Navigation – Plan du site
Dossier : Les kurdes
Partie 3. Un espace en mouvement

La participation politique des femmes au sein du mouvement pro‑kurde en Turquie

Lucie Drechselová
p. 257-274

Texte intégral

1L’importante participation des femmes au sein des partis pro-kurdes constitue un marqueur clair qui les distingue des autres formations politiques en Turquie. À la différence des autres forces politiques, les femmes dans les partis pro‑kurdes sont en effet représentées à chaque échelon de la hiérarchie partisane et ont un poids réel dans les mécanismes de la prise de décision.

  • 1 Le Parti démocratique des peuples, le HDP (Halkların demokrasi partisi), est un parti de gauche don (...)
  • 2 Les statistiques proviennent des sites d’informations Bianet et Milliyet : http://bianet.org/bianet (...)

2Suite aux élections législatives du 7 juin 2015, 80 députés, dont 32 femmes (40 %), ont été élus à l’Assemblée nationale sous l’étiquette du Parti démocratique des peuples, le HDP1. Cette proportion est à comparer avec les 15,5 % de députées du Parti de la justice et du développement (AKP), les 16 % du Parti républicain du peuple (CHP) et les 5 % du Parti d’action nationaliste (MHP). Même si le HDP a enregistré un résultat moindre lors des élections du 1er novembre 2015, le parti est parvenu à franchir le seuil électoral des 10 % et a maintenu la représentation des élues femmes à 39 %2 de son total de députés.

  • 3 Les statistiques sont celles de l’ONG Coalition des femmes (Kadın koalisyonu) http://kadinkoalisyon (...)
  • 4 Le terme « pro-kurde » est notamment utilisé par Nicole Watts : “Activists in Office : ProKurdish C (...)
  • 5 Ce système a été par exemple étendu au KESK, l’Union des municipalités de l’Anatolie du Sud-Est – G (...)

3Au niveau local, après les élections du 30 mars 20143, il y a au total 10,72 % de conseillères municipales et 2,93 % de femmes maires en Turquie : trois d’entre elles président des municipalités métropolitaines et 37 se trouvent à la tête de provinces et de districts. Sur les 37 maires, 23 ont été élues sur les listes des partis pro‑kurdes4 (DBP et HDP) et il faudrait ajouter 68 femmes politiques à ce compte car elles coprésident la mairie avec un homme sans détenir de mandat officiel dans le cadre du système d’« eşbaşkanlık » (coprésidence). Ce système de présidence conjointe d’un homme et d’une femme a été institué en 2005, puis étendu en 2014 aux municipalités et à certaines associations et syndicats5.

  • 6 Certaines mairies ont été gagnées pour la première fois par le DBP en 2014, d’autres se trouvent da (...)

4Dans le paysage politique turc, les partis pro-kurdes sont les seuls à avoir mis en place un quota de 40 % et à viser ouvertement l’objectif d’une représentation égale entre les femmes et les hommes. Le but de cet article est d’expliquer ce choix politique et d’en identifier les racines6. Il étudie tout d’abord l’articulation entre la répression étatique vécue dans la région du sud-est de la Turquie par plusieurs générations et la politisation des femmes, qui produit une réserve de candidates susceptibles de participer à la vie politique. Ensuite, l’engagement féminin en politique est analysé à travers la multiplication des espaces disponibles pour l’expression politique des femmes au sein du mouvement pro‑kurde. Avec la répression étatique qui cible en particulier les politiciens pro-kurdes, la participation des femmes (y compris des nouvelles entrantes) peut sembler paradoxale compte tenu du risque que représente l’engagement actif dans ce courant politique. Depuis la mi‑2015, les organes de l’État ont intensifié les pratiques cherchant à défaire les structures partisanes.

5Le coup d’arrêt effectif mis à l’expérience municipale des partis pro‑kurdes pose la question de la possible continuité de leur système organisationnel ainsi que celle de l’avenir de la représentation politique féminine en son sein.

  • 7 Pour cette raison, les extraits des interviews sont datés, avec des indications sur la fonction et (...)

6L’article se base sur une enquête de terrain d’environ deux mois effectuée en deux temps : en mai 2015 et en février/mars 2016. Une quarantaine de femmes actives en politique dans le mouvement pro-kurde ont accepté d’être interviewées sous réserve que leur anonymat soit préservé7. Les entretiens ont été réalisés à Diyarbakır, la plus grande ville au sud-est de la Turquie habitée majoritairement par les Kurdes. La plupart des interviewées occupaient un mandat électif à Diyarbakır, même si d’autres occupations et provinces sont également représentées parmi les répondantes. Il est à noter que Diyarbakır occupe une place privilégiée dans la mobilisation politique pro‑kurde en Turquie du fait de l’implantation solide du mouvement. Il en découle également une mobilisation plus conséquente du mouvement des femmes qui influe sur leur représentation politique.

La politisation des femmes dans un contexte de violence et la stratégie de recrutement par le mouvement

7La politisation des femmes est d’abord analysée à travers les récits de vie des politiciennes. Ceux‑ci permettent d’identifier plusieurs traits communs dans leurs trajectoires personnelles et professionnelles. Ensuite, les processus de sélection des candidates mettent en lumière les profils de candidates que le mouvement privilégie et comment la sélection s’opère.

« La politique ? Nous sommes nées dedans » : les trajectoires des femmes politiques

8Au moment des élections locales de mars 2014, plusieurs politiciennes kurdes se sont retrouvées à la une des médias. Rezzan Zoğurlu, élue co-présidente à la mairie de Lice (Diyarbakır), était l’une d’entre elles. Étudiante à l’université de Dicle au moment de l’élection, la jeune politicienne est née le 27 novembre 1988, dix ans jour pour jour après la fondation du PKK, un symbole d’autant plus fort que son village natal est celui où la fondation du PKK a été proclamée. Elle vient d’une famille de cadres fondateurs du PKK et a perdu plusieurs de ses proches. Elle travaillait au centre des femmes à Diyarbakır quand elle a été arrêtée et a passé treize mois en prison. Ces grands traits de la trajectoire personnelle et professionnelle de Rezzan Zoğurlu, qui est aussi la maire la plus jeune du pays, ont été décrits dans les médias nationaux turcs8. La comparaison entre son expérience et celles des femmes interrogées pour cet article révèle l’existence de points communs aux femmes politiques au sein du mouvement.

9L’histoire familiale des femmes interrogées est indissociable de l’histoire du conflit entre l’État et le mouvement kurde. Âgées de 25 à 60 ans, elles ont toutes connu l’état de guerre entre l’État turc et le PKK qui existe depuis une quarantaine d’années. Elles estiment qu’il suffit de naître dans la région du sud-est pour être politisé. Les récits de leur enfance révèlent surtout que la plupart sont nées dans des familles déjà politisées :

  • 9 Un produit laitier à base de matières grasses.
  • 10 Les noms des groupes de la gauche radicale actifs en Turquie avant le coup d’État de 1980.

Quand nous étions petits, nous attendions des heures pour pouvoir manger le kaymak9 que ma mère préparait. Elle coupait les morceaux pour tous les enfants et les tartinait en disant : celui-ci pour le DEV‑YOL, celui-ci pour le DEV‑SOL, celui-ci pour le Halkın Kurtuluşu, celui-ci pour le TIKKO10. Sans que l’on s’en rende compte, en tartinant le pain, elle nous transmettait un regard sur la vie. (Coprésidente à la mairie, 45 ans, 03/03/2016)

10Ces familles politisées à gauche et actives au sein des groupes armés kurdes ont été pour la plupart touchées par le coup d’État du 12 septembre 1980. Les proches des politiciennes interrogées ont été arrêtés, torturés, condamnés à de longues peines de prison. Certains ont perdu la vie, d’autres ont quitté le pays et se sont installés en Europe. En raison des pressions subies dans leur région d’origine, les familles ont été contraintes de se déplacer. Ainsi la migration interne s’est développée et s’est poursuivie dans les années 1990 quand plusieurs milliers de villages ont été détruits par les forces étatiques. Certaines familles se déplaçaient également pour avoir un accès plus facile à leurs proches en prison. La destination la plus fréquente est la ville de Diyarbakır.

11Les femmes interrogées ont vécu des nombreuses expériences traumatiques pendant leur enfance. Les mauvais traitements infligés par les policiers et le temps passé en garde à vue ont contribué à leur politisation ultérieure :

Une fois, quand j’avais neuf ans, j’étais au lit, malade. Quand je me suis réveillée, il y avait plein de gens masqués en noir dans la maison. L’un d’entre eux me donnait des coups de pieds pour me réveiller. Ils ont amené tout le monde à la station de police. J’ai passé trois jours en garde à vue. Cette nuit-là, ils cherchaient un membre de la guérilla qui se trouvait dans notre village. On me demandait si des gens armés venaient dans notre maison. J’étais trop petite pour comprendre. J’ai répondu que notre maison était ouverte à tous les gens de bon cœur. Mais eux, ils ont mis notre maison dans un état impossible. À ce moment-là, j’ai décidé que c’étaient des personnes mauvaises. (Coprésidente à la mairie, 33 ans, 02/03/2016)

12La répression étatique a contribué à la politisation de certaines d’entre elles. Les épouses des hommes actifs au sein du mouvement s’occupaient de la famille et de la maison dans leur village, mais suite à la persécution ou disparition de leurs maris, elles se sont retrouvées en ville avec la responsabilité de toute la famille, une responsabilité qui signifiait également une plus grande marge de manœuvre dans l’espace public. C’est à ce moment-là que les femmes ont renoué des liens avec les associations liées au mouvement kurde et qu’elles ont fait connaissance avec d’autres personnes vivant dans des situations similaires.

  • 11 La recherche de Handan Çağlayan (Analar, Yoldaşlar, Tanrıçalar. Kürt Hareketinde Kadınlar ve Kadın (...)
  • 12 Le procès dit de KCK (entamé en 2009) a touché plusieurs milliers d’hommes et de femmes politiques (...)

13Dans les années 1990, les espaces aux abords des commissariats ou des prisons sont devenus des lieux de politisation et d’organisation des femmes11. Celles qui ont fini dans les prisons elles-mêmes se sont retrouvées parmi les prisonniers politiques dans des espaces très politisés. Cette influence de la prison sur le façonnement idéologique de la personne a ensuite un impact sur ses activités. Une des femmes interrogées a passé cinq ans en prison dans le cadre du procès dit du KCK12 sans que son procès aboutisse. Active auparavant au sein d’un syndicat, elle se considérait sympathisante du mouvement. À sa sortie de prison, ayant perdu son emploi, elle s’implique à temps plein dans les travaux du parti.

  • 13 École à distance : il est possible de faire toute sa scolarité à distance, de l’école primaire jusq (...)

14Les processus de politisation tels que décrits plus hauts permettent également de cerner les profils des femmes politiques. À la différence des autres formations politiques parlementaires, la proportion de femmes diplômées de l’université, exerçant une profession libérale et provenant de milieux plutôt aisés est plus basse chez le DBP, surtout au niveau local. Concernant le niveau d’éducation, il y a une réelle diversité selon les profils. Certaines présidentes d’assemblées de quartier ou d’assemblées de femmes (mahalle meclisi, kadın meclisi) ne peuvent pas être considérées comme totalement analphabètes (elles savent lire et écrire dans la mesure où cela leur sert à organiser la mobilisation locale), mais elles ont très peu été scolarisées au cours de leur vie. Chez les détentrices d’un mandat électif, le « açık öğretim » (l’école à distance)13 est un véritable phénomène. Un nombre important de femmes interrogées suivent un enseignement secondaire ou supérieur au moment de l’exercice de leur mandat. Chez les militantes âgées de 20 à 30 ans, les études universitaires sont plutôt la règle que ce soit en tant qu’étudiantes assidues ou à distance.

  • 14 Selon plusieurs témoignages, l’adhésion du conjoint aux principes idéologiques du parti n’implique (...)

15La proportion de femmes célibataires est difficile à estimer étant donné le caractère qualitatif de la recherche. Néanmoins, il est à noter que parmi les femmes interrogées, elle est légèrement plus forte. Cela peut s’expliquer par le rythme de vie qu’impliquent leurs tâches politiques, par la difficile conciliation de leurs vies familiale et professionnelle ainsi que par l’attitude du conjoint14.

16Les trajectoires professionnelles des femmes élues révèlent une circulation des personnes entre les différents univers professionnels et militants au sein de cette communauté de valeurs, les différents univers se nourrissant les uns des autres : ainsi, les conseillères municipales ont travaillé dans l’administration locale, dans les syndicats (le plus souvent KESK), dans les ONG et plus particulièrement dans les associations féminines luttant contre la violence. Par exemple, une enseignante syndicalisée a refusé le poste de la coprésidente mais a accepté quelques mois plus tard la direction d’un département au sein de la mairie. Une employée de la mairie assume en même temps des responsabilités au sein du Congrès des femmes libres (KJA). Une militante des droits de l’homme est d’abord passée par un centre culturel, puis à la coprésidence.

  • 15 Une étude approfondie des assemblées des femmes au niveau du quartier enrichirait l’analyse de l’en (...)

17Le regard sur les trajectoires des femmes politiques permet à la fois de voir qui sont les femmes politisées susceptibles d’entrer en politique et qui sont les femmes que le mouvement favorise pour ses listes électorales avec une sensibilité particulière du mouvement vis-à-vis du passé politique familial de la candidate15.

La sélection des candidates, entre « proposition » et « obligation »

18La plupart de celles qui détiennent un mandat ont eu par le passé des activités au sein du parti :

Depuis 1994, j’ai toujours travaillé au sein du parti. Je suis devenue membre après que mes enfants ont un peu grandi. D’abord, j’étais trésorière, puis membre de la direction au niveau de province. J’ai également été active au sein des branches féminines au début des années 2000. Puis, je suis passée au comité disciplinaire. Une fois rentrée dans mon district d’origine, j’ai candidaté pour le poste de maire. (Coprésidente à la mairie, 60 ans environ, 04/03/2016)

19Lors des élections parlementaires, quelques figures du monde universitaire, des avocates ou féministes renommées se sont vu proposer une place sur les listes du HDP. Lors des élections locales de mars 2014, les candidates du DBP ont surtout été sélectionnées au sein du mouvement. Certaines caractéristiques identitaires, telles que la religion, ont également été favorisées. Le cas de la coprésidente de la municipalité métropolitaine de Mardin est ainsi emblématique. Februniye Akyol, jeune étudiante issue d’une famille chrétienne, a été contactée par le mouvement (elle n’était pas membre du parti auparavant) pour représenter la communauté assyrienne. Afin de pouvoir présenter une candidate d’origine assyrienne, la candidate kurde pressentie pour ce poste a retiré sa candidature. Plusieurs élues des associations alévies siègent également dans les conseils municipaux.

  • 16 Les statistiques sur les quotas réservés aux femmes sont publiées par le site d’information T24 : h (...)

20Aux élections locales de 2009 et 2014, les candidates ont été sélectionnées par une commission électorale composée des militantes du parti. Ces commissions convoquaient les candidates à des interviews lors desquelles leur adhésion aux principes idéologiques du mouvement ainsi que leurs projets étaient questionnés. Pour identifier les personnes populaires auprès des électeurs, des sondages et des votes d’orientation ont été organisés. En 2009, avant l’introduction du système de la coprésidence, dans certaines provinces et districts, seules les candidatures féminines étaient acceptées. En 2014, 31 municipalités ont été « réservées » aux maires femmes (accompagnées par un co‑président homme qui n’a pas été élu officiellement16). Une des candidates a partagé son expérience de cette procédure :

En 2009, j’étais candidate à la candidature à la mairie de mon district. Nous étions six au total. Les habitants ont été convoqués à une réunion où nous nous sommes présentées et nous avons évoqué nos projets. Ensuite, un vote a eu lieu. On nous a dit que la direction du parti évaluerait les trois premières candidates. Je n’ai pas été sélectionnée, j’ai donc aidé à la campagne électorale de la candidate retenue. En 2014, nous avons toutes les deux déposé notre candidature, mais cette fois-ci, c’est ma candidature qui a été retenue. (Coprésidente à la mairie, 59 ans, 06/03/2016)

21Dans le processus de désignation des candidates, les assemblées de quartier sont consultées ainsi que les organisations de femmes et les associations de familles ayant perdu des proches dans la lutte ou placés en détention. Parfois, lors de ces consultations, un nom peut émerger alors qu’il ne se trouve pas parmi les dossiers déposés. Une ou plusieurs militantes encouragent dans ce cas la personne pressentie à candidater. Elles estiment ainsi combler l’effet du manque de confiance en elles de certaines femmes :

Les femmes sont généralement modestes. Si une femme pense à un mandat, elle va surtout briller dans ses travaux dans l’association et se fera ainsi remarquer par ses collègues qui suggèreront son nom au parti. Après cela, nous allons la contacter et l’encourager à candidater. (Militante du Congrès des femmes libres, KJA, 30 ans environ, 25/05/2015)

22La plupart des récits recueillis confirment l’existence d’une culture de « proposition » qui transparaît à travers une phrase récurrente « arkadaşlar uygun gördü » (les amis ont jugé [ma candidature] opportune). Les femmes interrogées disent ne pas avoir voulu « décevoir » leurs collègues. Ainsi, la « proposition » d’un mandat formulée avec insistance peut être ressentie comme une « obligation ». Plusieurs récits évoquent un effort pour convaincre une candidate pressentie :

Avant les élections, les amis du parti sont venus me voir. Ils ont insisté sur le fait que je me trouvais au village sans rien faire après avoir terminé mes études au lycée et m’ont encouragé à candidater. J’ai rendu mon dossier mais j’espérais vraiment que cela ne marcherait pas. Une semaine plus tard, j’ai appris que j’étais sur la liste. Après les élections, j’ai dû demander aux gens dans la rue où se trouvait la mairie, car je n’y étais encore jamais allée. (Conseillère municipale, 28 ans, 29/02/2016)

23Après cette mise en perspective du processus de sélection des candidates, nous allons étudier l’hypothèse selon laquelle les femmes s’engagent dans le mouvement pro-kurde car elles y trouvent des espaces d’expression et d’action.

La multiplication des espaces d’expression politique féminine

  • 17 Le processus d’inclusion des femmes dans le mouvement pro-kurde est analysé par Handan Çağlayan (20 (...)

24Si la participation politique des femmes a pu être instrumentalisée par le mouvement en vue d’accroître la participation à la lutte de libération kurde, les femmes ont progressivement monté de nombreuses organisations grâce auxquelles elles se sont imposées en tant qu’acteurs17. Ainsi, la mobilisation des femmes au sein du mouvement pro-kurde a acquis une dynamique propre.

L’usage des ressources stratégiques par le mouvement des femmes

25Plusieurs ressources stratégiques sont utilisées par les femmes. Afin de faire accepter des projets toujours plus ambitieux, elles s’appuient sur les écrits d’Abdullah Öcalan. Fondateur du PKK et autorité incontestée au sein du mouvement pro-kurde, Abdullah Öcalan, en prison depuis 1999, a abondamment publié sur la question des droits des femmes. Les recueils de ses plaidoiries pour assurer sa défense devant les tribunaux et ses messages envoyés depuis la prison constituent des sources majeures du corpus idéologique du mouvement. Dans ses écrits, il relie systématiquement la libération de la société à celle des femmes :

  • 18 Abdullah Öcalan, “Sosyal devrim ve yeni yaşam” (La révolution sociale et la vie nouvelle), Istanbul (...)

La libre renaissance de la femme obligera toutes les sphères de la société à s’organiser selon les principes de la liberté, de la lumière (aydınlık) et de la justice. Tous seront convaincus que la paix est plus précieuse que la guerre et qu’il faut promouvoir la paix. La femme, la société à tous les niveaux, ainsi que l’individu en profiteront.18

26La libération de la société est conditionnée par la libération de la femme. Dans le système idéologique édifié par Öcalan, cette idée occupe une place centrale. Le discours développé par le mouvement des femmes est directement calqué sur ce postulat. Elles parviennent ainsi à donner du poids à leurs demandes non seulement grâce à l’autorité du leader, mais aussi car ces principes sont bien connus des partisans. En effet, les écrits d’Öcalan constituent une lecture obligatoire au sein des programmes d’éducation politique du parti auquel chaque détenteur d’un mandat électif ou administratif est censé participer. Les lectures se font de façon collective et sont accompagnées d’un débat suivi par un ou plusieurs éducateurs du parti, ce qui contribue à une certaine homogénéité d’interprétation. Des extraits sont également réimprimés dans les périodiques du mouvement. Ils se trouvent au début de chaque numéro en guise d’introduction.

27Parmi d’autres ressources stratégiques auxquelles se réfèrent les femmes au sein du mouvement, il faut mentionner l’héritage et la place clé occupée par les femmes au sein de la guérilla. Si dès la fondation du PKK, un groupe de femmes, dont l’épouse d’Abdullah Öcalan, faisait partie de la direction du parti, la position des combattantes s’inscrivait dans le prolongement de leurs rôles traditionnels. Une ancienne membre de la guérilla en témoigne :

  • 19 Le KDP (Kürdistan Demokrat Partisi) est une formation politique active en Iraq du Nord.
  • 20 Frère d’Abdullah Öcalan.
  • 21 Berivan Bingöl, “Bizim gizli bir hikâyemiz var” Dağdan Anneliğe Kadınlar (« Nous avons une histoire (...)

Même au sein de la lutte, c’était la femme qui était la plus opprimée. J’ai rejoint la guérilla dans les années 1990. À cette époque-là, c’était très différent de la situation d’aujourd’hui. […] Nous portions le keffieh, le foulard pour que les hommes ne soient pas charmés par nos cheveux. Dans les champs, il y avait également des membres du KDP.19 Quand ils venaient, nous devions nous cacher dans les buissons pendant des jours entiers pour qu’ils n’attaquent pas notre camp à cause de la présence des femmes. Les hommes nous oubliaient parfois et ne nous donnaient pas de pain. Dans ces buissons, nous faisions tous nos besoins. À cette époque, j’ai écrit un rapport à Osman Öcalan20 : "La société m’aurait donné au maximum à un mari, j’allais avoir le rôle d’épouse d’un homme. Mais dans les conditions actuelles, j’ai ce rôle vis-à-vis de milliers d’hommes. Cela me paraît très dur".21

28Il a fallu une organisation des femmes au sein de la lutte armée pour que leur position évolue. Les femmes politiques se réfèrent souvent à cette première organisation de combattantes et considèrent ces femmes comme des pionnières même pour les projets les plus récents. Par exemple, les débats sur une science des femmes faite par les femmes, « jineoloji », ont d’abord été lancés par les guérilleros femmes, puis les militantes du parti politique se les sont appropriés et les ont développés.

29Les figures emblématiques de la lutte armée constituent également des autorités et des modèles pour les femmes actives en politique légale. Une femme politique se distingue des figures issues de la guérilla : Leyla Zana, épouse de Mehdi Zana, lequel a été élu maire de Diyarbakır en 1978 et emprisonné peu de temps après. Mariée très jeune, ayant appris à lire et à écrire peu avant d’entamer sa carrière politique, Leyla Zana est entrée dans l’espace public en portant le projet politique de son mari. Connue pour avoir conclu son serment de député par quelques mots en kurde, elle a été prisonnière politique entre 1994 et 2004. Depuis, elle exerce son troisième mandat de députée. Son histoire est souvent évoquée par les femmes notamment parce que son rayonnement a surpassé celui de son mari – destin rare pour une femme politique.

30Plus récemment, Sakine Cansız, Fidan Doğan, et Leyla Söylemez, trois femmes politiques kurdes assassinées à Paris en 2013, occupent une place centrale parmi les « martyrs » du mouvement. Leurs affiches sont présentes dans pratiquement tous les événements organisés par des femmes. En mai 2015, un centre éducatif pour les femmes qui porte le nom de Sakine Cansız a été ouvert à Nusaybin (Mardin)22. Du fait de l’apparition de territoires gérés par les forces kurdes syriennes inspirées directement par Abdullah Öcalan et de la poursuite de la guerre en Syrie, les unités militaires féminines YPJ sont devenues une nouvelle source de fierté pour le mouvement pro‑kurde en Turquie23. Le rétrécissement de l’espace politique, conséquence de la persécution étatique et de l’intensification des affrontements, ne facilite pas l’avènement de nouvelles héroïnes qui ne seraient pas combattantes ou victimes de la répression d’État.

  • 24 Une tolérance qui ne concerne pas tous les aspects de leur vie (la même famille qui ne dit rien qua (...)

31L’organisation indépendante des femmes se nourrit du système idéologique développé par Abdullah Öcalan et s’appuie sur des figures féminines phares. L’attrait du mouvement pour les femmes désireuses de se libérer de l’asservissement quotidien, produit des normes sociales traditionnelles, fait aussi partie des ressources qui font la force des femmes. Dans les années 1990 et tout au long des années 2000, il n’était pas rare que des jeunes femmes rejoignent la guérilla afin d’échapper au mariage forcé. Dès les années 2000, avec l’implantation progressive du parti prokurde dans la politique locale et nationale, travailler pour le parti permet également aux femmes d’avoir davantage d’autonomie. Les femmes interrogées ont mentionné une plus grande « tolérance » des familles lorsqu’elles travaillent pour le parti24. Ainsi, la participation active au mouvement peut être analysée en termes d’opportunité pour les femmes qui l’intègrent.

32Enfin, la durabilité de la mobilisation féminine constitue une autre ressource du mouvement. Cette durabilité est incarnée par les nombreuses organisations féminines, qui ont été créées et se sont transformées durant les quelque vingt dernières années.

L’évolution des branches féminines vers une organisation indépendante des femmes

33L’espace ouvert aux femmes au sein du mouvement peut être vu non seulement en tant que conséquence de leur mobilisation, mais aussi comme sa cause : l’existence de cet espace peut jouer le rôle d’aimant pour de potentielles nouvelles entrantes. S’appuyant sur les expériences des femmes politiques depuis la fin des années 1980, les demandes en faveur de la représentation féminine ont abouti à la mise en place du système de la coprésidence dans les mairies ainsi qu’à l’engagement du parti à assurer une « représentation égale » (eşit temsiliyet) sur ses listes.

  • 25 Une revue historique notamment sur le site de Yeni Özgür Politika : http://www.yeniozgurpolitika.or (...)

34L’année 2000 marque un tournant dans l’organisation politique féminine25. Les branches de femmes et celles de jeunes sont créées, dotées de la capacité d’organiser leurs propres congrès et de choisir leur direction. À partir de 2005, les branches sont transformées en « assemblées », une nouvelle forme d’organisation des femmes.

  • 26 Les statistiques sur les candidatures féminines sont publiées sur le site d’information Yüksekova H (...)
  • 27 Aux élections locales de 2004, le quota pour les femmes a d’abord été approuvé, puis annulé. Plus d (...)

35La mise en place de quotas se fait d’abord au niveau du parti, puis sur les listes électorales. Le quota de 25 %26 de candidatures féminines date des élections législatives de 2002 et continue à être utilisé dans les scrutins nationaux ultérieurs (actuellement ce quota est de 40 %). Davantage observé au niveau national, le quota n’est pas toujours respecté aux élections locales. La représentation féminine au niveau local est toutefois en hausse27.

36Les élections locales de 2014 sont marquées par la mise en place de la coprésidence. Ce système de gestion conjointe par une femme et un homme a été mis en place sur proposition d’Abdullah Öcalan en 2005, dans un premier temps pour la direction du parti. Depuis que ce système a été légalisé pour les partis politiques, il a aussi été mis en place dans les municipalités où il reste pourtant illégal et fait l’objet de poursuites judiciaires.

37Le bilan de la coprésidence mériterait une analyse séparée. Dans cet article, c’est son impact sur la promotion de l’engagement politique des femmes qui est étudié. En pratique, cette tâche difficile incombe surtout aux femmes dans les districts nouvellement acquis par le parti. Dans plusieurs endroits, la coprésidente est la seule femme à la mairie. Cela signifie qu’elle n’a pas d’appui féminin pour réaliser ses projets, il lui est impossible de fonder un département de femmes (sauf si elle le confie à un homme) et le risque d’être réduite à un rôle de potiche est également plus grand. Une des coprésidentes interrogées en témoigne :

Depuis des siècles, les femmes ne reçoivent pas d’éducation, elles sont confinées à la maison où elles s’occupent des enfants. Il y a des femmes qui regardent la vie par la fenêtre de leur maison. Par où devrais-je commencer ? D’abord, je montre à ces femmes qu’une des leurs peut être à la mairie. Je prévois d’ouvrir un département des femmes dès que je trouve une sociologue qui le prendra en charge. Je veux lancer des séminaires sur la santé et sur l’éducation des enfants et ainsi faire sortir les femmes de la maison. Je ne peux pas leur parler du KJA [Congrès des femmes libres] et de la libération des femmes. On me regarderait comme une folle. Mais je peux commencer par les événements à caractère social. (Coprésidente à la mairie, 31 ans, 03/03/2016)

38À partir de 2014, plusieurs mairies, notamment la municipalité métropolitaine de Diyarbakır, ont promu des bureaux de femmes au niveau des directions générales ce qui signifie un budget plus important et davantage de personnel. Compte tenu de fréquents passages entre les différentes sphères du mouvement, l’augmentation des opportunités d’emploi à la mairie signifie également des possibilités accrues de figurer sur les listes électorales lors des prochains scrutins. Parfois, ces nouveaux postes sont confiés à des anciennes représentantes du parti ou à des candidates malheureuses.

  • 28 Sur l’évolution de la division des tâches entre les femmes et les hommes au cours de l’histoire, cf (...)

39Quant à l’organisation indépendante des femmes au sein du mouvement, il s’agit d’une histoire plutôt complexe qui témoigne d’une recherche de structures toujours mieux adaptées. La mobilisation féminine est incarnée depuis février 2015 par le Congrès des femmes libres (KJA). Celui-ci est né de la transformation en « congrès » du Mouvement démocratique des femmes libres (DÖKH), une structure réunissant les femmes élues, militantes du parti, ainsi que les femmes issues des organisations de la société civile. La KJA, acteur le plus audible du mouvement des femmes, bénéficie de prérogatives importantes en termes de sélection des candidates. Elle peut également s’opposer à la candidature d’un homme qui aurait un comportement ou une attitude contraire aux principes du parti (avoir plusieurs femmes, avoir été condamné pour des faits de violence domestique…). Les femmes interrogées insistent sur le fait que les conclusions des réunions des femmes sont « annoncées » aux organes généraux du parti et ne sont pas « consultatives » ou « soumises à approbation ». Il est difficile de couvrir la totalité des comités, organisations, congrès et assemblées qui ont trait aux femmes au sein du mouvement. La KJA semble être l’acteur phare, en particulier dans la région du sud-est dominée par le DBP. Dans les autres régions de Turquie, il existe également les assemblées des femmes du HDP et de ses composantes. Les associations et unions (comme le GABB, l’Union des mairies de l’Anatolie du Sud‑Est) ont également leurs commissions des femmes qui peuvent s’impliquer dans les activités du mouvement des femmes. Du fait de cette hétérogénéité, il n’est pas simple de retracer dans le détail les rapports entre les différents organismes ni les logiques des articulations entre la politique dans sa composante légale et les structures de la guérilla. Lors des interviews, l’unité discursive des femmes politiques est frappante. Certains postulats sont énoncés en utilisant des phrases identiques : la période néolithique durant laquelle la division du pouvoir entre les femmes et les hommes aurait été plus juste est évoquée par toutes les interviewées28. Il en est de même de l’analyse de l’oppression féminine actuelle qui « découle de 5 000 ans de domination masculine ». Cette unité discursive se maintient et se renforce à travers l’accent mis sur l’éducation politique et à travers les médias.

40Le fait que, malgré la reprise des affrontements, les séminaires destinés aux élus et aux cadres municipaux du parti n’ont pas été arrêtés témoigne de l’importance qui leur est accordée. Après les élections locales de mars 2014, la capacité de plusieurs sessions a même été augmentée pour que tous les élus locaux puissent passer par au moins deux semaines de séminaires. Les femmes peuvent également opter pour un programme de trente jours avec logement sur place, organisé uniquement par des femmes.

41Dans les médias proches du mouvement, la présence de sujets liés aux femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes est stable. Le « Mor Bülten », un programme quotidien sur la chaîne IMCTV, et le Binevş, complément hebdomadaire du journal Özgür Gündem, se trouvent parmi les sources d’informations les plus accessibles. À la fin de l’année 2015 et en mars 2016, deux nouveaux titres sont apparus. Le premier est le journal de la KJA. Il rassemble à la fois les contributions des féministes turques ainsi que des militantes du mouvement. Il est à noter que dans les quatre premiers numéros, aucun article n’a été attribué à Abdullah Öcalan : cela distingue le journal « KJA » des autres titres du mouvement, notamment du Hêviya Jinê. Le second journal, lancé en mars 2016, s’intitule « Jineolojî ». Il se réfère à l’approche qui se veut scientifique et détentrice d’un point de vue féminin, lancée par Abdullah Öcalan. Le périodique « Jineolojî » est proche dans son style des revues de la gauche socialiste, tels que le Birikim. Dans son comité consultatif, des personnalités du monde académique prévalent.

42L’adhésion aux principes idéologiques véhiculés par ces canaux ne se fait pas à 100 %. Parmi les femmes interrogées, il y a celles qui n’ont pas lu les nouveaux périodiques ou bien qui admettent que les textes sont parfois trop complexes. Néanmoins, ce courant d’information existe et ses déclinaisons se multiplient. Le discours officiel du parti est intégré par les femmes et évoqué dans la plupart des interviews. De par ses activités dans les domaines de l’éducation et de la publication, le mouvement des femmes contribue à souder idéologiquement le mouvement pro‑kurde et en même temps à faire avancer leurs priorités concernant les droits des femmes.

Conclusion : faire de la politique dans un contexte de guerre

43La représentation politique accrue des femmes ne devrait pas occulter les difficultés qui accompagnent chaque nouvelle étape de ce processus. Le fait que les quotas ont été annulés lors des élections locales de 2004 témoigne du fait que l’évolution n’est pas linéaire et n’aboutit pas forcément à une représentation toujours plus grande. Certains projets de femmes rencontrent une opposition au sein du mouvement, opposition qui est parfois assez subtile. Par exemple, lors des débats sur le bilan de la coprésidence, certaines participantes ont remarqué que ce sont les actes de la femme coprésidente qui sont plus souvent critiqués quand les actes similaires d’un homme ne le sont pas.

44Il y a aussi des différences majeures dans les contextes de l’activité politique des femmes dont découlent des défis particuliers dans une localité donnée. Le mouvement est très présent à Diyarbakır, il y a également de nombreuses femmes mobilisées qui peuvent candidater. Dans certains districts, souvent là où le parti a remporté la mairie pour la première fois, le parti a eu des difficultés à trouver des candidates pour des postes de conseillères municipales.

  • 29 En janvier 2016, trois femmes politiques ont perdu la vie à Silopi lors des opérations militaires, (...)

45En s’interrogeant sur les causes de l’engagement politique féminin au sein du mouvement pro-kurde, l’expérience du passé et l’héritage familial apparaissent comme des facteurs déterminants. Quoi qu’il en soit, faire de la politique dans ce mouvement comporte toujours un risque. Entre les procès ouverts contre le système de la coprésidence par les gouverneurs de certaines provinces et les arrestations massives dans le procès dit de KCK, l’engagement politique pro‑kurde reste dangereux. Non seulement les femmes de ce mouvement (militantes du parti, conseillères municipales, coprésidentes, députés, journalistes, militantes de la société civile) font partie des milliers de personnes arrêtées depuis les affrontements de l’été 2015, mais les femmes politiques font également partie des victimes des opérations militaires, aux côtés des nombreux civils29. Les projets concernant les femmes, notamment un projet de cartographier la violence faite aux femmes dans la région, sont reportés à plus tard ou annulés afin de satisfaire les priorités immédiates que sont le logement et la nourriture pour la population touchée par les opérations militaires. En réaction, l’activité du mouvement des femmes s’axe désormais sur les problèmes créés par le contexte de guerre. Une plus grande distance temporelle est nécessaire afin d’analyser quel impact a eu le rétrécissement de l’espace politique, en cours depuis 2015, sur l’engagement des femmes.

Haut de page

Bibliographie

Bıngöl, Berivan, “’Bizim gizli bir hikâyemiz var’ Dağdan Anneliğe Kadınlar” (« Nous avons une histoire secrète » Les femmes, des montagnes à la maternité), Istanbul, Iletişim, 2016.

Çağlayan, Handan, “Analar, Yoldaşlar, Tanrıçalar. Kürt Hareketinde Kadınlar ve Kadın Kimliğinin Oluşumu” (Les mères, les camarades, et les déesses : Les femmes dans le mouvement kurde et la formation de l’identité féminine), Istanbul, Iletişim, 2007.

Dorronsoro, Gilles et Watts Nicole F., “The collective production of challenge: civil society, parties, and pro-Kurdish politics in Diyarbakır”. dans Negotiating Political Power in Turkey, ed. Elise Massicard et Nicole F. Watts, 99-117. Oxon, Routledge, 2013.

Erbıl, Pervin, “Kibele’den Pandora’ya. Kadının Tarihsel Yenilgisi” (De Cybèle à Pandore : la soumission de la femme dans l’histoire), Ankara, Arkadaş, 2007.

Öcalan, Abdullah, “Sosyal devrim ve yeni yaşam” (La révolution sociale et la nouvelle vie), Istanbul, Çetin, 2005.

Watts, Nicole F., “Activists in Office: Pro-Kurdish Contentious Politics in Turkey.” Ethnopolitics, vol. 5, No. 2, (2006) : 125-144.

Liens internet

http://kadinkoalisyonu.org

https://sonuc.ysk.gov.tr/module/ssps.jsf

http://bianet.org

http://www.milliyet.com.tr

http://www.yeniozgurpolitika.org

http://www.yuksekovahaber.com

http://jinha.com.tr

http://t24.com.tr

http://www.halkizbiz.com

http://www.radikal.com.tr

Haut de page

Notes

1 Le Parti démocratique des peuples, le HDP (Halkların demokrasi partisi), est un parti de gauche dont la composante la plus importante est le Parti démocratique des régions, DBP (Demokratik bölgeler partisi), formation pro-kurde implantée dans le sud-est du pays, qui s’inscrit dans la tradition des partis politiques pro-kurdes depuis le début des années 1990. C’est sous le nom de DBP que les représentants politiques du mouvement pro-kurde opèrent au niveau local. Pour les élections législatives, ils se sont présentés sur les listes du HDP en coalition avec plusieurs autres formations issues surtout de la gauche turque. Le 7 juin 2015, le parti a pour la première fois passé le seuil électoral des 10 %. Le HDP a réussi à passer ce seuil même lors des élections suivantes du 1er novembre 2015. Il est à noter qu’il a recueilli un soutien électoral important dans les métropoles de l’ouest de la Turquie avec près de 905 000 voix à Istanbul et plus de 233 000 voix à Izmir, selon les statistiques du Conseil supérieur des élections, YSK (Yüksek Seçim Kurulu) https://sonuc.ysk.gov.tr/module/ssps.jsf (consulté le 22/07/2016)

2 Les statistiques proviennent des sites d’informations Bianet et Milliyet : http://bianet.org/bianet/siyaset/165197-mecliste-kadin-orani-yuzde-23-artti-37-ilde-kadin-vekil-yok (publié le 08/06/2015, consulté le 24/07/2016) et du http://www.milliyet.com.tr/kadin-milletvekili-sayisi-81-e-gundem-2141969/ (publié le 02/11/2015, consulté le 24/07/2016).

3 Les statistiques sont celles de l’ONG Coalition des femmes (Kadın koalisyonu) http://kadinkoalisyonu.org/2014-yerel-yonetim-secim-sonuclari/ (publié le 22 juin 2014, accédé le 16 juillet 2016).

4 Le terme « pro-kurde » est notamment utilisé par Nicole Watts : “Activists in Office : ProKurdish Contentious Politics in Turkey,” Ethnopolitics, vol. 5, Nº. 2, (2006) : 125-144. Il décrit une orientation politique qui ne se réduit pas à des politiciens d’ethnicité kurde, mais inclut une sensibilité envers les droits des minorités en Turquie incarnée majoritairement par les Kurdes, mais pas seulement. Dans cet article, le terme « mouvement pro‑kurde » est utilisé pour décrire une communauté idéologique qui inclut les partis politiques, les médias, les associations, les syndicats ainsi que la guérilla dominée par le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Le terme « parti pro‑kurde » désigne le parti politique pro-kurde légal à moment donnée.

5 Ce système a été par exemple étendu au KESK, l’Union des municipalités de l’Anatolie du Sud-Est – GABB, ou à l’association alévie de Pir Sultan Abdal.

6 Certaines mairies ont été gagnées pour la première fois par le DBP en 2014, d’autres se trouvent dans des localités plus conservatrices. Il en découle des difficultés spécifiques au contexte local qui ont des répercussions sur la représentation politique des femmes. Si à la municipalité métropolitaine de Diyarbakır, le DBP est représenté par 38 % de femmes, dans certains districts de la province d’Erzurum, la coprésidente de la mairie est en même temps la seule femme à la mairie.

7 Pour cette raison, les extraits des interviews sont datés, avec des indications sur la fonction et l’âge de la répondante au moment de l’entretien.

8 Les informations concernant Rezzan Zoğurlu proviennent de deux articles : http://www.radikal.com.tr/politika/bdpden-universite-ogrencisi-aday-1167857/ (publié le 24/12/2013, consulté le 22/07/2016) et http://t24.com.tr/haber/bdp-kadin-adaylarini-acikladi,246842 (publié le 24/12/2013, consulté le 22/07/2016).

9 Un produit laitier à base de matières grasses.

10 Les noms des groupes de la gauche radicale actifs en Turquie avant le coup d’État de 1980.

11 La recherche de Handan Çağlayan (Analar, Yoldaşlar, Tanrıçalar. Kürt Hareketinde Kadınlar ve Kadın Kimliğinin Oluşumu (Les mères, les camarades, et les déesses : Les femmes dans le mouvement kurde et la formation de l’identité féminine) ; Istanbul, Iletişim, 2007) met en lumière le processus de politisation des femmes dans les années 1990.

12 Le procès dit de KCK (entamé en 2009) a touché plusieurs milliers d’hommes et de femmes politiques pro-kurdes ainsi que les universitaires, les militants des associations et le milieu syndicaliste.

13 École à distance : il est possible de faire toute sa scolarité à distance, de l’école primaire jusqu’à l’université. L’ampleur du recours à ce type d’éducation chez les femmes politiques kurdes mériterait d’en faire l’objet de recherche.

14 Selon plusieurs témoignages, l’adhésion du conjoint aux principes idéologiques du parti n’implique pas un soutien automatique à l’activité politique de son épouse.

15 Une étude approfondie des assemblées des femmes au niveau du quartier enrichirait l’analyse de l’engagement politique des femmes. Il s’agit de la mobilisation la plus proche des habitants du quartier et potentiellement un tremplin vers d’autres fonctions au sein du parti. Néanmoins, parmi les femmes interrogées, on ne trouve pas de militante qui se serait « élevée » par le biais de ces assemblées.

16 Les statistiques sur les quotas réservés aux femmes sont publiées par le site d’information T24 : http://t24.com.tr/haber/bdp-kadin-adaylarini-acikladi,246842 Publié le 24/12/2013, consulté le 18/07/2016).

17 Le processus d’inclusion des femmes dans le mouvement pro-kurde est analysé par Handan Çağlayan (2007). L’auteure démontre comment, à partir des années 1980, le PKK développe un discours de libération de la société à travers la libération des femmes. Cette approche reconnaît aux femmes un rôle d’acteur au sein du mouvement et définit la façon dont elles se l’approprient.

18 Abdullah Öcalan, “Sosyal devrim ve yeni yaşam” (La révolution sociale et la vie nouvelle), Istanbul, Çetin, 2005, p. 5.

19 Le KDP (Kürdistan Demokrat Partisi) est une formation politique active en Iraq du Nord.

20 Frère d’Abdullah Öcalan.

21 Berivan Bingöl, “Bizim gizli bir hikâyemiz var” Dağdan Anneliğe Kadınlar (« Nous avons une histoire secrète » Les femmes, des montagnes à la maternité), Iletişim, 2016, p. 15.

22 Source : http://www.nusaybinim.com/nusaybinde_sakine_cansiz_kadin_akademisi_acildi_haber7729.html (Publié le 29/05/2015, consulté le 24/07/2016).

23 L’agence de presse féminine JINHA consacre une série d’articles aux combattantes en Syrie : http://jinha.com.tr/TUM-HABERLER/content/view/58105 (Publié le 16/07/2016, consulté le 24/07/2016).

24 Une tolérance qui ne concerne pas tous les aspects de leur vie (la même famille qui ne dit rien quand une militante rentre tard la nuit, pourrait s’opposer à ce qu’une femme célibataire loue pour elle seule un appartement à Diyarbakır.

25 Une revue historique notamment sur le site de Yeni Özgür Politika : http://www.yeniozgurpolitika.org/index.php ?rupel =nuce&id =20177 (Publié le 08/05/2013, consulté le 20/07/2016).

26 Les statistiques sur les candidatures féminines sont publiées sur le site d’information Yüksekova Haber : http://www.yuksekovahaber.com/yazdir/haber/haber/kurt-kadinlarinin-mucadelesi-38948.htm (Date de publication non mentionnée. Consulté le 22/07/2016).

27 Aux élections locales de 2004, le quota pour les femmes a d’abord été approuvé, puis annulé. Plus d’information : http://www.yeniozgurpolitika.org/index.php ?rupel =nuce&id =36156 (Publié le 13/11/2014, consulté le 22/07/2016).

28 Sur l’évolution de la division des tâches entre les femmes et les hommes au cours de l’histoire, cf. Pervin Erbil : “Kibele’den Pandora’ya. Kadının Tarihsel Yenilgisi” (De Cybèle à Pandore : la soumission de la femme dans l’histoire), Ankara, Arkadaş, 2007.

29 En janvier 2016, trois femmes politiques ont perdu la vie à Silopi lors des opérations militaires, les réactions : http://www.halkizbiz.com/gundemden/kadin-orgutlerinden-pakize-sv-ve-fatmaya-direnis-olacagiz-h15447.html (Publié le 06/01/2016, consulté le 24/07/2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Drechselová, « La participation politique des femmes au sein du mouvement pro‑kurde en Turquie », Anatoli, 8 | 2017, 257-274.

Référence électronique

Lucie Drechselová, « La participation politique des femmes au sein du mouvement pro‑kurde en Turquie », Anatoli [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/620 ; DOI : 10.4000/anatoli.620

Haut de page

Auteur

Lucie Drechselová

Lucie Drechselová rédige une thèse en cotutelle internationale entre l’EHESS et l’Université Charles (Prague, République tchèque) portant sur les processus de politisation et les trajectoires professionnelles des femmes dans la politique locale en Turquie. En 2015, elle a effectué un stage de courte durée à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA, Istanbul, Turquie). À l’automne 2016, l’auteure a enseigné dans le cadre d’un cours sur la « Turquie contemporaine 1980‑2015 » à l’Université Charles. En 2017, elle a été étudiante-chercheuse invitée au Centre des Études du Genre de la School of Oriental and African Studies (SOAS, Londres, GB).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals