Navigation – Plan du site
Dossier : Les kurdes
Partie 2. Un peuple, quatre états

La formation d’un espace sociopolitique kurde sous le pouvoir d’AKP en Turquie

Cuma Çiçek
p. 151-181

Notes de l’auteur

Les entretiens cités dans ce travail ont été menés dans le cadre de ma recherche doctorale qui a été acceptée par Sciences Po Paris en 2014 et intitulée “Nation, Religion, Class : Building Kurdish Concensus in Turkey”.

Texte intégral

Introduction

  • 2 L’espace socio-politique kurde se réfère aux mobilités socio-politiques kurdes multiples qui constr (...)
  • 3 J’utilise le PMK pour désigner le mouvement politique kurde le plus puissant, qui est à l’origine d (...)

1L’Espace sociopolitique kurde2 en Turquie traverse une transformation profonde depuis les années 2000. On assiste à des changements radicaux tant dans les dynamiques en Turquie qu’à l’extérieur. En 1999, à la suite de la capture d’Abdullah Öcalan, le leader charismatique du Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistanê – PKK), le principal mouvement kurde3 (PMK) a pris une décision stratégique, qui consiste à cesser la lutte armée et à retirer ses forces armées en dehors des frontières de la Turquie.

  • 4 À la fin de cette transformation, au niveau organisationnel, le PKK est devenu la KCK qui est un co (...)

2À la suite de cette décision, le PMK a procédé à des changements importants dans ses idées, ses intérêts et ses institutions.4

3La politique du pouvoir central a également subi des changements au cours de la même période. Le Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP) est arrivé au pouvoir en 2002 en mettant à l’écart la plupart des partis présents sur la scène politique en Turquie. Ce parti a modifié les dynamiques politiques non seulement dans le pays, mais également dans la région kurde.

  • 5 Pour le concept de « cadrer » (to frame) voir: Goffman E., Frame Analysis: An Essay on the Organiza (...)

4Avec ces changements visibles au niveau régional et dans le pays, le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne (UE) est devenu une dynamique déterminante dans la formation de l’espace sociopolitique en Turquie. Le gouvernement de l’AKP a utilisé le processus d’européanisation pour contourner les obstacles posés par des forces kémalistes traditionnelles et reconstruire le régime (polity), la politique (politics) et les politiques (polices) en Turquie. Comme l’AKP, le PMK s’est référé à l’européanisation pour recadrer5 la question kurde, réorganiser ses idées, ses intérêts et ses institutions dans le but de reconstruire l’espace sociopolitique kurde en Turquie.

  • 6 Le leadership politique des cantons dénomme la région comme « Rojava » qui signifie « Ouest » en ku (...)

5Dès l’intervention des États‑Unis en Irak en 2003, une nouvelle dynamique transfrontalière s’est introduite dans la formation de l’espace sociopolitique kurde. Ceci est dû à la Région du Kurdistan en Irak (RKI) et au Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK), qui ont radicalement changé l’appréhension de la question kurde. Cela a également donné lieu à de nouvelles références chez les acteurs kurdes en Turquie. Ainsi, la fondation de la RKI et du GRK peut être considérée comme la première onde géopolitique de la question kurde au Moyen‑Orient. Depuis 2012, l’émergence de Rojava6, comme région politico-administrative kurde en Syrie, fonctionne comme la deuxième onde géopolitique. Nous constatons que cette onde est plus forte que la première. En effet, contrairement à la RKI, Rojava est, sur les plans idéologiques, politique, administratif, voire militaire, sous la direction du PMK.

6L’article analyse la question qui consiste à savoir quels sont les acteurs et les dynamiques aux niveaux régionaux, nationaux et transnationaux qui ont construit l’espace sociopolitique kurde en Turquie sous le pouvoir de l’AKP. Comment peut-on suivre et classifier historiquement l’interaction des différents acteurs kurdes dans un système d’action qui a cadré l’espace de jeu et déterminé les règles du jeu. Dans cet article se trouvent deux principaux arguments : Premièrement, il faut articuler les dynamiques aux niveaux micro (les acteurs) et macro (le système d’action) pour analyser la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. Car, l’espace sociopolitique kurde est une construction par différents acteurs qui interagissent dans un système d’action construit par les grandes dynamiques. Le système d’action cadre l’espace de jeu et détermine les règles du jeu. Cependant, l’interaction des acteurs peut transformer le système d’action. Deuxièmement, la principale dynamique du système d’action des acteurs kurdes était le processus d’européanisation de la Turquie entre 2002‑2005. Les transformations profondes des conditions géopolitiques de la question de Kurdistan ont remplacé l’européanisation à partir de 2005. L’établissement de la RKI construit la première transformation géopolitique, tandis que la construction en cours de Rojava constitue la deuxième transformation qui cadre la formation en cours de l’espace sociopolitique kurde en Turquie.

7Pour analyser la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie, sous le pouvoir de l’AKP et depuis 2002, dans un premier temps, nous examinerons la construction de l’espace sociopolitique kurde. Ensuite, nous nous pencherons sur l’intervention de l’AKP dans l’espace kurde. Notre troisième analyse portera sur l’influence de l’européanisation dans la formation de l’espace kurde. Notre quatrième analyse sera sur les effets des changements géopolitiques en Irak sur l’action collective kurde en Turquie. Notre dernière analyse portera sur un double processus : Rojava et le projet du Parti démocratique des peuples (Halkların Demokratik Partisi – HDP). À la fin de notre article, nous essaierons de lancer une discussion sur les conséquences possibles des conflits vécus depuis l’été 2015 dans la région kurde et leurs influences probables sur la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie.

Dynamiques de la construction de l’espace sociopolitique kurde

  • 7 Crozier M. et Friedberg E., L’Acteur et Le Système, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 293-7.

8Étant donné que les acteurs et les questions sont des constructions sociales et historiques, les approches microsociologiques et macrosociologiques doivent être articulées ensemble pour analyser le processus de la construction de l’espace politique. La perspective microsociologique interroge l’interaction des acteurs, de leurs idées, des intérêts en jeu et des institutions tandis que la perspective macrosociologique se focalise sur le système d’action ; en d’autres termes, sur le contexte structuré qui privilégie certains acteurs et intérêts tandis qu’il en démobilise d’autres. En nous basant sur l’approche de Michel Crozier et Erhard Friedberg7, je considère les dynamiques à la fois aux niveaux micro (les enjeux et les stratégies des acteurs : les questions/défis, les conflits, les négociations, la coopération, le consensus), et aux niveaux macro (le système d’action : les grandes dynamiques qui structurent les règles du jeu) pour examiner la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie sous le pouvoir de l’AKP.

  • 8 Berger P. L. et Luckmann T., The Social Construction of Reality: A Treatise in the Sociolgoy of Kno (...)
  • 9 Ibid. p. 15.

9En suivant la théorie constructiviste, en faisant valoir que « la réalité est socialement construite »8 et « “toutes les connaissances” humaines sont développées, transmises et entretenues dans une situation sociale »9, je m’appuie sur les travaux de la sociologie de l’action collective en général et le modèle des « trois I » notamment pour articuler les niveaux micro et macro.

  • 10 Paige J. M., Agrarian Revolution, New York, Free Press, 1978.
  • 11 Tilly C., From Mobilization to Revolution, New York, Random Hause, 1978; Tarrow S. G., Power in Mov (...)
  • 12 McAdam, op. cit., p. 578.
  • 13 Paige, op. cit.
  • 14 Olzak S., The Global Dynamics of Racial and Ethnic Mobilization, Standford, Stanford University Pre (...)

10Les premiers travaux consacrés à la sociologie de l’action collective montrent qu’il existe essentiellement trois principales dynamiques interdépendantes qui affectent l’action collective. Ce sont les idées, les intérêts et les institutions. Des concepts tels que « la dislocation structurelle »10, « la disparité de puissance »11 et « l’emplacement structurel/des réseaux »12 montrent que la plupart des approches se basent sur le contexte institutionnel pour expliquer les dynamiques de l’action collective. D’autre part, étant donné que l’action collective se réfère à un conflit entre les groupes ayant un pouvoir inégal, les adeptes de la théorie du processus politique, de la théorie marxiste13 et de la théorie de la concurrence14 affirment que les intérêts qui s’opposent constituent, à l’évidence, le cœur de l’action collective. Enfin, le partage des objectifs, des buts et des valeurs montre l’importance des cadres normatifs dans l’analyse de l’action collective.

  • 15 Surel, Y., « Trois I », dans, Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, et Pauline Ravinet (eds.), Diction (...)
  • 16 Hall P. A., et Taylor R. C. R., “Political Science and the Three New Institutionalisms”, Political (...)
  • 17 Hay C., “Constructivist Institutionalism”, R.A.W Rhodes, Sarah Binder, et Bert A. Rockman (eds.), T (...)

11Le modèle des « trois I » postule que les Idées, les Intérêts et les Institutions sont les principaux éléments interdépendants dans l’analyse de l’évolution des politiques publiques.15 L’institutionnalisme constructiviste, élaboré par Colin Hay, représente une approche utile dans la mesure où elle offre un cadre analytique qui permet d’apporter un éclairage sur l’interaction des idées, des intérêts et des institutions. En partant de l’institutionnalisme historique et en écartant l’explication de Peter A. Hall et Rosemary C. R. Taylor16, Hay considère les changements comme les produits de l’interaction stratégique des acteurs et du contexte institutionnel dans lequel ils sont construits. En d’autres termes, il les considère comme les produits de l’interaction entre « les architectes institutionnels », « les sujets institutionnalisés », et « l’environnement institutionnel »17.

Niveau micro : les acteurs kurdes

12Dans l’espace sociopolitique kurde, les acteurs sont, au niveau micro d’analyse, l’élément central du cadre analytique. Les divisions dues aux dynamiques nationales, religieuses et de classes constituent le cadre structurel principal de la formation de l’espace sociopolitique kurde et de l’action collective des groupes kurdes.

13Il existe deux groupes hégémoniques, en terme gramscien, dans la région kurde : le PMK et l’AKP. Le PMK a trois qualités distinctives : (1) il a un héritage de gauche, (2) il considère la question kurde comme « une question nationale », (3) il préconise un statut politico‑administratif (l’autonomie locale ou régionale) et revendique les droits culturels collectifs pour les Kurdes. À cet égard, les qualités très modernistes, laïques, de gauche, ainsi que l’émancipation des femmes, doivent être soulignées dans le discours du PMK.

14L’AKP représente quant à lui une coalition de différents groupes pro‑islamistes kurdes. Les groupes religieux privilégient souvent leurs identités sunnites-musulmans au détriment de l’identité nationale kurde. La plupart des groupes sunnites-musulmans kurdes sont les ramifications régionales des mouvements et partis politiques pro‑islamistes turcs, tels que le Mouvement de l’Avis National (Milli Görüş Hareketi – MGH), la communauté de Gülen (Gülen Cemaati – GC), la communauté de Meşrevet, et la communauté de Suleymanite (Süleymancı). L’anti‑occidentalisme, l’anticommunisme, le nationalisme turc et les tendances étatistes des pro-islamistes turcs ont une influence significative sur leurs ramifications régionales dans la région kurde.

  • 18 Les élites économiques kurdes se réfèrent aux représentants et administrateurs institutionnels comm (...)
  • 19 Pour la qualité néolibérale de l’AKP voir : Ataay F., Neo-liberalizm ve Muhafazakar Demokrasi : 200 (...)
  • 20 Barkey H. J., “Turkey and Iraq: The Making of a Partnership”, Turkish Studies 12, no 4, 2011a, p. 6 (...)

15Cependant, l’AKP ne peut pas être réduit à un groupe pro‑islamiste. Au contraire du PMK, il représente également les intérêts des élites économiques kurdes18. Dans le domaine économique, le pouvoir infrastructurel de l’AKP a facilité le renforcement de ses relations économiques avec les élites kurdes. L’AKP a essayé de garder les élites économiques kurdes loin de la mobilisation nationale kurde en leur offrant de nouvelles perspectives économiques. À cet égard, la qualité néolibérale de l’AKP19, la croissance économique nationale à travers le pays, la forte croissance du commerce extérieur20 et le processus de privatisation immense entamé depuis 2002 doivent être notés. Ceci fait que les élites économiques kurdes considèrent le gouvernement pro‑islamiste comme une expansion précieuse de leurs ressources pour les sphères économiques et politiques dans la région kurde.

  • 21 Bora T., Türk Sağının Üç Hali : Milliyetçilik, Muhafazakarlık, İslamcılık, İstanbul, İletişim, 2015

16En plus de ces deux groupes hégémoniques, il existe différents groupes kurdes représentant divers idées et intérêts. D’abord, il faut parler des Kurdes alévis. Comme les Kurdes pro‑islamistes, la plupart des Kurdes Alévis privilégient leur identité d’Alévi comme le principal filtre d’interprétation dans l’espace sociopolitique. L’identité alévie a principalement évolué jusqu’ à aujourd’hui comme « l’autre historique » de l’identité sunnite-musulmane. Cette construction des communautés alévies et leurs identités comme « l’autre » a donné lieu à la participation massive des Alévis dans les politiques de gauche, en opposition aux groupes politiques de droite, qui sont composés, depuis les années 1960, par les pro-islamistes, nationalistes turcs et conservateurs21. Au sein de l’espace politique, on peut classer les Kurdes alévis, certes d’une façon caricaturale, en trois groupes principaux : les partisans du Parti Républicain du Peuple (Cumhuriyet Halk Partisi – CHP), ceux du PMK et ceux des groupes radicaux de gauche.

17Deuxièmement, il existe plusieurs partis kurdes tels que le Parti démocratique du Kurdistan en Turquie (Partiya Demokratîk a Kurdistanê li Tirkiyeyê – PDK-T), le Parti de la liberté et du socialisme (Özgürlük ve Sosyalizm Partisi – ÖSP), le Parti pour la liberté du Kurdistan, (Partiya Azadiya Kurdistanê – PAK), le Parti socialiste du Kurdistan (Partiya Sosyalîst a Kurdistanê – PSK) qui rivalisent avec le PMK. Ils définissent aussi la question kurde comme un problème national avec les références socialiste, nationaliste et libérale. Pour la solution de la question kurde tous revendiquent un système fédéraliste basé sur les nations kurdes et turques.

18Troisièmement, il faut parler des groupes autonomes pro-Islamistes kurdes. Depuis les années 1990, on assiste à l’autonomisation de certains groupes pro- islamistes kurdes, comme la communauté de Zehra, le Hezbollah et l’Azadî. Critiquant le nationalisme turc et le caractère étatiste des pro-islamistes turcs, ces groupes autonomes pro‑islamistes kurdes préconisent des droits nationaux kurdes, l’égalité entre les nations et la pluralité culturelle du monde musulman avec un discours islamique.

  • 22 Ils sont les élites économiques kurdes qui dirigent ou représentent les chambres de l’industrie et (...)

19Finalement, il existe un petit groupe des élites économiques22 qui cadre la question kurde comme un problème national et revendique les droits culturels collectifs et un statut politico-administratif pour les Kurdes. Au contraire de la plupart des élites économiques kurdes, ce groupe poursuit un équilibre politique entre l’AKP et le PMK.

Niveau macro : État-central, européanisation et géopolitiques

  • 23 Mann M., “The Autonomous Power of the State: Its Origins, Mechanisms and Results”, Neil Brenner et (...)

20Au niveau macro de l’analyse, premièrement, l’État central pèse de manière déterminante sur l’action de groupes kurdes, ceci grâce à ses pouvoirs infra-structuraux et despotiques23. En effet, les pouvoirs militaires, socio‑économiques et idéologiques de l’État, ont été considérablement restructurés depuis que l’AKP est arrivé au pouvoir. Ce processus de transformation a en particulier influencé les interactions entre les groupes kurdes. Même si l’AKP partage le nationalisme turc exclusif et monolithique du kémalisme, son identité politique et idéologique pro-islamiste et sa nature néolibérale ont été utilisées à la fois comme une ressource constructive et destructive par des groupes nationaux, religieux et économiques kurdes de différentes façons et dans différentes périodes.

  • 24 Palier B. et Surel Y., « Analyser L’européanisation Des Politiques Publiques », Bruno Palier et Yve (...)
  • 25 Jacquot S. et Woll C., Les Usages de l’Europe. Acteurs et Transformations Européennes, Paris, L’Har (...)
  • 26 Dyson K. et Goetz K. H., “Living with Europe: Power, Constraint and Contestation”, Kenneth DYSON et (...)

21Le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE doit être ajouté au système d’action comme la deuxième dynamique touchant les groupes kurdes. En suivant l’approche interactive définissant l’européanisation comme « l’ensemble des processus d’ajustements institutionnels, stratégiques et normatifs induits par l’intégration européenne »24, je considère le processus d’euro‑péanisation comme la construction et la destruction des idées, des intérêts et des institutions au sein de la sphère kurde. D’autre part, les différentes formes de « l’usage d’européanisation »25 se concentrent sur la façon dont les acteurs nationaux utilisent le processus d’intégration européenne comme une contrainte/ressource constructive ou destructive pour structurer l’espace domestique.26 En conséquence, d’après mes analyses, l’européanisation dénote des processus interactifs et complexes des ajustements institutionnels, stratégiques et normatifs induits par l’intégration européenne, dans laquelle les acteurs nationaux utilisent le processus d’intégration pour restructurer le système politique, la politique et les politiques publiques.

22Étant donné que la question kurde est un problème transnational et international, la géopolitique de la question kurde peut être définie comme l’une des principales contraintes/ressources sur l’action collective des Kurdes en Turquie. À cet égard, la fondation de l’IKR comme un quasi‑État est une dynamique déterminante qui cadre et construit les différents acteurs et les différentes problématiques sur « les questions kurdes » depuis 2003. De plus, la mise en place de la région kurde de facto en Syrie en 2012 peut être qualifiée comme la deuxième vague géopolitique en faveur des Kurdes. Les constitutions des régions politiques kurdes en Irak et en Syrie ont encouragé et mobilisé les groupes kurdes et ont changé les paramètres principaux de la question kurde en Turquie.

Intervention de l’AKP dans l’espace sociopolitique kurde

23L’intervention de l’État turc dans l’espace kurde a joué un rôle déterminant dans la formation des conflits, des négociations, de la coopération et du consensus parmi les groupes kurdes. L’émergence des mouvements nationaux kurdes, le développement de la région kurde comme une économie périphérique avec l’incorporation de la classe dirigeante kurde au pouvoir central, la formation des identités alévie et Zaza comme des identités distinctes de l’identité nationale kurde et la dépendance des groupes islamistes et des alévis kurdes par rapport à leurs coreligionnaires turcs ne peuvent être analysés sans prendre en compte cette intervention de l’État.

24Étant donné le caractère périphérique de la région kurde en termes économique, politique et religieux, la politique défavorable menée, depuis 2002, par le gouvernement de l’AKP – islamiste et néolibérale –, influence le processus de formation de l’espace sociopolitique kurde. La plupart des Kurdes islamistes, des élites économiques, mais aussi quelques groupes nationaux, ont utilisé l’influence de l’AKP dans la région kurde pour renforcer leur pouvoir et se constituer comme une puissance alternative ou parallèle contre le PMK. Le caractère néolibéral et islamiste de l’AKP a également encouragé les élites économiques et les groupes islamistes kurdes dans l’orientation de cette influence en leur faveur. Dans ce contexte, pour ce qui est de la plupart des groupes alévis kurdes, en tant que minorité religieuse, ils ont vu le CHP comme un instrument politique plus utile que le PMK pour pouvoir s’opposer au gouvernement islamiste de l’AKP. Pour autant, la fibre nationaliste turque de l’AKP, qui est plus visible à partir de 2009, a également forcé certains groupes islamistes et des élites économiques à se rapprocher aux groupes nationaux kurdes.

25L’intervention de l’État central dans l’espace kurde et ses effets ont changé selon les dynamiques internes et externes. Car, à côté de l’intervention de l’État, il existe deux dynamiques principales qui ont déterminé la formation du système d’action des groupes kurdes : l’européanisation et la géopolitique de la question kurde.

Années d’européanisation

26La plupart des acteurs kurdes ont vu le processus de l’européanisation en Turquie comme un des principaux moyens de démocratisation entre 1999 et 2005. Le processus a influencé la question kurde à différents niveaux ; et la scène kurde a subi des transformations considérables durant ce processus. Malgré ses limites, l’européanisation était une dynamique incontestable qui a servi aux différents groupes kurdes à reformuler leurs idées, leurs intérêts et leurs institutions et de réorganiser le régime (polity), la politique (politics) et les politiques (policies) tant au niveau régional que dans le pays.

Différents usages d’européanisation

27Chaque groupe kurde a utilisé l’européanisation de différentes façons. La plupart des groupes nationaux l’ont utilisée comma une ressource matérielle, comme une source de légitimité, comme une référence normative et aussi comme une force de levier stratégique pour contourner des obstacles au niveau national. Le PMK qui a traversé une crise existentielle après la capture de son leader incontesté en 1999 a manié l’européanisation à plusieurs niveaux. En décrivant la question kurde comme un problème de démocratie et de manque de multiculturalisme, le PMK a essayé de cadrer la question kurde comme une partie du processus d’européanisation de la Turquie, ceci dans le but de contourner les obstacles du régime kémaliste, qui perçoit la question kurde comme un problème de sécurité et de terrorisme menaçant l’unité de la nation et de l’État turc. Avec l’usage de l’européanisation, le PMK a construit un nouveau cadre normatif autour de la question kurde, il a légitimé sa lutte pour la cause nationale kurde. Il a ainsi trouvé un argument stratégique permettant de surmonter la crise existentielle.

  • 27 Entretiens avec Bayram Bozyel, Président du Parti de droits et de libertés (HAK-PAR), Diyarbakır, 2 (...)
  • 28 Entretiens avec Sinan Çiftyürek, Président du Parti de liberté et de socialisme (ÖSP), Diyarbakır, (...)

28D’autres partis kurdes partagent également l’approche du PMK. Selon eux, l’UE est non seulement une union économique, mais aussi « un monde de démocratie et des normes ». Selon ces groupes, l’européanisation a, comme une référence normative, joué un rôle déterminant dans le processus de démocratisation en Turquie.27 Contrairement aux approches politiques mentionnées ci‑dessus, certains envisagent le processus d’adhésion comme une menace significative à l’unité du Kurdistan qui est séparé entre les quatre pays. Selon eux, si la Turquie devenait membre de l’UE, il ne serait pas facile de s’unir entre « le Kurdistan du Nord » (en Turquie) et « le Kurdistan du Sud » (en Irak).28

  • 29 Entretien avec Nurettin Bozkurt, Membre d’administration de Mazlum‑Der à Diyarbakır, Diyarbakır, 19 (...)
  • 30 Entretien avec Sıtki Zilan, Intellectuelle pro-islamiste, l’un des fondateurs de l’Initiative islam (...)
  • 31 Entretien avec Mehmet Ali Dündar, Président de l’Association des artisans et des entrepreneurs loca (...)
  • 32 Entretien avec İzzet Özdemir, Président de Bingöl Kurdî-Der, une ONG travaillant sur la langue kurd (...)
  • 33 Les reformes sur les droits linguistiques est un très bon exemple. Les reformes réalisés dans le ca (...)
  • 34 Barkey H. J., Turkish Foreign Policy and The Middle East, CERI Strategy Papers, Paris, Centre d’Étu (...)

29Bien que la majeure partie des groupes pro-islamistes soit eurosceptique, ils ont utilisé l’européanisation comme une nouvelle ressource organisationnelle permettant la réorganisation dans la sphère publique grâce à l’élargissement de la sphère politique et de la liberté d’association pendant le processus. Quelques groupes pro-islamistes comme Mazlum‑Der29 et Azadî30 apprécient les normes européennes comme des références universelles pour la démocratie et les droits de l’homme.31 Cependant, la majeure partie des groupes pro‑islamistes sont eurosceptiques et voient l’UE comme « un club chrétien ». Ils considèrent l’UE comme un danger réel pour les valeurs et le style de vie pro‑islamiques en Turquie.32 Cependant, ils ont utilisé l’européanisation comme un moyen de légitimation et un élément stratégique afin de contourner les obstacles de l’État kémaliste traditionnel33. À cet égard, la politique de l’AKP, qui a instrumentalisé l’européanisation, a joué un rôle critique dans la formation de la position des groupes pro‑islamistes. Cette politique a permis à l’AKP de légitimer ses idées, ses intérêts et de délégitimer les politiques de l’État kémaliste traditionnel ainsi qu’à affaiblir les tutelles militaire et juridique sur la politique.34 L’AKP a progressivement éliminé les mainmises militaire et juridique dans la politique en prenant de plus en plus le contrôle du pouvoir étatique avant d’abandonner, vers la seconde moitié des années 2000, cette politique.

30Contrairement aux pro-islamistes, les groupes alévis ont soutenu l’européanisation et l’ont utilisée pour étendre leurs libertés d’association et de religion afin de contourner les obstacles de la politique dominante de l’État turc basé sur l’Islam‑sunnite. Les groupes alévis soutenant le PMK ont utilisé l’européanisation d’une façon similaire. Quant aux groupes alévis soutenant le CHP, ils ont généralement donné une importance remarquable aux normes européennes. Pourtant, l’instrumentalisation du processus par l’AKP a limité leur capacité de mobiliser l’européanisation au niveau stratégique. Finalement, certains groupes alévis s’appuyant sur les mouvements politiques de la gauche radicale ont vu dans l’UE une force impérialiste et non pas un modèle pouvant inspirer des projets progressistes.

31Finalement, les élites économiques kurdes ont utilisé l’européanisation comme une nouvelle ressource normative pour la stabilité politique et économique. Comme des groupes nationaux et religieux, les élites économiques ont des approches différentes à propos de l’européanisation. Cependant, ils mettent aussi en évidence que le processus était une ressource provisoire et limitée à plusieurs niveaux. Il est surprenant d’observer que les élites économiques ont surtout discuté d’européanisation en termes politiques et ont vu l’influence économique du processus comme très limitée.

Influence de l’européanisation sur l’espace sociopolitique kurde

32Malgré ses limites, l’européanisation a eu une influence remarquable sur la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. D’abord, la question kurde s’est transformée d’un problème sécuritaire et de terrorisme menaçant l’unité de la nation et de l’État turc vers une question de démocratie et de droits des minorités.

33D’autre part, l’européanisation a contribué au renforcement de la politique légale kurde. Dans les années 2000, la politique kurde a fait face à une transformation profonde. Elle s’est urbanisée, institutionnalisée et légalisée. Cette transformation ne peut certes pas être réduite à l’influence de l’européanisation. Les dynamiques internes telles que l’expérience de gouvernance locale du PMK dans la plupart des villes kurdes, par le biais des municipalités, ont joué un rôle déterminant en cette transformation. Cependant, on constate le rôle de l’européanisation particulièrement dans l’institutionnalisation et la légalisation de la politique kurde en Turquie.

34De plus, on a assisté à l’enrichissement de l’espace politique kurde pendant les années d’européanisation dans la mesure où en plus du principal parti kurde, plusieurs partis, mouvements, plateformes, réseaux socio-politiques et ONG ont fait leur apparition dans la région kurde. En élargissant l’espace politique en Turquie, notamment dans la région kurde, le processus d’européanisation a contribué d’une façon remarquable au processus de pluralisation politique.

  • 35 La plateforme des ONG Islamiques à Diyarbakir (Diyarbakir Islami STK’lar Platformu) est un bon exem (...)

35L’européanisation a fourni un nouveau processus d’apprentissage à plusieurs niveaux pour tous les groupes kurdes et a promu l’idée de gouvernance et le rôle des organisations non gouvernementales (ONG) dans la formation de la sphère politique publique. Les groupes pro-islamistes ont commencé à apparaître et à participer à la sphère publique comme des ONG après l’européanisation.35 La transformation du Hezbollah kurde, qui était une organisation illégale armée avant de devenir un mouvement sociopolitique légal, est le meilleur exemple de la promotion de cette idée de société civile. Il est évident que l’européanisation a fonctionné non seulement comme un moyen de légitimation, mais également comme une ressource organisationnelle et normative pour la plupart des groupes kurdes. En plus de l’aspect organisationnel, il y a eu des changements remarquables au niveau du discours politique. Aujourd’hui, tous les groupes kurdes utilisent un discours donnant une importance significative au rôle des ONG dans la sphère politique.

Limites de l’européanisation

  • 36 Entretien avec Selahattin Demirtaş, Coprésident du Parti de la paix et de la démocratie (BDP), Anka (...)

36Depuis 2005, l’européanisation a perdu sa crédibilité aux yeux des groupes kurdes pour plusieurs raisons. Actuellement, ceux-ci ne considèrent l’européanisation ni comme une ressource politique ni comme ressource économique. À cet égard, il est important de souligner que le gouvernement d’AKP a également utilisé l’européanisation avant de renoncer à cette politique au milieu des années 2000, ceci lorsqu’il est arrivé à un point où il avait entre ses mains une grande partie du pouvoir étatique.36

  • 37 Entretien avec Baydemir, Demirtaş, Bozyel, İpek, Elçi et Çiftyürek.

37Deuxièmement, il y avait un clivage clair entre le cadre de l’UE et les demandes politiques des partis kurdes sur la question kurde. Le PMK a espéré pouvoir obtenir les droits culturels collectifs et les droits à l’autonomie au moins au niveau local pendant cette période d’européanisation. Pourtant, l’UE a principalement adopté une approche privilégiant les politiques d’Ankara et s’est limitée à proposer la reconnaissance des droits individuels culturels comme solution à la question kurde. La plupart des groupes kurdes ne sont actuellement pas satisfaits de cette politique.37

  • 38 Entretien avec Baydemir et Demirtaş.

38Dernièrement, les autorités de l’UE ont surtout préféré coopérer avec l’État central et n’ont pas essayé de construire une sphère politique inclusive permettant aux acteurs kurdes, locaux et régionaux, de participer au processus d’adhésion.38 Depuis la naissance de RKI, qui a fourni aux groupes kurdes un nouveau cadre normatif avec son modèle politico-administratif, ses ressources économiques et politiques immenses, l’européanisation est devenue une dynamique non-pertinente et inefficace pour les acteurs kurdes à propos sur le répertoire de la question kurde en Turquie.

Années du Kurdistan : Première Vague Géopolitique

  • 39 Natali D., The Kurdish Quasi-State : Development and Dependency in Post-Gulf War Iraq, New York, Sy (...)

39Depuis 2003, le gouvernement turc est défié par le modèle développé dans la RKI, qui se considère comme étant le premier quasi-État dans le Moyen‑Orient avec sa population de plus de cinq millions39. La RKI est sans aucun doute devenu un centre sociopolitique important pour les Kurdes du monde entier. La montée de nationalisme kurde en Irak avec son modèle politico-administratif a fourni un nouveau cadre normatif concernant la question kurde et a augmenté leurs demandes, espérances et motivations en Turquie.

40Il y a une idée partagée parmi les élites politiques, économiques et religieuses kurdes : la RKI a été une ressource de légitimité et de motivation pour tous les Kurdes vivant en Turquie. Bien que tous les groupes kurdes aient favorablement accueilli la fondation de la RKI et de la GRK, son importance a été différente pour chaque groupe. Le PMK a évalué l’émergence de la RKI d’une façon très négative et l’a surtout critiqué durant les premières années en raison de sa coopération présumée avec l’État turc pour saper l’influence du PMK sur les Kurdes en Turquie. Pourtant, son approche du GRK a changé après les années 2005‑06 lorsque GRK a été constitutionnellement reconnu et a ainsi renforcé son pouvoir tant en Irak que sur la scène internationale. De plus, le PKK a pu se remettre de la turbulence politique qui le secouait depuis la capture de son chef fondateur. Depuis ce temps, en dépit de la concurrence forte entre la GRK et le PMK au niveau transnational, il y a eu un effort mutuel remarquable pour la coopération.

  • 40 Entretien avec Kişanak, Demirtaş et Baydemir.
  • 41 Pour une analyse plus profonde sur l’autonomie démocratique voir : Çiçek C., “Demokratik Özerklik : (...)

41Ce qui est le plus important, c’est que le nouveau cadre normatif que la RKI a fourni à tous les groupes politiques kurdes avec son modèle politico-administratif, lequel a amené le PMK à réviser son projet politique pour la solution de la question kurde en Turquie.40 En effet, le PMK excluait, entre le 1999 et 2005, dans son projet politique toutes les formes de partage de souveraineté comme l’autonomie, la fédération et l’indépendance en les qualifiant de modèles réactionnaires. Cependant, après que la RKI ait vu le jour, il a révisé son cadre et a proposé le projet d’une autonomie démocratique. Celui‑ci se concentre essentiellement sur la reconnaissance constitutionnelle du peuple kurde, de ses droits d’autonomie qui pourra assurer la reproduction et la pérennité de l’identité nationale kurde.41 Il est évident qu’il n’y a pas d’autre dynamique que la RKI qui puisse expliquer cette transformation. En fait, le projet d’autonomie démocratique peut être compris comme une réponse du PMK aux répercussions de la RKI sur les Kurdes de Turquie.

42Contrairement au PMK, d’autres partis kurdes préconisant une région kurde, dans le cadre d’une fédération en Turquie, donnent une importance remarquable à l’existence de la RKI. Ils l’utilisent non seulement comme une source de motivation, mais également comme un modèle politico-administratif pouvant servir de cadre normatif à la question kurde, qui pourrait être résolue dans le cadre d’une fédération.

  • 42 Les autorités étatiques et les gouvernements turcs évitent d’utiliser l’expression « la Région du K (...)
  • 43 Entretien avec Alaattin Korkutata, Président de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à (...)

43Les groupes religieux traitent les changements géopolitiques de différentes façons. Des groupes pro‑islamistes kurdes Ankara‑centriques voient principalement la RKI comme une ressource économique et politique tant au niveau national/régional qu’international. Les représentants kurdes de la Communauté de Gülen ne donnent pas d’importance « nationale » ou « politique » spécifique à l’ « Irak du Nord »42 Ils voient principalement l’ « Irak du Nord » comme une nouvelle ressource économique, un nouveau marché pour la Turquie.43

  • 44 Entretien avec Dengir M. M. Firat, Ancien vice-président et porte-parole de l’AKP, Ankara, 10.11.20 (...)
  • 45 Entretien avec Sözen, Özdemir, et Aslan.
  • 46 Kirişçi K., “The Transformation of Turkish Foreign Policy: The Rise of the Trading State”, New Pers (...)
  • 47 Barkey, 2011b, op. cit.; Abramowitz et Barkey, op. cit.

44Les représentants locaux de l’AKP envisagent la RKI comme un espace économique et politique. Ils partagent l’idée que la RKI est un marché très important pour l’économie turque. Les élites locales de l’AKP considèrent aussi la coopération économique et politique entre la Turquie et la RKI comme une ressource politique tant au niveau régional/national qu’international. Au niveau régional/national, elles utilisent la coopération entre la Turquie et la RKI comme une ressource politique pour justifier la politique du gouvernement de l’AKP concernant la question kurde.44 En le faisant, ils s’opposent au PMK et essayent de saper son influence sur les Kurdes. Au niveau international, ils considèrent la coopération économique et politique entre la Turquie et la RKI comme une ressource pour devenir un pouvoir politique et économique régional.45 La Turquie a toujours essayé de devenir un pouvoir régional (voire international) sur les plans économique46 et politique tant au Moyen-Orient que dans le reste du monde musulman.47 Cette coopération est, selon les représentants locaux, le principal pilier de cette nouvelle politique d’État.

  • 48 Entretien avec Muhittin Kaya, Leader d’opinion de la Communauté Zehra, Bingöl, 17.05.2012.

45De leur côté, les groupes kurdes autonomes et pro-islamistes tels que la communauté de Zehra, le Hezbollah, l’Azadî, analysent l’émergence de la RKI dans un cadre national kurde et y ont recours comme un nouveau cadre normatif pouvant fournir une justification à leurs demandes politiques. La communauté de Zehra accueille l’établissement de la RKI comme un quasi-État kurde et la décrit comme « très précieuse » et « nécessaire » pour les Kurdes. Ils considèrent la RKI comme une nouvelle ressource politique et organisationnelle. Ces groupes développent leurs relations avec les groupes pro‑islamistes kurdes et les institutions dans la RKI.48 Pour le Hezbollah, la RKI constitue une ressource politique et organisationnelle non seulement pour l’identité nationale kurde, mais aussi pour l’identité islamique. Elle coopère avec les groupes pro‑islamistes dans la RKI et essaye de construire un lien kurdo-islamiste entre les deux régions kurdes en Turquie et Irak. Quant à l’Azadî, il voit principalement la RKI dans « un cadre national » et l’utilise comme un nouveau cadre normatif pour justifier son modèle fédéral comme la solution à la question kurde.

  • 49 Entretien avec Veli Aytaç, Ancien maire de la Municipalité de Dersim, Dersim, 27.07.2012 ; Hüseyin (...)
  • 50 Entretien avec Halis.

46Contrairement à son influence sur les groupes pro‑islamistes, l’influence de la RKI a été très limitée jusqu’ à aujourd’hui sur les groupes kurdes alévis. En considérant l’identité alévie comme une supra-identité en rapport avec les identités kurde, turque et arabe, les élites alévies partagent généralement l’idée que les effets des changements géopolitiques sur les Kurdes alévis sont négligeables.49 Même les représentants du PMK à Dersim soulignent que le peuple de Dersim n’apprécie pas le président du GRK en raison de ses bonnes relations avec le gouvernement de l’AKP.50

  • 51 Entretien avec Galip Ensarioğlu, Député de l’AKP à Diyarbakır, 06.04.2012 ; Korkutata ; Tatli ; Dün (...)
  • 52 Entretien avec Alican Ebedioğlu, Président de l’Unité des chambres de commerçants et d’artisans à D (...)
  • 53 Entretien avec Raif Türk, Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Diy (...)
  • 54 Entretien avec Yusuf Cengiz, Président de la Chambre Tunceli du commerce et de l’industrie, Dersim, (...)

47L’influence des changements géopolitiques sur les élites économiques kurdes diffère selon leurs imaginaires sociaux, leurs idées et les intérêts normatifs et matériels concernant la question kurde et leurs relations avec le gouvernement central. Cependant, la plupart des élites économiques ne donnent pas d’importance « nationale » ou « politique » spécifique à « Irak du Nord ». Ils voient principalement la RKI comme une nouvelle ressource économique, un nouveau marché où ils peuvent investir et étendre leurs activités économiques.51 Ils soulignent l’influence économique limitée du marché émergeant de la RKI sur l’économie de la région kurde en comparaison avec la partie occidentale du pays. À cet égard, ils mettent en avant deux raisons : les politiques défavorables de l’AKP par rapport aux élites économiques kurdes et la capacité organisationnelle et financière faible des entreprises dans la région kurde.52 Les élites économiques qui envisagent la question kurde comme « une question nationale » ont un cadre normatif différent de la RKI. Ce groupe voyait la RKI non seulement comme une ressource économique, mais aussi comme une ressource normative pour le règlement de la question nationale kurde en Turquie.53 Contrairement aux trois groupes économiques précédents, les élites économiques alévies ne donnent pas une importance à la RKI.54

48Pour conclure, les groupes kurdes ont une idée commune. Selon eux, la naissance de la RKI, avec son modèle politico-administratif, a été pour les Kurdes une nouvelle source de motivation. Chaque groupe a utilisé les changements géopolitiques de différentes façons, ceci eu égard à leurs imaginaires sociaux, leurs cadres normatifs et cognitifs concernant la question kurde et les relations des Kurdes avec l’État central. En dépit des usages différents par des groupes kurdes, l’émergence de RKI et de GRK a eu un impact sur la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie, elle a contribué au changement des idées et à une meilleure compréhension des intérêts des groupes kurdes ainsi que de l’importance de leurs institutions.

Années du Rojava et du HDP

49L’influence des changements géopolitiques sur la question kurde est arrivée à une nouvelle étape en 2012. En plus du défi posé par la RKI, Ankara a été confronté à la possibilité de l’émergence d’une nouvelle région autonome kurde à ses frontières du sud. De plus, l’hégémonie du PMK en Turquie s’est élargie et s’est approfondie avec le projet du HDP lors de ce processus.

Rojava : Deuxième vague géopolitique

50Depuis l’été 2012, les Kurdes de Syrie ont pris le contrôle de la grande partie du territoire sur lequel ils vivent. Contrairement à la RKI, le Rojava est en grande partie sous le contrôle du Parti d’unité démocratique (Partiya Yekitiya Demokratîk – PYD) et de ses branches armées, Unités de défense du peuple (Yekineyên Parastina Gel – YPG), Unités de défense des femmes (Yekineyên Parastina Jinan – YPJ), qui sont affiliées au PMK en Turquie. Tandis que le PMK n’a pas mobilisé ses réseaux organisationnels en Turquie qu’ils soient militaires, politiques, sociaux et culturels, en Turquie pour soutenir la fondation de la RKI, il a déployé un effort considérable pour soutenir les Kurdes de Syrie. C’est pourquoi Rojava est devenue une référence incontournable de la mobilisation sociopolitique au sein du PMK en Turquie.

  • 55 Gunes C. et Lowe R., The Impact of the Syrian War on the Kurdish Politics Across the Middle East, C (...)

51Il est important de noter que les politiques sectaires, nationalistes et même hostiles du gouvernement d’AKP vis-à-vis d’une région autonome kurde en Syrie ont inopinément renforcé les sentiments d’identité et d’unité nationale kurde, ceci de façon transfrontalière. À cet égard, la résistance de Kobané contre les offensives massives de l’Organisation de l’État islamique (OEI) de septembre 2014 à janvier 2015 doit être particulièrement notée. Après une résistance de cinq mois, des forces kurdes ont contribué à la mise en déroute de l’OEI et ont gardé Kobané sous leur contrôle avec l’appui des pêşmerge (des forces militaires) kurdes en Irak et l’assistance de raids aériens des forces de la coalition internationale menée par les États-Unis. Cette résistance qui a mobilisé des Kurdes aux quatre coins du monde, est déjà devenue « un symbole national de résistance kurde » dans la mémoire collective de la plupart des Kurdes.55 L’apparition de Rojava, en particulier avec la guerre de Kobané et les manifestations de soutien à Kobané, a eu une influence remarquable sur la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie, ceci au moins pour trois raisons. Tout d’abord, le PMK a mobilisé, aux niveaux transfrontalier et international, ses forces personnelles et institutionnelles pour Kobané, Cette mobilisation a eu une résonance importante dans l’opinion publique mondiale. Pendant ce processus de mobilisation à plusieurs niveaux, les manifestations de soutien à Kobané ont défié les autorités étatiques dans la plupart des provinces kurdes en Turquie, ce qui a donné lieu à la première rupture importante du processus de négociations entre le PKK‑KCK et le gouvernement AKP, lequel avait débuté en 2013.

52Deuxièmement, en accusant le PYD d’être une branche du PKK‑KCK, le gouvernement d’AKP, en particulier le Président Erdoğan, a suivi une politique hostile vis‑à‑vis de Rojava. Les déclarations des autorités de l’AKP et du Président qui ont à plusieurs reprises évoqué l’avancée d’OEI pour annoncer l’imminence de la fin de la résistance de Kobané, ont été parmi les raisons qui ont provoqué une partie de la population à descendre dans la rue. La politique hostile de la Turquie en ce qui concerne la résistance de Kobané a eu un effet important sur la position prise par la population kurde à l’égard du gouvernement AKP, y compris parmi ceux qui soutenaient généralement l’AKP. En effet, lors de l’élection du 7 juin 2015, l’AKP a perdu des votes significatifs dans la région kurde et les manifestations de soutien à Kobané ont joué un rôle important pendant cette période.

  • 56 “Turkey will not allow a state to be founded in northern Syria: President Erdoğan”, Daily Sabah, 26 (...)
  • 57 “Erdoğan views PYD as threat, prefers ISIL control in northern Syria”, Today’s Zaman, 15.06.2015, h (...)

53Finalement, le gouvernement d’AKP a, pendant les négociations de paix entre les années 2013‑2015, tenté de marginaliser le PMK tant en Turquie qu’en Syrie. Pourtant, le PMK a doublé sa force en Turquie et a construit une région autonome kurde des frontières de l’Iraq à l’Euphrate. De plus, l’administration politique et militaire du Rojava a été reconnue par les États‑Unis et la Russie comme le principal partenaire local contre l’OEI. En effet, quand le 15 juin 2015, YPG a pris le contrôle du Tél Ebyad (« Girê Spî » en kurde) d’OEI et a géographiquement uni les cantons de Kobané et Djézireh, le Président Erdoğan a déclaré que la Turquie ne permettrait pas de situation de facto au Nord de la Syrie en se référant ainsi aux cantons kurdes.56 Il a également accusé les forces kurdes de déplacement forcé et de purification ethnique des Arabes et des Turkmènes dans Tél Ebyad.57 En résumé, Rojava est devenu « la région de guerre réelle » entre le PKK‑KCK et le gouvernement d’AKP pendant qu’il était question d’un processus de paix en Turquie entre 2013 et 2015.

HDP : Intégration et autonomisation de l’espace kurde en Turquie

  • 58 Bozarslan H., « Le Kurdistan d’Irak aujourd’hui », Critique Internationale, nº 29, 2005, p. 25-36. (...)

54Depuis 2012, en plus de l’influence de l’émergence d’une région autonome à Rojava, la fondation du HDP comme une partie intégrante de la double stratégie du PMK a joué un rôle important dans la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. Le PMK a envisagé la création du HDP et du Parti des régions démocratiques (Demokratik Bölgeler Partisi – DBP) dans le cadre d’une double stratégie : l’intégration et l’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde dans l’ensemble du pays. Selon Hamit Bozarslan la « Kurdistanisation » et l’« Irakisation » des Kurdes fonctionnent comme deux processus parallèles qui s’appuient mutuellement. En se basant sur cette approche, on peut conceptualiser la double stratégie du PMK comme la Kurdistanisation et la Turquisation.58

55D’une part, le Parti de la paix et de la démocratie (Barış ve Demokrasi Partisi – BDP) s’est réorganisé comme un parti régional dans le but de construire un espace politique et administratif autonome dans la région kurde. Il a changé son nom qui est devenu DBP avant de transférer ses députés au HDP tout en gardant les administrations locales, les municipalités, sous sa structure de parti. Le DBP s’est réorganisé conformément à huit piliers du projet d’autonomie démocratique : politique, législatif, auto-défense, culturel, social, économique, écologique et diplomatique. La reconstruction du DBP au niveau régional et la réorganisation de son agenda politique sur la base de la construction d’une autonomie dans la région kurde peuvent être conceptualisée comme la stratégie de Kurdistanisation.

  • 59 Laclau E., On Populist Reason, London, Verso, 2005; Laclau E. et Mouffe C., Hegemony and Socialist (...)

56D’autre part, le PMK a envisagé la construction du HDP comme un nouveau front d’opposition démocratique de gauche en 2012. Tandis que le DBP signifie la Kurdistanisation du PMK, le HDP dénote sa Turquisation (Türkiyelileşme). Avec la participation de différents groupes, mouvements, partis de gauche, les féministes, les écologistes, des minorités ethniques et religieuses, le HDP a essayé, avec un agenda politique populiste de gauche59, d’unifier et de représenter tous les groupes opprimés en Turquie ceci qu’il s’agisse d’une oppression fondée sur la classe, l’ethnicité, la nation, la religion ou le genre. Le manifeste pour les élections du HDP et le profil de ses candidats lors des élections du 7 juin 2015 donne un aperçu de son identité politique pluraliste tant au niveau du discours que de la représentation de différentes sensibilités. À partir de cette transformation organisationnelle, le PMK a remporté un grand succès dans les trois élections successives (mars 2014, août 2014 et juin 2015), qui sont devenues des moments de confrontations et de polarisations politiques entre l’AKP et le PMK et ont directement affecté la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. Bien que le PMK ait précédemment rivalisé dans des élections avec des candidats indépendants à cause du quorum électoral de 10 pourcent, après son succès dans les élections locales et présidentielles, le HDP a décidé de participer aux élections législatives du 7 juin 2015 comme un parti politique et non pas avec des candidats indépendants. Avec son nouveau programme, son discours fondé sur la démocratie radicale et ses candidats représentant les différents groupes opprimés en Turquie, le HDP s’est présenté, lors de ces élections, comme un nouveau front d’opposition de gauche au-delà de la mobilisation pro-kurde. Le HDP a doublé les votes obtenus par le passé par les principaux partis légaux pro-kurdes. En effet, depuis les années 1990, dans les précédentes élections, le PMK ne pouvait pas, malgré des coalitions différentes, obtenir plus que 4 à 6 pourcent des voix. Cependant, le HDP a réalisé un succès glorieux et a obtenu 13,12 pourcent des votes pour devenir ainsi le troisième parti politique avec 80 sièges parmi les 550 sièges au Parlement.

57On doit interpréter ceci comme la revendication tant de la Kurdistanisation que de la Turquisation. La carte politique de la région kurde a changé dans cette élection. L’hégémonie du PMK s’est approfondie et étendue. Dans la région kurde, le HDP a marginalisé l’AKP dans plusieurs provinces. Le HDP est devenu une puissance hégémonique dans les 12 provinces (55‑87 pourcent), a maintenu l’équilibre des forces dans quatre provinces (30‑44 pourcent) et est devenu une force d’opposition incontournable dans quatre provinces (15‑23 pourcent). De plus, bien que le PMK n’ait pas pu, depuis les années 1990, obtenir au-dessus de cinq pour cent dans les métropoles – à l’exception de Mersin et d’Adana –, lors de ces élections du 7 juin, le HDP a augmenté son électorat de façon spectaculaire dans les métropoles et a obtenu 21 sièges sur 80 avec des votes provenant des métropoles. Puisqu’un gouvernement de coalition ne pouvait pas être établi après l’élection du 7 juin, une nouvelle élection législative a été tenue le 1er novembre 2015. Dans cette élection, bien que le HDP ait perdu ses votes, il a réussi à maintenir son hégémonie dans la plupart des provinces kurdes.

Revenir aux conflits

58En juin 2015, la question kurde est devenue un défi de taille pour la Turquie. D’une part, la région politique kurde s’est élargie aux 20 provinces et l’hégémonie du PMK s’est approfondie dans cette région. De plus, le HDP est devenu le représentant d’un large consensus au sein des Kurdes, y compris parmi les Kurdes qui vivent dans des métropoles. D’autre part, en Syrie, une nouvelle région kurde ou de Kurdistan a surgi sous la direction du PMK. Le leadership politique et militaire de Rojava a réussi à construire de bonnes relations avec les forces internationales et à acquérir une légitimité au niveau international. À la suite de l’unification géographique des cantons de Kobané et de Djézireh en date du 15 juin 2015, les forces kurdes essayent d’établir une zone kurde unie qui aura une frontière de 900 kilomètres avec la Turquie. Dans ce cas, la frontière du sud de la Turquie sera totalement le Kurdistan et la relation géographique du pays avec le monde arabe sera coupée.

59Au vu de cette évolution, le gouvernement d’AKP a décidé de mettre fin au processus de négociation et à établir un nouveau bloc de puissance, qui est nommé « national » et « domestique » (« milli » et « yerli » en turc). Les déclarations du Président et du gouvernement montrent que le nouveau bloc voit la vague kurde au Moyen‑Orient comme un danger réel pour l’unité de l’État et de la nation turque. Ils affirment publiquement leur volonté de mobiliser toutes les ressources politiques et même militaires afin d’empêcher la création d’une entité politique et géographique nouvelle qu’ils formulent ainsi : non à un nouveau « nord de l’Irak » en Syrie. De plus, le gouvernement a affirmé à plusieurs reprises qu’il ne négocierait jamais une forme quelconque d’autonomie pour les Kurdes pendant le processus de résolution pour le conflit kurde en Turquie.

60Une nouvelle période du conflit a débuté dès le mois de juillet 2015, mais d’une manière totalement différente cette fois-ci : les conflits urbains. On n’avait pas été témoin d’un tel niveau de violence dans les zones urbaines depuis les années 1990. Entre les mois d’août 2015 et le mois de juin 2016, les conflits urbains entre les forces du PKK‑KCK et les forces de sécurité turques sont survenus dans 22 sous‑préfectures de sept villes.60 Selon les déclarations du ministre de la santé en février 2016, 355 mille personnes ont dû se déplacer.61 Il est important de noter que, les déplacements forcés dans les villes de Şırnak, Nusaybin et Yüksekova ont eu lieu à partir du mois de mars. On estime qu’il y a environ 500 mille personnes déplacées pendant les conflits urbains. Le président Erdoğan a annoncé de son côté qu’environ huit mille militants du PKK ont été « neutralisés » et six cents membres des forces de sécurité ont perdu la vie pendant cette période.62 Au contraire, le PKK‑KCK a fait état de 4362 policiers et de soldats et de 721 militants qui ont perdu la vie pendant cette nouvelle période de conflit.63 En plus de la perte humaine et des déplacements forcés, les conflits ont causé une grande destruction urbaine. Les villes comme Nusaybin, Cizre, Silopi, İdil, Şırnak, Sur et Yüksekova ont subi tellement de dégâts qu’elles doivent être dans une large mesure reconstruites.

61Il est très tôt pour estimer l’influence des conflits urbains sur la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. Cependant, on peut noter certains effets sociopolitiques qui sont déjà visibles. À cause des conflits intensifs, d’abord, l’espace politique s’est considérablement rétréci. Les enquêtes judiciaires et administratives contre plus de 2000 académiciens pour avoir signé une pétition critiquant les politiques sécuritaire d’AKP dans la région kurde, la levée de l’immunité des députés et les pressions judiciaires sur les députés d’HDP, les débats sur le placement des municipalités dirigées par le PMK sous tutelle des personnes nommées par l’État central, ceci en lieu et place des élus, à cause de l’accusation d’avoir un lien avec « le terrorisme » montrent bien le resserrement de l’espace politique.

62En outre, l’espace civil a été influencé autant que la politique. Dans les dernières années, de nombreuses ONG travaillaient dans différents domaines et jouaient un rôle très important dans la normalisation de l’espace politique. Néanmoins, avec les conflits croissants dans les zones urbaines, l’espace civil a été remarquablement resserré et la plupart des ONG ont été réduites au silence. De plus, l’expansion des zones grises dans la construction d’un consensus et le renforcement de la capacité des acteurs qui ont des relations avec les différents protagonistes était un facteur important pour la résolution du conflit. Le conflit urbain a réduit les possibilités de critiquer les acteurs de conflits et a forcé les intervenants extérieurs, les tiers, à être silencieux. En conséquence du resserrement des espaces politiques et civils et des espaces grises entre les deux côtés de conflit, on a assisté à la démobilisation marquant de la rue en Turquie, en particulier dans la région kurde.

  • 64 Gramsci A., Selections from the Prison Notebooks, New York, International Publishers, 1971, p. 254- (...)
  • 65 Mann M., “The Autonomous Power of the State: Its Origins, Mechanisms and Results”, Neil Brenner et (...)

63Au vu des changements radicaux dans la géopolitique de la question kurde ou de Kurdistan, on peut dire que les conflits urbains renforceront l’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. En s’appuyant sur les concepts d’Antonio Gramsci64 et de Michael Mann65, le renforcement de l’État comme « le veilleur de nuit » ou « gendarme » et l’affaiblissement de « l’État étique » peuvent être interprétés comme l’affaiblissement de l’hégémonie de l’État turc dans la région kurde. Autrement dit, l’augmentation de l’usage de la puissance despotique par l’État turc montre qu’il ne peut pas désormais contrôler la formation de l’espace sociopolitique kurde par sa puissance infrastructurelle. Cela ne signifie pas que l’hégémonie ou la puissance du PMK a augmenté dans la région kurde. Mais « l’intégration forcée » de la région kurde à la Turquie servira à élargir la voie de l’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde.

Conclusion

64L’espace sociopolitique kurde traverse une transformation profonde, laquelle est due à l’interaction multiple des dynamiques internes et externes depuis des années 2000. Le système d’action de différents acteurs kurdes a été notablement influencé par les changements au niveau national, européen et géopolitique.

65Au niveau du pays, le pouvoir d’AKP a exercé une influence sur les idées, les intérêts et les institutions de la plupart des acteurs kurdes. D’une part, sa perception comme islamo-conservateur a changé tant parmi les groupes sunnite-musulmans que parmi les Alévis. D’autre part, sa qualité néolibérale a repositionné les élites économiques kurdes dans l’espace sociopolitique. Les qualités islamo‑conservateurs et néolibérales de l’AKP ont servies à la fois comme ressources et comme contraintes pour les différents groupes kurdes dans les différentes périodes.

66Au niveau européen, le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE est devenu une dynamique importante dans la formation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie. Le processus d’européanisation a été une dynamique temporaire et limitée pour les différents acteurs en Turquie, dans la région kurde en particulier. Cependant, ce processus a joué un rôle important pour le renforcement et la pluralisation de l’espace sociopolitique kurde entre les années 1999 et 2005.

67Au niveau géopolitique, la Turquie est confrontée aux deux régions du Kurdistan : la RKI depuis 2003 et Rojava, depuis 2012 qui sont les établissements des souverainetés kurdes en Irak et en Syrie ayant changé le cadre principal de la question kurde en Turquie. Alors que la question a été cadrée comme un problème de démocratie et des droits minoritaires pendant le processus d’européanisation, la plupart des acteurs kurdes l’ont cadré à la suite de la formation de la RKI comme un problème de statut politico‑administratif, au-delà des questions de démocratie. Étant différent de la RKI, Rojava est devenu, sous la direction du PMK, une dynamique frappante de la mobilisation sociopolitique des Kurdes et de la formation de l’espace sociopolitique en Turquie.

68L’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde a formidablement avancé pendant les mandats de l’AKP en Turquie. On peut arguer que l’espace kurde est autonome sur les plans administratifs, socio-économiques, politiques et militaires depuis des décennies. La région kurde était un espace socialement, politiquement et économiquement exceptionnel depuis l’établissement de la République de Turquie en 1923. Cependant, lors de cette période récente, elle est aussi devenue un espace autonome pour la plupart des Kurdes. Cette fois ce n’est pas essentiellement l’État turc, mais les acteurs kurdes qui déterminent et dirigent le processus d’autonomisation par les mobilisations multiples aux niveaux transfrontières.

69L’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde en Turquie est parvenue à un autre niveau à partir des conflits urbains qui ont débuté en été 2015. Bien qu’il soit très tôt pour estimer leurs effets, le gouvernement d’AKP essaie d’empêcher le processus d’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde en faisant usage de la puissance étatique d’une manière despotique. Cependant, cette « intégration forcée » des Kurdes en Turquie va probablement servir à l’élargissement de la voie de l’autonomisation de l’espace sociopolitique kurde.

Haut de page

Bibliographie

Abramowıtz M. et Barkey H. J., “Turkey’s Transformers: The AKP Sees Big”, Foreign Affairs 88, no 6, 2009, p. 118-128.

Ataay F., Neo-liberalizm ve Muhafazakar Demokrasi: 2000’li Yıllarda Türkiye’de Siyasal Değişimin Dinamikleri, Ankara, De Ki Yayınları, 2008.

Barkey H. J., “Turkey and Iraq: The Making of a Partnership”, Turkish Studies 12, no 4, 2011a, p. 663-674.

Barkey H. J., Turkish Foreign Policy and The Middle East, CERI Strategy Papers, Paris, Centre d’Études et de Recherches Internationales – CERI, June 6, 2011b.

Berger P. L. et Luckmann T., The Social Construction of Reality: A Treatise in the Sociolgoy of Knowledge, New York, Anchor Books, 1966.

Bora T., Türk Sağının Üç Hali: Milliyetçilik, Muhafazakarlık, İslamcılık, İstanbul, İletişim, 2015.

Bozarslan H., « Le Kurdistan d’Irak aujourd’hui », Critique Internationale, no 29, 2005, p. 25-36. URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2005-4-page-25.htm, accédé 21 juin 2015.

Çıçek C., “Demokratik Özerklik : Bir Ulusal ve Sosyal İnşa Projesi mi ? ”, İktisat Dergisi, no 525, 2014, p. 35-48.

Çıçek C., “Etnik ve Sınıfsal İnşa Süreçleri Bağlamında Kürt Meselesi : Bölgesel Eşitsizlik, Bölgesel Özerklik”, Praksis, no 28, 2011, p. 11-42.

Crozıer M. et Frıedberg E., L’Acteur et Le Système, Paris, Éditions du Seuil, 1977.

Dyson K. et Goetz K. H., “Living with Europe: Power, Constraint and Contestation”, Kenneth Dyson et Klaus H. Goetz (eds.), Living with Europe: Germany, Europe, and the Politics of Constraint, Oxford, Oxford University Press, 2003.

Goffman E., Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience, Boston, Northeastern University Press, 1974.

Gramscı A., Selections from the Prison Notebooks, New York, International Publishers, 1971.

Gunes C. et Lowe R., The Impact of the Syrian War on the Kurdish Politics Across the Middle East, Chatham House – The Royal Institute of International Affairs, Research Paper, July 2015.

Hall P. A., et Taylor R. C. R. “Political Science and the Three New Institutionalisms”, Political Studies 44, no 5, 1996, p. 936-957.

Hay C., “Constructivist Institutionalism”, R.A.W Rhodes, Sarah Bınder, et Bert A. Rockman eds.), The Oxford Handbook of Political Institutions, Oxford, Oxford University Press, 2008.

Jacquot S. et Woll C., Les Usages de l’Europe. Acteurs et Transformations Européennes, Paris, L’Harmattan, 2004.

Kırışçı K., “The Transformation of Turkish Foreign Policy: The Rise of the Trading State”, New Perspective on Turkey, no 40, 2009, p. 29-56.

Laclau E. et Mouffe C., Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democratic Politics, London, Verso, 2001.

Laclau E., On Populist Reason, London, Verso, 2005.

Mann M., “The Autonomous Power of the State: Its Origins, Mechanisms and Results”, Neil Brenner et al. (eds.), State/Space: A Reader, Oxford, Blackwell, 2003, 53-64.

Mann M., “The Autonomous Power of the State: Its Origins, Mechanisms and Results”, Neil Brenner et al. (eds.), State/Space: A Reader, Oxford, Blackwell, 2003, p. 53-64.

McAdam D., Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, The University Of Chicago Press, 1999.

Medrano J. D., Framing Europe. Attitudes to European Integration in Germany, Spain and the United Kingdom, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 2003.

Natalı D., The Kurdish Quasi-State: Development and Dependency in Post-Gulf War Iraq, New York, Syracuse University Press, 2010.

Olzak S., The Global Dynamics of Racial and Ethnic Mobilization, Standford, Stanford University Press, 2011.

Ozdemırkıran M., « Construire Un État, Briser Des Tabous : Les Hommes D’affaires de Turquie Entre La Construction Étatique Du Gouvernement Régional Du Kurdistan (GRK) et La Politique Étrangère de La Turquie », Thèse de doctorat, Sciences Po de Paris, 2014.

Paıge J. M., Agrarian Revolution, New York, Free Press, 1978.

Palıer B. et Surel Y., « Analyser L’européanisation Des Politiques Publiques », Bruno Palıer et Yves Surel (eds.), L’Europe En Action. L’européanisation Dans Une Perspective Comparée, Paris, L’Harmattan, 2007.

Surel Y., « Trois I », dans Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, et Pauline Ravınet (eds.), Dictionaire des politiques publiques, Paris, Presse de Sciences Po, 2010.

Tarrow S. G., Power in Movement: Social Movements and Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Tılly C., From Mobilization to Revolution, New York, Random Hause, 1978.

Üzgen İ. et Duru B., AKP Kitabı: Bir Dönüşümün Bilançosu, Ankara, Phoenix Yayınevi, 2010.

Entretiens

Adnan Sarı, Homme d’affaires, Bingöl, 19.05.2012.

Alaattin Korkutata, Président de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à Diyarbakir (DIGIAD), Diyarbakır, 05.01.2012.

Ali Asker Güler, Ancien Président de la Chambre Tunceli du commerce et de l’industrie, Dersim, 30.07.2012.

Ali Mukan, Président de la Fédération des associations de Dersim (DEDEF) Dersim, 31.07.2012.

Alican Ebedıoğlu, Président de l’Unité des chambres de commerçants et d’artisans à Diyarbakir (DESOB), Diyarbakır, 05.03.2012.

Aydın Altaç, Vice-Président de l’AKP à Diyarbakır, Diyarbakır, 01.05.2012. Aziz Gölcük, Hommes d’affaires, Diyarbakır, 05.11.2011.

Baran Gündoğan, Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Tunceli (TUNSIAD), Dersim, 31.07.2012.

Bayram Bozyel, Président du Parti de droits et de libertés (HAK-PAR), Diyarbakır, 21.11.2011.

Beşir Yılmaz, Homme d’affaires, Diyarbakır, 01.05.2012.

Burç Baysal, Vice-Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Diyarbakir (DISIAD), Diyarbakır, 01.05.2012.

Celalettin Bırtane, Homme d’affaires, Diyarbakır, 31.05.2012.

Dengir M. M. Fırat, Ancien vice-Président et porte-parole de l’AKP, Ankara, 10.11.2012.

Erkan Sözen, Vice-Président de l’AKP à Şanlıurfa, Şanlıurfa, 06.06.2012.

Ferzende Lale, Président de l’Ay-Der, une ONG pro-islamiste à Diyarbakır, Diyarbakır, 15.11.2011.

Galip Ensarıoğlu, Député de l’AKP à Diyarbakır, 06.04.2012.

Gültan Kışanak, Coprésident du Parti de la paix et de la démocratie (BDP), Diyarbakır, 17.11.2011.

Halim İpek, Porte-parole du Mouvement des démocrates révolutionnaires du Kurdistan (TDŞK), Diyarbakır, 25.04.2012.

Hıdır Bellıce, Président de l’Unité des chambres des commerçants et des artisans à Tunceli, Dersim, 30.07.2012.

Hüseyin Tunç, Représentant régional du Parti travailliste (EMEP), Dersim, 29.07.2012. İhsan Aslan, Vice-Président de l’AKP, Ankara, 10.11.2012.

İhsan Yaşar, Vice-Président de l’AKP à Diyarbakır, Diyarbakır, 01.05.2012.

İzzet Özdemır, Président de Bingöl Kurdî-Der, une ONG travaillant sur la langue kurde, Bingöl, 19.05.2012.

Kemal Bozkurt, Président du CHP à Dersim, Dersim, 30.07.2012.

Mahmut Odabaşı, Homme d’affaires, Diyarbakır, 05.05.2012.

Mahmut Yeşıl, Homme d’affaires, Diyarbakır, 05.09.2012.

Mehmet Ali Dündar, Président de l’Association des artisans et des entrepreneurs locaux (MUSIAD) à Mardin, Mardin, 11.06.2012.

Mehmet Ali Uzunyaya, Homme d’affaires, Bingöl, 20.05.2012.

Mehmet Aslan, Secrétaire général de la Chambre Diyarbakir du commerce et de l’industrie, Diyarbakır, 05.03.2012.

Mehmet Kaya, Ancien président de la Chambre Diyarbakir du commerce et de l’industrie, Diyarbakır, 05.02.2012.

Mehmet Öksüzoğlu, Président de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à Şanlıurfa, Şanlıurfa, 06.06.2012.

Muhittin Kaya, Leader d’opinion de la Communauté Zehra, Bingöl, 17.05.2012.

Munzur Çem, Intellectuel et chercheur, Dersim, 30.07.2012.

Mustafa Tatlı, Secrétaire général de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à Bingöl, Bingöl, 20.05.2012.

Nurettin Bozkurt, Membre d’administration de Mazlum-Der à Diyarbakır, Diyarbakır, 19.11.2011.

Osman Baydemır, Maire de la Municipalité métropolitaine de Diyarbakır, Diyarbakır, 03.06.2012.

Osman Nasıroğlu, Président de la Chambre Batman du commerce et de l’industrie, Batman, 06.08.2012.

Raif Türk, Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Diyarbakir (DISIAD), Diyarbakır, 26.11.2011.

Şah İsmail Bedırhanoğlu, Président de l’Association des industriels et des entrepreneurs du sud-est (GÜNSİAD), Diyarbakır, 27.11.2011.

Selahattin Demırtaş, Coprésident du Parti de la paix et de la démocratie (BDP), Ankara, 11.11.2012.

Şerafettin Elçı, Président fondateur du Parti de la démocratie participative (KADEP), Ankara, 10.11.2012.

Şerafettin Halıs, Président de la BDP à Dersim, Dersim, 30.07.2012.

Sinan Çıftyürek, Président du Parti de liberté et de socialisme (ÖSP), Diyarbakır, 26.04.2012.

Sıtki Zılan, Intellectuelle pro-islamiste, l’un des fondateurs de l’Initiative islamique du Kurdistan pour les droits, la justice et la liberté (Azadî), Diyarbakır, 14.11.2011 et 30.05.2012.

Uğur Yeşıltepe, Représentant de la Fédération des droits démocratiques à Dersim, Dersim, 31.07.2012.

Veli Aytaç, Ancien maire de la Municipalité de Dersim, Dersim, 27.07.2012.

Yusuf Cengız, Président de la Chambre Tunceli du commerce et de l’industrie, Dersim, 27.07.2012.

Ziver Özdemır, Député de l’AKP à Batman, Batman, 6.08.2012.

Haut de page

Notes

2 L’espace socio-politique kurde se réfère aux mobilités socio-politiques kurdes multiples qui construisent un espace fluide en termes de la géographie et de la culture au-delà de la région kurde (où les kurdes constituent la majorité) en Turquie

3 J’utilise le PMK pour désigner le mouvement politique kurde le plus puissant, qui est à l’origine des mobilisations sociopolitiques massives en Turquie. Le mouvement est représenté par le Parti démocratique des Peuples, (Halkların Demokratik Partisi, HDP) et le Parti des Régions Démocratiques (Demokratik Bölgeler Partisi – DBP) au niveau de la Turquie et la région kurde respectivement. Cependant, il ne peut pas être réduit à la politique de parti. Il inclut aussi des mouvements de femmes, de jeunes, de syndicats, de médias kurdes, d’administrations locales, d’assemblées locales, de centres culturels, de réseaux d’ONG, etc. Le Congrès de Société Démocratique (Demokratik Toplum Kongresi – DTK) constitue la structure unitaire représentative de cette complexité d’organisations multiples dans la région kurde. En plus, le mouvement va au-delà des acteurs présents sur la scène politique légale et comprend l’Union des communautés du Kurdistan (Koma Civakên Kurdistanê – KCK) et les organisations qui y sont affiliées. De plus, le PMK a des organisations-sœurs en Iran, en Irak et en Syrie. Il a également des réseaux sociaux, économiques, politiques et culturels qui sont répandus et actifs dans la diaspora, installée dans les pays européens et autres.

4 À la fin de cette transformation, au niveau organisationnel, le PKK est devenu la KCK qui est un complexe multi-niveaux des organisations politiques, sociales, culturelles, économiques, mais aussi militaires.

5 Pour le concept de « cadrer » (to frame) voir: Goffman E., Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience, Boston, Northeastern University Press, 1974; Medrano J. D., Framing Europe. Attitudes to European Integration in Germany, Spain and The United Kingdom, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 2003.

6 Le leadership politique des cantons dénomme la région comme « Rojava » qui signifie « Ouest » en kurde. La plupart des partis kurdes appellent la région kurde en Syrie comme étant l’Ouest du Kurdistan.

7 Crozier M. et Friedberg E., L’Acteur et Le Système, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 293-7.

8 Berger P. L. et Luckmann T., The Social Construction of Reality: A Treatise in the Sociolgoy of Knowledge, New York, Anchor Books, 1966, p. 13.

9 Ibid. p. 15.

10 Paige J. M., Agrarian Revolution, New York, Free Press, 1978.

11 Tilly C., From Mobilization to Revolution, New York, Random Hause, 1978; Tarrow S. G., Power in Movement: Social Movements and Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2011; McAdam D., Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, The University Of Chicago Press, 1999.

12 McAdam, op. cit., p. 578.

13 Paige, op. cit.

14 Olzak S., The Global Dynamics of Racial and Ethnic Mobilization, Standford, Stanford University Press, 2011.

15 Surel, Y., « Trois I », dans, Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, et Pauline Ravinet (eds.), Dictionaire des politiques publiques, Paris : Presse de Sciences Po, 2010, p. 650.

16 Hall P. A., et Taylor R. C. R., “Political Science and the Three New Institutionalisms”, Political Studies 44, no 5, 1996, p. 936-957.

17 Hay C., “Constructivist Institutionalism”, R.A.W Rhodes, Sarah Binder, et Bert A. Rockman (eds.), The Oxford Handbook of Political Institutions, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 64.

18 Les élites économiques kurdes se réfèrent aux représentants et administrateurs institutionnels comme les acteurs des chambres de l’industrie et du commerce, les associations d’industriels et les hommes d’affaires.

19 Pour la qualité néolibérale de l’AKP voir : Ataay F., Neo-liberalizm ve Muhafazakar Demokrasi : 2000’li Yıllarda Türkiye’de Siyasal Değişimin Dinamikleri, Ankara, De Ki Yayınları, 2008 ; Üzgen İ. Et Duru B., AKP Kitabı : Bir Dönüşümün Bilançosu, Ankara, Phoenix Yayınevi, 2010.

20 Barkey H. J., “Turkey and Iraq: The Making of a Partnership”, Turkish Studies 12, no 4, 2011a, p. 663-674; Abramowitz M. et Barkey H. J., “Turkey’s Transformers: The AKP Sees Big”, Foreign Affairs 88, no 6, 2009, p. 118-128.

21 Bora T., Türk Sağının Üç Hali : Milliyetçilik, Muhafazakarlık, İslamcılık, İstanbul, İletişim, 2015.

22 Ils sont les élites économiques kurdes qui dirigent ou représentent les chambres de l’industrie et du commerce et les associations des industriels et des hommes d’affaires. Ils habitent principalement à Diyarbakir.

23 Mann M., “The Autonomous Power of the State: Its Origins, Mechanisms and Results”, Neil Brenner et al. (eds.), State/Space : A Reader, Oxford, Blackwell, 2003, 53-64.

24 Palier B. et Surel Y., « Analyser L’européanisation Des Politiques Publiques », Bruno Palier et Yves Surel (eds.), L’Europe En Action. L’européanisation Dans Une Perspective Comparée, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 39.

25 Jacquot S. et Woll C., Les Usages de l’Europe. Acteurs et Transformations Européennes, Paris, L’Harmattan, 2004.

26 Dyson K. et Goetz K. H., “Living with Europe: Power, Constraint and Contestation”, Kenneth DYSON et Klaus H. Goetz (eds.), Living with Europe: Germany, Europe, and the Politics of Constraint, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 5.

27 Entretiens avec Bayram Bozyel, Président du Parti de droits et de libertés (HAK-PAR), Diyarbakır, 21.11.2011 ; Şerafettin Elçi, Président fondateur du Parti de la démocratie participative (KADEP), Ankara, 10.11.2012 ; Halim İpek, Porte-parole du Mouvement des démocrates révolutionnaires du Kurdistan (TDŞK), Diyarbakır, 25.04.2012.

28 Entretiens avec Sinan Çiftyürek, Président du Parti de liberté et de socialisme (ÖSP), Diyarbakır, 26.04.2012.

29 Entretien avec Nurettin Bozkurt, Membre d’administration de Mazlum‑Der à Diyarbakır, Diyarbakır, 19.11.2011.

30 Entretien avec Sıtki Zilan, Intellectuelle pro-islamiste, l’un des fondateurs de l’Initiative islamique du Kurdistan pour les droits, la justice et la liberté (Azadî), Diyarbakır, 14.11.2011 et 30.05.2012.

31 Entretien avec Mehmet Ali Dündar, Président de l’Association des artisans et des entrepreneurs locaux (MUSIAD) à Mardin, Mardin, 11.06.2012 ; Ferzende Lale, Président de l’Ay-Der, une ONG proislamiste à Diyarbakır, Diyarbakır, 15.11.2011.

32 Entretien avec İzzet Özdemir, Président de Bingöl Kurdî-Der, une ONG travaillant sur la langue kurde, Bingöl, 19.05.2012.

33 Les reformes sur les droits linguistiques est un très bon exemple. Les reformes réalisés dans le cadre du processus d’européanisation ont levé les interdictions sur les langues autres que le turc qui a été construit comme la langue exclusif de l’espace publique par les élites kémalistes traditionnelles pendant le xxe siècle.

34 Barkey H. J., Turkish Foreign Policy and The Middle East, CERI Strategy Papers, Paris, Centre d’Études et de Recherches Internationales – CERI, June 6, 2011b.

35 La plateforme des ONG Islamiques à Diyarbakir (Diyarbakir Islami STK’lar Platformu) est un bon exemple de cette transformation. Entretien avec Zilan (14.11.2011).

36 Entretien avec Selahattin Demirtaş, Coprésident du Parti de la paix et de la démocratie (BDP), Ankara, 11.11.2012 ; Gültan Kişanak, Coprésident du Parti de la paix et de la démocratie (BDP), Diyarbakır, 17.11.2011 ; Osman Baydemir, Maire de la Municipalité métropolitaine de Diyarbakır, Diyarbakır, 03.06.2012 ; İPeK ; Elçi et Bozyel.

37 Entretien avec Baydemir, Demirtaş, Bozyel, İpek, Elçi et Çiftyürek.

38 Entretien avec Baydemir et Demirtaş.

39 Natali D., The Kurdish Quasi-State : Development and Dependency in Post-Gulf War Iraq, New York, Syracuse University Press, 2010 ; Ozdemirkiran M., « Construire Un État, Briser Des Tabous : Les Hommes D’affaires de Turquie Entre La Construction Étatique Du Gouvernement Régional Du Kurdistan (GRK) et La Politique Étrangère de La Turquie », Thèse de doctorat, Sciences Po de Paris, 2014.

40 Entretien avec Kişanak, Demirtaş et Baydemir.

41 Pour une analyse plus profonde sur l’autonomie démocratique voir : Çiçek C., “Demokratik Özerklik : Bir Ulusal ve Sosyal İnşa Projesi mi ?”, İktisat Dergisi, no 525, 2014, p. 35-48 ; Çiçek, C., “Etnik ve Sınıfsal İnşa Süreçleri Bağlamında Kürt Meselesi : Bölgesel Eşitsizlik, Bölgesel Özerklik”, Praksis, no 28, 2011, p. 11-42.

42 Les autorités étatiques et les gouvernements turcs évitent d’utiliser l’expression « la Région du Kurdistan Irakienne » qui est constitutionnellement reconnue en Irak. Étant influencé par cette position politique de l’État, la plupart des membres des élites économiques évitent aussi d’utiliser cette expression.

43 Entretien avec Alaattin Korkutata, Président de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à Diyarbakir (DIGIAD), Diyarbakır, 05.01.2012 ; Mehmet Öksüzoğlu, Président de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à Şanlıurfa, Şanlıurfa, 06.06.2012 ; Mustafa Tatli, Secrétaire général de l’Association des hommes d’affaires entrepreneurs à Bingöl, Bingöl, 20.05.2012. 

44 Entretien avec Dengir M. M. Firat, Ancien vice-président et porte-parole de l’AKP, Ankara, 10.11.2012 ; İhsan Aslan, Vice-Président de l’AKP, Ankara, 10.11.2012 ; Ziver Özdemir, Député de l’AKP à Batman, Batman, 6.08.2012 ; Erkan Sözen, Vice-Président de l’AKP à Şanlıurfa, Şanlıurfa, 06.06.2012 ; Aydın ALTAÇ, Vice-Président de l’AKP à Diyarbakır, Diyarbakır, 01.05.2012 ; İhsan Yaşar, Vice-Président de l’AKP à Diyarbakır, Diyarbakır, 01.05.2012.

45 Entretien avec Sözen, Özdemir, et Aslan.

46 Kirişçi K., “The Transformation of Turkish Foreign Policy: The Rise of the Trading State”, New Perspective on Turkey, no 40, 2009, p. 29-56.

47 Barkey, 2011b, op. cit.; Abramowitz et Barkey, op. cit.

48 Entretien avec Muhittin Kaya, Leader d’opinion de la Communauté Zehra, Bingöl, 17.05.2012.

49 Entretien avec Veli Aytaç, Ancien maire de la Municipalité de Dersim, Dersim, 27.07.2012 ; Hüseyin Tunç, Représentant régional du Parti travailliste (EMEP), Dersim, 29.07.2012 ; Şerafettin Halis, Président de la BDP à Dersim, Dersim, 30.07.2012 ; Munzur ÇEM, Intellectuel et chercheur, Dersim, 30.07.2012 ; Kemal Bozkurt, Président du CHP à Dersim, Dersim, 30.07.2012 ; Ali Mukan, Président de la Fédération des associations de Dersim (DEDEF) Dersim, 31.07.2012 ; Uğur Yeşiltepe, Représentant de la Fédération des droits démocratiques à Dersim, Dersim, 31.07.2012.

50 Entretien avec Halis.

51 Entretien avec Galip Ensarioğlu, Député de l’AKP à Diyarbakır, 06.04.2012 ; Korkutata ; Tatli ; Dündar ; Firat.

52 Entretien avec Alican Ebedioğlu, Président de l’Unité des chambres de commerçants et d’artisans à Diyarbakir (DESOB), Diyarbakır, 05.03.2012 ; Mahmut Odabaşi, Homme d’affaires, Diyarbakır, 05.05.2012 ; Mehmet Aslan, Secrétaire général de la Chambre Diyarbakir du commerce et de l’industrie, Diyarbakır, 05.03.2012 ; Aziz Gölcük, Hommes d’affaires, Diyarbakır, 05.11.2011 ; Mehmet Ali Uzunyaya, Homme d’affaires, Bingöl, 20.05.2012 ; Osman Nasiroğlu, Président de la Chambre Batman du commerce et de l’industrie, Batman, 06.08.2012.

53 Entretien avec Raif Türk, Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Diyarbakir (DISIAD), Diyarbakır, 26.11.2011 ; Şah İsmail Bedirhanoğlu, Président de l’Association des industriels et des entrepreneurs du sud-est (GÜNSIAD), Diyarbakır, 27.11.2011 ; Beşir Yilmaz, Homme d’affaires, Diyarbakır, 01.05.2012 ; Mehmet Kaya, Ancien président de la Chambre Diyarbakir du commerce et de l’industrie, Diyarbakır, 05.02.2012 ; Mahmut Yeşil, Homme d’affaires, Diyarbakır, 05.09.2012 ; Adnan SARI, Homme d’affaires, Bingöl, 19.05.2012 ; Burç Baysal, Vice-Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Diyarbakir (DISIAD), Diyarbakır, 01.05.2012 ; Celalettin Birtane, Homme d’affaires, Diyarbakır, 31.05.2012.

54 Entretien avec Yusuf Cengiz, Président de la Chambre Tunceli du commerce et de l’industrie, Dersim, 27.07.2012 ; Hıdır Bellice, Président de l’Unité des chambres des commerçants et des artisans à Tunceli, Dersim, 30.07.2012 ; Ali Asker Güler, Ancien président de la Chambre Tunceli du commerce et de l’industrie, Dersim, 30.07.2012 ; Baran Gündoğan, Président de l’Association des industriels et des hommes d’affaires à Tunceli (TUNSIAD), Dersim, 31.07.2012.

55 Gunes C. et Lowe R., The Impact of the Syrian War on the Kurdish Politics Across the Middle East, Chatham House – The Royal Institute of International Affairs, Research Paper, July 2015.

56 “Turkey will not allow a state to be founded in northern Syria: President Erdoğan”, Daily Sabah, 26.06.2015,http://www.dailysabah.com/politics/2015/06/26/turkey-will-not-allow-a-state-to-be-founded-in-northern-syria-president-erdogan, accédé 25.06.2016.

57 “Erdoğan views PYD as threat, prefers ISIL control in northern Syria”, Today’s Zaman, 15.06.2015, http://www.todayszaman.com/anasayfa_erdogan-views-pyd-as-threat-prefers-isil-control-in-northern-syria_387065.html, accédé 25.06.2016.

58 Bozarslan H., « Le Kurdistan d’Irak aujourd’hui », Critique Internationale, nº 29, 2005, p. 25-36. URL : www.cairn.info/revue-critique-internationale-2005-4-page-25.htm, accédé 21 juin 2015.

59 Laclau E., On Populist Reason, London, Verso, 2005; Laclau E. et Mouffe C., Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democratic Politics, London, Verso, 2001.

60 Türkiye İnsan Hakları Vakfı, “16 Ağustos 2015 – 20 Nisan 2016 Tarihleri Arasında Sokağa Çıkma Yasakları ve Yaşamını Yitiren Siviller”, Türkiye İnsan Hakları Vakfı, http://tihv.org.tr/16-agustos-2015-20-nisan-2016-tarihleri-arasinda-sokaga-cikma-yasaklari-ve-yasamini-yitiren-siviller/, accédé 21 juin 2016.

61 “355 bin kişi terörden göç etti“, Hürriyet, 27 février 2016, http://www.hurriyet.com.tr/355-bin-kisi-terorden-goc-etti-40061270, accédé 24 juin 2106.

62 Şahan, Fazlı, “Devlet gerekli bedeli ödeteecek“, Yeni Şafak, 24 juin 2016. http://www.yenisafak.com/gundem/devlet-gerekli-bedeli-odetecek-2486050, accédé 24 juin 2016.

63 “Kürt gençlerinin öncülüğünde yeni bir tarih yaratıldı”, ANF NEWS, 22 juin 2016. http://anfturkce.net/kurdistan/kurt-genclerinin-onculugunde-yeni-bir-tarih-yaratildi, accédé 24 juin 2016.

64 Gramsci A., Selections from the Prison Notebooks, New York, International Publishers, 1971, p. 254-264.

65 Mann M., “The Autonomous Power of the State: Its Origins, Mechanisms and Results”, Neil Brenner et al., (eds.), State/Space: A Reader, Oxford, Blackwell, 2003, p. 53-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cuma Çiçek, « La formation d’un espace sociopolitique kurde sous le pouvoir d’AKP en Turquie », Anatoli, 8 | 2017, 151-181.

Référence électronique

Cuma Çiçek, « La formation d’un espace sociopolitique kurde sous le pouvoir d’AKP en Turquie », Anatoli [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/611 ; DOI : 10.4000/anatoli.611

Haut de page

Auteur

Cuma Çiçek

Cuma Çiçek est chercheur associé au Centre de Recherche Internationale (CERI, Sciences Po). Sa thèse de doctorat portait sur les conflits, les négociations, les consensus des différents groupes kurdes en Turquie. Il a été maître de conférences dans le département de science politique et de relations internationales à l’Université d’Artuklu à Mardin (Turquie) de 2014 à 2017. Il travaille sur le conflit civil et la résolution des conflits, l’action collective, la réforme de l’État, la politique locale et régionale, les politiques linguistiques, la société civile, et la question kurde. Ses publications récentes sont The Kurds of Turkey: National, Religious and Economic Identities (London, I.B. Tauris, 2017) et “Kurdish Identity and Political Islam Under the AKP Rule” (Research and Policy on Turkey, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals