Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 1. Les enseignements de l’...À la recherche de l’Entente balka...

Partie 1. Les enseignements de l’histoire et de la géographie

À la recherche de l’Entente balkanique en Serbie : réflexions historico-politiques sur les années 1930 et 2000

Stanislav Sretenović
p. 71-86

Texte intégral

1À l’exception d’un petit groupe de spécialistes impliqués dans les affaires balkaniques, rares sont les gens, aujourd’hui, qui savent qu’on a célébré en 2009 le 75e anniversaire de la signature du pacte de l’Entente balkanique, le 9 février 1934, à Athènes. Pour les contemporains, ce pacte donna l’espoir d’une région des Balkans durablement apaisée et prospère.

  • 1 Georges Castellan, Histoire des Balkans (xive-xxe siècle), Paris, Fayard, 1993.

2Ce n’était certes pas la première fois que les peuples balkaniques se mettaient d’accord pour réaliser un projet commun. L’idée d’une coopération balkanique, fondée sur de nouvelles valeurs relevant essentiellement de l’héri­tage de la Révolution française, fut explorée à plusieurs reprises de la fin du XVIIIe siècle à la deuxième moitié du XXe siècle, comme les plans de l’intellectuel grec Rigas Véléstinlis-Féréos pour la création d’un État balkanique commun, et ceux, un peu plus tardifs, de l’organisation « Heteria »1. Les premières tentatives de coopération régionale se traduisirent par la conclusion d’accords bilatéraux d’amitié, d’alliance défensive et de coopération militaire entre les pays balkaniques, dans le but de libérer et d’unifier leurs compatriotes encore sous la tutelle de l’Empire ottoman. À l’initiative du prince serbe Mihajlo Obrenović (Mikhaïl Obrénovitch), une série d’accords de ce type fut signée en 1866-1867 entre la Serbie, le Monténégro, la Grèce et la Roumanie, avec pour objectif la formation d’une coalition balkanique contre les Ottomans. Ces plans furent brisés en 1868, après l’assassinat du prince serbe tombé sous le feu d’un opposant à sa politique intérieure.

  • 2 Ch. Cviic, Remaking the Balkans, Londres, Chatham House Papers, The Royal Institute, 1991 ; Branisl (...)
  • 3 Branko Petranović , Balkanska federacija 1943-1948, Šabac, 1991.

3Au début du XXe siècle, l’alliance conclue par la Serbie, le Monténégro, la Grèce et la Bulgarie leur donna la victoire militaire contre l’Empire ottoman et permit d’étendre leur territoire national, mais cette alliance ne résista pas à la concurrence que ces pays se livrèrent autour de l’héritage ottoman. La coopération balkanique fut ensuite le sujet de discussions au sein des partis sociaux-démocrates et communistes. Le Komintern avait d’ailleurs aussi ses projets pour une Fédération balkanique2. Les tentatives de coopération régionale devaient se poursuivre au-delà des années 1930, comme l’attestent les discussions entre les dirigeants communistes de la Yougoslavie et de la Bulgarie pour la création d’une Fédération balkanique en 19453, et les accords de 1954 entre la Yougoslavie communiste, la Grèce et la Turquie, connus sous le nom de Pacte balkanique. Aucune de ces tentatives, toutefois, ne donna les résultats durables que les contemporains espéraient.

  • 4 R.J. Kerner, H.N. Howard, The Balkan Conferences and the Balkan Entente, 1930-1935, Barkley (CA), 1 (...)

4Notre propos n’est pas ici d’exposer les différents contextes historiques dans lesquels ces idées se réalisèrent avec plus ou moins du succès. Il n’est pas non plus question de parler des longues négociations diplomatiques ayant conduit à l’Entente balkanique, un sujet que l’historiographie a déjà bien décrit4. Nous souhaitons mener plutôt une comparaison à soixante-dix ans d’écart sur les attitudes et les approches serbes dans les années 1930 et dans les années 2000, pour essayer de montrer en quoi notre temps crée les conditions d’un apaisement durable et souhaitable dans les Balkans d’aujourd’hui. Ce travail met l’accent sur les concepts, les principales formes d’organisation et les obstacles à surmonter à chacune des deux époques. Il examine successivement trois couples conceptuels : État-Nation et « communauté de sécurité » ; grandes puissances et institutions supranationales (UE et OTAN) ; réseaux sociaux et société civile (l’individu).

L’État-Nation et la « communauté de sécurité »

  • 5 Karl W. Deutsch, Political Community and the North Atlantic Area. International Organization in the (...)

5Si le concept d’État-Nation marquait les esprits de la majorité des Européens des années 1930, aujourd’hui c’est plutôt celui de « communauté de sécurité » qui domine, pour reprendre le langage du politologue américain Karl Deutsch5 à la fin des années 1950. C’est un des concepts qui permettrait aux différents peuples des Balkans de surmonter leur passé tourmenté et leurs identités à nouveau exacerbées.

L’impossible construction de l’État-Nation yougoslave dans les années 1930

6En raison du retard pris dans le processus de modernisation, les Balkans du début du XXe siècle héritèrent de la Révolution française et du XIXe siècle une vision jacobine assez grossière de l’État centralisé. Cette vision fonda la conception de l’État-Nation dans la région. Dans les années 1930, l’État-

7Nation signifiait la centralisation à outrance du pouvoir exécutif et l’idée que le plus grand groupe ethnique représentait l’État tout puissant. En conséquence, les minorités ethniques, malgré leur protection par la SDN, étaient à assimiler de gré ou de force. La sécurité collective reposait plus sur la peur de la force d’autrui que sur la volonté de coopérer pour le bien-être de tous.

  • 6 Dusan T. Batakovic, Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, Lausanne, 1994.
  • 7 Mémoire présenté à la Conférence de la Paix à Paris concernant les revendications du Royaume des Se (...)

8Le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, puis à partir de 1929, le Royaume de Yougoslavie – dont l’ambition de jouer un rôle important dans les Balkans dépassa toujours ses moyens –, est un bon exemple de la difficile application du principe « un État, une Nation ». Dans l’Entre-deux-guerres, le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (Yougoslavie) apparaît comme un État ethniquement et religieusement hétérogène6. Outre les Serbes, les Croates et les Slovènes, il comptait environ deux millions d’allogènes, soit 17 % de la population. Bien que les « minorités » fussent en proportion inférieure à celles de la Roumanie (24,5 %), de la Pologne (31 %) et de la Tchécoslovaquie (35,5 %), plusieurs d’entre elles – les Magyars, les Allemands, les Albanais, les Italiens – vivaient au contact de leurs États nationaux, d’où les tentations d’irrédentisme de toute nature. Selon le premier recensement officiel de janvier 1921 dans le nouvel État, les Serbes et les Croates étaient recensés ensemble selon la langue, même si, d’après les religions recensées on pouvait dénombrer environ 45 % de Serbes et 25 % de Croates parmi la population. Les Slaves de Macédoine étaient comptés comme Serbes et, parmi les musulmans de Bosnie-Herzégovine, il était impossible de savoir combien étaient serbes et combien étaient croates. Pour la première fois depuis plusieurs siècles, tous les Serbes étaient réunis dans un État commun et s’appuyaient sur l’armée et la dynastie pour établir un édifice étatique solide. Le nouveau Royaume n’en était pas moins un État faible qui devait montrer sa capacité à se constituer et à vivre en paix à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières. Il avait hérité de six espaces douaniers distincts, de cinq monnaies, de quatre réseaux ferroviaires et de trois systèmes bancaires, tandis que la guerre de 1914-18 avait bouleversé l’équilibre démographique et provoqué de graves destructions matérielles. Toutes les régions du nouveau Royaume n’avaient cependant pas subi les mêmes pertes : il y avait une différence entre les régions de la Serbie d’avant-guerre et les ex-provinces Sud-slaves de l’Autriche-Hongrie. La Serbie était le pays qui avait perdu, proportionnellement à l’effectif total de sa population, le plus d’hommes parmi tous les belligérants. Environ un million d’âmes, soit plus de 20 % de la population, avait disparu dans la lutte7. Sur 700 000 mobilisés, environ 370 000 soldats, soit plus de la moitié, avaient trouvé la mort. À ce chiffre s’ajoutaient environ 600 000 civils morts dans les zones d’opérations militaires, pendant l’occupation ennemie ou du fait des épidémies. Ces pertes provoquèrent un phénomène de classes creuses qui allait se faire sentir dans les années 1930 (le taux de nuptialité était tombé de 13 % en 1921 à 7,7 % en 1933 pour tout le Royaume SCS). La Serbie avait donc beaucoup souffert de la Grande Guerre au cours de laquelle elle avait été entièrement envahie. Le pays avait subi de multiples destructions en raison des opérations militaires sur son sol.

9La « Yougoslavie nouvelle » créée à la suite du conflit était plus un programme qu’une réalité : aux différences nationales s’ajoutaient différentes visions de la structure de l’État yougoslave. Les Serbes, qui suivaient les conceptions monarchistes, aspiraient à un État centralisé selon le modèle français et identifiaient entièrement l’État à la Nation. Les Croates et les Slovènes s’y opposaient et exigeaient une structure fédérative, inspirée des modèles prévus dans la réforme de l’Autriche-Hongrie. Les problèmes intérieurs amenèrent le roi Alexandre à établir la dictature en janvier 1929 et à conduire une politique visant à imposer l’identité yougoslave, officielle, d’en haut. Dans les années 1930, la Yougoslavie finit par s’éloigner complètement de l’idéal d’une monarchie démocratique, libérale et parlementaire qui devait jouer un rôle stabilisateur et servir de référence dans les Balkans.

La « communauté de sécurité » balkanique

10La « communauté de sécurité » qui repose sur la décision volontaire de chaque acteur social de se priver de l’utilisation de la force pour réaliser ses objectifs, donne en revanche un cadre de principe à l’ensemble des Balkans et leur ouvre la perspective de vivre durablement en paix. Ce changement pacifique repose sur le principe de résolution des problèmes par des procédures institutionnalisées caractéristiques du droit international et de l’État de droit.

11Le processus de désintégration de la Yougoslavie dans les années 1990 et son incapacité à se réformer dans un sens démocratique et libéral sont, en grande partie, la conséquence du refus de tous les acteurs locaux de respecter le droit international et de leur volonté de mettre la communauté internationale devant le fait accompli. Après la chute du régime de Slobodan Milošević et les changements démocratiques en Serbie en 2000, la situation se présente différemment pour toute la région. La Serbie démocratique a réussi à répondre pacifiquement à plusieurs crises potentielles des années 2000, crises qui touchaient à la conception traditionnelle de l’État souverain : la fin de la fédération avec le Monténégro ; la proclamation de l’indépendance de sa province méridionale du Kosovo ; l’adoption récente d’un statut de large autonomie par sa province septentrionale de Vojvodina. Un changement culturel est en effet en train de se produire en Serbie, et l’utilisation de la force comme réponse aux problèmes de l’État n’est plus présente dans le discours et dans le comportement des acteurs politiques et sociaux serbes. Le gouvernement serbe a porté le problème de la proclamation de l’indépendance du Kosovo devant la Cour internationale de justice de La Haye, geste qui montre sa volonté de respecter le droit international, de contribuer à l’apaisement des esprits au sein de l’opinion publique et de créer une atmosphère de confiance et de coopération dans la région. Dans ce sens, la coopération complète de la Serbie avec le Tribunal pénal international de La Haye est aussi importante. Elle contribue à la sanction non pas des peuples, mais des individus qui ont commis les crimes de guerre.

12Le recours à la justice internationale dans le cas de la proclamation de l’indépendance du Kosovo a permis aux Serbes de se consacrer aux vrais problèmes de la vie quotidienne : la mauvaise gouvernance, la relative pauvreté, la corruption et le crime organisé. Ces problèmes, présents dans tous les pays balkaniques à plus ou moins grande échelle, peuvent être combattus par des réformes politiques et économiques, le développement d’institutions démocratiques, le respect des droits de l’homme et des minorités. L’augmentation du niveau de vie des citoyens balkaniques comme conséquence des réformes économiques faciliterait leur mobilité dans la région, accroîtrait les échanges économiques et culturels et favoriserait une vraie coopération régionale. C’est là une des conditions majeures de l’acceptation des Balkans occidentaux dans l’Union européenne. Le clientélisme et la corruption présents dans les Balkans ne peuvent être éradiqués sans un travail minutieux et constant visant à établir des institutions et des législations stables et durables. Dans ce sens, l’expérience des pays balkaniques déjà membres de l’Union européenne est d’une grande importance. Il faudrait établir des forums balkaniques où s’échangeraient les différentes expériences, réussies et non réussies. Ceci ne veut pas dire perdre son identité d’origine, ce qui est la hantise des peuples des Balkans. Ceci veut dire que les hommes construisent une nouvelle identité en plus de leur identité d’origine, une identité civique et responsable qui permet le partage des valeurs, des expériences et des intérêts à long terme. Cela ne peut se faire du jour au lendemain. C’est un processus qui se développe dans une situation de stabilité bien fondée.

Les grandes puissances et les institutions supranationales, UE et OTAN

13C’est justement cette stabilité bien fondée qui manquait à l’Europe des années 1930. Les solutions qui furent retenues à la Conférence de la Paix, après la Grande Guerre, et qui marquèrent toute la période de l’Entre-deux-guerres se trouvaient en effet à cheval entre le vieux concept du « Concert européen » du XIXe siècle et les nouvelles idées du président américain Woodrow Wilson. Aujourd’hui, la situation en Europe est bien différente. Les grandes puissances traditionnelles n’existent plus et les pays les plus développés et influents de l’Union européenne travaillent ensemble pour stabiliser les Balkans dans une perspective d’intégration européenne de toute la région.

L’imitation des grandes puissances traditionnelles

14Dans l’Entre-deux-guerres, les grandes puissances se livraient dans les Balkans à une concurrence stratégique, militaire, économique et culturelle. Même la formule si chère aux hommes politiques balkaniques de l’époque, « Les Balkans aux peuples balkaniques », signifiait plutôt la tentative d’hégémonie de tel ou tel peuple de la région avec le soutien de telle ou telle grande puissance. À la SDN, les grandes puissances s’efforçaient de regrouper de petits pays pour qu’ils ne glissent pas dans le camp de la puissance concurrente.

  • 8 Stanislav Sretenovic, La France et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, 1918-1929 : des rela (...)

15La France était l’une des plus actives. Elle joua un rôle décisif dans la fondation du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes et veilla attentivement à ses premiers pas en politique extérieure8. Pour la France, sortie de la guerre auréolée de la victoire, le Royaume était un espace où consolider son statut de puissance, dans une perspective à la fois anti-allemande et « méditerranéenne ». Avec la Pologne, la Tchécoslovaquie et la nouvelle Roumanie, il se rangeait en effet parmi les nouveaux États d’Europe centrale qu’elle protégeait et où elle cherchait à exercer une influence. Le but de la France était de faire de ces pays des partenaires, politiquement, économiquement et culturellement contre l’Allemagne. Préoccupée de sa sécurité d’après-guerre, elle envisageait avec eux des « alliances de revers » pour « prendre en tenaille » l’Allemagne. Ceci devait s’accompagner d’une politique de « puissance », c’est-à-dire d’une politique d’influence économique et de rayonnement culturel, dans des régions encore « inconnues » où, pendant des siècles, sa présence était très réduite.

16Avec la Grande Roumanie, le Royaume se présentait aussi à la France comme un État balkanique agrandi, appartenant à sa zone d’influence traditionnelle et dépendant de la vision « méditerranéenne » de sa politique étrangère, héritée du temps des Ottomans. Selon cette vision, la France devait s’assurer la prépondérance économique et culturelle dans les territoires qui avaient appartenu autrefois à l’Empire ottoman et jouer un rôle d’arbitre dans les querelles politiques d’une zone perçue comme traditionnellement instable. Présente en Serbie et en Roumanie avant la guerre, elle comptait sur l’appui de l’élite « francophile » et « francophone » existante. Dans un espace géographique où les Anglo-Saxons avaient peu d’intérêts directs, la France pouvait tirer parti du retrait temporaire de l’Allemagne et de l’incapacité, également temporaire, de la jeune Union soviétique pour exercer une influence décisive. Sur ce terrain, son seul rival était l’Italie.

17En Europe du Sud-Est, le nouveau Royaume occupait une position stratégique dans la mesure où son territoire s’étendait à la fois sur les espaces danubien et balkanique. Sur l’Adriatique, tout au long de sa frontière maritime, il voisinait avec l’Italie. Depuis le début du XXe siècle, celle-ci cherchait à s’agrandir territorialement en direction de l’est, surtout dans la zone de l’Adriatique et sur le littoral de la péninsule balkanique. S’appuyant sur le principe de « l’égoïsme sacré » dans le but de créer la « Grande Italie », le gouvernement italien n’avait consenti à entrer dans la Guerre mondiale au côté de l’Entente qu’après avoir signé en 1915 le traité de Londres qui lui promettait des concessions territoriales considérables. Or, la plupart de ces territoires étaient aussi revendiqués par le mouvement national yougoslave. Depuis la fin de la guerre, l’Italie était donc un vainqueur frustré, que les attributions territoriales décidées par la Conférence de la Paix à Paris n’avaient pas satisfait et qui multipliait les demandes de révision. Celles-ci pouvaient trouver des points d’appui dans les petits États continentaux limitrophes du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, sortis également « mécontents » de la Guerre, surtout la Hongrie et la Bulgarie. Les demandes de révision trouvaient aussi des échos à l’intérieur du Royaume, au sein de groupes insatisfaits de leur nouvelle patrie. Le « morcellement » politique des espaces danubien et bal­kanique ouvrait à l’Italie la possibilité de s’engager dans cette zone. Avec l’arrivée de Mussolini au pouvoir en 1922, la politique italienne s’affirma encore davantage dans le Sud-Est de l’Europe.

18Dans les années 1930, malgré les grandes déclarations en faveur de la paix et les nombreux traités signés dans cet esprit – ce que certains journalistes appelaient ironiquement « la pactomanie » –, la politique de concurrence des puissances mena à l’effondrement de l’Europe conçue par les traités de paix signés en région parisienne en 1919-1920. La montée en puissance de l’Alle­magne nazie et de l’Italie fasciste et la politique de Hitler et de Mussolini dans les Balkans contribuèrent à rendre la région à nouveau instable. L’Entente balkanique se montra incapable de faire face à cette situation. Tout au long de l’Entre-deux-guerres, les Balkaniques se comportèrent au contraire à l’image de leurs grands protecteurs. Partant des concepts véhiculés par la concurrence des puissances traditionnelles, les gouvernements et les opinions publiques des pays signataires de l’Entente balkanique soupçonnaient leurs voisins de mener un « double jeu » : chez les Serbes, s’exprimait la peur d’un bloc des « non-Slaves » (Grecs et Turcs), des « non-Sud-Slaves » (Bulgares, Roumains et Tchèques) et d’une grande puissance (l’Italie) avec une puissance voisine (l’Albanie ou la Bulgarie) ; chez les Roumains et les Grecs, la peur d’un bloc « slave » (serbo-bulgare) ; chez les Grecs, la peur d’un « encerclement » par un bloc serbo-bulgaro-turc ; chez les Turcs, la peur de l’exclusion par les autres Balkaniques (Serbes, Grecs, Roumains et Bulgares) ; chez les Bulgares et les Albanais, la peur que les autres Balkaniques ne se regroupent contre eux – sans parler de la concurrence entre dynasties serbe et bulgare, du problème lancinant de la protection des minorités et du soutien aux groupes armés qui faisaient des incursions dans les territoires des voisins.

La perspective européenne balkanique

19Aujourd’hui, les valeurs et les pratiques de la concurrence des puissances traditionnelles n’existent plus en Europe. Les grands pays intéressés aux affaires des Balkans du fait de leur proximité géographique, l’Italie et l’Allemagne, sont des démocraties aux économies et aux sociétés exemplaires, qui appartiennent au groupe des États fondateurs de la construction européenne. Des ensembles tels que l’Union européenne et l’OTAN ont beaucoup travaillé dans les Balkans, avec plus ou moins de succès, notamment pour la création d’un environnement stable et sécurisé nécessaire au développement de la région à long terme. Néanmoins, il existe encore des obstacles à l’intégration de la région balkanique entière : l’absence de la conscience d’un passé commun, la faiblesse des économies, la pauvreté, la lenteur et la corruption des administrations, le sentiment que les stimulations européennes sont insuffisantes. Avec la perspective de l’intégration européenne, les différents peuples des Balkans ont pourtant les mêmes chances, pour la première fois dans l’histoire, d’accéder à la démocratie et à la modernité. Voici une valeur, un but commun, un nouvel élément identitaire qui ne remet pas en question la tradition et les identités acquises. Ceci signifie pratiquement que le processus de négociation bilatérale entre l’UE et chacun des États appelés à y adhérer avec des étapes ménagées en fonction de l’accom­plis­se­ment de critères précis, pourrait être complété par une approche régionale synchronisée. L’idée serait que chaque petite partie des Balkans contribue au fonctionnement d’un ensemble régional.

  • 9 Dimitris Droutzas, « Agenda 2014 : nouvelle feuille de route pour l’accès des Balkans dans l’Union (...)

20L’activation du traité de Lisbonne en 2009 a donné un nouveau souffle à la perspective européenne des Balkans de l’Ouest. « L’Agenda de Thessalonique » lancé en 2003 pendant la présidence grecque de l’Union européenne pourrait être suivi par « l’Agenda 2014 »9 ou « l’Agenda 2018 ». Ces deux dates marqueraient symboliquement et pratiquement l’entrée de tous les peuples des Balkans dans l’Union européenne. L’Union européenne fut la réponse aux destructions et aux hécatombes des deux guerres mondiales, tragédies à l’ampleur­ jusqu’alors inconnue dans l’histoire de l’humanité. La première de ces guerres fut déclenchée en juin 1914 dans les Balkans et s’acheva en 1918, après une série d’armistices inaugurée par celui de Salonique le 29 septembre. D’ici à 2014 ou 2018, l’une des deux dates anniversaires du début ou de la fin de la Première guerre mondiale, il faudrait accomplir les réformes nécessaires, travailler au respect des valeurs européennes et remplir les critères de bon voisinage et de coopération régionale.

Les réseaux sociaux et la société civile

21Dans les années 1920 et 1930, l’initiative d’une Entente balkanique vint d’acteurs privés de la région et de soutiens étrangers, notamment américain, comme celui de la Fondation Carnegie. L’État soutenait ou non l’initiative privée en fonction de ses intérêts. Aujourd’hui, l’initiative de la coopération vient plutôt des États balkaniques. Il s’agit d’une initiative étatique démocratique, conçue comme l’expression de la volonté de la société civile de chaque pays.

Les réseaux sociaux des années 1930 : un groupement clos et élitiste ?

  • 10 A. P. Papanastasiou, Vers l’Union balkanique, Paris, Centre européen de la Dotation Carnegie, 1934.

22Les initiateurs de l’Entente balkanique dans l’Entre-deux-guerres constituaient un réseau international de parlementaires et d’intellectuels qui étaient sensibles aux questions sociales et agraires et adhéraient aux valeurs d’Aristide Briand et de la SDN. Le plus actif parmi eux était Alexandre Papanastasiou10, chef du parti de l’Union socialiste-démocrate grecque et ancien Premier Ministre. Au printemps 1929, à l’occasion de la préparation de la célébration de la fête nationale de l’indépendance de la Grèce, il proposa la convocation d’une conférence interparlementaire à Athènes qui discuterait de l’organisation d’une institution pour la solidarité et l’entente des pays balkaniques.

  • 11 Živko Avramovski, Balkanska Antanta, Belgrade, 1986, p. 35.

23Institutionnellement, les personnes intéressées s’organisèrent à partir de juin 1929, quand furent créées une Association pour la communauté balkanique à Belgrade et des organisations similaires dans d’autres capitales balkaniques. Elles se lièrent dans une Association interbalkanique pour la paix et le bien-être. Cette association fut à l’origine de conférences balkaniques annuelles qui se tinrent de 1930 à 1935 dans différentes capitales, parallèlement au processus de négociations intergouvernementales qui aboutit à la signature du pacte de l’Entente balkanique11. Mais, dans les années 1930, pratiquement aucun des pays de la région n’avait de système démocratique réel. Les groupes constitués nationalement pour les conférences balkaniques agissaient comme des sociétés closes. Ils étaient liés internationalement aux élites partageant leurs idées, en dehors de toute sanction démocratique.

  • 12 Stanislav Sretenović, Francuska i Kraljevina Srba, Hrvata i Slovenaca, op. cit., p. 195.

24Le cas du groupe national yougoslave est significatif. Il regroupait des hommes politiques et des intellectuels majoritairement serbes, de tendances radicale, sociale-démocrate et socialiste. Les personnages marquants étaient Čedomir Djurdjević et Vasilije Jovanović. Liés aux milieux républicains de la France et des pays de la région balkanique, ils présidèrent successivement le Groupe yougoslave pour les conférences balkaniques. Tous deux étaient d’ardents patriotes et nationalistes yougoslaves. Ils adhéraient totalement à l’idéologie officielle de l’existence de la nation yougoslave et niaient les particularités des différents peuples Sud-slaves, surtout des Slaves de la Macédoine. La biographie de Vasilije Jovanović que nous donnons ici à titre d’exemple est représentative de toute une génération de Serbes qui furent formés à l’étranger avant 1914, participèrent à la Grande Guerre et détinrent de hautes fonctions dans le gouvernement yougoslave de l’Entre-deux-guerres. Né en 1874 à Uskub (Skopje), alors ottomane, il fit des études de droit à Belgrade, et acheva son doctorat à Bruxelles en 1897. En 1908, pendant la crise annexionniste, il défendit à Paris la thèse serbe sur la Bosnie et l’Herzégovine. Il participa à la Grande guerre comme volontaire, puis donna des conférences en France sur la Serbie, le peuple serbe et l’unification yougoslave. Par la suite, il fonda avec le géologue Jovan Žujović, alors président de l’Académie royale serbe des sciences, l’Association nationale pour la SDN, une association pour la promotion des liens entre la Yougoslavie et la SDN. Il accomplit plusieurs missions à la SDN (1922, 1923, 1925). Élu député sur la liste radicale en 1923, il devint ministre en 1925, détenant les portefeuilles de l’Agriculture et des Eaux, puis des Transports. Il publia plusieurs textes dans les revues politiques spécialisées, en serbe et en français. Dans les années 1920, il fut avocat de la Légation de France à Belgrade12.

  • 13 Трећа балканска конференција, Југословенска национална група за Балканску конференцију, Београд, 19 (...)
  • 14 Ibid., p. 14-15.
  • 15 Živko Avramovski, op. cit., p. 59.

25Le nationalisme yougoslave intransigeant de Vasilije Jovanović et de son collègue Čedomir Djurdjević les mit souvent en opposition avec d’autres acteurs de la scène internationale qui cherchaient des solutions pour une paix durable. L’attitude de leur groupe à la troisième conférence balkanique en 1934 à Bucarest en témoigne. Ils commencèrent par s’exprimer contre le président de la Ligue pour la paix, le Belge Henri La Fontaine. Prix Nobel de la paix avant la Première guerre mondiale, celui-ci, lors du congrès de la Ligue pour la paix en octobre 1929 à Athènes, avait en effet critiqué la Yougoslavie pour la hâte avec laquelle elle s’était armée, et avait soutenu l’attitude de l’Italie13. Le Groupe yougoslave vota également contre l’article 4 du projet de l’Entente balkanique relatif à la protection des minorités, pourtant adopté par d’autres délégations14. Il refusait en effet de garantir la protection des minorités, surtout celle des Slaves de Macédoine, considérés comme Yougoslaves et des Albanais du Kosovo qui dépassaient le cadre déjà défini par la Société des Nations15. En même temps, il demandait la protection des minorités yougoslaves (slovènes et croates) en dehors des Balkans, en Italie. Le comité de gestion du groupe refusa l’article 4 et demanda sa révision, puis rédigea un nouveau projet de pacte. En 1935, les attitudes des groupes nationaux étaient tellement opposées, surtout sur les questions politiques que les conférences balkaniques cessèrent d’exister.

Vers une société civile balkanique ?

  • 16 Srećko Mihajlov, « Nos identités », Politika, le 17 novembre 2009, p. 15 (en serbe).

26Aujourd’hui, contrairement aux années 1930, les gens qui s’intéressent à la coopération régionale dans les Balkans sont moins organisés. La réflexion est plutôt menée dans des réseaux variés qui dépassent le cadre des groupes de pression et des lobbies des années 1930 et touchent l’ensemble de la société civile. En s’appuyant sur la liberté de presse, d’expression et de conscience, ces réseaux contribueront à la formation d’une société civile balkanique par l’organisation de forums, de programmes éducatifs communs, d’échanges de tous types et de voyages intra-régionaux. Au cœur de la réflexion sur la société civile balkanique, se trouve l’individu. La conscience de chacun que le développement des autres est la condition de son propre développement serait au cœur d’une réflexion rationnelle et responsable dans les Balkans. Certes, nous sommes encore loin d’une situation idéale. Les émotions et les haines, liées à un passé dur et tourmenté, qui a connu son paroxysme dans la tragédie des guerres en ex-Yougoslavie, sont encore présentes chez beaucoup d’individus. Chacun devrait peu à peu renoncer à la haine, à l’esprit de vengeance et aux actes de violence. L’abandon des demandes maximalistes et une sincère compréhension pour les victimes de chaque côté devraient créer un climat favorable à la constitution d’une société civile balkanique. Au niveau des identités, chaque individu pourrait développer une identité triangulaire, nationale, régionale et européenne. Les identités multiples, de plus en plus exprimées dans les Balkans, sont un bon signe. Le cas de la Serbie montre que l’identité nationale est exprimée à 93 % en même temps que l’identité européenne à 71 %16, ce qui représente un développement considérable par rapport aux années 1990.

27La société civile balkanique pourrait émerger de l’intérieur de la région pour exprimer la volonté de vivre dans la « communauté de sécurité » évoquée au début de notre exposé. Au fond, chez chaque individu, il s’agirait de changer culturellement son rapport à l’autre, de faire l’apprentissage de la tolérance fondée sur la volonté de paix.

28On assiste aujourd’hui à une situation beaucoup plus prometteuse pour le Sud-Est européen qu’après les deux Guerres mondiales ou la fin de la Guerre froide. Pour arriver à une « communauté de sécurité » dans les Balkans, il faut du temps et un soutien de l’UE et de l’OTAN à long terme. Le temps se mesure peut-être à une génération, ce qui ne nous empêche pas de travailler ensemble et de planter les germes pour que la jeune génération balkanique s’épanouisse pleinement dans la paix et la prospérité.

Haut de page

Bibliographie

Publications contemporaines du processus de la signature du Pacte balkanique et des Conférences balkaniques

Ancel Jacques, Peuples et nations des Balkans, Paris, Librairie Armand Colin, 1926.

Berard Victor, La Serbie. La Serbie et son histoire. Les victoires serbes. Le peuple serbe, Paris, Armand Colin, 1915.

Balkan Locarno and the Macedonian question, Indianapolis, Ind., The Central Committee of the Union of the Macedonian Political Organization of the United States of America and Canada, 1928.

Carnegie Endowment for International Peace, Division of intercourse and education, publication n° 4, « Report of the International Commission to Inquire into the Causes and Conduct of the Balkan Wars », Washington, 1914.

Cvijic Jovan, La péninsule balkanique, géographie humaine, Paris, Armand Colin, 1918.

Denis Ernest, La Grande Serbie, Paris, Delagrave, 1915.

Denis Ernest, Du Vardar à la Sotcha, Paris, Bossard, 1923.

Друга балканска конференција (Deuxième conférence balkanique), Југословенска национална група за Балканску конференцију (Le groupe national yougoslave pour la Conférence balkanique), Београд (Belgrade), 1932.

Devas Georges Y., La nouvelle Serbie, Paris, Nancy, Berger-Levrault, 1918.

Federzoni Luigi, Il trattato di Rapallo, Bologna, Nicola Zanichelli, 1921.

Haumant Emile, La Yougoslavie, Paris, Ligue des universitaires serbo-croato-slovènes, 1919.

Haumant Emile, La formation de la Yougoslavie (XVe-XXe siècles), Paris, Bossard, 1930.

Kerner R.J., HOWARD H.N., The Balkan Conferences and the Balkan Entente, 1930-1935, Barkley (CA), 1936.

Kostov Boris., La Bulgarie et le Pacte balkanique, thèse pour le doctorat, Faculté de droit, Université de Paris, Paris, 1938.

Martonne (de) Emmanuel, « Europe centrale », Géographie universelle, tome IV, partie 2, Paris, Armand Colin, 1931.

Milinkovic Petar, Istorija gradjenja zeleznica i zeleznicka politika kod nas (Histoire de la construction des chemins de fer et la politique ferroviaire chez nous 1850-1935), Belgrade, 1936.

Mousset Albert, Le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Son organisation, sa vie politique et ses institutions, Paris, Bossard, 1921.

Muzet Alphonse, Le monde balkanique, Paris, Ernest Flammarion, 1917.

Четврта балканска конференција (Quatrième conférence balkanique), Југословенска национална група за Балканску конференцију (Le groupe national yougoslave pour la Conférence balkanique), Београд (Belgrade), 1935.

Papanastasiou A. P., Vers l’Union balkanique, Paris, Centre européen de la Dotation Carnegie, 1934.

Parodi D., L’alliance italienne, Paris, Neuchâtel, Attinger Frères, 1918.

Pavlovic Stevan (dir.), Knjiga o Francuskoj (Le livre d’or à la France), Belgrade, Drustvo prijatelja Francuske (Société des Amis de la France), 1940.

Petrovic Kosta, Francuski drzavnici (Les hommes d’État français), Belgrade, Narodna misao, 1928.

Прва балканска конференција (Première conférence balkanique), Југословенска национална група за Балканску конференцију (Le groupe national yougoslave pour la Conférence balkanique), Београд (Belgrade), 1931.

Rivet Charles, Chez les Slaves libérés. En Yougoslavie, Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1919.

Shotwell James T., Mitrany David, Locarno and the Balkans: A turning point in history; The possibility of a Balkan Locarno, Worcester, Mass., New York, Carnegie Endowment for International Peace, Division of Intercourse and Education, 1927.

Silva Pietro, Italia, Francia, Inghilterra nel Mediterraneo, Milano, ISPI, 1936.

Трећа балканска конференција (Troisième conference balkanique), Југословенска национална група за Балканску конференцију (Le groupe national yougoslave pour la Conférence balkanique), Београд (Belgrade), 1934.

Union nationale des étudiants yougoslaves (éd.), La Petite Entente des étudiants, IIIe congrès, Belgrade, 30 avril-10 mai 1933.

­ 

Sources secondaires

Audeoud Olivier (ed.), L’État multinational et l’Europe, Nancy, 1997.

Avramovski Živko, Balkanska Antanta, Belgrade, 1986.

Batakovic Dusan, Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, Lausanne, 1994.

Becker Jean-Jacques, « L’ombre du nationalisme serbe », Vingtième siècle, n° 69 (janvier-mars 2001), p. 7-29.

Botta Franco, Garzia Italo, Europa Adriatica. Storia, relazioni, economia, Bari, 2004.

Bilman L., « The regional Cooperation Initiatives in the South East Europe and Turkish Foreign Policy », Perceptions, vol. III, n° 3, sept.-nov. 1998.

Castellan Georges, Histoire des Balkans (XIVe-XXe siècle), Paris, 1993.

Demetropoulou L., « The Balkans- A Multidimensional Sign Within Multiple Discourse », Eurobalkans, 4, automne 1999.

Foucher Michel, L’Europe républicaine, Paris, 2000.

Gervereau Laurent, TOMIC Yves (dir.), De l’unification à l’éclatement, l’espace yougoslave, un siècle d’histoire, Paris, Musée d’histoire contemporaine - BDIC, 1998.

Lampe John R., Balkans into Southeastern Europe, New York, Basingstoke, 2006.

« Les Balkans dans les relations internationales », 1, Relations internationales, n° 103, automne 2000.

« Les Balkans dans les relations internationales », 2, Relations internationales, n° 104, hiver 2000.

Lopandic Dusko, Regionalne inicijative u jugoisticnoj Evropi (Les initiatives régionales en Europe du Sud-est), Belgrade, 2001.

Mazower Mark, The Balkans, Londres, 2000.

Minic Jelica (ed.), Jugoistocna Evropa 2000- pogled iz Srbije (L’Europe du Sud-Est 2000 – le regard depuis la Serbie), Belgrade, 2000.

Petkovic Ranko, XX vek na Balkanu (Le XXe siècle dans les Balkans), Belgrade, 1997.

Rupnik Jacques (ed.), De Sarajevo à Sarajevo. L’échec yougoslave, Paris, 1992.

Skakun M., Balkan-Enigma bez resenja (Les Balkans – l’énigme sans solutions), Belgrade, 1992.

Stoyanovic Trajan, Balkanska civilizacija (La civilization balkanique), Belgrade, 1995.

Stojkovic Momir (ed.), Balkanski ugovorni odnosi 1876-1996 (Les rapports contractuels balkaniques 1876-1996), I-III, Belgrade, 1998-1999.

Tasic Nikola (ed.), La culture urbaine des Balkans (XV-XIXe siècles), Academie serbe des sciences et des arts, Institut des études balkaniques, éditions particulières 46, n. 3, Belgrade-Paris, 1991.

Uvalic Milica, « Regional cooperation in South East Europe », South East and Black Sea Studies, vol. 1, n° . 1, 2001.

Vanku Milan, « La Yougoslavie et le Plan Briand », Jugoslovenska revija za medjunarodno pravo, 1, 1992, p. 19-37.

Haut de page

Notes

1 Georges Castellan, Histoire des Balkans (xive-xxe siècle), Paris, Fayard, 1993.

2 Ch. Cviic, Remaking the Balkans, Londres, Chatham House Papers, The Royal Institute, 1991 ; Branislav Gligorijević, Kominterna, jugoslovensko i srpsko pitanje (Le Komintern, la question yougoslave et serbe), Belgrade, 1992.

3 Branko Petranović , Balkanska federacija 1943-1948, Šabac, 1991.

4 R.J. Kerner, H.N. Howard, The Balkan Conferences and the Balkan Entente, 1930-1935, Barkley (CA), 1936 ; Boris Kostov, La Bulgarie et le Pacte balkanique, thèse pour le doctorat, Faculté de droit, Université de Paris, Paris, 1938 ; Cristian Popisteanu, Romania si Antanta Balcanica, Bucaresti, 1968 ; Eliza Campus, Intelegrea Balcanica, Bucaresti, 1972 ; Eliza Campus, The Little Entente and the Balkan Aliance, Bucarest, 1978 ; Živko Avramovski, Balkanska Antanta, Belgrade, 1986

5 Karl W. Deutsch, Political Community and the North Atlantic Area. International Organization in the Light of Historical Experience, Princeton, 1957. Voir aussi : Emanuel Adler, Michael Barnett, Security Communities, Cambridge, 1998.

6 Dusan T. Batakovic, Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, Lausanne, 1994.

7 Mémoire présenté à la Conférence de la Paix à Paris concernant les revendications du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. L’effort militaire dans la guerre 1914-1918, Paris, 1919. Le chiffre de 1 300 000 est présenté dans le Rapport sur les dommages de guerre causés à la Serbie et au Monténégro présenté à la commission des Réparations des dommages, Paris, 1919. Voir aussi : Jean-Pierre Bardet et Jacques Dupâquier, Histoire des populations de l’Europe (1914-1998), III, Paris, Fayard, 1999, p. 80.

8 Stanislav Sretenovic, La France et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, 1918-1929 : des rela­tions inter-étatiques inégales, thèse de doctorat, Institut européen universitaire, Florence, 2006. Voir aussi : Stanislav Sretenović, Francuska i Kraljevina Srba, Hrvata i Slovenaca (La France et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes), Belgrade, 2008.

9 Dimitris Droutzas, « Agenda 2014 : nouvelle feuille de route pour l’accès des Balkans dans l’Union Européenne », Politika, le 18. novembre 2009, p. 14 (en serbe).

10 A. P. Papanastasiou, Vers l’Union balkanique, Paris, Centre européen de la Dotation Carnegie, 1934.

11 Živko Avramovski, Balkanska Antanta, Belgrade, 1986, p. 35.

12 Stanislav Sretenović, Francuska i Kraljevina Srba, Hrvata i Slovenaca, op. cit., p. 195.

13 Трећа балканска конференција, Југословенска национална група за Балканску конференцију, Београд, 1934, p. 6.

14 Ibid., p. 14-15.

15 Živko Avramovski, op. cit., p. 59.

16 Srećko Mihajlov, « Nos identités », Politika, le 17 novembre 2009, p. 15 (en serbe).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stanislav Sretenović, « À la recherche de l’Entente balkanique en Serbie : réflexions historico-politiques sur les années 1930 et 2000 »Anatoli, 1 | 2010, 71-86.

Référence électronique

Stanislav Sretenović, « À la recherche de l’Entente balkanique en Serbie : réflexions historico-politiques sur les années 1930 et 2000 »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.372

Haut de page

Auteur

Stanislav Sretenović

Docteur en histoire et civilisations de l’Institut Européen Universitaire de Florence, chercheur titulaire à l’Institut national d’histoire contemporaine à Belgrade

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search