Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 3. Les réseauxTerritoires et réseaux en Europe ...

Partie 3. Les réseaux

Territoires et réseaux en Europe du Sud-Est : la question de la criminalité

Philippe Chassagne
p. 171-182

Texte intégral

1Les espaces balkanique et anatolien ont connu des phénomènes spatiaux, sociaux et politiques comparables, consolidés durant la période ottomane, relatifs aux réseaux de pouvoir locaux et à leurs rapports aux États modernes. Les réseaux criminels contemporains d’Europe du Sud-Est (trafics de drogues, d’êtres humains, collusions des milieux politiques, institutionnels et économiques avec la pègre) en sont un produit et un révélateur. Ils illustrent deux caractéristiques de la région, sa situation de carrefour – entre Asie et Europe, elle relie par des routes terrestres de grands ensembles géopolitiques – et les aléas de la formation des États, qui favorisent les réseaux sociaux (espaces frontaliers, minorités, diasporas) susceptibles d’agir dans des registres variés (échanges économiques, activité politique, trafics illicites, etc.). Les réseaux criminels, traduisant à la fois la force des liens informels et les effets du morcellement territorial sur le fonctionnement des États, posent la question de l’intégration spatiale, tant celle du territoire étatique que celle de la région.

Les réseaux criminels, des phénomènes géographiques et sociaux transversaux

2La criminalité en Europe du Sud-Est reflète l’imbrication de nombreux réseaux sociaux, aux niveaux local, régional et global.

Héritages des années 1990

3Les caractéristiques de la région (situation de carrefour, aléas de la formation de l’État) se sont combinées à la configuration spécifique des années 1990, avec l’ouverture de l’espace européen, d’importants mouvements de population, la transformation des anciens États communistes et l’instauration du multipartisme, la transition économique, la décomposition violente de la Yougoslavie et le conflit du Sud-Est anatolien. Ces situations de crise ont dynamisé les relations transversales, tant au niveau géographique que social, alors que les cadres institutionnels, juridiques, économiques et territoriaux étaient remis en cause.

4Ainsi, l’embargo international imposé à la République fédérale yougoslave (RFY, Serbie et Monténégro) entre 1992 et 1995 entraîna l’émergence de réseaux pour contourner les sanctions, à l’intérieur de la RFY et chez ses voisins. Ils s’entrecroisèrent parfois avec d’autres réseaux stimulés par l’embargo grec à l’encontre de l’ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM) en 1994-1995, cette période voyant les principales routes balkaniques et l’ensemble des pays de la région soumis à des contraintes en matière d’échanges économiques. Les contrebandes diverses créèrent ou renforcèrent des liens entre responsables politiques, forces de sécurité, hommes d’affaires et truands. Elles permirent à certains groupes d’engranger des fonds, de maîtriser la corruption administrative et de tisser des liens transfrontaliers.

  • 1 Nikolov J., «Crime and Corruption after Communism: Organized Crime in Bulgaria», East European Cons (...)
  • 2 Glenny M., McMafia. Au coeur de la criminalité internationale, Paris, Denoël, 2009, p. 59-60.
  • 3 Stephen C., «Courtside : Serbia’s Dirty War», Institute for War and Peace Reporting (IWPR), Tribuna (...)

5En Bulgarie, ces opérations aidèrent au rapprochement entre d’anciens sportifs devenus entrepreneurs violents, des cercles policiers et issus de la Sécurité d’État, et d’anciens apparatchiks1. Ces derniers avaient accès aux ressources stratégiques contrôlées par l’État, les policiers assuraient le passage des marchandises à la frontière, les « sportifs », le transport et la protection des cargaisons. La firme Multigroup de Iliya Pavlov participa à l’acheminement de pétrole en Serbie, les convois étant escortés par la compagnie SIC, dirigée par d’anciens lutteurs et d’anciens policiers2. À Belgrade, l’Administration fédérale des douanes finança des secteurs étatiques comme le Département de la Sécurité d’État, la Sécurité publique et l’Armée yougoslave. Son directeur Mihalj Kertes (1994-2000) passa aussi un accord avec Zeljko Raznatovic « Arkan », lui permettant de financer son groupe paramilitaire par la contrebande de cigarettes et d’alcool3. L’import / export de marchandises, jusqu’alors attribué aux entreprises publiques, fut délégué de manière informelle à des intermédiaires privés. Les relations entre trafiquants serbes et bulgares, liés aux milieux économiques et institutionnels, se consolidèrent à cette époque.

Formes d’intégration

6Durant la déstabilisation des années 1990, les réseaux d’activités illicites ont contribué à l’intégration de l’espace régional.

  • 4 Pihet C., « L’organisation difficile d’un système politique pluraliste », Cahiers d’études sur la M (...)
  • 5 En 1997, le Parti socialiste eut recours à ces forces, à Vlorë et Durrës, utilisant leur influence (...)

7Dans chaque pays, ils ont participé à la gestion du territoire par le pouvoir central. En Albanie, des clivages sont apparus à la fin des années 1990 entre des espaces fonctionnant à l’écart de la tutelle centrale et ceux restés dans l’orbite de Tirana4. Le Nord-Est du pays (district de Tropojë) tendait à devenir autonome grâce aux revenus des trafics frontaliers avec le Kosovo. Favorable au Parti démocratique alors dans l’opposition, il était administré par des réseaux clientélistes proches du parti. Au Sud du pays, dans la région du port de Vlorë, des tendances à repousser la tutelle centrale s’affirmèrent, non pour des raisons politiques (les dirigeants locaux étaient surtout liés au Parti socialiste au pouvoir), mais pour préserver des activités illicites. Les filières migratoires clandestines, de prostitution et de drogues vers la Grèce et l’Italie offraient des ressources aux trafiquants mais aussi à une partie de la population (hébergement de migrants, cultures de marijuana, commerces divers…). Des réseaux fondés sur cette économie tendirent à doubler voire à remplacer l’administration locale. Mais toutes ces forces « centrifuges » restèrent liées aux grands partis politiques, chacun y trouvant son intérêt selon les circonstances5. Il n’y eut pas de coupure entre centre et périphérie, mais un fonctionnement par délégation, en réseau.

8Les activités illicites et les trafics transfrontaliers ont aussi à la fois révélé et stimulé de nombreuses liaisons couvrant l’espace régional. Par exemple, la position dominante dans le trafic d’héroïne des groupes de Turquie ou de l’espace albanophone (Albanie, Kosovo, ARYM) implique de nombreux liens tissés dans la région (Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Monténégro, Roumanie, Serbie). La grande interconnexion de l’espace régional, malgré le morcellement territorial, renvoie à sa situation de carrefour et aux voies de communication qui traversent la région. L’utilisation de ces voies nécessite la collaboration d’acteurs de chaque territoire pour faire circuler les hommes et les marchandises.

9D’un point de vue global, l’extension des réseaux trafiquants turcs et balkaniques dans les communautés expatriées (notamment en Europe), et les connexions avec des groupes extérieurs (Italie, ex-URSS, Chine…) ont contribué à ce que la région puisse fonctionner en relation avec son environnement proche ou éloigné. Réseaux d’affaires et flux financiers ont assuré un lien avec l’économie internationale, comme celle de l’Union européenne (via Chypre et la Grèce pour la RFY, via l’Autriche pour la Croatie, etc.), à une époque où l’instabilité politique et les difficultés économiques avaient tendance à marginaliser la région.

Enjeux de la coopération régionale dans la lutte contre la criminalité

10Si les réseaux criminels ont contribué à une certaine intégration régionale dans un contexte de crise, leur réduction en période de stabilisation implique de contrer les effets du morcellement territorial.

La coopération économique pour limiter la contrebande

11Un premier enjeu est de réduire les opportunités pour les réseaux trafiquants de profiter des différences de situations politiques, juridiques ou économiques entre les territoires. Ces réseaux capables de passer les frontières et d’acheminer sur de longues distances des marchandises ou des êtres humains (migrants clandestins, jeunes femmes destinées à la prostitution…) ont tiré profit de la réorganisation de l’espace européen au début des années 1990, et des tensions entre les nouvelles circulations stimulées par le décloisonnement et les barrières frontalières instaurées suite à cette réorganisation.

12La signature de l’Accord centre-européen de libre-échange (CEFTA) entre l’Albanie, l’ARYM, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, le Kosovo, la Moldavie, le Monténégro et la Serbie, a été une avancée notable pour l’intégration régionale, favorisant les mécanismes de coopération économique et une intensification des échanges commerciaux. Cette évolution contribuera à la diminution de la contrebande. Les discussions entre les États avant la signature de l’accord, en fin d’année 2006, avaient mis en lumière les réticences des uns et des autres à ouvrir leur marché à la concurrence, alors que l’intérêt à exporter librement était pourtant partagé.

  • 6 Cette situation avait déjà été mise en avant par British-American Tobacco, qui avait vainement tent (...)

13Le commerce des cigarettes, longtemps relié aux réseaux illicites, a été une pierre d’achoppement lors des négociations, entre la Croatie et la Serbie. Cette dernière souhaitait protéger son industrie du tabac, les deux grandes usines du pays, à Nis et Vranje, ayant été rachetées en 2003 respectivement par Philip Morris et British-American Tobacco. Belgrade avait instauré en 2001 des taxes sur les cigarettes importées, dont une part considérable provenaient de l’usine de Rovinj (TDR) en Croatie, et souhaitait une augmentation compensatoire des droits d’importation. La Croatie s’y opposa, invoquant les principes du libre-échange, mais Belgrade répondit que le marché du tabac en Croatie était organisé de manière à rendre très difficile toute concurrence étrangère6.

14La contrebande de cigarettes a diminué d’intensité dans la région depuis les années 1990 mais elle continue à travers des réseaux internationaux ou liés aux industries locales, dont la production et la commercialisation des produits sont mal contrôlées. Le Kosovo est ainsi touché par des réseaux passant par la Croatie, la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro, ou bien par l’Albanie, l’ARYM ou la Serbie. D’autres pays restent alimentés par une part importante de cigarettes de contrebande comme l’Albanie, le Monténégro ou la Bulgarie. Dans ce pays, les cigarettes entrent clandestinement par la Serbie ou l’ARYM, mais elles sont aussi produites localement, déclarées à l’exportation puis écoulées frauduleusement sur place. En mai 2008, le directeur du cigarettier national Bulgartabak a déclaré que 15 à 20 % des cigarettes vendues en Bulgarie provenaient de la contrebande, un chiffre évalué à la hausse en août 2009, à hauteur d’un tiers du marché local.

15Si une meilleure intégration économique régionale réduirait les trafics fondés sur les différences de situation et les concurrences entre territoires, l’échange de renseignements et la coopération policière et judiciaire entre États sont incontournables pour lutter contre les réseaux actifs dans chaque pays et à travers la région.

La coopération policière et judiciaire

16Depuis les années 2000, un facteur favorable au développement de la coopération dans la région est la perspective pour chaque pays d’intégrer l’Union européenne (UE). Les thèmes relatifs à l’État de droit (réformes judiciaires, lutte contre la corruption et la criminalité) se sont imposés au premier plan dans les relations entre l’Union et les pays candidats, potentiels ou déclarés. Ces derniers essaient d’afficher une image d’efficacité et des résultats positifs dans ce domaine. Les opérations internationales de police impliquant des pays de la région sont ainsi facilitées lorsqu’elles impliquent aussi un grand pays de l’UE (cette force incitative venue de l’extérieur s’exerce aussi avec les États-Unis).

  • 7 Successeur du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, le Conseil de coopération régionale vise (...)
  • 8 Le Processus de coopération en Europe du Sud-Est (SEECP) inclut l’Albanie, l’ARYM, la Bosnie-Herzég (...)

17La justice et les affaires intérieures font partie des priorités du Conseil de coopération régionale (RCC) et en décembre 2009, une conférence a été organisée par son secrétariat à Sarajevo pour préparer une stratégie régionale pluriannuelle dans ce domaine7. Elle a réuni des magistrats et des policiers des pays de la région et de l’UE, et des représentants des institutions européennes, du Processus de coopération en Europe du Sud-Est (SEECP) et des organisations internationales8. Le document final de cette stratégie doit être élaboré pour la fin de l’année 2010.

  • 9 Les treize pays membres sont l’Albanie, l’ARYM, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la (...)

18Au plan opérationnel, l’Initiative de la coopération de l’Europe du Sud-Est (SECI), inspirée par les États-Unis, a établi en 2001 à Bucarest un Centre régional de lutte contre la criminalité transfrontalière9. Son activité, orientée vers la coopération policière et douanière, a été reconnue par les institutions et organisations internationales, mais elle reste limitée.

  • 10 Commission européenne, Stratégie d’élargissement et rapports de suivi 2009, 14 octobre 2009, http:/ (...)

19La coopération nécessite la mise en place dans chaque pays d’une législation, de normes et de dispositifs garantissant la protection des données personnelles, en conformité avec les standards de l’UE, pour garantir le bon usage et la sécurité des informations échangées. Les pays de la région offrent sur ce plan une situation contrastée10. Elle est jugée plutôt satisfaisante en ARYM et en Croatie. En Albanie, en Bosnie-Herzégovine et en Serbie, le cadre juridique et institutionnel est plus ou moins établi, mais la mise en œuvre de la législation est insuffisante. Au Monténégro, au Kosovo et en Turquie, le cadre juridique est très insuffisant ou absent, et il n’existe pas d’autorité compétente en la matière.

20L’échange de renseignements et la coopération judiciaire entre États s’effectuent surtout sur le plan bilatéral, de manière ponctuelle, au gré des opérations menées.

21L’enquête sur l’attentat mortel du 23 octobre 2008 contre le propriétaire de l’hebdomadaire croate Nacional Ivo Pukanic, et son collaborateur Niko Franjic, a témoigné des avancées récentes de la coopération régionale, mais elle a aussi rappelé d’anciens échecs de cette coopération. Pendant plusieurs mois, la police et la justice croates ont collaboré avec leurs homologues de Serbie (quelques jours après l’attentat, les directeurs de la police croate et serbe s’étaient rencontrés). Le 29 octobre 2008, trois Croates, un Serbe et un Monténégrin étaient arrêtés en Croatie, tous proches d’une figure de la pègre de Serbie, Sreten Jocic dit « Joca Amsterdam ». Ce dernier a été arrêté à Belgrade le 27 avril 2009 et accusé d’être le principal responsable de l’attentat, sur la base de documents produits par les autorités croates. Deux autres Serbes soupçonnés d’avoir été impliqués ont aussi été arrêtés à Belgrade les 30 et 31 mai 2009. Les actes d’inculpations contre les personnes soupçonnées ont été rendus publics le même jour à Zagreb et Belgrade, le 26 octobre 2009. La coopération policière a été renforcée par un accord signé le 26 mai 2009 à Rijeka par les ministres de l’Intérieur de Croatie et de Serbie, Tomislav Karamarko et Ivica Dacic.

  • 11 Resté en Bulgarie après le procès, Ivan Moze fut kidnappé le 24 février 2007 par des proches du tru (...)

22Ce succès a néanmoins rappelé une autre affaire qui s’était soldée par un échec. En septembre 2004, la police bulgare avait annoncé rechercher douze Croates soupçonnés d’avoir commis plusieurs assassinats en Bulgarie (parmi eux figuraient les trois Croates arrêtés en octobre 2008 à Zagreb). Le ministère de l’Intérieur croate s’était étonné de cette annonce publique, faisant savoir que si des informations lui avaient bien été demandées par des enquêteurs bulgares quelques semaines plus tôt, il s’agissait de données opérationnelles. Un peu plus tard, la police bulgare modifia son communiqué et affirma rechercher seulement trois des douze Croates mentionnés initialement, Robert Matanic, Ivan Moze et Branko Vujanovic. Ce dernier se rendit aux autorités croates en septembre 2005, fut entendu par la police puis remis en liberté. Ivan Moze, arrêté en Bulgarie en septembre 2004, fut jugé pour un double meurtre mais acquitté en janvier 2006 pour insuffisance de preuves11. Robert Matanic fut arrêté en Serbie en février 2005 pour possession d’armes. Extradé à Sofia en août 2007 et jugé pour plusieurs crimes, il fut aussi libéré, faute de preuves, en mai 2008, et retourna en Croatie, où il fut arrêté fin octobre pour l’attentat contre Ivo Pukanic.

23Cette affaire témoigne du contraste existant entre le fonctionnement fluide des réseaux criminels, où des individus voyagent aisément à travers plusieurs territoires et se livrent à des activités illicites, en complicité avec des collaborateurs locaux, tandis que les structures étatiques, pourtant informées de l’existence et de l’activité de ces réseaux, éprouvent des réticences à coopérer et mettent plusieurs années pour les neutraliser, le succès de leur coopération résultant de convergences d’intérêts et de volontés politiques à un moment donné.

Limites de la coopération régionale

24La lutte contre les réseaux criminels est à observer aux trois niveaux spatiaux dans lesquels ces réseaux s’insèrent, l’échelle globale, l’espace régional et le territoire étatique.

Des réseaux criminels dépassant le cadre des territoires de la région

25La coopération régionale pour lutter contre les réseaux criminels est confrontée à l’impact local des grands trafics illicites qui empruntent cet espace carrefour, mais dont l’origine et la destination renvoient à des problématiques extérieures à la région.

  • 12 6 100 tonnes en 2006, 8 200 t en 2007, 7 700 t en 2008 et 6 900 t en 2009 ; United Nations Office o (...)
  • 13 United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC), World Drug Report 2009, Vienne, 2009, p. 52 et 54
  • 14 Center for the Study of Democracy (CSD), Organized Crime in Bulgaria : Markets and Trends, Sofia, 2 (...)

26C’est le cas du trafic international d’opiacés provenant d’Afghanistan, premier producteur mondial d’opium. La production locale atteint des records depuis 2006, dépassant largement les besoins de la consommation mondiale illicite, estimés à 5 000 tonnes par an12. Or, l’opium peut être stocké et conservé plusieurs années, et ce sont les marchés européens de l’héroïne, alimentés par la Turquie et les Balkans, qui sont les plus lucratifs13. Dans la région, les revenus en jeu sont considérables. Le marché de l’héroïne en Bulgarie représentait en 2007 un chiffre d’affaires de 16 à 54 millions d’euros14.

  • 15 Les revenus sont substantiels, le prix du kilogramme de cocaïne étant évalué en moyenne à 7 000 dol (...)

27Des filières d’importation de cocaïne se sont aussi montées dans la région depuis les années 1990, destinées à l’Union européenne où les revenus de cette drogue sont plus lucratifs qu’aux États-Unis15 . Les réseaux régionaux ont progressivement pris en charge des cargaisons de plus en plus importantes, pouvant atteindre plusieurs tonnes. Ainsi le 15 octobre 2009, plus de deux tonnes de cocaïne en route vers l’Europe ont été interceptées au large de l’Uruguay, lors d’une opération de police impliquant aussi les forces de sécurité d’Argentine, des États-Unis et de Serbie (l’Agence de sécurité et de renseignement, BIA), qui visait un réseau de trafiquants croates, monténégrins et serbes. Près de 500 kg de cocaïne destinés au même réseau ont été trouvés un mois plus tard à Buenos Aires.

