Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 4. Les ressources mémoriel...Construction des discours d’appar...

Partie 4. Les ressources mémorielles et identitaires

Construction des discours d’appartenance en migration : l’exemple des Albanais en Grèce

Pierre Sintès
p. 195-214

Texte intégral

  • 1 Vickers M. et Pettifer J., Albania : from anarchy to a Balkan identity, Londres, Hurst, 1997.
  • 2 King R., Iosifides T. et Myrivili L., «A migrant’s story: from Albania to Athens», Journal of ethni (...)
  • 3 Bonifazi C., Sintès P. et Zindato D., « L’immigration albanaise en Grèce et en Italie : ressemblanc (...)
  • 4 En France par exemple, les élections législatives grecques de 2009 ont donné lieu à la diffusion d’ (...)
  • 5 Ces travaux sont établis sur la base d’une extrapolation des chiffres de la police grecque ou des é (...)
  • 6 Sintès P., Les Albanais en Grèce : mobilités, réseaux et territoires. Thèse de doctorat de géograph (...)

1La migration de nombreux ressortissants albanais vers la Grèce est l’un des événements majeurs ayant touché la société de ces deux pays depuis le début des années 1990. Celle-ci a débuté à partir de l’ouverture d’une frontière hermétiquement fermée à l’époque de la Guerre froide, conséquence de l’effondrement du régime albanais héritier d’Enver Hoxha1. À partir de cet événement historique déterminant, des centaines de milliers d’Albanais ont fui l’indigence de leur pays que de nombreux indicateurs économiques donnaient pour être le plus pauvre d’Europe. Leur projet initial était d’aller travailler quelque temps à l’étranger pour bénéficier de rémunérations plus élevées mais, au bout d’un certain nombre d’années, ils se sont installés et ont commencé à vivre dans leur pays de destination2. Pour la plus grande majorité, ces migrants se sont rendus dans les pays voisins : l’Italie et surtout la Grèce que la grande proximité rendait très facilement accessible et dont la société offrait des niveaux de vie bien supérieurs à l’ensemble des autres pays des Balkans en raison de sa trajectoire historique particulière. Depuis cette date, tous les chiffres disponibles attestent la grande massivité de ce phénomène et la formation d’un véritable binôme migratoire au cœur de l’Europe du Sud-Est3. Les statistiques les plus officielles ont été produites en mars 2001 lors du recensement général de la population grecque qui présentait 438 000 migrants albanais dénombrés dans le pays. Si ces résultats peuvent paraître sous-évalués du fait de la situation clandestine d’un certain nombre de migrants, l’observation des évolutions démographiques de l’Albanie interdit de porter un trop grand crédit aux estimations fantaisistes qui ont circulé dans les médias grand-publics au cours des dernières décennies4. À la fin des années 2000, certaines recherches, conduites par des institutions officiellement mandatées par le gouvernement grec, ont d’ailleurs permis d’avancer des estimations oscillant entre 500 000 et 600 000 Albanais résidant en Grèce5. Avec de tels chiffres cependant, ces migrants représentent tout de même plus de 5 % des habitants du pays, presque 10 % de la population active et jusqu’à 30 % des salariés dans certaines branches6. D’un autre côté, ce groupe de migrants est évalué à un sixième de la population albanaise totale, ce qui confirme aussi l’importance du phénomène migratoire pour le pays de départ qui a vu de ce fait sa population décroître pour la première fois de son histoire.

  • 7 Drettas G., « Pour une anthropologie religieuse de la Grèce contemporaine », Messogeios 20-21, Hero (...)
  • 8 Clayer N., Aux origines du nationalisme albanais. La naissance d’une nation majoritairement musul­m (...)
  • 9 Les éléments présentés dans ce texte sont le résultat d’une enquête effectuée entre 2000 et 2005 da (...)

2Au-delà de cette grande massivité et de son importance économique, la migration des Albanais en Grèce apparaît aussi, en tant de question de société, comme l’un des événements les plus importants de l’histoire de la Grèce contemporaine depuis l’entrée du pays dans la Communauté Economique Européenne en 1981. Tout d’abord, elle vient consacrer pour cette ancienne terre d’émigration un nouveau rôle sur l’échiquier migratoire européen car, si la Grèce est devenue depuis l’un des pays les plus attractifs du continent en proportion de sa population, elle le doit en grande partie aux Albanais qui y constituent plus de 60 % des immigrés. Cette migration vient enfin confronter le pays à un environnement balkanique dont il était coupé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et par le tracé du Rideau de fer. Envisagé dans son contexte régional cependant, les caractéristiques linguistiques et religieuses des nouveaux arrivants albanais semblaient devoir les rejeter dans une altérité incompressible au regard des délimitations de la construction nationale grecque, appuyée sur la religion orthodoxe et le rejet de l’islam ottoman – auquel la figure de l’Albanais est souvent associée7 – , et de l’identité albanaise qui s’est échafaudée – surtout dans le sud du pays – en opposition à l’identité grecque8. Pourtant, en examinant les trajectoires de ces migrants9, il apparaît au contraire que le passé ne conduit pas exclusivement à séparer les habitants de ces deux pays en groupes complètement hermétiques l’un à l’autre. En effet, à travers l’observation de situations quotidiennes ou de relations interpersonnelles, il a pu apparaître que les rapports entre citoyens grecs et albanais pouvaient s’établir à l’occasion sur la base de réseaux de solidarités anciennes (régionales, linguistiques ou religieuses), reposant sur des histoires alternatives, qui contredisent par le détail les identités englobantes construites par les États-nations aux XIXe et XXe siècles.

L’histoire gréco-albanaise et la formation de groupes transnationaux

3Envisagée à l’échelle des relations internationales, l’histoire de la Grèce et de l’Albanie est conforme à celle d’autres pays frontaliers de la péninsule balkanique qui se disputent autour de questions de frontière et de protection de minorités nationales. Paradoxalement, ces questions qui divisent les deux États depuis leur création ont été dans le même temps à l’origine de la formation de groupes particuliers qui établissent un lien entre les populations et les espaces des deux pays.

Question de frontières

  • 10 Nestoropoulou A et Sintès P., « Une diaspora de l’intérieur ? Le discours d’une association vorioép (...)
  • 11 Pour l’importance des populations aroumaines dans le Sud des Balkans, voir l’ouvrage de Jean-Fran­ç (...)
  • 12 Sintes P., «Les Valaques du Sud de l’Albanie et la Grèce», dans Gilles de Rapper et Pierre Sintès ( (...)

4Le tracé de la frontière gréco-albanaise a été établi en 1913 dans une région où coexistaient des populations aux caractéristiques variées et dont le positionnement par rapport aux constructions nationales grecque et albanaise fut l’objet de débats. Au sud de l’actuel territoire de l’Albanie, plusieurs groupes demeurent toujours liés à la Grèce aussi bien par la langue que par l’histoire. Il s’agit tout d’abord de la minorité hellénophone d’Albanie méridionale, reconnue de manière très officielle par les gouvernements grec et albanais que l’on retrouve dans des zones plus ou moins bien signalées qui sont souvent contiguës au territoire grec (régions de Gjirokastër, Delvinë et Sarandë). Néanmoins, sa taille et son étendue font l’objet d’une polémique et les chiffres peuvent varier entre 60 000 et 400 000 selon les sources utilisées10. Autre groupe lié à la Grèce, celui des locuteurs de l’aroumain11, qui se caractérisaient par la pratique du pastoralisme transhumant et étaient présents dans toute l’Epire et en Macédoine aux siècles précédents. Le mode de vie semi-nomade menait leurs ancêtres, selon la logique de la transhumance inverse, des hivernages dans les régions littorales de la mer Adriatique ou en Thessalie aux estives montagnardes des hauteurs du Pinde, de la région de Kolonjë et de Frashër dans le Sud de l’actuelle Albanie. Ces différents groupes ont été largement sédentarisés dans le Sud et le Centre du pays à l’époque d’Enver Hoxha, mais leurs membres ont conservé la mémoire de cette appartenance ainsi que la pratique de la langue aroumaine. Leurs relations avec les régions hellénophones ont été historiquement intenses au point qu’ils ont souvent adopté la langue grecque pour certaines de leurs relations sociales. C’est la raison pour laquelle de nombreux textes publiés en Grèce soutiennent l’hypothèse que ces Aroumains seraient en fait de véritables Grecs, latinisés au moment de la conquête romaine12.

  • 13 Deslondes O., de Rapper G. et Roux M., « Les Albanais hors d’Albanie. Emigrés et minorités en Grèce (...)
  • 14 Ce groupe est désigné par le terme de Tchams, en relation avec leur langue dialectale qui les diffé (...)
  • 15 Depret I., « La construction nationale en Épire, 1912-1939 : le rôle du facteur confessionnel et du (...)
  • 16 Kretsi G., «The “secret” of the Past of the Greek-Albanian Borderlands. Cham Muslim Albanians: Pers (...)
  • 17 C’est-à-dire les recensements de 1920, 1928 et 1951 qui sont les derniers à évoquer les questions d (...)
  • 18 Prévélakis G. « Le processus de purification ethnique à travers le temps », Guerres mondiales et co (...)

5De l’autre côté de la frontière, dans les espaces qui constituent aujourd’hui les régions grecques de Ioannina et de Macédoine occidentale se trouvaient des populations liées à la construction nationale albanaise. Des albanophones étaient situées dans les régions côtières ainsi que dans les villages à l’Ouest de la ville de Kastoria. À la différence de ce qui s’est produit en Albanie, ces différents groupes ont aujourd’hui presque entièrement disparu de Grèce. Autour de Kastoria, les albanophones ont été soumis à l’échange de population gréco-turque de 1923 en raison de leur appartenance à la religion musulmane13. Plus à l’ouest, ceux qui avaient été maintenus en Thesprotie sur l’intervention des autorités albanaises14 ont vu leur sort bouleversé par l’installation de réfugiés d’Asie mineure, mais surtout par les effets de la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, ils ont été accusés de collaboration avec les armées d’occupation italienne et allemande et de soutien dans l’accomplissement de massacres de populations grecques15. À la fin de la guerre, ils se sont enfuis ou ont été majoritairement expulsés vers l’Albanie, abandonnant derrière eux maisons et terres agricoles16. Les quelques informations publiées par le service national des statistiques de Grèce concernant les langues parlées dans le pays17, malgré leur manque évident d’homogénéité en termes de fiabilité, permettent d’observer certaines traces de cette présence et de ses fluctuations. En 1928, alors que la Grèce connaît un processus « d’invisibilisation » de ces minorités linguistiques ou religieuses18, le recensement de sa population indique la présence d’un groupe albanophone fort de 17 000 personnes dans le Nord-Ouest du pays, à la frontière avec l’Albanie. En 1951, après l’expulsion des Tchams, la pratique de langue albanaise n’est plus attestée que pour 7 300 citoyens grecs dans les régions de Ioannina, d’Arta et de Thesprotie. Pourtant, si ces différents épisodes ne semblent pas avoir fait complètement disparaître l’albanophonie du nord-ouest de la Grèce, elle apparaît désormais minoritaire dans le pays par rapport aux autres communautés albanophones. Selon les chiffres du recensement, les albanophones de la frontière, qui constituaient en 1928 plus de 90 % des locuteurs de l’albanais, ne représentaient à l’échelle nationale, plus un tiers de l’ensemble, en 1951. Il apparaît ainsi que, pour plus de 70 % d’entre eux, les albanophones sont désormais situés loin des régions frontalières avec l’Albanie. Ce revirement est aussi renforcé par le retour en visibilité des albanophones de Grèce centrale et du Péloponnèse, complètement oubliés dans le recensement de 1928, surtout si on le compare avec celui de 1920 (voir cartes).

Des groupes albanophones au cœur de la Grèce ?

Les albanophones en Grèce d'après les recensements de 1920, 1928 et 1951

Les albanophones en Grèce d'après les recensements de 1920, 1928 et 1951
  • 19 Clogg R. (Ed.), Minorities in Greece, Aspect of a Plural Society, Londres, Hurst, 2002.
  • 20 À ce sujet, les très nombreuses publications du centre d’études des minorités de Thessalonique (KEM (...)
  • 21 Kahl T. Op cité, 2003.
  • 22 Séraïdari K., « Μεγάλη η χάρη της ! » Λατρευτικές πρακτικές και ιδεολογικές συγκρούσεις στις Κυκλάδ (...)

6Dans le contexte grec, l’évocation du fait minoritaire pourrait sembler particulièrement étonnante aux vues des mythes fondateurs de la nation grecque contemporaine qui soulignent l’homogénéité culturelle, linguistique autant que religieuse de sa population telle qu’elle est reprise par le slogan de l’époque des colonels : « Grèce des Grecs chrétiens »19. Il faut bien reconnaître qu’une telle vision de la population du pays est toute idéologique car il existe en son sein une véritable diversité qui dépasse la seule présence des très médiatisés musulmans de Thrace. Ces différents groupes font l’objet d’un regain d’intérêt depuis le début des années 1990 à la faveur du renouvellement thématique que connaît le monde académique grec pour lequel ce type de sujet ne semble plus être tabou, sans doute en grande partie en raison des bouleversements géopolitiques régionaux20. Parmi les profils identitaires qui diffèrent du citoyen grec hellénophone et orthodoxe à la définition canonique, il semble possible d’en distinguer certains qui pourraient entretenir des liens avec les migrants albanais des années 1990. En Grèce centrale et septentrionale, on trouve dans le Pinde et en Thessalie des communautés de langue aroumaine qui confirment l’existence d’un groupe transnational particulier reliant les deux pays21. On trouve aussi des Grecs de confession catholique, comme par exemple dans les îles des Cyclades22 qui peuvent se sentir quelques affinités religieuses avec les 10 % de population catholique que compte l’Albanie et dont certains membres se sont installés en Grèce.

  • 23 Ducellier A., « Albanais dans les Balkans et en Italie à la fin du Moyen Âge : courants migratoires (...)
  • 24 Athanassopoulou A., « Nos Albanais à nous ; travailleurs émigrés dans une communauté arvanite du Pé (...)
  • 25 Guéfou-Madianou D., « Cultural polyphony and identity formation : negotiation tradition in Attica » (...)
  • 26 Kargakos S., Αλβανοί, Αρβανίτες, Έλληνες (Albanais, Arvanites, Grecs), Athènes, Sideris, 2000 [1999 (...)

7Mais, parmi ces profils particuliers de populations présentes sur le territoire de la Grèce, ce sont les Arvanitès, c’est-à-dire des albanophones vivant dans le Sud du pays qui pourraient aujourd’hui ressentir la plus grande proximité avec les migrants Albanais arrivés dans les années 1990 du fait de leur communauté de langue. Les Arvanitès se seraient installés dans cette région des Balkans à l’époque médiévale et ils auraient conservé l’usage de leur langue depuis23. Leurs relations actuelles au discours identitaire grec ont été étudiées dans des recherches récentes pour la région d’Argos24 ainsi qu’en Attique25. Ces travaux sont venus rompre avec les débats partisans qui prévalaient au cours des décennies précédentes et qui n’avaient pour autre but que d’affirmer (ou d’infirmer) l’appartenance des Arvanitès à l’ethnos, à la nation grecque26. Elles nous montrent plutôt comment les déclarations identitaires de ces Albananophones de Grèce méridionale s’adaptent au contexte social de leur énonciation. C’est à une même conclusion que nous ont conduit nos propres observations de terrain sur la question.

Après plusieurs séjours effectués dans un village de la plaine de Corinthe, j’ai pu conduire plusieurs entretiens avec des habitants issus de familles arvanites venues dans la plaine au début des années 1950 depuis les hauteurs rurales de l’Argolide. Un soir, l’un d’entre eux m’avait fixé rendez-vous dans un café. Le septuagénaire était alors tellement intimidé d’être au centre de l’attention que c’est l’une de ses connaissances qui se décida de prendre la parole pour me donner sa version de la différence linguistique de son ami :
« Tu veux savoir pourquoi dans la famille de mon ami G., il y a des gens qui connaissent des mots en albanais. C’est bien simple, je vais t’expliquer. Pendant le pouvoir turc [l’Empire ottoman], l’occupant avait fait venir dans toute la Grèce des Albanais pour les servir. Les familles grecques qui vivaient là, comme celle de G., ont appris avec eux quelques mots dans cette langue. Mais tu ne dois pas te faire des idées. Le Péloponnèse est grec, grec à cent pour cent ».
Toute la tablée (une petite dizaine de personnes) acquiesçait alors que G. restait silencieux. Le reste de la soirée s’est passé sans que l’on évoque à nouveau ces questions et, en sortant de notre lieu de rendez-vous, je décidais de demander à G. de me présenter sa mère. Aussitôt dit, nous voilà en route vers une petite maison à l’écart du centre-ville. Au moment de me présenter à la grand-mère, son ouïe fatiguée lui fait comprendre que je viens de Ioannina, une ville à la frontière avec l’Albanie et non pas de Gallia, de France.

– « Tu viens de Ioannina ! Mais alors, on peut parler l’arvanite. Tu sais, je n’ai appris le grec qu’en arrivant ici et je ne suis pas très à l’aise dans cette langue. »

  • 27 Guéfou-Madianou D. Op. cité, 1999, p. 414.

8Si cette anecdote permet de mettre en lumière la persistance de la langue arvanite dans certaines zones reculées du Péloponnèse jusque dans la seconde moitié du XXe siècle, elle nous révèle aussi la conscience nette pour ses locuteurs d’une altérité linguistique à dissimuler parce que contraire aux canons de l’hellénité officielle. Sans prétendre trancher la polémique de l’appartenance réelle ou supposée des albanophones à la nation grecque, force est de constater que, sur le terrain, les manifestations de cette altérité arvanite s’accordent souvent mal avec la déclaration publique. Néanmoins, sa prégnance est indiscutable pour les intéressés et elle prend place dans un « ensemble de traits identitaires perçus hiérarchiquement » pour reprendre les propos de Dimitra Géfou-Madianou27.

9À travers ces différents exemples, il semble donc possible de faire émerger, dans la zone frontalière comme à l’intérieur des frontières de la Grèce, une vision de l’histoire de la région qui relierait les populations des deux pays plutôt que de les séparer dans des trajectoires strictement différentes. Sans parler pourtant de la constitution de groupes distinctement identifiés, sans doute serait-il prudent d’en rester, pour les personnes dont le cas a été évoqué ci-dessus, à différentes possibilités de se présenter comme les dépositaires d’un lien transnational ou tout du moins d’une relation avec les habitants du pays voisin. C’est à cette mémoire que la migration des Albanais en Grèce semble avoir donné un nouveau champ d’expression par la confrontation physique des discours identitaires à la réalité.

Les modalités de la migration et l’usage du lien transnational

10La migration albanaise en Grèce a été présentée dans la presse depuis ses débuts comme une véritable vague, un flot se répandant dans le pays au hasard des opportunités économiques laissées aux migrants, ou des structures d’accueil mises en place par l’État. C’est par exemple l’image que semblait défendre le quotidien Elefthéros Typos quand il titrait, le 31 décembre 1990, « l’Albanie déménage en Grèce ». Il est vrai que, plus spécialement à partir de 1997 et l’effondrement des pyramides financières dans le Sud du pays, la dégradation de la situation économique en Albanie a conduit à l’installation durable de familles entières en Grèce, donnant la grande massivité que l’on connaît aujourd’hui à cette migration. Pourtant, l’étude de la formation de certains réseaux laisse entrevoir une toute autre image pour ce mouvement de population. La mobilité paraît s’y appuyer sur des liens hérités de l’histoire intervenant pour guider les pas des migrants, ravivant à cette occasion des mémoires alternatives au discours des États-Nations.

Les réseaux des migrants du Sud de l’Albanie

  • 28 Il s’agit de deux communes rurales situées à l’Est de la ville de Gjirokastër. À l’échelle des préf (...)
  • 29 De Rapper G. et Sintès P., « Composer avec le risque : la frontière Sud de l’Albanie entre politiqu (...)
  • 30 Clayer N., « Frontière politique, frontière ethnique et État-Nation : l’exemple de la région-fronti (...)

11Pour certains d’entre eux, les migrants partis du Sud de l’Albanie rencontrés en Grèce au début des années 2000 se sont manifestement appuyés sur un capital relationnel tiré de l’existence des groupes transfrontaliers évoqués plus haut. En effet, si les migrants du Sud de l’Albanie évoquent immanquablement dans un premier temps le hasard ou la « volonté divine » pour expliquer leur choix de localisation en Grèce, il n’a pas été rare de découvrir, après de plus longues enquêtes, qu’une partie d’entre eux n’a pas forcement voyagé au hasard. C’est le cas, par exemple, pour de nombreuses personnes provenant de la région située à quelques kilomètres de la frontière autour de la ville albanaise de Gjirokastër, auprès desquels nous avons mené une enquête entre 2001 et 2006. À partir des années 1990, la région a connu un important flux migratoire vers la Grèce voisine. Selon un échantillon de 43 335 émigrés relevé par l’Institut de la statistique albanaise dans tout le pays en 2001, ce sont deux communes de la région (Odrie et Lunxhëria28) qui présentent le taux le plus important de départs par habitant. Pour de nombreux migrants, ces départs en Grèce ne se faisaient pas à l’aveuglette car, malgré la longue séparation des années du monisme, ils avaient conservé la mémoire des liens familiaux ou amicaux avec des citoyens grecs qu’ils se sont fait fort de retrouver. Avant cette séparation, toute cette zone était en effet un lieu d’échanges humains intenses29. Non seulement, le franchissement de la frontière ne posait pas de problème particulier pour une partie importante de la population30, mais l’imbrication des modes de vie, des langues (grec, albanais ou aroumain), des propriétés et des familles en faisait un espace au fonctionnement intégré du point de vue économique et humain. C’est ainsi que, dans certains cas, la migration a pu donner lieu à des retrouvailles enthousiastes entre personnes séparées depuis cinquante ans en raison de l’état de guerre maintenu entre les deux États entre 1945 et 1987.

  • 31 Sintès P., Op cité, 2008 ; Koukoudis A.-I., Op cité, 2000.
  • 32 Sintes P. « Les Albanais en Grèce : le rôle des réseaux préexistants », Balkanologie, vol. VII (1), (...)

12Les enquêtes dans le Sud de l’Albanie (surtout dans le Sud-Ouest, où l’on trouvait des groupes hellénophones importants) ont montré que ces récits de retrouvailles ne sont pas rares. Spatialement, les candidats à la migration se sont invariablement rendus dans un village, de l’autre côté de la frontière, à la recherche de quelqu’un qui leur avait été indiqué. En règle générale, quel que fut l’accueil de ces parents « grecs » inconnus pour la plupart, leur village a servi immanquablement de premier pas ou de première base. Le village de Képhalovrisso dans le Pogon grec est, par exemple, devenu le point d’attache des Aroumains albanais de la région de Gjirokastër qui y voient le berceau de leurs origines31. Il en va de même pour les autres « villages-relais », premiers points de chute des migrants que l’on a pu retrouver tout au long de la frontière. Pourtant, si les premiers arrivants s’y sont souvent établis quelque temps, la plupart d’entre eux a dû se chercher d’autres destinations car le travail manque toujours dans ces régions périphériques et montagneuses de la Grèce. Les migrants se sont alors orientés vers des régions où ils étaient susceptibles de retrouver des connaissances ou de la famille… et ils ont donc suivi la trace des personnes parties des villages de la frontière durant les décennies précédentes vers les plus grandes villes du pays32.

13Quelles que soient les modalités de cette première expérience pour les migrants (amertume ou enthousiasme), l’aide apportée par le passage dans les villages de la frontière est substantielle, ne serait-ce que dans le domaine administratif. Surtout, l’existence de ces réseaux est un facteur indéniable aidant à la migration, avant même que la loi n’accorde en 1997 plus de facilités aux migrants orthodoxes du sud de l’Albanie. Sur le plan matériel enfin, la revitalisation du lien transnational par le biais du réseau migratoire a pu être déterminante dans l’aide à l’installation de certains comme le montre l’exemple ci-dessous :

Nous rencontrons G. à Athènes dans son appartement modeste de l’avenue Patissiôn. Il nous raconte la manière dont il est venu en Grèce depuis son village hellénophone du Sud de l’Albanie :
« Le cousin de mon père était venu à Athènes avant la guerre et ses enfants ont aujourd’hui un café à Maroussi [une commune de la banlieue Nord d’Athènes]. Ils nous ont aidés à trouver un travail quand nous sommes arrivés en 1994 du Sud de l’Albanie à Athènes, même si nous ne nous connaissions pas. Nous avons même passé un mois entier chez ma tante. Dans la famille de ma femme aussi, des parents étaient venus s’installer à Athènes dès 1940 à la recherche de personnes de leur famille demeurées en Grèce depuis l’entre-deux-guerres. Eux étaient déjà morts en 1994, mais elle est parvenue à retrouver ses cousins qui vivent aussi ici et qu’elle avait réussi à contacter par lettre depuis l’Albanie ».

  • 33 Ce film, sorti en 2009 sur les écrans, a été sélectionné au festival de Locarno la même année et y (...)
  • 34 Ce type de situation vient nous rappeler que les différents éléments de la déclaration identitaire (...)

14Sans que ce type de lien ne concerne la majorité des migrants albanais dans les années 1990, leur seule existence, ainsi que leur efficacité avérée, ne peut qu’avoir eu un effet retentissant sur les déclarations identitaires qui paraissent dès lors fluctuer largement au-delà des cadres nationaux. C’est un tel bouleversement que met en scène le film Akadimia Platonos33 du réalisateur Filippos Tsitos en évoquant, sur le mode comique, les interrogations identitaires produites par la reconstitution de liens familiaux (cachés jusqu’alors) entre Grecs et Albanais à l’occasion de la migration. Pourtant, les paradoxes par rapport aux cadres que constituent les discours nationaux apparaissent parfois aux intéressés. L’enquête multilingue permet de constater comment le simple changement linguistique permet parfois de gérer la polyphonie identitaire dans ce cadre nouveau. Par exemple, se déclarer « Grecs d’Albanie » sera tout à fait possible pour un interlocuteur (migrant venus du Sud de l’Albanie) quand il s’exprime en grec alors que celui-ci prendra des positions nettement plus canoniques vis-à-vis du discours national albanais quand il parle en albanais avec ses amis34. La mise en avant de l’identité locale peut être aussi une manière pratique de tourner la difficulté et de résoudre un tel paradoxe.

S. est partie de son village du Pogon après la Seconde Guerre mondiale. Les gens de son village (Agia Marina) étaient tous partis à Athènes. Son père était d’Agia Marina et sa mère de Longo (un village resté du côté albanais en 1913). En 1990, de très nombreuses personnes de sa famille sont venues d’Albanie et ils l’ont cherchée. Elle s’est arrangée pour les dépanner et, quand elle a pu, les loger. Elle avait alors un immeuble de 2 étages avec 14 chambres à Athènes. Elle y a hébergé 40 familles de Longo, Kousovitsa et Vrissera, jusqu’à ce qu’ils puissent s’en tirer tout seul.
– « Concernant les Valaques [Aroumains], quand ma fille me dit qu’ils viennent de Roumanie, je lui répond qu’ils sont des dopii [des locaux]... même s’ils sont venus de Roumanie il y a très longtemps. Ils sont Grecs maintenant. Ce sont eux-mêmes qui veulent garder leurs caractéristiques propres comme leur langue. Ils sont valaques d’appartenance, c’est certain, mais grecs de conscience et de mentalité ».
PS – Mais il existe des Valaques albanais ?
– « Oui, c’est vrai mais être Valaque, c’est comme une appartenance locale... Certains disent, je suis Epirote comme d’autres disent je suis Valaque. Ceux-là sont des Valaques de notre région, mais aussi des citoyens albanais ».

15Cette même identité locale est mise en avant par certains membres de la minorité grecque d’Albanie, pour lesquels la question de l’appartenance semblait devenir insoluble :

« Ce n’était pas le cas à l’époque d’Enver Hoxha, mais maintenant nous sommes bien contents d’être des minoritaires grecs en Albanie : on peut aller et venir en Grèce sans problème et les enfants aussi. Mais, en Grèce, on nous traite comme des étrangers. Nous sommes comme des Gitans, notre patrie n’est ni là-bas [en Grèce] ni là-bas [en Albanie], mais ici, au village ».

16À travers ces différents exemples, il apparaît que l’activation de ces solidarités connexes, non conformes au cadre national, apporte un élément original de compréhension des logiques de la migration et que, à l’inverse, la migration conduit à la revitalisation de solidarités restées en sommeil pendant près de 50 ans. Plus globalement, elle conduit aussi à mettre en doute chez les populations de la frontière les canons d’une identité nationale monolithique et univoque, socialement peu adéquate compte tenu de l’histoire de la région et des solidarités que cette dernière a pu produire entre ses habitants.

Les albanophones de Grèce et la migration albanaise

17Sans qu’ils soient unis par des relations interpersonnelles ou familiales du même type que celles que l’on vient de décrire pour les populations de la frontière, il est certain que l’identification mutuelle souvent relevée entre Arvanites et migrants albanais rompt elle-aussi le fossé qui sépare dans le discours dominant les Grecs des Albanais. Ici encore, les modalités de la migration ne sont pas étrangères à l’établissement de ces nouvelles relations. Lors d’une enquête dans la plaine de Corinthe, un nombre important des récits de vie concernant l’installation des migrants albanais a permis d’observer, à un moment ou à un autre, l’intervention déterminante d’Arvanites dans le parcours de ces migrants. C’est, par exemple, le cas d’un migrant qui, premier arrivé d’une importante fratrie venant de Lunxhëria, après s’être rendu dans un village de la montagne chez un parent ayant fui le communisme dans les années 1950, est parti en quête de travail dans la plaine. Chemin faisant, il a rencontré « un Grec qui parlait l’albanais » qui lui a conseillé d’aller au village de Vohaïko, et de se recommander de lui pour trouver du travail. Un autre, venant de la région de Peshkopi, dans le Nord-Est de l’Albanie, avançant à l’aveuglette dans le pays à la recherche d’un endroit pour travailler, a été renseigné dans le train par une vieille dame arvanite : « elle m’a conseillé de descendre à la gare de Vrachati et de marcher tout droit jusqu’à Vohaïko car j’y trouverai selon elle du travail à coup sûr ».

18Ces interventions paraissent à ce niveau être le fruit d’un heureux hasard, mais elles ont nourri des courants aujourd’hui très fournis vers ces villages grâce à la plus grande souplesse entraînée par la présence de quelques albanophones au moment où les Albanais qui s’y présentaient n’avaient pas encore appris la langue grecque. Cette souplesse est évoquée à plusieurs reprises quand il est question de trouver du travail ou de remplir des papiers administratifs. Si ces facilités, indispensables au début des années 1990, ne sont plus nécessaires aujourd’hui, les liens n’ont pas disparu pour autant : des familles arvanites ont pu tisser plus facilement, grâce à la langue, des relations qui ont joué un rôle à l’arrivée des Albanais et qui ont pu déboucher sur le sentiment d’une certaine proximité. « Nous aussi nous venons de là-bas, d’Albanie » se justifient désormais ces Arvanites. D’un point de vue global, il demeure délicat de mesurer l’impact de ces rencontres sur la géographie des migrants albanais en Grèce. Néanmoins, on peut affirmer qu’elles qualifient différemment les espaces d’arrivées pour les Albanais comme l’illustre l’anecdote suivante :

Après plusieurs jours d’avril 2002 passés à Zevgolatio, il semble impossible de trouver un moment pour discuter avec C. alors que l’on sait bien qu’il parle l’arvanite. Il paraît très préoccupé ces derniers temps et le moment n’est pas vraiment indiqué pour aborder ces questions avec lui. Pourtant un soir, il semble possible de lui rendre visite avec une amie. Il n’est pas encore chez lui quand on y arrive car il serait parti avec un certain R. selon son épouse qui nous reçoit. Après une heure d’attente, le voilà qui arrive à la maison. Ce n’est plus l’homme préoccupé des derniers jours mais un C. rayonnant, vraiment très content de lui. Que s’est-il passé ? Qui est donc ce R. dont voici le frère ?
« R. est un jeune Albanais qui travaille avec moi depuis plusieurs années dans mes champs » explique C. « Lui et son frère habitent chez moi. Je suis parti pour l’aider à trouver une maison dans la région car il vient de rentrer d’Albanie avec sa future femme. Il était allé dans son village, près de Lushnjë, pour y enlever cette fille dont il est amoureux. Le père de la jeune fille ne voulait pas la lui donner. Ils vont se marier en Grèce dans trois mois. Ils ne pourront rentrer en Albanie que dans quelques années, quand les passions seront apaisées ».
C. nous semblait déjà être un philanthrope, mais cette histoire vient le confirmer magistralement. V., le frère de R. le connaît depuis sept ans maintenant : « Il est comme mon père. Quand je suis arrivé, je ne parlais pas un mot. C’est lui qui m’a tout appris : la langue, le travail. On peut communiquer, lui en arvanite, moi en albanais. Je l’emmènerai en Albanie dès qu’il le voudra ». C. est ravi de ces déclarations. Il porte sur son visage les signes de l’immense satisfaction qu’il éprouve à porter secours à la famille de V. et R. Il nous raconte qu’il se sent proche d’eux, son histoire ressemble à la leur. L’exil depuis son village d’origine dans les montagnes du Péloponnèse dans les années 1950, et puis… lui aussi a enlevé sa femme en rentrant discrètement au village, un soir d’été. C’était en 1962. Il avait vingt-sept ans et elle en avait quatorze.

  • 35 Baltsiotis L., « Εθνικοί μύθοι και ιστορικές κατασκευές στις μη ελληνόφωνες ομάδες : Το παράδειγμα (...)

19Il demeure difficile de décrypter les enjeux réels d’une telle situation. En effet, les Arvanites rencontrés ne remettent jamais en cause leur appartenance à la nation grecque moderne. À ce sujet, ils se disent toujours Grecs sans le moindre doute et reconnaissent en l’Albanais un non Grec, un étranger. Néanmoins, les Arvanites de la zone évoquent parfois le fait d’avoir été reçus comme des étrangers, « comme des Albanais » selon leurs propres termes, au moment de leur arrivée dans la plaine de Corinthe, même s’ils ne le sont plus. À travers ces déclarations, l’altérité semble ici se mesurer encore localement, à l’aune de la petite patrie plus que de la nation. Si ces échanges entre Albanais et Arvanites ne confirment pas la piste de l’éventuelle résurgence d’une conscience minoritaire, ils nous permettent pourtant de mesurer le décalage important existant entre l’idéologie englobante de la nation grecque et la manière dont celle-ci est réinvestie dans la pratique. Les Grecs albanophones dont il est question ici et pour lesquels l’intégration dans le corps national n’avait jamais fait de doute, se retrouvent donc en position singulière35. La migration a servi de catalyseur pour un nouveau type d’autoreprésentation les poussant à revisiter leur histoire.

Conclusion

20Le cas des Arvanites comme celui des migrants des régions frontalières permet donc de mettre en lumière le passé commun aux Grecs et aux Albanais comme source d’un champ relationnel d’intensité inégale qui échappe en partie au contrôle des États et établit des ponts, des solidarités entre citoyens des deux pays. Une telle constatation permettrait de comprendre d’une autre manière certaines prises de décision de ces deux États depuis les années 1990 comme visant à cantonner l’expression de ces identités alternatives. Tout d’abord, les différentes lois migratoires apparues en Grèce depuis 1997 peuvent sembler de ce point de vue destinées à limiter, à contenir, l’expression d’identités transnationales subversives. La loi opère ainsi une distinction stricte parmi les migrants en provenance d’Albanie entre omogénis (c’est-à-dire Grecs de l’étranger) et allodapos (étrangers). Cette différenciation somme le migrant de se déclarer sans nuance par rapport à l’hellénisme ce qui ne laisse aucune place aux identités de l’entre-deux que l’on a pu observer dans ce texte. L’État grec intervient aussi en gérant de manière stricte toute expression minoritaire dans l’espace public. C’est le cas pour les Arvanites, malgré le regain d’activité qu’ils avaient manifesté dans le courant des années 1980, qui avait abouti à la parution d’un journal bimensuel Besa et la fondation en 1982 de l’association arvanite de Grèce. Dans les années 1990, ce mouvement a fait long feu et le journal Besa a disparu en 1994. La discrétion des locuteurs est depuis devenue la règle dans le contexte des années 1990, marqué par le regain du nationalisme en Grèce et par l’arrivée massive des travailleurs albanais. Côté albanais, cette tension existe aussi, comme en témoignent les différents conflits entre l’État et l’association Omonia (association des Grecs d’Albanie) au cours des années 1990 et 2000. L’adoption récente des statistiques ethniques pour le prochain recensement de 2011 semble confirmer l’enfermement voulu dans des appartenances rigides aux définitions stables et contrôlées. Par ces différents types d’actions, l’État-national grec ou albanais semble se défendre par le contrôle (autoritaire ou statistique) contre l’émergence éventuelle de forces qui pourraient mettre en danger la narration sur laquelle repose sa légitimité historique, confondue dans le cas de la Grèce avec l’homogénéité linguistique et religieuse de sa population.

  • 36 Prévelakis G., Les Balkans, collection « Géographie d’aujourd’hui », Paris, Nathan Université, 1994

21Une telle tension entre l’État et une société composée de réseaux n’est pas nouvelle dans les Balkans36. Elle peut néanmoins sembler tout particulièrement actuelle dans un contexte de diffusion des comportements de circulation et des identités complexes qui leurs sont associées. En Grèce, le cas de la migration balkanique et albanaise, tout comme le retour de minorités d’hier chassées par l’histoire (Tchams d’Epire, Juifs sépharades de Salonique ou du Dodécanèse, Turcs de Macédoine), peuvent donner des exemples édifiants de revitalisation de mémoires alternatives par le biais du développement de mobilités géographiques. Ces processus qui accompagnent l’ouverture du pays aux mobilités internationales sont sans doute pour quelque chose dans les questionnements perceptibles au sein de la société grecque d’aujourd’hui. Parfois, ces débats sont même susceptibles de sortir des cercles spécialisés et de toucher le grand public. Ce fut par exemple le cas en mars 2007 quand un manuel scolaire d’histoire fut retiré des classes car il revenait sur la vision univoque de l’empire ottoman qui est généralement véhiculée par les programmes scolaires. Dans le renouveau de ce type de question qui concerne directement le travail de mémoire, il y a fort à parier que la modification des liens avec l’Europe et les Balkans, ainsi que la nouvelle position migratoire du pays évoquée ici, joue un rôle de première importance. De ce point de vue, l’arrivée des migrants albanais en Grèce a eu pour effet de redonner à ces questions d’appartenance une certaine actualité et pourrait conduire à mettre en question le discours de l’homogénéité revendiquée par les États-nations de la région.

Haut de page

Bibliographie

Athanassopoulou A., « Nos Albanais à nous ; travailleurs émigrés dans une communauté arvanite du Péloponnèse », Ethnologie française, n° 2, 2005, p. 267-278.

Baltsiotis L., « Εθνικοί μύθοι και ιστορικές κατασκευές στις μη ελληνόφωνες ομάδες : Το παράδειγμα των Αρβανιτών και των Βλαχών » (Mythes et construction historiques dans des groupes non hellénophones : l’exemple des Arvanites et des Valaques), Politis, n° 105, 2005, p. 17-23.

Biri K., Αρβανίτες, oι Δωριείς του νεωτέρου Ελληνισμού (Arvanites, les Doriens de l’hellénisme moderne), Athènes, Melissa, 1960.

Bonifazi C., SINTÈS P. et ZINDATO D., « L’immigration albanaise en Grèce et en Italie : ressemblances et différences » dans Parant A. (dir.), Migrations, crises et conflits récents dans les Balkans, Belgrade, Demobalk, 2006, p. 271-284.

Clogg R. (ed.), Minorities in Greece, Aspect of a Plural Society, Londres, Hurst, 2002.

Deslondes O., de RAPPER G. et ROUX M., « Les Albanais hors d’Albanie, Emigrés et minorités en Grèce, Macédoine et Yougoslavie », Méditerrannée, nations et conflits, Hérodote, n° 90, 1998, p. 20-45.

Clayer N., Aux origines du nationalisme albanais La naissance d’une nation majoritairement musulmane en Europe, collection « Recherches internationales », Paris, Karthala, 2006.

Clayer N., « Frontière politique, frontière ethnique et État-Nation : l’exemple de la région-frontière albano-grecque dans l’entre-deux-guerres », Borders in Southeastern Europe : Culture and Politics between the 18th ant 21th Century, Historia 7, Ljubjana, 2004, p. 159-175.

Daniel O., La question du territoire dans la formation de l’État national albanais, Thèse de doctorat d’État, Université de Paris X, 2000.

Depret I., « La construction nationale en Épire, 1912-1939 : le rôle du facteur confessionnel et du haut clergé orthodoxe », Revue d’histoire moderne et contemporaine n° 56-3, 2009, p. 123-149.

De Rapper G. et SINTÈS P., « Composer avec le risque : la frontière Sud de l’Albanie entre politique des États et solidarités locales », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 4, vol. 37, 2006, p. 243-271.

Drettas G., « Pour une anthropologie religieuse de la Grèce contemporaine », Messogeios 20-21, Herodotos, 2003, p. 21-41.

Ducellier A., « Albanais dans les Balkans et en Italie à la fin du Moyen Âge : courants migratoires et connivences socio-culturelles », Le migrazioni in Europa secc. XIII-XVIII, Prato-Florence, Istituto internazionale di storia economica, 1994, p. 233-269.

Gossiaux J.-F., Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, PUF, 2002.

Guéfou-Madianou D., « Cultural polyphony and identity formation : negotiation tradition in Attica », American Ethnologist 26 (2), 1999, p. 412-139.

Guéfou-Madianou D., « Η χώρα του πνεύματος και η χώρα του οινοπνεύματος » (Le pays de la culture, le pays de la viticulture), Συγχρόνα θέματα (Synchrona Thémata), janvier-mars 1998, p. 104-115.

Herzfeld M., « Les enjeux du sang, la production officielle des stéréotypes dans les Balkans : le cas de la Grèce », Anthropologie et Sociétés, vol. 19, n° 3, 1995, p. 37-51.

IMEPO, Εκτίμηση του όγκου των αλλοδαπών που διάμενουν παράνομα στην Ελλάδα (Estimation du groupe des étrangers qui résident illégalement en Grèce), 2008, disponible en ligne.

Kargakos S., Αλβανοί, Αρβανίτες, Έλληνες (Albanais, Arvanites, Grecs), Athènes, Sideris, 2000 [1999].

Kahl T., « Aromanians in Greece : Minority or Vlach-Speaking Greeks ? » Jahrbücher für Geschichte und Kultur Südosteuropas 5, 2003, p. 205-219.

King R., Iosifides T. et Myrivili L., « A migrant’s story : from Albania to Athens », Journal of ethnic and migration studies, vol. 24, n° 1, janvier 1998, p. 159-175.

Kollias G., Οι Αρβανίτες και η καταγωγή των Ελλήνων (Les Arvanites et l’origine des Grecs), Athènes, Thamyris, 1997.

Koukoudis A.-I., « Οι Μητροπόλεις και η Διασπορά των Βλάχων » (Métropoles et diasporas des Valaques), Études sur les Valaques, tome 2, Thessalonique, Zitros, 2000.

Kretsi G., « The “secret” of the Past of the Greek-Albanian Borderlands. Cham Muslim Albanians : Perspectives on a Conflict over Historical Accountability and Current Right », Ethologia Balkanica, vol. 6, 2002, p. 171-195.

Nestoropoulou A et SINTÈS P., « Une diaspora de l’intérieur ? Le discours d’une association vorioépirote à Athènes », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 4 vol. 41, 2007, p. 201-224.

Margaritis G., Ανεπιθύμητοι συμπατριώτες (Compatriotes indésirables), Athènes, Vivliorama, 2005.

Papataxiarchis E., Grèce (Ellada) - figures de l’altérité, Ethnologie française n° 2, avril-juin, 2005.

Péchoux P.-Y. et Sivignon M., « L’éviction des Tchamidès d’Epire occidentale en 1944 », L’Ethnographie, tome 85-2, n° 106 spécial Albanie, 1989, p. 113-119.

Prévélakis G. « Le processus de purification ethnique à travers le temps », Guerres mondiales et conflits contemporains 1/2005 (n° 217), p. 47-59.

Prévelakis G., Les Balkans, collection « Géographie d’aujourd’hui », Paris, Nathan Université, 1994.

Schwandner-Sievers S., The Albanian Aromanians’Awakening : Identity Politics and Conflicts in Post-Communist Albania, Working Papers, European Centre for Minority Issues, Flensburg, 1999.

Seraïdari K., « Μεγάλη η χάρη της ! » Λατρευτικές πρακτικές και ιδεολογικές συγκρούσεις στις Κυκλάδες (« Que sa grâce soit grande ! » Pratiques dévotionnelles et conflits idéologiques dans les Cyclades), Athènes, Erinni (Philippotis), 2007.

Sintès P., La raison du mouvement : territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce, Paris, Karthala (coll. l’Atelier Méditerranée), 2010.

Sintès P., « Les Valaques du Sud de l’Albanie et la Grèce », dans Gilles de Rapper et Pierre Sintès (dir.), Nommer et classer dans les Balkans, École française d’Athènes, Athènes, 2008, p. 23-43.

Sintès P., « La migration des travailleurs balkaniques en Grèce : mouvement migratoire ou circulation régionale ? », L’Espace géographique, t. 4, 2007, p. 353-365.

Sintès P., Les Albanais en Grèce : mobilités, réseaux et territoires. Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Robert Escallier, Université de Nice Sophia-Antipolis, 2005.

Sintès P., « Les Albanais en Grèce : le rôle des réseaux préexistants », Balkanologie, vol.  VII (1), 2003, p. 111-133.

Vickers M. et Pettifer J., Albania : from anarchy to a Balkan identity, Londres, Hurst, 1997.

Haut de page

Notes

1 Vickers M. et Pettifer J., Albania : from anarchy to a Balkan identity, Londres, Hurst, 1997.

2 King R., Iosifides T. et Myrivili L., «A migrant’s story: from Albania to Athens», Journal of ethnic and migration studies, vol. 24, n° 1, janvier 1998, p. 159-175.

3 Bonifazi C., Sintès P. et Zindato D., « L’immigration albanaise en Grèce et en Italie : ressemblances et différences », dans A. Parant (dir.), Migrations, crises et conflits récents dans les Balkans, Demobalk, Belgrade, 2006, p. 271-284.

4 En France par exemple, les élections législatives grecques de 2009 ont donné lieu à la diffusion d’estimations non fondées à ce propos. On les retrouve dans les colonnes du quotidien Libération du 30 juin 2009.

5 Ces travaux sont établis sur la base d’une extrapolation des chiffres de la police grecque ou des élèves scolarisés comme le montre IMEPO, Εκτίμηση του όγκου των αλλοδαπών που διάμενουν παράνομα στην Ελλάδα (Estimation du groupe des étrangers qui résident illégalement en Grèce), 2008, disponible en ligne. Néanmoins, la recherche d’une estimation doit s’accompagner de la conscience de la grande variabilité de ce nombre selon les saisons de l’année. Voir pour cela P. Sintès, « La migration des travailleurs balka­niques en Grèce : mouvement migratoire ou circulation régionale ? ». L’Espace géographique, t. 4, 2007, p. 353-365.

6 Sintès P., Les Albanais en Grèce : mobilités, réseaux et territoires. Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Robert Escallier, Université de Nice Sophia-Antipolis, 2005.

7 Drettas G., « Pour une anthropologie religieuse de la Grèce contemporaine », Messogeios 20-21, Herodotos, 2003, p. 21-41 ; Herzfeld M., « Les enjeux du sang, la production officielle des stéréotypes dans les Balkans : le cas de la Grèce », Anthropologie et Sociétés, vol. 19, n° 3, 1995, pages 37-51.

8 Clayer N., Aux origines du nationalisme albanais. La naissance d’une nation majoritairement musul­mane en Europe, collection « Recherches internationales », Paris, Karthala, 2006 ; Daniel O., La question du territoire dans la formation de l’État national albanais, Thèse de doctorat d’État, Université de Paris X, 2000.

9 Les éléments présentés dans ce texte sont le résultat d’une enquête effectuée entre 2000 et 2005 dans différentes régions de la Grèce et de l’Albanie. Ils ont donné lieu à la rédaction de ma thèse de doctorat et à la publication d’un ouvrage : Sintès Pierre, La raison du mouvement : territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce, Paris, Karthala (coll. l’Atelier Méditerranée), 2010.

10 Nestoropoulou A et Sintès P., « Une diaspora de l’intérieur ? Le discours d’une association vorioépirote à Athènes », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 4 vol. 41, 2007, p. 201-224.

11 Pour l’importance des populations aroumaines dans le Sud des Balkans, voir l’ouvrage de Jean-Fran­çois Gossiaux (Gossiaux J.-F., Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris, PUF, 2002) ainsi que les diffé­rents travaux de Tede Kahl sur la question (Kahl T., « Aromanians in Greece : Minority or Vlach-Speaking Greeks ? » Jahrbücher für Geschichte und Kultur Südosteuropas 5, 2003, p. 205-219).

12 Sintes P., «Les Valaques du Sud de l’Albanie et la Grèce», dans Gilles de Rapper et Pierre Sintès (dir.), Nommer et classer dans les Balkans, Ecole française d’Athènes, Athènes, 2008, p. 23-43 ; Schwandner-Sievers S., The Albanian Aromanians’ Awakening : Identity Politics and Conflicts in Post-Communist Albania, Working Papers, European Centre for Minority Issues, Flensburg, 1999.

13 Deslondes O., de Rapper G. et Roux M., « Les Albanais hors d’Albanie. Emigrés et minorités en Grèce, Macédoine et Yougoslavie », Méditerranée, nations et conflits, Hérodote n° 90, 1998, p. 20-45.

14 Ce groupe est désigné par le terme de Tchams, en relation avec leur langue dialectale qui les différencie du tosque et du guègue, respectivement parlé au Sud pour le premier, dans le Nord de l’Albanie, au Kosovo et dans une partie du Monténégro pour le second.

15 Depret I., « La construction nationale en Épire, 1912-1939 : le rôle du facteur confessionnel et du haut clergé orthodoxe », Revue d’histoire moderne et contemporaine n° 56-3, 2009, p. 123-149 ; Margaritis G., Ανεπιθύμητοι συμπατριώτες (Compatriotes indésirables), Athènes, Vivliorama, 2005.

16 Kretsi G., «The “secret” of the Past of the Greek-Albanian Borderlands. Cham Muslim Albanians: Perspectives on a Conflict over Historical Accountability and Current Right», Ethologia Balkanica, vol. 6, 2002, p. 171 à 195; Péchoux P.-Y. et Sivignon M., « L’éviction des Tchamidès d’Epire occidentale en 1944 », L’Ethnographie, tome 85-2, n° 106 spécial Albanie, 1989, p. 113-119.

17 C’est-à-dire les recensements de 1920, 1928 et 1951 qui sont les derniers à évoquer les questions de langue et de religion pour la population de la Grèce.

18 Prévélakis G. « Le processus de purification ethnique à travers le temps », Guerres mondiales et conflits contemporains 1/2005 (n° 217), p. 47-59.

19 Clogg R. (Ed.), Minorities in Greece, Aspect of a Plural Society, Londres, Hurst, 2002.

20 À ce sujet, les très nombreuses publications du centre d’études des minorités de Thessalonique (KEMO) en donne un bon aperçu ainsi que le numéro de la revue Ethnologie française sous la direction d’Evthymios Papataxiarchis (Papataxiarchis E. Grèce (Ellada) – figures de l’altérité, Ethnologie française n° 2, avril-juin, 2005). Ce souci touche aussi depuis les années 2000 les productions ethnomusicologiques avec le souci de sauvegarde des patrimoines culturels immatériels et des parlers régionaux dans le pays.

21 Kahl T. Op cité, 2003.

22 Séraïdari K., « Μεγάλη η χάρη της ! » Λατρευτικές πρακτικές και ιδεολογικές συγκρούσεις στις Κυκλάδες, (Que sa grâce soit grande ! » Pratiques dévotionnelles et conflits idéologiques dans les Cyclades), Athènes, Erinni Philippotis, 2007

23 Ducellier A., « Albanais dans les Balkans et en Italie à la fin du Moyen Âge : courants migratoires et connivences socio-culturelles », Le migrazioni in Europa secc. XIII-XVIII, Prato-Florence, Istituto internazionale di storia economica, 1994, p. 233 à 269.

24 Athanassopoulou A., « Nos Albanais à nous ; travailleurs émigrés dans une communauté arvanite du Péloponnèse », Ethnologie française, n° 2, 2005, p. 267-278.

25 Guéfou-Madianou D., « Cultural polyphony and identity formation : negotiation tradition in Attica », American Ethnologist 26 (2), 1999, p. 412-139 ; Guéfou-Madianou D., « Η χώρα του πνεύματος και η χώρα του οινοπνεύματος » (Le pays de la culture, le pays de la viticulture), Συγχρόνα θέματα (Synchrona Thémata), janvier-mars 1998, p. 104-115.

26 Kargakos S., Αλβανοί, Αρβανίτες, Έλληνες (Albanais, Arvanites, Grecs), Athènes, Sideris, 2000 [1999] ; Kollias G., Οι Αρβανίτες και η καταγωγή των Ελλήνων (Les Arvanites et l’origine des Grecs), Athènes, Thamyris, 1997 ; Biri K., Αρβανίτες, oι Δωριείς του νεωτέρου Ελληνισμού (Arvanites, les Doriens de l’hellénisme moderne), Athènes, Melissa, 1960

27 Guéfou-Madianou D. Op. cité, 1999, p. 414.

28 Il s’agit de deux communes rurales situées à l’Est de la ville de Gjirokastër. À l’échelle des préfectures, ce sont en revanche les circonscriptions du Sud-Est du pays (Korçë et de Përmet) qui ont connu les baisses de population les plus importantes entre 1989 et 2001, du fait de la migration.

29 De Rapper G. et Sintès P., « Composer avec le risque : la frontière Sud de l’Albanie entre politique des États et solidarités locales », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 4 vol. 37, 2006, p. 243-271.

30 Clayer N., « Frontière politique, frontière ethnique et État-Nation : l’exemple de la région-frontière albano-grecque dans l’entre-deux-guerres », Borders in Southeastern Europe : Culture and Politics between the 18th and 21th Century, Historia 7, Ljubjana, 2004, p. 159-175.

31 Sintès P., Op cité, 2008 ; Koukoudis A.-I., Op cité, 2000.

32 Sintes P. « Les Albanais en Grèce : le rôle des réseaux préexistants », Balkanologie, vol. VII (1), 2003, p. 111-133.

33 Ce film, sorti en 2009 sur les écrans, a été sélectionné au festival de Locarno la même année et y a rem­porté le prix du jury oecuménique. Dans le même temps, son principal acteur (Antonis Kafetzanopoulos) remportait le Léopard pour la meilleure interprétation masculine.

34 Ce type de situation vient nous rappeler que les différents éléments de la déclaration identitaire sont fonction des contextes, comme on a pu le constater aussi à travers l’exemple particulier des populations aroumaines du Sud de l’Albanie et en Grèce.

35 Baltsiotis L., « Εθνικοί μύθοι και ιστορικές κατασκευές στις μη ελληνόφωνες ομάδες : Το παράδειγμα των Αρβανιτών και των Βλαχών » (Mythes et construction historiques dans des groupes non hellénophones : l’exemple des Arvanites et des Valaques), Politis n° 105, 2005, p. 17-23.

36 Prévelakis G., Les Balkans, collection « Géographie d’aujourd’hui », Paris, Nathan Université, 1994

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les albanophones en Grèce d'après les recensements de 1920, 1928 et 1951
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Sintès, « Construction des discours d’appartenance en migration : l’exemple des Albanais en Grèce »Anatoli, 1 | 2010, 195-214.

Référence électronique

Pierre Sintès, « Construction des discours d’appartenance en migration : l’exemple des Albanais en Grèce »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.391

Haut de page

Auteur

Pierre Sintès

Maître de conférences en géographie à l’Université de Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, ancien membre scientifique de l’Ecole française d’Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search