Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 1. Les enseignements de l’...Une entente balkanique est-elle p...

Partie 1. Les enseignements de l’histoire et de la géographie

Une entente balkanique est-elle possible aujourd’hui ?

Antony Todorov
p. 87-98

Texte intégral

1La commémoration en 2009 du 75e anniversaire de l’Entente balkanique de 1934 pose au moins deux questions importantes. D’abord, pourquoi l’accord de 1934 n’eut pas de suites, fut vite oublié et même peu discuté plus tard ? Et deuxièmement, pourquoi aujourd’hui est-il possible de faire une commémoration à Athènes ? Le sujet principal de ce texte est notamment la recherche des conditions et des prémices pour une entente balkanique aujourd’hui.

  • 1 Les chiffres sont calculés à partir des données de Strategy (http://www.strategypage.com/fyeo/howto (...)

2Tout au long du XXe siècle les Balkans ont acquis en Europe une image plutôt négative : comme une zone de conflits permanents, de gouvernements autoritaires, d’État déchirés par des confrontations fréquentes politiques et ethniques internes. En bref – une zone non fréquentable, pleine de risques et souvent responsable pour le début des grands conflits européens – l’expression « poudrière des Balkans » est toujours en vigueur. Cet héritage est difficile à gérer : l’histoire dans les Balkans pèse beaucoup. Si l’on prend les frontières étatiques actuelles dans la région, on verra vite que seules celles de la Roumanie avec ses voisins balkaniques du Sud tinrent plus de 100 ans, alors que la plupart des autres frontières de la région (entre la Bulgarie, la Grèce, la Turquie, la Serbie, l’Albanie) existent telles quelles depuis moins d’un siècle, sans parler des nouvelles frontières entre les États issus de l’ancienne Fédération yougoslave. Aujourd’hui, les forces armées dans la région représentent presque un million de soldats, ce qui range la région parmi les pays les plus militarisés de l’Europe. Si l’on prend le rapport entre les forces armées actives et la population totale de l’Albanie, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, la Grèce, la Macédoine, la Roumanie, la Serbie et la Turquie, on arrive à un chiffre de 7,42 soldats par 1 000 habitants, alors que le chiffre moyen pour les pays de l’Union européenne, y compris les candidats réels et potentiels, est de 6,87 par 1 000 habitants1. Ces deux données – les frontières relativement récentes et le taux des effectifs militaires – montrent la difficulté pratique d’une entente balkanique aujourd’hui, qui doit surmonter d’énormes obstacles accumulés par l’histoire tourmentée de la région.

3Au XXe siècle les Balkans représentent en effet un mini modèle de l’Europe toute entière : une douzaine de langues parlées, des populations très mélangées, une palette de religions qui coexistent, des régimes politiques différents et qui se succèdent dans l’histoire, des querelles innombrables et des alliances passagères entre les pays de la région. Même pendant la période de la Guerre froide, les Balkans représentaient un modèle d’appartenances stratégiques différentes : il y avait des membres de l’OTAN et du Pacte de Varsovie, ainsi que des pays neutres et non-alignés. Les expériences et les appartenances différentes des pays balkaniques ont pourtant beaucoup de points communs, ce sont aussi des sociétés qui partagent l’idée d’un patrimoine commun : des façons de vivre, de manger, d’habiter, de regarder les étrangers. Un voyageur étranger remarque vite les ressemblances entre les peuples balkaniques dans les us et les coutumes, la nourriture, la musique ou même les apparences physiques. Les Balkans donnent l’image d’une communauté de cousins qui, dans leur histoire, se disputèrent beaucoup sur leur héritage.

4Penser aujourd’hui une entente balkanique n’est pas une chose évidente : pour ne pas tomber dans des illusions utopistes des internationalistes libéraux de la période d’après la Première guerre mondiale, il faut bien comprendre les raisons et les circonstances qui avaient empêché ou empêchent encore une entente stable et durable de tous les pays balkaniques.

  • 2 Cf. parmi les études les plus citées figure celle de Dimitrov I., « La politique bulgare et l’Enten (...)

5L’Entente balkanique de 1934 s’inscrivait dans deux logiques : d’un côté, elle voulait garantir le statu quo territorial, établi après 1918-1922 ; d’un autre côté, elle imposait un ordre international à tous dans la région, mais sans que tous les pays y aient consenti ou participé dans son élaboration. La Bulgarie et l’Albanie, pour des raisons différentes, n’en faisaient pas partie. Dans l’historiographie bulgare, cette entente est appelée « pacte balkanique », parce qu’en bulgare le mot « pacte » a une connotation différente, considérée comme une sorte d’alliance militaire destinée à contenir un adversaire. Dans le cas de l’Entente de 1934, l’adversaire paraît être la Bulgarie2 et l’entente est en effet un acte d’exclusion ; mais en même temps, la Bulgarie prend part active dans les conférences balkaniques de 1929-1933 qui traitent des problèmes divers, économiques, politiques, culturels ou sportifs.

Les obstacles à l’entente balkanique

  • 3 Pour la formulation du concept voir Huntington S., « The Clash of Civilizations », Foreign Affairs, (...)
  • 4 Gossiaux J.-F., Pouvoir ethnique dans le Balkans, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

6L’exclusion d’un acteur régional important peut représenter un des obstacles majeurs dans la conception de n’importe quelle formule de sécurité collective et d’entente régionale. De ce point de vue, l’accord de 1934 est porteur de leçons historiques importantes. Beaucoup plus récemment, lors du conflit autour de Kosovo en 1999, les possibles « axes géopolitiques » dans les Balkans étaient largement discutés en Bulgarie : « l’axe orthodoxe » reliant la Grèce, la Serbie, la Bulgarie et la Russie, et « l’axe islamique » reliant des pays à majorité musulmane comme la Turquie, la Bosnie-Herzégovine et l’Albanie, ou avec une minorité musulmane importante comme la Bulgarie et la Macédoine. Ce débat fut utilisé par les protagonistes du débat politique, qui étaient divisés au sujet des bombardements de l’OTAN contre la Serbie, pour discréditer la partie opposée : ceux qui soutenaient les bombardements étaient qualifiés de partisans de « l’axe islamique » (donc pro-Turquie) ; ceux qui s’opposaient aux bombardements étaient qualifiés de partisans de « l’axe orthodoxe » (donc pro-Russie). De cette opposition émergèrent les vieux spectres de l’histoire – comme si l’on vivait à nouveau en Bulgarie la guerre Russo-turque de 1877-1878 qui permit l’indépendance du pays. Il est évident que penser les relations internationales et les sociétés dans les Balkans dans les termes de ces axes géopolitiques renvoie au champ du « choc des civilisations »3, alors que les sociétés balkaniques sont profondément pluralistes du point de vue culturel, ethnique et religieux. Un second obstacle pour une entente balkanique peut être le problème de la reconnaissance des entités souveraines, apparues ces vingt dernières années après la chute du mur de Berlin, ou bien devenues un grave problème des relations internationales. Il s’agit surtout de cas comme celui de Chypre (dont la partie septentrionale, la République turque du nord de Chypre, n’est reconnue que par la Turquie), le Kosovo qui n’est pas reconnu par tous les pays de l’Union européenne, mais aussi par tous les pays des Balkans, ainsi que la République de Macédoine dont le nom officiel continue d’être l’absurde FYROM (Ancienne République Yougoslave de Macédoine – ARYM) et qui continue de ne pas être reconnue avec son nom constitutionnel par la Grèce. Souvent on donne comme argument explicatif de ces conflits récents dans les Balkans le fait que les élites des pays de la région partagent une conception ethnique et non politique de la nation ; que l’ethnicité est dans les sociétés balkaniques l’élément le plus fort des identités politiques. Jean-François Gossiaux définit « l’ethnicisation du pouvoir », comme le résultat de l’apparition d’une structure du pouvoir entre les envahisseurs / conquérants et les autochtones4. Dans les Balkans tous les pays vécurent une telle situation. Ici tous les peuples prétendent être des autochtones par rapport à ceux qui arrivèrent plus tard. Et en même temps, tous les peuples actuels, à l’exception peut-être des Albanais, vinrent d’ailleurs : les Grecs, les Slaves, les (proto) Bulgares, les Turcs… ; mais il est discutable d’imputer aux élites balkaniques une préférence structurelle pour la nation ethnique (et pas pour la nation politique). En effet, si l’on voit l’exemple des Accords de Dayton sur la Bosnie-Herzégovine, il est bien évident qu’il s’agit là d’une reconnaissance par les États-Unis et l’Union européenne du principe d’États ethniquement purs. Il est vrai que ces accords réussirent à mettre fin à une guerre sanglante, mais ils scellèrent le principe du nettoyage ethnique. Malheureusement, tous les États balkaniques vécurent dans leur histoire plusieurs fois des nettoyages ethniques qui sont en contradiction complète avec la nature pluraliste des sociétés balkaniques. Aujourd’hui les Balkans continuent à être un mélange ethnique et culturel, mais de plus en plus divisé par des frontières étatiques prétendant être aussi des frontières ethniques.

7Un troisième obstacle à une entente balkanique, mais qui peut aussi être transformé en avantage, ce sont les statuts différents des pays balkaniques par rapport à l’OTAN et à l’Union européenne. Il semble que l’intégration de tous les pays des Balkans dans l’OTAN est relativement facile, en accord avec les visions de la plupart des pays membres et la stratégie des États-Unis. Mais sera-t-il suffisant pour espérer une entente ? Vu l’histoire bouleversée des relations bilatérales entre deux alliés de l’OTAN – la Grèce et la Turquie – pendant la Guerre froide, l’adhésion à l’UE n’amène pas automatiquement une entente ; si l’on comprend sous ce terme un état d’esprit plus qu’amical. En ce qui concerne l’intégration à l’Union européenne, cela paraît plus compliqué, surtout pour l’adhésion de la Turquie ; mais le principe de l’Europe « sans frontières » qui se débarrasse des querelles historiques, semble efficace pour une entente balkanique.

8D’un autre côté, une entente balkanique suppose le partage d’une identité balkanique, qui soit importante pour les acteurs régionaux ; mais il faut savoir aussi dans quelle mesure cette identité balkanique aura plus de poids sur les autres identités des États de la région : européenne ou atlantique. Même au niveau du discours, certains acteurs de la région préfèrent parler de l’Europe du Sud-Est, au lieu des Balkans. Pour une entente balkanique, il ne faut pas opposer l’identité balkanique aux projets de l’intégration européenne ou de l’alliance atlantique. Car cela provoquera, comme toujours, une nouvelle compétition des grandes puissances, ou des acteurs importants des relations internationales dans les affaires des Balkans. Cette compétition, comme on le vit dans le passé, joua un rôle désastreux pour l’entente entre les pays balkaniques.

Comment se partager le passé ?

9Un point important et souvent douloureux dans les relations entre les peuples balkaniques est de savoir comment se partager l’histoire. Le passé continue dans les Balkans à être une source de mobilisation politique rapide et souvent violente. Il faut dire que cette question semble beaucoup plus compliquée que l’histoire partagée par la France et l’Allemagne par exemple. Dans les Balkans, il y a plusieurs versions de l’histoire qu’on peut difficilement réduire à deux ou trois, sur lesquelles il serait possible de construire une version consensuelle et acceptable par tout le monde.

  • 5 Lavabre Marie-Claire, « Histoire et mémoire : quelques points de départ » (en bulgare), Sotziologit (...)

10Dans tous les pays balkaniques, il y a une utilisation de l’histoire (écrite) pour recomposer, ajuster, « normaliser » la mémoire collective des nations. Dans son article, Marie-Claire Lavabre distingue l’histoire et la mémoire : « Non parce que l’histoire et la mémoire se distinguent comme le “vrai” et le “faux”, mais parce que la première est dirigée par un intérêt, qui provient de la connaissance, alors que la seconde est motivée par la volonté politique ou la préoccupation pour l’identité et renvoie à l’exemple, aux “leçons de l’histoire” ou au “thème de l’origine” »5.Les débuts des nations balkaniques modernes furent marqués par la composition des premiers textes de l’histoire nationale qui servent essentiellement les objectifs politiques de la lutte pour l’indépendance. Comme le note l’historien allemand Edgar Hösch dans son Histoire des pays balkaniques :

  • 6 Hösch Edgar, Geschihte der Balkanländer, Edition bulgare Ed. LIK, 1998, p. 191.

« L’écriture de l’histoire nationale a un but spécifique. Cette historiographie, avec une partialité pédagogique doit présenter les souvenirs historiques de la grandeur nationale passée comme s’ils sont actuels et parallèlement offrir des arguments historiques nécessaires de la lutte quotidienne pour l’émancipation. »6

  • 7 Ibid., p. 222

11Selon une thèse répandue, qu’on voit aussi dans le livre de Hösch, les nationalismes exacerbés naissent surtout là où la formation des communautés nationales politiques est relativement récente et où les États respectifs ne se sont pas dotés de mythes nationaux crédibles et acceptables par consensus. Hösch insiste sur la nécessité d’une longue et crédible histoire nationale et ethnique qui doit aller jusqu’aux populations autochtones du territoire « naturel »7.On voit bien l’effort incroyable des nations des Balkans pour développer une histoire officielle allant jusqu’aux temps antiques. Comme aux débuts d’une conscience d’appartenance à une communauté nationale dans les pays protestants de l’Europe occidentale, on traduisait la Bible dans les langues nationales ; dans les Balkans paraissent les premiers textes de compilation des histoires nationales. Citons ici quelques noms, comme celui du grec Adamintios Korais (1748-1843), du serbe Jovan Raić (1726-1801) et du bulgare Païsi Hilendarski, qui achève son histoire des Slavo-bulgares en 1762. Sur ces textes s’organise et se structure la mémoire collective. Dès lors, l’historiographie nationale applique la même stratégie – l’histoire écrite a une mission, son objectif doit être le réveil national, la sauvegarde de l’identité nationale.

  • 8 Le titre de l’édition bulgare traduit de l’américain est Balkans, balkanismes. Cf. Todorova M., Ima (...)
  • 9 Todorova, op. cit., p. 434.

12Quand on se pose comme objectif de « sauvegarder l’identité nationale », il faut faire l’effort de bien garder les particularités uniques qui permettent de rester identique à soi-même. Ici prend source le nationalisme moderne qui vise à délimiter un peuple dans son aire historique. Ces efforts pour se délimiter dans les Balkans suggèrent toujours un débat sur les frontières. Les « territoires perdus », les « frontières justes » et « l’unification nationale » font partie de la culture historique et des mémoires nationales de tous les peuples balkaniques. Les stratégies qui tentent de réunir tous les membres d’un groupe ethnique dans un État pouvaient paraître légitimes au XIXe siècle, étant donné l’époque et l’esprit dominant. Mais l’historiographie des pays balkaniques, ancienne ou nouvelle, ne cesse de les présenter comme des objectifs éternels qui ont existé même au Moyen Âge. Ce retour plus récent à l’idée nationale fait tout de suite revivre des stratégies ethnocentriques. Dans un ouvrage intitulé Imagining the Balkans8, l’historienne Maria Todorova note que dans les pays balkaniques « l’idée nationale est fondée essentiellement sur l’appartenance ethnique à un noyau linguistique fort »9. C’est parce que tous les pays balkaniques avant l’indépendance faisaient partie de l’Empire ottoman ou lui étaient assujettis. L’Empire, même s’il était fortement marqué par une identité musulmane et turque, restait, dans sa politique et ses institutions, supranational.

13Les nouvelles nations naissent au début avec une revendication culturelle : le droit d’utiliser une langue spécifique, l’autonomie religieuse, et l’établissement d’un système autogestionnaire d’enseignement public. Ces éléments deviennent les trois piliers des nations balkaniques : la langue nationale (ethné), l’église nationale (ecclésia) et l’école nationale (schola) – les trois institutions de la nation qui, dans le cas des Balkans, précèdent l’apparition de l’État moderne, centralisateur et uniformisateur. En Europe occidentale, l’histoire se passe autrement. Dans ces pays, apparaît en premier un État moderne centralisé qui devient le facteur décisif pour la formation de la communauté nationale par une démarche unificatrice. En Amérique du Nord, au début on voit apparaître les institutions de la démocratie moderne qui précèdent l’État centralisé et la communauté nationale ; aux États-Unis, l’État s’établit après la Guerre de Sécession. Après l’acquisition de l’indépendance, ces États balkaniques appliquent les mêmes procédés que les États européens de l’époque absolutiste pour homogénéiser les sociétés par un système unique d’enseignement public, de fiscalité, de bureaucratie, mais aucun des pays balkaniques n’atteint le caractère de l’État-nation européen rêvé au XIXe siècle – c’est-à-dire, l’homogénéité ethnique et religieuse. L’idéal de la Nation ethniquemenent « pure » resta longtemps en vigueur dans les Balkans ; mais la question est de savoir si c’est vraiment une spécificité balkanique, dont le reste de l’Europe a été épargné. Des études plus générales montrent que le poids de l’optique ethno-nationale est historiquement important en Europe centrale et orientale. Dans son ouvrage Histoire des idées politiques de l’Europe centrale, Joanna Nowicki souligne :

  • 10 Delsol Ch., Maslowski, M. (dir.), Histoire des idées politiques de l’Europe centrale, Paris, Presse (...)

« De manière générale, ce qui se dégage comme principales caractéristiques des courants centre-est européens de l’époque contemporaine..., c’est : le lien de la pensée politique et du questionnement sur l’identité collective, la spécificité du sentiment national, le rôle particulier de l’intelligentzia et la présence dans la pensée politique de la référence spirituelle. »10

  • 11 Ibid., p. 389.

14On peut ne pas être d’accord avec toute la liste des caractéristiques, mais il semble bien fondé d’évoquer le rôle du sentiment national et de l’identité collective. Ce qui est important, c’est que Joanna Nowicki mette l’accent sur le lien de cette identité collective avec l’État. « La question de l’identité, poursuit-elle, revient constamment dans la réflexion politique des peuples situés entre l’Allemagne et la Russie, périodiquement dépossédés de leurs États indépendants... ou contraints à vivre dans un espace réduit par rapport au passé. »11

15L’identité nationale dans chacun des pays balkaniques est assez incertaine, toujours recherchée, souvent façonnée suivant les régimes politiques. Généralement, dans ces sociétés manque un consensus profond sur l’identité nationale. Derrière ce qui paraît être une conception consensuelle de l’identité nationale, il y a une construction identitaire à partir de la vision d’un groupe, d’une partie de la communauté nationale. En dépit des efforts d’uniformisation et d’homogénéisation, effectués par les États balkaniques ces cent cinquante dernières années, les sociétés balkaniques restent profondément hétérogènes et composites. Les différents groupes sociaux ont chacun leur mémoire collective qui ne coïncide pas toujours avec ce qui est représenté comme mémoire nationale. Il n’existe point de mémoire unique de la nation, mais plusieurs mémoires, parfois concurrentes, y compris les mémoires des minorités ethniques et religieuses et les mythes nationaux. S’il y a une telle coïncidence, elle comprendra l’idée œcuménique (hellénique, romaine, byzantine, ottomane), le souvenir transmis ou reconstitué de l’œkoumène impérial, ce qui n’est pas le cas dans aucune des nations balkaniques modernes.

16De cette manière, la mémoire nationale résulte de la valorisation d’une des mémoires collectives comme mémoire légitime de l’entité nationale. Et ce n’est pas nécessairement la mémoire collective de l’ethnie dominante qui est, elle aussi, assez plurielle. Évidemment cette mémoire nationale ne peut pas négliger les éléments-clés de la mémoire collective de l’ethnie majoritaire. Mais la seconde est également, construite de la même manière – en imposant une des mémoires collectives comme mémoire de référence commune.

17La spécificité sociopolitique essentielle des Balkans consiste dans le fait que l’État moderne s’est établi récemment, il y a cent cinquante ans, alors que cette nouvelle institution a commencé à transformer et à façonner les sociétés occidentales depuis cinq cents ans. Pour cette raison, la légitimation des institutions de l’État moderne dans les Balkans qui succèdent aux institutions non-étatiques des communautés nationales (la culture, la langue normative, la littérature, l’écriture utilisée, l’histoire composée), reste inachevée. Ainsi, tout régime politique nouveau dans les Balkans est obligé de reconstruire la légitimité de l’État, en la fondant sur le rapport à l’extérieur, sur une identité nationale. Puisqu’il n’existe pas d’identité commune se basant sur une mémoire nationale partagée avec un consensus, tout nouveau régime politique effectue un travail important sur la mémoire. Il cherche à légitimer comme nationale la mémoire collective de son groupe, cherche à l’imposer comme un fait consensuel.

18Après l’accès à l’indépendance, les nouvelles élites politiques, issues largement des groupes les plus actifs des mouvements de libération nationale, imposent leur mémoire collective comme mémoire nationale. En lisant les histoires nationales des pays balkaniques, on trouve toujours un récit commun – celui d’un mouvement de la nation entière, qui s’oppose à la domination étrangère et se lance courageusement dans une révolution nationale. Une partie assez restreinte de la communauté nationale prend part à ces événements ; mais le récit, en formant la mémoire collective de la nation, s’abstient de mentionner ce fait évident. Le manque d’autres fondements plus solides (économiques, politiques) de la solidarité collective de la nation est compensé par l’élaboration d’une mémoire collective, qui motive cette solidarité. Pour comprendre comment le public assume ou emprunte cette mémoire, qui ne coïncide pas nécessairement avec la sienne, il faut se référer à Maurice Halbwachs.

19Dans son livre La mémoire collective il explique :

  • 12 Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 70.

« Un courant de pensée sociale est d’ordinaire aussi invisible que l’atmosphère que nous respirons. On ne connaît son existence que quand on lui résiste, mais un enfant qui appelle les siens et qui a besoin de leur aide, ne leur résiste pas. »12

20Derrière l’idée qu’il existe une différence fondamentale entre la conception occidentale de la nation politique et la conception orientale de la nation ethnique, il est facile de trouver un certain fatalisme. Au contraire, les quatre siècles « d’offensive d’homogénéisation », réalisée entre le XVe et le XVIIIe siècle par les États modernes de l’Europe occidentale, pour reprendre l’expression de Maria Todorova, nous permettent de « reconsidérer avec succès » une telle thèse. Il suffit de rappeler quelques événements des débuts de l’histoire moderne de l’Occident, tels que la reconquête espagnole, l’expulsion de Juifs de l’Angleterre et les guerres religieuses en France et en Allemagne. Quand on constate une ressemblance entre ce qui se passe à présent dans les Balkans et ces épisodes de l’histoire de l’Europe occidentale, on peut conclure, que le problème consiste dans l’instauration tardive d’un État moderne de type européen dans les sociétés balkaniques.

  • 13 Ce terme est ambigu. Michel Maslowski note que le livre de Czeslaw Milosz Rodzinna Europ est tradui (...)

21L’explication de cette observation ne peut pas être réduite aux seules « spécificités des sociétés balkaniques », car ce qui est présenté d’habitude comme « balkanisme » peut être retrouvé ailleurs aussi. Il y a aussi des raisons d’ordre géopolitique qui ne permettent pas aux États balkaniques de trouver une légitimation non ethno-nationale, mais politico-nationale de leurs institutions. Souvent ce genre de discours qui comporte deux conceptions de la nation en Europe, oppose « l’Europe civilisée » aux « autres », l’Europe de la démocratie et des droits de l’homme, à « l’autre Europe »13, celle du chaos, de l’incertitude, des guerres ethniques. Ici il convient de revenir sur la réflexion de Joanna Nowicki, qui tout en rejetant la thèse traditionnelle de l’opposition entre la nation occidentale politique et la nation orientale ethnique, traditionaliste, romantique et autoritaire, souligne :

  • 14 Delsol Ch. et Maslowski M., op. cit., p. 370-371.

« Le clivage entre les courants traditionalistes, insistant sur les valeurs autochtones et les courants “européanistes” (issus des idéaux universalistes), insistant sur le lien avec l’Occident, fait partie de la culture politique de la région ».14

22La question est de savoir si une élite politique et intellectuelle qui, dans les pays balkaniques, partage ces préoccupations, sera en mesure d’accéder aux positions nécessaires pour activer et légitimer comme nationale une mémoire, minoritaire pour le moment, d’un œcuménisme balkanique non impérial.

23Est-on capable dans les Balkans de réaliser un projet d’histoire commune, comme les Français et les Allemands le firent récemment ? Pourra-t-on imaginer de décrire l’héritage byzantin et ottoman non pas comme « national », mais comme commun ? Il y a tellement de stéréotypes et d’idées reçues à ce sujet, qu’un effort considérable semble nécessaire de la part des intellectuels balkaniques pour éduquer les élites et un large public. Dans les Balkans tout le monde se disputait tout au long de l’histoire avec tout le monde (et la Bulgarie a eu l’occasion de se disputer avec tous ses voisins, mais la société bulgare contemporaine semble bien avoir retenu la leçon).

Conclusion

  • 15 Cf. Moravcsik A., «Taking Preferences Seriously. A Liberal Theory of International Politics», Inter (...)
  • 16 Cf. Wendt Alexander, Social Theory of International Politics, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 17 Cf. Batistella D., Théories des relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. (...)

24Une entente balkanique semble aujourd’hui possible à condition de tirer les leçons des tentatives identiques qui ont échoué. Dans cette réflexion deux perspectives méthodologiques semblent utiles pour concevoir un tel projet : l’approche intergouvernementaliste libérale de l’Américain Andrew Moravcsik15 et l’approche constructiviste de l’Allemand Alexander Wendt16 sur une nouvelle identité balkanique. Dans l’approche de Moravcsik, l’État n’est qu’une simple courroie de la société civile dans les relations internationales17. L’entente balkanique ne peut pas se faire uniquement par les gouvernements, qui sont souvent influencés par les idées dominantes de l’opinion publique. Un tel projet doit impliquer nécessairement les acteurs des sociétés civiles des pays balkaniques d’où peuvent venir les pressions efficaces sur les instances publiques.

  • 18 Ibid., p. 282.

25Dans la perspective constructiviste d’Alexander Wendt, il est important de s’interroger sur les raisons qui produisirent cette image des Balkans en Europe et dans le monde – une région instable, risquée, conflictuelle, voire agressive et violente. En suivant la méthode de Wendt, nous devons nous intéresser à « la construction sociale des États au niveau du système international »18, à l’identité des États balkaniques comme résultat d’un long processus de construction sociale dans l’environnement de la société internationale. Une entente balkanique peut se faire à travers un effort commun pour promouvoir une nouvelle identité des États balkaniques, qui soit basée sur des principes innés des Balkans, mais qui, pour différentes raisons, n’arrivent pas souvent à se manifester : le multiculturalisme, la culture de la tolérance et la connaissance et le respect de l’autre. Intégrer l’altérité comme élément constitutif de sa propre identité semble une perspective acceptable pour une Pax Balkanica, donc, pour une entente balkanique.

Haut de page

Notes

1 Les chiffres sont calculés à partir des données de Strategy (http://www.strategypage.com/fyeo/howto­makewar/databases/armies/e.asp), de Wikipedia en anglais, qui se réfère à plusieurs études du Center for international and strategic studies (http://csis.org/) et aux sources nationales (http://en.wikipedia.org/wiki/Military_of_the_European_Union#Size_of_European_militaries).

2 Cf. parmi les études les plus citées figure celle de Dimitrov I., « La politique bulgare et l’Entente balka­nique Fin 1935 – début 1936 », Studia balcanica, n°. 9, 1975, p. 111-121.

3 Pour la formulation du concept voir Huntington S., « The Clash of Civilizations », Foreign Affairs, 1993.

4 Gossiaux J.-F., Pouvoir ethnique dans le Balkans, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

5 Lavabre Marie-Claire, « Histoire et mémoire : quelques points de départ » (en bulgare), Sotziologitcheski problemi, 1998, n° 3-4, éditions de l’Institut de sociologie de l’Académie bulgare des sciences, p. 9.

6 Hösch Edgar, Geschihte der Balkanländer, Edition bulgare Ed. LIK, 1998, p. 191.

7 Ibid., p. 222

8 Le titre de l’édition bulgare traduit de l’américain est Balkans, balkanismes. Cf. Todorova M., Imagining the Balkans, Oxford University Press, 1997.

9 Todorova, op. cit., p. 434.

10 Delsol Ch., Maslowski, M. (dir.), Histoire des idées politiques de l’Europe centrale, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 368.

11 Ibid., p. 389.

12 Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 70.

13 Ce terme est ambigu. Michel Maslowski note que le livre de Czeslaw Milosz Rodzinna Europ est traduit en français comme L’Autre Europe, alors que le titre signifie « Notre Europe » ou « L’Europe fami­lière ». Cf. Delsol Ch. et Maslowski M. (dir.), Histoire des idées politiques de l’Europe centrale, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 590.

14 Delsol Ch. et Maslowski M., op. cit., p. 370-371.

15 Cf. Moravcsik A., «Taking Preferences Seriously. A Liberal Theory of International Politics», International organization, Vol. 51, No. 4 (Autumn, 1997), p. 513-553.

16 Cf. Wendt Alexander, Social Theory of International Politics, Cambridge, Cambridge University Press. 1999.

17 Cf. Batistella D., Théories des relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 163.

18 Ibid., p. 282.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antony Todorov, « Une entente balkanique est-elle possible aujourd’hui ? »Anatoli, 1 | 2010, 87-98.

Référence électronique

Antony Todorov, « Une entente balkanique est-elle possible aujourd’hui ? »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.374

Haut de page

Auteur

Antony Todorov

Professeur de science politique à la Nouvelle Université bulgare à Sofia

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search