Navigation – Plan du site

Perceptions et représentations du monde dans l’espace postsoviétique vingt ans après l’effondrement de l’URSS

Anne De Tinguy
p. 7-35

Texte intégral

1­

2

Les états issus de l’ex-URSS

Les états issus de l’ex-URSS
  • 1 Dortier Jean-François « La perception, une lecture du monde », Sciences Humaines. Les Grands Dossie (...)
  • 2 Foucher Michel, La bataille des cartes – Analyse critique des visions du monde, François Bourin Édi (...)

3Complexes, mouvantes et évolutives, les perceptions et les représentations ont comme autre caractéristique d’être porteuses de sens. « La perception est une lecture de la réalité, explique Jean-François Dortier. Les informations en provenance du monde extérieur sont sélectionnées, décodées, interprétées ». Leur « lecture passe par plusieurs étapes », dont celle de l’interprétation des données qui varie dans l’espace et dans le temps1. « Une représentation, écrit Michel Foucher, est une combinaison sélective d’images empruntées à diverses catégories du champ socio-historique propre au groupe qui la produit et qui sont réunies de manière à composer un ensemble spatial… Ces images se renouvellent, accompagnant une nouvelle lecture des réalités internationales…2 ». Le rôle joué par les perceptions et les représentations du monde extérieur peut être déduit de ce qui vient d’être dit. Elles orientent les comportements et pèsent sur la décision individuelle, collective, étatique. Au cœur des relations internationales, elles sont également étroitement liées aux questions identitaires et elles influent sur la définition des politiques, publiques et autres. S’il est apparu pertinent et nécessaire de se pencher sur le cas de l’espace postsoviétique, c’est que le phénomène étudié y est récent et qu’il a jusqu’à maintenant fait l’objet de relativement peu de recherches. Le poids de l’héritage est fort dans ce domaine comme dans d’autres. 1991, date de l’effondrement de l’URSS, marque néanmoins une rupture avec le passé et un nouveau point de départ. Jusqu’à la fin des années 1980, les frontières étant fermées et la censure forte, les populations soviétiques sont isolées du monde extérieur, elles n’ont qu’un accès limité à l’information autre que soviétique (via les radios occidentales, toutes brouillées), elles n’ont que très peu de possibilités de voyager hors des frontières de l’URSS et elles n’ont sur le territoire national que des contacts très limités avec des étrangers, eux-mêmes peu nombreux. L’ouverture des frontières, l’accès à l’information, la possibilité de voyager pour ceux qui en ont les moyens, le contact avec des étrangers désormais très présents sur le sol des nouveaux États (entreprises mixtes, ONG, experts et autres résidents, etc.) marquent la fin de l’enfermement qui va transformer le rapport à l’Autre et la perception du monde extérieur. 1991 est donc bien une rupture qui peut être qualifiée de majeure. Le phénomène étudié n’ayant qu’une vingtaine d’années, il était nécessaire pour le comprendre de mener des recherches sur le terrain et d’effectuer des enquêtes de type qualitatif et/ ou quantitatif. C’est ce qu’ont fait la plupart des auteurs de ce volume.

4Ce phénomène a au moins deux grandes spécificités. La première concerne la place très importante de la Russie : l’ancienne puissance impériale continue à peser sur les perceptions du monde des États et des sociétés de cet espace. Son image est parfois positive, parfois négative, le plus souvent contrastée. Mais quelle que soit la perception qu’en ont États et sociétés, la Russie demeure un point de référence par rapport auquel se construit la vision du monde dans cet espace. La seconde est que le poids de la Russie ne signifie nullement une homogénéité des perceptions. Dans cette partie du monde, l’hétérogénéité prévaut. Elle est forte entre les États, y compris entre ceux d’une même région. Ni l’Asie Centrale, ni les États slaves (Russie, Ukraine, Biélorussie), ni les États qui font l’objet de la politique de voisinage mise en place par l’Union européenne en 2003-04 (Ukraine, Biélorussie, Moldavie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan), ni les États du Caucase du Sud (qui viennent d’être cités) ne forment des ensembles monolithiques partageant la même vision du monde. Cela signifie entre autres que les États extérieurs à la zone occupent une place différente selon les régions. À titre d’exemple, la Turquie compte davantage dans la vision du monde des pays d’Asie Centrale que dans celle des pays européens de l’ex-URSS. Les clivages apparaissent parfois profonds. Ainsi entre la Russie d’une part et l’Ukraine ou la Géorgie d’autre part, semble passer, nous le verrons, une ligne de fracture. L’hétérogénéité est également interne aux États. Les Estoniens ethniquement estoniens et les minorités russes ou russophones d’Estonie ont des visions de la Russie et plus généralement du monde qui sont sensiblement différentes. Il en est de même des régions occidentales et orientales de l’Ukraine. Les différences régionales prévalent aussi en Russie. « Moscou n’est pas la Russie », rappellent dans ce volume Oleg Korneev et Evguenia Nefedova, les espaces coexistent, mais ils ont chacun leur propre perception de leur intégration internationale. Les clivages sont également générationnels. Que ce soit en Asie Centrale, dans le Caucase, en Russie ou ailleurs, les jeunes qui ont grandi et été éduqués depuis la fin du régime soviétique, n’ont pas le même rapport à l’Occident et à la Russie que leurs aînés formés, au temps de la guerre froide, dans le système soviétique. D’autres différences, notamment sociales, pèsent sur les représentations du monde. Et les États de la région n’évoluant pas de la même manière, ce phénomène de différenciation va en s’accentuant. Autrement dit, la complexité est la règle.

5Nous nous pencherons dans un premier temps sur les raisons qui nous ont amenés à nous intéresser aux perceptions et aux représentations pour tenter ensuite de comprendre comment celles-ci se structurent et s’articulent dans la région étudiée. Nous identifierons enfin quelques-uns des résultats les plus remarquables des recherches menées qui seront ensuite développés par chacun des auteurs de ce volume.

Pourquoi s’intéresser aux perceptions et aux représentations ?

6Images, perceptions et représentations jouent un rôle qui peut être qualifié d’essentiel, nous l’avons d’emblée mentionné, notamment parce qu’elles sont au cœur des relations internationales et qu’elles sont étroitement liées aux évolutions identitaires des États étudiés.

Les images au cœur des relations internationales

  • 3 Boulding, Kenneth « National images and international systems » in James Rosenau (dir.), Internatio (...)
  • 4 Rosenau James, Turbulence in World Politics: a Theory of Change and Continuity, Princeton, N.J., Pr (...)
  • 5 Knorr Klaus, The Power of Nations – The political economy of International relations, New York, Bas (...)
  • 6 Badie Bertrand, Smouts Marie-Claude, Le retournement du monde – Sociologie de la scène internationa (...)
  • 7 Luttwak Edward, Le grand livre de la stratégie de la paix et de la guerre, traduit de l’anglais par (...)

7L’approche de l’auteur de ces lignes relève d’abord des relations internationales. L’impact des images et des représentations est en effet très fort dans ce domaine. Il a maintes fois été montré qu’un État et/ou une société construit son rapport au monde en fonction et en tenant compte des représentations qu’il/elle a de sa place dans le monde. « On agit, écrivait Kenneth Boulding en 1969, en fonction de la manière par laquelle nous voyons le monde, non pas en fonction de ce qu’il est véritablement3 ». « Dans toute relation, confirme James Rosenau en 1990, il y a au moins deux fois plus d’acteurs à prendre en compte qu’il n’y a d’acteurs concrets, empiriques, car [...] aux acteurs A et B s’ajoutent la perception que B a de A et celle que A a de B4 ». La prise en compte des perceptions et des représentations est de ce fait estimée nécessaire par la plupart des politologues et autres chercheurs qui se sont penchés sur le concept (clef en relations internationales) de puissance. Tous montrent que celle-ci varie en fonction de la perception qu’on en a. « La puissance, estime Klaus Knorr, est ce que les gens pensent qu’elle est. C’est une question de perception et de jugement subjectif5 ». « La puissance varie avec la représentation qu’on en a, soulignent eux aussi Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts. Images de soi, images de l’autre, images du monde et de ses menaces, images que l’on a de l’idée que les autres ont de soi, d’eux-mêmes, du monde… la dimension psychologique de la puissance est considérable6 ». « Ce n’est pas la puissance militaire d’un pays qui crée la suasion armée, écrit quant à lui Edward Luttwak, mais la réaction de ses alliés et adversaires, en fonction de la perception qu’ils ont de cette puissance7 ».

  • 8 Zartman William, Rubin Jeffrey (dir.), Power and Negotiation, Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 2 (...)
  • 9 Ramel Frédéric, « Représentations, images et politique étrangère : anciens débats, nouveaux outils  (...)
  • 10 Ramel F. et. David Ch.-Ph, « “Oui mais…” L’image de l’Europe… » Études Internationales, op. cit., p (...)

8Images et représentations sont au cœur de toutes les négociations. C’est ce que soulignent William Zartman, Jeffrey Rubin et Jeswald Salacuse dans leur analyse de référence sur la question : dans une négociation, « l’importance de la puissance peut n’être pas tant sa réalité que sa perception8 ». L’approche en termes d’images et de perceptions est donc utilisée, depuis longtemps, dans l’étude des conflits et dans l’analyse des processus décisionnels en matière de politique étrangère. Elle s’est développée dans les années 1960 aux États-Unis et a suscité un regain d’intérêt après la fin de la guerre froide et l’effondrement de l’URSS9. « Plus récemment », font remarquer Frédéric Ramelet Charles-Philippe David, « les auteurs appliquent (cette) approche à des situations ne relevant pas forcément d’une dynamique conflictuelle. Élargissant les cas d’études, ils soulignent que la façon dont les dirigeants se représentent un problème exerce une influence assez décisive sur la définition des orientations stratégiques10 ».

  • 11 Sur cette image, voir par ex. George Sokoloff, La puissance pauvre – Une histoire de la Russie de 1 (...)
  • 12 Bretherton Charlotte, Vogler John, The European Union as a Global Actor, London, Routledge, 1999 (1 (...)
  • 13 Hill Christopher, « Capability-Expectations Gap, or Conceptualizing Europe’s International Role », (...)

9L’impact des images ne se limite pas, en effet, aux conflits, aux négociations et à la prise de décision. La vie internationale fourmille d’exemples qui en attestent. L’image de Boris Eltsine debout sur un char au moment du putsch d’août 1991 a joué dans les pays occidentaux un rôle considérable dans la construction de la représentation de la fin de l’Union soviétique. Cette image, qui a fait le tour du monde, reste dans les mémoires collectives comme une des grandes images fondatrices du nouveau régime russe, elle symbolise la résistance à la réaction conservatrice, la volonté de démocratisation, de refus de l’arbitraire et de renouveau, la rupture avec le passé11. Autre exemple : la perception d’une Russie qui continue à être vue comme une puissance imprévisible cherchant à préserver ou à imposer ses règles domine depuis l’indépendance des États baltes leur politique extérieure (nous le verrons dans l’article de Katerina Kesa sur l’Estonie). Les perceptions des pays partenaires de l’UE contribuent à façonner l’action européenne dans l’ex-URSS, montre par ailleurs Laure Delcour dans ce volume. En s’appuyant sur les travaux de Charlotte Bretherton et John Vogler, selon lesquels un acteur se construit par l’interaction entre les facteurs politiques internes et les perceptions et attentes des acteurs extérieurs12, ou de Christopher Hill, auteur de travaux sur le rôle international de l’UE13 qui souligne les tensions entre les capacités limitées de la politique étrangère européenne et les attentes des pays tiers, souvent considérables et sources de pression pour les acteurs européens, elle montre que l’étude des perceptions et donc des attentes de ces pays est indispensable à la compréhension du rôle et de l’influence de l’Union dans l’espace postsoviétique. Oleg Korneev et Evguenia Nefedova montrent, eux, dans ce volume que, dans la région sibérienne de Tomsk, il existe un lien direct entre l’image très positive de l’Europe et l’idée que l’UE est considérée comme un modèle dont la région peut s’inspirer.

  • 14 Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie, Ravinet Pauline, Dictionnaire des politiques publiques, Presses (...)

10Images et représentations n’influent pas que sur les relations internationales. Catherine Poujol, l’un des auteurs de ce dossier, voit dans « la confrontation séculaire entre le Soi et l’Autre, entre la représentation du local et du monde extérieur, … le moteur de l’histoire politique, économique, culturelle, identitaire » de l’Asie Centrale. Dans leur ouvrage sur les politiques publiques, Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot et Pauline Ravinet soulignent elles aussi que les objectifs définis par les États le sont « à partir d’une représentation du problème, de ses conséquences et des solutions envisageables pour le résoudre. La définition d’une politique publique repose sur une représentation de la réalité qui constitue le référentiel de cette politique ». « Les images sont des vecteurs implicites de valeurs, de normes ou même d’algorithmes. Elles font sens immédiatement », constituant « un élément central du référentiel14 ».

  • 15 Badie Bertrand, « L’opinion à la conquête de l’international », Raisons politiques, n° 19, août-sep (...)

11L’impact des perceptions et des représentations dans la vie internationale est à relativiser pour des raisons qu’explicite clairement Bertrand Badie. En s’appuyant sur l’exemple très parlant des attitudes à l’égard des États-Unis, il rappelle qu’une perception positive d’un État ne conduit pas nécessairement à un « alignement passif » et à une « allégeance politique ». « Aimer le cheeseburger ou les boissons fabriquées à Atlanta, avoir une vision simplificatrice et angoissée des sociétés arabes ou de l’islam n’incitèrent point les opinions européennes à adhérer à la croisade prêchée par la Maison Blanche contre l’Irak de Saddam Hussein. Se régaler de films américains ou se plaire à porter des tee-shirts ne modère pas l’opinion musulmane contre l’Oncle Sam. La même personne peut, dans les rues du Caire, faire la queue devant un Mac Do ou un Kentucky (KFC) et les mettre à sac, peu après, comme pour mieux signifier son antiaméricanisme15 ».

  • 16 Constantin F., « Aux périphéries… », in Le Trimestre du Monde, 1995, op. cit., p. 58-59.

12Il reste que perceptions et représentations jouent un rôle essentiel, ce qui conduit les États (ou du moins certains d’entre eux) à chercher à modeler l’image qu’ils renvoient d’eux-mêmes. Pour se faire, ils mettent en place des politiques et définissent des stratégies. Avec des résultats inégaux car ils ont une capacité plus ou moins grande, comme le souligne François Constantin, « à produire des représentations, à les travailler, à les diffuser efficacement, c’est-à-dire de manière à agir dans le sens voulu sur le comportement d’autrui ». Cette capacité « n’est que faiblement corrélée avec les ressources matérielles16 ». La détenir est un vecteur significatif d’influence dans la vie internationale. À titre d’exemple, nous nous pencherons sur le cas de la Russie et verrons que sa capacité à apparaître comme influente est un élément clef de la construction de la place qu’elle occupe dans le monde.

Représentations et identités

  • 17 Foucher Michel, op. cit., p. 4.
  • 18 Franck Robert, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 : problèmes e (...)
  • 19 Neumann Iver, « Self and other in international relations », European Journal of International Rela (...)

13Ce qui ressort par ailleurs très nettement de ce dossier, c’est le lien étroit qui existe entre identité, perceptions et représentations. Un lien qui a été maintes fois souligné dans les sciences humaines et sociales. Dans La bataille des cartes, Michel Foucher affirme qu’« on ne voit les autres qu’à partir de soi. L’image de soi, de l’être collectif, national, précède le regard porté sur les autres17 ». Dans une recherche consacrée aux images dans les relations internationales, Robert Franck estime lui aussi que « l’image de l’Autre est souvent un prétexte qui renvoie à l’image ou à la contre-image de Soi » ; elle « est une image prétexte pour parler de soi18 ». Iver Neumann ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme que l’image de l’autre reflète l’image de soi19. Et ce lien entre identité, perceptions et représentations fonctionne dans les deux sens : les représentations influent sur la formation des identités et les identités, sur les représentations. La vision du monde, confirment dans ce volume Bayram Balci et Katia Kasymova, « détermine avant tout la façon dont un peuple se définit lui-même, dans son rapport à autrui ». Les nouveaux régimes d’Asie Centrale « se définissent par les différentes facettes de leur identité, ethnique, religieuse, régionale, voire civilisationnelle et cela inclut leur rapport à l’islam, à la turcité et à l’identité soviétique voire russe. Ainsi, la perception de l’incontournable Russie, des pays phares du monde musulman comme la Turquie, l’Iran ou l’Arabie Saoudite, mais également les autres grandes puissances régionales et mondiales que sont la Chine, les États-Unis et l’Europe participent-elles à la définition d’une identité propre autant qu’elle contribue à une vision du monde. »

14Ce postulat se vérifie également en Ukraine. « La Russie et la représentation de la Russie ont joué un rôle essentiel dans la formation de l’identité culturelle et politique ukrainienne, explique ci-dessous Andriy Portnov. Elles constituent une référence par rapport à laquelle l’identité ukrainienne s’est construite en opposition, souvent au prix d’une révision de sa propre culture ». « La volonté de rejoindre l’UE se fonde d’abord sur le sentiment d’une identité et de valeurs partagées avec l’Union et crée nécessairement une réceptivité plus forte et une asymétrie dans les relations avec Bruxelles », estime, elle aussi, Laure Delcour. Nadiia Koval va dans le même sens en montrant qu’aux yeux de certains intellectuels ukrainiens, l’Ukraine n’a pas besoin de « devenir » européenne puisqu’elle « est » européenne. L’image d’une Ukraine, pays d’Europe Centrale, est basée sur l’idée d’une « européanité innée » et elle a un contenu politique très fort. Reconnaître que l’Ukraine fait partie de l’Europe Centrale, c’est lui reconnaître une identité européenne, le nier, c’est la repousser vers la Russie.

15Maints autres exemples sont donnés dans ce volume. Ils concernent aussi bien la Géorgie – « à l’instar de l’Ukraine, les perceptions positives de l’UE sont ancrées dans la définition de l’identité géorgienne comme étant essentiellement européenne » (Laure Delcour) –, la Biélorussie – la proximité identitaire avec la Russie influence fortement les représentations (David Teurtrie) – ou la région russe de Tomsk – l’identité européenne de celle-ci, qui ne fait aucun doute aux yeux des autorités régionales (« La Sibérie, c’est l’Europe »), légitime à leur avis l’idée que les pays européens sont des « partenaires naturels » de leur région (Oleg Korneev et Evguenia Nefedova).

La construction des images et leur instrumentalisation

16Objets complexes, les images ont des origines multiples. Elles peuvent être travaillées et souvent elles le sont par des États qui cherchent à les instrumentaliser.

Des objets complexes aux origines multiples

  • 20 Ramel F. et David Ch.-Ph., « “Oui mais…” L’image de l’Europe… » Études Internationales, op. cit., p (...)

17« Les images, soulignent Frédéric Ramel et Charles-Philippe David, correspondent à un objet fort complexe qui renvoie à plusieurs champs disciplinaires ». Et il n’y a pas d’accord entre les spécialistes des images sur « l’origine de leur apparition ». Deux séries de facteurs peuvent, à leur avis, être pris en compte : « les soft facts qui correspondent à l’ensemble des biais commis par les gouvernants face à un événement (aspect idiosyncratique) et les hard facts d’ordre structurel comme le changement social, la dépression économique, l’identité culturelle remise en cause, le contact avec les autres dirigeants, la mémoire collective et personnelle20 ». Les travaux réunis dans ce volume confirment la complexité de la fabrication des images et des représentations : de nombreux facteurs les modèlent, avec une intensité qui varie selon les cas et selon les moments. La représentation de l’Autre, résume Catherine Poujol, se construit « selon un système de références complexe qui allie des critères géoculturels, ethniques, religieux, mais également affectifs, dans certains cas conjoncturels, mais généralement persistants ».

  • 21 Franck R., « Images et imaginaire… », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p 6-7.
  • 22 Beauvois Daniel, « Brèves réflexions sur l’identité ukrainienne », in Anne de Tinguy (dir.), L’Ukra (...)

18Le premier des hard facts est sans aucun doute le poids du passé. Les représentations sont ancrées dans le passé, écrit Robert Franck : « l’image est le fruit d’un héritage du passé, lointain ou proche21 ». Dans la région objet de notre étude, le poids du passé exerce en effet une forte influence sur les représentations du monde. À la suite de Sophie Tournon, on peut estimer que la vision du monde de la Géorgie s’est forgée au cours des « deux siècles de colonisation par la Russie ». « Il est convenu, écrit-elle, de faire remonter au traité de Gueorguievsk, en 1783, le rapport ambigu que la Géorgie entretient avec la Russie et l’Occident… En dépit de ce traité d’alliance, la Géorgie fut attaquée par l’empire perse et affaiblie au point qu’en 1801, le tsar n’eut qu’à annexer les uns après les autres les principautés et les royaumes géorgiens. Protectrice bienveillante tant attendue, la Russie était vue aussi comme un envahisseur indigne de confiance ». Emmanuelle Armandon montre, elle aussi dans ce volume, que « les marques du passé » se font également fortement sentir en Ukraine. Le passé, c’est le rapport très complexe à la puissance colonisatrice, c’est aussi la construction des frontières qui s’est étalée sur plusieurs siècles (le territoire ukrainien n’a pris sa forme définitive qu’en 1954 avec le rattachement de la Crimée), ce sont des décennies de guerre froide et d’idéologie ainsi que de propagande soviétiques, c’est ce que Daniel Beauvois appelle « le malheur qui est un élément natiogénique propre à ce pays22 », la grande famine de 1933 qu’une majorité d’Ukrainiens (et beaucoup d’autres personnes) dénoncent comme étant un génocide de leur peuple, etc. Ce passé est à l’origine du regard porté sur la Russie, sur la Pologne, sur l’Europe ou l’Alliance Atlantique, il est aussi à celle des clivages régionaux ou intergénérationnels.

  • 23 Franck R., « Images et imaginaires… », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 8.

19La géographie, la démographie et la culture font aussi partie des facteurs structurels qui pèsent sur la construction des représentations. La proximité, géographique ou culturelle, apparaît tout d’abord comme un élément déterminant. « L’image des peuples voisins n’est pas traitée comme celle des pays lointains », fait remarquer Robert Franck23. On peut aller plus loin : dans cet espace comme dans d’autres, la vision du monde est conditionnée par « ce qui nous concerne ». Elle exclut pour partie ou complètement les régions du monde avec lesquelles les États ou les sociétés considérées n’ont pas de lien. Les résultats de l’enquête EuroBroadMap présentés dans ce volume par Vladimir Kolossov et Maria Zotova montrent ainsi que l’Afrique, l’Amérique latine, l’Asie du Sud-Est n’entrent pratiquement pas dans le regard des jeunes Russes interrogés dans le cadre de ce projet. À l’inverse, au Kazakhstan, la proximité géographique et culturelle de la Russie (7 000 km de frontière commune, présence d’une très importante minorité russe et usage encore massif du russe) font partie des grands éléments qui structurent la perception du grand voisin du nord. L’Égypte, qui a une image très positive et qui exerce une forte attraction dans l’espace postsoviétique, est un autre exemple de l’impact du facteur culturel.

  • 24 Badie Bertrand, « L’opinion à la conquête de l’international », op. cit., p. 13.

20Les acteurs qui contribuent à la fabrication des images et des représentations sont nombreux : les gouvernants, les élites, les écoles, les Églises, les médias, les migrants, etc. Ils sont ce que Bertrand Badie a appelé des « agents intermédiaires24 ». Les gouvernants disposent de multiples outils pour véhiculer les représentations qu’ils souhaitent imposer : nous verrons dans le cas de la Russie que le discours qu’ils tiennent et le choix des démarches qu’ils entreprennent sont à l’origine d’images qui ont été stratégiques pour le pays. Le rôle, essentiel, des écoles et de l’enseignement, en particulier celui de l’histoire, est très présent dans ce volume, abordé à propos de l’Asie Centrale, de l’Ukraine et de la Géorgie. Dans les Républiques d’Asie centrale, les lycées ouverts dès 1991 par une confrérie soufie turque, le mouvement güleniste, contribuent à la réputation de modernité et à l’image positive de la Turquie. En Ukraine, explique Nadiia Koval, l’idée que le pays fait partie de l’Europe est directement liée à l’enseignement qui est délivré. Dans les écoles ukrainiennes, on enseigne en effet que l’Ukraine se trouve au centre géographique de l’Europe : les élèves apprennent que celui-ci se situe en Transcarpathie, près de la ville ukrainienne de Rakhiv. L’enseignement de l’histoire joue un rôle particulièrement significatif. En Ukraine, écrit Andriy Portnov, les manuels d’histoire sont « le reflet de différents modes de construction des discours qui participent à la création d’une représentation légitime du passé national et des images de “l’autre” correspondant à cette représentation ». En Géorgie, explique Sophie Tournon, « les historiens refondent leur science et réécrivent les manuels d’histoire selon une vision bien tranchée : l’histoire soviétique fait place à une histoire nationale où les Géorgiens ont la part belle, aux dépens des minorités nationales, grandes absentes du récit national, mais surtout des Russes, agents colonisateurs, et de l’URSS enclose entre des parenthèses ».

21Les médias (télévision, presse, reçues directement ou via internet) ont, dans cette région comme ailleurs dans le monde, une influence considérable. Les chaînes de télévision russes, qui continuent à être très regardées dans la plupart des États issus de l’ex-URSS, construisent et entretiennent une image positive de la Russie. C’est le cas en Asie centrale où elles ont encore une place dominante, y compris au Turkménistan qui a pourtant pris depuis longtemps ses distances avec Moscou, ou en Biélorussie. L’intéressant, souligné par David Teurtrie à propos de ce dernier État, est que les chaînes russes ont une influence en réalité ambivalente : elles véhiculent l’image d’une Russie dynamique, mais également celle d’un État où la violence est très présente et où les inégalités sociales sont fortes, ce qui a un effet « repoussoir ». Autre exemple de l’impact des médias russes : l’image négative de la Chine. Victor Larine souligne ci-dessous que ceux-ci en sont largement responsables. Les séries télévisées turques qui se sont répandues en Asie Centrale dès 1990 ont, elles, grandement contribué à la fabrication de l’image de la Turquie. Et les médias centre-asiatiques, à celle franchement négative de l’Iran, présenté comme un pays islamiste et fondamentaliste qui représente une menace pour la sécurité et la stabilité politique et sociale de l’Asie Centrale. Le professionnalisme des journalistes ainsi que le niveau de connaissances qu’une société a ou n’a pas, ont, dans ce domaine, une grande importance, l’auditeur ou le téléspectateur étant plus ou moins à même de rectifier l’image qui est véhiculée.

22Les Églises peuvent elles aussi être des acteurs très actifs. C’est le cas en Biélorussie. David Teurtrie montre dans ce volume que les deux Églises, catholique et orthodoxe, sont porteuses de deux visions identitaires et géopolitiques opposées. L’Église catholique regarde naturellement vers l’Ouest. Et certains milieux catholiques, minoritaires mais très actifs, véhiculent une vision du monde « faite d’un antagonisme fort vis-à-vis de la Russie, dont le rôle passé et présent est jugé de manière négative, associé à une empathie pour l’Europe et l’Occident, souvent qualifiés de “monde civilisé” ». À l’inverse, l’Église orthodoxe, qui est en Biélorussie comme en Russie une institution très respectée, inclut la Biélorussie dans un espace civilisationnel centré sur Moscou. C’est ce qu’affirme régulièrement le Patriarche Kirill (Cyrille), chef de l’Église orthodoxe russe : la Biélorussie, la Russie et l’Ukraine font partie d’une même civilisation fondée sur leur commune foi orthodoxe et un héritage historique commun. « La vision du monde ainsi véhiculée par l’Église orthodoxe russe est sans équivoque : la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine (y sont parfois associés la Moldavie et le Kazakhstan), au-delà des indépendances nationales, partageraient une identité supranationale commune au sein d’un espace commun qualifié de “monde russe” (russkyj mir) ou de “civilisation russe” ».

23Parmi les autres « agents intermédiaires » influents qui méritent une attention particulière figurent les élites russifiées d’une part, les migrants et les touristes d’autre part. Les premières, qui se sentent proches de la Russie et qui sont très présentes, à des degrés divers, dans la plupart des pays de la CEI, véhiculent une image globalement positive de la Russie. Migrants et touristes jouent un rôle qui ne doit pas être sous-estimé. Le voyage, sous ses différentes formes, est une source d’information sur le monde extérieur. Il favorise la circulation des idées et influe ce faisant sur la construction des images. Les migrations de main d’œuvre, très denses entre la Russie et ses partenaires de la CEI – des millions de centre-asiatiques, d’Ukrainiens, de Moldaves, etc., viennent travailler en Russie – participent au façonnage de l’image de cette dernière. Parce qu’elle véhicule idées et images, la littérature relève elle aussi de la catégorie des « agents intermédiaires » influents. Ainsi en Ukraine, la notion d’Europe Centrale, dont on a déjà souligné le contenu politique très fort, est « une notion inventée ou réinventée par la littérature » (Nadiia Koval).

24Beaucoup d’autres facteurs entrent en ligne de compte. Certains grands événements, comme la révolution orange, perçue par beaucoup, en Ukraine et en Occident, comme le fruit d’un grand mouvement populaire et comme une rupture, a modifié l’image que l’Ukraine renvoie d’elle-même et les perceptions que le monde extérieur a de cet État longtemps mal connu. Quelles que soient les déceptions rencontrées pendant les « années orange », il y a un avant et un après – révolution orange. Les évolutions politiques peuvent elles aussi influer sur les perceptions et les représentations. L’exemple de l’Ukraine est là aussi parlant. Les déceptions internes et externes, qui viennent d’être mentionnées, engendrées par la politique du président Iouchtchenko pendant les années où il a été au pouvoir, ont eu un impact sur la perception du monde de la société ukrainienne. Emmanuelle Armandon montre dans ce volume que la chute de popularité de Victor Iouchtchenko est allée de pair avec « un scepticisme croissant à l’égard de sa vision du monde », y compris de son projet européen. Bayram Balci et Katia Kasymova notent eux aussi la corrélation qui existe en Asie Centrale entre la perception d’un pays et la qualité des relations politiques bilatérales. Celle de la Turquie a suivi l’évolution des rapports politiques entre Ankara et chacune des Républiques de la région. Ses relations avec le Turkménistan étant excellentes, son image y est très positive. Celles avec l’Ouzbékistan ayant fortement évolué, son image est passée de « modèle pour la transition politique, économique et sociale » à celle de pays qui a « trahi la confiance entre deux pays frères ».

25Les images peuvent par ailleurs être des symboles. Céline Bayou illustre ce propos en montrant que le gratte-ciel est une icône de la modernité, de la puissance et du dynamisme d’un État et/ou d’une ville. Se doter de gratte-ciel permet donc de façonner son image et d’envoyer un message au monde extérieur.

Politiques et « batailles » d’images – L’exemple de la Russie

  • 25 Foucher M., op. cit., p. 173.
  • 26 Ibid, p. 4, 13 et 172-173.

26La plupart des États se préoccupent de leur image, parfois avec des logos simples : la feuille d’érable pour le Canada, le kangourou pour l’Australie25. Ils tentent, d’une façon ou d’une autre, à des degrés divers, on l’a mentionné, de la façonner, ce qui peut correspondre à des objectifs de long terme. Certains ont été jusqu’à mettre en place ce qu’on pourrait appeler des politiques de représentation, qui peuvent déboucher, selon l’expression de Michel Foucher, sur des « batailles de cartes ». C’est, à son avis, ce qui se produit actuellement dans le monde du fait de « la fin de l’exclusivité occidentale dans le maniement des affaires internationales » : les États et les sociétés de l’ancien Sud s’émancipent, ce qui « se traduit par une bataille des représentations dont l’enjeu est le découpage du monde ». Dans La bataille des cartes, ce géographe montre que certains États, conscients des enjeux, « ont choisi de reprendre le contrôle de la définition de leur identité et de leur image extérieure ». Pour modifier celle-ci, ils ont adopté « des stratégies de marque » qui transforment « l’identité en icône. Non plus la samba ou le football mais un acteur international, telle fut la stratégie (réussie) de Brasilia, incarnée par la figure charismatique de Lula da Silva, meilleur porte-parole de cette diplomatie d’influence »26. L’exemple ci-dessus mentionné du gratte-ciel suggère que la Russie est soucieuse de participer à cette « bataille » des représentations, qu’elle cherche à travailler son image et à renvoyer d’elle-même celle d’un pays moderne et puissant. Le gratte-ciel, qui dit la capacité d’une ville ou d’un État à faire partie du « club des grandes métropoles mondiales », lui permet de montrer qu’elle est entrée dans la mondialisation et qu’elle est en mesure de rivaliser avec les autres grands États modernes (Céline Bayou).

  • 27 De Tinguy Anne, « Comment Gorbatchev a changé la perception de l’URSS en Occident », Les Cahiers d’ (...)
  • 28 Adomeit Hannes, « Russia as a “great power” in world aff : images and reality », International Aff (...)

27Les images sont, on le voit, une ressource qui peut être travaillée et instrumentalisée. Mikhaïl Gorbatchev est un des premiers dirigeants soviétiques à en avoir été conscient. Pour convaincre le monde extérieur de sa volonté d’un changement en profondeur du système soviétique et du rapport au monde de l’URSS, l’une de ses premières initiatives a été d’œuvrer à modifier l’image de son pays. Les résultats qu’il a très vite obtenus ont été spectaculaires27. Boris Eltsine semble lui aussi en avoir été d’emblée conscient. Au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique, apparemment convaincue que son statut international est au moins en partie fondé sur la perception qu’en a le monde extérieur, la Russie est très attentive à l’image qu’elle renvoie d’elle-même, du moins l’est-elle dans certains domaines, en particulier dans celui de la puissance. Les enjeux sont alors immenses. Très affaiblie et en proie à un profond désarroi, la Russie doit définir et mettre en place un nouveau système politique, économique et social. La tâche à accomplir est aussi complexe que gigantesque, ce qui exige une concentration des ressources sur les questions internes. Dans ce contexte, le risque pour la Russie d’être marginalisée dans la vie internationale apparaît très élevé. Pour surmonter ses problèmes et prévenir ce risque, la Russie tente à la fois d’obtenir une assistance extérieure et de s’imposer dans de bonnes conditions sur la scène internationale. C’est autour de ces grands objectifs que semble s’articuler l’image de leur pays que les dirigeants russes ont cherché à construire et à projeter. La Russie est une puissance « momentanément affaiblie », affirment au début des années 1990 le président Eltsine et son ministre des Affaires étrangères, Andréï Kozyrev. Des deux parties de l’expression, la première correspond à l’essentiel du message qu’ils veulent adresser au monde. La seconde est corrigée de différentes manières de façon à ne pas entrer en contradiction avec la première. Les dirigeants russes font largement appel au discours. Ils présentent la Russie comme une (grande) puissance, qui a un rang à tenir et des responsabilités dans le monde, qui jouit d’un grand prestige, qui dispose d’un formidable potentiel en matière de ressources tangibles et autres. Ce discours vise à imposer l’image d’une Russie acteur international majeur, il instille l’idée que les pays occidentaux feraient une erreur s’ils définissaient leur politique à son égard en partant du seul postulat de sa faiblesse et en la reléguant au rang de pays de deuxième classe28.

  • 29 Ivanov Igor, New York Times, 27 janv. 2002.
  • 30 Eltsine Boris, Sur le fil du rasoir -Mémoires, Albin Michel, 1994, p. 377-378.

28Parallèlement certaines démarches de politique étrangère participent à la construction de cette image d’une Russie puissance. Comme nous l’avons déjà souligné, l’image de l’autre reflète l’image de soi. Se présenter comme un interlocuteur privilégié de Washington, souligner l’importance dans la vie internationale des relations russo-américaines ou se positionner en tant que leader dans l’espace postsoviétique font partie des démarches permettant à la Russie de valoriser l’image qu’elle renvoie d’elle-même, de montrer qu’elle demeure un acteur qui compte. Quelques années plus tard, Igor Ivanov, alors ministre des Affaires étrangères, n’hésite pas à affirmer que « les relations russo-américaines restent un des principaux facteurs qui déterminent l’état de la politique mondiale », ce qui ne correspond plus guère à la réalité, mais ce faisant il établit une distinction entre son pays, qu’il positionne aux côtés de la grande puissance américaine, et les autres29. L’insistance de la Russie à mettre en évidence qu’elle est détentrice d’attributs majeurs de la puissance (potentiel nucléaire, siège de membre permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies) ainsi que la « place particulière » qu’elle revendique au sein de l’espace anciennement soviétique vont dans le même sens. En affirmant sans relâche que les rapports avec les nouveaux États indépendants sont prioritaires (ce qui est loin d’être le cas), que la Russie a dans cette zone « des intérêts vitaux » et une place « particulière » liée aux « responsabilités particulières » qui sont les siennes (« la Russie devait assumer son rôle de leader et prendre sur elle de se battre pour préserver le bien de tous », écrit Boris Eltsine. « Si on laissait ces jeunes États se débrouiller seuls, ils allaient au-devant de grands problèmes intérieurs30 »), les dirigeants russes projettent l’image valorisante d’une Russie, leader d’une nouvelle communauté, celle des États indépendants, qui a, à ce titre, des responsabilités et qui bénéficie d’un statut international particulier.

29La Russie est ce faisant parvenue à imposer durablement l’idée qu’elle continuait à faire partie des grands acteurs du monde. Cela n’a pas empêché une forte détérioration de son image. Dans les années 2000, celle-ci est de plus en plus souvent associée à la violence, à la brutalité de sa politique en Tchétchénie, à la question des « mafias », à celle de la corruption, aux dérives autoritaires du pouvoir de Vladimir Poutine, aux assassinats de journalistes, au sort de Mikhaïl Khodorkovski, l’oligarque emprisonné, souvent considéré en Occident comme un prisonnier politique. Inquiets de cette détérioration, les dirigeants russes se dotent d’instruments destinés à véhiculer une autre image, plus positive, de leur pays. Ils suivent tout d’abord l’exemple de CNN et d’Al-Jazeera. En décembre 2005, l’agence de presse gouvernementale RiaNovosti lance Russia Today, une chaîne de télévision en continu qui émet en anglais 24 h sur 24 et dans un deuxième temps en arabe. En 2006, le Kremlin engage des conseillers en relation publique qui sont américains : le contrat alors signé avec Ketchum a depuis été renouvelé sans interruption. Par la suite les autorités russes créent deux Instituts pour la promotion de la démocratie, l’un est basé à Paris, l’autre à New York, tous deux ont pour objectif de donner une autre image de la Russie, notamment en montrant qu’elle n’est pas la seule à pouvoir être l’objet de critiques dans ce domaine. Parallèlement, de nouvelles démarches dans le domaine des relations internationales contribuent à véhiculer l’image d’une Russie qui contribue au dynamisme mondial. C’est en particulier le cas lorsqu’elle réussit à s’imposer comme un membre à part entière des BRIC, c’est-à-dire comme faisant partie des grands pays émergents, moteurs de la croissance mondiale, alors qu’elle pèse en réalité bien peu dans l’économie du monde par rapport aux trois autres membres.

  • 31 Kolossov Vladimir (dir.), Le monde dans les yeux des Russes : l’opinion publique et la politique ét (...)

30Ces initiatives n’ont pas suffi à redresser la situation. Les résultats de l’enquête réalisée dans le cadre du projet EuroBroadMap (« Vision de l’Europe dans le monde ») auprès de quelque 10000 étudiants, analysés dans ce volume par Vladimir Kolossov et Maria Zotova, ne font que le confirmer. Dans la plupart des 18 pays couverts par l’enquête, l’image de la Russie apparaît très négative : « les États moins bien « cotés » que la Russie (dans lesquels les étudiants ne souhaiteraient pas résider) sont soit des pays en guerre, soit des pays réputés comme étant des fiefs du fondamentalisme musulman (l’Irak, l’Afghanistan et l’Iran) ». La ville de Moscou est placée par les répondants parmi les dernières dans la liste des villes non attractives, juste devant Kaboul et Bagdad. Alors que les Français sont traditionnellement russophiles, les étudiants français participent à cette vision très négative de la Russie qu’ils placent « dans le même groupe que l’Irak, la Chine, l’Afghanistan, l’Iran, Israël, l’Algérie et la Corée du Nord ». La Russie est décrite par les personnes interrogées comme « un pays instable, non démocratique, pauvre et peu hospitalier, en proie à des cataclysmes sociaux et naturels ». Une analyse comparative sur trois mois de trois quotidiens, français (Le Monde), allemand (Frankfurter Allgemeine) et américain (Washington Post), révèle en outre que les articles la concernant sont rarement valorisants : ils attirent avant tout l’attention sur des événements à connotation négative ou inquiétante (attentats, incendies, insécurité, etc.) ou des phénomènes qui le sont tout autant comme la corruption31. La question de l’instrumentalisation des représentations est abordée par plusieurs auteurs de ce volume. Nadiia Koval montre que certains intellectuels ukrainiens utilisent celle d’une Ukraine, pays d’Europe Centrale, pour prendre leurs distances avec l’Est, c’est-à-dire la Russie et l’espace postsoviétique, voire pour préconiser la séparation des régions occidentales du pays et une intégration de la Galicie dans l’UE. L’image de « notre chère grand-mère l’Autriche », très présente dans la région de Lviv, est, elle, exploitée pour soutenir l’industrie du tourisme de la région. Quant à Andriy Portnov, il s’interroge : « existe-t-il en Ukraine une politique réfléchie en matière de manuels scolaires ? La représentation de la Russie (qui y est) décrite est-elle délibérément construite ? ». S’il estime ne pas avoir les moyens de répondre à ces questions, il suggère néanmoins une réponse positive lorsqu’il évoque la « dépolitisation » des manuels scolaires entreprise par le président Ianoukovitch dès son arrivée au pouvoir au début de 2010 en coopération avec la Russie. Sous couvert d’une « dépolitisation » s’opère une re-politisation de l’enseignement de l’histoire : à l’image d’une Russie colonisatrice, responsable de nombre de malheurs de l’Ukraine, succède celle du « grand frère russe », pays ami, avec lequel l’Ukraine a traversé de grandes épreuves.

La vision du monde dans les pays de l’ex-URSS

31Les recherches faites par les auteurs de ce volume révèlent une vision du monde qui est hétérogène et évolutive. Celle-ci continue à s’ordonner autour de références à première vue traditionnelles – la Russie et l’Occident – et à être dominée par « ce qui nous concerne ». Les évolutions sont néanmoins fortes et elles ne sont vraisemblablement pas achevées.

La référence russe : des images plurielles, souvent ambivalentes

32La Russie, l’ancienne puissance impériale avec laquelle la cohabitation politique et culturelle a duré plusieurs siècles pour beaucoup des populations de la région, apparaît sans surprise aux yeux de nombre des États et des sociétés comme le premier acteur de référence. Selon les cas, l’image de la Russie est plus ou moins positive ou plus ou moins négative, dans une gamme qui va du très négatif (dans les États baltes, la Russie est largement perçue comme une menace) au très positif (en Biélorussie ou au Tadjikistan, elle est encore vue par beaucoup comme un allié naturel). Ce qui est remarquable, c’est que dans la plupart des pays de la région, l’image est plurielle et souvent ambivalente, voire contradictoire. En Géorgie, explique Sophie Tournon, elle est et négative et positive. La Russie est perçue à la fois comme repoussoir et comme modèle, elle suscite méfiance et admiration. « La Géorgie se présente comme fondamentalement européenne et progressiste par opposition à une Russie décrite comme eurasiatique » et soviétique, terme qui a une connotation clairement négative, mais celle-ci « demeure un modèle d’ouverture et de perméabilité à l’influence occidentale, surtout imité dans son développement économique libéral et politique semi-autoritaire et verrouillé ». Cette ambivalence se retrouve dans les enquêtes de terrain. Lors d’un sondage d’août 2009, 90 % des personnes interrogées « classent la Russie dans la catégorie des pays hostiles », mais 94 % « sont ouverts à des liens d’amitié avec des Russes ». Ces résultats montrent bien la distinction faite entre d’une part l’État et les élites dirigeantes russes et d’autre part la population et la culture russes à l’égard desquelles il n’y a pas ou peu d’animosité.

33Les perceptions sont tout aussi contrastées dans les pays d’Asie Centrale. « La représentation de la Russie, observent Bayram Balci et Katia Kasymova, (y) reste naturellement subjective, évolutive et sujette à d’incessantes variations, mais surtout elle ne véhicule pas une mais plusieurs images distinctes ». Si l’on en croit Catherine Poujol, l’ambivalence ne date pas d’aujourd’hui. Au XIXe siècle, le pouvoir russe était « porteur de la symbolique de la dépendance coloniale, du choc frontal entre l’islam et la gouvernance “infidèle”, mais également d’une idéologie de développement économique, de diffusion des innovations technologiques européennes, d’une culture que les élites locales, après quelques décennies de réticences finiront par ajouter à la leur ». Aujourd’hui, la Russie est perçue positivement dans la mesure où elle peut être « anticipée » car on la connaît de l’intérieur. Elle est vue comme « un pays fort, héritier de la puissance soviétique, capable de défier l’Occident », en particulier « les arrogants États-Unis », et inspire une certaine admiration. Cette représentation se nourrit du passé, mais aussi d’une certaine déception vis-à-vis des Occidentaux. Beaucoup en Asie Centrale ont le sentiment que le discours de ces derniers sur les droits de l’homme et la démocratie n’est qu’un prétexte, leur objectif étant en réalité de défendre leurs intérêts. En même temps, la Russie, ancienne puissance colonisatrice, souvent dénoncée comme responsable de tous les maux que connaît actuellement l’Asie Centrale, inspire de la méfiance. L’image véhiculée par les élites dirigeantes au début des années 1990 était souvent négative pour des raisons qui tenaient probablement à des convictions mais également à « une obligation politique » : au moment d’une indépendance qu’elles n’avaient pas demandée, « pour s’affranchir de la tutelle russe, les élites gouvernantes en ont fait l’incarnation du mal ». Les nouveaux manuels scolaires d’histoire participent à cette représentation de la Russie qu’ils présentent comme l’oppresseur colonial qui a pillé les ressources et exploité les peuples.

  • 32 Carrère dEncausse Hélène, L’empire éclaté, Flammarion, 1978.
  • 33 Cf. art. Ci-dessous d’E. Armandon.
  • 34 Sherr James, « L’étau ukrainien : entre la faiblesse intérieure et la dépendance extérieure », IFRI (...)

34L’ambivalence est également une des grandes caractéristiques des perceptions du « grand frère russe » en Ukraine. Depuis l’indépendance de 1991, les relations entre les deux États ont souvent été conflictuelles. Pendant la présidence Iouchtchenko (2005-2010), elles sont au plus bas. Le qualificatif de « frères ennemis » retenu à la fin des années 1970 par Hélène Carrère d’Encausse dans L’empire éclaté continue à s’imposer au niveau des États32. Une grande partie de l’élite et de la société ukrainiennes, écrit Andriy Portnov, garde « un sentiment de peur et de menace face aux “ambitions néo-impériales” de la Russie ». Des sentiments alimentés par les représentations de la Russie véhiculées par les manuels scolaires où « la Russie est essentiellement présentée comme une puissance ennemie. Elle n’apparaît dans le rôle d’alliée qu’une seule fois (en 1654) et pendant un laps de temps assez bref. […] La plupart des dates marquantes de l’histoire de l’Ukraine que les élèves sont obligés d’apprendre par cœur sont celles de divers conflits russo-ukrainiens ». Et certains manuels proposent de façon systématique une vision de l’Union soviétique comme « un État étranger hostile ». Pourtant au niveau des sociétés, l’image du voisin russe demeure globalement positive. Certes elle connaît des variations dans le temps au gré des crises qui affectent les relations entre les deux pays. Mais les enquêtes d’opinion révèlent de manière quasi continue, comme le souligne Emmanuelle Armandon, que la Russie « fait partie des pays pour lesquels un large pan de la société ukrainienne éprouve le plus de sympathie. Elle est généralement perçue comme un “pays frère”, un “pays ami” et un “partenaire stratégique” ». En 2009, beaucoup la considèrent comme « l’un des plus sûrs alliés de l’Ukraine ». Cette image positive se reflète dans les aspirations de la population en matière de politique étrangère. Depuis 2005, la part de ceux qui souhaitent que la coopération avec la Russie soit le principal vecteur de la politique étrangère a augmenté ; en novembre 2009, elle est majoritaire. Cette représentation positive est cependant à nuancer. D’une part, parce qu’il existe de fortes différences régionales. Dans l’ouest du pays, la Russie est généralement considérée comme « un simple pays voisin » voire un « pays ennemi » qui serait « une source de menaces » pour l’Ukraine. D’autre part parce que la coopération entre les deux pays a pour la majeure partie de la population des limites précises33. Lorsque l’État russe prend des initiatives interprétées comme entamant la souveraineté de l’Ukraine, la réaction est immédiate. La crise qui a éclaté en septembre 2003 à propos de l’île de Touzla montre clairement que la sympathie réelle que de très nombreux Ukrainiens éprouvent pour les Russes et la Russie s’accompagne d’une « méfiance à l’égard de l’État russe » de sorte que « la sympathie tourne rapidement à la colère lorsque la “fraternité” se transforme en domination34 ».

35La pluralité des images se retrouve aussi dans les États les plus proches de la Russie comme la Biélorussie. Dans cet État, où, lors d’un sondage fait en 2002, à la question « qu’est-ce qui distingue les Biélorusses des Russes ? », 44 % des Biélorusses interrogés n’ont répondu « rien », David Teurtrie montre que la vision du monde est « largement russo-centrée ». En mars 2010, les trois quarts des Biélorusses disent se sentir « plus proches des Russes que des Européens ». Cependant, au fil du temps, les représentations se complexifient. « Les jeunes générations et les élites, qui ont accès aux médias occidentaux et à l’internet, ainsi qu’à la possibilité de voyager, semblent beaucoup plus ouvertes à l’égard de l’Europe occidentale que le reste de la population ».

36Dans les États postsoviétiques, la Russie reste largement, on le voit, la référence, négative ou positive, par rapport à laquelle se construit la vision du monde. L’inverse n’est pas vrai. Si l’on en croit le discours des élites dirigeantes russes, « l’étranger proche » est la priorité de la politique étrangère de la Russie et la reconnaissance de sa place « particulière » et de ses « intérêts vitaux » dans cet espace est un élément important de ses relations avec les États-Unis et l’UE. Et pourtant, paradoxalement, l’ancien empire est peu présent dans la vision du monde des Russes. C’est particulièrement vrai pour l’Asie Centrale. Si l’on en juge par les occurrences dans les médias russes, les Russes ne s’intéressent guère à cette région. Celle-ci y est peu présente et lorsqu’elle l’est, c’est souvent avec une connotation négative, associée à des trafics de drogue, à l’islamisme, à des menaces venant d’Afghanistan, etc. Ce phénomène est confirmé par les résultats de l’enquête faite auprès des jeunes dans le cadre du projet EuroBroadMap.

La référence occidentale : l’Europe versus les États-Unis

  • 35 Badie Bertrand, La diplomatie de connivence, La Découverte, 2011, p. 142-143.

37L’Occident, qui exerce une forte attraction dans la plupart, sinon dans tous les États de l’espace postsoviétique où il bénéficie d’un fort capital de sympathie, est l’autre grande référence. Ce terme que Bertrand Badie estime être aujourd’hui « purement imaginaire » – « il décrit, écrit-il, un espace qui n’a aucune signification objective, géographique, historique ou sociologique35 » – continue dans cette région à avoir une connotation qui est celle qui prévalait du temps de la guerre froide. Il désigne l’Europe et les États-Unis, mais ceux-ci ne sont pas perçus comme un tout homogène : ces deux entités représentent deux formes d’Occident qui sont clairement distinguées. Autre caractéristique du regard porté sur l’Occident : l’image positive dont jouit celui-ci n’apparaît liée aux valeurs démocratiques dont il est porteur que dans certains États de cet espace. L’analyse de Bertrand Badie, selon laquelle « la référence à la démocratie unifie le monde occidental et les États qui le composent », ne peut guère s’appliquer à la Russie ou à l’Asie Centrale. Élites et sociétés y éprouvent une grande méfiance à l’égard des mots « démocratie » et « droits de l’homme » qui sont moins perçus, on l’a dit, comme des convictions que comme des moyens utilisés par Américains et Européens pour s’imposer dans cet espace.

38L’Europe et l’UE jouissent en général d’une image particulièrement positive, mais qui est différente en Russie de ce qu’elle est dans les autres États de la région. Dans ces derniers, les perceptions sont majoritairement positives. En Estonie, écrit Katerina Kesa, les termes « Occident », « Europe » et « Europe occidentale » symbolisent « le monde moderne, un ensemble pacifique et sécurisant par opposition à l’espace postsoviétique perçu comme instable et soumis à l’influence négative de la Russie ». En Ukraine, de récentes enquêtes confirment que l’UE est perçue par beaucoup comme « un modèle en matière de réussite économique », « l’un des principaux centres influents du monde », une « union de pays au sein de laquelle il n’y a pas de rivalités interétatiques ».

39Elle est associée à la prospérité économique, aux droits de l’homme, à la démocratie, à la paix et à la sécurité. Comme le note Emmanuelle Armandon, cette représentation est si prégnante qu’elle se retrouve dans la vie quotidienne. Le préfixe « euro » accolé à de nombreux types de produits ou de services est synonyme de qualité et de modernité. Faire figurer le label « euro » – ce qui se fait également dans d’autres États de la région –, c’est admettre « qu’“européen” signifie automatiquement “de meilleure qualité” ». Le regard porté par la jeunesse ukrainienne sur la place de leur pays dans le monde confirme que l’attraction exercée par l’Europe n’est pas conjoncturelle. Les résultats d’enquêtes sociologiques révèlent que depuis le début des années 2000 « les 18-29 ans ont majoritairement tendance à considérer que l’Ukraine devrait intégrer l’Union européenne », les personnes âgées de 50 ans et plus en étant proportionnellement moins convaincues. Parallèlement, ces jeunes sont beaucoup moins nombreux que leurs aînés à penser que le développement des relations avec la Russie devrait être privilégié.

40Très présents dans l’espace postsoviétique, les États-Unis ont une image beaucoup plus ambigüe qui a évolué dans le temps. À la fin de la période soviétique et dans les premières années des indépendances, le « rêve américain » est très prégnant dans plusieurs des nouveaux États indépendants, y compris au sommet du pouvoir. Aujourd’hui les États-Unis continuent d’exercer une forte attraction, notamment (mais pas seulement) auprès des jeunes. Les modes de vie et les aspirations de ceux-ci sont, là comme ailleurs, très marqués par la culture américaine. Et la présence de nombreuses ONG américaines contribue dans plusieurs des États à l’image positive des États-Unis. Au fil du temps, avec des hauts et des bas, à des degrés divers selon les États, le « rêve américain » a cependant été entamé par ce qui est perçu comme « l’arrogance » de la politique menée par Washington et par l’insistance apportée par Washington à la question du respect des droits de l’homme.

41En Géorgie, l’image des États-Unis est très positive pour des raisons avant tout liées à des considérations sécuritaires et économiques qui sont au cœur des priorités de Tbilissi : jusqu’à la guerre de 2008, les États-Unis sont vus comme le grand allié et comme un modèle économique. L’UE a une image différente : elle « a l’avantage, écrit Sophie Tournon, de la proximité culturelle et géographique… Ces deux Occidents ne revêtent pas la même valeur symbolique aux yeux de l’élite politique : l’UE est une voisine “pratique” là où les États-Unis sont des alliés indispensables ». En Ukraine, où les États-Unis exercent une forte attraction depuis longtemps, leur image s’est sensiblement détériorée pendant les années Bush, ce qui s’est répercuté sur les préférences des Ukrainiens en matière de politique extérieure. Étudiant les résultats d’enquêtes régulièrement menées depuis 2000 par le Centre Razoumkov, Emmanuelle Armandon constate que « la part des habitants qui souhaitent que le développement des liens avec les États-Unis soit l’axe prioritaire de la politique étrangère ukrainienne n’a jamais excédé les 7 % depuis dix ans ». Mais l’évolution n’est pas homogène. Les nuances à apporter ont déjà été soulignées. Elles sont régionales (entre l’est et l’ouest du pays), générationnelles (les 18-29 ans sont proportionnellement plus nombreux que leurs aînés à souhaiter un renforcement des liens avec les États-Unis) et politiques : comme cela a déjà été noté, l’image de l’État n’est pas celle du peuple américain, qui demeure très positive.

  • 36 Shiraev Éric, Zubok Vladimir, Anti-Americanism in Russia: from Stalin to Putin, New York, Palgrave, (...)
  • 37 Enquête faite pour le EU-Russia Centre, « Voices from Russia », The EU-Russia Review, juin 2007, p. (...)

42En Russie aussi, l’Occident est une référence, voire la référence, et au sein de la société les perceptions de l’UE comme des États-Unis sont globalement positives. Les perceptions russes sont cependant sensiblement différentes de celles des populations des autres États de l’ex-URSS, pour des raisons qui tiennent largement à son ancien statut de grande puissance et d’empire. L’attraction des États-Unis a été très forte. Dans leur ouvrage Anti-Americanism in Russia, Eric Shiraev et Vladimir Zubok font remarquer que des décennies de propagande soviétique anti-américaine ont eu en Russie soviétique « un immense effet contraire ». Au moment de l’effondrement de l’URSS et dans les années qui suivent, au sein des élites intellectuelles et dirigeantes, elles sont à l’origine d’une vision très positive, mais aussi « excessivement romantique » et idéalisée des États-Unis. Celle-ci ne dure pas. Au cours des années 1990 et 2000, avec des pics en 1999 au moment des frappes de l’OTAN au Kosovo et dans la deuxième partie des années 2000, l’admiration cède la place à un anti-américanisme qui prend différentes formes. La détérioration de l’image des États-Unis est liée à ce qui est considéré comme de « l’unilatéralisme » en politique étrangère, à de « l’arrogance » à l’égard de la Russie et à une politique jugée agressive et contraire aux intérêts de la Russie dans l’espace postsoviétique. Elle est aussi liée aux évolutions internes de la Russie (chaos économique des années 1990, désarroi identitaire difficile à surmonter) et, ce que soulignent le politologue et l’historien russes cités ci-dessus, à l’émergence d’une « “carte” anti-américaine » dans les stratégies politiques russes36. Les perceptions de l’UE n’ont pas la même acuité, mais elles se sont, elles aussi, complexifiées après la mise en place en 2003-04 par Bruxelles de la Politique européenne de voisinage à destination des États voisins de l’ex-URSS et depuis les révolutions de couleur en Géorgie en 2003 et en Ukraine en 2004. Les élites dirigeantes russes perçoivent en effet volontiers celles-ci comme des manœuvres opérées par les pays occidentaux pour marginaliser leur pays dans cette région et elles considèrent les initiatives européennes comme des intrusions dans la zone d’influence naturelle de la Russie. La détérioration de l’image de l’UE qui s’en est suivie ne se répercute cependant guère sur la perception des grands partenaires européens de la Russie que sont l’Allemagne, l’Italie ou la France. L’Allemagne continue à être identifiée comme un partenaire privilégié. Lors d’une enquête faite en décembre 2006 par le Centre Levada d’étude de l’opinion publique, elle est le deuxième pays dans le monde (après la Biélorussie) à être cité comme « un ami proche et un allié.37 »

De nouvelles dynamiques ?

43Au cours des deux décennies qui ont suivi l’effondrement de l’URSS, les évolutions des perceptions et des représentations au sein de l’espace postsoviétique ont été fortes, nous venons de le voir. Il ne semble pas qu’elles soient pour autant stabilisées.

44Le regard des jeunes tout d’abord invite à anticiper les représentations de demain. Si l’on en croit les résultats de l’enquête EurobroadMap présentés par Vladimir Kolossov et Maria Zotova, celles-ci pourraient bien être sensiblement différentes de ce qu’elles ont été jusqu’à maintenant. Cette enquête révèle en effet qu’une grande partie des jeunes Russes ne voit pas leur pays intégré en Europe. Lorsqu’ils sont invités à dessiner les frontières de l’Europe, près du tiers de ces jeunes « les repoussent sans surprise jusqu’à l’Oural ou même le Pacifique, en laissant le Kazakhstan en Asie », mais, ce « qui est complètement nouveau », c’est qu’une majorité d’entre eux « sépare clairement la Russie non seulement des États baltes, mais aussi de l’Ukraine et de la Biélorussie incluses dans l’Europe plus souvent que les régions russes voisines. C’est une manifestation très claire de la vision de la Russie comme une “civilisation” à part, un centre du monde multipolaire. Le mythe de l’unité et des destins historiques communs des peuples slaves orientaux, qui a été longtemps à la base de l’identité russe, est ainsi rejeté ». Le regard porté sur les États-Unis confirme, lui, l’ambivalence constatée ci-dessus. L’attraction américaine est forte : les États-Unis sont « un des pays les plus souvent mentionnés, ses succès économiques et technologiques suscitent l’admiration, mais il est (aussi) vu par de nombreux répondants comme inamical à l’égard de la Russie ».

  • 38 Laruelle Marlène, Peyrouse Sébastien (dir.), « Central Asian perceptions of China », The China and (...)
  • 39 Guelbras Vilia, Kitaïskaia real’nost‘ Rossii (La réalité chinoise de la Russie), Moscou, Mouravieï, (...)
  • 40 Sorokine Vladimir, Journée d’un opritchnik, traduit du russe par Bernard Kreise, Éditions de l’Oliv (...)

45Les représentations de certains voisins invitent elles aussi à la réflexion. Dans cet espace comme dans d’autres, nous avons vu que l’horizon est limité. La proximité géographique et/ou culturelle est un élément essentiel de la fabrication de la vision du monde. Celle-ci est conditionnée par « ce qui nous concerne ». À l’exception des États-Unis, ce qui compte, ce sont avant tout les voisins, c’est le local et le régional, au sens large. Outre ceux déjà mentionnés, deux voisins sont présents, voire très présents dans le regard des populations de cet espace : la Turquie et la Chine. La première a été d’emblée très active en Asie Centrale où quatre sur cinq des États qui la composent sont turcophones. L’image qu’elle renvoie d’elle-même est perçue très positivement dans cette région : c’est celle d’un État moderne, identifié comme le pays de Kemal Atatürk, musulman, laïque, résolument tourné vers l’Occident et ouvert aux valeurs occidentales, qui est un modèle attractif. L’article de Burcu Gültekin Punsmann, le seul dans ce volume à se pencher sur les perceptions que le monde extérieur (en l’occurrence la Turquie) a de l’espace postsoviétique, révèle, lui, une évolution qui suggère un certain retour aux représentations du passé. Au moment de l’effondrement de l’URSS, la perception turque de l’espace postsoviétique est dominée par l’aire turcophone. À cette aire perçue comme une zone d’influence naturelle, Ankara accorde alors une importance considérable. Avec le temps, le pragmatisme revenant en force, le regard évolue. Les déceptions qui se sont accumulées en Asie Centrale et le fort développement des échanges économiques et commerciaux avec la Russie entraînent un déplacement des perceptions. À partir du milieu des années 2000, aux yeux des Turcs, la Russie redevient la référence centrale. La Chine, très présente dans les représentations du monde dans cette zone, en particulier en Asie Centrale et en Russie, mérite une attention particulière car, du fait de sa proximité et du différentiel économique croissant qui existe entre ces pays, elle pourrait occuper une place majeure dans celles de demain. Que ce soit en Asie Centrale ou en Russie, elle est à la fois redoutée et appréciée. L’Asie Centrale en a depuis longtemps une mauvaise image. Catherine Poujol note une « sinophobie traditionnelle » : dans cette région, le voisin chinois est « unanimement perçu comme économiquement performant, agressif, démographiquement menaçant ». Si forte soit-elle, la méfiance n’empêche cependant pas un comportement pragmatique, qui se traduit par un désir de coopération dans le domaine sécuritaire (Organisation de coopération de Shanghai) et surtout dans le domaine économique et commercial38. En Russie, la perception de la Chine est encore plus contrastée, ce que montre l’article de Victor Larine. Le partenariat entre les deux États, défini comme « stratégique » depuis le milieu des années 1990, joue un rôle essentiel dans la politique étrangère de la Russie. Il est un élément majeur de la vision russe d’un monde multipolaire qui est en train de basculer du côté des puissances émergentes. Il est néanmoins loin de faire l’unanimité. Certains considèrent que les deux pays sont des alliés naturels. D’autres sont hostiles à une entente trop poussée qui a des répercussions sur les rapports de la Russie avec les pays occidentaux comme avec certains des voisins asiatiques de la Chine. D’autres enfin estiment que celle-ci peut à terme représenter une menace pour la Russie. La migration chinoise, en particulier dans la partie extrême-orientale de la Russie, inquiète. Dans cette région, écrit Victor Larine, il y a « une peur irraisonnée et pathologique d’une expansion chinoise », d’une « colonisation », encouragée par Pékin, des terres de l’Amour et de l’Oussouri qui ne sont russes que depuis le milieu du XIXe siècle. Pourtant, ajoute-t-il, « parler de millions de Chinois débarquant en Sibérie et en Extrême-Orient relève du mythe », ce que d’autres chercheurs comme Vilia Guelbras confirment en s’appuyant sur des enquêtes de terrain39. L’enquête EuroBroadMap montre en outre que le pragmatisme ne conduit pas nécessairement à une image positive : aux yeux des étudiants russes interrogés, la Chine ne fait pas partie des pays attractifs. La littérature atteste la sensibilité de la question chinoise en Russie. Le roman de Vladimir Sorokine, Journée d’un opritchnik, qui plonge le lecteur dans la Russie de 2028 et projette l’image d’un pays sinisé, sous la domination politique, économique et culturelle de la Chine devenue le nouveau maître, est à cet égard symptomatique. Dans ce livre de fiction, en 2028, la Russie ne sera guère plus qu’une immense autoroute « Guangzhou-Paris » qui reliera l’Europe à la « Grande Chine » à laquelle « a été peu à peu transféré l’ensemble de la production mondiale de tous les objets et de tous les produits essentiels40 ».

Conclusion

46Avant de donner la parole aux autres auteurs de ce volume, deux remarques s’imposent. La première concerne le mélange complexe d’éléments de rupture et de continuité révélé par les recherches menées. Les représentations sont encore très marquées par l’histoire impériale de cette région – positive ou négative, la Russie reste une référence par rapport à laquelle elles se construisent – et par la guerre froide. La propagande soviétique a paradoxalement encouragé un formidable engouement pour les États-Unis et l’Europe. Les premiers continuent à exercer une forte attraction et la seconde, à avoir une image très positive. Aux yeux de beaucoup, l’avenir est perçu comme européen. Mais même lorsque la Russie est perçue négativement, sa présence semble souvent garder une certaine légitimité. À l’égard des Occidentaux, en particulier des États-Unis, la méfiance revient vite.

47La seconde remarque est que les recherches conduites dans ce volume en appellent d’autres. Les auteurs notent tous la pluralité des représentations du monde extérieur au sein de l’espace étudié. Celle-ci est à n’en pas douter encore plus prononcée que ce qu’ils montrent. Parce que les images sont ce que nous avons d’emblée indiqué : complexes, mouvantes et évolutives, nous n’avons pas épuisé le sujet traité. Nous souhaitons en particulier poursuivre l’analyse des regards des jeunes de cette région. Les résultats de l’enquête EuroBroadMap livrent une représentation remarquable de la place de la Russie dans le monde. De plus amples travaux sont nécessaires pour confirmer ou infirmer les conclusions qu’on peut en tirer. Ils doivent également être étendus à d’autres États. Les recherches faites nous conduisent par ailleurs à souhaiter inverser l’approche adoptée afin de nous pencher sur le regard de l’Autre, autrement dit sur les perceptions que le monde extérieur a de la Russie, de l’Ukraine, des États d’Asie Centrale et des autres pays de la zone. Ce pourrait être l’objet d’un autre volume.

Haut de page

Notes

1 Dortier Jean-François « La perception, une lecture du monde », Sciences Humaines. Les Grands Dossiers, n° 7, juin-juillet 2007, http://scienceshumaines.com/

2 Foucher Michel, La bataille des cartes – Analyse critique des visions du monde, François Bourin Éditeur, 2010, p. 7

3 Boulding, Kenneth « National images and international systems » in James Rosenau (dir.), International Politics and Foreign Policy, New York, The Free Press, 1969, p. 423, cité et traduit par Frédéric Ramel et Charles-Philippe David, « “Oui mais…” L’image de l’Europe selon l’administration Bush : de l’ambivalence à la rigidité », Études Internationales, vol. XXXIII n° 1, mars 2002, p. 33 ; voir aussi Jervis Robert, The Logic of Images in International Relations, New York, Columbia University Press, 1989, (éd. originale, 1970).

4 Rosenau James, Turbulence in World Politics: a Theory of Change and Continuity, Princeton, N.J., Princeton Univ. Press, 1990, p. 183, cité et traduit par François Constantin « Aux périphéries de la scène internationale : puissance, pouvoir et petits poucets » in Le Trimestre du Monde, 1995, p. 58.

5 Knorr Klaus, The Power of Nations – The political economy of International relations, New York, Basic Books, 1975, p. 13.

6 Badie Bertrand, Smouts Marie-Claude, Le retournement du monde – Sociologie de la scène internationale, Presses de la Fondation Nationale des Sciences politiques & Dalloz, 1992 (réed. en 1999), p. 156.

7 Luttwak Edward, Le grand livre de la stratégie de la paix et de la guerre, traduit de l’anglais par Michel Bessières, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 299-300. « La suasion armée » est un terme introduit par l’auteur pour désigner « la puissance ou, plus précisément, cette part de la puissance des États qui dérive de leur force militaire ».

8 Zartman William, Rubin Jeffrey (dir.), Power and Negotiation, Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 2000, p. 257.

9 Ramel Frédéric, « Représentations, images et politique étrangère : anciens débats, nouveaux outils », Revue Française de Science politique, vol. 50, n° 3, juin 2000, p. 531-538 ; voir aussi Cottam Martha, McCoy Dorcas, « Image change and problem representation after the cold war », in Donald Sylvan, James Voss, Problem Representation in Foreign Policy Decision Making, Cambridge Univ. Press, 1998, chap. 6.

10 Ramel F. et. David Ch.-Ph, « “Oui mais…” L’image de l’Europe… » Études Internationales, op. cit., p. 33-36.

11 Sur cette image, voir par ex. George Sokoloff, La puissance pauvre – Une histoire de la Russie de 1815 à nos jours, Fayard, 1993, p. 736-737 ; et Anne de Tinguy, « L’émergence de la Russie sur la scène internationale » Politique Étrangère, 1992, n° 1, p. 49-62.

12 Bretherton Charlotte, Vogler John, The European Union as a Global Actor, London, Routledge, 1999 (1re édition), p. 1.

13 Hill Christopher, « Capability-Expectations Gap, or Conceptualizing Europe’s International Role », Journal of Common Market Studies, n° 3, 1993, pp. 305-328.

14 Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie, Ravinet Pauline, Dictionnaire des politiques publiques, Presses de Sciences po, 2004, p. 370-2 ; sur la question de savoir si la politique étrangère est une politique publique, cf. Marie Christine Kessler, « La politique étrangère comme politique publique » in Frédéric Charillon (dir.) Politique étrangère – Nouveaux regards, Presses de Sciences po, 2002, p. 167-192.

15 Badie Bertrand, « L’opinion à la conquête de l’international », Raisons politiques, n° 19, août-sept. 2005 p. 16-17.

16 Constantin F., « Aux périphéries… », in Le Trimestre du Monde, 1995, op. cit., p. 58-59.

17 Foucher Michel, op. cit., p. 4.

18 Franck Robert, « Images et imaginaires dans les relations internationales depuis 1938 : problèmes et méthodes », Les Cahiers de l’IHTP, n° 28, juin 1994, p. 7.

19 Neumann Iver, « Self and other in international relations », European Journal of International Relations, vol. 2, n° 2, juin 1996, p. 139-174.

20 Ramel F. et David Ch.-Ph., « “Oui mais…” L’image de l’Europe… » Études Internationales, op. cit., p. 33-36.

21 Franck R., « Images et imaginaire… », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p 6-7.

22 Beauvois Daniel, « Brèves réflexions sur l’identité ukrainienne », in Anne de Tinguy (dir.), L’Ukraine, nouvel acteur du jeu international, Bruxelles, Bruylant, 2000, p. 75-78.

23 Franck R., « Images et imaginaires… », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 8.

24 Badie Bertrand, « L’opinion à la conquête de l’international », op. cit., p. 13.

25 Foucher M., op. cit., p. 173.

26 Ibid, p. 4, 13 et 172-173.

27 De Tinguy Anne, « Comment Gorbatchev a changé la perception de l’URSS en Occident », Les Cahiers d’histoire sociale, aut-hiver 2005, n° 26, p. 39-47.

28 Adomeit Hannes, « Russia as a “great power” in world aff : images and reality », International Aff vol. 71, n° 1, janv. 1995, p. 35.

29 Ivanov Igor, New York Times, 27 janv. 2002.

30 Eltsine Boris, Sur le fil du rasoir -Mémoires, Albin Michel, 1994, p. 377-378.

31 Kolossov Vladimir (dir.), Le monde dans les yeux des Russes : l’opinion publique et la politique étrangère. Moscou, FOM, 2003 (en russe).

32 Carrère dEncausse Hélène, L’empire éclaté, Flammarion, 1978.

33 Cf. art. Ci-dessous d’E. Armandon.

34 Sherr James, « L’étau ukrainien : entre la faiblesse intérieure et la dépendance extérieure », IFRI, Russie.NEI.Visions, n° 9, mars 2006, p. 7 ; voir aussi de Tinguy Anne, « Le triangle Kiev-Bruxelles-Moscou : l’impact de la révolution orange et de la présidence Iouchtchenko », Revue d’Études comparatives Est-Ouest, déc. 2006, p. 81-118. Les Russes avaient alors entrepris de construire une digue entre la presqu’île russe de Taman et l’île de Touzla.

35 Badie Bertrand, La diplomatie de connivence, La Découverte, 2011, p. 142-143.

36 Shiraev Éric, Zubok Vladimir, Anti-Americanism in Russia: from Stalin to Putin, New York, Palgrave, 2000, p. 1-5.

37 Enquête faite pour le EU-Russia Centre, « Voices from Russia », The EU-Russia Review, juin 2007, p. 25 ; voir aussi Anne de Tinguy, « La Russie et l’Union européenne : partenariat ou coexistence ? », in A. de Tinguy (dir.), Moscou et le monde – L’ambition de la grandeur : une illusion ?, Autrement, 2008 ; Burghart Daniel, « Bonn-Berlin-Moscow : a new axis ? », European Security, printemps 1994, vol. 3, n° 1, p. 118-128.

38 Laruelle Marlène, Peyrouse Sébastien (dir.), « Central Asian perceptions of China », The China and Eurasia Forum Quarterly, 2009, vol. 7, n° 1 et « Opportunités et risques du voisinage chinois », in M. Laruelle, S. Peyrouse, L’Asie centrale à l’aune de la mondialisation, Armand Colin, 2010, p. 41-59.

39 Guelbras Vilia, Kitaïskaia real’nost‘ Rossii (La réalité chinoise de la Russie), Moscou, Mouravieï, 2001 ; voir aussi Anne de Tinguy La grande migration – La Russie et les Russes depuis l’ouverture du rideau de fer, Plon, 2004, chap.11, notamment p. 440-443.

40 Sorokine Vladimir, Journée d’un opritchnik, traduit du russe par Bernard Kreise, Éditions de l’Olivier, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les états issus de l’ex-URSS
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/412/img-1.png
Fichier image/png, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne De Tinguy, « Perceptions et représentations du monde dans l’espace postsoviétique vingt ans après l’effondrement de l’URSS », Anatoli, 2 | 2011, 7-35.

Référence électronique

Anne De Tinguy, « Perceptions et représentations du monde dans l’espace postsoviétique vingt ans après l’effondrement de l’URSS », Anatoli [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/412

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals