Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 2. Intégration européenne,...La coopération régionale en Europ...

Partie 2. Intégration européenne, intégration régionale

La coopération régionale en Europe du Sud-Est. De l’intervention à la surveillance internationale

Tanja Tamminen
p. 133-144

Texte intégral

  • 1 Anastasakis, O., « Towards regional coopération in the Balkans : An assessement of the EU Approach (...)

1Dans les années 1990, l’exemple de l’intégration européenne après la Seconde Guerre mondiale est souvent proposé comme un modèle pour surmonter les disputes régionales en Europe du Sud-Est. Comme le souligne Othon Anastasakis « durant la période postcommuniste, la communauté internationale met en avant l’objectif de la coopération régionale pour l’Europe du Sud-Est comme méthode principale pour faire des Balkans une communauté régionale moins dangereuse et “européanisée”1. »

2Une multitude d’initiatives

  • 2 Lopandic, D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, Belgrade, European Movement in Serbia, (...)

3À l’initiative de l’Italie, l’Initiative centrale-européenne (Central European Initiative, CEI) est établie en novembre 1989 lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères d’Italie, d’Autriche, de Hongrie et de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Son idée originelle était de soutenir l’intégration de la Hongrie et de la République fédérale socialiste de Yougoslavie aux structures économiques européennes ; plus tard, cet objectif fut étendu aux autres pays d’Europe centrale, orientale et du Sud-Est. La Coopération Economique de la Mer Noire ou, en anglais, the Black Sea Economic Cooperation (BSEC) est une zone de coopération établie en 1992, à l’initiative de la Turquie, pour créer un environnement stable pour la coopération économique. La BSEC a la réputation d’être un forum actif de négociations multilatérales. Sa convention cadre est signée en 1998, ce qui lui confère le statut d’organisation internationale avec une identité juridique internationale2.

  • 3 Vukadinovic, N., « Les enjeux de la stabilisation et de la reconstruction des Balkans », Politique (...)
  • 4 Cf. les pages internet du Royaumont processus sur http://www.idis.gr/royaumont/index.html.
  • 5 Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, op. cit. p. 29.
  • 6 Ibid., p. 123.

4Une nouvelle vague d’initiatives régionales se met en place après l’éclatement de la Yougoslavie afin d’apporter des réponses aux problèmes balkaniques3. Parallèlement à la signature des traités de paix de Dayton et de Paris en 1995, près de Paris à l’Abbaye de Royaumont, une déclaration est signée afin de lancer un processus de coopération régionale en soutien à la mise en œuvre de ces traités. À l’initiative de l’Union européenne, ce Processus de Royaumont rassemble les États de la région ainsi que les États-Unis, la Russie, le Conseil de l’Europe et l’OSCE, en vue de traiter la dimension politique de la crise et de favoriser le développement de la société civile et de la démocratie dans la région balkanique4. Ce processus de Royaumont devait constituer un cadre complet de coopération. Or l’année suivante, les Américains lancent l’Initiative de coopération pour l’Europe du Sud-Est (Southeast European Cooperation Initiative, SECI), une initiative de coopération régionale comportant le même type d’activités que le processus de Royaumont. Ces deux projets assez pragmatiques manquent d’un budget spécifique pour leur financement5. Face à la SECI, le Processus Royaumont a moins de succès et a un profil politique très bas, remarque Dusko Lopandic6.

  • 7 Ibid., p. 94.

5Nous pouvons également mentionner l’Accord multilatéral de libre-échange en Europe centrale (CEFTA), créé en 1992, comme volet économique du groupe de Visegrad (la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Pologne). À l’origine, le CEFTA n’est pas prévu pour les pays de l’Europe du Sud-Est. En 1995, au Sommet de Brno, des critères d’élargissement du CEFTA sont cependant décidés : 1) Il faut être membre de l’Organisation mondiale du commerce ; 2) Il faut avoir un traité d’association avec l’Union Européenne ; et 3) Il faut conclure un accord bilatéral de libre échange avec chaque membre du CEFTA. La Slovénie entre dans l’association en 1996, la Roumanie en 1997 et la Bulgarie en 19997. Un débat est engagé sur la création d’une éventuelle BEFTA (Balkan Free Trade Association), suivant l’exemple du CEFTA.

  • 8 Minic J., « Forewod » dans Dusko Lopandic, Regional Initiatives in South Eastern Europe, Belgrade, (...)

6Toutes ces initiatives sont plus ou moins imposées par l’extérieur. La région de l’Europe du Sud-Est devient à la place d’un « policy maker » un « policy taker » comme l’affirme Jelica Minic8.

  • 9 Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, op. cit., p. 103-104.
  • 10 Ibid., p. 106
  • 11 Ibid., p. 116
  • 12 Ibid., p. 31
  • 13 Minic J., « Summary and recommendations of the Conference », dans Dusko LOPANDIC, Regional Cooperat (...)

7En 1992, la Bulgarie avait proposé un « Forum international » pour faire revivre les réunions régionales des années 1980, mais c’est seulement après les accords de Dayton qu’il est possible de mettre en place une initiative de coopération régionale « autochtone », initiée par un pays de la région : la Conférence pour la Stabilité, la Sécurité et la Coopération des pays de l’Europe du Sud-Est (CSSC) sera ensuite connue sous le nom du Processus de Coopération en Europe du Sud-Est (South East European Cooperation Process, SEECP)9. Il comprend quatre volets de coopération : le domaine politique, économique, la coopération humanitaire et les droits de l’homme ainsi que les affaires internes (par exemple, lutte contre le trafic aussi bien que libéralisation du régime de visas)10. Depuis sa création, le SEECP est avant tout considéré comme un forum politique de discussion de haut niveau11. D’ailleurs, les instruments de travail de toutes ces initiatives sont avant tout politiques, que ce soit : « les conclusions » ou « les déclarations » des réunions de haut niveau, ou bien encore des Sommets régionaux. Ce grand discours politique est ensuite mis en œuvre au travers de « plans d’action » et de « programmes » plus ou moins tangibles. Les activités se déclinent, la plupart du temps, en « meetings, conférences, séminaires d’experts, ateliers de travail et autres formes d’échange d’expertise »12. Elles se soldent, à un moindre degré, par des projets précis13.

  • 14 Anastasakis O., « Towards regional coopération in the Balkans », op. cit., p. 25-38.
  • 15 Ibid.

8Dans la région, malgré les discours politiques dominants favorables à la consolidation de la coopération régionale et des bonnes relations de voisinage (deux critères explicites sur la route vers l’Union européenne) et en dépit de la multitude de rencontres, conférences et meetings régionaux à de nombreuses échelles gouvernementales, la coopération reste en pratique modeste pendant un certain nombre d’années. Plusieurs explications peuvent intervenir. Selon Othon Anastasakis, les perceptions externes sur la région ont longtemps défini les besoins de coopération, ainsi que la forme de ces initiatives. La peur que les conflits de la région aient des répercussions négatives sur le reste de l’Europe a induit une certaine perception de la forme de la coopération nécessaire14, mais ce n’est pas nécessairement la configuration la plus appropriée. En effet, cette « normalisation » de la région par des initiatives très prescriptives déterminées par des acteurs externes se base sur une idée préétablie de ce que devrait être la coopération, comme le remarque Anastasakis, et ne prête pas suffisamment attention à la recherche de réponses pratiques qui permettraient de contourner les obstacles auxquels cette coopération se heurte15.

  • 16 Minic J., « Summary and recommendations of the Conference », op. cit., p. 12-13.

9En 2001, Jelica Minic note que beaucoup de projets financés dans ces cadres sont influencés, sinon complètement définis, par les donateurs ou les structures administratives des initiatives régionales, et non pas par les représentants des pays de la région. De plus, les structures de ces cadres régionaux sont compliquées et n’ont pas de financement propre16.

  • 17 Minic J., « Foreword », op. cit., p. 13.
  • 18 Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, op. cit., p. 24.

10Outre la lenteur et les difficultés, nous pourrions énumérer plusieurs autres raisons à l’inefficacité et l’inefficience de la coopération régionale dans les Balkans : le sous-développement économique, les tensions sociales, les difficultés liées à la transition du régime communiste, les différences culturelles, ethniques et confessionnelles17, y compris les disputes régionales comme les conflits concernant les minorités nationales. De plus, la région manque de savoir-faire en matière de coopération multilatérale ; elle manque de ressources nécessaires ; elle souffre de sa position périphérique par rapport aux centres d’intégration européenne ; les différences entre intérêts politiques et l’existence de gouvernements nationalistes et populistes sont autant d’explications qui ne sont pas exhaustives18.

La coopération régionale en Europe du Sud-Est

La coopération régionale en Europe du Sud-Est
  • 19 Kotios A., “European Policies for Regional and Cross Border Economic Cooperation in Southeast Europ (...)

11Les initiatives mentionnées ne portent pas sur des projets d’intégration régionale cohérents ni sur des objectifs clairs, concrets et à long terme19. Une véritable responsabilisation des pays de la région a fait défaut. De plus, la plupart de ces initiatives, soit ne couvrent pas toute la région, soit pas tous les domaines économiques et politiques. Cette cartographie aux multiples frontières de coopération, aux multiples appartenances, illustre l’incohérence des approches. Ayant des programmes de travail similaires, ces initiatives ne construisent pas une région – mais une multiplicité de régions de coopération se chevauchant les unes les autres.

  • 20 Paasi A., Territories, Boundaries and Consciousness: The Changing Geographies of the Finnish-Russia (...)
  • 21 ČAšULE S., «The Current Situation in Macedonia and in the Region of Southeast Europe», Südosteu­rop (...)

12Il faut souligner au niveau plus conceptuel que les difficultés au sujet de la coopération régionale en Europe du Sud-Est sont aussi liées aux définitions contradictoires des concepts de région et de régionalisme. L’institutionnalisation de la coopération régionale est un processus de construction d’une région. Une lutte politique s’engage sur les significations particulières données à la région en construction. Comment définir l’Europe du Sud-Est où les Balkans sont une question identitaire et politique difficile. Toutes les régions sont des idées géographiques institutionnalisées, qui sont toujours conceptuelles et contextuelles et très souvent politiquement contestées20. Dans les années 1990 – spécialement avant la mise en place du Processus de la Stabilisation et d’Association de l’Union européenne – certains pays de la région ont exprimé leur crainte que l’intégration régionale puisse en effet entraver le processus d’intégration à l’Union européenne des pays plus avancés de la région et entraîner la région dans un isolement encore plus profond21.

  • 22 van Meurs W., «The Stability Pact beyond EU Enlargement », dans Dusko Lopandic (dir.), Regional coo (...)

13La raison d’être d’un cadre coopératif pourrait être un projet identitaire partagé. Or, les Balkans peuvent être considérés comme une création artificielle. Les pays de la région ne se caractérisent pas comme « balkaniques », de la même manière que les pays de la région de la mer Baltique s’identifient au mot « baltique » et construisent sur la base de cette appartenance des priorités politiques communes22. Les États de la région partagent naturellement leur péninsule, des expériences historiques conjointes et une culture populaire similaire. Les problèmes communs qu’ils connaissent en termes de transition politique, de sous-développement, de pollution, souvent dus aux régimes communistes, au crime organisé et à l’insécurité forment aussi une base solide pour la coopération : il faut trouver des solutions collectives, préparer des actions collectives. Le langage acceptable par tous sur un projet commun n’est pourtant pas un projet « balkanique », mais européen, comme le soulignent souvent les dirigeants de la région.

14En janvier 1999, l’Allemagne succède à l’Autriche à la tête du Conseil de l’Union européenne et place les Balkans comme une de ses priorités, proposant aux pays de la région une perspective de long terme concernant leur intégration euro-atlantique. En effet, l’échec de la Conférence de Rambouillet, lors de la crise du Kosovo, et l’intervention de l’OTAN au printemps 1999 avaient de nouveau démontré le besoin urgent d’une nouvelle politique vis-à-vis de cette région. L’Union européenne donne enfin corps à une nouvelle approche. D’une part, elle propose à la communauté internationale la création d’un Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est et ; d’autre part, elle définit sa propre politique à l’égard de la région à travers le Processus de Stabilisation et d’Association.

  • 23 Cf. André R., Le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est : premier bilan et perspectives, Rappo (...)
  • 24 Pacte de Stabilité en ligne sur http:// www.stabilitypact.org

15Le projet du Pacte est adopté à la Conférence de Cologne le 10 juin. En juillet 1999, à la Conférence des chefs d’État et de gouvernement qui se tient à Sarajevo, le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, une approche globale pour la région est officiellement créée23. Le document liminaire propose un certain nombre d’objectifs ambitieux, mais le Pacte reste un processus qui ne comporte pas de date limite alors qu’il est considéré comme une organisation temporaire. D’autres initiatives régionales comme l’Initiative pour l’Europe centrale (CEI), l’Initiative de coopération pour l’Europe du Sud-Est (SECI) et le Processus de Coopération en Europe du Sud-Est (SEECP) sont intégrées dans le Pacte24.

  • 25 André R., Le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, op. cit., p. 37.
  • 26 Kotios A., op. cit., p. 163.

16Le Pacte lui-même ne dispose que d’une structure légère de coordination de quarante fonctionnaires internationaux basés à Bruxelles et il est doté d’un budget de fonctionnement de 2,4 millions d’euros25. L’Union européenne joue un rôle moteur dans le Pacte de Stabilité puisqu’il en désigne le coordonnateur spécial. L’Union européenne et la Banque Mondiale organisent ensemble la conférence de donateurs et l’UE prend en charge le financement du budget de fonctionnement du Pacte. Les pays de la région s’engagent à promouvoir et à intensifier la coopération régionale. Il faut pourtant rappeler qu’à cause d’un manque de fonds significatifs, le Pacte de Stabilité ne parvient pas à mettre en œuvre toutes les initiatives ambitieuses mises en avant dans le texte inaugural26.

La responsabilisation régionale

17Malgré un certain nombre de résultats positifs du Pacte, il devient clair que la coopération régionale ne pouvait pas être imposée par l’extérieur ; elle doit découler d’un processus interne à la région. En effet, la teneur et la durabilité des projets de coopération initiés dans le cadre du Pacte exigent une appropriation par les gouvernements et les populations de la région.

18Ainsi, au printemps 2005, lors des séances biannuelles des « Tables de travail » du Pacte de stabilité, la responsabilité des pays de la région, membres de la coopération régionale, la responsabilisation locale (local ownership) est à l’ordre du jour. La responsabilisation de la région se veut basée sur des solutions durables pour soutenir les secrétariats déjà en place dans la région comme le Centre Régional pour Combattre la Criminalité Transfrontalière (SECI à Bucarest) et le Centre pour la coopération pour la sécurité (Regional Arms Control Verification and Implementation Assistance Centre RACVIAC à Zagreb). Dans de nombreux cas, cependant, la planification et la direction des projets de coopération initiés au sein du Pacte sont toujours dans les mains des acteurs internationaux.

  • 27 Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Senior Review Group on the Stability Pact for South Ea (...)

19En 2005, le coordonnateur spécial, Erhard Busek, désigne un groupe d’évaluation (Senior Review Group) qui doit écrire des recommandations sur les futures priorités du Pacte de Stabilité, spécialement sur les moyens d’améliorer la responsabilisation régionale (« ways to enhance regional ownership »). Ce groupe est présidé par l’Ambassadeur finlandais Alpo Rusi27. Le groupe partage l’idée répandue que le Processus de Coopération en Europe du Sud-Est (SEECP) constituerait le meilleur cadre dans la région pour s’occuper de la coopération régionale (jusqu’alors coordonnée par le Pacte). Or, pour les pays de la région, l’inquiétude la plus grande a pour origine l’argent (et les capacités administratives dans la région). Le Pacte de Stabilité avait jusqu’alors son siège à Bruxelles et beaucoup de ses employés étaient des ressortissants des pays membres de l’Union européenne. Qui financera les nouvelles structures ? Le SEECP aurait aussi besoin d’un Secrétariat. Jusqu’alors, comme un forum politique, il avait fonctionné au travers de présidences tournantes.

  • 28 Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Senior Review Group on the Stability Pact for South Ea (...)
  • 29 Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est. Chairmans’s Conclusions of the Regional Table of the S (...)

20En mars 2006, le groupe finalise son rapport.Prenant en compte ses recommandations, la Commission et le Pacte préparent une proposition concrète dans le sens d’une clôture du Pacte et du transfert de ces activités à la région. Le Pacte de Stabilité, en commun avec la Commission, propose la création d’un Conseil Régional de Coopération (Regional Co-operation Council, RCC). Ce Conseil prendra la responsabilité des activités de la Table régionale du Pacte28. Le financement des nouvelles structures est partagé entre les pays de la région, la Commission européenne et les pays donateurs29. Enfin, le 28 février 2008, le SEECP avec le RCC et son Secrétaire Général prennent le relais du Pacte de Stabilité et son coordonnateur spécial.

  • 30 Cf. par exemple Dieckhoff A. et Jaffrelot C., « De l’État-nation au post-nationalisme ? », dans Mar (...)

21Simultanément à la réforme du Pacte, un autre grand débat continue, celui de la libéralisation du marché régional. Depuis milieu des années 1990, l’instauration d’un marché libre régional est considérée par l’extérieur comme nécessaire pour garantir les investissements étrangers et la croissance économique30. Or, les idées sur l’institution éventuelle d’une « BEFTA », une zone de libre-échange balkanique, sont longtemps perçues avec méfiance dans la région – en raison notamment des conséquences identitaires qu’elles pourraient impliquer. La Croatie, par exemple, regarde plutôt vers l’Europe centrale et n’a aucune envie de se lier à une nouvelle institution « balkanique ». Étant donné qu’un accord régional est considéré comme trop difficile à obtenir, des accords de libre-échange bilatéraux sont peu à peu signés entre les pays de l’Europe du Sud-Est sous la tutelle du Pacte de Stabilité. Enfin, en juin 2005, les ministres de commerce et d’investissement de la région reconnaissent qu’un accord régional est nécessaire pour aboutir à un marché libre. La question débattue est de savoir si on va élargir le vieil l’Accord central-européen de Libre-échange – CEFTA – (qui a perdu le plus grand nombre de ces pays membres lors de leur entrée dans l’UE en 2004 – seules la Croatie, la Bulgarie et la Roumanie sont restées membres en 2005), ou préparer un nouvel Accord.

  • 31 Agreement on amendement of and accession to the Central European Free Trade Agreement, texte intégr (...)

22La Croatie préfère élargir le CEFTA pour ne pas créer une région à part, l’expérience du CEFTA étant une préparation à l’adhésion à l’UE. Or, l’élargissement du CEFTA est d’abord considéré comme techniquement difficile : comme nous l’avons vu, selon les critères d’adhésion au CEFTA, le pays doit être membre de l’Organisation mondiale du commerce et entretenir des relations contractuelles avec l’Union Européenne. Tous les pays des Balkans occidentaux ne remplissent pas ces critères. Sous la pression politique, c’est cette formule cependant qui est retenue. Après avoir réglé les problèmes techniques, les négociations commencent sous les auspices du Pacte de Stabilité et sous la tutelle de la Commission européenne au début de l’année 2006. La responsabilisation régionale est mise en avant, mais pourtant les négociations se déroulent sous la tutelle des internationaux. L’Union européenne n’est pas signataire de l’accord, mais une sorte de « parrain ». Le 19 décembre 2006 au Sommet de Bucarest, l’accord est non seulement reformé, mais les nouveaux membres entrent dans l’accord (la Bulgarie et la Roumanie le quitteront le 1er janvier 2007 lors de leur adhésion à l’UE). Le préambule de l’accord souligne l’héritage historique du CEFTA comme soutien au processus d’adhésion à l’Union européenne31.

Conclusions

23Après la reforme du CEFTA et la création du Conseil Régional de Coopération, la région rentre dans une phase nouvelle de coopération régionale. L’intervention internationale – mais en même temps aussi le financement international – diminue et les pays de la région doivent prendre de plus en plus de responsabilités même financières des organisations régionales. Le Conseil Régional de Coopération lance un nombre de projets concrets de coopération après sa création. Si les organisations internationales et les pays donateurs s’inquiètent actuellement pour la cohérence de tous ces projets et appellent au streamlining des multiples réseaux de coopération soutenues par le RCC, l’inquiétude dans la région se concentre sur le financement de la coopération : les donations diminuent et la Commission européenne se demande si elle va continuer à financer le budget global du Conseil ou bien rediriger des fonds aux projets concrets lancés par le Conseil Régional de Coopération. Il est prévu qu’un jour les pays de la région prendront la responsabilité totale du financement. Ces deux défis caractérisent les débats actuels sur la coopération régionale maintenant complètement prise en charge par les pays de la région, mais toujours surveillée par un nombre d’acteurs internationaux dont l’Union européenne.

Haut de page

Bibliographie

Anastasakis O., « Towards regional coopération in the Balkans: An assessement of the EU Approach », dans Dusko LOPANDIC, Regional Cooperation in South Eastern Europe: The Effects of Regional Initiatives (conference proceedings), Belgrade, European Movement of Serbia, 2002.

André R., Le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est : premier bilan et perspectives, Rapport d’information n° 3644 déposé par la Délégation de l’Assemblée nationale pour l’Union européenne le 20 février 2002.

Čašule S., « The Current Situation in Macedonia and in the Region of Southeast Europe », Südosteuropa Mitteilungen, vol. 42, n° 3, 2002.

CEFTA (Central European Free Trade Area), site officiel, http://www.cefta.int/ [lu le 23 novembre 2009].

CEFTA, Agreement on amendement of and accession to the Central European Free Trade Agreement, texte intégral de l’accord, Bucarest, 19 décembre 2006.

Dieckhoff A. et Jaffrelot C., « De l’État-nation au post-nationalisme ? » dans Marie-Claude Smouts (dir.), Les nouvelles relations internationales : pratiques et théories, Paris, Presses de Sciences Po, 1998.

Kotios A., « European Policies for Regional and Cross Border Economic Cooperation in Southeast Europe » dans George Petrakos et Panagiotis Liargovas, Regional Development and Cross-Brder Cooperation in Southeastern Europe, Volos, University of Thessaly Press, 2003, p. 149-179.

Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, Belgrade, European Movement in Serbia, 2001.

van Meurs W., « The Stability Pact beyond EU Enlargement », dans Dusko Lopandic dir., Regional Cooperation in South Eastern Europe: The Effects of Regional Initiatives (conference proceedings). Belgrade, European Movement of Serbia, 2002, p. 39-45.

Minic J., « Forewod », dans Dusko Lopandic, Regional Initiatives in South Eastern Europe. Belgrade, European Movement in Serbia, 2001, p. 11-14.

Minic J., « Summary and recommendations of the Conference », dans Dusko Lopandic, Regional Cooperation in South Eastern Europe: The Effects of Regional Initiatives (conference proceedings), Belgrade, European Movement of Serbia, 2002, p. 9-17.

Paasi A., Territories, Boundaries and Consciousness: The Changing Geographies of the Finnish-Russian Border, Chichester, John Wiley, 1996.

Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud Est, site officiel, www.stabilitypact.org [lu le 23 novembre 2009]

Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Chairmans’s Conclusions of the Regional Table of the Stability Pact, 16 November 2006, Bucarest.

Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Senior Review Group on the Stability Pact for South Eastern Europe: First Report for Discussion at the Regional Table in Prague, 16 November 2005. Brussels, 07 November 2005.

Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Senior Review Group on the Stability Pact for South Eastern Europe: Final Report of the Senior Review Group on the Stability Pact for South Eastern Europe, Brussels, 06 March 2006.

Royaumont processus en ligne sur http://www.idis.gr/royaumont/index.html [lu le 23 novembre 2009].

Vukadinovic N., « Les enjeux de la stabilisation et de la reconstruction des Balkans », Politique étrangère, no 1, 2000.

Haut de page

Notes

1 Anastasakis, O., « Towards regional coopération in the Balkans : An assessement of the EU Approach », dans Dusko Lopandic, Regional Cooperation in South Eastern Europe : The Effects of Regional Initiatives (conference proceedings), Belgrade, European Movement of Serbia, 2002, p. 25

2 Lopandic, D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, Belgrade, European Movement in Serbia, 2001, p. 91.

3 Vukadinovic, N., « Les enjeux de la stabilisation et de la reconstruction des Balkans », Politique étrangère, no 1, 2000

4 Cf. les pages internet du Royaumont processus sur http://www.idis.gr/royaumont/index.html.

5 Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, op. cit. p. 29.

6 Ibid., p. 123.

7 Ibid., p. 94.

8 Minic J., « Forewod » dans Dusko Lopandic, Regional Initiatives in South Eastern Europe, Belgrade, European Movement in Serbia, 2001, p. 13.

9 Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, op. cit., p. 103-104.

10 Ibid., p. 106

11 Ibid., p. 116

12 Ibid., p. 31

13 Minic J., « Summary and recommendations of the Conference », dans Dusko LOPANDIC, Regional Cooperation in South Eastern Europe, op. cit., p. 12-13.

14 Anastasakis O., « Towards regional coopération in the Balkans », op. cit., p. 25-38.

15 Ibid.

16 Minic J., « Summary and recommendations of the Conference », op. cit., p. 12-13.

17 Minic J., « Foreword », op. cit., p. 13.

18 Lopandic D., Regional Initiatives in South Eastern Europe, op. cit., p. 24.

19 Kotios A., “European Policies for Regional and Cross Border Economic Cooperation in Southeast Europe” dans G. Peterakos et P. Liargovas, Regional Development and Cross-Border Cooperation in Southeastern Europe, Volos, University of Thessaly Press, 2003, p. 153.

20 Paasi A., Territories, Boundaries and Consciousness: The Changing Geographies of the Finnish-Russian Border, Chichester, John Wiley, 1996, p. 28.

21 ČAšULE S., «The Current Situation in Macedonia and in the Region of Southeast Europe», Südosteu­ropa Mitteilungen, n° 3, 2002

22 van Meurs W., «The Stability Pact beyond EU Enlargement », dans Dusko Lopandic (dir.), Regional cooperation in South Eastern Europe. op. cit., p. 42

23 Cf. André R., Le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est : premier bilan et perspectives, Rapport d’information n° 3644 déposé par la Délégation de l’Assemblée nationale pour l’Union européenne le 20 février 2002

24 Pacte de Stabilité en ligne sur http:// www.stabilitypact.org

25 André R., Le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, op. cit., p. 37.

26 Kotios A., op. cit., p. 163.

27 Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Senior Review Group on the Stability Pact for South Eastern Europe : First Report for Discussion at the Regional Table in Prague, 16 novembre 2005. Brussels, 7 novembre 2005. p. 4

28 Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est, Senior Review Group on the Stability Pact for South Eastern Europe : Final Report of the Senior Review Group on the Stability Pact for South Eastern Europe, Brussels, 6 mars 2006.

29 Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est. Chairmans’s Conclusions of the Regional Table of the Stability Pact, 16 novembre 2006, Bucarest. Cf. « Cost sharing agreement annexe 1 ».

30 Cf. par exemple Dieckhoff A. et Jaffrelot C., « De l’État-nation au post-nationalisme ? », dans Marie-Claude Smouts (dir.), Les nouvelles relations internationales : Pratiques et théorie, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 63-65.

31 Agreement on amendement of and accession to the Central European Free Trade Agreement, texte intégral de l’accord, p. 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La coopération régionale en Europe du Sud-Est
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanja Tamminen, « La coopération régionale en Europe du Sud-Est. De l’intervention à la surveillance internationale »Anatoli, 1 | 2010, 133-144.

Référence électronique

Tanja Tamminen, « La coopération régionale en Europe du Sud-Est. De l’intervention à la surveillance internationale »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.382

Haut de page

Auteur

Tanja Tamminen

Docteur en sciences politiques de l’IEP de Paris, expert sur les Balkans et chercheur auprès de Finnish Insitute of International Affairs à Helsinki

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search