28Dans les pays de la région, l’importation et le trafic international (de transit) d’héroïne et de cocaïne sont majoritairement contrôlés par un nombre réduit de réseaux, compris entre une demi-douzaine et une dizaine (on en trouve davantage en Turquie). Dans des territoires au développement économique encore insuffisant, ces trafics drainent des sommes considérables (de l’ordre de plusieurs dizaines de millions d’euros par an pour les principaux réseaux), qui permettent aux trafiquants de développer leurs relations pour acquérir des protections et de gagner en influence dans l’économie locale.

Relations interétatiques et effets du morcellement territorial

29Au niveau régional, la coopération interétatique présuppose de la part des États des concessions concernant leur souveraineté et ce, alors qu’il s’agit d’États récents, s’étant pour certains construits contre leurs voisins. Les relations bilatérales conflictuelles (entre la Grèce et l’ARYM par exemple) ou inexistantes (entre la Serbie et le Kosovo) obstruent la coopération régionale, faisant de certains territoires des refuges pour des acteurs criminels poursuivis dans d’autres. La situation du Kosovo est la plus complexe de ce point de vue. L’indépendance déclarée en février 2008 n’a été reconnue ni par Belgrade, ni par la Grèce, ni par la Roumanie. Si le Kosovo a signé l’Accord de libre-échange régional (CEFTA), la Serbie, la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro ont refusé d’importer librement les marchandises provenant du nouvel État. De même, la participation du Kosovo en tant qu’État indépendant aux organes de coopération régionale (RCC, SEECP) reste en suspens. Pour la coopération policière et judiciaire, cette situation est d’autant plus gênante que le Kosovo occupe une situation de carrefour au Sud de la région, partage ses frontières avec cinq États, et semble continuer à être un lieu de passage important pour l’héroïne en transit à destination de l’UE, une situation héritée des années 1980-1990.

  • 16 Police Assistance Mission of the European Community to Albania, PAMECA II Final Report 2004-2007, T (...)

30Le morcellement de l’espace régional, dont les dimensions sont relativement réduites, est une difficulté structurelle pour la coopération, car les alternances politiques et les effets des luttes de pouvoir dans chaque territoire influent sur la stabilité des administrations. La coopération policière et judiciaire tient beaucoup aux rapports personnels entre individus. Elle se renforce sur la durée par des actions concrètes, de terrain, où les partenaires apprennent à se connaître et à se faire confiance. Or, les nominations dans les administrations à la suite d’alternances politiques, ou bien les luttes internes aux partis au pouvoir durant leurs mandats gouvernementaux, se traduisent par des changements importants de personnels dans des lapses de temps relativement courts. En décembre 2007, la Mission d’assistance policière de la Communauté européenne en Albanie (PAMECA II, dirigée par l’Allemagne) mentionna, parmi les difficultés relevant du ministère de l’Intérieur et de la police locale, les rotations fréquentes et injustifiées du personnel et des responsables policiers, en particulier après les échéances électorales et les changements de direction au ministère, ainsi que les interférences du pouvoir politique et l’influence des affiliations politiques lors des transferts, promotions et renvois16.

31Les difficultés causées par la division de l’espace en plusieurs territoires sont accentuées par les liens sociaux transfrontaliers existant néanmoins d’un territoire à l’autre. La question des citoyennetés multiples que possèdent de nombreux habitants de la région, illustre cette tension pour la coopération policière et judiciaire. La plupart des pays n’extradent pas leurs propres citoyens en cas de demande émanant d’un pays étranger. Les affaires dans lesquelles des individus recherchés dans un territoire ont trouvé refuge dans un pays voisin, dont ils étaient aussi, ou sont devenus entre-temps, citoyens, ont été récurrentes au cours de la période récente. Alors que 300 à 400 000 Croates de Bosnie-Herzégovine sont aussi citoyens de Croatie, plusieurs affaires ont vu certains d’entre eux se réfugier en Croatie pour éviter des poursuites à Sarajevo (des Croates de Croatie faisant de même en s’installant en Bosnie-Herzégovine). Dans ces situations impliquant souvent des individus fortunés ou dotés de relations personnelles bien placées, les administrations locales ont d’ailleurs tendance à fonctionner plus rapidement qu’à leur habitude pour délivrer des documents.

Les réseaux criminels, freins aux réformes dans chaque territoire

32Au cours des années 2000, la pacification de la région, les changements politiques dans chaque pays et leur démarche pour intégrer l’UE ont entraîné la déstabilisation et/ou la réorganisation de certains réseaux criminels. Des luttes s’exercent pour acquérir ou consolider des positions dans des secteurs économiques lucratifs et stratégiques. Certaines opérations de police, arrestations et inculpations au cours des dernières années, semblent s’être inscrites dans ce contexte de recomposition des relations, en ayant été influencées par des affinités ou des rivalités politiques ou partisanes. Avec la volonté de satisfaire aux exigences de Bruxelles, les enjeux politiques, à l’intérieur d’un État ou entre plusieurs États, constituent l’autre grand moteur des actions de lutte contre les réseaux criminels.

33Dans chaque territoire, des acteurs politiques, institutionnels et économiques restent impliqués dans les activités illicites, notamment les trafics régionaux, les céder à d’autres (rivaux politiques, concurrents en affaires) pouvant être perçu comme un risque supérieur à celui pris en y participant. Malgré l’investissement des réseaux criminels dans l’économie légale (tourisme, commerce, etc.), les activités illicites conservent donc leur importance à la fois pour eux et aussi, indirectement, pour ces acteurs issus d’autres environnements sociaux. Cette situation empêche une coopération efficace entre les territoires. C’est notamment le cas lorsque les acteurs politiques exercent des pressions et des intimidations sur les juges ou les procureurs traitant d’affaires sensibles. Une autre difficulté peut apparaître lorsque les activités illicites ont impliqué des agents des services de sécurité, une situation fréquemment rencontrée au cours des années 1990.

34Les acteurs criminels cherchent à « légaliser » au moins partiellement leurs activités et à limiter les effets des réformes susceptibles de les affaiblir. Cette démarche concerne aussi les réseaux de collusion entre milieux d’affaires, politiques et institutionnels, tirant profit d’activités illicites ou de situations de monopole économique. Tant au niveau législatif que dans leur mise en application, ils tentent de freiner ou d’empêcher les réformes.

35Cette dimension n’est pas la seule mais elle fait partie du rapport de force opposant en Turquie le gouvernement dirigé par le Parti de la justice et du développement (AKP), musulman conservateur, aux milieux laïcs et nationalistes les plus durs, à travers notamment le procès du réseau clandestin Ergenekon (accusé de complot contre le gouvernement), ouvert en octobre 2008. Plusieurs affaires à la fin des années 1990 montrèrent que certains groupes criminels avaient acquis des positions d’influence et de pouvoir dans les sphères politique et institutionnelle, à l’ombre de ce type de réseau. À côté des enjeux idéologiques et politiques, des acteurs institutionnels et économiques en ont aussi profité et cherchent à préserver leurs positions, remises en cause par la politique gouvernementale.

36La question du fonctionnement de l’État reste déterminante pour l’avenir de la région, conditionnant autant les projets de coopération que l’évolution des phénomènes criminels.

Conclusion

37La lutte contre la criminalité en Europe du Sud-Est est rendue difficile par le fait que la structure de cet espace et les changements des années 1990 ont favorisé l’établissement et la mobilité de réseaux relationnels informels, étendus, et gêné dans le même temps la coopération entre les territoires étatiques. Néanmoins, d’un point de vue historique, les États de la région sont entrés fréquemment en complémentarité avec certains réseaux pour leurs propres objectifs politiques ou économiques. Ce fut le cas dans les années 1990, en période de crise et de déstabilisation, où chacun poursuivait ses intérêts. Si les influences extérieures et les difficultés dans chaque territoire subsistent, le destin choisi au niveau régional est désormais commun, un élément positif pour la réduction des réseaux criminels. La coopération régionale est incontournable, toute action menée dans un seul territoire étant vouée à entraîner un phénomène de déplacement dans un territoire voisin. Sur cette question comme sur beaucoup d’autres, l’Europe du Sud-Est représente moins un cas spécifique qu’un miroir grossissant de situations existant ailleurs dans le monde.

Haut de page

Notes

1 Nikolov J., «Crime and Corruption after Communism: Organized Crime in Bulgaria», East European Constitutional Review, vol. 6, n° 4, automne 1997.

2 Glenny M., McMafia. Au coeur de la criminalité internationale, Paris, Denoël, 2009, p. 59-60.

3 Stephen C., «Courtside : Serbia’s Dirty War», Institute for War and Peace Reporting (IWPR), Tribunal Update n° 309, 14-18 avril 2003. http://iwpr.net/?p=tri&s=f&o=165870&apc_state=henitri30ef90678574590ce4aed5b935735d7e, ou https://iwpr.net/global-voices/courtside-serbias-dirty-war

4 Pihet C., « L’organisation difficile d’un système politique pluraliste », Cahiers d’études sur la Méditerranée et le monde turco-iranien (CEMOTI), n° 29, janvier-juin 2000, p. 161-162.

5 En 1997, le Parti socialiste eut recours à ces forces, à Vlorë et Durrës, utilisant leur influence pour capter les votes ; Pihet C., op. cit., p. 162.

6 Cette situation avait déjà été mise en avant par British-American Tobacco, qui avait vainement tenté de s’implanter en Croatie à la fin des années 1990, en investissant dans l’usine de production de Zadar.

7 Successeur du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, le Conseil de coopération régionale vise à améliorer la coopération et l’intégration européenne et atlantique de la région, coordonnant les initiatives de coopération

8 Le Processus de coopération en Europe du Sud-Est (SEECP) inclut l’Albanie, l’ARYM, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Grèce, la Moldavie, le Monténégro, la Serbie, la Roumanie et la Turquie. Forum de discussion à haut niveau, il est fondé sur des rencontres entre chefs d’État et ministres

9 Les treize pays membres sont l’Albanie, l’ARYM, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Grèce, la Hongrie, la Moldavie, le Monténégro, la Roumanie, la Serbie, la Slovénie et la Turquie.

10 Commission européenne, Stratégie d’élargissement et rapports de suivi 2009, 14 octobre 2009, http://ec.europa.eu/enlargement/press_corner/key-documents/reports_oct_2009_fr.htm.

11 Resté en Bulgarie après le procès, Ivan Moze fut kidnappé le 24 février 2007 par des proches du truand pour le meurtre duquel il avait été acquitté. Il est depuis porté disparu.

12 6 100 tonnes en 2006, 8 200 t en 2007, 7 700 t en 2008 et 6 900 t en 2009 ; United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC), Aghanistan Opium Survey 2009. Summary Findings, Vienne, septembre 2009, p. 16.

13 United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC), World Drug Report 2009, Vienne, 2009, p. 52 et 54.

14 Center for the Study of Democracy (CSD), Organized Crime in Bulgaria : Markets and Trends, Sofia, 2007, p. 60-61 et p. 83-87.

15 Les revenus sont substantiels, le prix du kilogramme de cocaïne étant évalué en moyenne à 7 000 dollars (4 900 euros) en Amérique latine, contre 50 000 dollars (35 000 euros) dans l’UE ; International Crisis Group (ICG), Latin American Drugs I : Losing the Fight, Bruxelles, 14 mars 2008, Latin America Report n° 25, p. 16 et 29.

16 Police Assistance Mission of the European Community to Albania, PAMECA II Final Report 2004-2007, Tirana, 10 décembre 2007, p. 47-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chassagne, « Territoires et réseaux en Europe du Sud-Est : la question de la criminalité »Anatoli, 1 | 2010, 171-182.

Référence électronique

Philippe Chassagne, « Territoires et réseaux en Europe du Sud-Est : la question de la criminalité »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.387

Haut de page

Auteur

Philippe Chassagne

Docteur en géographie, chercheur associé au CNRS (UMR Europe, Européanité, Européanisation)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search