Navigation – Plan du site
Dossier : Les kurdes
Partie 1. Espaces et temps du conflit Kurde

Les Kurdes et le(s) Kurdistan(s) en cartes

Michel Bruneau et Françoise Rollan
p. 21-41

Texte intégral

  • 1 Selon l’Institut Kurde de Paris, ils seraient entre 1 700 000 et 1 943 000 en Europe au 31 mai 2016

1Les Kurdes, qui sont de trente à quarante millions, vivant majoritairement sur le territoire de quatre États‑nations différents (Turquie, Iran, Irak, Syrie), sont la plus grande nation sans État dans le monde. Leur territoire montagneux situé à l’Est de l’Anatolie, à l’Ouest de l’Iran, au Sud du Caucase et au Nord de la Mésopotamie a toujours été à la marge et entre des empires au cours d’une histoire d’un peu plus d’un millénaire : entre empire byzantin, empire perse sassanide puis califat abbasside, entre sultanat mamelouk et Ilkhanat mongol, entre empire ottoman et empire perse safavide… Le terme Kurdistan apparaît au xive siècle dans des sources persanes ilkhanides mais était en vigueur bien avant en Iran. Les expressions arabes Ard al‑Akrad (terre des Kurdes) et Bilad al‑Akrad (pays des Kurdes) ont existé dans la littérature et la géographie arabe dès les xiexiie siècles. Ce territoire traversé par de nombreuses invasions et migrations a toujours été pluriethnique et en grande partie commun avec celui des Arméniens. Une approche cartographique pluri-thématique est nécessaire pour essayer de clarifier ce qu’il faut entendre par Kurdistan(s). Sur un fond de carte de la répartition des populations kurdes au Moyen‑Orient on montrera d’une part la répartition des langues kurdes et celle des religions, d’autre‑part les limites et frontières politiques des différentes tentatives de constituer un Kurdistan indépendant ou autonome, et les territoires contrôlés actuellement par les différents partis politiques kurdes, acteurs des conflits récents dans les quatre États‑nations où se trouve la plus grande partie des populations kurdes. Enfin, une diaspora récente de près de deux millions1 de Kurdes s’est déployée au cours de la seconde moitié du xxe siècle en Europe au sein du vaste champ migratoire turc, et dans le reste du monde qu’on essaiera de cartographier à partir des statistiques fournies par l’Institut kurde de Paris. Ces essais de cartographie, modestes en fonction de l’état actuel des données disponibles, sont complétés par deux modèles graphiques spatio‑temporels destinés à mieux faire prendre conscience des continuités et des discontinuités dans la trajectoire historique des Kurdes et dans leur rapport à l’espace moyen-oriental et mondial.

Qui sont les Kurdes ?

2La question de l’origine des Kurdes reste non résolue. On leur attribue une origine mythique, comme descendants des Mèdes dont l’histoire commence en 612 av. J. C. par la prise de Ninive. Cependant, il semble plus réaliste de voir dans les Kurdes un amalgame de groupes tribaux qui s’étaient établis dans l’axe montagneux du Zagros au Taurus, et de ceux qui l’ont traversé pour aller ailleurs (M. O’Shea, 2006, 116). Les Kashu, les Guti, les Lulu et les Shubaru sont considérés comme leurs ancêtres au même titre que les Elamites et les Mèdes. Les Kardu/Qardu ou Karduchoi, peuplant la même région montagneuse à l’époque de l’empire perse achéménide, sont considérés comme semblables aux Kurdes. Les recherches sur l’histoire du Moyen‑Orient ont la plupart du temps négligé l’étude des Kurdes qui ne disposent pas d’archives centrales ; mais les matériaux historiques les concernant sont dispersés entre les différents pays où ils se trouvent. Les Arméniens ont dominé épisodiquement ce territoire montagneux et l’ont partiellement peuplé jusqu’au début du xxe siècle. Le terme de Kurde a été appliqué par les Arabes, au moment de leurs invasions, à un amalgame de tribus iraniennes ou iranisées. Certaines, telles que les Gurani et les Zaza, ont des langues parfois considérées comme non kurdes, et seraient des restes des habitants pré‑Kurdes de cette région (M. O’Shea, 2006, 125). Dans l’état actuel des documents disponibles et des recherches, il est impossible de définir précisément l’origine des Kurdes avant les invasions arabes et l’islamisation, impossible de dire quand ils se sont constitués en un groupe identifiable.

3L’ethnie kurde est caractérisée par une grande hétérogénéité, une pluralité de sous-groupes ethniques ; ceux dotés d’une identité kurde sans ambigüité sont entourés de groupes périphériques plus ambivalents, dont l’identité kurde n’est qu’une option parmi d’autres. Les groupes tribaux (ashiret, kurd) se différencient des paysanneries non tribales (ra’yat, guran, miskên, kelawspî, kurmanc), même si aujourd’hui ces deux ensembles ont tendance à se regrouper dans une même identité ethnique kurde. D’autre part, les différences linguistiques, les deux principaux dialectes le Kurmanji et le Sorani n’étant pas inter-compréhensibles, les différences religieuses entre sunnites, chiites, alevis ou yezidis, enfin les différences résultant de l’appartenance pendant plus de 80 ans à quatre pays différents, contribuent largement à cette hétérogénéité.

4La société kurde est une mosaïque dont chacune des composantes n’est pas intégrée à l’ensemble de la même manière et dont les frontières avec l’extérieur peuvent occasionnellement varier (M. Van Bruinessen, 2006, 23‑43). Dans l’Empire ottoman et dans l’Iran des Qâdjârs, le territoire des Kurdes a été longtemps administré indirectement sous la forme de principautés tributaires semi-autonomes (émirats). Dans les années 1880, il n’y avait plus d’entités autonomes ou semi-autonomes kurdes. L’avènement du centralisme à travers une politique de réformes, dans les deux Empires ottoman et perse à la fin du xixe siècle, a remplacé le pouvoir des princes par celui de leaders religieux (sheikhs, aghas), étroitement associés à des confréries soufies, des structures tribales et une propriété terrienne.

5Le tribalisme (Asabiyya) est un phénomène de la longue durée qui s’est adapté à la modernité du milieu urbain dont il est devenu une composante (H. Bozarslan, 2006, 131‑133). Le concept d’asabiyya, dans un sens non segmentaire, peut permettre de comprendre la construction de groupes de solidarité tribaux, en parallèle avec d’autres modes d’organisation sociale (État‑nation, nationalismes d’État ou de minorités, formes diverses de mobilisations sociales). Ces tribus ont été paradoxalement réactivées, en tant qu’acteurs politiques, à la suite des réformes de modernisation du xixe siècle. Beaucoup de ces tribus étaient présentes aussi en ville, constituant un réel contre-pouvoir face à la bureaucratie ottomane. Dans les années 1890, le gouvernement central a établi son autorité en s’appuyant sur certaines tribus kurdes enrôlées dans les cavaleries Hamidiye. Le gouvernement turc a poursuivi cette politique de constitution de milices tribales en recrutant 75 000 gardes villageois dans le Kurdistan turc au cours des deux dernières décennies (H. Bozarslan, 2006, 138). En dépit d’une urbanisation rapide et de l’apparition de nouvelles formes d’action urbaines, les tribus resteront dans un avenir prévisible d’importants acteurs de l’espace politique kurde. Elles peuvent être en même temps des acteurs nationaux et des acteurs transfrontaliers à l’échelle régionale. Elles constituent une composante permanente bien que constamment restructurée de l’espace politique kurde.

Carte des langues kurdes

6La langue avec ses fonctions symboliques d’identification du groupe, du sens d’appartenance et de fierté nationale, joue un rôle important dans la création et le maintien des éléments subjectifs pour la construction de la nation. La langue assume des fonctions symboliques. Pour les Kurdes, c’est souvent le point le plus important. Or il n’existe pas qu’une langue kurde, mais plusieurs dialectes ou langues, de surcroît plusieurs alphabets sont ou ont été utilisés pour écrire le kurde. Ainsi les Kurdes kurmandji de Turquie qui utilisent l’alphabet latin ne peuvent pas comprendre les écrits des kurmandji d’Irak, d’Iran qui utilisent l’alphabet arabo‑persan, ni les Kurmandji des pays de l’ex‑URSS qui utilisaient l’alphabet cyrillique. Les frontières et les répressions, dont ils font encore l’objet, ont empêché les Kurdes de travailler à la standardisation de leur langue. Il n’y a pas toujours intercompréhension entre les différents idiomes, bien qu’il existe un continuum. Le kurmandji, le plus répandu, le sorani, le gurani et le zaza ou dimili sont les principaux idiomes. Les dialectes ou langues kurdes, comme toutes les autres langues des minorités, sont exclues de l’enseignement public en Turquie (où la situation s’améliore très lentement), en Iran et en Syrie, ainsi que de l’enseignement supérieur. C’est pourtant par la langue que s’affirme l’identité kurde d’où la lutte que mènent les Kurdes pour sa reconnaissance par les États‑nations où ils vivent.

Les langues

Les langues

Sources : « les Kurdes, un peuple sans Etat », in Quantara nº88, juillet 2013 ; M.R. Izady ; B. Agirdir, Kürtler ve Kürt Sorunu, Konda, 2008
Redessinée par M-L Penin, 2017

7La langue kurde appartient à la famille des langues indo‑européennes, et ses dialectes se rattachent au sous‑groupe nord‑ouest de la branche des langues indo‑iraniennes. Il n’existe pas de nomenclature standard pour les divisions des dialectes kurdes. Izady propose une classification légèrement différente (Izady 1992, 167‑175) de celle de la Kurdish Academy of Language qui fournit un arbre généalogique détaillé reprenant à peu près cette division tout en montrant les liens entre les sous-groupes.2 Les dialectes kurdes se divisent en deux groupes principaux : une sous‑branche kurmandji qui se subdivise en nord kurmandji et en sud kurmandji à laquelle se rattache le sorani. Une deuxième sous-branche est celle du pahlawani qui englobe le gurani et le dimli (ou zazagi).

  • Le groupe des dialectes kurmandji, comprend le sous-groupe nord kurmandji, qui a le plus grand nombre de locuteurs (60 %). Ces dialectes sont parlés en Turquie, en Irak du nord (provinces de Dohuk et d’Erbil), en Syrie, en Iran du nord-ouest et au Khorasan, dans le Caucase, en Asie centrale et en Afghanistan.

  • Rattaché à la branche kurmandji, le sous-groupe des dialectes du centre, appelé sorani, parlés en Irak central, au sud du grand Zab (provinces de Ta’mim et de Suleimaniya) et en Iran, dans la partie centrale de la zone kurdophone (soit 30 %).

  • Le groupe des dialectes du sud aussi appelé groupe pehlewani ou pahlawanik dans certaines sources. Il comprend le gurani, parlé en Irak du sud (province de Diyala) et un peu en Iran. On rattache à cette branche, le groupe dimli ou zaza (essentiellement parlé en Turquie par 3 ou 4 millions de locuteurs), dans une zone comprise entre Diyarbakır, Sivas et Erzurum. Ces langues sont parfois contestées en tant que langues kurdes par les linguistes persanophones, mais les locuteurs de ces deux groupes se considèrent comme des Kurdes.

8Inclure le zaza et le gurani, dans les langues kurdes, n’est pas une innovation des nationalistes kurdes, puisque l’auteur kurde de la fin du xvie siècle, Sharaf Khan Bidlisi considère déjà ces sous-groupes comme étant des Kurdes. Au xviie siècle, le voyageur turc Evliya Çelebi a fait de même. Plus tôt encore, au xive siècle, nous trouvons des références où des Gurani s’identifient eux‑mêmes Kurdes : c’est le cas du mystique Jalaluddin b Yusuf al‑Kurani at‑Tamliji al‑Kurdi qui écrivait en arabe. De nombreux nationalistes kurdes préfèrent ignorer le fait que le zaza et le gurani sont des langues différentes et minimisent les différences (Van Bruinessen 1991, 173).

9Si le nationalisme est compris comme un sentiment dérivant de l’identité du groupe, la langue lui a toujours été fortement liée (Virtanen 2003, 9‑10). C’est par la langue que s’affirme la kurdité et la reconnaissance en tant que nation. C’est pourquoi les gouvernements des pays qui ont divisé le Kurdistan, principalement la Turquie, la Syrie et l’Iran, ont toujours veillé à interdire ou à décourager l’usage de la langue kurde, excepté l’Irak qui s’est montré plus tolérant. La langue joue un rôle puissant dans la lutte que mènent les Kurdes pour la reconnaissance de leur peuple. Pour beaucoup, la langue kurde est la preuve et le symbole de l’identité séparée des Kurdes, et des efforts impressionnants sont faits pour la préserver et la développer, car de la perte de leur langue, pourrait résulter la disparition de leur identité en tant que Kurdes (Kreyenbroek 1991, 68‑69).

Carte des religions des populations kurdes

10Les Kurdes sont majoritairement musulmans sunnites (Turquie, Syrie, Iran occidental, Irak), bien qu’ils représentent d’un point de vue religieux un groupe très diversifié et très tolérant vis à vis des religions. Une partie des Kurdes d’Irak, d’Iran et d’Azerbaïdjan sont Chiites duodécimains comme la majorité de la population de l’Iran, du sud de l’Irak et de l’Azerbaïdjan.

11Parmi les nombreux courants religieux chez les Kurdes figure le Yazdanisme ou culte des anges, ancienne religion monothéiste que pratiquaient les Kurdes avant leur islamisation au viie siècle. Les Yazdanites croient en la réincarnation et que sept anges défendent le monde face à sept démons leurs égaux. Près du tiers de la population au Kurdistan pratique cette religion. Selon Mehrdad Izady, le Yazdanisme englobe trois religions (courants religieux monothéistes) : le Yârsânisme ou Ahl‑è‑Hakk, l’Alévisme et le Yézidisme qui sont kurdes et antérieures à l’Islam. Le Yazdanisme (sauf le Yézidisme) est assimilé à des courants de l’Islam.

Les religions

Les religions

Source : www.kurdistanmemory.com
Redessinée par Marie-Louise Penin, 2017

12Pour la turcologue Irène Melikoff « les trois principes Bektachis‑Alevis concernant la Création du Monde (..) se retrouvent également dans des religions propres aux Kurdes, chez les Yézidis et les Ahl‑è‑Hakk ou yârsânisme ». D’autres points communs existent entre ces religions comme la croyance à « l’Ange‑Paon » commune au Yârsânisme et au Yézidisme ou encore la représentation de « l’Ange‑Paon » sous forme d’un coq, animal vénéré chez les Alévis. Le Yârsânisme compte environ un million de personnes parmi les Kurdes d’Iran et d’Irak ainsi que les Lors et les Turcs du nord-ouest de l’Iran. Leur ordre aurait été instauré à la fin du xive siècle par Soltân Sahâk (ou Es’haq). Les yârsâns ont une littérature religieuse essentiellement écrite en gorani et marginalement en persan.

13Le Yézidisme est une doctrine très éloignée de l’Islam aussi bien chiite que sunnite. Les Yézides se disent descendants d’Adam exclusivement et non pas d’Adam et d’Ève. Toute conversion est impossible. On est Yézide de naissance. Les traditions se transmettent par voie orale, bien qu’il existe deux livres sacrés (Le Livre de la Révélation et Le Livre Noir). Les Yézides croient en un Dieu unique qui serait entouré de sept anges semi‑divins. Selon la légende, ils auraient tous, sauf un, vécu sur terre à l’époque de Cheikh Adi, le fondateur de la communauté. Parmi les anges, le principal est l’ange-paon. Le culte du paon remonte aux Assyriens. Pour les Musulmans l’ange‑paon serait le diable, qui se serait introduit au Paradis. Ainsi, pour les Musulmans, les Yézides ne seraient que les adorateurs du diable. Du point de vue des rites, les Yézides se tournent vers le Soleil et l’Étoile polaire pour prier. Ils pratiquent la circoncision et le baptême. Les mariages sont célébrés à l’église. Leur principal lieu de culte est le temple de Lalech, situé dans la province de Ninive dans le Kurdistan irakien. Ils sont l’objet de persécutions et en 2014, ils ont été protégés par les Kurdes d’Irak face à l’Organisation de l’État Islamique (OEI). Les Yézides sont ethniquement des Kurdes qui parlent le kurmandji. Ils seraient près de 700 000 en Turquie, Irak, Iran, 150 000 en Syrie, il y en a aussi en Arménie, Géorgie. C’est en Irak qu’ils sont les plus nombreux (600 000) dans la région de Mossoul et les montagnes du Sinjar.

14L’Alévisme appartient à l’Islam hétérodoxe. Il revendique la tradition universelle originelle de l’Islam et plus largement de toutes les religions monothéistes. Il se classe dans les traditions soufies. Il s’est surtout développé en Turquie où il représente entre 20 et 30 % de la population. Il se rattache au chiisme duodécimain à travers le sixième imam (Dja’far al‑sadiq) et Haci Bektaş Veli fondateur de l’ordre des bektachi dont la généalogie mythique remonte au sixième imam. Les alévis n’ont pas de mosquée. Parmi les alévis, on trouve des Kurdes kurmandji et zaza. On les trouve aussi bien dans les campagnes que dans les villes aujourd’hui. Les zones kurdes, où ils sont bien représentés, sont Tunceli, Kahramanmaraş, Malatya, Erzincan, Yozgat.

Carte des frontières et limites historiques du Kurdistan

15Cette carte montre la difficulté qu’il y a à définir les limites et la configuration du Kurdistan. Elle reprend les frontières qui ont pu être définies dans diverses instances et à différentes dates entre 1919 et aujourd’hui. Elle donne également la configuration des trois expériences ou tentatives de régions autonomes dans différentes parties du Kurdistan. Le fond de carte donne la répartition et les délimitations approximatives des espaces, des taches de peuplement kurde majoritaire ou au moins notable.

Frontières et limites historiques du Kurdistan

Frontières et limites historiques du Kurdistan

Sources : Institut Kurde de Paris ; Mehrad R. Izady Université de Columbia, New-York, 1998
Redessinée par Marie-Louise Penin, 2017

16En 1919, à la Conférence de la paix une délégation kurde issue du Comité pour le relèvement du Kurdistan (KTC) propose une limite négociée entre le général Chérif Pacha et l’Arménien Boghos Noubar Pacha prévoyant la création d’une Arménie et d’un Kurdistan indépendants. Ce compromis a été conclu sous la pression des Européens alors que les délégations arménienne et kurde avaient des revendications s’étendant à la totalité des provinces orientales de la Turquie actuelle. Le traité de Sèvres d’août 1920 prévoit une « autonomie locale pour les régions de l’Empire ottoman où domine l’élément kurde » (article 62) et parle même d’un « État kurde indépendant » (article 64), à condition que les Kurdes expriment dans le courant de 1921 le désir d’être indépendants de la Turquie. Les Kurdes du vilayet de Mossoul seraient autorisés à se joindre à l’État indépendant. Mais le traité de Sèvres a été annulé et remplacé en 1923 par le traité de Lausanne qui ne prévoyait plus rien pour les Kurdes, la Turquie ayant une souveraineté pleine et entière sur tous les territoires peuplés de Kurdes jusqu’aux frontières de l’Irak. Lors de la première Conférence des Nations Unies à San Francisco en 1945, une délégation kurde a proposé la délimitation la plus large, maximale, d’un Kurdistan s’étendant sur les quatre États qui ont des populations kurdes en leur sein, mais même aussi sur une partie d’un cinquième État, l’Arménie.

17Le « Kurdistan rouge » d’Azerbaïdjan (1923‑1929) a été un ouiezd, c’est‑à‑dire une unité administrative de ce pays mais bénéficiant d’une autonomie culturelle : l’enseignement et la presse étaient en langue kurde. La majorité des Kurdes de cette région étaient chiites, leur présence dans cette région montagneuse remontant au xviiie siècle. Une campagne d’azérification fit beaucoup reculer l’usage de la langue maternelle. En avril 1929, cet ouiezd du Kurdistan fut supprimé et inclus dans une unité administrative plus vaste à majorité non kurde sous la pression de Moscou, voulant ne pas nuire à ses bonnes relations avec ses voisins turcs et iraniens. À la fin des années 1930, Staline fit déporter au Kazakhstan la population kurde d’Azerbaïdjan et d’Arménie.

18Les Soviétiques qui avaient en 1945 occupé le Nord de l’Iran ont encouragé les Kurdes d’Iran à instituer une « république » à Mahabad. Elle fut proclamée en janvier 1946 par Qasi Mohamed avec l’aide d’un demi-millier d’hommes et de nombreux officiers kurdes de l’armée irakienne, Mustafa Barzani étant promu général de cette armée. Mais lorsque les Soviétiques quittèrent l’Iran à la suite des accords de Yalta, ils abandonnèrent cette petite république à la merci de l’armée iranienne soutenue par les Britanniques. Elle disparut donc en décembre 1946.

19Le Kurdistan autonome irakien a été créé en 1992 à la suite de la guerre du Golfe après l’invasion du Koweït par l’armée de Saddam Hussein, puis confirmé en 2003 après la chute de Saddam Hussein provoquée par l’intervention américaine. Les affrontements armés des deux partis kurdes, le PDK et l’UPK, en 1994 provoquèrent une division en deux zones d’influences correspondant à chacun de ces deux partis : au Nord celle d’Erbil du PDK, au Sud celle de Souleymaniye de l’UPK. Un « miracle kurde » économique entre 1997 et 2003 est dû en grande partie à l’injection de 13 % de la vente du pétrole irakien provenant largement du sous-sol kurde dans le cadre de la résolution 986 de l’ONU de 1996 dite « pétrole contre nourriture ». Le rapprochement politique entre le PDK et l’UPK fortement encouragé par l’administration américaine avec la signature des « accords de Washington » en septembre 1998 a permis une unification d’un gouvernement kurde embryon d’un probable futur État indépendant.

Carte des partis politiques kurdes

20Cette carte montre le morcellement politique du ou plutôt des Kurdistans dans une situation de guerre avec l’Organisation État Islamique (Daech) en Irak, en Syrie et à la frontière de la Turquie. Dans une situation très instable et mouvante, qui change presque quotidiennement, on a cartographié les frontières entre les différentes entités au 10 octobre 2016. Début 2017, ces limites n’ont pas fondamentalement changé sinon dans le détail, ce qui ne se voit guère sur une telle carte à petite échelle. Les partis politiques kurdes diffèrent selon l’État-nation auquel ils appartiennent. Les frontières sont poreuses. L’oppression des Kurdes dans les quatre États-nations plus ou moins forte selon les circonstances est un phénomène récurrent, variable selon les périodes.

Les partis politiques Kurdes

Les partis politiques Kurdes

Source : Revue L’Histoire, Hamit Bazarslan, 2016
Carte redessinée par M-L Penin, 2017

21En Irak, deux partis coexistent : le Parti Démocratique du Kurdistan d’Irak (PDK) fondé par Mustafa Barzani en 1946 et l’Union Patriotique d’Irak (UPK) créé en 1979 par Jalal Talabani. Ils ont pris les armes contre le gouvernement de Bagdad au début de la décennie 1980, pendant la guerre Iran-Irak, tout en s’opposant l’un à l’autre pendant les périodes d’accalmie. Une zone de protection au Nord kurde a été imposée à l’armée irakienne qui a dû s’en retirer à la suite de l’invasion puis de la libération du Koweït en 1991 et une autonomie relative instituée surtout depuis 2003 après la fin du régime de Saddam Hussein. Ces deux partis, le PDK tourné vers la Turquie et l’UPK tourné vers l’Iran, ont continué à se faire la guerre jusqu’à ce que, sous la pression des opinions kurde et occidentale, ils acceptent un cessez-le-feu, puis une paix armée et finalement un partage des pouvoirs et des responsabilités jusqu’aux dernières élections législatives de 2013. Il y a toujours sur le terrain deux administrations kurdes : celle d’Erbil et Dohouk (Barzani) et celle de Souleimaniye (Talabani). Le Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK), dirigé depuis 2005 par Massoud Barzani, en guerre avec Daech, s’achemine de plus en plus vers une revendication d’indépendance.

22En Iran, les Kurdes ont été très actifs dans la révolution islamique de 1979, mais, revendiquant une autonomie, ils ont été victimes d’une violente répression sous la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (bombardements, exécutions, massacres). Ils ont mené une guérilla dans les campagnes sous la direction du Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), alors que se développait dans les villes une résistance civile se manifestant dans la vie culturelle (théâtre, cinéma, musique).

23En Turquie, le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a été créé en 1978. Parti de gauche radicale, se revendiquant marxiste-léniniste, il est né du choc provoqué en 1975 par la défaite de Barzani en Irak et en réponse au coup d’État militaire de 1971 qui a décimé la gauche révolutionnaire et les intellectuels. Ses militants ne sont plus recrutés dans l’élite intellectuelle ou chez les chefs traditionnels des tribus mais parmi les populations urbanisées, jeunes et prolétaires. Ils se voient comme la force nouvelle d’une révolution socialiste au Moyen‑Orient. Leur leader Abdullah Öcalan est en prison depuis 1999. Il compte actuellement plusieurs milliers de militants, une force militaire de 5000 hommes qui peut en compter jusqu’à 60 000 en cas de mobilisation. Le PKK considéré par l’État turc comme organisation terroriste à des liens avec le Parti Démocratique des Peuples (HDP) qui a obtenu 13 % des voix aux élections législatives de 2015.

24La guerre civile en Syrie a provoqué un retrait du gouvernement de Bachar El Assad de la partie frontalière septentrionale à la frontière de la Turquie, laissée à partir de 2012 au contrôle du PYD (Parti de l’unité démocratique kurde), parti frère du PKK turc. Une entité autonome de fait se met en place entre le territoire contrôlé par Daech et la Turquie sauf au Nord d’Alep où cette bande de territoire est contrôlée par les unités de protection du Peuple (YPG) branche armée du PYD.

25La ligne de front face à l’organisation État islamique (Daech), très mouvante mais constante au cours des quatre dernières années, a tendance à être un facteur de regroupement ou du moins de liaison entre les forces armées (peshmergas) de plusieurs de ces partis nationalistes. Le gouvernement du Kurdistan autonome d’Irak (GRK) et le PYD syrien, sa branche armée (YPG), sont actuellement les plus dynamiques à cause de la lutte armée qu’ils mènent contre Daech ; mais le PKK, qui s’oppose aussi par les armes au gouvernement turc d’Erdoğan, joue également un rôle de premier plan dans les combats nationalistes kurdes.

La trajectoire spatio-temporelle et le modèle chrono‑spatial des Kurdes

26Le modèle graphique représentant la trajectoire spatio-temporelle des Kurdes permet de montrer à la fois les éléments de continuité au centre, et les principales étapes de leur trajectoire historique, avec les structures spatiales correspondantes, qui reflètent les discontinuités dans l’évolution de ce groupe ethnique dans la longue durée. Les constantes qui apparaissent pour les Kurdes sont le nomadisme, ou le semi-nomadisme, d’éleveurs et plus généralement la mobilité, d’une part, un très fort attachement à leur langue indo-européenne, malgré sa diversité au sein de la famille des langues iraniennes, l’enracinement dans l’islam majoritairement sunnite avec des groupes minoritaires chiites ou alévis, d’autre part. Tout au long de leur histoire, on constate un grand morcellement politique en relation avec des structures tribales (asabiyya) et de principautés ou émirats, entre ou à l’intérieur des deux grands empires, ottoman et safavide, voisins. Les Kurdes ont connu une grande difficulté à construire un État, dirigé par une dynastie, qui n’est apparue qu’au cours de brèves périodes de leur histoire (Ayyoubides, xiiexiiie siècles).

Réalisation : Marie‑Louise Penin, 2017

27Les Kurdes ont toujours été un peuple des frontières entre les États impériaux des Byzantins, Arabes, Iraniens et Turcs. Leur espace, le Kurdistan, est extrêmement difficile à définir, d’autant plus qu’il a toujours été pluriethnique et recouvre en grande partie l’espace occupé par les Arméniens aux diverses périodes de leur histoire. Ce Kurdistan est aujourd’hui, depuis 1923, partagé entre trois États-nations : la Turquie, l’Iran et l’Irak. Les Kurdes sont également présents dans le Nord‑Est de la Syrie à la suite de migrations, conséquence des répressions auxquelles ils ont été soumis dans les trois pays qui se partagent le Kurdistan. Le modèle spatial comporte donc un noyau central partagé en quatre parties proportionnelles à leur population, dont seule la partie irakienne jouit d’une autonomie dans le cadre d’un État fédéral. Très récemment, la partie syrienne jouit d’une autonomie de fait, grâce à sa neutralité dans le conflit qui oppose Bachar el Assad et ses diverses oppositions armées.

Modèle chrono-spatial des Kurdes

Modèle chrono-spatial des Kurdes

Réalisation : Marie-Louise Penin, 2017

28Une première auréole s’étend sur un vaste espace qui va de l’Asie centrale au Caucase et à l’Anatolie où des populations kurdes ou kurdophones ont été déportées et installées à diverses périodes de leur histoire (xviexxe siècles) par les États qui se sont partagés ou se partagent aujourd’hui le Kurdistan : Khorasan, Baloutchistan, Afghanistan, Arménie. L’auréole la plus externe correspond à la diaspora mondiale qui est principalement européenne, mais aussi de plus en plus mondiale : Allemagne, France, Pays Bas, Suède, Amérique du Nord. Les grandes villes de l’Ouest de la Turquie, Israël, le Liban sont également les destinations récentes d’une diaspora politique mais aussi économique.

Carte de la diaspora kurde dans le monde

29La diaspora kurde présente la particularité d’être interne et externe aux pays d’origine. En effet, une diaspora n’est pas seulement liée à un passage de frontières, mais aussi aux bouleversements qui touchent les pays. Les Kurdes qui ont une identité forte n’ont jamais voulu être assimilés. L’absence d’unité linguistique et l’organisation tribale ont sans doute empêché leur union, d’où une histoire mouvementée car ils n’ont jamais pu former un État fort durable et sont restés soumis à la pression des États dans lesquels ils vivaient.

La diaspora kurde dans le monde

La diaspora kurde dans le monde

Source : Institut Kurde de Paris (https://www.institutkurde.org/​)
Redessiné par Marie-Louise Penin, 2017

  • 3 Atatürk craignant une révolte des Kurdes Alevis du Dersim a fait massacrer plusieurs dizaines de mi (...)

30La diaspora kurde est ancienne en Asie centrale et en Turquie : elle s’est construite en plusieurs étapes à la suite d’événements graves. Les Kurdes occupant un territoire à cheval sur les deux grands empires voisins et ennemis, à savoir les Perses et les Ottomans, ont été repoussés par chacun de ces États, qui redoutaient l’alliance des tribus. Ainsi la dispersion a commencé au xvıe siècle et s’est poursuivie au xxe siècle. Ces États étant très grands, des dizaines de milliers de Kurdes ont été envoyés vers d’autres régions. Les Perses ont expédié des tribus entières à 2 000 kilomètres et plus, au Khorasan où les Kurdes sont aujourd’hui plus d’un million et demi, d’autres dans l’Hindu Kuch, en Afghanistan (200 000), d’autres dans l’Elbrouz et même une partie au Balouchistan où elles sont restées. Les Ottomans ont fait de même lors des affrontements avec les Perses. Des tribus ont ainsi été déportées en Anatolie centrale au sud d’Ankara où elles sont demeurées. Le Liban compte 150 000 Kurdes. En 1916, le pouvoir Jeunes Turcs a aussi déplacé 300 000 Kurdes vers Urfa, Gaziantep et Maraş. En 1917, les Kurdes furent déportés dans la région de Konya. Le but était d’éloigner les Kurdes de leurs terres ancestrales. À la fin de la guerre jusqu’à 700 000 Kurdes avaient été déplacés (McDowall 2005, 106). Sous Atatürk, après les révoltes de 1925 (Sheikh Saïd), d’Ararat de 1930 et la soi-disant « révolte de Dersim » de 19383 de nouveaux déplacements forcés eurent lieu. Sous Staline des Kurdes du Caucase et d’Iran ont été déportés en Asie centrale soviétique (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan) et en Sibérie.

31Toujours à l’intérieur des pays, la guerre au Kurdistan turc qui a débuté dès 1985, a provoqué une diaspora de 7 à 10 millions de Kurdes dans les grandes villes de l’ouest de la Turquie, Istanbul, Izmir, Ankara, Adana, Mersin (dont plus de 3 millions à Istanbul). En 2016, il y aurait environ 12,2 millions de Kurdes au Kurdistan de Turquie. La destruction de villages entiers, le minage des territoires et la présence de l’armée turque empêchant tout retour dans la région.

32D’après l’ONU, les opérations menées par les forces turques entre juillet 2015 et fin 2016 ont touché plus de 30 localités, dont certains quartiers ont été rasés, et entre 335 000 et 500 000 personnes déplacées, en majorité des Kurdes. Le Haut‑Commissariat se dit « particulièrement alarmé par les résultats de l’analyse des images satellites, qui révèlent des destructions massives d’habitations avec des armes lourdes ». Il décrit par exemple la destruction de quartiers entiers dans la ville de Nusaybin, dans la province de Mardin, où 1786 immeubles ont été détruits ou endommagés4. En Irak après le gazage des Kurdes en 1988, des milliers de Kurdes ont fui leur territoire soit vers le sud soit vers la frontière turque.

33Que ce soit en Turquie, en Iran ou en Irak chaque déplacement de population a conduit à remplacer la population par d’autres populations plus dociles aux gouvernements en place. La formation d’une diaspora kurde en Europe est récente : même si elle a commencé dans les années soixante, quand l’Allemagne a fait appel à de la main d’œuvre originaire de Turquie, elle résulte surtout d’événements politiques graves qui se sont produits dans les années quatre‑vingt en Turquie, Syrie, Irak et Iran. L’assimilation forcée des populations kurdes a conduit les Kurdes à s’organiser pour obtenir la reconnaissance d’un Kurdistan. Les principales communautés kurdes en Europe représentent 950 000 personnes en Allemagne, environ 250 000 en France, 120 000 aux Pays-Bas, 95 000 en Suisse, 95 000 en Autriche, 85 000 en Belgique, 100 000 en Suède, 90 000 en Grande-Bretagne, 50 000 en Grèce.

  • 5 Institut Kurde de Paris.

34La diaspora kurde d’Occident est à près de 75 % formée de Kurdes de Turquie. Les Kurdes d’Irak sont surtout nombreux en Grande-Bretagne, aux Pays‑Bas, en Suède et aux États‑Unis. Les Kurdes de Syrie sont de plus en plus nombreux en Allemagne, en France et en Suède. Alors que l’intelligentsia kurde est réfugiée en Suède, l’Allemagne abrite surtout une immigration ouvrière.5 La diaspora kurde en Europe est fortement politisée et organisée en associations qui reproduisent les divisions sociales et politiques du Kurdistan qu’il soit turc, irakien, iranien ou syrien et non pas les appartenances religieuses (Sunnites, Chiites, Alevis, Yezidis). La plupart des associations de la diaspora sont directement ou indirectement liées aux partis politiques du Kurdistan. Le rôle des associations est fondamental pour les Kurdes de la diaspora, elles leur permettent de garder le contact avec le Kurdistan et de continuer à participer pacifiquement à la lutte pour l’Indépendance. Mais même si les Kurdes disent appartenir à une même communauté, le principal problème est de savoir quel Kurdistan défendre ? Les Kurdes de la diaspora ne fréquentent pas les mêmes associations selon qu’ils sont originaires de Turquie, d’Irak ou d’Iran. Les frontières étatiques ne sont pas les seules à diviser. Les frontières culturelles existent bien, la langue n’est pas standardisée, plusieurs alphabets sont utilisés (latin, arabe et persan) et les principales variantes ne sont pas totalement intercompréhensibles. Les Kurdes de Turquie parlent soit la variante kurmandji soit le zaza. En Syrie c’est aussi le kurmandji qui est le plus répandu alors qu’en Irak et en Iran c’est le sorani qui est plus parlé que le kurmandji. Dans le Caucase, le Khorassan et en Asie centrale, c’est le kurmandji. La preuve de cette absence d’unité linguistique c’est que le journal kurde publié à Berlin par la diaspora est en turc et non en kurmandji. Les deux principales variantes sont enseignées en Europe pour la diaspora. C’est la diaspora qui a su donné un nouvel essor à la langue écrite, à la littérature et à la musique kurde interdites en Turquie. Elle a aussi fait connaître à l’opinion occidentale le sort des Kurdes dans les divers pays où ils sont persécutés.

35Nombre de Kurdes participent désormais activement à la vie politique et culturelle de leur pays d’accueil comme écrivains, journalistes, artistes, musiciens, voire même comme députés en Suède, en Allemagne, aux Pays‑Bas.

Que nous disent les cartes et modèles graphiques sur la nation kurde et le(s) Kurdistan(s) ?

36Les populations kurdes sont dispersées sur une grande partie du Moyen‑Orient de l’Anatolie à l’Est de l’Iran, à la Syrie et la Mésopotamie avec une densité plus grande dans une vaste zone montagneuse entre Taurus, Zagros et Caucase où l’on situe habituellement le Kurdistan dont les limites sont particulièrement floues. La carte des langues montre une distribution entre quatre grands groupes dialectaux entre lesquels il existe un continuum et une intercompréhension très relative dans le cadre d’un sous-groupe des langues indo-iraniennes. L’absence d’une standardisation, due à l’appartenance à divers États-nations, n’empêche pas l’enjeu linguistique d’être au cœur de l’affirmation d’une identité nationale kurde par‑delà la diversité et la dispersion. Celles‑ci caractérisent également les appartenances religieuses allant du sunnisme majoritaire au chiisme duodécimain minoritaire mais avec la présence d’une forte spécificité dans les trois variantes du yasdanisme (culte des anges) que sont le yarsanisme, le yézidisme et l’alévisme, plus particulièrement kurdes. Ces disparités sont également grandes dans la géométrie variable des diverses tentatives, plus ou moins effectives et éphémères, de délimitation d’un Kurdistan au sein et entre les États-nations existants auxquels appartiennent les populations kurdes. Enfin cette diversité se retrouve parmi les acteurs récents (xxexxie siècles) de la vie politique et du nationalisme kurde que sont les partis politiques kurdes dans les quatre principaux États-nations abritant des populations kurdes. Les différentes luttes armées actuelles sur la ligne de front avec Daech et les actions violentes qui opposent le PKK aux forces gouvernementales d’Erdoğan favorisent les mobilisations nationalistes des Kurdes en Irak, Syrie et Turquie. Les entités autonomes de droit ou de fait dans ces deux premiers pays peuvent être vues comme des embryons d’un État-nation indépendant auquel s’opposent tous les États existants au sein ou à proximité desquels elles se trouvent. La diaspora kurde, qui s’est formée dans la seconde moitié du xxe siècle, fait partie pour l’essentiel du champ migratoire turc européen. Les partis politiques kurdes lui doivent un soutien économique et politique précieux. Cette diaspora récente issue de migrations à la fois économiques et politiques (répressions en Turquie depuis 1985) se distingue nettement des populations kurdes historiquement déportées au Moyen-Orient et en Asie centrale (première auréole du modèle chrono‑spatial).

37Le modèle graphique de la trajectoire spatio-temporelle des Kurdes montre les divisions politiques en petites entités territoriales de façon récurrente à la frontière de grands empires dans la longue durée, du viie au xxie siècles. Le modèle chrono-spatial souligne les inégalités de la répartition des populations kurdes estimées entre les quatre États-nations actuels au sein desquels elles sont localisées. La Turquie en comprend la plus grande part (20 M), suivie par l’Iran (12 M), alors que l’Irak (8,5 M) et la Syrie (3,6 M) où sont apparues des formes d’autonomie en abritent la plus faible part dans les États aujourd’hui les plus affaiblis. L’État-nation turc, qui a mis en œuvre au xxe siècle la forme la plus extrême d’homogénéisation ethno-nationale au Moyen‑Orient, pèse de tout son poids pour bloquer toute forme de création d’un État‑nation kurde non seulement au sein de son territoire national, mais aussi au sein de celui de ses voisins. Pourra-t-il dans l’avenir continuer d’empêcher la naissance d’un État-nation kurde sous quelque forme que ce soit ? Les grandes diversités et divisions très visibles sur ces cartes risquent de continuer à faciliter son action.

Haut de page

Bibliographie

Bozarslan H., 2006, “Tribal Asabiyya and Kurdish Politics : a socio-historical perspective”, in The Kurds : Nationalism and Politics, Faleh A. Jabar, Hosham Dawod (ed.), London, SAQI, p. 130-147.

Bozarslan H., 2016, « Cent ans de combats nationalistes », L’Histoire, 429, p. 50-57. Izady M. R., 1992, The Kurds: A Concise Handbook, Washington, D.C., Crane Russak, Taylor & Francis International Publishers, p. 167-175.

Kreyenbroek P. G., 1991, “On the Kurdish language”, Philip G. Kreyenboek, (ed.) and Stefan Sperl (ed.), The Kurds: a contemporary overview, New York, Routledge, p. 68-83, (SOAS Series on Politics and Culture in the Middle East), p. 68-69.

McDowall D., 2005, A Modern History of the Kurds, London, I.B. Tauris, (1996, 1997, 2004), 3rd edition, p. 106.

Melıkoff I., 1998, Hadji Bektach. Un mythe et ses avatars. Genèse et évolution du soufisme populaire en Turquie, Leiden, Brill, 1998, 317 p. (Islamic History and Civilization).

O’Shea M., 2006, “Tying Down the Territory: Conceptions and Misconceptions of Early Kurdish History”, in The Kurds: Nationalism and Politics, Faleh A. Jabar, Hosham Dawod (ed.), London, SAQI, p. 113-129.

Van Bruınessen M., 1991, “Kurdish Society, ethnicity, nationalism and refugee problems”, Philip G. Kreyenboek, Stefan Sperl (ed.), The Kurds: a contemporary overview, New York, Routledge, 33-67. (SOAS Series on Politics and Culture in the Middle East), p. 173.

Van Bruınessen M., 2006, “Kurdish Paths to Nation”, The Kurds: Nationalism and Politics, Faleh A. Jabar, Hosham Dawod (ed.), London, SAQI, p. 21-48.

Vırtanen Ö. E., 2003, Recent Changes in Turkey’s Language Legislation. Mercator-Working Papers (11), Barcelona: CIEMEN, http://www.ciemen.org/mercator/pdf/wp11-def-ang. pdf (consulté le 26 juin 2010).

Haut de page

Notes

1 Selon l’Institut Kurde de Paris, ils seraient entre 1 700 000 et 1 943 000 en Europe au 31 mai 2016.

2 http://www.kurdishacademy.org/?q=node/159.

3 Atatürk craignant une révolte des Kurdes Alevis du Dersim a fait massacrer plusieurs dizaines de milliers de personnes avant qu’ils ne se révoltent. Cela a été reconnu officiellement par le Gouvernement turc le 23 novembre 2011 après ouverture des archives.

4 Vendredi 10 mars 2017 à 11h07 , Genève, 10 mars 2017 (AFP) http://www.institutkurde.org/info/depeches/l-onu-accuse-ankara-de-graves-violations-dans-la-region-kurde-8539.html.

5 Institut Kurde de Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les langues
Crédits Sources : « les Kurdes, un peuple sans Etat », in Quantara nº88, juillet 2013 ; M.R. Izady ; B. Agirdir, Kürtler ve Kürt Sorunu, Konda, 2008Redessinée par M-L Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Les religions
Crédits Source : www.kurdistanmemory.comRedessinée par Marie-Louise Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Frontières et limites historiques du Kurdistan
Crédits Sources : Institut Kurde de Paris ; Mehrad R. Izady Université de Columbia, New-York, 1998Redessinée par Marie-Louise Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Les partis politiques Kurdes
Crédits Source : Revue L’Histoire, Hamit Bazarslan, 2016Carte redessinée par M-L Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Crédits Réalisation : Marie‑Louise Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Modèle chrono-spatial des Kurdes
Crédits Réalisation : Marie-Louise Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre La diaspora kurde dans le monde
Crédits Source : Institut Kurde de Paris (https://www.institutkurde.org/​)Redessiné par Marie-Louise Penin, 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bruneau et Françoise Rollan, « Les Kurdes et le(s) Kurdistan(s) en cartes », Anatoli, 8 | 2017, 21-41.

Référence électronique

Michel Bruneau et Françoise Rollan, « Les Kurdes et le(s) Kurdistan(s) en cartes », Anatoli [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/600 ; DOI : 10.4000/anatoli.600

Haut de page

Auteurs

Michel Bruneau

Agrégé de géographie, est l’auteur d’une thèse de doctorat ès Lettres soutenue en 1977 à l'université Paris IV sous le titre Recherches sur l'organisation de l'espace dans le Nord de la Thaïlande. Directeur de recherche émérite au CNRS, il est l’auteur de très nombreux ouvrages dont De l’Asie mineure à la Turquie (Paris, CNRS Éditions, 2015).

Articles du même auteur

Françoise Rollan

Géographe de formation, est directrice de recherche au CNRS, auteur de nombreuses études sur les migrations issues de la Turquie dont Les migrants turcs en France. Entre repli et ouverture (Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2006).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals