Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Partie 4. Les ressources mémoriel...Rumluk après rumluk : la survivan...

Partie 4. Les ressources mémorielles et identitaires

Rumluk après rumluk : la survivance de la langue et de la culture grecques sur les côtes turques de la mer Noire

Faruk Bilici
p. 235-251

Notes de la rédaction

Cet article est la version revue et actualisée d’une communication présentée au colloque international sur les « Grecs d’Anatolie et d’Istanbul, 1821-1964 », qui s’était tenu à l’Ecole française d’Athènes, les 23-25 février 2006.

Texte intégral

1Parlée par quelques milliers de personnes, la langue pontique fait partie de ces nombreuses langues dites régionales en Turquie, qui ne sont pas écrites, encore moins enseignées, mais qui enrichissent le paysage culturel, grâce aux interactions avec le turc, dans une période où les développements politiques intenses en direction des minorités, notamment kurdes, laissent présager un certain épanouissement des langues en voie de disparition. Cet article est un premier essai socio-historique sur une langue et une culture qui ne demandent qu’à renaître de leurs cendres, aussi bien en Turquie qu’en Grèce.

  • 1 Yerasimos Stefanos, Milliyetler ve Sıırlar, Iletişim Yayınları, Istanbul, 1994, p. 424.

2La convention entre la Grèce et la Turquie, signée en janvier 1923, est le document qui légalise avec l’approbation des grandes Puissances l’épuration ethnique et religieuse à grande échelle sur les deux rives de la mer Égée, déjà commencée au XIXe siècle et renouvelée à plusieurs reprises. L’échange des populations, sur le modèle de millet ottoman, obligeait les 1 500 000 orthodoxes de Turquie à émigrer vers la Grèce, dont 322 500 des côtes de la mer Noire, de Sivas et de Kastamonu, sans parler des 65-70 000 personnes tuées entre 1916-19231. Inversement, 350 000 musulmans sont renvoyés en Turquie, sans parler des centaines de milliers d’autres obligés de partir à cause du traité de Berlin de 1878. La minorité musulmane de la Thrace occidentale (120 000) et la minorité orthodoxe d’Istanbul (120 000) ont été dispensées de cet échange. Lorsque le processus a été plus ou moins achevé en 1926, tout le monde pensait – et pense encore – que les racines linguistiques et humaines des vingt-huit siècles d’une présence hellénique en Anatolie avaient disparu et que seules subsistaient les querelles concernant les communautés dites « minoritaires » définies par le traité de Lausanne. Ainsi, la citoyenneté turque n’étant pas encore – elle ne l’est toujours pas – le déterminant identitaire, les populations ponticophones musulmanes restées sur le territoire turc étaient-elles plongées dans une crise d’identité, dans une ambiance de nationalisme laïque et jacobin. Tandis qu’en Grèce des centaines d’associations, de centres culturels et folkloriques sont créés, de nombreux travaux scientifiques sont menés afin de perpétuer le souvenir et le folklore (et non la culture ou la langue) pontique, en Turquie c’est le silence qui prévaut. On enveloppe la culture hellénique de la mer Noire d’un « lazisme » ironique, objet de blagues ; pire, de nombreux travaux sont publiés pour avancer que les groupes qui continuent à parler le pontique se composent de personnes d’origine turque qui ont appris la langue des Rums.

3La vision monolithique de l’État-nation étant désormais mise en cause par l’émergence de nouvelles élites, grâce aux réformes démocratiques introduites dans la perspective d’une intégration à l’Union européenne et au climat plus détendu entre les deux rives de la mer Égée, on peut aborder les problèmes relatifs aux minorités sans provoquer trop de réactions épidermiques aussi bien en Turquie qu’en Grèce. En attendant des recherches exhaustives, cette étude se limitera à aborder prioritairement trois questions : l’historiographie, la langue et la toponymie.

Une histoire à construire

  • 2 Quelques ouvrages de Bryer, Anthony : The Empire of Trebizond and the Pontos, Variorum reprints, Lo (...)
  • 3 Son ouvrage principal sur Trabzon : The Ottoman Tahrir Defters as a source for urban demographic hi (...)
  • 4 Parmi les nombreuses études de M. Meeker, il faut surtout signaler ces deux ouvrages : Social pract (...)

4Malgré les travaux éclairants de A. Bryer2, H. Lowry3 et de M. Meeker4, l’histoire de la mer Noire sous l’angle de la langue et de la culture helléniques reste à construire. Dans la période ottomane, les lignes de démarcation entre religion et utilisation de la langue étaient floues. H. Lowry surtout a bien montré que l’islamisation des populations pontiques n’a pas diminué l’utilisation de la culture et de la langue d’origine hellénique dans la région de Trabzon. Paradoxalement, les cartes sont encore plus brouillées dans la période contemporaine, car à la distinction religieuse se sont ajoutés le nationalisme et le déterminisme historique, la prétention de l’appropriation de cette région par une seule langue, une seule culture. Au rebours des courants idéologiques et politiques nationalistes et fondamentalistes, ce qui nous intéresse ici c’est justement le phénomène de la cohabitation d’une langue et d’une culture considérées abusivement comme effacées de la géographie.

  • 5 Voici trois titres seulement parmi l’oeuvre considérable de Turan, Osman : Selçuklular Tarihi ve Tü (...)
  • 6 Sümer, Faruk (1924-1995) est connu surtout par ses ouvrages sur les Oguz, ancêtres des Turcs mais a (...)
  • 7 Kırzıoglu, Mehmet Fahrettin (1917-2005) est un historien très célèbre qui s’est ingénié à « prouver (...)
  • 8 Albayrak, Haşim, Of ve Çaykara Tarihi, Cantekin Matbaası, Ankara, 1986
  • 9 Id. vol. 1, p. 104.
  • 10 Id. vol. 1, p. 105.
  • 11 Id. vol. 1, p. 105
  • 12 Id. vol. 1, p. 106.

5Actuellement deux tendances historiographiques coexistent en Turquie quant à l’origine des populations et de la culture du Pont. La première, largement majoritaire et inaugurée par des historiens de la période de la « théorie langue-soleil » comme Osman Turan5, Faruk Sümer6 et Fahrettin Kırzıoğlu7 émet des thèses très proches du pantouranisme. Selon cette historiographie, pratiquement tous les peuples ayant habité l’Asie mineure sont issus des Turcs de l’Asie centrale : notamment les Assyriens, les Hittites, les Cimmériens, les Scythes et bien d’autres. Elle n’hésite donc pas à trouver dans toutes les localités pontiques de profondes racines centre-asiatiques. Osman Turan (1914-1978), surtout en tant que ponticophone lui-même, a joué un rôle fondamental. Historien médiéviste né à Çaykara (Kadahori) dans la région qui nous intéresse, Osman Turan a été député dans les rangs du parti démocrate (1954-1960) et il s’est retiré de la vie politique en 1969. Tout en poursuivant ses recherches et sa carrière politique, il a surtout dirigé les « Foyers turcs » et a rédigé de nombreux articles dans la revue Turk Yurdu, les deux organes du pantouranisme. Les nombreux ouvrages sur l’époque seldjoukide font d’Osman Turan une autorité sur l’histoire médiévale turque, mais ses prises de positions idéologiques et politiques se reflètent largement dans ses ouvrages qui fixent probablement encore pour longtemps le cadre de l’historiographie turque. Les thèses de cette historiographie concernant la turcité des Pontiques sont bien résumées dans un ouvrage de micro-histoire de Haşim Albayrak, Of ve Çaykara Tarihi (Histoire d’Of et de Çaykara)8. Même s’il prend la précaution de dire qu’il ne peut pas l’affirmer avec certitude, Albayrak pense que « les populations les plus anciennes de l’Anatolie, en conséquence celles de Trabzon, sont les Hittites, autrement dit les Turcs »9. Si Hérodote a dit que ces régions étaient colonisées par les Scythes, « c’est parce que le mot Scythe était utilisé pour désigner les Turcs Saka. Certains historiens appelaient également Saka, les Turcs qui vivaient en dehors de l’Asie »10. Selon Hasan Umur, un autre historien de la région d’Of, entre 1019 et 1093, la région d’Of était le pays des Turcs Kumans. Ils étaient installés entre Sinop et Batoum. Leur khan s’appelait Ofşin (dans la langue turk kumane, Ofşin signifie « défendre son pays avec acharnement, Of-ob, veut dire arme ») et leur capitale était Of)11. Xénophon dans son Anabasis parle des peuples habitant à l’est de Trabzon, comme les Karduk, les Chilaps, les Scythes, les Maron-Koks, les Khaldis. Or ces tribus n’étaient, selon cet historien, rien d’autre que des Turcs12.

6Que faut-il déduire de tout cela ? Tout simplement qu’avant que les Grecs ne colonisent la région de Trabzon et d’Of, des peuples habitaient ces contrées et que ces peuples étaient des Turcs. Or, les Grecs qui fondèrent des colonies sur les côtes de la mer Noire hellénisèrent, puis christianisèrent ces Turcs, par leur civilisation, leur littérature.

  • 13 Kurt, Yılmaz, Pontus Meselesi, Türkiye Büyük Millet Meclisi, Kültür, Sanat ve Yayın Kurulu Yayınlar (...)

7Curieusement, ces thèses reflètent le climat idéologique pendant la période de la guerre d’indépendance entre 1919 et 1922. En effet, à la veille de la Conférence de Lausanne (novembre 1922-juillet 1923), tandis que les Grecs tentaient de prouver l’hellénisme de l’Asie mineure, les Turcs de leur côté rédigeaient des ouvrages pour « montrer comment l’Anatolie était turque depuis les origines de son histoire connue »13. Encore plus curieusement, l’ouvrage qui avait servi de propagande contre les thèses de la Grèce, publié en 1922 en turc et en français, avant même la Conférence de Lausanne, est réédité en turc, en 1995, par la Grande Assemblée nationale. Son président Hüsamettin Cindoruk justifiait cette publication dans sa préface de la manière suivante :

  • 14 Id., préface.

8« La réédition de cet ouvrage, dans la nouvelle langue, n’a pas de visées politiques. Nous n’avons pas comme objectif de nouveaux affrontements et débats. Nous souhaitons seulement que le monde scientifique renouvelle ses connaissances »14. Or, dans cet ouvrage, un grand nombre de documents contemporains ont été publiés, et toute la partie introductive est consacrée à la turcité de l’Anatolie depuis toujours.

  • 15 http://www.turan.tc/pontusdosyasi.

9Ce sont ces thèses officielles qui sont reprises également par l’extrême droite turque pour dénier toute présence hellénistique, linguistique et culturelle dans la région. Si on laisse de côté le problème ethnographique lié aux instruments de musique (kemençe, tulum) et aux tenues vestimentaires qui sont très influencés par les traditions caucasiennes, les tenants d’une région « purement turque » expliquent l’existence d’une langue grecque par un certain nombre d’arguments. D’abord le royaume pontique a été fondé en 280 avant notre ère, par la dynastie perse des Mithridates qui n’a aucun lien avec les Grecs. Ce royaume a été annexé à l’Empire romain en 63 avant J.-C. Les Grecs sont venus dans cette région comme négociants et impérialistes ; le Pont n’a donc jamais été grec, comme le prétend l’idéologie de Megali Idea. De toute façon, le mot rum n’a aucun lien avec le mot hellène ou grec, car l’appellation rum, d’origine arabe est donnée à des populations touraniennes et perses. Par ailleurs, les Turcs se sont toujours appropriés la langue de la religion qu’ils ont adoptée ; étant donné que les Turcs anciens sont devenus chrétiens avec l’arrivée des Grecs, ils ont également adopté la langue. La preuve en est que les Bulgares d’origine turque sont devenus orthodoxes et ont adopté la langue slave. De même, si de grandes familles orthodoxes grecques portent des noms turcs comme Pehlivanoğulları, Öküzoğulları, Hırçınoğulları, Şahinoğulları, Arslanoğlu, Kırbaşoğulları, Dumanoğulları, Karayamalı, c’est qu’elles étaient en réalité d’origine turque15.

  • 16 Istanbul, Belge Yayınları, 1996

10Contre cet unanimisme, peu de voix discordantes s’élèvent. Le premier de ces travaux contestant les thèses officielles est paru en 1996, sous le titre de Pontus Kültürü16. Son auteur, Ömer Asan est originaire d’un village de l’arrondissement d’Of, Çoruh, village ponticophone. L’ouvrage est autobiographique, puisqu’il s’agit d’un témoignage. L’auteur a compilé un grand nombre de données relatives à la langue, à la culture, à la toponymie d’Of et plus particulièrement de son village à travers sa famille et son entourage. La crainte d’être déconsidéré et de passer pour un « traître » est lisible dans son introduction :

  • 17 Asan, Ömer, Pontus Kültürü, p. XXIV.

« Il y aura des gens qui chercheront des arrières-pensées dans cette étude. Je sais que les milieux obsédés depuis toujours par certaines idées fixes considéreront ce livre comme une œuvre “visant à diviser la Turquie” ; je leur conseille de jeter un coup d’œil non pas à toute l’histoire, mais seulement de la lire sur cent ans. Ils verront que les hommes de différentes religions, de langues et de cultures vivaient dans la paix. Mais, malgré cela, je sais qu’ils n’en feront qu’à leur tête. Cette vision qui cherche le bonheur de la Turquie dans les méthodes d’épuration ethnique ou dans la suppression physique est triste, et elle est toujours en vigueur »17.

  • 18 Asan, Ömer, op. cit., p. XVII
  • 19 Acte d’accusation du procureur général de la République, devant la sixième chambre de sûreté d’Ista (...)
  • 20 Décision de la sixième chambre de sûreté d’Istanbul, le 12 août 2003. Voir aussi le site internet : (...)

11En effet, cette prophétie s’est réalisée en grande partie. Car, réédité en 2000, l’ouvrage d’Asan a fait, deux ans après, dans la frénésie d’une campagne médiatique pour « sauver la Turquie des griffes d’une christianisation par les missionnaires », l’objet d’une dénonciation virulente dans la presse islamiste et nationaliste. Après la saisie de son livre, il a été déféré devant le tribunal de sûreté d’Istanbul, sous le prétexte de « propagande écrite dans le dessein de nuire à l’unité de l’État et de la nation de la République turque ». La justice militaire reprochait à l’auteur comme à son éditeur, Ayşe Zarakolu, d’avoir fait rédiger la préface à un universitaire grec, Neoklis Sarris, où celui-ci disait notamment que ce sont les mêmes raisons officielles qui ont présidé, après la Première guerre mondiale, au débarquement de Mustafa Kemal à Samsun, comme à celui de la Grèce en Anatolie. Selon Sarris, accusé d’ailleurs par les plaignants d’aider la branche du PKK installée dans son pays, dans les deux cas ce sont des débarquements qui ont été approuvés et encouragés par les alliés pour protéger la communauté grecque des bandes armées musulmanes18. Par ces propos et bien d’autres activités qui lui sont attribués, N. Sarris chercherait à séparer de la Turquie la région de la mer Noire, en vue de la création d’un État pontique. De la même manière, Ö. Asan, fut accusé d’avoir affirmé, surtout par la présentation d’un dictionnaire turc-rum du dialecte utilisé actuellement, que des populations influencées par la culture pontique vivent toujours sur les côtes de la mer Noire et surtout dans la partie orientale, à Trabzon, Of et Çoruh (Erenköy)19. L’auteur a eu l’occasion de démontrer l’absurdité des accusations, mais, c’est à la faveur des réformes adoptées par le gouvernement en place pour se conformer à la législation européenne, supprimant l’article 8 de la loi anti-terroriste, que l’auteur a été relaxé et son ouvrage remis en circulation20.

  • 21 publié chez Hayamola, Istanbul, 2005, 1 262 p.
  • 22 Öztürk, Özhan, Karadeniz, Ansiklopedik Sözlük, intoduction, p. IV.

12La seconde publication est un dictionnaire encyclopédique de la mer Noire (Karadeniz, Ansiklopedik Sözlük) en deux volumes, rédigé par un jeune chercheur, Özhan Öztürk21, qui, visiblement, a tout fait pour ne pas attirer l’attention des autorités judiciaires. Mais cela ne l’a pas empêché d’être désigné comme un auteur manipulé par Athènes. Publié aux éditions Hayamola, créées par Ö. Asan, ce dictionnaire est le premier du genre à intégrer autant de concepts, de mots, de noms grecs dans un ouvrage. Réalisé à la suite d’une enquête longue de collecte dans les départements d’Ordu, Giresun, Trabzon, Rize et Artvin, le dictionnaire met en évidence les mots et noms, entre autres, d’origine grecque, mais surtout il retrace brièvement l’histoire de chaque localité. Le folklore est largement utilisé aussi bien sous forme de chansons que de poèmes ou d’expressions. En tant qu’intellectuel local « ayant des devoirs envers ses aînés, Özhan Öztürk, loin des préoccupations idéologiques », se fixe pour objectif de collecter, d’interpréter le patrimoine culturel et de le transmettre sans interruption aux générations futures22.

  • 23 Drettas, Georges, « La langue pontique comme objet identitaire : questions de représentations », da (...)

13Le point de départ de ces deux ouvrages est identique : les auteurs, qui ne sont pas des chercheurs professionnels, se sont posés la question de savoir pourquoi leur entourage, les gens de leurs villages et eux-mêmes parlaient une langue différente du turc, de surcroît une langue dont les locuteurs principaux ont été déportés. Nous touchons ainsi à la question de la définition de l’identité pontique qui se construit avant tout par un territoire particulier et une langue spécifique23. À ces deux éléments, il faut ajouter certaines pratiques typiques comme la cuisine, le folklore, les soins du corps, des pratiques sociales comme la parenté, les structures politiques, la tradition orale.

Une langue en voie de disparition

14La dévalorisation et le dénigrement systématiques de l’histoire sont également valables pour les travaux mettant en avant la langue et la culture grecques dans la région de Trabzon.

  • 24 Publié chez Dr. Ludwig Reichert, Wiesbaden, 322 p.

15Il a fallu attendre le recensement de 1965 où l’on a posé la question de savoir quelle était la langue maternelle de chacun, pour « découvrir » que la langue et la culture grecques n’avaient pas disparues dans la région de Trabzon. Les résultats de ce recensement ont été exploités par Peter Alford Andrews et une équipe de chercheurs, et édités seulement en 1989, sous le titre d’Ethnic Groups in the Republic of Turkey24. La seconde édition de cet ouvrage date de 2002, mais rien n’y a été ajouté en ce qui concerne les populations musulmanes parlant le grec pontique. Les Pontiques se désignent comme Turcs ou encore Oflis. Selon ce recensement, 4 535 personnes ont déclaré avoir comme langue maternelle le grec dans la région de Trabzon, et 900 autres personnes dans d’autres provinces. Mais nous nous intéresserons aux premières, qui se situent essentiellement dans les arrondissements de Çaykara, Of, Sürmene, Tonya et Maçka (Matzouka), réparties sur 53 localités (villes, bourgs et villages).

  • 25 Ibid. p. 373

Tableau I : Habitants des localités parlant le grec pontique (recensement de 1965)25

Département de SAKARYA

Dikmen

Göksu

Département de TRABZON

Akdoğan (Yukarı Hopşera)

Küçük Doğanlı (Küçük Aharançılo)

Aşağıkumlu (Aşağı Mimiloz)

Maraslı (Nefsipaçan)

Blatacılı

Melikşah (Melikşe)

Büyük Doğanlı (Büyük Arhançılo)

Ormancık (Mekidanoz/Holomaktanoz)

Çalışanlar (Kalanas)

Şahinkaya (Şur)

Çambaşı (Anoso)

Sayraç

Çayırbaşı (Fotrekan)

Şekersu (Sakarsu)

Dağardı (Okasho)

Soğanlı (Asağı Hopşera)

Dağlıca (Mesopliya)

Taşçılar (Fotgene)

Demirli (Kotlu)

Taşeren (Zeleka)

Derindere (Asafoliza)

Taşkıran (Coroş)

Dernekpazarı (Kondu)

Taşlıgedik (Mezireipaçan)

Dirlik (Zide)

Tonya meziresi, Büyükmahalle

Eğridere (Gorgoras)

Trabzon

Günebakan (Zenozeno)

Tüfekçi (Arşala)

İskenderli (Kumyatak, Skandarando)

Turalı

Kabataş (Fotinos)

Uzungöl (Şerah/Saraço)

Karaçam (Yukarı Ogena)

Uzuntarla (Alisinos)

Kayran (Limli)

Yakçukur

Köknar (Aşağı Ogena)

Yenice (Zaimler)

Koldere (Vahtanç/Paçanvahtanç)

Yeniköy

Konuklu (Halis/Halith)

Yeşilalan (Holaysa)

Köseli

Yılmazlar (Holomezrea)

Kozluca

Yukarı Kumlu (Yukarı Mimiloz)

  • 26 Aydın, Gülden, « Pontus Müslümanları », Aktüel, 2 juillet 1992. En effet, la journaliste découvrait (...)

16Il est évident que le chiffre révélé par le recensement paraît bien dérisoire par rapport à la population qui parlait réellement le grec à cette époque, notamment parce que certains villages parlant aujourd’hui le pontique n’y sont pas. L’exemple le plus frappant est celui de Çoruh, ce village dépendant d’Of et à partir duquel Ö. Asan a écrit l’ouvrage dont il a été question plus haut. Par ailleurs, le nombre de personnes qui ont déclaré d’emblée que leur langue maternelle était le grec est totalement sujet à caution. Ceci était problématique à l’époque et l’est toujours. La dévalorisation des langues et des cultures régionales dans les États-nation issus de l’Empire ottoman est une constante, surtout dans le cas d’une population parlant une langue cataloguée comme celle d’une minorité non-islamique. Il est plus facile par exemple d’accepter comme langue maternelle le tcherkess, l’abkhaze ou même le kurde que le grec ou l’arménien, identifiés clairement comme des langues de gavours ayant posé problème à la fin de l’Empire ottoman. En effet, rares sont les locuteurs pontiques qui acceptent ouvertement d’être les descendants des Rums, alors que des personnes âgées qui ne parlent pratiquement pas le turc sont encore nombreuses26. Selon les estimations, parmi une population de 975 000 personnes sur l’ensemble du département de Trabzon, 300 000 (31 %) parlent le pontique. Il faut dire que ces estimations ne sont basées sur aucune étude scientifique. La meilleure manière d’avoir une certitude c’est d’entreprendre des enquêtes linguistiques, ethnologiques, anthropologiques et sociologiques au moins dans les localités réputées grécophones. Mais la tâche paraît difficile, tant il est vrai que les autorités y verraient une tentative de « séparatisme », alors qu’au-delà de toute polémique, il s’agirait de saisir, de décrire et d’enregistrer une langue, une culture et un folklore exceptionnels, dont l’empreinte s’efface de jour en jour.

  • 27 « Greek-Speaking Moslems of North-East Turkey : Prologomena to Study of the Ophitic Sub-Dialect of (...)
  • 28 Aspects pontiques, APR, Paris, 1997, XXVIII +791 p.
  • 29 Drettas, Georges, « La langue pontique »…, p. 82.
  • 30 Id.

17La langue pontique constitue un ensemble dialectal relativement homogène, surtout du point de vue morphosyntaxique. Le dialecte de Of-Sürmene présente quelques particularités remarquables qui ont été décrites plusieurs fois, notamment par Peter Mackridge, dans une courte étude27, puis dans une thèse magistrale par Georges Drettas28. Selon ce dernier, l’obsolescence de cette langue est programmée29 ; elle est sur le point de mourir, puisqu’elle n’est enseignée ni en Turquie ni en Grèce. Les partisans de sa disparition sont légion des deux côtés et peu de locuteurs la parlent. En Grèce, la réalité culturelle des populations exogènes a été systématiquement marginalisée et, du coup, les dialectes y sont condamnés à disparaître. Dans tous les cas, les partisans de l’obsolescence assimilent la ponticophonie à une alloglossie30. Tandis qu’en Turquie, c’est l’indifférence, l’uniformité linguistique, culturelle et religieuse, voire les contraintes, qui sont en train de la tuer. C’est donc dans les familles et surtout dans l’espace intime qu’elle est utilisée comme langue quotidienne et uniquement orale, sans jamais passer par l’écrit. Dans le contexte de dévalorisation des cultures régionales, elle a été considérée comme une tare honteuse, confinée dans le folklore le plus réducteur.

  • 31 Ce texte est rapporté par Tursun, Vahit, dans son site internet : http://www.ocena.info. Je le reme (...)
  • 32 Ce second texte est un court extrait d’un long entretien que j’ai réalisé avec l’une de mes tantes (...)
  • 33 Je remercie Christina Alexopoulos et surtout mon collègue et ami Georges Galanès pour leur aide pré (...)

18Nous donnerons deux exemples de la langue pontique telle qu’elle est parlée dans deux villages de Çaykara (Khadahori) : Yukarı Ogena (Karaçam)31 et Alisinos (Uzuntarla)32. Naturellement dans ce genre de texte oral l’alphabet grec n’étant pas utilisé, la transcription en grec33, puis en lettres latines reste problématique et forcement approximative.

a/ Ντ’ εφτäνε οι άγουροι ;

Οι άγουροι αν είναι σο χωρίο εγκβαίνουν σο τσαιρόκομμα, λιχτρεύουν τα χωράφä και άλλο τίπο σκατό ουκ εφτäνε. Ούλοιν πάνε σην ξενιτεία (σο γκουρμπέτι) σα μακρά για να φέρινε χρήματα σ’ οσπίτι και τρώγουνε. Ατό η δουλεία παλ αν κ’ έτονε, κανείς ουκ εξαίρ’ το κόπρε νε μαλάζαν σο χωρίο.
Ελίγοι ελεπίσκουνταν σα χωράφä να δουλεύουνε. Ελίγοι είναι εκείνοι ντο πάνε σ’ οψάρεμα. Ελίγοι είναι εκείνοι ντο πάνε κόφτουν ξύλα και φορτώνουν την γυναίκαν ατούνα και εντάμα κλόσκουνταν οπίς. Καϊνέν άγουρο ου πορεί ν’ ελέπ καϊνείς φορτωμένος ξύλα, χορτάρä, σάκοι κ.ά.
Σ’ αλμέξιμο και σα κόπρε το κοβάλεμα.
Αν έχασεν καϊνείς το νουν ατ’ εφτäει αυτοίκα δουλείας, κοβαλιεί κόπρε, χορτάρä και ξύλα με τη ράχιαν ατ’. Ύσταρο ούλο το χωρίο συντυχαίν’ από πίσαν ατ’. Ασό στόμα σο στόμα γελούν ατόνα ούλοι οι άγουροι.

Nt’eftene i aguri?

I aguri an ine so xorio egvenun so ceyrokoma, lixtrevun ta xorafe ce alo tipo skato uc eftene.
Ulin pane sin ksenitia (so gurbeti) sa makra ya na ferine xrimata s’ospiti ce trogune. Ato i dulia pal an c’etone kaynis uc ekser to kopre ne malazan so xorio.
Eligi elepiskuntan sa xorafe na dulevune. Eligi ine ecini nto pane s’opsarema. Eligi ine ecini nto pane koftun ksila ce fortonun tin yinekanatuna ce entama kloskuntane opis. Kaynen aguro u’poriy nelep kaynis fortomenos ksila, xortare, saci c.a.
S’almeksimo ce sa kopre to kovalema...
An exasen kaynis to nunat eftey aytika dulias, kovaliy kopre, xortare ce ksila me ti rashanat. Istaro ulo to xorio sintishen apo pisanat. Aso stoma so stoma yelunatona uli i aguri.

19Que font les hommes ?

20Lorsque les hommes sont au village, ils vont faucher de l’herbe, bêcher le champ et ne foutent rien d’autre. En général, pour ramener de l’argent à la maison et le dépenser, ils partent tous loin. Et si ce boulot n’existait pas on se demande ce qu’ils pourraient bien foutre.

21Quelques-uns vont travailler dans les champs. Peu parmi eux vont à la pêche. Peu nombreux sont ceux qui vont couper du bois, charger leurs femmes et rentrer à la maison avec elles. Personne ne voit les hommes chargés d’herbes, de sacs etc.

22On ne les voit pas, non plus traire les vaches et porter du fumier.

23Si quelqu’un perd la tête, alors il peut bien faire ces choses-là : porter sur le dos du fumier, de l’herbe et du bois. Par la suite tout le village dit du mal de lui derrière son dos. La nouvelle va de bouche en bouche et il devient la risée de tous les hommes.

b/ Εγώ συντυχαίνω με τη θεία μ’.

– Πούτσεκα κάχεσαι ;
– Κάχομαι σο Ισταμπόλι, σο Πäντείκι.
– Τόχνα έφαγες απόψι ;
– Απόψι κρέας, ντομάτισε, ουζούμε και ψωμί εφάγαμε.
– Ε θεία, αδάτσεκα ντ’ εφτäς ;
– Ε, Φάρουκ, καλά κάχομαι. Χάστας ουτς είμαι, καλά κάχομαι. Το νερό ‘θε μαναχό ου πορώ να πίνω.
– Οντέν ;
– Το νερό χίτς όμνοστο ουτς έν.
Πολλά πα ζέστη έν αδάτσεκα. Πολλά ε πογκαλεφτά ας η ζέστη. Ιδρώνω, ιδρώνω, ιδρώνω. Ν΄εβγαίνει η ψή μ’. Μόνο λέγω ας πάγω σο χωρίο. Ο άντρας ιμ επήγε. Εγώ ουτς επόρεσα πάνεινε. Το σπίτι μαναχό έν. Τα γκαρντέλε μ’ πα μαναχά είναι. Ση δουλεία πάνε και έρχουνταν και καϊνείς ουτς έν να ψέν’ και φαγίζ’ ετοίνους. Τε ν’ εφτάγω ;
Πολλά πα ε γκαρίπεφτα τα ράχια. Ντ΄όμορφα τα ράχια, τα αλάντä.
Τση μάνα μ’ το μεζάρι εϊκεκά, του αδελφού μ’ το μεζάρι πα εϊκεκά έν.
Εντώκαν σο νουν οι κατσιμάλä και η βροχή.
Δύο πατσήδε έχω σην Αλμάνια, ένα πατσή σο Ανταπαζάρι έχω και τα τρία παλ αντρειγμένα είναι. Ένα παιδί και δύο πατσήδε έχω σ’ οσπίτι...

Ego sintisheno me ti thiyam.

– Puçeka kahese?
– Kahome so Istanboli, so Pendiki.
– Tohna efayes apopsi ?
– Apopsi kreyas, domatise, uzume ce psomi efagame.
– E thiya, adaçeka deftes?
– E Faruk Kala kahome. Hastas uç ime, kala kahome. To nerothe manaho u poro na pino.
– Oden?
– To nero hiç omnosto ucen.
Pola pa zesti en adaceka. Pola e pogalefta asi zesti. Idrono, idrono, idrono. N’egveni i pshim...
Mono lego as pago so horiyo. O Antrasim epiye. Ego uç eporesa panine.
To spiti manaho en. Ta gardelem pa manaha ine. Si duliya pane ce erhuntan ce kaynis ucen na psen ce fayizetinus. Te n’eftago ?
Pola pa e garipefta ta rashiya. Nt’omorfa ta rashiya, ta alade...
Tsi manam to mezari eyçeka, tu adelfum to mezari pa eyçeka en.
Entokan so num i katsimale ce i vroshi
Diyo patside eho sin Almanya, ena patsi so Adapazari eho ce ta triya pal antrigmena ine. Ena pedi ce diyo patside eho s’ospiti…

24Je m’entretiens avec ma tante.

25– « Où habites-tu ?
– J’habite à Istanbul, à Pendik.
– Qu’as-tu mangé ce soir ?
– Ce soir, nous avons mangé de la viande, des tomates, du raisin et du pain.
– Ma tante, que fais-tu ici ?
– Ô Faruk, je suis bien installée. Je ne suis pas malade. Seulement, je ne peux pas boire de l’eau [d’ici].
– Pourquoi ?
– Elle n’a aucun goût. Ici.
Il fait trop chaud. La chaleur me dérange beaucoup. Je transpire, transpire, transpire. J’en meurs.
Parfois je me dis qu’il faut que je parte dans le pays [à Trabzon]. Mon mari est parti. Je n’ai pas pu partir. La maison est toute seule. Mes enfants sont seuls. Ils vont au travail, ils reviennent à la maison ; personne ne leur fait à manger. Que faire ?
J’ai beaucoup de nostalgie des montagnes, des belles montagnes, des pins !
La tombe de ma mère est là-bas ; celle de ma sœur est là-bas aussi.
Lorsque le brouillard arrive, il y pleut.
J’ai deux filles en Allemagne, une autre à Adapazarı ; j’ai donc trois filles mariées ; j’ai un fils et deux filles à la maison… »

26Cela dit, des différences existent entre les régions et même entre les villages. L’exemple le plus frappant est celui qui est signalé par P. Mackridge. Il s’agit des noms de mois à Saraho et dans le reste du Pont.

  • 34 Mackridge, Peter, «Greek-Speaking Moslems of North-East Turkey: Prologomena to Study of the Ophitic (...)

Tableau : II Les noms des mois en Ophitic34

Saraho

En général sur le Pont

o kalandaris

o kala-azars

o kunduron

o kunduron

o martis (*)

o marts

o aprilis (*)

Aprilits

o mais (*)

o karyokinèses

o kirezis

o kerasinon

o thurukis

o kolatiers/ferinon

Aguston (*)

aguston / avguston

o stavrites

o stavrites

o xtombris (*)

o triominas

o triyominon

Aerjites

o xtsjonaris / ksjonaris

o xristjenaris

(*) : les noms utilisés en grec moderne.

  • 35 Asan, Ö, op. cit, p. 253-266.

27Le grec pontique est considérablement influencé par le turc, bien sûr sur le plan lexicologique, mais aussi sur le plan syntaxique. Par exemple, sur 409 verbes recensés (parfois avec la forme transitive)35, 25 (6,11 %) sont d’origine turque, mais ils sont conjugués en pontique, tels que ankevo (se rappeler, appeler), arayevo (je cherche) ; yerleşevo (je m’installe), yakalayevo (j’attrape), yanlayevo (j’esquive), yarayevo (je suis utile), yitirevo (je perds) ou encore zorlayevo (je force), inanevo (je crois), kanture va (je trompe), keçinevo (je survis), güvenego (j’ai confiance), kourevo (je monte je construis), koutourevo (je rage), ugrachevo (je m’occupe), pegenefgume (nous nous apprécions), puchmanevo (je renonce) etc.

  • 36 Emiroğlu, Kurdret, Trabzon-Maçka Etimoloji Sözlüğü (Dictionnaire ethymologique de Trabzon-Maçka), B (...)

28Inversement, la langue pontique a influencé la langue turque parlée dans la région. Dans un dictionnaire étymologique établi à partir du turc parlé dans l’arrondissement de Maçka (Maztouka), Trabzon-Maçka Etimoloji Sözlüğü (Dictionnaire étymologique de Trabzon-Maçka)36, on constate que, non seulement le principe fondamental, l’harmonie vocalique, a disparu de la langue, mais un grand nombre de mots d’origine pontique ont fait leur entrée dans la langue quotidienne. Ainsi selon le dictionnaire de Kudret Emiroğlu, sur 2 145 mots recensés 727 (33,9 %) sont en turc, 549 (25,6 %) d’origine inconnue, 360 (16,5 %) en grec, 206 (9,6 %) en arabe, 150 (7 %) en persan, le reste respectivement en italien, russe, arménien et autres. Or si le dictionnaire était bien fait on n’aurait pas laissé tant de mots d’origine inconnue et parmi ces derniers, une partie serait recensée comme étant d’origine pontique.

  • 37 Trabzon Il Yıllığı, 1973, p. 52-96.

29Il n’existe pas encore d’étude systématique des toponymes des anciennes provinces pontiques. En ce qui concerne les noms de villages ou de bourgs, nous n’avons pas de problème particulier, car ils n’avaient pas été modifiés à l’époque ottomane. Durant les années 1950 et 1960, la politique de changement de noms sur les côtes de la mer Noire s’est brusquement emballée pour remplacer systématiquement tous les noms grecs de la région de Trabzon par des noms turcs, très souvent sans aucun rapport avec l’origine du nom. En 1973, sur 562 villes et villages 431 (77 %) portaient encore des noms anciens essentiellement grecs37. Dans certains arrondissements comme Çaykara, Of ou encore Maçka, pratiquement tous les villages avaient un nom grec, tandis que dans d’autres, notamment à l’Ouest, ce pourcentage descend par exemple à 32 % à Beşikdüzü, à 20 % à Vakfikebir, ou encore à 14 % à Çarşıbaşı (Iskefiye). Ces changements semblent avoir été faits de manière arbitraire.

  • 38 Asan, Ömer, op. cit, p. 136-137.

30En revanche, les noms de lieux-dits, tels qu’ils existent aujourd’hui, peuvent être révélateurs pour mesurer la vivacité de la culture pontique dans l’arrondissement d’Of. Pour le village de Çoruh, par exemple, Ö. Asan a énuméré 66 noms de lieux-dits dont 54 (78 %) sont pontiques, dont Stali, Kufald, Vizlando, Ahontona, Sintoma, Kosara Kabani ou encore Holaho Mantora38. De notre côté, nous avons tenté de repérer dans un autre village, à Alisinos (Uzuntarla), les noms des lieux-dits et quartiers existants : Divren, Suyamando, Ahmadan, Potami, Hobchera d’Ormi, Dafia, Ragan, Nklisiya, Barhari, Balgodi, Aplayeras, Avlago Thcofala, Mavreyas, Lichia.

Conclusion

  • 39 Aydın, Gülden, op. cit., p. 58.

31Ce travail sur la toponymie peut aussi se faire sur les noms de famille, devenus des surnoms ou noms de réputation, depuis que la législation turque a imposé à chacun de choisir un nom de famille. En effet, la loi du 21 juin 1934 impose des noms turcs, interdisant l’utilisation de noms « étrangers ». Du coup, toute une gamme de noms de familles pontiques a disparu officiellement dans la région de Trabzon, mais elle subsiste dans la vie quotidienne permettant leur identification. Ainsi à Çoruh, nous constatons, à côté d’un certain nombre de noms turcs (Ahmetaliler, Hacaliler, Eminliler, Memişliler, Koloğulları, Kısıroğulları, Karahacılar, Ömerustalar, Küçükoğulları, Bahadırlar, ou Imamlılar), plusieurs noms de famille grecque (Skolekalılar, Vintalılar, Hentemliler, Maritsalılar, Tsileyalılar ou Kosaralılar). Autrement dit, sur 78 noms de familles comptés, 33 (42 %) sont identifiés comme d’origine turque, les autres sont essentiellement d’origine grecque. Un recensement moins exhaustif que nous avons réalisé dans deux petits villages, Alisinos et Ogena, donne également des surnoms de familles comme Gogoç, Tsileya, Galegoglu, Yanukh, Gucala, Danomalezo, Nefter, Kakoç, Durko, Bebeşan Zumbi, Silil, Suls, Komara, Memen, Çahuc, Kazoradi, Rogra, Kinca, Kulukhtera, Salimadi, Ormiya, Begav, etc. Dans la petite ville de Skandarando, près de Beşikdüzü, de nombreux noms de familles grecs ont été repérés : Pakaloslar, Xulukolara, Momantlar, Xeskaloslar, parmi bien d’autres39. Dans tous les cas, un dictionnaire onomastique de la région de la mer Noire reste à faire.

32La survivance de la langue, l’existence de cette toponymie, de l’onomastique, ainsi que d’un grand nombre de pratiques religieuses issues des traditions chrétiennes orthodoxes ont induit en erreur certains chercheurs et universitaires grecs qui s’intéressent à la question pontique. Probablement faute de travail sur le terrain, ils n’hésitent pas à construire un monde imaginaire autour du concept chrypto-chrétien. Ils ont du mal à comprendre, comme les nationalistes et fondamentalistes turcs d’ailleurs, que l’on puisse avoir des identités multiples ; qu’une population puisse être musulmane tout en parlant le grec, classant tout simplement les grécophones de la mer Noire dans la catégorie de « chrypto-chrétiens » pour expliquer cette « anomalie ». Ils préfèrent utiliser ce résidu de la langue et de culture comme une arme de propagande plutôt que comme un simple fait historique, sociologique et ethnologique méritant une attention particulière.

33Pour mieux démontrer l’absurdité des thèses relatives au chrypto-christianisme, deux éléments doivent être pris en compte. Le premier, c’est le phénomène de formation du clergé musulman dans la période entre 1930 et 1950, où l’enseignement religieux était interdit. En effet, les arrondissements les plus profondément pondicophones, comme Of et Çaykara étaient également ceux qui ont fourni le plus de clergé (imams, hâfiz, mufti) à toute la Turquie.

  • 40 Pour l’ensemble des résultats électoraux officiels voir le site du Haut conseil des élections (Yüks (...)

34L’autre élément est l’analyse de la configuration politique actuelle dans la région, où les votes des islamistes, de même que des droites centriste et ultranationaliste sont très majoritaires, et plus élevés que les moyennes nationales. Aux élections générales de 2002, dans le département de Trabzon, le premier courant obtenait 49,5 %, tandis que le score du second était de 31 %40. Les partis de gauche n’avaient que 15,9 %, alors qu’au plan national ils avaient 10 points de plus.

35Aux élections législatives du 27 juillet 2007, le Parti de la justice et du développement (AKP), issu d’une scission au sein du courant islamiste, au pouvoir depuis 2002, obtint la majorité absolue avec 56,8 % des suffrages dans le département de Trabzon. Le Parti du mouvement national, ultranationaliste, a augmenté son suffrage à 14 % (près de 4 points de plus qu’en 2002). Les votes centristes et ceux de la gauche étaient en baisse.

36La présence de la langue et de la culture pontiques en Turquie est l’une des richesses du pays. Leur place est encore loin d’être appréciée à sa juste valeur, aussi bien par les chercheurs que par les élites politiques. C’est seulement lorsque des recherches pluridisciplinaires seront entreprises que le potentiel historique, linguistique et sociologique de cet héritage culturel sera reconnu.

Haut de page

Notes

1 Yerasimos Stefanos, Milliyetler ve Sıırlar, Iletişim Yayınları, Istanbul, 1994, p. 424.

2 Quelques ouvrages de Bryer, Anthony : The Empire of Trebizond and the Pontos, Variorum reprints, Londres, 1980, 366 p. ; Bryer, Anthony et Winfield, David, The Byzantine monuments and topography of the Pontos, 2 vols, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington D.C, 1985 ; Bryer, Anthony, Peoples and settlement in Anatolia and the Caucasus, 800-1900, Variorum reprints, Londres, 1988

3 Son ouvrage principal sur Trabzon : The Ottoman Tahrir Defters as a source for urban demographic history : The case study of Trabzon (ca. 1486-1583), Los Angeles, 1977.

4 Parmi les nombreuses études de M. Meeker, il faut surtout signaler ces deux ouvrages : Social practice and political culture in the Turkish Republic, Isis, Istanbul, 2004, 368 p. ; A nation of Empire : the Ottoman legacy of Turkish modernity, University of California Press, Berkeley, 2002, XXVIII +420 p.

5 Voici trois titres seulement parmi l’oeuvre considérable de Turan, Osman : Selçuklular Tarihi ve Türk-Islam Medeniyeti (1965), Université d’Ankara, Ankara, 1965, XIII-448 p. ; Selçuklular Zamanında Türkiye, Turan Neşriyat, Istanbul, XXX +752 p. ; Doğu Anadolu Türk Devletleri Tarihi, Istanbul Matbaası, Istanbul, 1973, XVI +281 p.

6 Sümer, Faruk (1924-1995) est connu surtout par ses ouvrages sur les Oguz, ancêtres des Turcs mais aussi par ses relations avec des organismes nationalistes, comme avec le gouvernement et surtout avec le ministère de l’Éducation nationale (il a rédigé plusieurs manuels d’histoire pour les établissements scolaires) : Oguzlar (Türkmenler) : Tarihleri, Boy Tes¸ kilatı, Destanları (5e édition), Türk Dünyası Araştırmaları Vakfı, Istanbul, 1999, 416 p. ; Selçuklular Devrinde Doğu Anadolu’da Türk Beylikleri, Türk Tarih Kurumu Yayınları, Ankara, 1998 ; Kara Koyunlar, Türk Tarih Kurumu Yayınları; Ankara, 1990 ; Safevi Devleti’nin Kuruluşu ve Gelişmesinde Anadolu Türklerinin Rolü, Türk Tarih Kurumu Yayınları, Ankara, 1999.

7 Kırzıoglu, Mehmet Fahrettin (1917-2005) est un historien très célèbre qui s’est ingénié à « prouver » dans des ouvrages que les Kurdes étaient « des parfaits turcs » : Kürtler’in Kökü (Première partie), Ayyıldız Matbaası, Ankara, 1963 ; Her Bakımdan Türk Olan Kürtler, Ankara, 1964, 123 p. ; Kürtler’in Türklüğü, Kurtuluş¸ Matbaası, Ankara, 1968, 134 p. ; Dağıstan-Aras-Dicle-Altay ve Türkistan Türk Boylarından Kürtler, Ankara, 1984.
Membres de plusieurs organismes nationalistes, Kırzıoğlu a rédigé de nombreux ouvrages sur l’histoire de Kars, sur les Arméniens et les Turcs anciens.

8 Albayrak, Haşim, Of ve Çaykara Tarihi, Cantekin Matbaası, Ankara, 1986

9 Id. vol. 1, p. 104.

10 Id. vol. 1, p. 105.

11 Id. vol. 1, p. 105

12 Id. vol. 1, p. 106.

13 Kurt, Yılmaz, Pontus Meselesi, Türkiye Büyük Millet Meclisi, Kültür, Sanat ve Yayın Kurulu Yayınları, numéro, 68, Ankara, 1995, p. 3-12

14 Id., préface.

15 http://www.turan.tc/pontusdosyasi.

16 Istanbul, Belge Yayınları, 1996

17 Asan, Ömer, Pontus Kültürü, p. XXIV.

18 Asan, Ömer, op. cit., p. XVII

19 Acte d’accusation du procureur général de la République, devant la sixième chambre de sûreté d’Istanbul.

20 Décision de la sixième chambre de sûreté d’Istanbul, le 12 août 2003. Voir aussi le site internet : http://www.omerasan.com

21 publié chez Hayamola, Istanbul, 2005, 1 262 p.

22 Öztürk, Özhan, Karadeniz, Ansiklopedik Sözlük, intoduction, p. IV.

23 Drettas, Georges, « La langue pontique comme objet identitaire : questions de représentations », dans Bruneau, Michel (dir.), Les Grecs pontiques : diaspora, identité, territoires, CNRS, Paris, 1998, p. 71-88. (infra : « La langue pontique… »)

24 Publié chez Dr. Ludwig Reichert, Wiesbaden, 322 p.

25 Ibid. p. 373

26 Aydın, Gülden, « Pontus Müslümanları », Aktüel, 2 juillet 1992. En effet, la journaliste découvrait que dans ce village d’Iskenderli (Skandarando) les habitants communiquaient entre eux en grec, mais surtout il fallait passer par des interprètes pour s’entretenir avec certaines personnes. En réalité ce phénomène est beaucoup plus courant qu’on le pense surtout chez les personnes qui ne sont pas scolarisées

27 « Greek-Speaking Moslems of North-East Turkey : Prologomena to Study of the Ophitic Sub-Dialect of Pontic », Byzantione and Modern Greek Studies, volume 11, 1987, p. 115-137.

28 Aspects pontiques, APR, Paris, 1997, XXVIII +791 p.

29 Drettas, Georges, « La langue pontique »…, p. 82.

30 Id.

31 Ce texte est rapporté par Tursun, Vahit, dans son site internet : http://www.ocena.info. Je le remercie de m’avoir autorisé à reproduire ce texte et d’avoir corrigé ma traduction.

32 Ce second texte est un court extrait d’un long entretien que j’ai réalisé avec l’une de mes tantes habitant Istanbul en août 1989

33 Je remercie Christina Alexopoulos et surtout mon collègue et ami Georges Galanès pour leur aide précieuse dans la transcription de ces textes en caractères grecs

34 Mackridge, Peter, «Greek-Speaking Moslems of North-East Turkey: Prologomena to Study of the Ophitic Sub-Dialect of Pontic», Byzantione and Modern Greek Studies, volume, 11, 1987, p. 115-137.

35 Asan, Ö, op. cit, p. 253-266.

36 Emiroğlu, Kurdret, Trabzon-Maçka Etimoloji Sözlüğü (Dictionnaire ethymologique de Trabzon-Maçka), Bülent Ofset, [Ankara], 1989.

37 Trabzon Il Yıllığı, 1973, p. 52-96.

38 Asan, Ömer, op. cit, p. 136-137.

39 Aydın, Gülden, op. cit., p. 58.

40 Pour l’ensemble des résultats électoraux officiels voir le site du Haut conseil des élections (Yüksek Seçim Kurulu) : http://www.ysk.gov.tr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faruk Bilici, « Rumluk après rumluk : la survivance de la langue et de la culture grecques sur les côtes turques de la mer Noire »Anatoli, 1 | 2010, 235-251.

Référence électronique

Faruk Bilici, « Rumluk après rumluk : la survivance de la langue et de la culture grecques sur les côtes turques de la mer Noire »Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.394

Haut de page

Auteur

Faruk Bilici

Professeur des Universités en études ottomanes et histoire turque à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search