Navigation – Plan du site
Partie 5. Modèles et sources d’inspiration

Une nouvelle entente balkanique par la culture ?

Daniel Schlosser
p. 255-266

Texte intégral

1Il est difficile d’isoler la problématique des Balkans du contexte général de la mondialisation. Si les raisons des derniers conflits des Balkans ne sauraient s’y limiter, on ne peut cependant en écarter les replis identitaires qui apparaissent sur l’ensemble de la planète telles des ombres déchiquetées de la mondialisation. Ce constat n’apporte aucune solution, mais aggrave le cas des Balkans en inscrivant une des causes du conflit dans la durée et en la plaçant sur une onde porteuse de dimension planétaire.

2Le phénomène de déchaînement général du besoin identitaire ne pourra sans doute trouver de résolution durable que dans la diversité culturelle, du moins, telle qu’elle a été conçue par l’UNESCO dans le cadre de la récente Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Bien sûr, ce cadre normatif, ardemment défendu par la France et voté à l’unanimité en 2005, qui semble quasiment taillé sur mesure pour la réconciliation dans les Balkans, ne s’appliquera pas par lui-même. Et pourtant, sa mise en œuvre représenterait un apport considérable à la faculté du « vivre ensemble » dans les Balkans. Il appartient sans aucun doute au voisin européen de donner aux Balkans les moyens de développer la diversité culturelle, aux niveaux national et régional.

3La France et l’Allemagne, qui ont fait après la Seconde Guerre mondiale une démonstration admirable de réconciliation grâce notamment à une coopération culturelle sans précédent, se trouvent investis d’un devoir historique à l’égard d’une action de diversité culturelle dans les Balkans. Des festivals balkaniques organisés en Europe à des actions culturelles sur le sol des Balkans, nationales et régionales, balkaniques ou euro-balkaniques, patrimoniales ou du domaine des arts vivants contemporains, devra un jour naître un nouveau « Désir de Balkans », autant en Europe que dans les Balkans. Ce désir pourra aider au Selbstanfang identitaire dont les Balkans ont un urgent besoin, pour aboutir à une identité balkanique, nécessaire prélude à une nouvelle forme d’entente balkanique.

Mondialisation et repli identitaire

a) La mondialisation entraîne des réactions identitaires de plus en plus fortes qui s’expriment à l’intérieur de territoires de dimensions de plus en plus réduites

4La mondialisation se joue de toutes les frontières. Elle nivelle, homogénéise, uniformise et marchandise tout, y compris l’identité culturelle. Parallèlement, les nationalismes ne cessent de se répandre, découpant l’espace humain en un nombre de plus en plus important de petits pays. Il semble que, dans un apparent paradoxe, plus l’humanité se ressemble dans ses jeans, avec ses téléphones portables, ses ordinateurs ou ses iPods gorgés des mêmes musiques, plus elle lutte contre l’uniformisation, parfois avec violence et dans des bains de sang, sous la bannière de nationalismes de plus en plus étroits.

  • 1 L’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, le Kosovo (non reconnu par tous les pays), la Macédo (...)

5Si ce phénomène touche l’ensemble de la planète, il est particulièrement aigu dans les Balkans où il conduit à des replis identitaires organisés autour d’entités de tailles de plus en plus réduites. Si on compte déjà aujourd’hui sur l’ensemble des Balkans 12 pays indépendants1 pour 53 millions d’habitants, les tentations de poursuite du morcellement sont réelles et pourraient conduire dans un avenir proche à l’apparition de nouvelles entités nationales.

b) Les replis identitaires provoqués par l’uniformisation planétaire sont d’autant plus violents que la base historique et culturelle est fragile, voire inexistante

  • 2 Notamment par l’invention d’homogénéités ethniques et de filiations unitaires obtenues en effectuan (...)

6Réécritures volontairement erronées ou fantaisistes de l’Histoire régionale, aux fins de fédérer des populations autour d’émotions communes et unificatrices ou de susciter des aspirations identitaires et communautaires nostalgiques, captations historiques et culturelles, mythes mobilisateurs, mystifications et impostures historiques2, font partie de l’arsenal classique à la disposition des chefs de guerre pour installer sur leurs territoires des identités monolithiques et intolérantes. Des nationalistes de tous bords dans les Balkans ont su puiser à merveille dans ce trésor de guerre culturel pour mener à bien leurs entreprises violentes. La région continue de produire en abondance, au sein des minorités disséminées sur l’ensemble des territoires, des instrumentistes de symphonies martiales, populistes et démagogiques, écrites à partir de fables d’inspiration nationalistes. Il n’est pas à exclure que l’une d’entre elles parvienne à nouveau à faire exécuter une partition dédiée aux canons.

« Recommencer » par la culture

a) L’exemple de la réconciliation franco-allemande

7J’ai eu le privilège de diriger l’Institut français de Fribourg en Allemagne, au moment où celui-ci fêtait ses 50 ans d’existence. C’était en 1996. Un simple calcul nous amène à la conclusion que ce centre culturel français a été créé en 1946, soit exactement un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le général de Gaulle s’était rendu en 1946 à Fribourg, capitale de la zone occupée française du Sud de l’Allemagne, pour passer en revue les troupes françaises et rencontrer les autorités intérimaires allemandes. À l’occasion de cette visite, il avait prononcé un discours historique, sur la célèbre place de la cathédrale de Fribourg, dans lequel il disait que la France et l’Allemagne allaient connaître des relations nouvelles et impensables, telles qu’elles n’en avaient jamais encore connues dans l’Histoire. Je ne sais pas s’il pensait à la culture en disant cela, j’observe toutefois que l’Institut français de Fribourg a été créé à cette époque. Il faut aussi souligner ce fait remarquable concernant la création de ce premier institut français en Allemagne après la guerre : le commandant des Forces françaises a dû céder, dès 1946, le palais Von Gleichenstein qu’il occupait à Fribourg, au bénéfice de l’Institut français qui y est resté établi jusqu’en 2002. Quel symbole puissant : le gouvernement militaire cède la place, un an après la fin de la guerre, à un instrument de présence culturelle française, qui allait devenir assez rapidement un outil de véritable coopération culturelle franco-allemande. Très rapidement, des instituts français se sont ensuite multipliés, dans un premier temps dans la zone occupée par la France, puis dans tout le reste de l’Allemagne. Pas moins de 25 instituts français ont été établis en Allemagne de l’Ouest. Le dispositif de coopération culturelle franco-allemande est devenu ainsi le plus important que la France ait jamais développé dans un pays étranger. Sur environ 150 instituts français dans le monde, 25 ont été créés en Allemagne, sur le territoire de l’ancien « ennemi héréditaire » ! Suivront plus tard des lycées franco-allemands, des Instituts de recherche franco-allemands, une chaîne de télévision franco-allemande, ARTE (1992) et une université franco-allemande (1997).

8Comment ne pas établir un lien entre l’intensité et la qualité de la coopération culturelle franco-allemande, d’une part, et le rôle que la France et l’Allemagne ont joué tout au long de la construction européenne, d’autre part ? La construction européenne est sans doute l’événement politique le plus important du XXe siècle. Il n’est pas insensé d’affirmer qu’elle n’aurait pas été possible sans le rôle majeur joué par la coopération culturelle franco-allemande, qui fut suivie ensuite par la coopération culturelle européenne.

b) Si on avait commencé par la culture…

9« S’il fallait refaire l’Europe, je commencerais par la culture ». Cette phrase, attribuée à tort à Jean Monnet, a été reprise incessamment au cours des dernières décennies par de nombreux hommes politiques européens.

10Je l’ai beaucoup entendue lors de mon séjour d’attaché culturel à l’ambassade de France à Berlin. Aussi, après avoir quitté mon poste début 2000 pour une mission au sein de la MINUK au Kosovo, tout habité par la conviction de l’importance de la culture, j’ai réellement été choqué par la quasi-absence d’action culturelle au sein de la politique de reconstruction conduite par les instances internationales au Kosovo. Bien entendu, l’heure était aux urgences. Il fallait reconstruire, reconstruire vite. Mais, dans l’échelle des urgences, la culture figurait malheureusement à l’extrémité la plus basse. Il existait certes une sorte de « ministère de la Culture », dirigé conjointement par un diplomate de l’UNESCO et une personnalité kosovare. Mais il semblait que la réelle fonction de ce « ministère » était de pourvoir un fauteuil à une personnalité locale, dans l’intérêt d’assurer l’équilibre de l’échiquier politique du moment. Je n’ai jamais observé un responsable international s’engager en faveur d’une action forte dans le domaine de la culture pendant mon séjour au Kosovo entre 2000 et 2001…

11Ainsi, les Européens, qui semblaient avoir tant regretté de ne pas avoir eu l’idée de commencer l’Europe par la culture, avaient visiblement oublié ce principe fondamental lorsqu’il s’est agi de l’entreprise de réconciliation et de paix dans les Balkans.

Protéger et promouvoir la diversité culturelle dans les Balkans

a) Au-moins deux problèmes fondamentaux se posent du point de vue culturel dans les Balkans : l’uniformisation culturelle au sein des entités nationales et les atteintes profondes aux identités culturelles

12Aussi, me semble-t-il que la mise en œuvre des dispositions de l’UNESCO sur la diversité culturelle pourrait constituer un apport considérable à la stabilisation, à la paix ainsi qu’au développement dans les Balkans. Ces deux maux dont souffrent les Balkans sur le plan culturel (l’uniformisation culturelle, et les atteintes aux identités culturelles) s’alimentent réciproquement.

13L’uniformisation culturelle :

14C’est un fait incontestable, les nationalismes sont des machines à fabriquer de l’identité unitaire. Les nationalismes et le morcellement politique en petites entités, dont les Balkans sont l’objet, aboutissent inévitablement à des homogénéisations culturelles sur chacun des territoires nationaux, mouvements parfaitement antinomiques de la diversité culturelle.

15Les atteintes aux identités culturelles :

  • 3 Le musée du Kosovo, par exemple, serait à cette date toujours une enveloppe quasiment vide.
  • 4 Le Kosovo ne compterait actuellement qu’un seul véritable cinéma, installé à Pristina

16De nombreux sites culturels patrimoniaux ont été détruits, le plus souvent à dessein, pendant les derniers conflits des Balkans. À côté des plus emblématiques, tels que le pont de Mostar ou la Grande bibliothèque de Sarajevo qui ont été réduits en cendres et en poussière, on a recensé plus de 2 000 monuments du patrimoine culturel détruits rien qu’en Bosnie. Lors des émeutes de mars 2004 au Kosovo, pas moins de 30 églises ainsi que 2 monastères orthodoxes ont été détruits en deux jours. Le choix des éléments du patrimoine culturel, qu’ils soient historiques, ethniques, religieux ou artistiques, comme cibles par les protagonistes des conflits, résultent de la volonté de porter une atteinte profonde à l’identité culturelle et, au-delà, à la dignité humaine. À côté des destructions visant le patrimoine culturel, les atteintes à la langue, à la liberté religieuse, aux pratiques coutumières et aux modes de vie sont nombreuses. Enfin, le manque d’infrastructures culturelles, qu’il s’agisse de musées3 ou de lieux destinés aux arts vivants, voire même, de salles de cinéma4, réduit considérablement les possibilités d’expression culturelle dans les Balkans.

b) La diversité culturelle : une réponse pour les Balkans ?

17Aujourd’hui, bien au-delà des problèmes économiques, les vrais tourments des Balkans résident sans doute dans l’incapacité de vivre ensemble. Les plaies profondes laissées par les conflits, la dévastation physique et morale de toute la région, la destruction des liens humains, les atteintes indélébiles à la dignité et à l’identité semblent avoir morcelé les Balkans en un espace d’incommunicabilité. La vie culturelle balance entre deux pôles : d’une part, celui de la culture mondialisée et uniformisée proposée quotidiennement par la télévision ou par le prolifique marché noir des CD et DVD illégaux, et d’autre part, les replis identitaires, le plus souvent misérabilistes et « victimisants », exaltant les héros de guerre autant que les misérables victimes dans des « chansons de gestes » répétées à l’infini.

  • 5 Et pourquoi pas, spécifiquement par la France et l’Allemagne ?
  • 6 En 2001, au lendemain des événements de septembre 2001.
  • 7 Votée à l’unanimité – sauf les États-Unis et Israël – en octobre 2005 et entrée en vigueur en mars (...)

18La diversité culturelle pourrait apporter sans aucun doute une contribution fondamentale à la problématique de la réconciliation et de la paix dans les Balkans. Ce qu’il faudrait imaginer, c’est une politique engagée, appuyée notamment par l’Europe5, de protection et de promotion de la diversité culturelle dans les Balkans. La Déclaration universelle sur la diversité culturelle de 20016 et la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles7, votée en 2005 constituent un cadre normatif international de l’UNESCO sur lequel la communauté internationale peut s’appuyer pour susciter, soutenir et coordonner une telle politique.

c) La Convention sur la diversité culturelle :

19Le premier intérêt de la Déclaration de 2001 et de la Convention de 2005 réside dans la définition même qu’elles donnent de la culture. En effet, cette dernière y est présentée de manière extensive, comme « l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social ». La Convention sur la diversité culturelle énumère dans le détail les champs concernés par la culture et cite, pêle-mêle, les Arts et Lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances, etc.

20Les objectifs fondamentaux visés au travers de ces textes sont :

  • d’assurer une interaction harmonieuse et un vouloir vivre ensemble entre personnes et groupes aux identités culturelles plurielles ;

  • de défendre une diversité créatrice, à savoir la multiplicité des formes par lesquelles les cultures révèlent leurs expressions patrimoniales et contemporaines à travers le temps et l’espace.

  • 8 « La dignité de l’homme exigeant la diffusion de la culture et l’éducation de tous en vue de la jus (...)

21Si l’acte constitutif de l’UNESCO de novembre 1945 soulignait déjà le lien essentiel entre la dignité de l’homme et son accès à la culture8, la Convention sur la diversité culturelle de 2005 érige désormais la diversité culturelle au rang de « patrimoine commun de l’humanité », « aussi nécessaire pour le genre humain que la biodiversité dans l’ordre du vivant ». Elle relie, de manière organique, la diversité culturelle aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales. Elle insiste sur le fait que chaque personne doit reconnaître non seulement l’altérité sous toutes ses formes, mais aussi la pluralité de sa propre identité et la vocation des sociétés à être elles-mêmes plurielles. La convention rappelle à quel point la culture touche l’identité des personnes et la cohésion des sociétés, en étant tout à la fois, patrimoine et mémoire, présent et avenir.

22Si, par son aspect le plus visible, la Convention sur la diversité culturelle protège la liberté des expressions culturelles, le lien affirmé dès son préambule avec les Droits de l’homme impose par ailleurs des limites claires à ces « droits culturels ». La convention garantit notamment que nul ne peut imposer la diversité culturelle pour porter atteinte aux droits de l’homme, et notamment aux libertés fondamentales définies par le droit international.

23La Convention a aussi pour objet la multiplicité des formes des expressions culturelles, telles qu’elles résultent de la créativité des individus, des groupes et des sociétés, ayant un contenu culturel qui renvoie au sens symbolique, à la dimension artistique et aux valeurs culturelles qui ont pour origine les identités culturelles et les expriment.

24Il faut souligner enfin que, dans l’esprit des législateurs à l’origine de la Convention, l’emploi du binôme indissociable « protection-promotion » signifie non seulement la nécessité d’assurer la vie des expressions culturelles mises à mal par les différents aspects de la mondialisation, mais aussi d’inviter à la régénération perpétuelle des expressions culturelles, afin de lutter contre leur muséification, folklorisation ou réification.

Des propositions d’action

25Revenons à la question des Balkans. Sans doute pourrait-on affirmer que la paix dans les Balkans ne se fera pas sans la culture. Elle se fera par la culture en raison de la contribution déterminante qu’elle apportera, et elle se fera avec la culture, laquelle, par sa présence forte, sera le signe d’une paix installée.

  • 9 Le 18 décembre 2006.

26On ne sait si les responsables européens en avaient conscience au moment où l’Union européenne a ratifié la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles9, mais force est de constater que le cadre original créé par les dispositions de l’UNESCO autour de la Diversité culturelle suscite une responsabilité nouvelle qui incombe à l’Union européenne en direction d’une action culturelle forte dans les Balkans.

27Dix ans après l’entrée en action de la MINUK avec une efficacité dans le domaine culturel qui reste encore à démontrer, peut-être est-il temps de se rappeler la phrase de Jean Monnet et de tenter un « recommencement », par la culture…

28L’Europe, soumise au devoir moral de soulager la souffrance de son voisin balkanique, doit accepter comme une obligation irrévocable d’apporter une aide considérable au développement culturel dans les Balkans.

a) En appliquant le nouveau contexte normatif international autour de la diversité culturelle

29Le contexte actuel permet à la communauté internationale de s’appuyer sur les dispositions adoptées par l’UNESCO, autant sur la Déclaration universelle sur la diversité culturelle que sur la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. D’ailleurs, lorsqu’on lit ces textes dans le détail, on pourrait penser qu’ils ont été rédigés explicitement pour les Balkans, tant leurs objectifs sont avant tout humanistes et entièrement orientés autour du vouloir vivre ensemble. Toutefois, en définissant un cadre idéal pour la culture, ces textes ne sauraient être des pourvoyeurs de projets, et encore moins, représenter des sources de financement pour leur réalisation. La diversité culturelle dans les Balkans nécessite des interventions internationales, avant tout européennes, autant sous la forme d’ingénierie culturelle qu’en termes de soutien financier.

b) Aussi, l’Europe a-t-elle une obligation morale à investir davantage dans l’action culturelle pour les Balkans

30L’expérience de la construction européenne et en particulier, le témoignage de la réconciliation, de l’amitié et de la coopération franco-allemandes créent une responsabilité particulière pour l’Europe à l’égard des Balkans.

31Il lui appartient de s’intéresser davantage aux Balkans en aidant la région à rejoindre cette grande idée que représente l’Europe en tant qu’espace de paix, de dialogue, de réconciliation, de tolérance et de diversité. L’entrée par la culture paraît s’imposer. Pourquoi ne pas se fixer par exemple comme objectif d’obtenir un jour une Déclaration sur l’Identité balkanique semblable à la Déclaration sur l’Identité européenne qui en 1973 a légitimé « l’existence d’une communauté culturelle supranationale construite sur un passé partagé » ?

32Le nouveau programme culturel européen réservera, jusqu’en 2013, une somme de 400 millions d’euros destinée à « la construction d’un espace culturel européen partagé, basé sur un héritage culturel commun autant que sur la diversité nationale et régionale ». Ce programme a comme objectif « de promouvoir la mobilité transnationale des acteurs de la culture, de développer la circulation transnationale des produits culturels et artistiques et d’encourager le dialogue interculturel en Europe ». Voilà des objectifs qui apparaissent comme taillés sur mesure pour les Balkans !

  • 10 Reprenant les principales lignes d’actions de l’ancien programme Culture 2000, le programme Culture (...)

33Ne s’impose-t-il pas que des dispositions particulières autorisent qu’une partie de ce programme soit destinée à développer une action culturelle particulièrement forte dans les Balkans, avec comme finalité de promouvoir le dialogue transnational au sein des Balkans autant que le dialogue euro-balkanique10 ?

c) Il faut une action culturelle forte visant à produire un espace d’intégration des nombreux héritages culturels de la région balkanique

34Il existe un projet ambitieux, partagé par de nombreux intellectuels, d’écrire une histoire commune des Balkans. Peut-être faudrait-il commencer par l’histoire de la culture, et notamment, par l’histoire de l’art. Celle-ci ferait apparaître de nombreux croisements, des entremêlements, des métissages et des enrichissements mutuels. Elle permettrait d’élargir considérablement les cônes de conscience individuels par l’appréhension des héritages culturels nombreux et riches de cette région. L’objectif serait de transcender les composantes ethniques et religieuses des consciences culturelles individuelles en se réalisant comme de riches héritiers culturels : post-ottomans, post-byzantins, post-romains, post-helléniques. La prise de conscience d’une histoire de l’art commune à l’ensemble des Balkans permettrait de loger dans un même espace culturel les composantes les plus transversales et d’appréhender les identités comme étant non exclusives l’une de l’autre : balkanique, européenne, musulmane, slave, latine, albanaise… Une telle entreprise développerait la capacité de combiner dans une seule existence des éléments qui apparemment s’excluent, comme par exemple être capable de se sentir en même temps « musulman, slave et post-byzantin », ou « chrétien orthodoxe, albanais et post-ottoman ».

d) Il faut soutenir la création artistique contemporaine dans les Balkans

35Le développement de la création artistique permet de transcender l’étroit dénominateur commun ethno-culturel et d’apprendre à se « penser » autrement que dans « l’écrire » national, ethnique, clanique. Il faut soutenir la création artistique contemporaine car, la création artistique est par nature accompagnée de la pensée de sa « diffusabilité ». Elle porte ainsi, dans son essence déjà, le souci du regard de l’autre et intègre de façon consubstantielle la pensée de l’autre.

36De plus, l’art peut être l’endroit des révoltes, celles qui sans effusion de sang, libèrent de la colère, des frustrations, des souffrances, des souvenirs et cauchemars du passé.

  • 11 Le fameux concept défini par Kant pour qui la liberté ne peut se concevoir sans possibilité d’« aut (...)

37Par ailleurs, lorsque la création artistique sait s’appuyer sur la riche culture patrimoniale, elle développe la conscience des appartenances multiples, des filiations culturelles diverses en écartant le risque d’enfermement dans les archaïsmes paresseux qui renforcent les conflits. Mais surtout, si la création artistique contemporaine intègre la conscience de la richesse patrimoniale, elle est une contribution décisive à la nécessaire possibilité « d’auto commencement11 ». Instrumentalisés pendant de longs siècles, sujets de divers empires ou jouets de grandes puissances, les Balkans ont aujourd’hui un urgent besoin « d’auto commencement ».

e)Tenter de créer en Europe un nouveau « désir de Balkans »

38Entre les années 60 et 90, la Yougoslavie était pour de nombreux Européens symbole de vacances agréables et bon marché. Les conflits des années 90 ont effacé l’image de la Yougoslavie et installé le terme de Balkans, concept jusque-là ignoré des citoyens européens contemporains et réservé aux historiens, mot diffusant des odeurs de poudre, de cendre et de sang.

39Comment cette région pourra-t-elle à nouveau retrouver sa légitime attractivité ? Seul un renouveau culturel pourrait changer l’image des Balkans, créer une capacité d’attraction auprès des Européens et susciter auprès d’eux un nouveau « désir de Balkans ».

Conclusion

40En attendant une lente normalisation souhaitée et espérée par tous, il faut que soit entreprise, sans attendre, une action culturelle en profondeur qui soit à même de produire une prise de conscience de ce qui relie transversalement les peuples des Balkans. Les replis identitaires qui continuent de menacer cette région du monde fonctionnent sur le mode commun à tous les nationalismes : vers l’intérieur, au sein de l’espace national, il s’agit de dissiper les différences culturelles ; vers l’extérieur, il s’agit au contraire de produire de la différence. Il convient donc d’inverser ce fonctionnement au travers d’une politique de diversité culturelle : plus de différence à l’intérieur par la diversité culturelle nationale, moins de différences extérieures par la prise en compte du large héritage culturel commun à toute la région.

41En raison de sa capacité d’agir dans le domaine culturel auprès de ses voisins balkaniques, en raison de sa riche expérience passée d’action culturelle transnationale, et enfin, à cause de la responsabilité qu’elle porte dans les derniers conflits des Balkans, l’Europe ne saurait se soustraire à son obligation de s’engager dans une action culturelle forte dans les Balkans. Sans doute appartiendrait-il d’abord au couple franco-allemand, qui a su réussir une réconciliation exemplaire, qui a su développer une coopération culturelle sans précédent, de se trouver au premier plan d’une entreprise culturelle historique dans les Balkans.

42Certes, le contexte balkanique est différent du contexte franco-allemand après la Seconde Guerre mondiale. Aussi, les grandes réalisations franco-allemandes telles que les instituts culturels, les échanges de jeunes, ARTE ou l’université franco-allemande, ne sauraient constituer des modèles à reproduire. Ils peuvent cependant servir de fertiles sources d’inspiration, largement éprouvées par 60 ans d’histoire récente.

43On peut envisager facilement la mise en place d’aides substantielles pour le développement de festivals culturels dans l’ensemble des Balkans, qui prennent la forme de manifestations au sein desquelles les diversités locales, régionales et européennes soient particulièrement mises en valeur. L’Europe pourrait par exemple décider de soutenir des festivals culturels dans les Balkans, à la seule condition que les diversités soient respectées et mettent en évidence l’héritage culturel commun, dans tous les domaines, sans oublier les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances, etc..

  • 12 Soutenu notamment par l’organisation internationale de la francophonie

44Enfin, il faut que l’Europe montre qu’elle porte un intérêt réel aux cultures des Balkans. Il faut que l’Europe organise, sur son sol, des festivals balkaniques, qu’elle réserve une large part à la vie culturelle et à la création artistique des Balkans dans l’ensemble de ses festivals. Le soutien à des initiatives comme l’orchestre franco-balkano-turc « Haïoudi Orkestar », le festival « Balkan Traffic » à Bruxelles, le « Printemps balkanique » en Bulgarie12, le festival itinérant « Balkan Transit », le festival d’Argjiro en Albanie, etc., sont autant d’initiatives qui ont un urgent besoin d’attention et de soutien de la part des Européens.

45Les efforts que l’Europe continuera de déployer dans le domaine économique ou de la sécurité, pour nécessaires qu’ils soient, ne parviendront pas à convaincre les Balkans du profond intérêt des Européens pour sa population. En revanche, une réelle ouverture culturelle aux Balkans et une vraie place qui leur serait réservée pour la mise en œuvre d’une authentique politique de diversité culturelle, pourrait, au travers de sa profonde dimension humaniste, convaincre bien davantage. Par cette voie, et par ce chemin uniquement, passera ce nouveau « désir de Balkans » que d’aucuns appellent de leurs vœux, miroir d’une forme originale et contemporaine d’Entente balkanique.

Haut de page

Notes

1 L’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, le Kosovo (non reconnu par tous les pays), la Macédoine, le Monténégro, la Grèce, la Croatie, la Roumanie, la Serbie, la Slovénie et la Turquie.

2 Notamment par l’invention d’homogénéités ethniques et de filiations unitaires obtenues en effectuant des sauts historiques d’une période à une autre, sans intégrer la complexité historique, culturelle, linguis­tique, religieuse et ethnique de l’ensemble des périodes historiques

3 Le musée du Kosovo, par exemple, serait à cette date toujours une enveloppe quasiment vide.

4 Le Kosovo ne compterait actuellement qu’un seul véritable cinéma, installé à Pristina

5 Et pourquoi pas, spécifiquement par la France et l’Allemagne ?

6 En 2001, au lendemain des événements de septembre 2001.

7 Votée à l’unanimité – sauf les États-Unis et Israël – en octobre 2005 et entrée en vigueur en mars 2007 après ratification par le nombre d’États requis.

8 « La dignité de l’homme exigeant la diffusion de la culture et l’éducation de tous en vue de la justice, de la liberté et de la paix, il y a là, pour toutes les nations, des devoirs sacrés à remplir dans un esprit de mutuelle assistance. »

9 Le 18 décembre 2006.

10 Reprenant les principales lignes d’actions de l’ancien programme Culture 2000, le programme Culture (2007-2013) a pour objectif de favoriser la coopération entre les acteurs culturels (créateurs, promoteurs, diffuseurs, réseaux, institutions culturelles) afin de connaître et de faire connaître la culture européenne, de soutenir la création et la diffusion d’oeuvres culturelles, de faciliter la mobilité des artistes et de mettre en valeur la diversité culturelle afin de faire émerger une citoyenneté européenne. Ouvert à tous les États membres de l’Union européenne, aux pays membres de l’EEE (Islande, Liechtenstein, Norvège), aux pays candidats ainsi qu’aux pays tiers ayant conclu avec la Communauté des accords d’association ou de coopé­ration qui comprennent des clauses culturelles, il ne concerne pas les Balkans en tant que tels.

11 Le fameux concept défini par Kant pour qui la liberté ne peut se concevoir sans possibilité d’« auto-commencement » (Selbstanfang).

12 Soutenu notamment par l’organisation internationale de la francophonie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Schlosser, « Une nouvelle entente balkanique par la culture ? », Anatoli, 1 | 2010, 255-266.

Référence électronique

Daniel Schlosser, « Une nouvelle entente balkanique par la culture ? », Anatoli [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/396 ; DOI : 10.4000/anatoli.396

Haut de page

Auteur

Daniel Schlosser

Inspecteur de l’Éducation Nationale, professeur associé à l’Université Panthéon-Sorbonne, conseiller spécial du directeur de Culturesfrance

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals