Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 3. Les réseauxLes Balkans et le « doux commerce »

Partie 3. Les réseaux

Les Balkans et le « doux commerce »

Deniz Akagül
p. 183-191

Texte intégral

  • 1 Cf. Keynes J.M., Les conséquences économiques de la paix, Paris, Gallimard, 2002 [1920], p. 257.

1Dans son ouvrage intitulé Les conséquences économiques de la paix paru au lendemain de la Première guerre mondiale, John Maynard Keynes, après avoir insisté sur les risques économiques et politiques du poids insoutenable des réparations infligées à l’Allemagne par le Traité de Versailles, dénonçait les coûts générés par l’éclatement de l’espace économique en Europe. Il était question des « pertes en matière d’organisation et d’efficacité économique que doivent entraîner les innombrables nouvelles frontières politiques qui viennent d’être créées entre les États nationalistes, avides, jaloux, sans expérience et économiquement déficients ». Pour Keynes, « les frontières économiques étaient supportables tant qu’un immense territoire était partagé entre quelques grands empires. Elles cessent de l’être maintenant que les empires d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie, de Russie et de Turquie ont été divisés en une vingtaine d’États indépendants ». Pour éviter les pertes économiques liées à la mise en place de nouvelles frontières politiques, il fallait selon lui dissocier les frontières économiques de ces dernières pour constituer une vaste zone de libre-échange. Aussi, Keynes ajoutait-il à ses propos qu’« une Union libre-échangiste, comprenant toute l’Europe centrale, orientale, Sud-orientale, la Sibérie, la Turquie, et, nous osons l’espérer, le Royaume-Uni, l’Égypte et l’Inde, œuvrerait probablement autant en faveur de la paix et de la prospérité du monde que la Société des Nations elle-même1 ». Situés aux points de jonction des empires disparus à la suite de la Première guerre mondiale, parmi les régions visées figurent les Balkans.

2L’argumentation de Keynes s’appuie sur deux types d’intérêts découlant de l’intégration économique ; pécuniaires et politiques. Sur le plan pécuniaire, il s’agit de bénéficier tout d’abord des débouchés pour les surplus de production, notamment dans le cas des produits issus des ressources naturelles. Le commerce extérieur, en permettant d’écouler une production qui autrement ne trouve pas de demande sur le marché domestique déjà saturé, permet d’accroître la production, l’emploi et par voie de conséquence le niveau de vie. Ensuite, la spécialisation des économies dans la division internationale du travail grâce à une meilleure allocation des ressources, permet avec la même quantité de facteurs de production utilisés, d’accroître la production. Enfin, les économies d’échelle qui résultent de la spécialisation des économies viennent s’ajouter aux gains réalisés, le fait de produire en plus grande échelle permettant de réaliser des gains de productivité. À ces gains découlant de la libre circulation des biens et services, il est possible d’ajouter dans le cas d’une intégration économique plus avancée ceux liés à la libre circulation des personnes et des capitaux ; dans les deux cas, les facteurs de production étant orientés vers les lieux où leur rémunération (et leur productivité) est la plus élevée, l’intégration assure une meilleure efficacité productive. L’intégration génère donc une élévation du niveau de vie en général.

  • 2 Cf. Montesquieu, De l’esprit des lois, Livre XX, chap. II (De l’esprit du commerce), Garnier Flamma (...)
  • 3 Dans son discours prononcé le 21 août 1849 lors du Congrès de la paix à Paris, Victor Hugo disait q (...)
  • 4 «The solution is the transformation of the conflict from a political problem to an economic transac (...)
  • 5 Selon lui, les États-Unis devraient soutenir l’ALENA pour des raisons géopolitiques, même si cet ac (...)

3Quant aux intérêts politiques de l’intégration économique, c’est la contribution positive de la prospérité à un environnement politique plus stable qui est sans doute mise en avant par Keynes. Mais au-delà de cet avantage, l’intégration économique comporte d’autres vertus sur le plan politique qui pourraient se résumer par l’idée de « doux commerce » de Montesquieu selon laquelle le commerce apporte la paix en établissant des interdépendances entre les pays participants. « L’effet naturel du commerce est de porter à la paix, écrit celui-ci. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépen­dantes : si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels2 ». Plus tard, la concurrence sur le marché sera perçue comme un substitut au champ de bataille, par Victor Hugo qui prônera pour les États-Unis d’Europe3. La même idée apparaît dans les réflexions des économistes qui perçoivent « les transactions économiques comme des problèmes politiques résolus4». L’idée centrale étant que le coût d’opportunité d’un conflit devenant plus important en raison des interdépendances, les partenaires commerciaux seront dissuadés de s’engager dans des situations conflictuelles. L’idée d’une instrumentalisation de l’intégration économique à des fins politiques est admise également par les économistes contemporains, comme Paul Krugman5.

4Qu’en est-il pour les Balkans ? L’évolution économique depuis le XIXe siècle est-elle conforme à l’argumentation de Keynes ? Les intérêts économiques attendus de l’intégration à un espace économique plus large sont-ils confirmés ? L’intégration économique peut-elle être instrumentalisée au service du politique, comme facteur de paix dans les Balkans ? Cette région qui fut le terrain de décompositions et de recompositions des espaces politiques et économiques, offre un champ d’observation stimulant.

Recompositions des espaces politiques et performances économiques

  • 6 Cf. Palairet Michael, The Balkan Economies c. 1800-1914, Evolution Without Development, Cambridge, (...)
  • 7 Cf. Collier Paul et Dollar David, Globalization, Growth and Poverty, Building and Inclusive World E (...)
  • 8 Cf. Castellan Georges, Histoire des Balkans xive – xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 341.

5L’évolution comparée des économies balkaniques depuis le XIXe siècle confirme les pertes engendrées par la désintégration des espaces économiques précédemment constitués. Les spécialisations des économies façonnées par la division du travail dans l’ancien espace économique s’avèrent inadéquates avec les nouvelles frontières qui introduisent des ruptures dans les circuits d’échanges existants. Le premier exemple est fourni par la détérioration de la situation économique dans les pays issus de l’Empire ottoman. La période 1878-1914 est marquée par la dégradation des performances économiques par rapport à la période 1790-1878 sous l’administration ottomane. La disparition des débouchés à la suite de la séparation du marché ottoman, ainsi que la réduction de la taille des exploitations agricoles qui a suivi les changements intervenus dans la propriété de la terre, se sont soldées par la mise en place d’une production agricole d’autosuffisance et par l’effondrement de la productivité dans ce secteur6. La désarticulation économique qui en est résulté a contribué largement à la disparition des industries naissantes qui commençaient à voir le jour. Le passage d’une agriculture d’autosuffisance à une agriculture orientée vers le marché fut réalisé lentement, avec l’articulation à l’Europe occidentale des économies nationales nouvellement constituées. Ce processus fut favorisé par ce qu’on appelle la première mondialisation marquée par l’accroissement rapide des échanges commerciaux ainsi que des flux internationaux de capitaux qui durera jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale7. La plupart des pays qui ont accédé à leur indépendance, ainsi que l’Empire ottoman, endettés auprès des puissances européennes, ont vu leurs finances publiques tomber sous le contrôle des créanciers européens avec l’instauration des administrations de la dette publique. La période 1878-1914 est ainsi qualifiée d’« âge de l’impérialisme et du capitalisme » pendant laquelle la région devint un champ de rivalités entre puissances occidentales8.

6À ces rivalités qui se sont exacerbées durant la période de l’entre-deux guerres se substitue la confrontation idéologique Est-Ouest, qui a recomposé l’espace économique régional de l’Après-guerre. Les économies nationales se sont intégrées à deux grands ensembles comme composantes périphériques ; d’une part, les pays du bloc communiste, à l’exception de l’Albanie et de la Yougoslavie, qui allaient faire partie du CAEM (Conseil d’Aide Économique Mutuelle) regroupant les économies planifiées, et d’autre part, la Grèce et la Turquie atlantistes qui vont développer leur intégration avec les économies de marché.

  • 9 Certains biens qualifiés de biens « mous » en raison de leurs caractéristiques inférieures à celles (...)

