent européen, mais surtout elles rejettent les vieilles structures sociales et politiques de l’Orient, sans savoir comment et par quoi les remplacer. La Macédoine, expression géographique, n’a jamais constitué durant la période ottomane une unité administrative distincte. Mais, centre vital de l’Empire ottoman dans les Balkans, à proximité de sa capitale, la Macédoine est au cœur de la politique ottomane depuis le XIVe siècle, car elle se trouve dans une position stratégique primordiale.

16Longtemps, on a pensé qu’à partir du traité de Berlin, la Macédoine a fait partie de la nébuleuse que constituait la « Question d’Orient », et qu’elle devait être étudiée dans le cadre général de l’histoire balkanique. Or, non seulement la Macédoine est intimement liée aux processus qui ont marqué la fin de l’Empire ottoman, mais le destin de celui-ci a dépendu essentiellement de la Macédoine et surtout de sa capitale historique, Salonique. Si les Jeunes-Turcs et d’autres courants d’opposition ottomans dans différentes capitales européennes tentèrent d’unir leurs efforts autour d’une organisation unique d’opposition contre le régime d’Abdülhamid II, il semble que le véritable travail d’organisation se fit en Macédoine et autour d’elle, notamment en Bulgarie autonome, en Grèce et même en Albanie.

17Après le traité de Berlin, près de la moitié de l’armée ottomane fut mobilisée pour la défense des vilâyets de la Macédoine. La totalité de la 3e armée, fondée en 1843, une partie de la 2e armée ainsi que différentes unités prélevées sur les autres armées étaient chargées de protéger, au détriment de la défense des régions anatoliennes et arabes, les provinces balkaniques contre les nouveaux États totalement hostiles à l’Empire ottoman : la Grèce au Sud, le Monténégro au Nord-Ouest, la Serbie au Nord-Est et la Bulgarie à l’Est. Cette 3e armée était également chargée d’assurer la sécurité à l’intérieur des territoires appartenant à l’Empire, malgré la présence de la gendarmerie, de la police et des gardes-champêtres. De plus les soldats recrutés pour cette troisième armée étaient essentiellement originaires des Balkans, autrement dit, ils vivaient quotidiennement les conflits régionaux, voire familiaux avec les populations chrétiennes locales.

18Par ailleurs, les meilleurs officiers, diplômés de l’Académie militaire, de l’École de guerre ou des écoles militaires allemandes, étaient affectés à la 3e armée. Instruits et très ouverts aux idées libérales, ces officiers allaient poser le problème des inégalités, des dysfonctionnements dans l’armée, des problèmes d’identité nationale des populations non-musulmanes contre lesquelles ils devaient lutter.

19Ainsi, né dans la capitale ottomane, le mouvement Jeune-Turc est devenu assez rapidement une affaire essentiellement macédonienne, pour des raisons qui tiennent à la fois à la situation conflictuelle de cette province, arrachée à la suzeraineté bulgare à la conférence de Berlin, mais surtout à la composition de la 3e armée, aux difficultés insurmontables des officiers, des soldats et des gendarmes. Devenue un terrain de lutte pour toutes les revendications nationalistes et ethniques, la Macédoine fut aussi un laboratoire de la nouvelle identité ottomane et turque que les Jeunes-Turcs veulent insuffler pour préserver un des derniers carrés du territoire ottoman. Contestée par tous, aussi bien par des éléments musulmans (Albanais) que par les Bulgares, les Grecs et les Serbes, la politique jeune-turque fut victime également de bonnes intentions, mais aussi de la méconnaissance des sentiments profonds des différentes nationalités, sans parler des visées des Puissances européennes, sur lesquelles les Jeunes-Turcs ont compté un temps.

20La déception des générations révolutionnaires et de nombreux intellectuels fut d’autant plus grande que des communautés entières perdirent leurs proches, leurs biens, leurs villes.

21Le poète qui chanta le plus tragiquement la « disparition » de la Macédoine et de sa ville natale Üsküp (Skopje), fut Yahya Kemal (1884 – 1958). Parti à Paris en 1903, Yahya Kemal sera de retour à Istanbul en 1912, après la Première guerre balkanique qui devait engloutir la Macédoine ottomane. Son poème « La ville perdue » traduit, semble-t-il, les sentiments de tous ceux qui ont vécu dans les Balkans, et plus particulièrement en Macédoine, et les ont vu entrer dans une spirale de violence et changer de souveraineté :

« Üsküp est le pays de Yıldırım Khan (la Foudre).
C’est son présent aux enfants des conquérants.

Avec ses coupoles de couleur turquoise elle n’était qu’à nous.
Elle était seulement à nous, elle était nous avec son visage et son âme.

Üsküp était la continuité de Bursa à la montagne de Char.
Elle était un jardin de tulipes pour du sang pur versé.
[…]
Une ville perdue, en laissant son image dans mon cœur
La plaie de la séparation est profonde.

Même si cette séparation dure longtemps, même si les années passent
Même si nous ne sommes pas en toi, tu restes en nous. »

  • 11 La première partie de la conférence était tenue à Istanbul.
  • 12 Bora, Tanıl, « Türk Milli Kimliği, Türk Milliyetçiliği ve Balkan Sorunu » dans Saybaslı, Kemâli, Öz (...)
  • 13 Akandere, Osman, « 20-26 Ekim 1931 Tarihlerinde Istanbul’da Toplanan Ikinci Balkan Konferansı ve So (...)
  • 14 Nayır, Yaşar Nabi, Balkanlar ve Türklük, Istanbul, Varlık Yayinevi, 1973, p. 422-470. La campagne d (...)

22Dans l’atmosphère du rapprochement avec des populations balkaniques, mais surtout dans le contexte de la construction de l’État-nation, les élites de la période kémaliste se sentaient solidaires des Balkaniques, face à un régime ottoman cosmopolite et décadent. Au cours de la Seconde conférence balkanique tenue à Ankara en octobre 193111, Mustafa Kemal évoquait l’histoire commune dans laquelle la part des souffrances des Turcs n’était pas moins importante12, soulignant par ailleurs de manière ambigüe et en tant qu’inventeur de la théorie de la langue-soleil : « Quelque soit la couleur sociale et économique des peuples balkaniques, ils avaient des aïeux communs issus du même sang13 ». Cependant, en analysant les raisons pour lesquelles les Balkans étaient « perdus », ces élites se plaçaient dans la perspective d’une critique de l’administration de l’Ancien régime ottoman pour mieux démarquer le régime républicain et surtout pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. D’autres, plus extrémistes, attribuaient cette « mauvaise administration » à « la tolérance excessive » dont les Ottomans firent preuve envers les minorités au lieu de se considérer comme les maîtres dans leur propre pays. Yaşar Nabi (Nayır) en fait partie. Né à Skopje en 1908, il est le fondateur de la célèbre revue Varlık et de la maison d’édition qui porte le même nom. Selon Yaşar Nabi, si les peuples balkaniques avaient été turcisés et islamisés, il n’y aurait pas eu de problème balkanique. C’est pour cette raison qu’il proposa en 1936, à la suite d’un voyage, que les résidus ottomans et islamiques dans les Balkans migrent vers la Turquie. En fait, c’était une manière pour lui d’achever l’épuration ethnique et religieuse, commencée au XIXe siècle et poursuivie à grande échelle avec les échanges de populations après la Première guerre mondiale entre la Bulgarie et la Grèce d’un côté, et la Turquie et la Grèce de l’autre14. C’est cette même thèse qui a été défendue par Ömer Seyfettin, plus particulièrement dans sa nouvelle Beyaz Lâle (Tulipe blanche) : le capitaine Dimço est le commandant bulgare qui entre à Serrès après la défaite turque lors de la Première guerre balkanique en 1912. Dimço réunit ses comitadji (milices) pour planifier l’extermination de la population turque par le feu et tonne :

  • 15 Ömer Seyfettin, Beyaz Lâle, Istanbul, Bilgi Yayinevi, 2000, p. 14.

23« Si les Turcs, lorsqu’ils avaient conquis ces territoires, dit-il, nous avaient tous égorgés… y’aurait-il aujourd’hui une Bulgarie ? Pouvions-nous maintenant les chasser ? Ils se sont trompés. Pendant qu’ils en avaient l’occasion, ils n’ont pas égorgé nos femmes, nos enfants… »15

  • 16 Ce discours a été prononcé le 10 mai 1997 au cours de la réunion de la Fondation des Turcs de Rou­m (...)

24Dans ce sens-là, la période ottomane dans les Balkans n’est pas considérée comme une occupation, mais une période de prospérité et d’interaction culturelle. Deniz Baykal, le président du Parti républicain du peuple, dans un discours prononcé devant les « Turcs de Roumélie », précise en effet que la période historique qui a duré cinq siècles et demi n’est pas une période d’occupation, mais celle d’une mentalité culturelle, une approche politique, une idée de civilisation, mise en valeur et partagée par les populations locales que celles-ci se sont appropriées »16.

Les Balkans : un monde retrouvé ?

  • 17 Yérasimos, Stéphane, « La Grèce et la Turquie dans les Balkans : la complémentarité introuvable », (...)

25Le traité de Bucarest de 1913 n’a pas constitué pour l’Empire ottoman « un retour en Asie », même si le traité mort-né de Sèvres de 1920 faillit parachever son démembrement progressif amorcé en Europe depuis la fin du XVIIe siècle. Le rejet de l’époque ottomane, considérée comme une période d’occupation et de colonisation par la quasi-totalité des États balkaniques « entraîne l’assomption par les seuls Turcs de l’héritage de cet empire multiethnique qui devient à l’occasion une projection vers l’arrière de l’État-nation turc »17. La déportation ou la migration des millions de musulmans vers l’Anatolie entretient sous la République une sorte de phobie permanente de ce dépècement.

  • 18 Gangloff, Sylvie, La politique de la Turquie dans les Balkans depuis 1990. Relations bilatérales, p (...)

26Cependant, depuis la fin de sa guerre d’indépendance, scellée par le traité de Lausanne de 1923, la Turquie a tenté à plusieurs reprises son « retour » dans les Balkans. L’Entente balkanique de 1934, signée entre la Grèce, la Roumanie, la Turquie et la Yougoslavie et dont il est largement question dans ce volume d’Anatoli, le Pacte balkanique signé en 1954 entre la Turquie, la Grèce et la Yougoslavie18 et enfin l’action active menée par la diplomatie et les acteurs économiques turcs depuis la fin de la Guerre froide peuvent être considérés comme les grandes étapes de ce retour de la Turquie dans les Balkans. Depuis les derniers élargissements de l’Union européenne aux pays de l’Europe centrale, en 2004 et 2007, la Turquie, en quête de soutien pour son entrée dans l’Union, a multiplié les efforts auprès de ces nouveaux membres.

  • 19 Davutoğlu, Ahmet, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu, Küre Yayınlari, Istanbul, 2 (...)

27Le « retour » de la Turquie dans les Balkans doit être analysé dans le cadre de la nouvelle stratégie de la politique extérieure de la Turquie. Elle consiste en une « politique extérieure intermédiaire », comme l’exprime le ministre des Affaires étrangères actuel, et ancien professeur de relations internationales, Ahmet Davutoğlu. Cette politique s’oppose radicalement à ce que l’on pouvait formuler par « soit tu possèdes les territoires, soit tu les abandonnes »19. Autrement dit, la poursuite ou le renforcement des relations avec les pays et populations ex-ottomans sont des axes principaux de cette politique. Il s’agit donc de changer la politique de repli qui prévalait depuis le XVIIe siècle aussi bien sous l’Empire ottoman que dans la République turque. A. Davutoğlu en exclut la période d’Abdülhamid II, et montre que les Jeunes-Turcs ont abandonné cette politique offensive de « grande envergure » de ce sultan pour revenir à une politique de repli, d’où la perte des territoires balkaniques et moyen-orientaux en si peu de temps.

  • 20 L’ouvrage d’Ahmet Davutoğlu, cité dans la note précédente, contient de nombreuses références à l’ar (...)

28Selon ce que l’on pourrait appeler la « nouvelle vision de politique extérieure turque », après l’abandon des Balkans, l’Empire ottoman et la Turquie républicaine ne se sont pas suffisamment occupés de l’héritage ottoman en termes culturels et politiques20. De plus, de peur de modifier négativement la donne en politique intérieure (laïcité, sécularisation etc.), les responsables politiques turcs ont fermé les yeux devant la destruction de l’héritage ottoman et des vestiges de la culture islamique, notamment en Grèce et Bulgarie. Il fallait attendre la brutale politique d’assimilation forcée des populations musulmanes sous le gouvernement de Jivkov en Bulgarie pour s’apercevoir des conséquences tragiques et destructrices de cette politique. Il en est de même dans la politique turque adoptée en Bosnie-Herzégovine vis-à-vis d’Alija Izetbegovic, considéré comme trop musulman, à qui l’on a préféré le pro-Yougoslave Fikret Abdic, jusqu’à ce que ce dernier soit d’abord impliqué dans une importante affaire de corruption en 1987, puis s’allie aux Serbes et Croates pour fonder la Province autonome de Bosnie occidentale.

  • 21 Ibid. p. 317. Pour Davutoğlu, la place de l’Albanie dans la politique turque de l’Adriatique est au (...)

29Or, il semble que dans la nouvelle doctrine du retour de la Turquie dans les Balkans, mais aussi au Caucase et au Moyen-Orient, les paramètres de « l’héritage ottoman et l’identité islamique » ne sont plus considérés comme des concepts tabous pouvant modifier les équilibres de politiques intérieures. Au contraire, chaque mosquée détruite, chaque institution islamique disparue, chaque tradition ottomane abandonnée est considérée comme une pierre angulaire arrachée à l’édifice de l’influence de la Turquie dans les Balkans. Ainsi, contrairement à la politique ottomane, mais aussi aux périodes kémaliste et özalienne (Turgut Özal, premier ministre et Président de la République, de 1983 à 1993), la Turquie des années du nouveau siècle ne privilégie plus la migration des populations islamo-turques, préférant une présence humaine dans les territoires balkaniques afin d’y faire vivre cette culture islamique et turque. À cet égard, les États indépendants à forte majorité musulmane comme la Bosnie, l’Albanie et maintenant le Kosovo sont considérés comme des alliés naturels, qui doivent être soutenus. Naturellement la Turquie a considéré comme une bénédiction, au moins dans cette région, la fin de la Guerre froide qui a permis la création de l’État de Bosnie-Herzégovine et conforté l’existence de l’Albanie indépendante. A. Davutoğlu est même allé jusqu’à dire : « La Bosnie-Herzégovine est toujours un avant-poste politique, économique et culturel de la Turquie en Europe centrale. Quant à l’Albanie, elle constitue le baromètre de la Turquie : une Turquie qui ne contribue pas à la stabilité et à la sécurité de l’Albanie ne peut pas prétendre à une influence durable dans la région. »21. Débarrassée du syndrome soviétique et d’encerclement depuis la fin de la Guerre froide, la Turquie ne vit plus sous la peur de perdre la Thrace orientale et Istanbul. Dans une période où de nouveaux équilibres se mettent en place dans les Balkans, Ankara cherche à élaborer des mécanismes souples d’adaptation et des politiques intermédiaires, afin de prévenir les bouleversements tels que la guerre yougoslave, qui tentent d’éliminer l’identité islamique et ottomane dans cette région.

30Ainsi, dans cette région conflictuelle et aux rapports mouvants, la Bosnie-Herzégovine et l’Albanie restent des alliés-clé, ayant attaché leur destin à la position et au poids de la Turquie. C’est dans ce contexte qu’il faut analyser le soutien de la Turquie aux pays balkaniques dans leur tentative d’intégration à l’OTAN. De la même manière, elle soutient la candidature de la Macédoine à l’Union européenne.

31En prenant le Kosovo comme le centre axial, les Balkans peuvent être représentés en trois cercles concentriques. Le premier cercle est constitué par le Kosovo-Serbie, l’Albanie et la Macédoine où le problème de l’identité albanaise pèse lourdement. Le second cercle englobe la Grèce, la Serbie et le Monténégro, la Bulgarie, la Bosnie-Herzégovine et la Turquie. Le troisième cercle est constitué par les autres pays capables d’influencer les rapports de force dans les deux premiers cercles. Il s’agit de la Croatie, de la Voïvodine, de la Hongrie et de la Roumanie.

  • 22 Davutoglu, id. p. 319.

32Si l’on suit le théoricien et le praticien de la politique étrangère turque depuis 2002, le pays qui doit avoir la priorité de toutes les attentions est l’Albanie, avec laquelle une coopération accrue doit être développée dans tous les domaines. Dans ce pays, les manquements par la Turquie pourraient être comblés par la Grèce et l’Italie à son détriment22. Il a été reproché aux autorités turques de ne pas avoir agi à temps lors de la crise des sociétés pyramidales de 1997, qui a conduit à la ruine des milliers des personnes et a ouvert un boulevard d’influence à la Grèce ; de même lors du déclenchement de la crise au Kosovo, la Turquie est restée un temps passive laissant la Grèce au-devant de la scène. Dans le second cercle, la hantise de la Turquie est de se voir exclue d’un pacte de type Grèce, Serbie et Bulgarie, lui rappelant le triste souvenir de la Première guerre balkanique. Dans ce cercle, la Bulgarie est considérée comme le pays le plus approprié avec lequel une politique de coopération tous azimuts doit être établie ; quant au troisième cercle, les relations doivent être développées surtout avec la Roumanie avec laquelle depuis très longtemps la Turquie n’a pas eu de friction, contrairement à la Bulgarie.

Conclusion

33Pour exercer une influence durable dans les Balkans, un des outils du gouvernement turc est l’Organisme de coopération et de développement, TIKA (Türkiye İşbirliği ve Kalkınma Idaresi Başkanlığı), créé en 1992 à la suite de la dislocation de l’Union soviétique. Doté d’un réseau qui porte sur 37 pays, c’est un instrument de coopération et d’aide au développement, conçu sur le modèle de la coopération française. Destiné à participer au développement économique, technique, social, éducatif, sanitaire et culturel des pays en voie de développement, il se concentre en particulier sur le monde turcophone et les pays voisins de la Turquie, surtout dans les Balkans. Ainsi, des 22 bureaux de coordination répartis sur les trois continents (Europe, Asie et Afrique), sept se trouvent dans les Balkans (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Kosovo, Macédoine, ou à proximité (Gagaouzie et Crimée), dans des régions qui portent les marques de la turcophonie ou encore de la culture ottomane et islamique. Le dernier rapport sur ces régions ne couvre que les années 2006-2007, mais il suffit de citer les projets les plus importants portés par la Turquie : restauration de bâtiments historiques datant de la période ottomane (mosquées, ponts, mausolées), formation professionnelle et artisanale, construction d’écoles, adduction d’eau, aide aux médias turcophones23. L’accompagnement des projets par des visites ministérielles porte souvent ses fruits et donne lieu à des manifestations de retrouvailles, établissant clairement un pont entre la période ottomane et la Turquie contemporaine.

34Malgré tout, la Turquie reste manifestement non préparée et baigne encore dans un certain romantisme concernant les Balkans. Naturellement, le processus déclenché à partir de 1991 a remis en cause tous les paramètres balkaniques. Les tensions et les inimitiés sont encore trop vives pour entreprendre de grands projets durables. Mais la Turquie compte beaucoup sur les « petits pas » et les relations économiques et sociales avec des pays et régions « amis ». Depuis la dislocation de l’Union soviétique et de la Yougoslavie, Istanbul a retrouvé sa centralité dans cette région « impériale intermédiaire ». Reste encore à cicatriser les séquelles de l’histoire plus ou moins lointaine. Mais les Balkans savent aussi attendre et patienter.

Haut de page

Notes

1 Mehmed Nasrullah, Mehmed Rüşdi, Mehmed Eşref (Istanbul, 1325/1909, p. 4).

2 Boyar, Ebru, Ottomans, Turks and the Balkans. Empire Lost, Relations Altered, Tauris Academic Studies, Londres, New York, 2007, p. 41 et la note

3 Kazancigil, Ali, La Turquie, (Idées reçues), le Cavalier Bleu, Paris, 2008, p. 16-17 ; voir également Laurens, Henry, Tolan, John et Veinstein, Gilles, L’Europe et l’Islam, quinze siècle d’histoire, Odile Jacob, Paris, 2009, p. 197- 198.

4 Aşıkpaşazade, Tevârih-i Al-i Osman, dans Çıftçioğlu, N. Atsız (éd.), Osmanlı Tarihleri, Istanbul, Türkiye Yayinevi, 1947, chap. 40, p. 124.

5 T.T.T, Tarih, III, Yeni ve Yakın Zamanlar, Devlet Matbaası, Istanbul, 1933, p. 202.

6 Ayverdi, Samiha, Ne Idik ne Olduk, Istanbul, Hülbe Yayınları, 1985, p. 20.

7 Ersoy, Mehmet Akif, Safahat, Istanbul, Yeni Matbaa, 1966. p. 203-204

8 Les guerres de Yougoslavie entre 1991 et 2001 et surtout le massacre de Srebrenica en juillet 1995 des 7 000 bosniaques musulmans ont ravivé le souvenir de cette période dans la conscience collective.

9 Ibid, 205.

10 Voir aussi Cumalı, Necati, Macédoine 1900, traduction, introduction, postface et notes par Bilici, Faruk, (Arles, Actes Sud-Sindbad, collection « Bibliothèque turque », 2007, 283 p.), postface : « La Macé­doine ottomane et Necati Cumalı » (p. 253-281) ; Bilici, Faruk « Les Jeunes-Turcs et la Macédoine (1908-1912) : la province qui fit vaciller l’Empire », Kaçar, Mustafa, Durukal, Zeynep (dir.), Essays in Honnor of Ekmeleddin Ihsanoğlu. Societies, Cultures, Sciences : A Collection of Articles, vol. I, Research Centre for Islamic History, Art and Culture (IRCICA), Istanbul, 2006, p. 87-102.

11 La première partie de la conférence était tenue à Istanbul.

12 Bora, Tanıl, « Türk Milli Kimliği, Türk Milliyetçiliği ve Balkan Sorunu » dans Saybaslı, Kemâli, Özcan, Gencer (éd.), Yeni Balkanlar Eski Sorunlar, Istanbul, Bagˇ lam Yayıncılık, p. 183-206.

13 Akandere, Osman, « 20-26 Ekim 1931 Tarihlerinde Istanbul’da Toplanan Ikinci Balkan Konferansı ve Sonuçları », http://www.turkiyat.selcuk.edu.tr/pdfdergi/s14/akandere.pdf.

14 Nayır, Yaşar Nabi, Balkanlar ve Türklük, Istanbul, Varlık Yayinevi, 1973, p. 422-470. La campagne de bulgarisation des noms turcs par les dirigeants communistes, notamment à partir de la fin 1984, a provoqué en 1989, l’exode massif vers la Turquie d’environ 350 000 musulmans, à la demande du président Turgut Özal.

15 Ömer Seyfettin, Beyaz Lâle, Istanbul, Bilgi Yayinevi, 2000, p. 14.

16 Ce discours a été prononcé le 10 mai 1997 au cours de la réunion de la Fondation des Turcs de Rou­mélie (Bereketli, Mustafa, Berlin Antlaşmasından Günümüze Balkanlar, Rumeli Vakfı Kültür Yayınları, Istanbul, 1999, p. 11- 24).

17 Yérasimos, Stéphane, « La Grèce et la Turquie dans les Balkans : la complémentarité introuvable », Cahiers balkaniques, n° 33/ 2002-2005, p. 128.

18 Gangloff, Sylvie, La politique de la Turquie dans les Balkans depuis 1990. Relations bilatérales, politique régionale et influences extérieures, thèse soutenue en 2000, à l’Université Paris I-Panthéon-Sor­bonne (inédite), p. 153.

19 Davutoğlu, Ahmet, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu, Küre Yayınlari, Istanbul, 2009, p. 53.

20 L’ouvrage d’Ahmet Davutoğlu, cité dans la note précédente, contient de nombreuses références à l’ar­rière-plan historique et au patrimoine culturel et religieux ottoman dans les Balkans

21 Ibid. p. 317. Pour Davutoğlu, la place de l’Albanie dans la politique turque de l’Adriatique est aussi importante que l’Azerbaïdjan l’est dans la politique caucasienne.

22 Davutoglu, id. p. 319.

23 http://www.tika.gov.tr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faruk Bilici, « Les Balkans ottomans : un monde englouti », Anatoli, 1 | 2010, 57-70.

Référence électronique

Faruk Bilici, « Les Balkans ottomans : un monde englouti », Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.370

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

Professeur des Universités en études ottomanes et histoire turque à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals