Navigation – Plan du site
Dossier : Les kurdes
Partie 2. Un peuple, quatre états

Le Rojava : heurs et malheurs du Kurdistan syrien (2004‑2015)

Jordi Tejel
p. 133-149

Texte intégral

1Longtemps marginale, la question kurde en Syrie a été propulsée sur le devant de la scène nationale et régionale, suite à l’évolution de la révolte syrienne initiée en mars 2011. Les repères chronologiques du « printemps kurde » sont aisés. Le 19 juillet 2012, les troupes syriennes se retirent partiellement du Nord syrien, permettant au Parti de l’union démocratique (PYD) de prendre le contrôle des trois enclaves kurdes le long de la frontière turco‑syrienne. En janvier 2014, les trois enclaves kurdes s’organisent en « cantons » autonomes. La même année, la « bataille de Kobané » entre les forces kurdes et l’État islamique de l’Irak et du Levant (EIIL) attire les sympathies de l’opinion publique occidentale et ouvre la porte à l’intervention aérienne des États‑Unis en Syrie afin de le faire reculer.

  • 1 Hirst D., “This could be the birth of an independent Kurdish state”, The Guardian, 9 janvier 2013 ; (...)

2Le 17 mars 2016, le PYD déclare unilatéralement la création d’une entité fédérale aux limites géographiques floues – le Rojava ou Kurdistan syrien –, regroupant les régions contrôlées par ce parti en accord avec des milices arabes et chrétiennes intégrées dans les Forces démocratiques syriennes (FDS), fondées en octobre 2015 avec comme objectif principal la victoire sur l’EIIL au Nord syrien. En mi-mai 2016, les FDS amorcent la « campagne de Manbij », couvertes par l’aviation américaine.1

3Tout se passe comme si le grand moment de la « revanche de l’histoire » était arrivé pour les Kurdes ; ainsi, les perdants des traités internationaux signés durant les années 1920 seraient devenus, enfin, les « gagnants » en ce début de xxie siècle.

  • 2 Bozarslan H., Le conflit kurde. Le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris, Autrement, 2009, p. 133-1 (...)
  • 3 Pour une critique raisonnée de la méthode régressive dans la reconstitution des crises politiques, (...)

4Deux éléments permettent toutefois de nuancer cette réalité apparente. D’une part, le statut politique « périphérique » de la question kurde au Moyen‑Orient, et ceci depuis son émergence au début du xxe siècle2, ouvre des interrogations concernant le rôle que le mouvement kurde pourra jouer dans l’ère post-conflit en Syrie. D’autre part, si ces jalons sont utiles pour suivre les bouleversements survenus dans l’espace kurde syrien entre 2011‑2015, il est essentiel d’éviter une lecture téléologique de l’évolution politique du Rojava ; c’est‑à‑dire, une analyse qui verrait dans la formation de la région fédérale du Rojava la conséquence logique d’une longue marche des Kurdes vers l’autonomie3.

5Après un bref rappel de l’évolution de la question kurde depuis l’arrivée au pouvoir du clan Assad à Damas en 1970, cet article se focalise, en raison des contraintes d’espace, sur les dynamiques du champ politique kurde au cours de la décennie 2004‑2015, non pas pour identifier les « déterminants structurels » préparant le « printemps kurde », mais plutôt pour mettre en évidence et la complexité et la fluidité des processus politiques y conduisant. En effet, les contingences historiques, les « médiations causales » – parmi lesquelles certains éléments du passé –, la pluralité des acteurs relevant des niveaux d’observation différents (local, national, régional et international) ainsi que le pragmatisme qui domine les relations entre ces acteurs doivent nous inviter à proposer une grille de lecture attentive à la fois aux variations d’échelles d’analyses et aux séquences temporelles propres à chacune d’elles.

Les Kurdes sous le régime d’Hafiz al-Assad (1970-2000)

  • 4 Les Kurdes du Kurd Dagh sont présents dans cette région depuis quatre siècles. L’installation de po (...)

6Les populations kurdes placées sous le Mandat français au début des années 1920 occupent le long de la frontière turque trois zones étroites séparées, raison pour laquelle jusqu’à très récemment nous ne pouvions pas parler d’un Kurdistan syrien mais plutôt de « régions kurdes de Syrie ». Ces trois enclaves – Kurd Dagh, Ayn al-Arab (Kobané) et Haute Jazîra – constituent néanmoins la continuation naturelle des territoires kurdes de Turquie et d’Irak. Toutefois, les populations kurdes de Syrie se distinguent non seulement par leur enracinement dans la région levantine4 mais également en raison de leurs stratégies d’intégration au nouvel État.

7En effet, tandis que quelques chefs tribaux et notables ont été cooptés, soit par l’administration mandataire soit par le gouvernement syrien à partir des années 1930, une partie des Kurdes a prouvé en diverses occasions sont attachement à l’idée de l’existence d’une nation kurde au-delà des frontières étatiques, s’engageant dans les partis politiques nationalistes kurdes de Syrie, mais aussi dans la guérilla en Turquie ou en Irak. Or ces deux stratégies identitaires – pan-kurdisme/syrianisation – se déclinent différemment selon la nature des régimes politiques et le contexte régional.

  • 5 Le contentieux entre la Syrie et la Turquie prend ses racines historiques dans le transfert de souv (...)

8Ainsi, le régime d’Hafez al-Assad (1970-2000) était parvenu à déplacer le problème kurde vers la Turquie ou vers l’Irak, encourageant dans les faits la polarisation des Kurdes syriens entre partisans du mouvement kurde d’Irak et de la Turquie. Le gouvernement de Damas avait en effet soutenu la guérilla kurde en Irak, puis en Turquie5. Ainsi, des bases du PKK s’installèrent dans la plaine de la Bekaa libanaise, sous contrôle du gouvernement syrien, tandis que Damas refusa à la Turquie l’extradition du dirigeant du PKK, Abdullah Öcalan. De la sorte, le régime baasiste avait réussi, d’une part, à affaiblir ses concurrents régionaux – la Turquie et l’Irak – et à s’assurer une emprise sur les mouvements kurdes, d’autre part.

  • 6 En 1990, les électeurs ont pu élire une quinzaine de candidats d’origine kurde. Trois d’entre eux s (...)

9En Syrie même, la coercition et la non-reconnaissance du droit à l’existence légale des acteurs politiques kurdes étaient assorties, pour être efficaces, d’une distribution de ressources communautaires. Les partis kurdes syriens se trouvèrent à la fois hors du système établi par le parti Baath depuis 1963, car interdits et persécutés, et partie prenante du système à travers la participation de certains membres des élites civiles6 et religieuses issues des confréries, comme le cheikh Ahmed Kaftarû, mufti de la République (1964‑2004), ou le cheikh Said Ramadan Bûtî. De même, le régime avait réussi à rallier certains secteurs de la société kurde en leur accordant des postes dans la garde présidentielle ou dans les milices kurdes qui furent utilisées dans la répression contre les Frères musulmans, à Alep en 1980 et à Hama en 1982.

La révolte de Qamishli et l’émergence d’un nouvel équilibre

10Ce statu quo, qui avait fonctionné pratiquement sans faille jusqu’à la fin des années 1990, s’est vu bouleversé par l’autonomisation du champ politique kurde en Syrie et l’élargissement de la sphère minoritaire kurde. La première s’explique en grande partie par la fin de l’alliance stratégique entre le PKK et le régime de Damas en 1998, suite à l’expulsion d’Abdullah Öcalan du territoire syrien et au rapprochement entre la Turquie et la Syrie au cours des années 2000. La seconde s’est accentuée après l’intervention américaine en Irak en 2003 et la création du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK). Encouragés par l’avancée significative des Kurdes irakiens, d’autres mouvements kurdes aussi bien en Turquie qu’en Iran, voire en Syrie, ont exprimé alors à divers degrés d’intensité des demandes d’autonomie administrative confirmant ainsi le caractère transfrontalier de la question kurde.

  • 7 Tejel J., « Les Kurdes de Syrie, de la “dissimulation” à la “visibilité” ? », Revue des Mondes Musu (...)
  • 8 En 1962, le gouvernement syrien décide de la mise en place de la politique dite de « la ceinture ar (...)
  • 9 Montgomery H., The Kurds of Syria. An existence denied, Berlin, EZKS, 2005, p. 119.

11Les premiers signes de la nouvelle ère de « visibilité7 » pour les Kurdes en Syrie sont par ailleurs encouragés par l’ambiance libérale du « printemps de Damas » (2000‑2001), promue dans un premier temps par le nouveau président Bachar al‑Assad, fils d’Hafez al-Assad. Ainsi, le 10 décembre 2002, coïncidant avec la Journée internationale des Droits de l’homme, 200 Kurdes manifestent devant le Parlement syrien entonnant des slogans tels que « Citoyenneté pour les Kurdes8. » Le 10 décembre 2003, les partis kurdes en collaboration avec les collectifs de défense des droits humains réussirent à réunir autour de 1 000 manifestants devant le Parlement syrien. De même, à la veille de la guerre en Irak, une manifestation pacifique se tint devant le siège de l’UNICEF à Damas, le 25 juin 2003, lors de la Journée mondiale de l’enfance. Cette fois‑ci, cependant, la police et les forces de sécurité dispersèrent violemment les manifestants et plusieurs participants furent arrêtés et torturés9.

  • 10 Savelsberg E., “The Syrian-Kurdish movements : Obstacles rather than driving forces for democratiza (...)

12Toutefois, il serait erroné de voir dans la « révolte de Qamichli », le 12 mars 2004, un changement de stratégie des partis politiques kurdes vers une radicalisation ou l’entrée en dissidence ouverte. Si les mobilisations précédentes avaient permis la libération cognitive d’une partie des militants pour les droits des Kurdes, le déclenchement de l’intifada kurde en mars 2004 se produit à la suite de deux événements inattendus : les affrontements violents à la sortie d’un match de football et l’irruption en force d’un nouvel acteur politique, la jeunesse des quartiers défavorisés10.

  • 11 Gauthier J., « Les événements de Qamichli : irruption de la question kurde en Syrie ? », Études kur (...)
  • 12 Selon l’Association des droits de l’Homme en Syrie, treize Syriens, dont onze Kurdes, sont décédés (...)
  • 13 Lors d’un entretien réalisé en avril 2004, Abdul, jeune kurde de Qamichli, raconte : « Il y a une v (...)

13En effet, le 12 mars, lors d’un match de football dans la ville de Qamichli entre l’équipe locale, Al‑Cihad, et l’équipe d’Al-Fatwa de Der Ez Zor, les affrontements entre les supporters des deux camps tournent à une émeute qui gagne les rues. Sur ordre du gouverneur, les forces de l’ordre tirent sur la foule, faisant une dizaine de morts, dont plusieurs enfants11. Le lendemain, des milliers de personnes participent aux funérailles des victimes. Les forces de l’ordre ripostent en tirant à nouveau sur la foule. La rumeur d’un véritable massacre se répand alors et des milliers de personnes manifestent pour protester contre la politique du régime et la répression policière dans d’autres villes kurdes telles Afrin, Amouda, Derik et à Alep, où existe une forte concentration de population kurde. Pour la première fois dans l’histoire de la Syrie moderne, les mobilisations se répandent en même temps dans les trois enclaves kurdes. L’image d’un « Kurdistan syrien », uni et solidaire, émerge alors. Au final, on recense 43 morts, des centaines de blessés et environ 2 000 arrestations12. Le calme revenu, la dispersion violente des manifestations est officiellement justifiée par le souci de préserver l’unité nationale en Syrie. Or, l’acharnement des autorités sur les jeunes ne peut se justifier uniquement par le péril d’une contagion kurde. Il s’agissait également de donner un exemple à la fraction de la population kurde qui avait osé sortir de l’anonymat et rompre avec la stratégie de dissimulation du conflit13. Ce sont surtout les jeunes qui, échappant au contrôle des partis politiques traditionnellement favorables au combat pacifique, se sont attaqués aux symboles du régime, aux bâtiments publics et qui ont engagé de véritables batailles de rue avec les forces de l’ordre. Par la suite, des dizaines d’étudiants kurdes furent expulsés des universités syriennes, notamment à Alep où ils avaient organisé divers rassemblements, sans toutefois présenter des revendications identitaires.

14Le point culminant de cette tension arriva entre mai et juin 2005 avec la disparition du cheikh kurde Muhammad Machouk Khaznaoui. Quelque 10 000 Kurdes manifestèrent le 21 mai dans la localité de Qamichli pour réclamer la vérité sur le sort du cheikh. L’annonce de la mort de Khaznaoui, après avoir été torturé, provoqua de nouveaux rassemblements réunissant des milliers de personnes dans la même localité et de nouvelles arrestations.

  • 14 Tejel J., Syria’s Kurds : History, Politics and Society, Londres, Routledge, 2009, p. 130-132.

15En dépit de la nécessité d’instrumentaliser ces événements pour gagner en popularité auprès de la société kurde, les partis politiques furent portés à composer avec le régime. Ainsi, les dirigeants kurdes eurent une grande responsabilité dans l’accalmie qui s’installa dans la région après 2005, craignant d’être dépassés par un mouvement populaire radicalisé et indépendant de tout parti politique. En échange, le régime de Bachar al‑Assad accepta la formation d’un espace culturel autonome, et in fine la constitution d’un univers symbolique propre aux Kurdes syriens14.

  • 15 À titre d’exemple, voir les images des commémorations publiques organisées par les partis kurdes qu (...)

16De la sorte, sans s’auto-dissoudre, les partis kurdes jouèrent le rôle d’associations culturelles « légales ». Ainsi, entre 2006 et 2008, les partis kurdes organisèrent divers rassemblements publics à forte connotation politique, notamment lors de commémorations du Nouvel An kurde ou Newroz, la « révolte de Qamichli »15 ou l’attaque avec des armes chimiques sur la ville kurde d’Halabja, en Irak. La tenue de festivals littéraires publics fut également possible, avec l’accord implicite des autorités de Damas. Une politique permissive qui était toutefois assortie de mesures arbitraires, rappelant ainsi aux partis kurdes que les fameuses « lignes rouges » mouvantes du régime baathiste étaient toujours en place.

17Si le nouvel équilibre entre le mouvement kurde et le régime de Bachar al‑Assad permettait aux partis kurdes de regagner une certaine centralité, le divorce entre les premiers et la jeunesse se fit très vite sentir conduisant à un processus de démobilisation. En outre, le contexte international changeant en 2009 – l’affaire Hariri tombe dans l’oubli et les États‑Unis annoncent retrait progressif de l’Irak – donna au régime syrien une bouffée d’oxygène, lequel pouvait désormais se tourner vers l’intérieur.

Le PKK, une organisation en pleine mutation

  • 16 McDowall D., The Kurds of Syria, Londres, KHRP, 1998, p. 65.

18Ainsi que nous l’avons mentionné, le gouvernement de Damas avait établi une alliance stratégique avec le PKK dès 1980. En échange des efforts du PKK pour canaliser les activités politiques et militaires du mouvement vers la Turquie, le régime lui permettait de s’installer durablement dans la vallée de la Bekaa libanaise, sous contrôle du gouvernement syrien. En outre, les enclaves kurdes du Nord syrien devinrent des viviers de militants du PKK avec la complicité du régime d’Assad. Le PKK y ouvrit, en effet, des bureaux de propagande et de recrutement afin d’attirer des jeunes préférant joindre la guérilla du PKK au service militaire obligatoire16. En quelques années, le PKK devint le seul véritable parti moderne de masses, avec une forte organisation et disciplines internes.

19Toutefois, sous les menaces d’une intervention militaire turque ainsi que d’une réduction drastique du débit d’eau de l’Euphrate avant d’arriver en Syrie, le gouvernement de Damas dut se plier aux exigences d’Ankara. Si Hafez al‑Assad ne livra pas Abdullah Öcalan aux autorités turques, celui-ci fut expulsé en octobre 1998 et, après un long périple, arrêté à Nairobi en janvier 1999. Le PKK fut soumis par la suite à une forte répression en Syrie ; des dizaines de ses cadres et militants furent détenus et livrés aux autorités turques ou contraints à l’exil, tandis que les combattants du PKK qui rentrèrent en Syrie furent condamnés à des peines allant de 1 à 10 ans de prison.

  • 17 En 2005, plusieurs dirigeants du Wifaq sont assassinés, accusés par le PYD de coopérer avec le régi (...)

20En plus des contraintes sécuritaires, ce parti vécut d’importants débats idéologiques et organisationnels entre 1999 et 2004. Dans un premier temps, Abdullah Öcalan déclara depuis la prison turque d’Imrali que la lutte du PKK avait été une grande erreur. En septembre 1999, il ordonna l’abandon de la lutte armée et adopta un discours conciliant avec les autorités turques. Le PKK passa de la revendication à la création d’un État kurde à celle de la démocratisation de la Turquie et du droit à parler la langue kurde. En parallèle, cependant, l’organisation décida de devenir une organisation transnationale et de s’« enraciner » dans chacun des pays où les Kurdes constituent une forte minorité. C’est ainsi que le Parti de l’Union démocratique (PYD) remplaça le PKK en 2003. Si le nouveau parti souffrit d’une scission (le Wifaq ou Parti démocratique de la concorde) en 2004, très rapidement le PYD s’imposa comme le seul héritier du capital symbolique, matériel et humain du PKK17.

21Le soulèvement de Qamichli en 2004 offrit une première opportunité au « jeune » parti de montrer sa capacité de mobilisation. Ainsi, après l’explosion de colère d’une partie de la jeunesse kurde, le PYD tenta de gagner les sympathies d’un mouvement acéphale et coopéra avec trois autres partis kurdes entre 2004 et 2006 dans l’organisation de rassemblements publics contre le régime. Il serait également derrière une série d’attaques au cocktail molotov contre des commissariats situés dans le quartier kurde d’Alep entre 2005 et 2006. Pourtant, la stratégie de « non‑agression » entre le gouvernement et les partis kurdes ainsi que la coopération sécuritaire accrue entre Ankara et Damas à partir du deuxième mandat de Recep Tayyip Erdogan en 2007 conduisirent le PYD à adopter un profil bas.

  • 18 Bookchin M., “Libertarian Municipalism : An overview”, Green Perspectives, nº 24, 1991, p. 1-6.
  • 19 Jongerden J. et Hamdi Akkaya A., “Democratic confederalism as a Kurdish spring : The PKK and the qu (...)

22La reprise des combats entre le PKK et l’armée turque l’été 2010 ainsi que la déstabilisation de la région moyen-orientale provoquée par le dit « printemps arabe » durant les premiers mois de 2011 portèrent le PYD à entrer dans une nouvelle phase d’activisme en vue de créer des « zones libérées » régies par les nouveaux mots d’ordre du parti et organisations sœurs ; le « confédéralisme démocratique » et l’« autonomie démocratique ». Le PYD créa à Afrin et à Kobane des comités locaux où les principes du parti, empruntés à des idéologues et militants d’inspiration libertaire18, furent diffusés. Parmi ces principes, l’aspiration à fonder une « société démocratique » – i.e. d’autogestion – a-nationale, écologique et égalitaire en matière de genre occupe une position centrale. Des associations et des centres culturels pour les femmes et les jeunes guidés par le PYD furent également créés, si bien que la Syrie devint un laboratoire du programme politique impulsé par l’Union des communautés du Kurdistan (KCK), une plateforme fondée en 2007 et réunissant tous les partis et comités proches du PKK19.

Le dilemme posé par révolte de 2011

23Lorsque la révolte syrienne commence en mars 2011, le mouvement kurde apparaît non seulement divisé quant aux objectifs et aux alliances à nouer, mais aussi quant aux ressources organisationnelles à disposition. Ainsi, une nouvelle génération de jeunes kurdes se mobilise pour soutenir les contestataires de Daraa, puis d’autres villes syriennes. Dans la principale ville à majorité kurde du pays, Qamichli, au moins quatre comités locaux agissent depuis mars 2011 : La jeunesse révolutionnaire, La société civile de la Jazîra, La jeunesse kurde et La Coalition des jeunes Sawa. Par la suite, des groupes de jeunes kurdes surgissent également à Amouda et dans la plupart de villes moyennes du Nord syrien. Ils soutiennent les mobilisations de chaque vendredi organisées dans diverses villes syriennes et relaient les slogans des comités révolutionnaires dans les zones kurdes. Un seul parti, le Mouvement du Future de Mashal Temo, s’aligne clairement avec le mouvement des jeunes révolutionnaires.

24Malgré la décision historique du régime de Damas du 7 avril 2011 de naturaliser les « apatrides » kurdes, ces comités locaux ont continué de manifester contre Bachar al‑Assad, plaçant les partis kurdes devant un dilemme. Face à une opposition syrienne en exil dominée alors par les Frères musulmans et soutenue par la Turquie – opposée à l’émergence d’une nouvelle autonomie kurde –, fallait-il joindre la révolte ou, au contraire, calmer le jeu et se présenter comme des intermédiaires entre le régime et la population, en espérant obtenir quelques concessions d’un régime affaibli ?

25Au début, la plupart des partis kurdes décident de ne pas soutenir le mouvement. Toutefois, la pression de la « rue » et l’évolution du conflit poussent la plupart des partis kurdes à réclamer la fin du régime baasiste. Traditionnellement divisés par des querelles internes et réunissant un faible nombre de militants, plus d’une dizaine de partis kurdes forment en octobre 2011 le Conseil national kurde (CNK). Cependant, le PYD, fortement implanté à Afrin et à Kobané, décide non seulement de ne pas rejoindre le CNK, mais de déclarer qu’il défendrait le régime de Damas au cas où la Turquie déciderait d’intervenir militairement en Syrie. Le PYD se positionne ainsi dans une « troisième voie » ; le parti ne soutiendra ni les révolutionnaires syriens ni le régime de Damas. En revanche, il invite les Syriens à suivre le modèle du « confédéralisme démocratique ».

26Si les accords d’Erbil, signés le 11 juillet 2012 par le PYD et le CNK grâce à la médiation du président du Gouvernement régional du Kurdistan d’Irak (GRK) Massoud Barzani, permettent un rapprochement entre les deux blocs kurdes, très vite il apparaît qu’un accord de « non-agression » entre le PYD et Damas a été passé. Alors que le gouvernement turc transforme ses poste‑frontières en de véritables corridors pour tous les groupes rebelles syriens, Bachar al‑Assad décide à son tour, le 19 juillet, de retirer partiellement ses troupes du nord syrien avec un double objectif : les rassembler autour d’Alep et de Damas, d’une part, et menacer la frontière sud-est de la Turquie avec une frange frontalière contrôlée par le PKK/PYD, d’autre part.

  • 20 Cimino M., « Une mobilité transfrontalière sous contrôle ? Le cas turco-syrien en temps de guerre ( (...)

27Ce faisant, longue d’environ 910 kilomètres, la frontière turco-syrienne se militarise progressivement, de part et d’autre, et le contrôle des passages légaux et illégaux sur la frontière devient un enjeu majeur pour tous les acteurs impliqués dans le conflit. Ainsi, la frontière s’est transformée en une interface de régulation des circulations non seulement de combattants islamistes et kurdes, mais aussi des milliers de réfugiés et de toute sorte de marchandises (armes, médicaments, barils d’essence, etc.)20. En parallèle, la lutte pour le contrôle des passages frontaliers a été accompagnée d’un travail de verrouillage interne.

Vers l’autolimitation de la société civile au Rojava

  • 21 Quesnay A. et Roussel C., « Avec qui se battre ? Le dilemme kurde », dans François Burgat et Bruno (...)

28Si entre mars et octobre 2011, les groupes de jeunesse s’affirment comme des acteurs à part entière, peu à peu l’activisme dans les principales villes kurdes prend une nouvelle tournure au rythme des évolutions de la crise syrienne et des dynamiques régionales. Après la création du CNK s’initie une compétition entre les divers partis kurdes pour coopter les dizaines d’organisations indépendantes de jeunesse qui étaient apparues durant les premiers mois de la révolte. En l’espace de quelques mois, la plupart des comités de jeunesse rejoignent l’un ou l’autre des blocs politiques constitués. Ce faisant, à partir de 2012 les mobilisations se « kurdifient » et, progressivement, le mouvement protestataire se déconnecte et des objectifs et des répertoires d’action des révolutionnaires syriens21.

29Le retrait partiel des troupes syriennes en juillet 2012 des enclaves kurdes marque alors un nouveau tournant. Alors que les partis réunis autour du CNK se montrent incapables de réagir face à ce basculement inattendu, le PYD tire profit de ses atouts : des réseaux militants créés depuis les années 1980, sa forte discipline interne, l’expertise des cadres militaires du PKK, la figure charismatique du chef Abdullah Öcalan et la mise en place des bases organisationnelles de l’« autonomie démocratique » avant la lettre. Le PYD s’impose rapidement comme la seule force hégémonique dans les enclaves kurdes. Mais, alors que les médias occidentaux et pro-PYD annoncent la libération du Rojava du joug baathiste, la réalité est plus complexe. Tout d’abord, la présence du régime syrien se fait toujours sentir dans les grandes villes telles que Qamichli et Hassaké. Ensuite, le PYD n’entend pas laisser aucune autre force sociale et politique puisse défier son autorité, et indirectement, celle de Damas.

30Le système de gouvernance mis en place par ce parti est composé de trois niveaux : les conseils municipaux, le gouvernement cantonal et le « gouvernement fédéral » du Rojava. En théorie, le modèle vise à un système pyramidal inversé ; c’est-à-dire, à accorder davantage de pouvoir aux communes qu’au gouvernement fédéral. Le programme du PYD cherche donc à favoriser la décentralisation, la participation populaire dans toutes les décisions et, au final, à remplacer le modèle « bourgeois » de l’État‑nation par un modèle qui se veut, à l’opposé, radicalement égalitaire et participatif.

31Après quatre ans d’expérience, il apparaît que si le système du Rojava se révèle inclusif, du point de vue du genre – chaque canton est gouverné par un homme et une femme – et de la diversité ethnique et religieuse, il est profondément partisan. Ainsi, les représentants des partis réunis au sein du CNK – proche de Massoud Barzani – ont été exclus de l’architecture institutionnelle de la région et ont dû se replier sur le Kurdistan irakien.

  • 22 Kurdwatch.org, “Amudah/ad-Darbasiyah : PYD imposes curfew” ; http://www.kurdwatch.org/?aid=2904&z=e (...)

32En outre, le PYD a créé ses milices, les Unités de défense du peuple (YPG), et ses propres forces de sécurité (Asayish), chargées d’assurer la sécurité et le contrôle des enclaves kurdes. Si la menace de l’EIIL devient bien réelle en 2014, il faut rappeler que ces forces de sécurité ont été employées, entre 2012 et 2013, à l’encontre de la société civile kurde. Ainsi, les Asayish ont contribué dans une large mesure à la quasi-disparition des comités révolutionnaires locaux placés en dehors du maillage organisationnel développé par le PYD. En effet, les manifestations organisées par les groupes de jeunesse ainsi que par les membres du CNK ont été soit réprimées par les forces de l’ordre du PYD soit interdites. Des activistes et des militants du CNK ont été brutalisés, emprisonnés, kidnappés et, dans certains cas, assassinés. Le point culminant de la tension intra-kurde arriva en juin 2013 lorsque les YPG tirèrent sur un groupe de manifestants demandant la libération de trois activistes enlevés par les Asayish dans la ville d’Amouda. Au final, on recensa six morts et des dizaines de blessés, tandis que les autorités locales imposèrent l’état d’urgence22.

  • 23 Aranews, “In blow to Kurdish independent media, Syrian Kurdish website shuts down” ; http://aranews (...)

33En janvier 2014, l’« Assemblée législative du Gouvernement démocratique autonome » signa à Amouda un accord qui ouvrait la porte à la création de trois « cantons autonomes », dotés chacun de 20 « ministères », tous dans les mains des proches du PYD. Depuis, ils ont approuvé des lois sur mesure ; les YPG sont les seules forces armées « légitimes » dans les enclaves kurdes ; les autorités peuvent limiter le droit de réunion et d’expression si elles le considèrent nécessaire. Le 13 juillet 2014, le canton de Jazîra vota une loi imposant le service militaire obligatoire pour tous les jeunes entre 18 et 30 ans. Quelques jours plus tard, le PYD annonçait que le 17 août 2014 était la date limite pour que tous les partis, associations et institutions du canton sollicitent leur enregistrement. Après cette date, les organisations non autorisées seraient tout simplement interdites. Sur le plan culturel, les radios « indépendantes » qui avaient vu le jour en 2012 ont été régulièrement attaquées par des groupes d’« inconnus » provoquant d’importantes pertes matérielles et conduisant, dans certains cas, à leur fermeture définitive23.

  • 24 Tejel J., « Au-delà de la bataille de Kobané, la société civile kurde en sursis », Moyen-Orient, no (...)
  • 25 Le TEV-DEM ou Mouvement pour une société démocratique est un regroupement de partis politiques, d’a (...)

34La gouvernance autoritaire du PYD des enclaves kurdes a conduit la plupart des comités révolutionnaires à changer de registre d’engagement, passant de l’activisme politique à des initiatives « apolitiques » comme la promotion de la culture kurde ainsi que diverses formations destinées en priorité aux femmes et aux jeunes24. La règle d’or étant de ne pas s’attaquer au PYD et ses organisations annexes comme le TEV‑DEM25.

Un équilibre intra-kurde fragile

35L’irruption inattendue de l’EIIL à Mossoul en juin 2014, puis à Kobané en juillet de la même année, a bouleversé les rapports de force au niveau régional et mis en évidence la fragilité des acteurs kurdes. D’une part, les Kurdes irakiens constatèrent que leurs peshmerga n’étaient pas aussi bien préparées que les autorités régionales l’affirmaient. Les combattants kurdes se montrèrent incapables de protéger les chrétiens et les yézidis au nord-ouest de Mossoul. L’échec des peshmergas fut saisi par les YPG qui virent dans le sauvetage de milliers de yézidis une occasion unique pour s’installer durablement au Sindjar, en territoire irakien, et contrôler ainsi le passage frontalier syro-irakien de Rabia.

36D’autre part, après l’intervention spectaculaire des YPG au Kurdistan irakien, ces milices ont vu comment l’EIIL menait un siège de plusieurs mois sur la ville de Kobané, menaçant ainsi l’un des « cantons » administrés par le PYD et la liaison entre le Kurd Dagh et la Jazîra. Par un retournement ironique de la situation, et face à l’inaction criante de la Turquie, ce sont des peshmerga irakiens soutenus par l’aviation américaine qui ont joué un rôle décisif dans la libération de cette ville frontalière en janvier 2015.

  • 26 La « bataille de Kobané » a provoqué la perte de plus de 500 combattants des YPG ainsi que la destr (...)
  • 27 An-Nahar, « Ouverture d’un bureau de représentation des Kurdes syriens à Paris », 24 mai 2016, http (...)

37Depuis, les deux pôles kurdes – le Rojava en Syrie et le GRK en Irak – ont consolidé leurs positions face à l’EIIL. Qui plus est, l’intervention des YPG au Sindjar et la « bataille de Kobané », en dépit des importantes pertes humaines et matérielles26, ont doté le PYD d’une certaine sympathie et légitimité internationales. Ainsi, suite à l’opération de sauvetage de yézidis au Kurdistan irakien, Massoud Barzani reconnut officiellement les « cantons » du Rojava. De même, les États-Unis, la Russie et un bon nombre de pays européens, parmi lesquels la France27, ont établi des relations soutenues, bien que parfois de manière non-officielle, avec les représentant du PYD et des YPG.

38La gestion controversée de la crise syrienne par la Turquie tel que le soutien à divers groupes islamistes, l’abattage d’un avion militaire russe et la négative à coopérer avec les FDS à cause du rôle prépondérant des YPG a conduit la plupart des pays européens et les États‑Unis à ignorer les protestations du gouvernement turc. Ainsi, les États‑Unis ont envoyé divers conseillers militaires au Rojava et l’aviation américaine se coordonne main dans la main avec les FDS.

  • 28 Aranews, “Senior Kurdish military official : We will defeat ISIS and link all Rojava’s cantons” ; h (...)

39Fort de ses soutiens extérieurs, le PYD déclara unilatéralement le 17 mars 2016 la création d’une entité fédérale au Nord syrien réunissant les « cantons » à majorité kurde. Même si cette « fédération » n’a été reconnue par aucun gouvernement, la coopération militaire avec les États‑Unis ouvre la porte à la reconnaissance de facto des avancements militaires des YPG, notamment la future connexion des trois enclaves kurdes jusqu’à ici géographiquement discontinus28.

40Les sources de tensions entre les deux pôles kurdes n’ont pas disparu pour autant. Les autorités du GRK ferment de temps à autre le passage frontalier de Semalka, situé entre le « canton » de Jazîra et la province de Dohuk, afin de rappeler au PYD la nécessité de respecter les accords d’Erbil de 2012 et, par conséquent, d’intégrer les partis kurdes syriens réunis autour du CNK aux mécanismes décisionnels au Rojava. De même, le GRK a excavé des tranchées séparant le Rojava du Kurdistan irakien afin de limiter les passages de combattants et de contrebandiers entre les deux territoires, a priori « frères ». De son côté, les YPG maintiennent leur présence au Sindjar, tandis que les médias proches du PYD dénoncent les relations étroites entre Barzani et Erdoğan, ce dernier aux prises avec le PKK depuis l’été 2015 lorsque le processus de paix entre le mouvement kurde et le gouvernement turc prit fin.

Conclusion

41Les Kurdes de Syrie ont gagné une notoriété inédite depuis 2012, compte tenu de leur modeste importance numérique en Syrie et de leur histoire marquée par d’incessantes divisions partisanes. Nous avons cependant montré que l’émergence du Rojava au Nord syrien n’est pas la conséquence logique d’une longue lutte d’un mouvement politique unifié et engagé dans la « libération » des régions kurdes du joug baathiste. Lorsque la révolte syrienne débute en mars 2011, rien ne laissait présager la formation d’une deuxième région kurde, à côté du GRK, de facto autonome sous le contrôle du PYD. La mise en relation entre certains éléments du « passé » et des dynamiques nouvelles appartenant au temps court de l’histoire s’avère dès lors essentielle pour appréhender cette nouvelle donne.

42Si le PYD disposait de certains atouts (réseaux, expérience, capital matériel et symbolique) avant l’heure, la dynamique kurde en Turquie, les alliances de circonstances entre une grande palette d’acteurs régionaux et internationaux ainsi que les glissements locaux – cooptation des comités révolutionnaires, formation de milices, répression de toute forme d’opposition au PYD, etc. – ont interagi avec l’historicité de la question kurde en Syrie, ouvrant la voie à l’expérience inédite du Rojava dans un Moyen-Orient en ébullition.

43Cependant, l’issue de la crise syrienne reste incertaine. Face au péril djihadiste, les États-Unis, différents régimes arabes, l’Iran et la Russie ont exprimé leur volonté de trouver un « règlement pacifique » au conflit en Syrie, même si cela devait signifier la survie du régime actuel. En outre, les pays occidentaux, pressés par la Turquie, refusent de reconnaître le PYD comme interlocuteur valable du conflit syrien dans le cadre des négociations de paix à Genève. Il est clair, cependant, que l’activité diplomatique ne reflète pas toujours la réalité sur le terrain.

44Le PYD, quant à lui, doit se mouvoir dans un système d’équilibres très fragile ; d’une part, un pacte de « non-agression » avec le régime syrien qui est soutenu par les gouvernements de Moscou, Téhéran et Bagdad et, d’autre part, une coopération militaire contre l’EIIL aux côtés de Washington, allié malgré tout d’Ankara.

  • 29 KurdishQuestion, “Refusing to become refugees and rejecting victim mentality : Kobane’s mishtanur c (...)

45Au niveau interne, les défis sont également de taille. Si la plupart des réfugiés sont retournés à Kobané, les autorités locales ne parviennent pas à offrir des solutions satisfaisantes pour une bonne partie de ses anciens résidants qui s’opposent au projet impulsé par le PYD en vue de transformer certains quartiers décimés par les combats en un musée mémoriel. Ils contestent non seulement la confiscation de leurs biens mais également l’idée de faire de Kobané une ville « fantôme » à la gloire de la propagande partisane29.

46Le recrutement forcé de jeunes et de mineurs dans les rangs des YPG suscite également des tensions récurrentes entre les familles touchées et le PYD. Enfin, l’exclusion des partis membres du CNK des processus décisionnels au Rojava a des répercussions concrètes sur la vie quotidienne de ses habitants. Les fermetures répétées et arbitraires du passage frontalier de Semalka contrôlé par le gouvernement du GRK mettent en difficulté à la fois les activités économiques et l’approvisionnement de produits de première nécessité tels les médicaments.

47Si des voix critiques se lèvent ici et là contre les politiques du PYD, la marge de manœuvre de l’opposition reste étroite. Bon nombre d’habitants du Rojava sont conscients que le retour en force du régime syrien reste possible et la menace réelle de l’EIIL confère une légitimité au PYD ; un parti qui, malgré ses méthodes autoritaires, est perçu comme la seule force capable de maintenir les djihadistes à l’écart.

Haut de page

Bibliographie

Bookchın M., “Libertarian municipalism: An overview”, Green Perspectives, no 24, 1991, p. 1-6.

Bozarslan H., Le conflit kurde. Le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris, Autrement, 2009.

Cımıno M., « Une mobilité transfrontalière sous contrôle ? Le cas turco-syrien en temps de guerre (2011-2015) », L’espace politique, vol. 27, no 3, 2015 (en ligne). URL : http://espacepolitique.revues.org/3613.

Desolı F., « L’avant-et l’après-Kobané : défis et opportunités pour les Kurdes de Syrie », Outre-Terre, no  44, 2015, p. 273-285.

Dobry M., Sociologie des crises politiques, Paris, Sciences Po, 1986.

Gauthıer J., « Les événements de Qamichli : irruption de la question kurde en Syrie ? », Études kurdes, no 72, 2005, p. 97-114.

Gobılle B., « De l’étiologie à l’historicité des crises : sociologie des crises politiques et sociohistoire du temps court », dans Myriam Aït-Aoudıa et Antoine Roger, La logique du désordre : relire la sociologie de Michel Dobry, Paris, Sciences Po, 2015.

Jongerden J. et Hamdı Akkaya A., “Democratic confederalism as a Kurdish spring: The PKK and the quest for radical democracy”, dans Michael Gunter et Mohammed A. Ahmed, The Kurdish Spring, Costa Mesa, Mazda, 2013.

McDowall D., The Kurds of Syria, Londres, KHRP, 1998.

Montgomery H., The Kurds of Syria. An existence denied, Berlin, EZKS, 2005.

Quesnay A. et Roussel C., « Avec qui se battre ? Le dilemme kurde », dans François Burgat et Bruno Paolı, Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte, 2013.

Savelsberg E., “The Syrian-Kurdish movements: Obstacles rather than driving forces for democratization”, dans David Romano et Mehmet Gurses, Conflict, Democratization and the Kurds in the Middle East: Turkey, Iran, Iraq, and Syria, New York, Palgrave/Macmillan, 2014.

Tejel J., « Les Kurdes de Syrie, de la “dissimulation” à la “visibilité” ? », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, no 115-116, 2006, p. 117-133.

Tejel J., « Jeunesse kurde : entre rupture et engagement militant », dans Baudouin Dupret, Zouhair Ghazzal, Youssef Courbage, La Syrie au présent, Paris, Actes du Sud, 2007.

Tejel J., Syria’s Kurds: History, Politics and Society, Londres, Routledge, 2009.

Tejel J., « Au-delà de la bataille de Kobané, la société civile kurde en sursis », Moyen-Orient, no 26, 2015, p. 56-60.

Haut de page

Notes

1 Hirst D., “This could be the birth of an independent Kurdish state”, The Guardian, 9 janvier 2013 ; http://www.theguardian.com/commentisfree/2013/jan/09/birth-kurdish-state-ottoman-syria-arab-spring (dernier accès le 7 octobre 2015). Hirst D., “This could be the birth of an independent Kurdish state”, The Guardian, 9 janvier 2013 ; http://www.theguardian.com/commentisfree/2013/jan/09/birth-kurdish-state-ottoman-syria-arab-spring (dernier accès le 7 octobre 2015).

2 Bozarslan H., Le conflit kurde. Le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris, Autrement, 2009, p. 133-134.

3 Pour une critique raisonnée de la méthode régressive dans la reconstitution des crises politiques, voir Dobry M., Sociologie des crises politiques, Paris, Sciences Po, 1986, p. 64-71 ; Pour une tentative de réconciliation entre histoire et sociologie des crises politiques, voir Gobille B., « De l’étiologie à l’historicité des crises : sociologie des crises politiques et sociohistoire du temps court », dans Myriam Aït-Aoudia et Antoine Roger, La logique du désordre : relire la sociologie de Michel Dobry, Paris, Sciences Po, 2015, p. 153-175.

4 Les Kurdes du Kurd Dagh sont présents dans cette région depuis quatre siècles. L’installation de population sédentaire dans la Haute Jazîra en revanche date de la deuxième moitié du xixe siècle. Finalement, un flux plus important de population kurde arrive dans la Jazîra pendant les années 1920 et 1930.

5 Le contentieux entre la Syrie et la Turquie prend ses racines historiques dans le transfert de souveraineté du sandjak d’Alexandrette au profit de la Turquie, opéré en 1939. Outre ce différend territorial, la construction du barrage Atatürk sur l’Euphrate, privant la Syrie d’importantes quantités d’eau, a permis à la Turquie d’exercer des pressions diplomatiques sur la Syrie. Le soutien de Damas aux partis kurdes d’Irak s’explique par l’opposition entre les deux régimes baasistes, alimentée entre autres par l’alignement de Bagdad à la politique américaine dans les années 1980.

6 En 1990, les électeurs ont pu élire une quinzaine de candidats d’origine kurde. Trois d’entre eux se présentaient sur une liste commune soutenue par les organisations kurdes de Syrie. 

7 Tejel J., « Les Kurdes de Syrie, de la “dissimulation” à la “visibilité” ? », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, no 115-116, 2006, p. 117-133.

8 En 1962, le gouvernement syrien décide de la mise en place de la politique dite de « la ceinture arabe » visant à séparer les régions kurdes de la Syrie de celles de la Turquie et de l’Irak. Le gouvernement de Damas procède alors à un recensement dans le district de Hassaké qui prive 120 000 Kurdes de leur citoyenneté, soupçonnés d’avoir pénétré illégalement en territoire syrien.

9 Montgomery H., The Kurds of Syria. An existence denied, Berlin, EZKS, 2005, p. 119.

10 Savelsberg E., “The Syrian-Kurdish movements : Obstacles rather than driving forces for democratization”, dans David Romano et Mehmet Gurses, Conflict, Democratization and the Kurds in the Middle East : Turkey, Iran, Iraq, and Syria, New York, Palgrave/Macmillan, 2014, p. 91-92.

11 Gauthier J., « Les événements de Qamichli : irruption de la question kurde en Syrie ? », Études kurdes, no 7, 2005, p. 97-114.

12 Selon l’Association des droits de l’Homme en Syrie, treize Syriens, dont onze Kurdes, sont décédés sous la torture en 2004. AFP, 7 avril 2005.

13 Lors d’un entretien réalisé en avril 2004, Abdul, jeune kurde de Qamichli, raconte : « Il y a une vague d’arrestations de Kurdes […] ». Après sept jours de détention, « ma famille a reçu le corps de mon frère dans un cercueil et sous un linceul. Mon père a regardé. À l’évidence, Ferhad a été torturé à mort ». Tejel J., « Jeunesse kurde : entre rupture et engagement militant », dans Baudoin Dupret, Zouhair Ghazzal, Youssef Courbage, La Syrie au présent, Paris, Actes du Sud, 2007, p. 271-272.

14 Tejel J., Syria’s Kurds : History, Politics and Society, Londres, Routledge, 2009, p. 130-132.

15 À titre d’exemple, voir les images des commémorations publiques organisées par les partis kurdes quatre ans après les événements de 2004 ; http://www.amude.net/Nuce_Kurdi_deep.php?newsLanguage=Kurdi&newsId=6469 (dernier accès le 2 juin 2016).

16 McDowall D., The Kurds of Syria, Londres, KHRP, 1998, p. 65.

17 En 2005, plusieurs dirigeants du Wifaq sont assassinés, accusés par le PYD de coopérer avec le régime syrien.

18 Bookchin M., “Libertarian Municipalism : An overview”, Green Perspectives, nº 24, 1991, p. 1-6.

19 Jongerden J. et Hamdi Akkaya A., “Democratic confederalism as a Kurdish spring : The PKK and the quest for radical democracy”, dans Michael Gunter et Mohammed A. Ahmed, The Kurdish Spring, Costa Mesa, Mazda, 2013, p. 163-185.

20 Cimino M., « Une mobilité transfrontalière sous contrôle ? Le cas turco-syrien en temps de guerre (2011‑2015) », L’espace politique, vol. 27, no 3, 2015 (en ligne). URL : http://espacepolitique.revues. org/3613.

21 Quesnay A. et Roussel C., « Avec qui se battre ? Le dilemme kurde », dans François Burgat et Bruno Paoli, Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte, 2013, p. 151-155.

22 Kurdwatch.org, “Amudah/ad-Darbasiyah : PYD imposes curfew” ; http://www.kurdwatch.org/?aid=2904&z=en (dernier accès le 8 juin 2016).

23 Aranews, “In blow to Kurdish independent media, Syrian Kurdish website shuts down” ; http://aranews.net/2016/05/blow-kurdish-independent-media-syrian-kurdish-website-shuts/ (dernier accès le 8 juin 2016).

24 Tejel J., « Au-delà de la bataille de Kobané, la société civile kurde en sursis », Moyen-Orient, no 26, 2015, p. 56-60.

25 Le TEV-DEM ou Mouvement pour une société démocratique est un regroupement de partis politiques, d’association et de mouvements de femmes et de jeunesse qui, sous la tutelle du PYD, est en charge de la gestion et de la gouvernance des territoires kurdes en Syrie depuis 2012.

26 La « bataille de Kobané » a provoqué la perte de plus de 500 combattants des YPG ainsi que la destruction d’une partie importante de la ville et des villages environnants. Desoli F., « L’avant-et l’après-Kobané : défis et opportunités pour les Kurdes de Syrie », Outre-Terre, no 44, 2015, p. 277.

27 An-Nahar, « Ouverture d’un bureau de représentation des Kurdes syriens à Paris », 24 mai 2016, http://fr.annahar.com/article/389474-ouverture-dun-bureau-de-representation-des-kurdes-syriens-a-paris (dernier accès le 30 mai 2016).

28 Aranews, “Senior Kurdish military official : We will defeat ISIS and link all Rojava’s cantons” ; http://aranews.net/2016/06/senior-kurdish-military-official-will-defeat-isis-link-rojavas-cantons (dernier accès le 3 juin 2016).

29 KurdishQuestion, “Refusing to become refugees and rejecting victim mentality : Kobane’s mishtanur camp” ; http://kurdishquestion.com/oldsite/index.php/kurdistan/north-kurdistan/refusing-to-become-refugees-and-rejecting-victim-mentality-kobane-s-mishtanur-camp/1451-refusing-to-become-refugees-and-rejecting-victim-mentality-kobane-s-mishtanur-camp.html (dernier accès le 8 juin 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordi Tejel, « Le Rojava : heurs et malheurs du Kurdistan syrien (2004‑2015) », Anatoli, 8 | 2017, 133-149.

Référence électronique

Jordi Tejel, « Le Rojava : heurs et malheurs du Kurdistan syrien (2004‑2015) », Anatoli [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/610 ; DOI : 10.4000/anatoli.610

Haut de page

Auteur

Jordi Tejel

Jordi Tejel est docteur en Histoire (Université de Fribourg) et en Sociologie historique (EHESS). Après avoir étudié les origines du nationalisme kurde moderne dans le contexte de la Syrie et le Liban mandataires, il a conduit plusieurs recherches sur le mouvement kurde et la question minoritaire au Moyen-Orient. Actuellement, il est Professeur titulaire au département d’Histoire de l’Université de Neuchâtel (Suisse) où il dirige un projet financé par le Conseil européen de la recherche intitulé « Towards a decentred history of the Middle East : Transborder Spaces, Circulations, and Frontier Effects ». Parmi ses publications les plus récentes figurent Syria’s Kurds. History, Politics and Society (Routledge, 2009), Writing the Modern History of Iraq : Historiographical and Political Challenges (sous dir. avec P. Sluglett, R. Bocco et H. Bozarslan, World Scientific Press, 2012), et La Question kurde : Passé et présent (L’Harmattan, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals