Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 3. Les réseauxBonnes nouvelles des Balkans de l...

Partie 3. Les réseaux

Bonnes nouvelles des Balkans de l’Ouest : La Yougoslavie est morte, vive la Yougosphère !

Tim Judah
Traduction de Margarita Markoviti
p. 147-170

Notes de la rédaction

Traduit par Margarita Markoviti. Tim Judah, Good news from the Western Balkans. Yugoslavia is dead, long live the Yougosphere, LSEE-Research in South Eastern Europe, European Institute, LSE, Londres, 2009.

Texte intégral

1Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Il n’est pas complètement insensé d’appliquer ce dicton aux Balkans de l’Ouest. Mais cela peut aussi poser problème : comment pourrait-on percevoir les bonnes nouvelles derrière le flux des mauvaises nouvelles, qui sont, elles, rapportées par les médias ? À l’origine de cet article se trouve l’observation suivante : depuis la fin des guerres balkaniques dans les années 90, et cela s’est accentué au cours des dernières années, des changements énormes ont profondément et positivement influé sur la vie des populations, mais cette réalité reste méconnue au-delà des frontières de la région. En effet, à l’étranger, rares sont ceux au courant de ces changements. Dans ce cas de figure, comment nos réactions pourraient-elles être adaptées à la situation ? Comment concevoir les Balkans et prendre des décisions appropriées si celles-ci s’appuient sur des stéréotypes, des informations dépassées, ou des analyses trop promptes à noircir le tableau ? Plus encore, par souci du politiquement correct, ou pour éviter de se contredire en revenant en arrière sur des convictions politiques revendiquées dans les années 90, est-on tenu de rester muet au sujet de la seule évolution qui soit profondément ancrée dans la région ? Cette évolution fondamentale, l’émergence de la Yougosphère à travers les pays de l’ex-Yougoslavie, peut-on encore la nier ?

2Cet article vise à expliquer la notion de Yougosphère dans le contexte européen en proposant une étude comparée avec les autres sphères d’Europe, de façon à saisir ce que l’intégration européenne implique pour les Balkans de l’Ouest. Il ne cherche pas à présenter cette idée en tant que fait accompli, mais souhaiterait au contraire inciter à la discussion et encourager le débat. On tâchera de montrer en quoi la Yougosphère est une notion et une géographie différentes de celles des Balkans de l’Ouest. On ne suggère pas que l’ancienne Yougoslavie nous revient sous un autre déguisement et en aucun cas il ne s’agit de masquer les problèmes qui affectent profondément la région. L’objectif de cet article est de montrer qu’il existe sur le terrain une dynamique hélas laissée pour compte et qui devrait pourtant être considérée lorsqu’on cherche à analyser la région, ses problèmes et son avenir.

Nos pays…

3En juillet 2009, le Président serbe Boris Tadic assistait à un sommet du Mouvement des Non-alignés, à Sharm-el-Sheikh, en Égypte. Ce mouvement est un vestige du passé. Il nous ramène un demi-siècle en arrière, aux jours glorieux de l’Égypte de Nasser, de l’Indonésie de Sukarno, et bien sûr, de la Yougoslavie de Tito. Récemment, le mouvement, qui paraît ne servir aucune finalité en particulier, s’est montré utile à la Serbie puisqu’elle a aisément rassemblé un certain nombre de pays auprès desquels elle a dû faire du lobbying afin de retarder la reconnaissance du Kosovo, qui s’est déclaré indépendant en 2008.

  • 1 La Serbie, la Croatie et le Monténégro sont observateurs. Seule la Serbie ne désire pas être membre (...)

4À Sharm-el-Sheikh, le Président Tadic a déclaré deux choses assez marquantes. Premièrement, nostalgique des jours où le mouvement tenait un rôle important, il a exprimé sa volonté d’être l’hôte du sommet de 2011, pour commémorer le tout premier sommet qui avait eu lieu à Belgrade cinquante ans auparavant. Mais en réalité, en 1961, ce n’est pas la Serbie qui a accueilli le sommet, mais la Yougoslavie. Ainsi, le Président Tadic a dit que cela serait une bonne idée si les autres républiques de l’ex-Yougoslavie participaient à l’organisation du sommet de 2011. Il est étonnant que la réponse ait été positive, étant donné qu’aucun pays appartenant autrefois à la Yougoslavie n’est membre du Mouvement des Non-alignés – ils ne sont qu’observateurs et ne souhaitent même pas en devenir membre à partir du moment où ils convoitent l’appartenance à l’Union européenne et à l’OTAN1. Depuis, le sujet a fait l’objet de discussions dans les rangs de l’Assemblée Générale de l’ONU et les ex-Yougoslaves cherchent à faire avancer cette idée.

5La seconde suggestion de Monsieur Tadic n’était pas moins intéressante. Il a dit que, étant donné la très petite taille des entreprises des pays de l’ex-Yougoslavie à l’échelle mondiale, celles-ci doivent travailler ensemble afin d’obtenir des contrats à l’étranger, principalement dans le secteur de la construction et de l’équipement militaire spécialisé. Quelques jours plus tard, le Président croate Stipe Mesic lui a répondu chaleureusement : il a approuvé le fait que les entreprises de « nos pays » étaient souvent trop petites pour pouvoir être compétitive sur d’autres marchés. Dans une large mesure, les commentaires des présidents Tadic et Mesic résonnent comme une évidence : bien sûr qu’en grande partie, les entreprises des pays de l’ex-Yougoslavie sont trop petites pour être compétitives, mais, en s’unissant, ces pays pourraient faire la différence. De la Slovénie à la Macédoine, en dépit de leurs différences, les peuples de la région ont beaucoup en commun, et même si l’idée d’une Yougosphère n’a jamais été articulée auparavant, elle a commencé à émerger distinctement depuis quelques années.

Alors, de quoi s’agit-il ?

6Yougosphère : qu’entend-on par là ? Tout d’abord, considérons quelques faits primordiaux. La grande majorité des quelques 22 millions de personnes qui habitent la région de l’ex-Yougoslavie – des Serbes, des Croates, des Bosniaques et des Monténégrins – parlent la même langue, avec de petites variations dialectales. D’un bout à l’autre, nombreux sont les Macédoniens et les Slovènes qui parlent encore, ou qui comprennent, ce qui s’appelait le serbo-croate. Dans la même veine que la formule de Stipe Mesic, « nos pays », la grande majorité de la population, y compris les jeunes qui n’ont pas le souvenir de la Yougoslavie, ne considère pas les autres contrées de l’ex-Yougoslavie comme des territoires étrangers, contrairement à la Grèce, l’Autriche ou la Roumanie. De plus, et cela a son importance dans la création de la sphère, la plupart de gens peuvent voyager librement dans la région, dans certains cas uniquement avec leur carte d’identité (il reste cependant difficile de se rendre dans certaines parties de la Slovénie, qui est une exception).

  • 2 EIU, Bosnia and Herzegovina, Country Risk Service, août 2009, p. 13. Les données concernent 2008.
  • 3 EIU, Macedonia, Country Risk Service, July 2009, p. 14. EIU, Montenegro, Country Report, April 2009 (...)
  • 4 Republic of Kosovo, External Trade Statistics, 2009. Series 3. http://www. ks-gov.net/ESK/eng/
  • 5 Serbia Investment and Export Promotion Agency : http://www.siepa.gov.rs/ site/en/home/1/investing_i (...)
  • 6 Voir : http://www.pogodak.com/ also : http://www.telekom.si/en/company/subsidiaries/
  • 7 Investors from Serbia welcome to Croatia, VIP Daily News Report. 31 août 2009.
  • 8 Voir : European Commission, Croatia 2009 Progress Report, p. 18. http://ec.europa.eu/enlargement/pd (...)