7La dislocation du CAEM constitue le deuxième exemple qui illustre les effets négatifs de la désintégration économique, favorisée cette fois-ci par la seconde mondialisation qui marquait le pas depuis les années 1980. Conjuguée à la rupture systémique, la dislocation du CAEM en juin 1991 a largement contribué à l’effondrement des économies bulgares et roumaines spécialisées dans les productions de biens qui ne pouvaient être écoulées sur les marchés mondiaux en raison de leurs qualités9. Quant aux expériences yougoslaves et albanaises, en fournissant des exemples opposés, elles tendent à confirmer les avantages de l’intégration à un vaste espace économique. La Yougoslavie qui s’est efforcée d’entretenir ses échanges à la fois avec le CAEM, malgré la distance prise vis-à-vis de l’URSS, et de développer ses échanges avec les économies de marché, a pu enregistrer de bonnes performances. Avant sa dislocation elle était la première puissance commerciale méditerranéenne hors Union européenne (UE). À l’opposé, le système quasi autarcique mis en place a engendré la ruine de l’économie albanaise.

8En ce qui concerne la Grèce et la Turquie, elles ont trouvé les moyens de mener des stratégies de développement introverties, dans le cadre du compromis de Bretton-Woods qui, tout en limitant l’intégration des économies nationales, organisait la coopération interétatique de l’après-guerre au sein du camp occidental. Après l’effondrement du système de Bretton-Woods, elles sont passées à une stratégie extravertie à partir des années 1980, notamment dans le cadre de leur intégration à l’UE. Leurs performances comparées confirment l’intérêt économique de l’intégration à un grand ensemble économique. Alors que les revenus par habitant étaient pratiquement au même niveau dans les années 1960, un écart s’est creusé au profit de la Grèce devenue membre à part entière de la Communauté européenne aux débuts des années 1980. La Turquie restée à l’écart du processus d’intégration à l’UE, tente de bénéficier tardivement des retombées positifs du processus de négociations ouvert en 2005, en termes de stabilité macroéconomique et d’investissements directs étrangers. L’adhésion en 2007 de la Bulgarie et de la Roumanie à l’UE, ainsi que le désir d’adhésion des autres pays de la région indiquent l’attrait de l’intégration à un grand espace économique.

L’hypothèse du « doux commerce » à l’épreuve

9Les expériences balkaniques tendent à confirmer les propos de Keynes concernant les pertes liées au morcellement de l’espace économique. Qu’en est-il des prédictions en ce qui concerne les avantages politiques, à savoir la contribution du commerce à la paix ? Qu’en est-il de l’hypothèse du « doux commerce » ? Les réponses sont loin d’être évidentes, comme en témoigne le cas de la Turquie et de la Grèce. Ces deux pays qui ont fait partie du camp occidental et appartenu à l’espace économique de l’Ouest pendant la Guerre froide, ont vécu des périodes de conflits et n’ont pas réussi à résoudre leurs différends politiques. De même que la désintégration politique de la Yougo­slavie qui disposait pourtant d’une économie intégrée, donc avec des interdépendances fortes, constitue un autre exemple qui jette de sérieux doutes sur la portée de l’hypothèse du « doux commerce ».

  • 10 Cf. Martin Philippe, Mayer Thierry et Thoenig Mathias, La mondialisation est-elle un facteur de pai (...)
  • 11 Cf. Martin Philippe, Mayer Thierry et Thoenig Mathias, op. cit., p. 47.

10À propos du cas gréco-turc, les conclusions de l’étude réalisée en 2006 par Martin, Mayer et Thoenig offrent un aperçu très instructif10. Selon cette étude qui retient une définition détaillée de l’intensité des échanges commerciaux tenant compte de la distance, du poids respectif des partenaires dans le commerce mondial, du partage d’une frontière commune, de l’existence d’une langue commune, de liens historiques coloniaux, etc. En 2000, la probabilité de conflit (démonstration de force, utilisation de la force et guerre causant plus de 1 000 morts militaires) qui était de 57 % passerait à 51 % si le commerce bilatéral entre les deux pays était ramené à son niveau théorique. Une multiplication du commerce bilatéral par dix ne réduit la probabilité de conflit que de 6 points (soit une baisse de 10,5 % par rapport à l’observation). En revanche, bien que l’adhésion de la Turquie à l’UE affaiblisse l’effet pacificateur du commerce entre la Turquie et la Grèce, dans la mesure où l’adhésion engendre également une augmentation des échanges commerciaux de la Turquie avec les autres pays membres, réduisant ainsi le poids de la Grèce dans le commerce extérieur turc, la probabilité de conflit chute de façon spectaculaire à 14 % (soit une baisse de 75 % par rapport à l’observation) ! L’étude indique également que les pays membres ont beaucoup moins à perdre à entrer en conflit avec leurs voisins restés hors de l’UE. En ce sens, l’élargissement peut être considéré comme un facteur réduisant le risque de conflit entre l’ancien et le nouveau pays membres et comme un facteur augmentant le risque de conflit avec les voisins restés hors de l’UE. Il s’en suit que « les dispositions institutionnelles liant les membres actuels des grands accords régionaux semblent donc les plus à même de réduire la probabilité de conflits11». Ces observations conduisent à deux constats. Tout d’abord, la relation entre le commerce et la paix est loin d’être évidente, du moins dans le sens d’une causalité allant du commerce vers la paix. Ensuite, c’est l’intégration institutionnelle qui semble être le facteur déterminant de la paix. Le « doux commerce » ne suffit donc pas à assurer la paix.

  • 12 Çağlar Keyder montre qu’à la veille de la Première guerre mondiale, les populations des villes por­ (...)
  • 13 Selon Artan Fuga, « Le contenu du concept “d’économie ethnique” est centré sur l’idée que les group (...)
  • 14 À ce propos Artan Fuga indique que « Cette logique ne considère le groupe national adversaire que c (...)

11La globalisation ainsi que la formation de grands ensembles, en affaiblissant les interdépendances régionales, sont des facteurs qui réduisent considérablement le rôle que pourraient jouer les intérêts économiques mutuels dans l’apaisement des tensions régionales. Ce schéma semble s’appliquer également aux conflits ethniques observés dans l’ex-Yougoslavie. Ces conflits qui s’inscrivent dans le cadre d’une opposition ville/campagne remettent en cause la cohérence de l’espace économique national, ainsi que la cohésion sur les territoires nationaux12. La formation des « économies ethniques » ressemble étrangement aux processus de désarticulation des secteurs ruraux et urbains qui ont suivi les indépendances au XIXe siècle13. On assiste à l’affaiblissement des interdépendances entre une zone rurale, lieu privilégié de la minorité, qui développe des structures de production autosuffisantes et la ville qui entretient des échanges avec l’étranger. Cet affaiblissement des interdépendances entre la ville et la campagne se trouve renforcé par la régression des productions de grande échelle au profit des productions domestiques. Dans cette configuration, les intérêts économiques n’arrivent plus à façonner la cohésion sociale et le partenariat est plutôt perçu dans une perspective ethnique qu’économique14.

Conclusion

12L’histoire économique des Balkans montre que si les bénéfices de l’intégration à un vaste ensemble économique indiqués par Keynes se trouvent vérifiés, les avantages politiques de l’intégration économique illustrés par le « doux commerce » de Montesquieu ne vont pas de soi. L’appartenance à un vaste ensemble économique, comme en témoigne l’intérêt vis-à-vis de l’UE, exerce un certain attrait. Mais cette appartenance, en réduisant l’importance des interdépendances économiques régionales, comporte le risque d’exacerbation des conflits politiques locaux, dans la mesure où le coût économique d’un conflit se trouve réduit. Le fait que les deux processus de désintégration intervenant à un siècle d’intervalle coïncident avec la première et la seconde mondialisations, montre que celle-ci, en affaiblissant les dépendances économiques locales, exerce une influence ambiguë sur la paix. L’apaisement des conflits régionaux nécessite alors, au-delà de l’intégration commerciale, la poursuite de l’intégration au niveau institutionnel. Les conflits ethniques semblent s’inscrire dans le cadre du même schéma ; l’intégration à de plus vastes ensembles économiques, en contribuant à affaiblir les interdépendances entre les composantes ethniques, favorise les dynamiques centrifuges et facilite ainsi les conflits.

  • 15 Nous utilisons ici les concepts de l’économie politique internationale qui articule les dimensions (...)
  • 16 Michael Palairet conclut son ouvrage en écrivant : «I was once asked to extend this study with a po (...)
  • 17 Bela Balassa qui a été le premier à élaborer la théorie des étapes de l’intégration économique, met (...)

13Les limites de l’hypothèse du « doux commerce » s’expliquent aussi par le fait que les domaines économique et politique obéissent à des paradigmes différents. Dans le cadre de la rationalité économique, l’existence de gains mutuels suffit pour avancer sur la voie de l’intégration. Le raisonnement s’appuie donc sur des gains absolus. Alors que la rationalité politique qui se situe dans le cadre du paradigme de puissance se réfère aux gains relatifs des États. Ceux-ci, pour maintenir, voire renforcer leur position dans l’échelle de puissance, sont attentifs à la répartition des gains de façon à ce que leurs partenaires ne soient pas trop avantagés. On s’aperçoit finalement que les deux types de rationalités peuvent tomber en contradiction ; un comportement rationnel du point de vue économique peut devenir irrationnel du point de vue politique et inversement15. Aussi ne faut-il pas s’étonner que pour certains économistes, l’histoire économique de la région témoigne de la victoire du politique sur la « rationalité économique »16. Toutefois, en dépit de la différence entre les rationalités qui régissent les dimensions économique et politique, celles-ci sont en interaction lorsqu’il s’agit d’un projet d’intégration17.

14Finalement, si Keynes avait raison de souligner, au lendemain de la Première guerre mondiale, les pertes économiques découlant du morcellement de l’espace économique balkanique, le bien fondé de sa proposition de constituer un vaste ensemble économique incluant les Balkans paraît de par ses conséquences quelque peu mitigé. Sur le plan économique sa proposition ne fait pas de doutes. En revanche, l’expérience des Balkans montre que l’appartenance à un vaste espace économique peut favoriser les conflits régionaux, voire les conflits ethniques internes aux pays, si elle n’est pas complétée par une intégration institutionnelle qui constitue l’ébauche d’une intégration politique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Keynes J.M., Les conséquences économiques de la paix, Paris, Gallimard, 2002 [1920], p. 257.

2 Cf. Montesquieu, De l’esprit des lois, Livre XX, chap. II (De l’esprit du commerce), Garnier Flamma­rion, Paris, 1979

3 Dans son discours prononcé le 21 août 1849 lors du Congrès de la paix à Paris, Victor Hugo disait qu’« Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées ».

4 «The solution is the transformation of the conflict from a political problem to an economic transaction. An economic transaction is a solved political problem. Economics has gained the title of queen of social sciences by choosing solved political problems as its domain.» Cf. Lerner Abba, «The economics and politics of consumer sovereignty», American Economic Review, 62, n° 2, 1972, p. 259.

5 Selon lui, les États-Unis devraient soutenir l’ALENA pour des raisons géopolitiques, même si cet accord présente peu d’intérêts, voire a des coûts du point de vue économique, pour les Américains. Cf. « L’ALENA : des vérités difficiles à dire », dans Krugman Paul, La Mondialisation n’est pas coupable, La Découverte, Paris, 1998, p. 153-162.

6 Cf. Palairet Michael, The Balkan Economies c. 1800-1914, Evolution Without Development, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

7 Cf. Collier Paul et Dollar David, Globalization, Growth and Poverty, Building and Inclusive World Economy, Washington, 2002, et Blancheton Bertrand, Histoire de la Mondialisation, Bruxelles, De Boeck, 2008

8 Cf. Castellan Georges, Histoire des Balkans xive – xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 341.

9 Certains biens qualifiés de biens « mous » en raison de leurs caractéristiques inférieures à celles qui pré­valaient sur les marchés compétitifs, étaient en excès d’offre au sein du CAEM, alors que d’autres qualifiés de biens « durs » également exportables sur les marchés mondiaux contre devises, faisaient l’objet d’un excès de demande structurel. Dès lors, les pays participants s’efforçaient non seulement d’obtenir, avec chacun des leurs partenaires, un équilibre commercial sur chacune de ces deux grandes catégories de biens, mais aussi de restreindre leurs exportations de biens « durs » vers leurs partenaires pour accroître leurs livraisons sur les marchés mondiaux qui procuraient des devises. Ce qui a abouti à la dislocation du CAEM en juin 1991. Cf. Junz Helen B., « Integration of Eastern Europe into the world trading system », American Economic Review, vol. 81, n° 2, mai 1991, p. 176-180. Voir également, Lavigne Marie, « En attendant l’ouverture des marchés de la Communauté européenne, les pays de l’Est ont besoin de réaménager leurs échanges commerciaux », Le Monde Diplomatique, octobre 1991, p. 6-7.

10 Cf. Martin Philippe, Mayer Thierry et Thoenig Mathias, La mondialisation est-elle un facteur de paix ?, Collection du CEPREMAP (Centre pour la recherche économique et ses applications) n° 3, Paris, 2006.

11 Cf. Martin Philippe, Mayer Thierry et Thoenig Mathias, op. cit., p. 47.

12 Çağlar Keyder montre qu’à la veille de la Première guerre mondiale, les populations des villes por­tuaires de l’Empire ottoman articulées avec l’économie mondiale, étaient défavorables à une sécession, tandis que les populations des régions intérieures rurales étaient sensibles aux nationalismes. Cf. « Birinci Dünya Savas¸ ı arifesinde liman s¸ ehirleri ve politika » (Les villes portuaires à la veille de la Première guerre mondiale et la politique », dans Keyder Çağlar, Memâlik’i Osmaniye’den Avrupa Birligˇ i’ne (Du pays des Ottomans à l’Union Européenne), Iletis¸ im Yayınları, Istanbul, 2003, p. 47-70.

13 Selon Artan Fuga, « Le contenu du concept “d’économie ethnique” est centré sur l’idée que les groupes nationaux et ethniques dans les Balkans, après l’effondrement des politiques autoritaires et centra­lisatrices en matière d’économie, durant le processus de création des marchés ouverts et supranationaux, construisent leurs propres espaces économiques informels qui représentent des aires de relations de pro­duction et d’échange structurés selon une configuration spatiale et relationnelle des rapports ethniques ». Cf. Fuga Artan, « Transformations économiques et nouveaux conflits nationaux dans les Balkans », Strates, n° 12-2006.

14 À ce propos Artan Fuga indique que « Cette logique ne considère le groupe national adversaire que comme une éventuelle clientèle et absolument pas comme un partenaire. Les membres du groupe national adverse sont peut-être tolérés comme acheteurs, mais non comme vendeurs. » Cf. Fuga Artan, op. cit.

15 Nous utilisons ici les concepts de l’économie politique internationale qui articule les dimensions éco­nomique et politique dans les relations internationales et nous nous rangeons dans le courant réaliste selon lequel le politique est le déterminant en dernière instance, en opposition aux courants libéral et marxiste qui défendent la primauté de l’économique sur le politique. Voir à ce propos, Kebabdjian Gérard, Les théories de l’économie politique internationale, Paris, Le Seuil, 1999.

16 Michael Palairet conclut son ouvrage en écrivant : «I was once asked to extend this study with a post-script into the period since 1918 – and I can see ways of writing a companion volume to link into the theme “The Balkans”: two centuries of economic stagnation’. Its subtitle might well run, “The triumph of politics over economic rationality”. Continued resources destruction would also rate a dishonourable mention». Cf. Palairet Michael, op. cit., p. 370

17 Bela Balassa qui a été le premier à élaborer la théorie des étapes de l’intégration économique, met l’accent sur les interdépendances entre l’économie et le politique ; « Political motives may prompt the first step in economic integration, but economic integration also reacts on the political sphere; similarly, if the initial motives are economic, the need for political unity can arise at a later stage. » Cf. Balassa Bela, «The Theory of Economic Integration : An Introduction», dans Nelsen Brent F. et Stubb Alexander (ed.), The European Union. Readings on the Theory and Practice of European Integration, Lynne Rienner Publishers, Londres, 2003, p. 179-191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Akagül, « Les Balkans et le « doux commerce » »Anatoli, 1 | 2010, 183-191.

Référence électronique

Deniz Akagül, « Les Balkans et le « doux commerce » »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.389

Haut de page

Auteur

Deniz Akagül

Maître de conférences à la Faculté des sciences écono­miques et sociales de l’Université Lille-I

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search