7Deuxièmement, il est évident qu’un nombre toujours plus grand de liens économiques, rompus dans les années 90, sont rétablis. Le commerce entre les six républiques d’ex-Yougoslavie, y compris le Kosovo, est intense. Les deux premiers marchés pour les exportations bosniaques sont la Croatie (17,2 %) et la Serbie (14 %), et de la même façon, le partenaire majeur de la Bosnie dans ses importations est la Croatie (17,1 %) et la Serbie arrive en troisième position (10.6 %) juste après l’Allemagne2. La Serbie est un marché majeur pour les exportations de la Macédoine (23,5 % des exportations), et il en va de même pour le Monténégro (28,3 %) qui importe tout autant de Serbie (29,9 %)3. Une grande proportion du commerce du Kosovo se fait par la Serbie ou la Macédoine. Même si les chiffres du Kosovo sont peu fiables, les données officielles montrent que pour l’année jusqu’à juin 2009, 11,1 % de ses importations provenaient de la Serbie et 15,2 % de la Macédoine, contre 10 % de ses exportations allant en Macédoine4. Pour la période 2002-2007, la Slovénie tenait la 6e place parmi les plus gros investisseurs en Serbie5. Telekom Slovenije, à travers son investissement dans IPKO, l’opérateur de la téléphonie mobile et de télévision par satellite, est un des plus gros investisseurs au Kosovo. En mars 2009, Telekom Slovenije a aussi racheté à l’OTE de Grèce les réseaux macédoniens Cosmofon et Germanos Telekom Skopje. D’autres filiales sont propriétaires de Pogodak !, un moteur de recherche avec des portails slovènes, croates, bosniaques, serbes et macédoniens, Blic.net, le principal fournisseur internet à Republika Srpska en Bosnie et Aneks, un fournisseur de téléphonie fixe dans la même région6. La valeur des échanges commerciaux entre la Serbie et la Croatie a atteint 1 milliard d’euros en 2008, avec 600 millions d’euros d’exportations croates vers la Serbie et 400 millions d’euros de la Serbie vers la Croatie7. Néanmoins, les Serbes reprochent à la Croatie d’être moins ouverte aux investissements serbes qu’ils le sont aux investissements croates, ce qui avait été noté dans le rapport de progrès de la Commission européenne pour la Croatie en 20098.

  • 9 En février 2009, Ipercoop en Croatie a été racheté par l’entreprise autrichienne Spar, qui gardera (...)
  • 10 «IKEA’s Balkan Expansion sees “situations”», Gordana Filipovic, Reuters, 17 Aout. 2009. http://uk.r (...)

8Il n’est pas nécessaire de se plonger dans les chiffres pour constater la façon dont les supermarchés croates, serbes et slovènes, respectivement Konzum, Delta et Mercator, se sont multipliés dans toute la région. Les entreprises de la zone (tout comme celles qui sont à l’extérieur) envisagent la région de plus en plus comme un ensemble au fur et à mesure que les anciens liens sont ravivés sous des formes différentes. Quelques exemples : il est tout à fait naturel qu’avec des marchés domestiques aussi petits, les éditeurs cherchent à capitaliser sur la région entière et cela se manifeste à la fois au travers des foires aux livres régionales et par le fait qu’un éditeur croate majeur comme VBZ est désormais présent en Serbie, en Slovénie et en Bosnie. Par ailleurs, depuis des années, des chaînes de télévision des républiques ex-yougoslaves sont disponibles dans toute la région, et rendues accessibles à leurs diasporas par satellite ; autrement dit, une bonne partie de la programmation est mise sur le marché de toute la région. D’autre part, des entreprises comme le géant suédois IKEA ambitionnent de s’implanter sur les territoires de l’ex-Yougoslavie, fortes de l’expérience d’Ipercoop, des supermarchés italiens qui approvisionnent les Serbes qui traversent la frontière pour se rendre au magasin de Vojvodina à Osijek à l’Est de la Croatie9. Aujourd’hui, comme il n’y a pas encore d’IKEA dans l’ex-Yougoslavie, 8 % des ventes de l’IKEA de Budapest sont dues aux acheteurs venus de Serbie, tandis qu’un quart des ventes de l’IKEA de Graz en Autriche est attribué aux acheteurs croates10.

9En tête de plusieurs journaux et magazines figurent les taux de change d’une ou de toutes les monnaies des ex-républiques yougoslaves. Le premier quotidien de la Serbie, Politika, propose une section « région » et « ex-YU »11. La Télévision Pink diffuse à travers la région, mais sa programmation varie d’un pays à l’autre, pour s’adapter aux publics serbe, bosniaque et monténégrin, avec des projets prévus pour la Croatie. Les émissions principales de télé-réalité, comme Big Brother et Farm, s’attachent à inclure des participants d’autres nationalités visant à marquer leur caractère ex-Yougoslave. C’est aussi le cas de sites Internet comme « Tous les ragots ex-Yu au même endroit »12. Dans un tout autre domaine, lorsque le magnat Filip Zepter s’est montré intéressé par l’achat de chantiers navals croates en août 2009, personne ne s’est senti concerné par le fait qu’il soit serbe. Dans la même veine, on peut observer la consolidation des liens entre les entreprises, petites ou grandes. Prenons pour exemple l’usine Zastava à Kragujevac. Dans les années d’avant-guerre, des entreprises croates fournissaient des pièces-clés pour la Yugo, la célèbre voiture de Zastava. Aujourd’hui, ces liens sont rétablis avec le retour de Fiat à Kragujevac pour y fabriquer des Puntos.

  • 13 Voir : http://www.javno.com/en/foto.php?id=21&rbr=13815&idrf=582270
  • 14 Voir : « Number of Foreign Tourists from Serbia at Foreign Destinations Down by One Third », VIP Da (...)

10Aujourd’hui, le système éducatif de la Croatie étant à l’origine d’un manque de main-d’œuvre dans certains secteurs, les entreprises croates emploient des électriciens serbes, qui sont meilleurs et moins chers que leurs homologues croates. De la même manière, des marques ex-yougoslaves font leur retour dans la région. Parmi elles, on trouve les biscuits et chocolats croates (Kras), les additifs alimentaires (Vegeta), les vins et le lait slovène (Alpsko) et les appareils électroménagers (Gorenje), des fruits et des légumes macédoniens, ainsi que du vin monténégrin (Plantaze). Récemment, un titre qui à fait la Une en Serbie est l’annonce de la conquête planifiée de la Croatie, non pas par les armes, mais par Cipiripi, un chocolat à tartiner serbe. Au cours de l’été 2009, pour la première fois depuis les guerres, les panneaux d’affichage de Belgrade étaient recouverts de posters « Si Beau, Si Proche » louant la Croatie comme destination touristique auprès des vacanciers serbes13. D’ailleurs, les vacances en Croatie se disputaient l’espace publicitaire avec les vacances au Monténégro. Quoi qu’il en soit, cette campagne publicitaire a été un véritable succès avec des prévisions de près de 100 000 touristes serbes en Croatie pour 2009, contre 88 000 en 200814. Cependant, en dépit du temps qui passe, beaucoup de Serbes restent réticents à retourner en Croatie depuis la fin de la guerre. Ces attitudes sont évidemment sur le déclin – et pour ce qui est des Serbes, les Croates sont plutôt concernés par les prix. De nombreux Serbes possèdent encore des maisons de vacances en Croatie, tout comme un grand nombre d’entreprises et d’institutions serbes et autres ex-yougoslaves y possèdent des propriétés et des actifs.

11On pourrait croire qu’il s’agit d’un exemple peu représentatif mais ce n’est pas le cas. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Chaque année, le concours de l’« Eurovision » fait grincer les dents lorsque les ex-Yougoslaves (tout comme les Scandinaves, les ex-pays soviétiques, et les Grecs et les Chypriotes) s’unissent pour voter l’un pour l’autre. Mais ça ne pourrait pas être autrement. La plupart des Yougoslaves aiment la même musique comme ils aiment la même nourriture.

  • 15 Voir Catherine Baker : « The Politics of Performance : Transnationalism and its Limits in Former Yu (...)
  • 16 Voir : http://www.danisarajeva.com/?cat=4&language=en
  • 17 Voir par exemple : http://limun.hr/en/default.aspx, http://www.seebiz.eu, http://www.emportal.rs/en

12Certains avaient prévu que cela se passerait ainsi. Les criminels et la contrebande n’ont pas cessé de transcender les fronts durant les guerres yougoslaves. Il en va de même des musiciens et, malgré ses connotations nationalistes, la musique dite « turbo-folk » est restée populaire partout. Aujourd’hui, tous les chanteurs préférés de l’ex-Yougoslavie, comme Lepa Brena, Hari Mata Hari et Dino Merlin, donnent des concerts qui attirent les foules et toute opposition de type nationaliste à l’encontre de leurs déclarations et de leurs actions dans les années 90 n’a plus aucun effet15. Également, des musiciens de l’après-guerre, comme Severina de Croatie ou le Trio Damir Imamovic, attirent les foules, comme durant le festival des « Jours de Sarajevo » à Belgrade en mai 200916. N’importe quel utilisateur de Facebook avec des amis dans la région peut voir des personnes qui, d’un bout à l’autre de la Yougosphère, vendent ou cherchent des billets pour ces concerts de Ljubljana à Skopje. Chaque année, des milliers de jeunes de la région (et d’ailleurs) se réunissent au festival de musique « Exit » à Novi Sad. Quant à la littérature, les intéressés peuvent se rendre sur le site Knizevnost.org, quintessence de la Yougosphère ; pour les affaires, nombreux sont les sites Internet qui couvrent toute l’Ex-Yougoslavie, avec, au même endroit, des informations sur les marchés boursiers de Zagreb, de Belgrade, de Podgorica, etc.17

13Autrefois, seule la criminalité ne respectait pas les frontières. Aujourd’hui, la coopération entre policiers est quotidienne, mais les criminels tirent profit de leur héritage yougoslave et se moquent du système judiciaire de la région qui est maintenant divisé entre différentes juridictions. Par exemple, en 2009, l’homme fort de la ville croate d’Osijek, Branimir Glavas, après sa détention pour avoir torturé des civils serbes pendant la guerre, a parcouru les quelques kilomètres le séparant de la frontière, après avoir prudemment obtenu la nationalité bosnienne quelques mois auparavant.

  • 18 Jocic arrêté dans le cas Pukanic : CC Watch, 28 April 2009. http://reporting-project.net/new/index. (...)

14Un exemple illustrant parfaitement la coopération criminelle yougosphérique est le meurtre de l’éditeur croate controversé, Ivo Pukanic, début 2008. La police et les journalistes établirent rapidement établit des liens entre les Serbes, les Croates, les Bosniaques et les Monténégrins. En avril 2009, Sreten Jocic, dit « Joca Amsterdam », un personnage associé par la presse serbe au crime organisé, a été arrêté sous le prétexte d’avoir organisé le meurtre18. De ce fait, Stipe Mesic a prévenu Boris Tadic que sa vie était menacée. Ratko Knezevic, l’ennemi juré du Premier Ministre monténégrin Milo Djukanovic, a déclaré que le meurtre était lié à la révélation par Pukakic que Djukanovic avait fait de la contrebande de cigarettes dans les années 90, avec l’homme d’affaires serbe Stanko Subotic, « Cane ». Mais, si de tels cas mettent en lumière des relations troubles entre les politiciens, les hommes d’affaires, le crime organisé de la Yougosphère reflète une réalité plus vaste. En effet, le trafic de stupéfiants et la traite des êtres humains, routiniers et d’une certaine ampleur, seraient impossibles sans la coopération harmonieuse entre Serbes, Albanais, Bosniaques et Croates.

  • 19 Voir : Serbie, Croatie pour améliorer la coopération dans le contrôle des violences liées aux sport (...)

15Sur le plan tactique, la coopération entre les polices de la région fait chaque année des progrès, comme avec la ratification d’un accord entre la Serbie, le Monténégro et la Bosnie pour organiser des patrouilles frontalières communes. Au même moment, le Monténégro et la Bosnie ont signé un accord au sujet des contrôles frontaliers. En octobre 2009, la Serbie et la Croatie, qui ont déjà ratifié un contrat de coopération policière, se sont mis d’accord sur le contrôle de la violence liée aux sports19.

  • 20 Le ministre assiste aux préparations pour le Tchad : http://www.mod.gov.rs/novi_eng.php ?action=ful (...)

16Également, la coopération militaire s’intensifie. Des officiers se retrouvent régulièrement lors de programmes de formation spécialisés dont plusieurs visent à préparer les soldats à des missions de maintien de la paix à l’étranger. La majorité de ces missions menée sous l’égide du Programme de Partenariat pour la Paix de l’OTAN et ont typiquement lieu au Centre opérationnel de maintien de la paix de l’armée serbe à Belgrade, ou dans des centres équivalents à Skopje, à Sarajevo ou à Zagreb. Peut-être verra-t-on un jour, au lieu d’être divisés et rattachés en petits contingents balkaniques aux bataillons venus hors de la région, comme les Serbes avec les Norvégiens au Tchad20, les contingents balkaniques se présenter en un bataillon des Balkans. Aujourd’hui, toutes les ex-républiques yougoslaves sont membres du Ministère de la Défense de l’Europe du Sud-Est qui vise à encourager la coopération militaire régionale (en deçà et au-delà de la Yougosphère), mais seule la Macédoine participe à ces Brigades d’Europe du Sud-Est, basées en Turquie, et auxquelles participent six autres pays.

Vivre en harmonie…

17Ce qui est étonnant est le nombre de réunions régionales qui ont lieu chaque mois allant des pompiers aux vétérinaires en passant par les banquiers et les ministres. Même si les organisations régionales comprennent souvent des membres en dehors des États yougoslaves, ces derniers sont au cœur de ces activités. Bien que ces rencontres produisent des résultats de plus en plus importants, leur rôle est peu médiatisé en raison du traitement de sujets techniques et ennuyeux, qui améliorent cependant le quotidien des populations.

18En 2008, le Conseil de Coopération Régionale (CCR) a été créé pour succéder au Pacte de Stabilité d’après-guerre. Ce Pacte a été établi le 10 juin 1999, le jour même où le Conseil de Sécurité de l’ONU a voté la Résolution 1244, qui a mis fin à la guerre de Kosovo. Lorsque la Roumanie, la Bulgarie et l’Albanie étaient membres du Pacte – comme ils le sont aujourd’hui du CCR – l’objectif était de stabiliser l’ex-Yougoslavie.

  • 21 RCC Annual Report on Regional Co-operation in South East Europe, 2008-2009, p. 6.

19Le CCR est basé à Sarajevo. Une analyse de ses objectifs et de ses actions confirme la théorie selon laquelle une nouvelle réalité géopolitique se manifeste dans les Balkans de l’Ouest. D’après son secrétaire général croate, Hido Biscevic, le CCR soutient la réalisation des « objectifs communs » de l’Europe du Sud-Est que sont « le développement économique et social » et l’avancement du processus d’intégration européenne et euro-atlantique. Comme il est écrit dans son premier rapport annuel : « nous avons contribué à forger un nouvel esprit régional, marqué par la coopération, la solidarité,… et le partenariat »21. Le CCR vise à reprendre le processus là où l’avait laissé le Pacte de Stabilité, cette nouvelle organisation se veut être « localement gérée » plutôt que dirigée de l’extérieur.

20Cela vaut la peine de citer en détail les objectifs fixés par le CCR, puisqu’ils témoignent de la théorie d’une Yougosphère émergente :

  • 22 Idem, p. 10.

« Le CCR a été établi afin de soutenir le principe d’une gestion locale et d’une coopération régionale intensifiée, et de replacer la responsabilité du futur dans les mains de la région.
Encourageant et renforçant la coopération dans les domaines prioritaires, c’est-à-dire le développement économique social, l’infrastructure et l’énergie, la justice et les affaires domestiques, la coopération de sécuritaire, la construction du capital humain, et la coopération parlementaire, le CCR soutient aussi… l’intégration européenne et euro-atlantique et crée un climat politique permettant l’exécution de projets de nature régionale pour le bénéfice de chaque membre individuel »22.

  • 23 Officiellement le Kosovo est considéré comme un membre : «United Nations Interim Administration Mis (...)

21Afin de mieux comprendre cette citation, il faut lire entre les lignes. L’adhésion au CCR comprend tous les pays de l’Europe de Sud-Est, c’est-à-dire les sept états ex-yougoslaves (Serbie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Slovénie, Kosovo, Macédoine et Monténégro) ainsi que la Grèce, la Bulgarie, la Moldavie, l’Albanie et la Turquie. Cependant, la Turquie n’a pas grand-chose à voir avec le CCR, et la Bulgarie, la Roumanie et la Grèce, eux, sont déjà membres de l’Union européenne et de l’OTAN. La Slovénie est aussi membre de l’Union Européenne et de l’OTAN mais, en raison de son histoire et de ses liens commerciaux avec le reste de l’ex-Yougoslavie, elle ne pouvait qu’être une partie de la Yougosphère. L’Albanie, au contraire, n’en fait pas partie, mais elle appartient aux « Balkans de l’Ouest » qui sont définis comme l’ex-Yougoslavie, moins la Slovénie, plus l’Albanie. L’Albanie est néanmoins membre de l’OTAN, comme l’est la Croatie. L’adhésion du Kosovo, en tant qu’État et non pas comme une région serbe administrée par l’ONU, est naturellement contestée par la Serbie. Pour le moment, les deux pays ont néanmoins décidé de faire des compromis. La Serbie acceptera le Kosovo dans le CCR, ainsi que dans d’autres forums régionaux et internationaux (à l’exception de la Banque mondiale), à condition que le Kosovo participe aux réunions, non pas en tant que Kosovo, mais avec la plaque nominative portant la mention « 1244 », en référence à la résolution 1244 de juin 1999 du Conseil de Sécurité qui a mis fin à la guerre de Kosovo. À son tour, le gouvernement du Kosovo a décidé qu’une représentation à la table de telles organisations peut se faire sous le nom de « Kosovo/1244 »23.

22Cela ne laisse que la Moldavie qui n’a pas vraiment de liens ni avec l’ex-Yougoslavie, ni avec les Balkans de l’Ouest, de la même façon qu’elle n’a pas d’engagements d’adhésion avec l’Union européenne. Par conséquent, la Moldavie fait partie du CCR, par défaut et faute de mieux. Autrement dit, avec un certain degré de flexibilité qui permet aux pays de participer ou non aux différents programmes, le CCR est une organisation focalisée sur l’ex-Yougoslavie. Il est intéressant de voir le nombre d’organisations qui travaillent avec le CCR et qui, en raison de leur nature technique et relativement ennuyeuse, restent inconnues du public, et parfois des spécialistes, à l’intérieur comme à l’extérieur de la région. Nous allons les passer en revue :

  • Le Réseau-santé de l’Europe du Sud-Est (The South East European Health Network). Notez que leurs déclarations politiques ont été faites à Dubrovnik en 2001 et à Skopje en 2005. Entre autres, son financement vient de la Slovénie.

  • Le Forum des syndicats de l’Europe de l’Est (South East European Trade Union Forum). Une organisation régionale dont le soutien financier provient, entre autres, de l’Association des Syndicats croates.

  • L’Europe du Sud-Est électronique (Electronic South Eastern Europe) – Centre de Développement de l’e-Gouvernance. Il vise à promouvoir le développement de la société de l’information en Europe du Sud-Est. Encore une fois, la Slovénie est fondatrice et partenaire-clé, et un Centre de Gouvernance était fondé à Ljubljana.

  • L’Accord de Libre-Echange centre-européen (The Central European Free Trade Agreement) qui constitue un accord de commerce régional. Contrairement à ce que suggère le nom, retenu pour des raisons historiques et politiques, aucun de ses membres ne se trouve en Europe centrale. Ses membres sont les Balkans de l’Ouest, plus la Moldavie. Le contrat donne à la région une série unique des règlements commerciaux, compatibles avec l’Union européenne, et remplace 32 anciens accords bilatéraux.

  • L’initiative régionale de migration, des demandeurs d’asile et des réfugiés (The Migration, Asylum, Refugees Regional Initiative). Basée à Skopje, ses membres sont la Serbie, la Macédoine, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine, le Monténégro et l’Albanie.

  • L’Initiative régionale contre la Corruption. Basée à Sarajevo, elle comporte neuf membres et un observateur, le Kosovo. Ses membres non ex-yougoslaves sont la Roumanie, la Bulgarie et la Moldavie.

23Ces organisations sont très représentatives d’une dynamique plus vaste, et nous n’en n’avons mentionné que très peu. Parmi les autres organisations dont le nom se termine systématiquement par les termes « d’Europe du Sud-Est », on trouve la Convention de Coopération policière, l’Association des Commissaires de Police, le Centre de Lutte contre la Criminalité transfrontalière de l’Initiative Coopérative, le Groupe de Conseil des Procureurs, l’Initiative de Réaction et de Prévention des Catastrophes, etc… ; la liste est longue. Une fois de plus, toutes ses organisations contiennent des membres extérieurs à l’ex-Yougoslavie, mais les pays ex-yougoslaves en sont le noyau dur.

Derrière le nom, qu’y a-t-il ?

24Quel sens peut-on donner à tout cela ? Ce qui en ressort, c’est qu’environ 20 ans après que les liens politiques et économiques entre les ex-Yougoslaves aient été brisés, un grand nombre d’entre eux sont maintenant reconnectés, sous la nomenclature officielle mais neutre d’« Europe du Sud-Est » ou des « Balkans de l’Ouest » ; dans le cas du CCR, la « région » se veut être une évidence.

  • 24 Voir : «New Deal for South East Europe», Eduard Sostaric, Nacional, 14 juillet 2009. La version ang (...)
  • 25 Selon Podgorica’s Institute Alternativa’s Daily Briefs, numéros 19 et 26, des projets entre le Mon­ (...)

25C’est un mouvement naturel en soi, mais il est aussi accéléré et encouragé par l’Union européenne et par d’autres acteurs extérieurs. Par exemple, environ 600 millions d’euros ont été consacrés à la région par l’UE (avec encore plus de fonds alloués par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque européenne d’investissement et la Banque mondiale). Par conséquent, les gouvernements sont incités à faire leurs demandes pour le financement de projets de manière groupée et pas individuellement, que ce soit dans le domaine de l’énergie, de l’infrastructure ou de la coopéraion économique24. Certains de ces fonds financiers sont conséquents, d’autres pas du tout. Par exemple, l’instrument d’aide de préadhésion a mis de côté 1,62 millions d’euros pour la coopération transfrontalière entre la Croatie et le Monténégro, 1,1 millions d’euros entre le Monténégro et la Serbie et autant pour la coopération transfrontalière entre le Monténégro et pour la Bosnie25.

  • 26 Ces conclusions ont été tirées de commentaires recueillis après la publication de l’article que j’a (...)

26Tout cela ne constitue pas un phénomène particulièrement bien compris à l’intérieur comme à l’extérieur de la région. Il y a eu peu de recherche académique à ce sujet et les discussions préliminaires concernant la Yougosphère mettent en lumière un certain nombre de choses. Premièrement, la Yougosphère est souvent mal comprise et interprétée à tort comme une tentative par des forces externes de reconstitution d’une nouvelle Yougoslavie. Ce n’est évidemment pas le cas. Deuxièmement, parmi les critiques les plus virulentes de cette idée, on trouve ceux qu’on ne peut que supposer être les éléments les plus nationalistes des années 90 qui prennent comme une insulte l’identification à une Yougosphère émergente. Certains, et en particulier les Croates, contestent ce nom et en refusent même l’idée. Nombreux sont ceux qui refusent son existence, non parce qu’elle n’existe pas mais parce qu’ils ne veulent pas qu’elle existe26.

Alors, une sphère, c’est quoi ?

27Qu’est-ce qui constitue une sphère ? Définir une sphère telle que ce terme est utilisé ici n’est pas une tâche évidente. Il est clair qu’à l’échelle mondiale, l’Europe, en tant qu’espace géographique partagé, avec une histoire et une expérience communes, et ainsi de suite, peut être considérée comme une sphère. De nombreux Européens partagent des valeurs et une culture à peu près communes. Majoritairement, ils sont issus d’une tradition chrétienne. La plus grande partie de l’Europe est un marché commun qui partage une même monnaie et des institutions qui régissent cette communauté. Néanmoins, si l’Europe est une sphère prédominante, alors il est clair qu’elle offre un toit à de nombreuses sous-sphères. Telles les diagrammes de Venn, certaines de ces sous-sphères sont intégralement européennes, mais d’autres ne le sont que partiellement. La Yougosphère est clairement intégralement européenne mais l’on peut être portugais et européen et en même temps vivre dans une sphère lusophone en travaillant avec l’Angola, en regardant des séries télé brésiliennes et s’adonner aux jeux de casino à Macao. De la même façon, un espagnol peut cohabiter au sein de sphères européennes, espagnoles, ibériques et latino-américaines tout en étant au cœur de sphères régionales, les catalanes et basques en étant les exemples les plus évidents.

28Comme nous le verrons, la notion de Yougosphère ne désigne pas le caractère unique de la région qu’était la Yougoslavie. Elle désigne plutôt une certaine maturité en ce sens où les Balkans d’après-guerre redeviennent une partie de l’Europe comme une autre.

29La Yougosphère est un espace géographique regroupant des personnes aux systèmes de pensée similaires et qui en viennent à coopérer de plus en plus ; ils travaillent ensemble pour le bien de tous et ce autant que possible au regard de leur histoire. Mais le fait qu’on puisse identifier une Yougosphère ne contredit en aucun cas l’existence de sphères nationales qu’elle contient – une sphère serbe, une sphère croate, etc. Il y a aussi une sphère albanaise qui, comme dans les diagrammes de Venn, est à cheval sur plusieurs sphères.

  • 27 Andrew GAMBLE, « Anglo-America Britain, Ireland and Differentiated Integration ». Document présenté (...)

30Attachons-nous maintenant à décrypter d’autres sphères européennes, de manière à mettre en contexte la Yougosphère. Ces derniers temps, l’Anglosphère est une de ces sphères les plus commentées. La façon dont elle est définie varie, mais d’une manière générale elle comprend la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Irlande dans une certaine mesure. Pourrait-on y inclure l’Inde, l’Afrique anglophone et les Caraïbes ? Ou bien l’Anglosphère n’inclurait-elle que les élites de ces pays ? L’Anglosphère serait-elle alors évocatrice de l’impérialisme d’autrefois ? Quel que soit le regard que l’on porte sur l’Anglosphère, ceux qui soutiennent son existence et la force de ses liens culturels – par la famille et par la langue –, aident à expliquer le manque d’enthousiasme des Britanniques à l’égard de l’Europe et de l’Union européenne (et la relation qu’entretient la Grande-Bretagne avec les États-Unis)27.

  • 28 Voir : http://www.francophonie.org/oif/index.cfm
  • 29 «Une société aux antipodes du modèle français», Jean-Jacques Mével, Le Figaro, 29 juillet 2008.
  • 30 « Les Wallons tentés de rejoindre la France », Jean-Jacques Mével, Le Figaro, 29 juillet 2008.

31De l’autre côté de la Manche nous sommes confrontés à d’autres problèmes. Contrairement à l’Anglosphère, la Francophonie en tant qu’organisation internationale comprend des pays qui partagent la langue française ou ceux que les Français considèrent comme ayant un lien particulier avec la France, même si ce lien est purement sentimental, comme c’est le cas avec la Roumanie28. Mais ce qui est plus pertinent pour nous ici est de savoir jusqu’à quel point il existe réellement une Francosphère en Europe. Au-delà de la France, cela inclurait évidemment la Wallonie et les cantons francophones de la Suisse. Contrairement à la Yougosphère, ce qui est clair ici c’est que la France reste très largement dominante au sein de la Francosphère, les autres composantes étant relativement de petite envergure. La chaîne télévisuelle européenne francophone, TV5 Monde Direct : France, Belgique, Suisse, pose les limites de la Francosphère. Il est assez parlant qu’en Belgique l’option politique de rattachement à la France est une perspective peu attirante pour les Wallons, cette option ne récoltant jamais plus de 1 % des votes. Et pourtant, selon Pascal Delwit, professeur de science politique à l’Université Libre de Bruxelles, la culture générale belge (littérature, télévision, etc.) a été homogénéisée avec la France, bien que leur culture politique reste très différente29. Toutefois, si la Belgique en venait à la rupture, 48 % des Wallons seraient alors en faveur d’un rattachement à la France, d’après un sondage réalisé en 200830.

32En Suisse, la Francosphère se frotte à la sphère allemande. Celle-ci comprend les cantons germanophones, l’Autriche, évidemment l’Allemagne et une ou deux petites régions comme celle d’Eupen et la partie germanophone de la Belgique. Comme la Yougosphère, la sphère allemande a un lourd héritage historique – mais la comparaison s’arrête là. Au sein de cette sphère, l’identification à l’État est généralement forte, mais plus rares sont ceux qui ont le sentiment d’appartenir à la nation allemande. Là où les non-Allemands se considèrent comme Autrichiens ou Suisses, la plupart des Serbes ou des Croates en Bosnie ne se considèrent pas pour autant comme Bosniaques. La sphère germanique pourrait faire l’objet de plus de recherches et de comparaisons, surtout d’un point de vue linguistique. Nous avons observé que la majorité de la population de la Yougosphère parle, plus ou moins, la même langue, mais les dialectes peuvent s’en détacher. Les locuteurs suisses-allemands ont de plus en plus de difficultés avec le haut-allemand. Cela fait des dizaines d’années que l’enseignement et la télévision en ont fait un dialecte de la vie quotidienne et non pas simplement un dialecte que l’on parle à la maison. À quel moment les dialectes deviennent-ils des langues différentes ?

33À l’exception du finnois, les langues scandinaves sont étroitement liées bien que différentes. Il est néanmoins clair qu’il existe une sphère qui englobe la Suède, la Norvège, le Danemark, la Finlande et l’Islande. Cette sphère a même un nom : la Scandinavie. Ce qu’il faut se demander maintenant, et nous y reviendrons, c’est si la coopération institutionnelle qui a lieu naturellement entre les Scandinaves, comme par exemple au sein du Conseil Nordique, pourrait servir de modèle qui peut être adapté et emprunté par les ex-Yougoslaves. Il est bon de rappeler que la Scandinavie n’a pas toujours été une région de paix et de coopération. Elle aussi a subi un processus similaire à la « balkanisation ». Après tout, la Norvège a rompu son union avec la Suède en 1905 et l’Islande, sous l’occupation des Forces alliées, a déclaré son indépendance en 1944, au grand regret du Danemark (alors sous l’occupation nazie). Dans les Balkans, les plus optimistes souhaiteraient mettre l’accent sur ces similitudes au risque d’être inexacts.

34En se penchant sur une carte de l’Europe, on pourrait identifier d’autres sphères. Certaines sont petites, comme la sphère hellénique avec la Grèce et Chypre, la sphère néerlandaise des Pays-Bas et de Flandres, et d’autres sont plus vastes, comme celle des pays postsoviétiques. Il y a bien sûr la sphère russophone avec les Russes ethniques des États Baltes et de l’Est de l’Ukraine jusqu’à la Crimée et le Kazakhstan. Une autre sous-sphère qui ne fait pas le bonheur de tous, est l’union entre la Russie et la Biélorussie. Débordant sur la Yougosphère, on peut aussi identifier une sphère hongroise qui s’étend de la Vojvodina au Nord de la Serbie et certaines parties de la Croatie à la Slovaquie et aux communes de langue hongroise d’Harghita et de Covasna en plein cœur de la Roumanie.

35Les sphères sont par conséquent un aspect fondamental de la vie de l’Europe d’aujourd’hui, celles-ci se déclinant de diverses façons dans toutes les configurations possibles. Mais grâce aux rapprochements qui y ont lieu, la Yougosphère se différencie des autres (au moins des sphères de l’Ouest, si ce n’est de l’Est, de l’Europe). Nous entendons par là que, malgré les similarités et les différences, par exemple avec la sphère germanophone ou la Scandinavie, la Yougosphère reste un ensemble très fragile. Tout comme par exemple la sphère russe, en supposant que cette comparaison positive soit acceptée, et elle ne l’est pas par les nationalistes balkaniques, la Yougosphère peut être facilement détruite. Quelle différence y-a-t-il avec la Scandinavie ou avec le monde germanophone ? La réponse est qu’en Scandinavie l’homogénéité des populations, malgré des exceptions comme avec les Samis ou les autochtones de langue suédoise dans les Iles Alands en Finlande, leur permet de s’identifier à une nation. De la même façon, les populations du monde germanophone s’identifient à l’État-nation auquel elles appartiennent même si, comme en Suisse, elles ne partagent pas la même langue que leurs compatriotes. En ce sens, il n’y a pas de mouvement séparatiste dans le canton de langue italienne de Ticino pour un rattachement à l’Italie. On ne peut pas dire la même chose des Balkans où, malgré des progrès, pour beaucoup, surtout en Bosnie (mais pas uniquement), « la guerre continue dans les mentalités ». En effet, beaucoup de Bosniaques habitent une sorte de monde schizophrène. Ils vivent dans la Yougosphère, partageant presque tout avec leurs voisins, qu’il s’agisse de la gastronomie, de la musique, de la culture et de l’économie, tout en rejetant en même temps ce qu’ils ont en commun. De manière notoire, il est particulièrement frappant que seuls les Bosniaques soutiennent l’équipe de football sous le drapeau national alors que les Serbes de Bosnie et les Croates de Bosnie soutiennent respectivement les équipes serbe et croate en arborant les drapeaux de la Serbie ou de la Croatie. Dans les Balkans, la nation est au-delà de l’État, ce qui est la source de confusions et de dérives potentiellement dangereuses. L’émergence de la Yougosphère est sans aucun doute une bonne chose, mais ne soyons pas aveugles : son futur reste incertain.

Sphère versus Nation dans les Balkans

36Attachons-nous désormais aux sphères balkaniques nationales, en commençant par la sphère nationale serbe. Géographiquement, elle s’étend de Drvar, la seule ville et municipalité de majorité serbe dans la Fédération bosniaco-croate en Bosnie, en passant par la Republika Srpska et la Serbie bien entendu, jusqu’au Nord du Kosovo, de dominance serbe, et autres enclaves serbes. La sphère serbe est un espace géographique qui inclut les Serbes à l’extérieur de la Serbie, une sorte de monde serbe où le concept de sphère est plus pertinent que celui de la nation du pays dans lequel ils se trouvent. Belgrade reste leur capitale économique et culturelle. En cas de problèmes d’ordre médical, un Serbe de la région se rendra dans les hôpitaux de Belgrade (et non pas de Sarajevo, et certainement pas de Pristina) Les jeunes vont à l’Université à Belgrade. La télévision et les journaux transmettent souvent la météo de la région entière. Les Serbes à l’extérieur de la Serbie peuvent obtenir des passeports serbes, un phénomène qui augmentera en Bosnie : à partir de janvier 2010, les détenteurs de passeports serbes pourront voyager librement et sans restriction de visa dans la zone Schengen, contrairement aux détenteurs de passeports bosniaques. Il est clair que, dans une certaine mesure, la sphère serbe fusionne avec le Monténégro dont le tiers de sa population s’identifie à la Serbie, et, avec la Macédoine, dans une dimension particulièrement culturelle.

37Mais, c’est au Kosovo que la sphère serbe se matérialise de la manière la plus marquante. On éprouve réellement le sentiment d’être en Serbie lorsqu’on parcourt le Nord du Kosovo, depuis le pont de la ville divisée de Mitrovica jusqu’à la frontière. Dans les enclaves, par exemple au Sud à Strpce, on a le sentiment d’être sur une île serbe, dont on peut évaluer l’étendue par la couverture du réseau de téléphonie mobile serbe. Ici, presque tout fonctionne comme en Serbie, bien que les euros soient acceptés au même titre que les dinars serbes. Les enfants vont à l’école serbe, et nombreux sont ceux qui font quotidiennement le trajet depuis la Serbie pour se rendre à leur travail dans les enclaves serbes de Kosovo. Les électeurs votent aux élections nationales serbes ainsi qu’aux élections locales, elles aussi serbes, ce qui signifie que la ville est gérée par un maire serbe, élu selon le système du Kosovo.

38Dans l’ex-Yougoslavie, la sphère serbe est la plus grande simplement parce que la population serbe est la plus nombreuse. Par ordre d’importance, vient ensuite la sphère croate, incluant l’Ouest de l’Herzégovine et les régions de la Bosnie habitées par des Croates. Comme beaucoup d’individus, dans la République Serbe de Bosnie, ils sont citoyens de la Bosnie non par choix mais parce que la fin de la guerre en a décidé ainsi. Tous les Croates en Bosnie sont détenteurs de passeports croates et ils votent par procuration pour les députés du Parlement croate. On peut constater que la sphère croate se mélange avec le Monténégro, en particulier le long de la côte.

39Une sphère plus petite, qui est peut-être en train de s’élargir, est la sphère bosniaque. Il y a des liens historiques, économiques, religieux et familiaux forts avec les parties musulmanes de Sandjak, qui est aujourd’hui divisé entre la Serbie et le Monténégro. Pourtant, on pourrait dire que cette sphère prend de l’ampleur du fait qu’aujourd’hui, beaucoup de slaves musulmans au Kosovo se considèrent eux-mêmes comme Bosniaques, même s’ils n’ont jamais eu de liens avec la Bosnie et ne s’étaient auparavant jamais identifiés ni aux Bosniaques, ni aux Bosniens.

Les Albanais : une sphère à part

40Comme nous l’avons précédemment mentionné, la seule sphère majeure qui ne se situe que partiellement dans la Yougosphère est la sphère albanaise. Pendant la guerre de Yougoslavie, les Albanais du Kosovo, de Macédoine, du Monténégro et du Sud de la Serbie avaient beaucoup en commun. Le Kosovo, avec l’Université de Pristina, la fierté littéraire et nationale, était leur centre. Néanmoins, il est important de rappeler ici que, représentant la plus grande minorité non-slave en Yougoslavie – une minorité qui fut involontairement incorporée à la Serbie et à la Yougoslavie à trois reprises (en 1912, 1918 et en 1945) –, les Albanais ont toujours été l’exception. Aujourd’hui, les Albanais de l’ex-Yougoslavie sont une nouvelle fois l’exception quant à la Yougosphère. Après des décennies de fragmentation de l’Albanie, il est clair qu’une vaste sphère albanaise, émerge des régions habitées par des Albanais. Cela n’annonce pas forcément la création éventuelle d’une « Grande Albanie », et l’existence des sphères serbe et croate n’annonce pas non plus la création d’une « Grande Serbie » ou d’une « Grande Croatie », mais cela n’efface pas cette possibilité pour autant.

41Le régime yougoslave, et la résistance du Kosovo à ce régime, a eu pour résultat la création d’une identité distincte kosovare-albanaise, plus subtile qu’une identité albanaise. Cela ne signifie pas que les Albanais du Kosovo ne se considèrent pas comme Albanais. Au contraire, cela démontre la création d’une fierté et d’une identité kosovare-albanaise qui va au-delà de la dimension régionale. Il faut aussi noter que, jusque-là, aucun parti défendant la création d’une « Grande Albanie » n’a eu de succès aux élections, que ce soit au Kosovo ou en Albanie. L’émergence d’une sphère albanaise dynamique est pourtant évidente. Cette sphère deviendra encore plus forte après l’inauguration, en 2009, d’une nouvelle autoroute entre le Kosovo et l’Albanie réduisant la durée du trajet automobile entre Pristina et Tirana à 5 heures, contre 10 heures auparavant.

42Récemment, nous avons assisté, comme avec la Wallonie et la France, à une homogénéisation culturelle mais pas politique. Cela s’explique largement d’un côté par l’avènement de la télévision par satellite, et de l’autre par le développement des infrastructures permettant aux Kosovars et aux Albanais de Macédoine de passer leurs vacances en Albanie. Néanmoins, l’histoire reste encore l’objet de vives divisions entre les Albanais. Historiquement, les Kosovars et les Albanais de Macédoine se tournaient vers le Nord, travaillant en Croatie et dans d’autres parties de l’ex-Yougoslavie, mais surtout en Allemagne, en Scandinavie, en Suisse, en Autriche, etc. Depuis la fin du régime communiste, les Albanais d’Albanie sont allés en masse travailler en Grèce et surtout en Italie. Nous avons déjà vu combien le Kosovo est économiquement ancré dans la Yougosphère. Par opposition, la moitié du commerce de l’Albanie se fait avec la Grèce et l’Italie, et un pourcentage extrêmement faible avec le Kosovo. Cette situation va néanmoins changer avec la nouvelle autoroute qui a également été conçue de façon à desservir le Kosovo, et le commerce se fait aussi via le port albanais de Durres. Mais, comme le dit Ylli Sulla, un cadre publicitaire, « les vieilles habitudes ont la vie dure » : il ne lui sera pas facile de vendre du lait italien au Kosovo où le lait slovène est considéré comme étant le meilleur.

43Ces divisions signifient que, même si une « sphère pan-Albanaise » émerge, elle se fait très lentement. À part la télévision et le divertissement, seul le domaine de l’assurance est significatif d’un réel marché pan-Albanais. Ceci s’explique par l’espace vacant laissé à la fin du régime serbe au Kosovo en 1999 et en Macédoine. En effet, l’assurance constituait un marché relativement sous-développé et donc les compagnies d’assurance albanaises ont pu jouer la carte du patriotisme pour convaincre les Albanais de Macédoine de signer chez eux et non chez les compétiteurs macédoniens.

44Les Albanais du Kosovo, comme ceux d’Albanie, se plaignent des difficultés à pénétrer le marché de l’autre. Les hommes d’affaires kosovars et albanais donnent l’impression de mettre le patriotisme albanais à l’écart de façon à éviter les intrusions. Aujourd’hui il n’y a littéralement aucun produit kosovare en vente en Albanie, à l’exception de quelques bières, et vice-versa. Il est également vrai que la production des deux pays est en quantité limitée de toute façon, et que la plupart de ces produits, comme le chrome albanais, présentent peu d’intérêt au Kosovo. Cependant, il y a des exceptions : les quelques librairies au Kosovo sont inondées des livres publiés en Albanie. En Albanie, il est presque impossible d’acheter des publications kosovares parce que la pression protectionniste exercée par les imprimeurs albanais a conduit à une taxation élevée sur les produits imprimés venant de l’étranger, Kosovo inclus. Une autre exception remarquable quant aux difficultés que rencontrent les Kosovars en Albanie a été le rachat en 2009 du quatrième réseau de téléphonie mobile albanais par PTK du Kosovo. Il est très intéressant de noter que le géant serbe Delta est également présent en Albanie, suite au rachat des supermarchés Euromax en 2008, qui désormais comportent beaucoup de marchandises de la Yougosphère.

45Comme ailleurs en Europe, notons que les identités ne sont pas toutes mutuellement contradictoires, et il en va de même pour les sphères. Il est possible d’habiter plusieurs sphères en même temps, ce qui est le cas pour beaucoup de personnes. Un Albanais catholique de Tuzi au Monténégro peut regarder bien volontiers la télévision albanaise, envoyer sa fille à l’université de Podgorica, faire des affaires avec la Serbie, aller en pèlerinage à la chapelle catholique de Medjugorje en Herzégovine et rendre visite à des cousins au Kosovo.

Yougosphère et Eurosphère

46Comme nous l’avons déjà noté, l’idée de la Yougosphère, et l’apparition d’une sphère albanaise, sont simplement une description de ce qui existe et de ce qui émerge. Dans cette région, contrairement à l’Europe occidentale, la construction de l’État-nation n’a jamais été achevée : une consolidation future en une région stable, basée sur la coopération entre des populations qui acceptent les frontières tout en coexistant dans différentes sphères (à la fois dans la Yougosphère et la sphère nationale), n’est pas évidente. Pour les décideurs politiques, l’objectif doit être l’absorption de la région, avec ses tendances à la fragmentation, par les institutions de la sphère européenne, en l’occurrence l’Union européenne. Bien sûr, ce n’est pas une conclusion très originale. Mais il est possible de tirer parti de l’état actuel d’immobilisme dans l’éventualité où l’intégration à l’Union européenne prendrait plus de temps que prévu.

47Pour l’instant, il est facile de décrier le manque de progrès dans le processus d’intégration à l’Union européenne, en raison du nationalisme dans les Balkans. Prenons pour exemple l’incapacité des Bosniaques à se mettre d’accord sur quoi que ce soit, ou ceux qui demandent la « belgianisation » de la Macédoine. Néanmoins, ces tendances se nourrissent lorsqu’à l’extérieur, on prend en otage le progrès pour des raisons nationalistes ou électorales, que ce soit en Grèce, en Allemagne ou aux Pays-Bas. Il est dommage que l’un des premiers coupables soit la Slovénie, un pays de la Yougosphère qui a passé le plus clair de 2009 à bloquer l’accession de la Croatie.

  • 31 Parag Khanna, The Second World: Empires and Influence in the New Global Order, 2008.

48Au cours de ces dernières années, la Serbie a été très active dans sa politique étrangère. Ceci est dû, en partie, à la question du Kosovo. En même temps qu’elle poursuivait son but d’intégrer l’Union européenne, en mai 2009, elle a accueilli, tout comme le Kosovo et la Bosnie, le vice-président américain Joe Biden, et durant le seul mois d’octobre, les présidents russe et turc, Dmitry Medvedev et Abdullah Gül, le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, ainsi que le Président estonien Toomas Henrik Ilves. En août, Tadic a passé quelques jours en Chine. Nous l’avons déjà dit, la Serbie veut se faire des amis et faire du commerce avec les membres du Mouvement Non-Aligné. On s’est souvent moqué de cette politique serbe qui cherche à donner à un petit pays sans poids commercial le rôle qu’avait la Yougoslavie. Mais au fond, cette politique est en fait cohérente pour ce que Parag Khanna de la New America Foundation appelle un « pays du deuxième monde31 » ; c’est-à-dire que les petits pays se doivent d’effectuer des manœuvres pour tirer profit d’une compétition entre les autres pays. Pour autant, la géopolitique de la région est telle que la Serbie est cernée par les pays de l’Union européenne et de l’OTAN ; et c’est le cas de la Yougosphère toute entière. Petits et divisés, les pays qui la composent ne comptent pas beaucoup, à moins qu’ils créent des ennuis, comme ils l’ont fait dans les années 90. Même une Serbie qui zigzague entre l’Union européenne, la Russie et la Chine ou un Kosovo qui fait pareil entre les États-Unis et l’Europe, et ainsi de suite, ne représente pas à grand-chose d’autre que le petit nombre de personnes qui y vivent.

49Mais se peut-il que la Yougosphère et ses institutions, comme le CCR encore au stade embryonnaire, donnent à ces pays la possibilité d’avoir plus de poids politique aux yeux de l’Europe et du monde en offrant à leur population des services plus efficaces ? Nous avons quelques exemples en Europe, comme le Benelux et le Conseil Nordique, qui ont offert aux pays qui les composent une bonne plateforme de coopération avant même leur accession à l’Union européenne. En cette période d’introspection et d’essoufflement lié à l’élargissement de l’Union européenne, il nous faut songer, non pas aux alternatives, mais plutôt à ce que l’on peut faire de productif en attendant. Il est peut-être évident, idéaliste ou juste prématuré, de suggérer que les pays de la région sont capables d’accomplir plus ensemble qu’ils ne le peuvent seuls, mais il semblerait que s’il y avait un Adenauer ou un Schuman des Balkans, alors les pays de la Yougosphère, probablement sans le Kosovo, pourraient évoluer plus rapidement au bénéfice de leurs citoyens. Pour l’instant, cela n’est pas au programme.

  • 32 Ines Sabalic, «Radjanje Jugosfere iz Pepele Jugoslavije », Globus, 4 septembre 2009. La version ang (...)

50En Bosnie par-dessus tout, la politique reste ancrée dans le passé. Cependant, il se peut qu’en général l’existence de la Yougosphère implique que la région soit mûre pour plus de coopération que nous en avons eu l’habitude. Bien sûr, le seul fait de suggérer tout cela donne l’impression de vouloir recréer la Yougoslavie. Mais malgré les différences et les antagonismes largement relayés, il apparaît qu’en arrière-plan, la région a fait des nombreux progrès au cours de la dernière décennie ; et d’ailleurs, d’après Hido Biscevic du CCR, le processus a été accéléré par la crise financière mondiale. Il dit que c’était même « bon pour la région », parce que cela a montré aux petites républiques d’ex-Yougoslavie qui « vivaient encore avec l’illusion de leur grande importance qu’elle n’étaient pas si importantes après tout… Je pense qu’il est clair que même les plus grands pays du monde ne peuvent pas résoudre les problèmes seuls, alors comment les petits pays feraient-ils s’ils ne coopéraient pas ? La crise nous a aidé à abandonner les stéréotypes de notre passé. Il est impossible de vouloir faire du commerce tout en préconisant la politique de l’aliénation »32.

51Dans les années qui viennent, le tout est de consolider ce que les populations ont en commun. Les gouvernements doivent se consacrer à cette consolidation, tout en s’attachant à harmoniser leurs politiques et leur gouvernance avec le reste de l’Europe. En effet, ce que tant de personnes ont oublié est que l’Union européenne a été fondée pour renforcer la paix en Europe. Pour ce qui est de la Yougosphère et des Balkans en général, les régions de langue albanaise incluses, il y a encore du travail à faire à cet égard.

Haut de page

Notes

1 La Serbie, la Croatie et le Monténégro sont observateurs. Seule la Serbie ne désire pas être membre de l’OTAN, mais cela peut changer

2 EIU, Bosnia and Herzegovina, Country Risk Service, août 2009, p. 13. Les données concernent 2008.

3 EIU, Macedonia, Country Risk Service, July 2009, p. 14. EIU, Montenegro, Country Report, April 2009. p. 6. Notez que les chiffres pour le Monténégro commencent en 2007 et que les exportations et les impor­tations du Kosovo sont inclues aux chiffres serbes.

4 Republic of Kosovo, External Trade Statistics, 2009. Series 3. http://www. ks-gov.net/ESK/eng/

5 Serbia Investment and Export Promotion Agency : http://www.siepa.gov.rs/ site/en/home/1/investing_in_serbia/strong_fdi_figures/

6 Voir : http://www.pogodak.com/ also : http://www.telekom.si/en/company/subsidiaries/

7 Investors from Serbia welcome to Croatia, VIP Daily News Report. 31 août 2009.

8 Voir : European Commission, Croatia 2009 Progress Report, p. 18. http://ec.europa.eu/enlargement/pdf/key_documents/2009/hr_rapport_2009_en.pdf

9 En février 2009, Ipercoop en Croatie a été racheté par l’entreprise autrichienne Spar, qui gardera cepen­dant la marque Ipercoop.

10 «IKEA’s Balkan Expansion sees “situations”», Gordana Filipovic, Reuters, 17 Aout. 2009. http://uk.reuters.com/article/idUKLH45311420090817?sp=true

11 Voir : http://www.politika.rs/rubrike/exyu/index.1.lt.html

12 Voir : http://www.najnovijitracevi.com

13 Voir : http://www.javno.com/en/foto.php?id=21&rbr=13815&idrf=582270

14 Voir : « Number of Foreign Tourists from Serbia at Foreign Destinations Down by One Third », VIP Daily News Report, 21 août 2009.

15 Voir Catherine Baker : « The Politics of Performance : Transnationalism and its Limits in Former Yugoslav Popular Music, 1999-2004 », in Denisa Kostovicova et Vesna Bojicic-Dzelilovic (eds) Transnationalism in the Balkans, 2008.

16 Voir : http://www.danisarajeva.com/?cat=4&language=en

17 Voir par exemple : http://limun.hr/en/default.aspx, http://www.seebiz.eu, http://www.emportal.rs/en/

18 Jocic arrêté dans le cas Pukanic : CC Watch, 28 April 2009. http://reporting-project.net/new/index.php?option=com_content&task=view&id=260&Itemid=43

19 Voir : Serbie, Croatie pour améliorer la coopération dans le contrôle des violences liées aux sports : http://www.srbija.gov.rs/vesti/vest.php?id=60056

20 Le ministre assiste aux préparations pour le Tchad : http://www.mod.gov.rs/novi_eng.php ?action=fullnews&id=1667

21 RCC Annual Report on Regional Co-operation in South East Europe, 2008-2009, p. 6.

22 Idem, p. 10.

23 Officiellement le Kosovo est considéré comme un membre : «United Nations Interim Administration Mission in Kosovo (UNMIK) on behalf of Kosovo in accordance with United Nations Security Council Resolution 1244»

24 Voir : «New Deal for South East Europe», Eduard Sostaric, Nacional, 14 juillet 2009. La version anglaise est sur le site du CCR : http://www.rcc.int/index.php?action=doc_archive

25 Selon Podgorica’s Institute Alternativa’s Daily Briefs, numéros 19 et 26, des projets entre le Mon­ténégro et la Croatie ont été conçus pour répondre aux questions de la protection de l’environnement, de l’héritage culturel et naturel, du tourisme et du développement de communautés transfrontalières. En Serbie, les fonds devaient financer la cohésion socio-économique ; «to build common physical, business, social and institutional infrastructure and capacities between two countries, at same time as helping establish administrative capacities for managing and implementing… programmes of cross-border co-operation». Les fonds pour le Monténégro et la Bosnie devaient servir la coopération, avec l’accent mis sur les frontières ainsi qu’un développement durable ; «promoting cooperation between people, communities, and institutions in the border areas, aiming to help establish sustainable development, stability, and progress for both countries»

26 Ces conclusions ont été tirées de commentaires recueillis après la publication de l’article que j’avais écrit dans The Economist au sujet de la Yougosphère et d’autres commentaires faits au sujet d’autres articles sur la région - Entering the Yugosphere.20/08/2009. http://www.economist.com/world/europe/displaystory.cfm?story_id=14258861

27 Andrew GAMBLE, « Anglo-America Britain, Ireland and Differentiated Integration ». Document présenté à la British Academy Research Workshop à Cardiff University, «Whose Europe ? The Politics of Differentiated Integration», 10-12 septembre 2008.

28 Voir : http://www.francophonie.org/oif/index.cfm

29 «Une société aux antipodes du modèle français», Jean-Jacques Mével, Le Figaro, 29 juillet 2008.

30 « Les Wallons tentés de rejoindre la France », Jean-Jacques Mével, Le Figaro, 29 juillet 2008.

31 Parag Khanna, The Second World: Empires and Influence in the New Global Order, 2008.

32 Ines Sabalic, «Radjanje Jugosfere iz Pepele Jugoslavije », Globus, 4 septembre 2009. La version anglaise est sur le site du CCR : http://www.rcc.int/index.php?action=doc_detail&id=116

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tim Judah, « Bonnes nouvelles des Balkans de l’Ouest : La Yougoslavie est morte, vive la Yougosphère ! »Anatoli, 1 | 2010, 147-170.

Référence électronique

Tim Judah, « Bonnes nouvelles des Balkans de l’Ouest : La Yougoslavie est morte, vive la Yougosphère ! »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/385 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.385

Haut de page

Auteur

Tim Judah

Journaliste, correspondant de The Economist pour les Balkans

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search